Skip to main content

Full text of "Flore canadienne; ou, Description de toutes les plantes des forêts, champs, jardins et eaux du Canada, donnant le nom botanique de chacune, ses noms vulgaires français et anglais, indiquant son parcours géographique, les propriétés qui la distinguent, le mode de culture qui lui convient, etc. Accompagnée d'un vocabulaire des termes techniques et de clefs analytiques ... Ornée de plus de quatre cents gravures sur bois"

See other formats


THE LIBRARY 

OF 

THE UNIVERSITY 

OF CALIFORNIA 

LOS ANGELES 



mp :»••<♦«*»•••>•,* 4--aBÈ 



iLÉîJlUgGROTHÉ 




y 



xrir / 



Digitized by the Internet Archive 

in 2009 with funding from 

University of Ottawa 



http://www.archive.org/details/florecanadienneoOOprov 



FLOUE CANADIENNE. 



■; L .1 f± F .1 'ïJ^. -1 V-S- Jt.l f jL 



■■•• ^^ ! 



FLORE CANADIENNE 

ou 
DESCRIPTION DE TOUTES LES PLANTES DES 

FORETS, CHAMPS, JARDINS ET EAUX 

DONNANT 

LE NOM BOTANIQUE DE CHACUNE, SES NOMS VULGAIRES FRANÇAIS ET ANGLAIS, 

INDIQUANT SON PARCOURS GÉOGRAPHIQUE, LES PROPRIÉTÉS QUI LA 

DISTINGUENT, LE MODE DE CULTURE QUI LUI CONTIENT, ETC. 

ACCOMPAGNÉE 

D'UN VOCABULAIRE DES TERMES 

ET 

DE CLEFS ANALYTIQUES 

PERMETTANT DE RAPPORTER PROMPTEMENT CHAQUE PLANTE À LA FAMILLE, 
AU. GENRE ET A l'eSPÈCB QUI LA DÉTERMINENT. 

ORNÉE DE PLUS DE QUATRE CENTS GRAVURES SUR BOIS. 

Par l'Abbé L. Provancher, curé de Portneuf. 
"Volu.iM.e I. 




©.ttéïicc : 

JOSEPH DARVEAU, IMPRIMEUR-ÉDITEUR, 

No. 8, rue Lamontagne, Basse-Ville. 

1862. 



Enregistré au bureau du RégÎBtrateur Provincial, par l'Abbé L. Pro- 
VANCHER, conformément à l'acte provincial, intitulé: ^^ Acte pour 
'^protéger la propriété littéraire." 

Québec, janvier 1863. 



Qk 



PRÉFACE. 



Ce n'est pas sans quelques craintes que nous osons paraître aujourd'hui 
devant le public avec un titre tel que celui placé à la tête de cet ouvrage. 
Répondra-t-il à ce titre ? Trouvera-tron dans notre livre, et se rapportant 
au Canada, ce qu'on trouve d'ordinaire dans les Flores ? Il ne nous 
appartient pas, sans doute, de résoudre ces questions, le public lui-même 
sera notre juge. 

Plus d'une fois dans le cours de ce travail nous avons regretté l'enga- 
gement pris envers le public, lors de la publication de notre Traité 
Elémentaire de Botanique en 1858, de donner une Flore Canadienne. 
Ce n'est pas toutefois que la somme de travail nous effrayât ; oh I non, 
pour nous, lahor ipsa voluptas ; mais c'est que nous avons reconnu 
que nous n'avions à notre disposition ni le temps, ni les maté- 
riaux pour faire une œuvre véritablement digne d'un tel nom. Nous 
osons toutefois offrir au public canadien le fruit de nos études tel quel, 
espérant que le peu de lumière apporté par nous dans la connaissance des 
productions de notre pays, que nous consignons ici, pourra peut être 
servir plus tard à d'autres qui auront les moyens et la volonté de faire 
quelque chose de plus parfait. 

D'ailleurs au point où en sont aujourd'hui les connaissances en fait de 
Botanique, les Flores, dans leurs classifications, leurs nomenclatures, 
leurs descriptions mêmes des plantes, ne sont encore que des ouvrages 
essentiellement de transition ; car l'étude des plantes est un champ si 
vaste que tous les jours, pour ainsi dire, on y signale de nouvelles décou- 



-i C QO 



8S1.S7 



IV 

vertes ; et les règles générales à déduire de cette étude ne sont pas encore 
assez fixes et assez déterminées pour ôter tout espoir de voir surgir peut 
être un jour quelque génie trasceudant, qui recueillant les traits de lumière 
épars ça et là dans les différents ouvrages de Botanique, en composera 
un seul grand flambeau qui jetant son jour sur tous les points de la 
science, en appuiera les règles sur des bases vraiment fixes et solides 
auxquelles tous les adeptes seront forcés de se soumettre. Mais avant 
cette époque que de points encore à éclaircir, que de rapports à établir 
entre différents groupes, que d'erreurs à corriger ! Quelque petite donc 
que soit la pierre que nous aurons fournie pour la construction de l'édifice, 
notre travail n'aura toujours pas été sans mérite, et si l'on veut bien 
faire attention au peu de ressources à notre disposition, peut être l'ap- 
préciera-trou davantage ou du moins se montrera-t-on plus indulgent. 

En effet si vous jetez les yeux sur la préface d'une Flore quelconque 
vous ne manquerez pas d'y voir une longue énumération, si non des 
collaborateurs, du moins des amis de la science qui de tous les coins du 
pays embrassé dans l'ouvrage, se sont empressés de communiquer leurs 
observations ou leurs découvertes à l'auteur. Mais pour nous il en a été 
tout autrement ; nous avons été abandonné à peu près à nos seules 
lumières. Ce n'est pas que nous n'ayous fait des demandes, mais le 
nombre encore restreint des connaisseurs dans cette branche des sciences, 
de l'apathie et de l'indifférence d'un côté, d'un autre une affection pour 
l'enfant de recherches qu'on se croyait seul capable de faire tellement 
aveugle et déréglée que la moindre caresse ou même le regard sur ce fruit 
d'orgueil en aurait blessé l'auteur, et que sachons-nous encore ? ne nous 
ont permis de profiter de secours étrangers que dans une mesure tout 
à fait restreinte. Nous nous plairons donc d'autant plus à signaler ici les 
services rendus, que ces services ont été plus rares et qu'ils ont semblé 
faire exception. 

Nous mentionnerons d'abord comme ayant droit à notre reconnaissance 
et à nos remercîments, Aug. Delisle, écuyer, notaire, de Montréal, pour 
une foule de remarques intéressantes sur les plantes des lieux environ- 
nants cette cité. Puis Son Honneur le Juge Roy, de la Malbaie, résidant 
ci-devant à Chicoutimi, pour une liste de plantes de ces deux localités et 
des lieux circonvoisins. Bien que nous ayons visité nous-même ces dif- 
férentes localités, les notes fournies par ces savants amis ne nous ont pas 
peu servi pour indiquer un lieu précis pour chaque plante, et pour 
combler des lacunes auxquelles ne pouvaient manquer de donner lieu des 
visites trop rares ou trop promptement faites. Nous avons été aussi 



heureux de recueillir de la bouche de Sa Grandeur Mgr. Horan, évêque 
de Kingston, et de M. l'abbé Ferland, professeur à l'Uuniversité-Laval, 
plusieurs renseignements utiles sur les plantes qu'ils avaient rencontrées 
dans leurs périgrinations, le premier à travers les forêts du Haut-Canada, 
et le second sur nos côtes Labradoriennes. Pour le reste nous nous 
sommes servi de quelques rares articles de journaux canadiens et des 
ouvrages des Botanistes Américains Torrey, Gray, Nuttall, Wood, Carey, 
Flint, Sullivant, Browne, et de la Flora Boreali Americana de sir W. 
Walker Hooker, de celles de Michaux, Pursh, etc., retranchant, ajoutant, 
corrigeant, etc., suivant que nos observations et la confrontation avec 
des spécimens vivants ou pris dans notre herbier nous suggéraient de 
faire. 

Nous croyons pouvoir compter que le lecteur trouvera nos descriptions 
beaucoup plus exactes que celles de ces divers auteurs, car la plupart 
d'entre eux ont décrit les plantes du Canada sans avoir jamais mis les pieds 
en ce pays ; or personne n'ignore que les mêmes plantes peuvent affecter 
des formes, une taille, des nuances différentes suivant les climats qu'elles 
habitent, et qu'il est très difi&cile de donner une description tout à fait 
correcte d'une plante quand on n'a pour se guider dans cette description 
qu'un spécimen plus ou moins bien disposé et séché dans un herbier. 

En prenant tout le Canada pour champ de nos études nous entendons 
nous borner au sud à sa pointe la plus méridionale qui dans le comté de 
Sussex s'étend sur le lac Erié, vers le 42e parallèle, et au nord aux côtes 
du Labrador bordant le golfe St. Laurent vers le 50e parallèle, compre- 
nant ainsi une étendue de pas moins de huit degrés de latitude. Les 
bords des lacs Erié et Ontario et la chaîne des Alléghanies qui circonscrit 
le bassin du St. Laurent seraient notre limite au sud-est, et le sommet de 
la chaîne des Laurentides qui borne le même bassin de l'autre côté, serait 
notre limite au nord-ouest. Cependant en jetant un coup-d'œil attentif 
sur la carte de l'Amérique du Nord il est facile de comprendre qu'on 
peut ranger dans les mêmes limites, comme ne différant pas assez sous le 
rapport du climat pour imprimer un caractère différent aux plantes qu'ils 
produisent, toutes les provinces anglaises du golfe, les Etats du Maine, 
du Vermont, du New Hampshire, du Massachusetts, les trois quarts de 
celui de New- York et le territoire du Nord-Ouest jusqu'aux Montagnes- 
Rocheuses. 

Une Elore étant une espèce de dictionnaire destiné surtout à faciliter 
les recherches qu'on veut y faire, nous avons cru, en outre des clefs ana- 
lytiques déterminant la Famille et le Genre de chaque Espèce de plante, 



VI 

devoir adopter des combinaisons typographiques qui pussent parler atîx 
yeux et porter plus promptement par là aux but qu'on aurait en vue. 
C'est à cette fin que les Familles, les Genres et les Espèces sont décrits 
en caractères différents, que dans les descriptions de Familles et de Genres 
le premier mot de chaque phrase, qui est toujours un terme caractéris- 
tique de la description, est invariablement en "italiques " et dans le détail 
des Espèces nous avons adopté des " lettres grasseS " pour les noms de 
toutes celles qui sont indigènes en ce pays, permettant ainsi du premier 
coup-d'œil en ouvrant le livre de pouvoir les distinguer de celles qui sont 
étrangères ou exotiques. 

Car qu'on n'aille pas croire que notre titre de Flore Canadienne 
nous ait engagé à ne renfermer dans notre cadre uniquement que les 
plantes qui croissent spontanément en Canada. C'eût été suivant nous une 
grave erreur, par ce que en Botanique on procède plus souvent, surtout 
en débutant, par voie synthétique que par voie analytique. Et c'est par 
ce que vous aurez bien examiné un Dahlia de votre jardin que vous 
reconnaîtrez que les fleurs de la Verge d'or et du Chardon sont cons- 
truites de la même manière et que ces plantes conséquemment doivent se 
ranger dans la même Famille ; de même la fleur de l'Œillet vous fera 
reconnaître facilement la Silenée et la Stellaire, le Lis notre Erythrone, 
la Rose notre Benoîte, le Pommier notre Amélanchier, etc. Suivant 
l'énoncé de notre sous-titre le lecteur trouvera donc avec les plantes du 
Canada toutes les plantes exotiques qu'on rencontre ordinairement ici soit 
dans la culture, soit naturalisées, soit même le plus souvent aussi dans 
les serres ou les appartements. Nous avons voulu, en un mot, faire un 
livre qui permît à chacun de pouvoir identifier généralement toutes les 
plantes qui pourraient lui tomber sous la vue en ce pays. 

La synonymie n'est pas un point peu embarrassant dans l'étude des 
plantes ; tel auteur ayant cru devoir faire une découverte nouvelle dans 
une plante que d'autres avaient décrite avant lui, ou ayant jugé conve- 
nable de la classer dans un nouveau groupe, l'a affublée d'un nom de son 
choix pour s'en assurer la paternité, de là souvent ces cinq, six et huit 
noms différents assignés à la même plante. Pour ne pas écarter le lecteur, 
et surtout le commençant, nous avons été obligé de consigner ces différents 
noms synonyrai(][ues, qui servent d'ailleurs souvent, surtout dans le détail 
des Espèces, à rappeler certains caractères particuliers de la plante ou 
son afiinité réelle ou apparente avec tel ou tel groupe où elle avait été 
rangée précédemment. Le lecteur pourra remarquer que nous n'avons 
usé de cette liberté de changer les noms que dans une mesure tout à fait 



VII 

restreinte, lorsque, par exemple, un nom devenait impropre par rapport à 
nous ou qu'il semblait n'avoir aucune relation avec ce qu'il devait repré- 
senter. Ainsi page 28, nous avons substitué le nom spécifique " Aineri- 
cana" à celui ^^à'Advena^^ qui était un contre-sens pour nous, en 
parlant du Nénuphar ; page 166, en parlant du Cerisier, le nom spéci- 
fique de " de Pennsylvanie " a été remplacé par celui de " du Ca- 
nada " qui lui convient beaucoup mieux ; page 286, au lieu de " Su- 
reau pubescent " nous avons mis " Sureau de montagne " qui le 
qualifie si bien ; page 291, nous avons changé le nom du genre " MIT- 
CHELLA " en celui de " PERDICESCA," (PERDISQUE), dont 
l'étimologie a quelque chose de plus rationnel et dont la prononciation 
n'a rien d'effrayant pour des oreilles françaises. 

Autant que nous l'avons pu aussi nous avons consigné les noms vul- 
gaires des plantes, par ce que ces noms ne servent pas peu à donner au 
commençant comme des points fixes et bien connus auxquels il peut 
toujours revenir et desquels il peut s'élancer dans des voies nouvelles ; ce 
sont comme des étapes disséminées sur les grandes routes désertes où le 
voyageur se retrouve toujours et d'où il peut partir pour ses reconnais- 
sances dans les lieux avoisinants. Comme l'usage de la langue anglaise 
est familier à la plupart des gens instruits en ce pays, nous avons cru 
aussi devoir consigner les noms vulgaires anglais, ces noms pouvant d'ail- 
leurs aider beaucoup ceux de nos compatriotes qui ne connaîtraient 
qu'imparfaitement le français et qui voudraient faire usage de notre livre. 

Notre but étant de vulgariser la science de la Botanique et écrivant 
non pour les Botanistes mais pour ceux qui veulent le devenir, ou qui 
sans faire une étude spéciale de cette science aiment à avoir sous la main 
un livre qui puisse les renseigner sur telle ou telle plante qu'ils voudraient 
utiliser ou qui aurait frappé leur attention sous quelque rapport, nous 
avons cru devoir faire suivre la description de chaque Espèce de renon- 
ciation des vertus médicinales qui la distinguent, des usages économiques, 
industriels ou d'agrément auxquels elle peut se prêter, et du mode de 
culture qui lui convient, particulièrement lorsqu'elle est susceptible d'être 
cultivée pour un but quelconque. Sans doute ces différents points ne 
sont qu'indiqués en passant, et on conçoit facilement que le pharmacien, 
l'horticulteur, le jardinier, etc., qui voudrait se livrer d'une manière spé- 
ciale à l'étude de ces différentes parties aurait besoin de plus amples ren- 
seignements ; mais ceux que nous donnons suffiront, nous pensons, pour 
permettre à l'amateur de pouvoir se rendre compte de la manière dont 
on peut utiliser telle ou telle plante, et c'est là tout notre but, car une 



VIII 

Flore n'est certainement pas et ne peut être un traité de jardinage, d'hor- 
ticulture, de médecine, ni un codex pharmaceutique. 

Il est assez naturel aux Aoristes d'employer nn grand nombre^'abré- 
viations et de signes pour éviter de fréquentes répétitions afin de ne pas 
trop grossir les volumes. Quant aux premières nous avons cru devoir 
nous en interdire presque absolument l'usage, par ce que l'élève et l'ama- 
teur non encore habitués à de tels procédés auraient été obligés de faire 
avant tout une espèce d'étude, pour pouvoir faire usage de notre livre, ce 
qui dans biens des cas peut-être aurait pu dégoûter plus d'un débutants 
non encore épris des chai-mes de la science qui font si facilement sur- 
monter ces légères difficultés. Et quant aux seconds en jetant les yeux 
sur la page 802, où nous en donnons l'explication, on verra de suite qu'ils 
sont peu nombreux et qu'il suffit d'en avoir vu une fois la signification 
pour ne plus l'oublier. 

Dans le détail des Espèces, immédiatement après le chilTre d'ordre de 
chacune vient le nom du Genre indiqué seulement par la lettre initiale, 
puis le nom spécifique français en " lettres grasSeS," lorsque la plante est 
indigène, puis le nom botanique latin en " italiques " suivi du nom de l'au- 
teur, ordinairement abrégé, qui le premier a décrit la plante, puis 
viennent immédiatement les noms synonymiques latins lorsqu'il s'en ren- 
contrent, les noms vulgaires français en (italiques) entre parenthèses, 
puis enfin le nom vulgaire anglais en " petites capitales." Immé- 
diatement après la description nous indiquons de suite le parcours géogra- 
phique de la plante, les lieux où elle croît d'ordinaire, sa fréquence ou sa 
rareté, puis les noms d'une ou de deux localités soit dans le Bas ou le Haut- 
Canada où la plante peut certainement se rencontrer, l'ayant nous-même 
trouvée là ou nous étant assuré qu'elle s'y rencontrait, puis enfin le nom 
du mois ou des mois dans lesquels on peut la trouver en fleur. Cette 
indication d'une ou de deux localités où la plante peut certainement se 
rencontrer devra, avons-nous pensé, faciliter davantage la recherche des 
plantes, le débutant par la description même ou par un nom tout nouveau 
pour lui sentira son intérêt excité davantage en voyant que cette plante 
se trouve peut-être dans sa localité ou dans quelqu'autre du voisinage. 

Nous avons cru, à l'exemple de plusieurs Aoristes, devoir donner à la 
fin de l'ouvrage un vocabulaire des termes techniques de la science, afin 
de pouvoir mettre le lecteur en moyen de pouvoir se rendre compte de suite 
de quelques expressions qui seraient encore nouvelles pour lui ; cependant 
qu'on n'aille pas croire que ce vocabulaire puisse suffire par lui-même, 
sans aucune étude préalable de la Botanique, à tout amateur qui voudrait 



IX 

de suite identifier toutes les plantes qu'il rencontrerait. Car en Bota- 
nique, comme en toute autre science, il y a des règles à étudier, des 
principes à s'approprier et des définitions à retenir avant que l'élève 
puisse devenir maître, et ce serait une grave erreur que de croire que les 
brièves et sèches définitions d'un vocabulaire qu'on aura toujours sous la 
main puisse suffire à une telle étude. Nous engagerons donc à cet égard 
toute personne qui voudra faire de notre Flore autre chose qu'un pur 
ornement de bibliothèque ou un titre de plus à inscrire sur le catalogue 
de ses volumes, à se procurer notre Traité Elémentaire de Botanique 
pour y étudier avant tout les principes élémentaires de la science (a). 
Et c'est uniquement par ce qu'on nous a fait observer que le coût un 
peu élevé des deux ouvrages réunis n'aurait pas permis d'en pourvoir 
chaque élève dans les institutions d'éducation, que nous nous sommes 
décidés à en faire deux publications distinctes, car naturellement ces 
deux ouvrages doivent se suivre et notre plan dans l'origine n'était pas 
de les séparer. 

Nous recevrons toujours avec reconnaissance toute communication qui 
pourrait nous permettre dans une nouvelle édition, si elle devenait néces- 
saire, de réparer des omissions, de rectifier des avancés trop peu certains 
et de corriger quelques unes des nombreuses erreurs que notre livre ne 
peut manquer de contenir. 

Portneuf, novembre, 1862. 



(a) Traité Elémentaire de Botanique à l'usage des maisons d'éducation et des 
amateurs qui voudraient se livrer à l'étude de cette science sans le secours d'un 
maître, par l'abbé L. Provancher. A vendre à Québec : chez M. Jos. Darveau, 
imprimeur, 8, rue Lamontagne, et chez M. T. H. Hardy, rue la Fabrique ; à 
Montréal : chez MM. BoUand et fils, rue St. Vincent. 



DE L'HERBIER ET DE L'HERBORISiTION. 



Plusieurs auteurs sont entré dans des détails minutieux sur la manière de 
procéder aux herborisations et au confectionnenient d"un herbier. Le grand 
Linnée lui-même dans sa Philosophie Botanique va jusqu'à décrire le cos- 
tume de l'herborisant, la durée, le nombre, le parcours des herborisations, etc. 
Sans entrer dans d'aussi grands détails nous croyons cependant devoir faire 
quelques observations eu égard surtout à la collection d'un herbier. 

Tout amateur, tuut élève même, doit dès le début commencer une collec- 
tion. Cliaque nouvelle plante qu'il aura analysée ou reconnue sera de suite 
séchée et couchée dans son modeste herbier : chaque jour de nouvelles 
dépouilles viendront ainsi signaler de nouvelles conquêtes, et qui sait si l'en- 
semble de ces dépouilles, si la collection que vous commencez ainsi si modes- 
tement, ne deviendra pas plus tard, par des additions successives, un de ces 
monuments à l'instar de ceux dont s'enorgueillissent aujourd'hui les plus 
anciens pays, et qui sont connue des phares qui offrent leur bienfaisante 
lumière à tous ceux qui se sentent épris du noble désir de faire des excur- 
sions dans le domaine de la science? Les plus grands musées ont eu le plus 
souvent la plus humble origine. 

Les armes nécessaires pour voler à ces conquêtes sont très peu nombreuses 
et des plus siiupjes, on pourrait dire même que le tout peut se réduire à la 
boîte de Dillénius : toutefois nous y joindrons pour plus de facilité la truelle 
du jardinier et une bonne loupe. 

La boîte de Dillénius, qui porte le nom de son inventeur, est un cylindre 
en ferblanc, comprimé sur ses côtés, de douze à quinze pouces de longueur, 
e'ouvrant en dessus par un couvercle à charnières portant une espèce de 
targette pour la retenir fermée, et munie à ses extrémités de deux anneaux 
susceptibles de recevoir une courroie pour la porter en bandoulière. Elle 
doit être peinte d'une couleur claire et recouverte d'un vernis lui.sant pour 
réfléchir les rayons du soleil, afin que les plantes puissent garder plus long- 
temps leur fraîcheur; on place même quelquefois dans ce but une éponge 
humide à l'une de ses extrémités. 

La truelle du jardinier ne diffère de celle du maçon qu'en ce qu'elle se 
termine en pointe vive et est arrondie en demi-cylindre au lieu d'être plane. 
Comme elle, elle est en acier de bonne qualité, aj'ant sa lame retenue dans 
un manche de buis par un bon cercle en cuivre en forme de douille. Elle 
sert à déraciner les plantes. On trouve cette truelle et la boîte de Dillénius 
toutes confectionnées dans nos magasins de quincaillerie. 

Quant à la loupe, la plus forte sera toujours la meilleure ; il y en a de 
plusieurs formes, mais celles qui sont montées sur trois petits pieds sont pré- 
férables, par ce qu'elles laissent les mains libres pour pouvoir tourner la 
plante en tous sens pendant qu'on l'observe. On en trouve chez tous nos 
opticiens. On se dispense d'ordinaire d'emporter la loujie dans les herbori- 
sations, car à moins que celles-ci ne se prolongent plusieurs jours, la boîte 
f)eut conserver fraîches les parties même les plus délicates pour permettre de 
es observer de retour à la maison. 



XI 

Ainsi équipé vous procédez à vos excursions. Vous commencez par 
tourner autour de votre maison, élargissant chaque jour le cercle de vos 
explorations, à l'exemple de J. J. Rousseau qui disait: " En attendant que 
" je mette dans mon herbier toutes les plantes de la mer et des Alpes et les 
'' fleurs de tous les arbres des Indes, je commence toujours à bon cumpte par 
'' le Mouron, le Cerfeuil, la Bourrache et le Séneçon. J'herborise savamment 
" sur la cage de mes oiseaux, et à chaque nouveau brin d'herbe que je rea- 
" contre je me dis avec satisfaction : voilà toujours une plante de plus." 

Il est rare que l'on emporte la Flore dans les herborisations, c'est d'ordi- 
naire à la maison qu'on se livre à l'examen et à l'analyse des plantes qu'on 
n'aurait pu recounaître à première vue. Reprenant alors vos pièces une à 
une vous en examinez minutieusement toutes les diverses parties, soumettant 
à la loupe celles qui sont trop petites pour être suffisamment distinguées à 
simple vue, comme les étamines, les ovaires, les graines, etc., et vous servant 
dans bien des cas du canif pour mettre à nu celles qui sont cachées ou enve- 
loppées par d'autres. Les plantes ainsi examinées, disséquées, reconnues, et 
classées au moyen de la Flore, il ne vous reste plus qu'à les disposer pour les 
faire entrer dans votre herbier. 

Rien de plus facile que la composition d'un herbier. Procurez-vous plu- 
sieurs mains ou plutôt une rame de papier sans colle, papier brouillard, 
divisez-la en cahiers de six à huit feuillets. Procurez-vous de même quelques 
planchettes de bois de mêmes dimensions que votre papier. Vous étendez 
d'abord les plantes sur un cahier de votre papier, ayant soin d'écarter les 
feuilles, les fleurs, etc., de manière à ce qu'elles ne se superposent pas les 
unes sur les autres mais qu'elles s'étendent en prenant une position aussi 
naturelle que possible. Vous avez soin d'intercaller de petits morceaux de 
papier divisés d'avance entre les parties des fleurs qui ne pourraient faire 
autrement que de se superposer ainsi, par ce que la pression en les écrasant 
les unes sur les autres les déformerait et leur ferait perdre leurs couleurs. 
Vous recouvrez le tout d'un nouveau cahier de papier et vous placez sur ce 
dernier une nouvelle planchette de bois que vous chargez de pierres, de 
livres, etc., de manière à exercer sur le tout une pression suffisante pour forcer 
la plante à céder son humidité au papier. Avant de recouvrir votre plante 
du second cahier vous assujétissez chacune de ses parties qui voudrait se 
redresser sous le poids de quelque pièce de métal ou de monnaie, et vous la 
laissez et cet état jusqu'à ce que commençant à se flétrir elle n'oppose plus 
la même résistance. Après dix à douze heures de pression sous la plan- 
chette vous visitez votre plante pour en changer le papier qui s'est saturé 
d'humidité et pour la remettre dans une position plus naturelle si elle avait 
pris de faux plis. Voilà le mode à suivre indiqué par presque tous les auteurs 
qui sont entré dans ces détails, cependant comme nous nous sommes servi 
d'une méthode un peu difiérente et avec succès, nous croyons devoir la men- 
tionner ici, d'autant plus que nous la jugeons plus expéditive et plus sûre. 

Faites- vous construire une petite presse au moyen d'une seule vis en fer 
dont l'écrou est retenu dans la traverse qui relie deux montants que vous 
assujétissez fortement aux deux côtés d'une petite table de mêmes dimen- 
sions que votre papier et vos planchettes. Vous superposez ensuite vos 
cahiers chargés de plantes les uns sur les autres, les séparant de distance en 
distance par une planchette pour empêcher que la pression ne les diftbrme, et 
au moyen de la vis vous les soumettez à la pression que vous désirez sans 
avoir besoin pour cela d'encombrer votre cabinet d'étude de cailloux ou de 
déranger les volumes de votre bibliothèque (a). 



(a) On trouve chez M. Olivier Samson, .30, rue Craig, St. Roch de Québec, de 
telles presses toutes prêtes au prix de huit piastres. 



xir 

Au lieu d'employer des pièces de métal pour retenir la plante, voici encore 
notre manière de procéder. Nous couchons deux cahiers l'un sur l'autre 
puis relevant celui de dessus au-dessus de notre main gauche qui les retient 
tous deux par le bas, nous couchons notre plante sur le cahier de dessous et 
avançant alors notre main en faisant dérouler sur la plante le cahier supé- 
rieur, nous la rangeons et Fécartons de la main droite pour lui donner sa 
position jusqu'à ce qu'elle se trouve entièrement couverte, puis retenant au 
moyen d'une planchette la pression qu'exerce notre main gauche sur la plante, 
nous portons le tout sans interruption sous la presse. 

Il faut avoir soin de choisir les échantillons qui peuvent davantage montrer 
les divers états de la plante, comme sa racine, sa tige, ses feuilles, ses fîeurs, 
ses fruits, gousses ou capsules, etc. Lorsque ce sont des plantes herbacées 
vous tâchez ainsi d'y faire entrer chaque plante au complet si elle n'est pas 
de trop grandes dimensions. Quant aux arbres et arbrisseaux vous ne retenez 
à peu près que l'écorce du rameau qui porte les feuilles et les fleurs, ayant 
soin d'en enlever le bois avec précaution. Les plantes grasses et dont la 
souche est bulbeuse ou tubéreuse se dessèchent difficilement, il faut avoir 
soin avant de les mettre sous presse de les plonger dans l'eau bouillante 
jusqu'à la lîeur, vous les essuyez ensuite et vous les placez entre les cahiers. 

Vos plantes étant parfaitement desséchées vous placez chacune sur une 
feuille de beau papier blanc, vous l'y assujétissez au moyen de petites brides 
de papier enduites de gomme arabique que vous avez préparées d'avance, 
puis vous écrivez au-dessous ses noms botanique et vulgaire, le lieu où vous 
l'avez cueillie, le quantième où vous l'avez trouvée en fleur, etc., et la réunion 
de ces feuilles classées d'après la méthode indiquée par la Flore que vous 
aurez adoptée, avec ses notes et ses remarques, sera un monument que vous 
reverrez non sans beaucoup de charmes après quelques années, par ce qu'il 
vous rappellera les moindres circonstances de vos herborisations et l'ardeur 
que vous avez déployée autrefois en marchant religieusement sur les traces 
de la science. 



SERIE DES FAMILLES 

DÉCRITES DANS LA 

RANGÉES DANS L'ORDRE DE LEUR CLASSIFICATION, 

SELON LA MÉTHODE DE DECANDOLLE. 



PHANEROGAMES OU COTYLEDONEES. 



Dicotjlédones-Polypétales* 

RENONCULACÉES Ranunculaceœ. 

MAGNOLIACÉES Magnoliaceœ. 

MÉNISPERMÉES Menispermeœ. 

BERBÉRIDÉES Berberideœ. 

CABOMBÉES Cabombaceœ. 

NYMPHÉACÉES Nympheaceœ. 

SARRACÉNIÉES Sarraceniaceœ. 

PAPAVÉRACÉES Papaveraceœ. 

FUMARIACÉES Fumariaceœ. 

CRUCIFÈRES Cruciferœ. 

CAPPARIDÉES Capparideœ. 

RÉSÉDACÉES Resedaceœ. 

CISTINÉES Cistineœ. 

VIOLARIÉES Violarieœ. 

DROSÉRACÉES Droseraceœ. 

POLYGALÉES Polygaleœ. 

CARYOPHYLLÉES Coryophylleœ, 

PARONYQUIÉES Paronychieœ. 

PORTULACÉES Portulaceœ. 

LINÉES Lineœ. 

MALVACÉES Malvaceœ. 

TILIACÉES Tiliaceœ. 

CAMELLIACÉES CameUiaceœ. 

AURANTIACÉES Aurantiaceœ. 

HYPÉRICINÉES Hypericaceœ. 

ACÉRINÉES Acenneœ. 

HYPPOCASTANÉES Hyppocastanece. 

3 



XIV 

AMPÉLIDÉES Ampelideœ. 

GÉRANIACÉES Geraniaceœ. 

TROPÉOLEES Tropœoleœ. 

BALSAMINÉES Balsamineœ. 

OXALIDÉES Oxalideœ. 

RUTACÉES Rutacece. 

ZANTOXILÉES Zonioxyleœ. 

STAPHYLÉACÉES StaphyLeaceœ. 

CÉLASTRINÉES Celastrinece. 

ILICINÉES llicineœ. 

RHAMNÉES Rhamneœ. 

ANACARDIACÉES Anacardiaceœ. 

LÉGUMINEUSES Leguminosœ. 

AMYGDALÉES Amygdaleœ. 

ROSACÉES Rosaceœ. 

POMACÉES . ,. Pomaceœ. 

CALYCANTHÉES Calycanthece. 

ONAGRARIÉES Onagrarieœ. 

LYTHRARIÉES Lithrarieœ. 

PHILADELPHÉES Philaddphece. 

CUCURBITACÉES Cucurbitacece. 

BÉGONIACÉES Begoniaceœ. 

PASSIFLORÉES Passifloreœ. 

CRASSULACÉES Crassulaceœ. 

MÉSEMBRYANTHÉMÉES Mesembryanthemece. 

CACTÉES Cacteœ. 

GROSSULARIÉES Grossularieœ. 

SAXIFRAGÉES Saxifrageœ. 

HAMAMÉLIDÉES Hamamelideœ. 

OMBELLIFÈRES OmbeUiferœ. 

ARALIACÉES Araliacece. 

CORNÉES Corneœ. 

Monopét^JeSt 

CAPRIFOLIACÉES Capri/oliaceœ. 

RUBIACÉES Rubiaceœ. 

VALÉRIANÉES Valerianeœ. 

DIPSACÉES .Dipsaceœ. 

COMPOSÉES Composiice. 

LOBÉLIACÉES Lobeliaceœ. 

CAMPANULACÉES Campanulaceœ. 

VACCINTÉES Vaccinieœ. 



XV 

ERICACÉES Ericacece. 

PYROLACÉES Pyrolaceœ. 

MONOTROPÉES Monotropeœ. 

UTRICULARIÉES Utricularieœ. 

PRIMULACÉBS Primulaceœ. 

OLÉINÉES Oleineœ. 

APOCYNÉES Apocyneœ. 

ASCLÉPIADÉES Asclepiadeœ. 

GENTIANÉES Gentianeœ. 

BIGNONIACÉES Bignoniaceœ. 

HYDROPHYLLÉES Hydrophylleœ. 

POLÉMONIACÉES Polemoniaceœ. 

CONVOLVULACÉES Convolvulaceœ. 

EORRAGINÉES Borraginece. 

SOLANÉES Solaneœ. 

SCROFULARINÉES Scmfularineœ. 

OROBANCHÉES Orobancheœ. 

ACANTHACÉES Acanihaceœ. 

VERBÉNACÉES Verbenaceœ. 

LABIÉES Labiaio'. 

PLO'vIBAGINÉES Phmbagineœ. 

PLANTAGINÉES Plantagineœ. 

Apétaies. 

PHYTOLACCÉES Phytolacceœ. 

CHÉNOPODÉES Chenopodeœ. 

AMARANTACÉES Amarantaceœ. 

POLYGONÉES Polygoneœ. 

LAURINÉES Laurineœ. 

THYMÉLÉES Thymeleœ. 

SANTALACÉES Santalaceœ. 

ELÉAGNÉES Eleagneœ. 

ASARINÉES Asarineœ. 

EMPÉTRACÉES Empetraceœ. 

EUPHORBIACÉES Euphorbiaceœ. 

CALLITRICHÉES Callitrichaceœ. 

SAURURÉES Saurureœ, 

URTICÉES Urticeœ. 

CANNABINÉES Cannabineœ. 

ULMACÉES Ulmaceœ. 

MORÉES Moreœ. 

PLATANÉES Plataneœ. 

SALICINÉES Salicineœ. 



XVI 

JUGLANDÉES Juglandeœ. 

CUPULIFÈRES CupuUferœ. 

BÉTULACÉES Betulaceœ. 

MYRICÉES Myriaceœ. 

CONIFÈRES Coniferœ. 

Monocotjlédones-Aglum^cées» 

ORCHIDÉES Orchiàeœ. 

CANNÉES Canneœ. 

AMARYLLIDÉES Amaryllideœ. 

IRIDÉES Indeœ. 

DIOSCORÉES Discoreœ. 

SMILACINÉES Smilacineœ. 

TRILLIACÉES Trilliaceœ. 

LILIACÉES Liliaceœ. 

MÉLANTHACÉES Melanthaceœ. 

PONTÉDÉRIACÉES Pontederiaceœ. 

JONCÉES Jonceœ. 

COMMÉLINÉES Commelineœ. 

AROIDÉES Aroideœ. 

TYPHACÉES Typhaceœ. 

ALISMACÉES Alismaceœ. 

NAIADÉES Najadeœ. 

HYDROCHARIDÉES Hydrocharideœ. 

LEMNACÉES Lemnaceœ. 

ERIOCAULONÉES EHocauloneœ. 

Glumacées. 

CYPÉRACÉES Cyperaceœ. 

GRAMINÉES Gramineœ. 

CRYPTOGAMES OU ACOTYLÉDONÉES. 
Acrogèuesi 

FOUGÈRES Filices. 

LYCOPODIACÉES Lycopodiacece. 

EQUISÉTACÉES Equisetaceœ. 

CHARACÉES Characeœ. 

MOUSSES Musci. 

HÉPATIQUES Hepaticœ. 

Thallogènes. 

LICHENS Lichenes. 

CHAMPIGNONS Fungi. 

ALGUES Algœ. 



DE L'EMPLOI DES CLEFS ANALYTIQUES. 



Pour que l'usage de ces clefs puisée être efficace entre les mains de l'élève 
il faut qu'auparavant il se rende parfaitement compte à lui-même, par une 
analyse minutieuse et attentive de la disposition et de la conformation des 
différentes parties de la plante dont il veut avoir le nom. 

Il fera donc subir à cette plante une espèce d'interrogatoire préliminaire 
concernant : la tige, ligneuse ou herbacée ; les feuilles, alternes ou opposées, 
simples ou composées, entières ou dentées, numies ou non de stipules ; l'in- 
florescence, axillaire ou terminale ; la fleur, complète ou incomplète ; les 
sépales, pétales, étamines, pistils, ovaires, stigmates, libres ou cohérents, 
leur nombre, leur conformation particulière ; la corolle, son insertion hypo- 
gyne, épigyne ou périgyne ; la placentation, axille ou pariétale, etc. 

Si la fleur est monosépale et monopétale il la fendra avec le canif de bas 
en haut pour reconnaître l'insertion des étamines. Quant à l'ovaire il le 
coupera par tranches transversales pour remarquer le nombre des loges, la 
disposition des ovules, ainsi que la position des placentaires. 

Ces préliminaires sont absolument essentiels si l'élève ne veut pas aller au 
hasard et par là s'exposer à un insuccès presque certain et par suite au dé- 
couragement. Mais cet examen fini il commencera par lire dans la clef les 
deux phrases d'un même numéro, s'arrêtant à celle qui convient le mieux à 
sa plante et remarquant le chittre qui termine cette phrase. Puis il cher- 
chera le même chiflre dans la marge à gauche et il en lira de même les deux 
phrases, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il soit parvenu à tronver un nom de 
Famille à la suite de Ja phrase à laquelle il se sera arrêté en dernier lieu. 
Mais comme les exemples sont souvent plus efficaces dans de semblables 
détails, nous allons en citer ici quelques uns. 

Supposons que vous tenez entre vos mains un échantillon de la plante 
appelée vulgairement Argentine, et que vous voulez connaître son véritable 
nom. Après avoir examiné attentivement la conformation et la disposition 
de ses diverses parties, vous commencez à lire la clef analytique. 

1 Plante pourvue d'étaminea ou de pistil? Oui; c'est une plante phanéro- 

game, allez au No. 2. 

2 Plantule à deux cotylédons, tige à moelle centrale ? Oui ; c'est une dico- 

tylédone, allez au No. 3. 

3 Stigmate présent ? Ovule renfermé dans un ovaire? Oui; c'est une an- 

giosperme, allez au No. 4. 

4 Corolle à pétales libres ? Oui ; c'est une polypétale, allez au No. 7. 

7 Tige herbacée? Oui; allez au No. 8. 

8 Feuilles alternes ou radicales? Oui; allez au No. 9. 

9 Fleurs irrégulières? Non. — Fleurs régulières ? Oui ; allez au No, 16. 
16 Etamines 00, ou plus de 10? Oui ; allez au No, 17, 



XVIII 

17 Etaniines soudées en une colonne avec les cinq styles? Non. — Etamines 

libres des styles? Oui ; allez au No. 18. 

18 Etamines 10, alternant avec des glandes nectarifères ? Non. — Etamines 

10 sans glandes nectarifères? Non. — Etamines plus de 10? Oui; allez 
au No. ly. 

19 Etamines périgynes, insérées sur le calice? Oui ; allez au No. 20. 

20 Pétales 5, styles libres? Oui; votre plante appartient à la Famille des 

Rosacées, voyez page 169. 

Après vous être assuré en lisant les caractères de cette Famille que vous 
ne vous êtes point trompé, vous passez à la clef analytique des Genres qui 
est construite sur le même principe. 

1 Ovaires inclus dans le tube calicinal? Non; No. 5. 
5 Fruit-follicules ? Non. — Fruit-akènes ? Oui ; No. 8. 

8 Pétales 8-9? Non.— Pétales 5-4? Oui; No. 9. 

9 Carpelles encaissés dans un réceptacle devenant succulent à la maturité ? 

Non ; No. 10. 

10 Styles terminaux, cordées ou ployés? Non ; No. 11. 

11 Carpelles 5-10, sessiles au fond du calice? Non; No. 12. 

12 Piéccptacle spougieux àlamatxmté? Fleurs pourj^re foncé? Non; No. 13. 

13 Tioes rampantes? Feuilles simples? Non. — Tiges dressées? feuilles com- 

posées ou divisées? Oui; votre plante appartient au Genre Poteutille 
(j^ui est le cinquième décrit dans la Famille, recourant à ce Genre, page 
188, vous vous assurez par l'examen des caractères que vos procédés 
sont exacts, puis vous parcourez les Espèces; arrivé à la sixième Po- 
ïEXTiixE Ansérixe, vous trjuverez qu'elle répond exactement aux 
caractères de la plante que vous tenez entre vos mains et que par con- 
séquent c'est là son véritable nom. 
Les détails de sa description vous apprendront encore : que cette plante a 
été décrite la première fois par Linnée, qu'elle porte en français les noms 
vulgaires d' Argentine on d^ Ansérine, et en anglais ceux de Sii-ver-weed et 
de (iooSE-GUASS; qu'on la trouve partout dans les champs et sur les bords 
des chemins depuis l'Amérique Arctique jusqu'à la Pennsj'lvame, et qu'elle 
est en fleur depuis Juin jusqu'à Septembre. 

Si maintenant vous voulez identifier cette fleur si commune sur nos rivages 
et qu'on désigne vulgairement sous le nom de Clajeu.v, après l'examen suf- 
fisant de sa cuiiformation et de la disposition de ses différentes parties, vous 
procéderez donc à lire la clef analytique. 

1 Plante pourvue d'étaraines ou de pistil? Oui; c'est une plante i^liané- 

rogame, allez au No. 2. 

2 Plantule à deux cotylédons. Tige à moelle centrale ? Non. — Plantule 

à un seul cotylédon. Tige creuse ou sans moelle centrale ? Cui ; c'est 
une monocotylédone, allez au No. 5. 
5 Organes générateurs enveloppés dans des glumes? Non. Organes gé- 
nérateurs sans glumes, avec ou sans périanthe? Oui; votre plante 
appartient à la Classe des Aglumacées, allez au No. 163. 

le.'î Tise ligneuse? Non. Tige herbacée ou ? Oui; No. 165. 

165 Fleurs apérianthées, le plus souvent en spadice? Non. — Fleurs à pé- 
rianthe représentant calice et corolle? Oui; No. 169. 

169 Périanthe adhérent à l'ovaire, du moins à la base? Oui; No. 170. 



XIX 

170 Fleurs incomplètes, régulières. Plantes aquatiques ? Non. — Fleurs par- 

faites. Plantes terrestres ? Oui j No. 171. 

171 Etamine 1, libre ? Non. — Etamines 1-2, adliérentes au pistil? Non. — 

Etamines 3. Anthères extrorses ? Oui ; votre jôiaute appartient à la 
Famille des Iridées, voyez page 581. 

Procédant ensuite de la même manière dans la clef analytique des 
Genres, page 582, vous avez : 

1 Fleurs régulières ? Oui ; No. 2. 

2 Etamines à filets libres ? Oui; No. 3. 

3 Branches stigmatiques dilatées en lames pétaloïdes ? Oui; c'est une Iris 

qui est le troisième Genre décrit page 584. 

Procédant alors à la lecture des Espèces, et trouvant que les détails de la 
première répondent fidèlement à votre plante, vous en concluez que c'est l'Iris 
versicolore, décrite en premier lieu par Linnée, connue vulgairement sous le 
nom de Clajeux et que les Anglais appellent, eux, Blce-Flag, qui se ren- 
contre dans les lieux humides et vaseux dans tout le Canada jusqu'à la 
Cai'oline, et qu'aux Trois-Pistoles et à Chateauguay on j^eut certainement la 
trouver en fleur dans le mois de Juin. 

N. B. — La clef analytique qui suit a été calculée seulement sur le nombre 
des Familles décrites dans la Flore et non comme pouvant offrir une espèce 
de synopsis du règne végétal en entier. 



CLEF ANALYTIQUE DES FAMILLES. 



1 Plante pourvue d'étamines ou de pistil PHANÉROGAME 2 

1 Plante sans étamines ni pistil CRYPTOGAME 6 

2 Plantule à deux cotylédons. Tige à moelle 

centrale DICOTYLÉDONES 3 

2 Plantule à un seul cotylédon. Tige creuse 

ou sans moelle centrale MONOCOTYLÉDONES 5 

3 Stigmate présent. Ovules renfermés dans un 

ovaire ANGIOSPERMES 4 

3 Stigmate 0. Ovules nus, retenus seulement par 

des écailles GYMNOSPERMES. Conifères p. 552 

4 Corolle à pétales libres POLYPÉTALES 7 

4 Corolle à pétales soudés entre eux MONOPÉTALE 85 

Corolle manquant APÉTALE 124 

5 Organes générateurs enveloppés dans des glumes GLUMACÉES 170 

6 Organes générateurs sans glumes, avec ou sans 

périanthe AGLUMACÉES 163 

6 Plante à tige et feuilles distinctes ou du 

moins à rameaux foliiformea ACROGÈNES 180 

6 Plante où les tiges et les feuilles se confondent. . .THALLOGÈNES 183 



DICOTYLEDONES-POLYPETALES. 

7 Tige herbacée ou herbes 8 

7 Tige ligneuse, arbres ou arbrisseaux . . 54 

8 Feuilles alternes ou radicales 9 

8 Feuilles caulinaires, opposées ou verticillées 40 

9 Fleurs irrégulières 10 

9 Fleurs régulières ou à peu près 16 

10 Corolle papilionacée. Etamines 10 Légumineuses p. 131 

11 Etamines 10-00 Renonculacées p. 2 

10 Corolle non papilionacée 11 

11 Etamines moins de 10 12 

1 2 Feuilles si niples 13 

12 Feuilles décomposées ou divisées 16 

13 Feuilles peltées, sans stipules Tropéolées p. 116 

13 Feuilles non peltées, stipulées. Fleurs ^ Violabiées p. 64 

13 Feuilles non peltées, stipulées. Fleurs monoïques. Bégoniacées p. 117 

13 Feuilles ni peltées, ni stipulées ^ 14 

14 Filets 5, unis par leur sommet Balsaminées p. 117 

14 Fileta 6-8, soudés à la base Polyoalées p. 71 



XXI 

15 Ovaire 1-loculaire. Etamines 6, diadelphes Fumariacées p. 35 

15 Ovaire 3-loculaire. Etamines 8, libres Tropéolées p. 116 

15 Ovaire à 5 loges 2-oviilées. Feuilles stipulées. . .Géraniacées p. 112 

16 Etamines 00, ou plus de 10 17 

16 Etamines peu nombreuses, moins de 10 25 

17 Etamines soudées en une colonne avec les cinq styles 

Malvacées p. 90 

1 7 Etamines libres des styles 18 

18 Etamines 10, alternant avec des glandes nectarifères 

GÉRANIACÉES p. 112 

18 Etamines 10, sans glandes nectarifères Oxalidées p. 119 

18 Etamines plus de 10 19 

19 Etamines périgynes, insérées sur le calice 20 

19 Etemines hypogynes, insérées sur le réceptacle 21 

20 Pétales 5, styles libres Rosacées p. 169 

20 Pétales nombreux, en plusieurs rangs, styles cohérents 

Cactées p. 241 

21 Feuilles tubuleuses Sarracénikes p. 29 

21 Feuilles peltées Cabombées p. 25 

21 Feuilles ni tubuleuses ni peltées 22 

22 Sépales 2, caducs. Jus ordinairement coloré 

Papavéracées p. 30 

22 Sépales plus de 2 23 

23 Ovaire ouvert avant la maturité Résédacées p. 61 

23 Non 24 

24 Ovaire composé, 12-30-loculaire. Plante aquatique 

Ntmphéacées p. 26 

24 Ovaire stipité, 1-loculaire, à graines nombreuses 

Capparidées p. 60 

24 Ovaire unique, simple ou plusieurs ensemble, libres 

Rknonculacées p. 2 

25 Ovaire infère, adhérent 26 

25 Ovaire supère, libre 32 

26 Fleurs en 5 parties, en ombelles 27 

26 Fleurs en 1-2-3-4-5 parties, non en ombelles 29 

27 Fruit sec 2-valve Ombellifères p. 256 

27 Fruit, baie ou drupe 28 

28 Ombelles manies d'involucres pétaloïdes Cornées p. 276 

28 Ombelles sans involucre Araliacées p. 273 

29 Herbes à vrilles. Etamines plue ou moins unies 

Cucurbitacées p. 227 

29 Herbes sans vrilles. Etamines libres 30 

30 Ovaire à loges 1-ovulées 31 

30 Ovaire à loges pluri-ovulées Onagrariées p. 213 

31 Ovaire 1-loculaire. Herbes charnues Portulacées p. 86 

31 Ovaire 1-loculaire. Herbes non charnues Saxifragées p. 250 

31 Ovaire 2-5-loculaire Onagrariées p. 213 

32 Herbes charnues. Sépales 2 Portulacées p. 86 

32 Herbes charnues. Sépales 3-20 Crassulacées p. 237 

32 Herbes non charnues. Sépales 3 ou plus 33 

33 Ovaire 1-loculaire 34 

33 Ovaire 2-10-loculaire 36 

34 Etamines hypogynes, insérées sur le réceptacle 35 

34 Etamines périgynes, insérées sur le calice. . .Saxifragées p. 250 

35 Style 1. Ovaire sessile Berbéridées p. 23 

35 Style 1. Ovaire stipité Capparidées p. 60 

35 Styles ou etigmat^a 6-10 Droséracées p. 60 

4 



XXII 

36 Etamines 6, tétradynames CRrriFÈRES p. 39 

36 Etamines en nombre égal ou double de celui des sépales 3Y 

37 Etamines soudées à la base 3f5 

37 Etamines libres 39 

38 Etamines 3-5. Capsule 10-loculaire Linées p. 88 

38 Etamines 10 ou plus. Capsule 5-loculaire Oxalidées p. 119 

39 Etamines 10. Plantes sans verdure Monotropées p. 375 

■ 39 Etamines 10. Plantes vertes Pyrolacées p. 372 

40 Feuilles stipulées „ 41 

40 Feuilles sans stipules 42 

41 Plantes velues. Feuilles pétiolées Stipules foliacées 

GÉR ANIACÉES p. 1 1 2 

41 Plantes glabres. Feuilles sessiles, entières. Stipules scarieupes 

PaRON YQUIÉES p. 85 

41 Plantes glabres. Feuilles sessiles, verticillées. Stipules . . . 

Caryophyllées p. 75 

42 Fleurs très irrégulières Polygalées p. 71 

42 Fleurs régulières ou à peu près , . 43 

43 Ovaire libre, supère 44 

43 Ovaire adhérent, infère 51 

44 Ovaires plusieurs, distincts, stipités Eenonculacées p. 2 

44 Ovaire composé 45 

45 Sépales 2, moins nombreux que les pétales 

PORTULACÉES p. 86 

45 Sépales35 46 

46 Style 1 ; stigmate 1 47 

46 Styles et stigmates plusieurs 48 

47 Sépales égaux, combinés en un tube Lithrariées p. 224 

47 Sépales inégaux, 2-sérié3 Cistinées p. 62 

48 Etamines 20-00. Feuilles ponctuées Hypéricinées p. 101 

48 Etamines 10 ou moins 49 

49 Tige gonflée aux nœuds Caryophyllées p. 73 

49 Tige non gonflée aux nœuds 50 

50 Pistils 3-5, en nombre égal aux pétales Crassulacées p. 237 

60 Pistils 2. moins nombreux que les pétales Saxifragées p. 250 

51 Fleurs entourées d'un involucre pétaloïde Cornées p. 276 

51 Fleurs sans involucre 62 

62 Feuilles composées Araliacées p. 273 

62 Feudles simples 53 

53 Herbes charnues. Ovaire 1-loculaire Cactées p. 241 

53 Herbes charnues. Ovaire pluri-loculaire 

MÉSEMBRYANTHÉMÉES p. 240 

53 Herbes non charnues Onagrariées p. 213 

64 Feuilles alternes 55 

64 Feuilles opposées " 77 

55 Etamines 15-00 . 56 

55 Etamines peu nombreuses, définies 62 

66 Filets unis aux 5 styles en colonne Malvacées p. 90 

66 Filets libres des styles 57 

57 Etamines périgynes, insérées sur le calice 58 

67 Etamines hypogynes, insérées sur le réceptacle 60 



xxm 

60 t'euilles stipulées. Sépales 5 , Tii,1acées p. 96 

60 Feuilles stipulées. Sépales 3 Magnoliu'Ées p. 20 

60 Feuilles sans stipules 61 

61 Feuilles ponctuées, aromatiques Aukantiacées p. 100 

61 Feuilles non ponctuées, non aromatiques.. Camelliacées p. 98 

62 Ovaire supère, libre 63 

62 Ovaire infère, adhérent au tube du calice 74 

63 Corolle irrégulière 64 

63 Corolle régulière ou à peu près 65 

64 Corolle papilionacée Légumineuses p. 71 

64 Corolle non papilionacée. Fruit, 1 gousse . . . .Césalpinées p. 157 

64 Corolle non papilionacée. Fruit, capsule Ericacées p. 364 

65 Fruit 1 gousse Mimosées p. 159 

65 Fruit non 1 gousse 67 

67 Tige grimpante 68 

67 Arbres ou arbrisseaux droits 70 

68 Etamines 12-18. Tige sans vrilles Ménispermées p. 22 

68 Etamines 5-4. Tige munie de vrilles 69 

69 Ovaire stipité. Etamines 5, monadelphes. . . .Passiflorées p. 236 

69 Ovaire sessile. Etamines 5-4, libres, opposées aux pétales 

Ampélidées p. 110 

69 Ovaire sessile. Etamines 5-4, libres, alternant avec les pétales. . . . 

CÉLASTRINÉES p. 123 

70 Etamines opposées aux pétales et en nombre égal 71 

70 Etamines alternant avec les pétales 72 

71 Ovaire 1-locuIaire. Etamines 6 B£rbéridées p. 23 

71 Ovaire 3-4-loculaire. Etamines 4-5 Rhamnées p. 127 

71 Ovaire 3-5-loculaire. Etamines 5 ou 10 Ericacées p. 364 

72 Feuilles ponctuées. Pistils 3-5 Zantoxyléks p. 121 

72 Feuilles non ponctuées. Pistils 2-3 Céi.astrinées p. 123 

72 Feuilles non ponctuées. Plusieurs ovules dans chaque loge. . . . 

Staphyléacées p. 122 

73 Feuilles composées. Ovaire 1-loculaire anacardiacées p. 128 

73 Feuilles composées. Ovaire 2-10-loculaire Ilicinées p. 125 

74 Fleurs en ombelles. Style 1 Cornées p. 276 

74 Fleurs en ombelles. Styles 2-5 Araliacées p. 273 

74 Fleurs non en ombelles 75 

75 Etamines insérées sur le tube du calice. Capsule coriace 

Hamamélidées p. 255 

75 Etamines insérées sur un disque couronnant l'ovaire. Baie pul- 

peuse ou dr upacée 7g 

76 Fleurs en grappes ou en corymbes Grossulariées p. 246 

76 Fleurs en cimes Cornées p. 276 

77 Fleurs irrégulières Hippocastanées p. 108 

77 Fleurs régulières ou à peu près 78 

78 Etamines, pétales et sépales 4 Cornées p. 276 

78 Etamines, pétales et sépales 5 79 

78 Etamines 6-00 80 

79 Etamines opposées aux pétales. Tiges munies de vrilles 

- - - - Ampélidées p. 110 

79 Etamines alternes avec les pétales. Tiges sans vrilles 

Célastrinées p. 123 

80 Ovaire libre 81 

80 Ovaire adhérent au tube du calice 84 

81 Etamines périgynes. Styles 2-3 82 

81 Etamines hypogynes. Styles 1-3 83 



XXIV 

58 Calice caduc. Fruit 1 drupe Amygdalées p. 160 

58 Calice persistant. Fruit non 1 drupe 59 

59 Ovaires 2-5. Fruit 1 pome Pomacées p. 198 

59 Ovaires 1-00. Fruit, akènes Kosacées p. 169 

82 Fruit samare. Feuilles palmi-nervées ou composées 

ACÉRINÉES p. 104 

82 Fruit capsule. Feuilles penni-nervées, simples. .Saxifragées p. 250 

83 Etamines polyadelphes. Feuilles ponctuées 

Hypéricinées p. 101 

83 Etamines libres. Feuilles non ponctuées. .. .Cistinées p. 62 

83 Etamines libres. Feuilles palmi-nervées non ponctuées 

Acérinées p. 104 

84 Sépales et pétales 4. Etamines 8 Onagrariées p. 213 

84 Sépales et pétales 4-5, Etamines 20-40 Philadelphées p. 226 

84 Sépales, pétales et etamines 00 Calycanthées p. 212 

DICOTYLÉDONES-MONOPÉTALES. 

85 Etamines 2-4, moins nombreuses que les lobes de la corolle. 86 

85 Etamines en nombre égal aux lobes de la corolle 93 

85 Etamines 6-12, plus nombreuses que les lobes de le corolle 119 

86 Ovaire infère, adhérent au tube du calice 87 

86 Ovaire supére, libre 88 

87 Etamines 4 Caprifoliacées p. 280 

87 Etamines 3 Valérianées p. 293 

88 Tige herbacée 89 

88 Tige ligneuse Oléinées p. 385 

89 Plantes décolorées, sans feuilles Orobanchées p. 447 

89 Plantes vertes, feuillues 90 

90 Feuilles toutes radicales. Corolle éperonnée...UTRicuLARiÉES p. 377 

90 Feuilles caulinaires. Corolle non éperonnée 91 

91 Ovaire 4-lûbé, formant 4 akènes Labiées p. 453 

91 Ovaire entier, à 1-4 loges 1-ovulées Verbénacées p. 450 

91 Ovaire entier. Fruit capsulaire, à 2 loges pluri-ovulées 92 

92 Corolle à préfloraison imbriquée Scrofularinées p. 429 

92 Corolle à préfloraieon enroulée Acanthacées p. 449 

93 Fleurs en capitules involucrés 94 

93 Non 95 

94 Etamines 5, soudées par les anthères Composées p. 296 

94 Etamines 4 ; anthères libres Dipsacées p. 295 

95 Ovaire infère, adhérent au tube du calice 96 

95 Ovaire supère, libre du calice 100 

96 Etamines unies par les anthères 97 

96 Etamines libres.. 98 

97 Fleurs régulières. Tiges munies de vrilles.. Cucurbitacées p. 227 
97 Fleurs irrégulières. Corolle fendue d'un côté. Tiges sans 

vrilles Lobéliacées p. 353 

98 Feuilles alternes. Suc laiteux. Fleurs à 5 divisions 

Campanulacées p. 357 

98 Feuilles opposées 99 

99 Feuilles sans stipules. Fleurs à 5 divisions 

Caprikoliacées p. 280 

99 Feuilles stipulées ou verticillées, sans stipules 

RUBIACÉES p. 289 



XXV 

100 Etamines opposées aux lobes de la corolle 101 

100 Etamines alternes avec les lobes de la corolle 103 

101 Ovaire 1-ovnlé. Styles 5 Plombaginées p. 471 

101 Ovaire pluri-ovulé. Style 1 102 

102 Corolle irrégulière, 2-labiée Bignoxiacées p. 402 

102 Corolle régulière Primvlacées p. 379 

103 Ovaire 4-lobé, formant 4 akènes Borraginées p. 412 

103 Ovaire simple 104 

104 Ovaire 1-loculaire 105 

104 Ovaire 2-10-loculaire 106 

105 Feuilles alternes, pétiolées, divisées, couvertes de poils rudes . . 

'. Hydrophyllées p. 403 

105 Feuilles opposées, sessiles, entières, glabres 

Gentianées p. 398 

105 IFeuillea 0. Plante décolorée Orobanchéks p. 447 

106 Plante à suc laiteux 107 

106 Plante à suc aqueux 109 

107 Filets monadelplies. Pollen réuni en masses au-dessus du 

stigmate Asclépiadées p. 394 

107 Filets libres. Pollen dans des anthères ordinaires 108 

108 Feuilles alternes. Tige volubile ou flexueuse. 

Convolvulacées p. 408 

108 Feuilles opposées. Tige dressée Apocynées p. 390 

109 Tige ligneuse 110 

109 Tige herbacée 115 

110 Style 0. Corolle à 4-6 divisions IlicinÉes p. 125 

110 Style présent. Corolle à 5-4 divisions 111 

111 Etamines libres ou presque libres de la corolle 

Ericacées p. 364 

111 Etamines insérées sur le tube la corolle 112 

112 Feuilles opposées 113 

112 Feuilles alternes 114 

113 Corolle réguhère Rubiacées p. 289 

113 Corolle 2-labiée, à limbe concave Scrofularinées p. 429 

114 Corolle à préfloraison tordue Convolvulacées p. 408 

114 Corolle à préfloraison plissée Solanées p. 420 

115 Feuilles opposées ou radicales 116 

115 Feuilles alternes, du moins les inférieures 117 

115 Feuilles 0. Plante parasite Convolvulacées p. 408 

116 Feuilles stipulées. Corolle à préfloraison valvaire 

Rubiacées p. 289 

116 Feuilles sans stipules. Etamines 5 Polémoniacées p. 405 

116 Feuilles sans stipules. Etamines 4. Corolle scarieuse 

Plantaginées p. 473 

117 Tige volubile Convolvulacées p. 408 

117 Tige dressée ou non volubile 118 

118 Corolle régulière à préfloraison pHssée Solanées p. 420 

118 Corolle régulière à préfloraison imbriquée ou tordue 

Polémoniacées p. 405 

118 Corolle inégale Scrofularinées p. 429 

119 Etamines en nombre double des pétales et soudées avec eux. . 

MONOTROPÉES p. 375 

119 Etamines non adhérentes à la corolle 120 

120 Etamines diadelphes 121 

120 Etamines libres entre elles 122 

5 



XXVI 

121 Etamines réunies en 2 corps égaux (3 et 3). ..Fumariacées p. 35 
•121 .Etannnes réunies en 2 corps inégaux (9 et 1)..Légcminedses p. 131 

122 Tige ligneuse ou sous-ligneuse 123 

122 Tige herbacée Pyrolacées p. 372 

123 Ovaire libre, supère Ericacées p. 36.4 

123 Ovaire adhérent, infère Vacciniées p. 360 

DICOTYLÉDONES-APÉTALES. 

124 Herbe 125 

124 Abrisseau ou arbre 148 

125 Feuilles alternes ou nulles 125 

125 Feuilles opposées 136 

126 Stipules engainantes. Feuilles simples, entières.. PoLTGONÉES p. 490 

126 Stipules non engainantes, dentées. Feuilles pennées 

Rosacées p. 169 

126 Stipules nulles ou ni engainantes, ni dentées 127 

127 Fleurs avec un calice régulier ou un involucre 128 

127 Fleurs sans calice ni involucre Sacrxjrées p. 514 

128 Calice adhérent à l'ovaire 129 

128 Calice libre de l'ovaire 130 

129 Etamines 5 Santalacées p. 503 

129 Etamines 6-12. Stigmates 6 Asarinées p. 506 

'130 Carpelles parfaitement libres. Etamines 00 

Renoncdlacées p. 2 

130 Carpelles unis en un ovaire composé 131 

131 Ovaire 1-loculaire, pluri-ovulé 132 

131 Ovaire 2-loculaire, pluri-ovulé Crucifères p. 39 

131 Ovaire pluri-loculaire, pluri-ovulé 134 

132 Pistils 1. Plantule droite Urticées p. 515 

132 Pistils 2-5. Plantule courbe 133 

133 Calice et bractées scarieux Amarantacées p. 486 

133 Calice et bractées herbacés Chénopodées p. 480 

134 Plante à suc souvent laiteux, acre. Filets ramifiés 

EUPHORBIACÉES p. 509 

134 Non - 135 

135 Ovaire à 5 loges multi-ovulées Crassulacées p. 237 

135 Ovaire à 6-10 loges, 6-10-ovulée8 Phtthoi>acées p. 475 

136 Ovaire adhérent au périanthe Onagrariées p. 213 

136 Ovaire libre du périanthe 137 

137 Suc laiteux. Ovaire à 3 loges 1-2-ovulées 

EUPHORBIACÉES p. 509 

137 Suc incolore 138 

138 Feuilles stipulées 139 

138 Feuilles sans stipules 140 

139 Feuilles composées ou lobées Cannabinées p. 517 

139 Feuilles simples, entières, glabres Ii.icinées p. 125 

139 Feuilles simples, dentées, chargées de poils brûlants 

, Urticées p. 515 

140 Etamines plus de 15 Renonculacées p. 2 

140 Etamines peu nombreuses 141 

141 Etamines en nombre double des sépales 142 

141 Etamines en nombre égal aux sépales ou moins nombreuses. . 143 

142 Plante aquatique Onagrariées p. 213 

!142 Plante terrestre '-• Saxifragées p. 250 



XXVII 

143 Périanthe grand, à limbe entier, en entonnoir 

Nyctagikêes p. 489 

143 Périanthe petit, à 3-5 dents 144 

144 Calice et bractées secs, scarieux Amarantacées p. 486 

144 Calice et bractées herbacés 145 

145 Fleurs unisexuées Urticées p. 515 

145 Fleurs parfaites 146 

146 Etamines alternes avec les sépales Primclacées p. 379 

146 Etamines opposées aux sépales 147 

147 Feuilles opposées ou alternes Paronyquiées p. 85 

147 Feuilles verticillées Portulacées p. 86 

148 Feuilles alternes 149 

148 Feuilles opposées 161 

149 Fleurs parfaites, g , non en chatons 150 

149 Fleurs monoïques, les (^ en chatons 157 

149 Fleurs incomplètes, toutes en chatons 158 

150 Etamines alternant avec les lobes du périanthe et en même 

nombre 151 

150 Etamines opposées aux lobes du périanthe ou en nombre 

double 154 

151 Feuilles dentées Rhamnées p. 127 

151 Feuilles entières : 152 

152 Feuilles persistantes Empétracées p. 508 

152 Feuilles caduques 153 

153 Feuilles glabres Ilicinées p. 125 

153 Feuilles couvertes d'un duvet blanc Eléagnées p. 504 

154 Périanthe à 3 divisions. Etamines 6 Azakinées p. 506 

154 Périanthe à 4 divisions. Etamines 8 Thymélées p. 501 

154 Périanthe à 5-9 divisions. Etamines 9, en 3 rangs 

Laurinées p. 499 

155 Feuilles pennées, ponctuées Zantoxylées p. 121 

155 Feuilles simples 156 

156 Ovaire adhérent au périanthe Santalacées p. 508 

156 Ovaire libre du périanthe Ulmacées p. 519 

157 Feuilles composées, pennées Juglandées p. 585 

157 Feuilles simples Cupulifères p. 538 

158 Suc laiteux. Fruit charnu Morées p. 522 

158 Suc aqueux. Fruit sec 159 

159 Chatons ovales ou cylindriques 160 

159 Chatons globuleux, pendants Platanées p. 524 

160 Ovaire 1-loculaire, 1 -ovulé. Fruit drupacé. .Myricées p. 550 
160 Ovaire 2-loculaire, 2-ovulé. Fruit, akène 

BÉTULACÉES p. 545 

160 Ovaire l-loculaire, pluri-ovulé. Fruit capsule.SALiciNÉEs p. 525 

161 Feuilles composées. Samare simple Oléinées p. 585 

161 Feuilles composées. Samare double Acérikées p. 104 

161 Feuilles simples 162 

162 Fruit, 1 double samare Acérinées p. 104 

162 Fruit, baie sèche ou charnue Eléagnées p. 504 

162 Fruit capsulaire. Feuilles persistantes.. .Euphorbiacées p. 509 

MONOCOTYLÉDONES-AGLUMACÉES. 

163 Tige ligneuse 164 

■ 163 Tige herbacée pu 0. 156 



XXVIII 

164 Fleurs en épi ou en panicule. Capsule à 3 angles 

DioscoRÉEs p. 587 

164 Fleurs en ombelle. Baie globuleuse Smilacinées p. 589 

165 Fleurs apérianthées, le plus souvent en spadice 166 

165 Fleurs à périanthe représentant calice et corolle 169 

165 Fleurs à périanthe complet, mais obscure, en tête arrondie. . . 

Eriocaulonkes p. 632 

166 Plantes terrestres. Fleurs en spadice ou sur une hampe 

Aroïdées p. 616 

166 Plantes aquatiques ou palustres 167 

167 Plante palustre, à tige feuillée. Fleurs en épi serré 

Ttphacées p. 620 

167 Plantes croissant dans l'eau 168 

168 Racines flottant librement dans l'eau. Feuilles à la surface 

Lemnacées p. 631 

168 Racines fixées au fond de l'eau. Plantes submergées 

Naïadées p. 624 

169 Périanthe adhérent à l'ovaire, du moins à la base 170 

169 Périanthe libre de l'ovaire 172 

170 Fleurs incomplètes, régulières. Plantes aquatiques 

Hydrocharidées p. 629 

170 Fleurs parfaites. Plantes terrestres 171 

171 Etamine 1, libre Cannées p. 575 

171 Etamines 1-2, adhérentes au pistil Orchidées p. 561 

171 Etamines 3. Anthères extrorses Iridées p. 581 

171 Etamines 6 Amaryllidées p. 576 

172 Divisions du périanthe toutes semblables 173 

172 Divisions du périanthe formant calice et corolle 178 

173 Styles et stigmates 3 173 

173 Styles ou stigmates sessiles, soudés en un seul 176 

174 Fleurs en ombelle. Fruit, baie Smilacinées p. 689 

174 Non 175 

175 Etamines 6 ou moins. Capsule pluri-ovulée..MÉLANTHACÉES p. 608 

175 Etamines plus de 6. Fruit sec, indéhiscent.. . .Alismacées p. 622 

176 Périanthe sec, vert, ou du moins scarieux. . . .Joncées p. 612 

176 Périanthe coloré 177 

177 Fleurs régulières, bexandres LiliacÉes p. 592 

177 Fleurs irrégulières, triandres. Plantes aquatiques 

Pontédériacées p. 61 1 

178 Style et stigmate 1 Commélinébs p. 615 

178 Styles et stigmates 3 Trilliacées p. 590 

178 Styles et stigmates plusieurs Alismacées p. 622 

MONOCOTYLÉDONES-GLUMACÉES. 

179 Tige pleine. Gaîne des feuilles entières Cypéracées p 634 

179 Tige creuse. Gaîne des feuilles fendue dans toute sa longueur. . . . 

.*. Graminées p. 660 

CRYPTOGAMES-ACROGÈNES. 

180 Feuilles enroulées en crosse avant leur épanouissement 

Fougères p. 711 

180 Non 181 



XXIX 

181 Fructifications en forme de cône terminal. Feuilles en forme de 

gaînes Equisétacées p. 726 

181 Fructifications en épis terminaux ou axillaires. Feuilles 

1-nervées Lycopodiacées p. 722 

181 Fructifications solitaires sur les rameaux. Rameaux en verticilles 

autour de l'axe. Plante aquatique, submergée 

Characées p. 728 

181 Fructifications conformées en capsule ou en chapeau 182 

182 Capsule pourvue d'un opercule et portée sur un pédicelle muni 

d'une gaine membraneuse à la base Mousses p. 729 

182 Capsule toujours sans opercule, à périantlie dépourvu de gaîne 

membraneuse Hépatiques p. 735 

CRYPTOGAMES-THALLOGÈNES. 

183 Plantes aquatiques, consistant en frondes plus ou moins lobées, ou 

en simples vésicules Algues p. 755 

183 Plantes aériennes 184 

184 Plantes sèches, crustacées. sur la terre, la pierre, les arbres, etc. 

Lichens p. 738 

184 Plantes succulentes, jamais vertes, sur la terre ou les végétaux 
malades ou en état de décomposition Champignons p. 746 



FLORE CANADIENNE. 



EMBRANCHEMENT I. 

PLANTES PHANÉROGAMES OU COTTLÉDONEES. 

Organes reproducteurs constitués par des étamincs et des ovules. 
Plantule composée de parties distinctes. 



PREMIERE GRANDE DIVISION. 



DICOTYLEDONES OU EXOGENES. 

Plantule à deux cotylédons opposés, ou à plusieurs cotylédons verticillés. 
Tige à faisceaux fibro-vasculaires prenant son accroissement extérieu- 
rement par des couches concentriques autour d'une moelle centrale, et 
recouverte d'une écorse distincte du reste. Feuilles à nervures anasto- 
mosées. 



CLASSE L 
a.]voiosi»eiim:es. 

Ovules renfermés dans un ovaire et devenant des semences entourées d'un 

péricarpe. 



2 DrCOTYLEDONES — POLTPETALES. 

SOlJS-€L.ASSE I. 

POLYPÉTALES. 

Enveloppes florales constituées ordinairement par un calice et une corolle, 
cette dernière formée de pétales libres et distincts. 



Famille I. EENONCULACEES. Eammcidaceœ. J. 

(Nom tiré du genre Ranuncidus). 

Herbes à suc acre et incolore, rarement arbrisseaux. 

Feuilles ordinairement alternes, ou radicales, à pétiole dilaté, et à limbe découpé. 

Fleurs oi'diuairement g , quelquefois dioïques, régulièi-es ou irrégulières, terminales. 

Calice à 5-3-4-6 sépales caducs, souvent pétaloïdes. 

Corolle à 3-15 pétales hypof^ynes, libres, quelquefois soudés en un seul pétale 

irrégulier, quelquefois nulle. 
Etamines 00, multi-sériées,hypogynes, libres. Anthères 2-loculaires, ordinairement 

adnées. 
Ovaires 00, rarement peu nombreux ou solitaires, libres, situés sur le réceptacle. 

Style ordinairement persistent. 
Fruit — Akène, baie ou follicule. Graine dressée ou inverse. 
Plantule petite, droite, au bas d'un albumen charnu ou corné, très épais. 

C'est l'examen des caractères des Renonculacées qui a fourni à 
A. L. De Jussieu le premier aperçu de la classification naturelle des 
plantes, malgré les irrégularités et les exceptions que présentent 
parfois ces caractères. Le suc acre des plantes de cette Famille fait 
de quelques Espèces des poisons très énergiques j aussi en est-il très 
peu qu'on puisse ranger parmi les plantes alimentaires ou fouragères. 
C'est surtout comme plantes d'ornement qu'elles se distinguent, et 
sous ce rapport elles tiennent un rang distingué dans nos jardins. La 
plupart sont vivaces, très rustiques, et d'une culture facile. On 
compte quarante-et-un Genres dans cette Famille, et plus de mille 
Espèces, presque toutes natives des régions tempérées. L'Europe 
contient environ un cinquième de ces Espèces, l'Amérique du Nord un 
septième, l'Inde un vingtième, l'Amérique du Sud un soixante-dixème, 
l'Afrique très peu, et la Nouvelle Hollande seulement dix-huit. 



CLEF AMLYTiaUE DES GENRES. 

1 Feuilles opposées Clématite I. 

1 Feuilles alternes 2 

2 Carpelle unique Actée XVI. 

2 Plusieurs carpelles 3 



ï. RENONCULACEES. 3 

3 Carpelle devenant une baie Hydraste VI. 

3 Carpelle devenant une follicule 4 

3 Carpelle devenant un akène .10 

4 JFleurs régulières 5 

4 Fleurs irréguliéres 9 

5 Pétales grands, apparents 6 

r> Pétales petits , peu apparents 7 

5 Pétales 0. Sépales jaunes, brillants, pétaloïdes . . . Populage VIII. 

6 Pétales planes, 3-lobés Nigelle XII. 

6 Pétales éperonnés Ancolie XIII. 

6 Pétales planes, arrondis, entiers Pivoine XVIII. 

7 Fleurs solitaires, radicales Coptide XI. 

7 Fleurs solitaires caulinaires 8 

7 Fieurs en grappe composée Cimicifuge XVII. 

8 Sépales jaunes, hémisphériques, caducs TroUe IX. 

8 Sépales verts ou blancs-rosés, persistents Hellébore X. 

9 Sépale supérieur creusé en casque et coiffant deux pétales pédi- 
cules . Aconit XV. 

9 Sépale supérieur redressé en cornet, pointu et renfermant J -2 pétales épe- 
ronnés Dauphinelle XIV. 

10 Pétales grands, apparents . . • • .... 11 

10 Pétales petits, peu apparents 12 

1 1 Pétales portant une écaille nectarifère à la base . . . Renoncule VII. 

11 Pétales sans écaille nectarifère Adonide V. 

12 Involucre à folioles entières, rapprochées du calice . Eepa'iique IV. 
12 Involucre à folioles découpées, distantes du calice . Anémone IIL 
12 Involucre nul Pigamon II. 




Figure 1. Fleur de la Eenoncule rampante. 2. Section verticale à travers le 
réceptacle, les sépales, les pétales et la plupart des étamines étant retranchés. 3. 
Un pétale avec son écaille nectarifère à la base. 4. Section verticale d'un ovaire 
grossi, montrant l'ovule solitaire attaché à la base de la loge. 5. Fleur et partie 
d'une feuille de l'Ancolie du Canada. 6. Un pétale séparé. 7. Les 5 carpelles du 
fruit. 8. Une follicule sé]iarée. 9. Section verticale d'une graine grossie, lais- 
sant voir l'embryon. 10. Fleur de la Daupliinelle avec son calice éperonné. H. 
La même fleur sans son calice, laissant voir les 4 pétales irréguliers avec les éta- 
mines. 



4 DICOTYLÉDONES — POLYPETALES. Clcmatite. 

Genre I. CLÉMATITE. Glematis. L. 

(De clêma, sarment de Vigne ; allusion à la tige grimpante comme celles des 
Vignes). 

Calice à 4-5 sépales pétaloïdes, pubescents, à préfloraison 
valvaire. Corolle 0, ou plus petite que le calice. Filets 00, 
plus courts que les sépales. Ovaires 4.-20 ; styles plus longs 
que les étamines. Akèiies nombreux, couronnés par le 
style long, plumeux, persistent. — Tige ordinairement ligneuse, 
sarmenieuse, grimpante au moyen de ses 'pétioles contournés. 
Feuilles opposées. 

1. C. de Virginie. C. Virginiana. "L. — C. Cor Ja «a. Pnrsh. — Com- 
mun Virgin's Bower. — % Tige de 8-15 pieds, grimpante sur les 
buissons et les haies au moyen de ses longs pétioles. Feuilles terni- 
séquées, à segments cordés, aigus, grossièrement dentelés ou lobés, 
quelquefois entiers, ovales-lancéolés, acuminés. Fleurs souvent uni- 
sexuées, blanches, odorantes, en panicule à divisions trichotomes. 
Sépales 4, blancs, étalés, ovales-oblongs, obtus. Etamines 28-36. 
Fruit terminé par une longue aigrette plumeuse. — Du Canada à la 
Géorgie ; taillis, haies. — Pied du Cap Tourmente ! Isle Verte ! 
Fleurit en Juillet-Août. 

Se multiplie facilement par la division de ses racines ou par le semis. 
On l'emploie avec avantage dans les jardins pour couvrir les berceaux, 
les tonnelles, etc. 

2. C. Flaramette. C. Flammula. L. (vulgairement Clématite odo' 
Tante.) — Sweet Virgin's Bower. — Qj. Tige grimpante ou tombante 
de 3-6 p. Feuilles 2-terni~séquéesou pennées, à folioles ou segments 
glabres, entiers ou 3-lobés, ovales oblongs, sub-linéaires, aigus. Sé- 
pales 4, blancs, épais, oblongs, glabres en dedans, pubescents extérieu- 
rement, à marge cotonneuse. — France. Sept. >^ 

3. C. Bleue. C. Viticella. L. — Bltie Virgin's Bower, — Q|. Tige 
couchée ou grimpante, de 15-20 p., à rameaux tétragoues, bruns. 
Feuilles terni-séquées ou décomposées, à segments entiers, ovales, 
glabres. Pédoncules axillaires, 1-fiores, plus longs que la feuille. 
Sépales étalés, obovales, violets, pourpres ou rouges. Fleurs doublant 
souvent par la culture. — Espagne. Juill.-Sept. 4< 

Ces deux dernières Espèces sont de fort jolies plantes d'ornement 
qu'on multiplie facilement par boutures ou marcottes. 

4. C. Verticillée. C. Verticillaris. D. C. — Atragcne Americana. 
Pursh. — % Tige grimpante de 10-45 p. Feuilles ternées, verti- 
cillées par 4, à folioles pétiolulées, ovales-acuminées, sub-cordées, 
entières ou un peu dentées. Pédoncules 1-flores. Fleurs très grandes, 
campanulées. Sépales oblongs-lancéolés, d'un pourpre brillant. 
Pétales très petits, linéaires-aigus. — Canada-Caroline ; montagnes 
et lieux pierreux. Mars Mai. 



Pigamon. i. eenonculacées. 5 

Gen. II. PIGAMON. TUalictrum. T. 

(De thallein verdir, et ictar vite; allusion à la végétation rapide de la plante). 

Sépales pétaloïdes, 4-5, très caducs, arrondis, concaves. Corolle 
0. Eiamines 00, à filets comprimés, dilatés supérieurement, 
plus longs que le calice. Ovaires 4-5 ou plus, à stigmates 
sessiles. Akènes insérés sur un réceptacle étroit, discoïde, 
munis de nervures, de côtes ou d'ailes. — Herbes à feuilles 2-3- 
penni-séguêes, à pétioles élargis à la base. Fleurs souvmi 
unisexuêes. 

1. P. du Canada. T. Canadense. Cornut.— T. Cornuti. L.— T. Co- 
ryne/fum. D. C. — Meadow Rice. —• % Tige roiigeâtre, de 3-4 p., 
glahre, creuse, noueuse, sillonnée. Feuilles ressemblant assez à celles 
de l'Ancolie, glabres, pâles en dessous, décomposées, à segments 
obtus, 3-lobés. Pétioles embrassants à la base. Panicule large, diffuse, 
terminale. Fleurs le plus souvent dioïques, les (^ à filets en massue, 
à anthères jaunâtres, oblongues ; les Ç plus petites et moins serrées. 
Akènes sessiles, striés. — Canada-Virginie. Ste. Mario (Beauce) ! 
Bords herbeux et humides des ruisseaux. Commun. Juin-Juillet. 

2. P. Diolqiie. T. Dloicum. L.— T. Lœvigatum. Mich.— Early 
Meadow E,iGB.—Qj. Tige de 1-2 p., noueuse, striée, presque nue jusqu'à 
son sommet, très glabre. Feuilles décomposées, à segments arrondis, 
cordiformes, 5-7-lobés, plus pâles en dessous. Fleurs dioïques ou 
polygames, verdâtres, petites, en bouquets terminaux longuement 
pédoncules. Sépales 5, obtus, purpurins. Filets filiformes. Fruit 
ovale, strié. — Baie d'Hudson à la Caroline ; penchants des collines 
pierreuses. Commun. Mai. 

a purfurascens. D. C. Fleurs purpurines, monoïques ou dioï- 
ques ; panicule presque sans feuilles. Sépales 4. Anthères mutiques. 
— St. Joachim ! 

3. P. des Montagnes. T. Alpmum. L.— Tige de 8'-12' de haut. 
Feuilles presque toutes radicales, pétiolées, 2-terni-séquées, sub- 
coriaces, à folioles arrondies, crénelées-dentées. Fleurs parfaites, en 
une grappe simple, penchée ; pédicelles grêles. Sépales 4, oblongs. 
Anthères linéairesoblongues. Filets filiformes. Ovaires peu nom- 
breux, à stigmate épais, pubescent. — Isle d'Antioosti,Terreneuve, etc. 
La tige simple, presque nue, peut être considérée comme une hampe. 
Juillet. 

Ces plantes sont rarement cultivées dans les jardins. 

Gen. III. ANEMONE. Anémone. Hall. 

(De Anemos, vent; la plupart des espèces croissant dans des lieux découverts). 

Involucre distant de la fleur, à 3 folioles incisées. Calice 
régulier à 1-15 sépales pétaloïdes. Corolle 0. Mamines 00, phia 



6 DICOTYLÉDONES — POLYPETALES. Aflemone. 

courtes que les sépales. Ocaircs libres, réunis eu tête oblougue 
ou arrondie. Akènes nombreux, comprimés, mucronés. — 
Hampe à feuilles toutes radicales^ ])ctiolêes. 

1. A. de Virginie. A. Virghiana. L. — Tall AxejMONe. — % Hampe 
dressée de 2-3 p., poilue, cylindrique, divisée supérieurement en 
3 longs pédoncules parallèles, celui du milieu nu et les deux latéraux 
portant chacun un involucre de deux bractées. Feuilles radicales, 
ternées, à segments ovales, pointus, incisés-dentés, sub-pétiolés, les 
latéraux 2-lobés et le médian 3-lobé. Fleurs solitaires, portées sur 
de longs pédoncules, jaunes-verdâtres. Fruits laineux, nombreux, en 
têtes oblongues de 1' de long. — Saguenay-Caroline ; bois et pâturages 
de montagnes. St. Joachim ! Juillet. 

2. A. Muîtilide. A. Multifida. D. C— ^. Hndsoniana. Richards. 
— % Hampe velue, de lO' 12 . Feuilles à segments 3-fides, laciniés. 
Fleurs blanches, jaunes et pourpres, mais le plus souvent d'un rouge 
foncé, à pédicelles courts, fc'épales 5-8, ovales, obtus. Fruits en 
tète ovale très laineuse. — Baie d'Hudson-Lac Supérieur. Juillet. 

3. A. de Pennsylvanie. L. A. Aronitifolia. Michx. — Pknnsvlva- 
NiAN Anemonb. — % Hampe de 15-20', se divisant au sommet en 2-3 
pédoncules courts, celui du milieu nu et les latéraux portant des 
involucres de 2 folioles à leur base. Feuilles amplexicaules, terni- 
séquées, à segments 3-fides, incisés-dentés. Involucres et involucelles 
foliacés, sessiles, 3-partits, à lobes lancéolés, aigus, incisés-dentés. 
Fleurs blanches, peu nombreuses, irrégulières de ^-1 de large. Fruits 
en tête globuleuse, un peu lâche, puliescente. Akènes aigus, mais 
sans pointe particulière. — Labrador-Ohio. Un peu rare. Juin Juillet. 

4. A. des Bois. A. Nemnrosa. L. — A. Lancifolia. Pursh. {Sylvie)' 
— WiND-FLOvvER. WuoD Anemone. — Q|. Plante grêle, dressée, de 
G'-9', à racines longues et traçantes. Feuilles ternées, un peu velues, 
à folioles indivises ou 3-partites, incisées-dentées. Involucre à 3 folioles 
pétiolées, incisées-dentées, la médiane 3-fide, cordée, les latérales 2- 
fides. Tige 1-flore, à fleur un peu penchée. Sépales 4-G, le plus souvent 
5, glabres, ovales, blancs ou rosés. Akènes pubescents, à style glabre, 
égalant environ la moitié de leur longueur. — Saguenay-Géorgie ; 
bords des bois et des champs. Connnune. Mai. 

5. A. à petites fleurs. A.Parvi/lora. Michx. — A.Cuneifolia.Jns. — 
A. Boreulis. Richards. — Sj\iali,-fluwered Anémone. — % Plante 
de 2-12'. Feuilles 3-partites, à lobes cunéiformes. Sépales G, ovales, 
d'un blanc lavé de bleu. Akènes en tête compacte, arrondie, laineuse. 
— Anticosti, Labrador. Juin. 

G. A. Pulsatille. A. Tatcna. L. — A. Ludoviciana. Nutt. — % 
Plante velue-soyeuse, de G'-IO'. Feuilles 3-partites ou ternées, à 
segments 3-fides, indivis. Sépales de 1' ou plus de long, d'un bleu 
foncé ou pourpré. Akènes portant un bec de \'-2'. — Montagnes Ro- 
cheuses et territoire du Nord-Ouest. Parait avec avantage dans 
les jardina. Juin, ►f» 



Hijpatiqnc. i. renonculacées. 7 

7, A. (les .Tavulns. A. Hnricvsis. L. — Star AMiwo.xE. — Q|. 
Feuilles palmées, à 3-5-lobea en coin, incisés-dentés. luvolucre ses- 
sile à folioles soudées à la base, peu ou point divisées. Fleurs soli- 
taires, dressées. Sépales 8-10 ou j)]us, glabres extérieurement, lan- 
céolés, ou bien obtus. Akènes laineux, à style glabre. Fleurs variant 
par la culture, pourpres, roses, bl-JiLches ou violettes. — Italie. Mai. >J< 

8. A. Couronnée. A. Corovaria. L. — Poppy-lkaved Anémone. 
— Qj. Feuiles 3-penni-séquées, à segments profmidément découpés en 
lanières divergentes. Involucro à 3 folioles profondément laciniées. 
Fleurs grandes, solitaires, dressées, pourpres, blanches, elc, dûul)lant 
par la culture. Sépales 5-8, grands, larges, obovales, sub-aigus. 
Akènes laineux, à style court et glabre. — Levant. Mai >^ 

Ces dernières Espèces se rencontrent assez souvent dans les 
jardins ; la plupart de nos Espèces indigènes pourraient aussi y figurer 
avantageusement. Toutes sont très rustiques et se reproduisent 
facilement par la division de leurs racines ou par le semis. 

Gen. ly. HEPATIQUE. ReiKdica. Dill. 

(De Hcpar, foie ; allusion aux lobes de la famille figurant ceux du foie). 

Involucre à 3 folioles entières, ovales, obtuses, rapprochées 
cle la fleur et simulant un calice. Caliceà5-9 sépales pétaloïdes, 
disposées sur 2-3 rangs. Corolle 0. Akènes nombreux, 
terminés par un style court non plumeux. — Feuilles radicales. 
Haynpes nombreuses, l-flores. 

H. à trois lobes. H. Triloha. Chaix. — Anémone Hcpaùca. L. [Hà 
patique. Herbe de la Trinité). — Liver-leaf. — % Feuilles cordées, à 
3 lobes entiers et obtus, luisantes, coriaces, rougeâtres en dessous, 
toutes radicales, portées sur des pétioles longs et poilus, naissant 
après la floraison. Involucre à folioles ovales, entières, sessiles. 
Pédoncules de 2'-4' de long. Sépales 6-9, glabres, bleus, roses ou 
blancs, entourés des feuilles de l'année précédente. Fleurs souvent 
doubles par la culture. Une de nos premières fleurs du printemps. — 
Saguenay-Caroliue ; montagnes, endroits ombragés et frais. Petit 
Cap de St. Joachim ! Belleville ! Avril-Mai. 

Gen. V. ADONIDE. Adonis. Dill. 

(Allusion au Chasseur Adonis tué par un sanglier et changé °.n fleur par Vénus) 

Sépales 5, colorés, appliqués. Pétales 5-15, ovales, à onglet 
nu. Akènes en épi ovale, oblong, mucronés par le style droit 
ou recourbé. — Meurs solitaires, jaunes ou rouges, à l'extrémité 
de la tige et des rameaux. 



8 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Ilydraste. 

A. d'Automne. A. Auftumialis. L. — {Goutte de Sang). — Phea- 
sa.\t's EVE. — ® Tige épaisse, rameuse de 12'-20'. Feuilles dé- 
composées, les segments ayant à peine une ligne de longueur. Sépales 
glabres, étalés, d'un pourpre noirâtre. Pétales 6 8, concaves, con- 
nivents, d'un pourpre brillant, marqués d'une tache noire à la base. 
Carpelles en épi ovoïde-oblong, couronnés par le style très court. — 
Labrador, d'après Hooker. — Bords du Mississippi. Sept, y^* 

Jolie plante d"ornement. Ses graines demandent à être semées en 
automne, car semées au printemps, elles ne fleurissent que tard en 
Octobre, si toutefois les gelées ne les ont pas surprises auparavant. 

Gen. IV. IIYDRASTE. Hydrastls. L. 

(De Hudor, eau ; la plante croissant dans les lieux humides). 

SéjMÎes 3, ovales, pétaloïdes, égaux. Corolle 0. Etamines 00, 
un peu plus courtes que les sépales. Fïmit se composant de 
baies nombreuses, très petites, à 1-2 graines, réunies en têtes 
et terminées par le style. — Herbe avec deux feuilles et une seule 
fleur. 

H. du G^nâd^. H. Canadensis. L. — Warncria Canadcnsis. Mill. 
— TiiRMEBic ROOT. — % Racine charnue, d'un jaune foncé intérieu- 
rement. Tige simple de 6'-9', velue supérieurement, pourpre à la 
fin. Feuilles 2 seulement, 1 radicale pétiolée, Vautre sessile au 
sommet, palmi-lobées, à 5 lobes dentés en scie, cordées à la base. 
Pédoncule solitaire, terminal, uniflore. Fleur petite, rougeâtre ou 
blanché-verdâtre, de peu de durée. Fruit rouge, juteux, ressemblant 
à une framboise. Graines presque noires. — Du Canada à la Caroline, 
suivant Michaux. Marais fangeux, bois. Mai-Juin. 

La racine qui est amère et tonique donne aussi une belle teinture 
jaune. 

Gen. vil renoncule. Ranunculus. L. 

(De Rana, grenouille; allusion à la localité de quelques Espèces). 

Calice à 5 sépales, ovales, tombants. Corolle à 5-10 pétales, 
luisants, munis à la base interne de leur onglet d'une écaille 
ou fossette uectarifère. Etamines 00, plus comtes que les 
pétales. Akènes nombreux, disposés en tète oblongue ou 
arrondie et prolongés en bec court. — Herbes à suc acre, à fleurs 
jaunes. 

• Feuilles toutes indivises. 
1. R. Flammette. R. Flaynnmla. L. (^Petite Douve).— Small 
Si'EAuwoRT.— 2i Tige succulente, plus ou moins déclinée, de 6'-18', 
multiflore. Feuilles de 3'-6' de long sur ^'-1' de large, glabres, lan- 



Reiioncïïle. i. renonculaoees. 9 

céolées, entières, ondulées, à sommet calleux, non acuminé. Pédon- 
cules sillonnés, opposés aux feuilles. Pétales 5-9, à fossette nectari- 
fère munie d'une courte écaille. Carpelles 20-30, en tête globuleuse, 
petits, renflés, à bec étroit, un peu courbé, caduc. Réceptacle glabre. 
Variable ; à suc très acre. — Baie d'Hudson-Caroline ; sur les bords 
graveleux des rivières. Juin-Août. 

2. R. Cymbalaîre. R. CymhaJarîa. D. C. — R. Suhuginosus. Gall. 
— Sea Crowfoot. — Qj. Tige cylindrique, filiforme, rampante, de 6'-15', 
émettantdes coulants de ses joints à la manière des Fraisiers. Feuilles, 
radicales, pétiolées, glabres, sub-charnues, ovales, orbiculaires, gros- 
sièrement crénelées ou dentelées. Hampe cylindrique, charnue de 
2'-6', portant 2-3 petites fleurs jaunes. Pétales linéaires, spatules, à 
fossette nectarifère sans écaille. — Québec-Mer Artique ; bords vaseux 
de la mer et des marais salés ; commune. St. Joachim ! Rimouski ! 
Juin-Août. 

On dit cette Espèce vénéneuse pour les chevaux. 

3. R. Rampante. R.Rej^tans. L. — Creeping Crowfoot (Fig. 1). 
— % Tige de 8-10' de long, couchée, radicante aux joints. Feuilles, 
glabres, entières, linéaires-lancéolées, atténuées aux deux extrémités. 
Fleurs jaunes, de 4'-^' de diamètre. Pétales obovales. Carpelles 
glabres, arrondis, à bec très court et oblique. 

a filiformis. D, C. — R. Filiformis. Michx, — Tige filiforme, très 
longue, à feuilles linéaires, à fleurs petites. 

g ovalis. Bigel. — Feuilles ovales, lancéolées. Pétales 5-10. 

Virginie-Labrador, sur les bords des rivières et dans des lieux hu- 
mides ; un peu rare, Prescott, près du fort Washington ! Lac Saint- 
Charles (Québec) ! Juin-Août, 

** Feuilles plus ou moins divisées. 

4. R. Avortée. R. Ahorth-us. L. — R. Nitidus. "Walt.— RouND- 
LEAVED Crowfoot. — QJ. Glabre. Tige de 8'-16', presque nue. Feuilles 
radicales en cœur, crénelées régulièrement, sur des pétioles de2'-5'; 
les caulinaires anguleuses, terni-séquées, à segments linéaires, douces 
au toucher; les supérieures sessiles, 3-séquées. Fleurs jaunes, petites. 
Calice un peu plus long que les pétales, réfléchi. Akènes en tête 
globuleuse. — Lac St. Jean-Caroline du Sud ; bois. Remarquable par 
la dissemblance de ses feuilles radicales et caulinaires. St. Joachim ! 
Kingston. Mai-Juin. 

5. R. Scélérate. R. Sceleratus. h. — Hecatonia palustris.JjOVR. — 
CuRSED Crowfoot. — ® Glabre, Tige de 1-1^ p., dressée, lisse, 
épaisse, creuse, à i-ameaux droits. Feuilles pétiolées, arrondies, 3-par- 
tites, à segments 2-lobés ; les caulinaires palmi-partites, à segments 
crénelés-incises ; les supérieures simples, lancéolées, entières. Fleurs 
nombreuses, petites, jaunes. Pédoncules terminaux. Calice réfléchi. 
— Saguenay-Caroline du Sud ; fossés, marais, etc. Se distingue par 
la tête longue et conique de ses akènes ; c'est la plus acre de toutes 
les espèces, son suc occasionnant quelquefois des érosions cutanées ; 
commune. Kingston ! Juin-Août, 



10 DICOTYLÉDONES POLTPETALES. RenoIlCllle. 

C. R. Alliée. R. Affinis. R. B. — % Tige dressée, pubescente de 
même que le calice et les ovaires. Feuilles radicales pétiolées, palmi- 
séquées ; les caulinaires sessiles, digitées, à lobes linéaires. Car- 
pelles à bec recourbé, disposés en tête oblongue. — Canada-Mer 
Artique. 

a Pétales deux fois plus longs que le calice. 

Cette Espèce est très rapprochée de l'Espèce Aiiricomus, d'Eu- 
rope ; plusieurs Botanistes croient même à son identité. Juillet-Août. 

7. R. à tige courte. R. BrevicauUs. Hook. — % Tige pubescente, 
de 2'-6', dépassée par les feuilles. Feuilles longuement pétiolées, 
grandes à proportion de la plante, les radicales indivises, ovales- 
cordées, crénelées ; les caulinaires palmi-séqnées. Fleurs d'environ 
]' de diamètre. Pétales 6. Carpelles en tête globuleuse. — Bords du 
Lac Huron et de la rivière Ste. Claire. Juin-Juillet. 

8. R. à feuilles rhombées. R. Rhomhoideus. Goldie. — % Plante 
pubescente-birsute. Tige buissonneuse, de 6'-10', rameuse dès la base. 
Feuilles radicales indivises, rhomboïdes-ovales, crénelées ou dentelées, 
longuement pétiolées ; les caulinaires palmi-séquées, à segments li- 
néaires-oblongs, obtus, le plus souvent entiers ; les florales laciniées. 
Fleurs jaunes, dépassant le calice. Sépales étalés. Tête des akènes, 
globuleuse. Akènes glabres, brièvement mucronés. — Prairies de 
rOuest. Montréal ! Lac Simcoe ! Juin. 

9. R. flottante. R. Flultans. Lara. — R. PursJdi. Richards. — R. 
FluviaiUis. Bigel. — Floating Crowfoot. — Tige de 1-5 p., flottante, 
fistuleuse, rameuse, épaissie au sommet. Feuilles à 3-5 lanières très 
longues, linéaires, souvent 2-furquées au sommet ou diversement di- 
visées. Pétioles longuement engainants. Pédoncules épais, striés, 
atténués au sommet, égalant les feuilles. Fleurs de la grandeur de 
celles de l'Espèce suivante. Pétales 5-9, 1-2 fois plus longs que le 
calice, à 12-13 nervures. Etamines nombreuses, plus courtes que les 
carpelles. Sépales réfléchis. Carpelles glabres, renflés, à bec court, 
étroit, arqué. Réceptacle globuleux, nu. — Louisiane-Mer Artique ; 
marais et ruisseaux vaseux. Près de Prescott ! rare. Juillet. 

10. R, acre. R. Acrls. L. {Marguerite jaune). — Butter-cups. 
Yellow weeu. — % Très acre. Tige de 1-2 p., multiflore, creuse, 
glabrescente ou à poils courts demi-appliqués, fistuleuse mais non sil- 
lonnée. Feuilles inférieures à pourtour pentagonal, palmi-partites, à 
lobes en coin, incisées, ordinairement tachées de noir à la base du 
limbe, les segments 3-partits, à lanières linéaires. Pédoncules non 
sillonnés. Sépales étalés, velus. Pétales grands, d'un jaune d'or, à 
écaille tronquée, saillante. Carpelles 20-30, comprimés, à face plane, 
à bec recourbé, court, lléceptacle glabre. — Baie d'ïïudson-Pennsyl- 
vanie ; prés hunJdes ; partout. Introduite d'Europe. Juin-Octobre. 

La Renoncule acre vu sa multiplication rapide dans les terrains hu- 
mides, devient une plante très nuisible en agriculture. Cependant son 
suc acre se volatilisant par la dessication, les animaux la mangent 
dans le foin, bien qu'ils ne la touchent jamais en herbe. Elle est d'une 



Renoncnle. i. renonculacées. 11 

telle lusticité que je l'ai vu épanouir ses fleurs après des froids de 6 et 
7 degrés en automne. 

11. R. couchée. R. Repevs. L. — R. Inicrmedms. Eaton. — R. Ni- 
tidus. Muhl. (Bassinet. Pied-de-Pou/e. Bassin d'or). — % Tige de 
1-4 p., couchée, radicante, rameuse dès la base, les premières branches 
généralement dressées, velues à la base. Feuilles à pourtour ovale, 
velues sur les nervures, les radicales ordinairement marbrées en dessus, 
longuement pétiolées, penni-séquées, à 3 segments 3-partits, à lobes 
incises-dentelés, le segment médian longuement pétiolulé. Pédon- 
cules sillonnés. Sépales étalés, velus. Pétales de grandeur moyenne, 
d'un jaune brillant, à écaille cordée plus étroite que Tonglet. Car- 
pelles 20-30, très comprimés, à bec étroit, arqué et subulé. Récep- 
tacle un peu velu. — Baie d'Hudson-Virginie ; lieux humides, particu- 
lièrement près des rivières. Très variable dans sa taille et son feuil- 
lage. St. Joachim ! Mai-Juillet. 

12. R. de Pennsylvanie. R. Pennsylvanicus. L. — R. Hispidus. 
Pursh. — R. Canadensis. Locq. — Bristly Cruwfoot. — Q|. Tige de 
1-3 p. couverte ainsi que les pétioles de poils épais et étalés. Feuilles 
terni-séquées, velues, à segments sub-pétiolés, 3-fides, incises-dentelés, 
étalés, à nervures très prononcées. Fleurs nombreuses, petites, peu 
apparentes quoique d'un jaune brillant. Calice réfléchi à sépales con- 
caves, dépassant les pétales. Carpelles en tête oblongue ou cylin- 
drique, à bec court. — Labrador-Géorgie ; lieux humides. St. Joa- 
chim ! Prescott ! Juin-août. 

13. R. à calice recourbé. R. Recurvatns. Poir. — Wood Crow- 
FOOT. — % Tige de 10'-12', couverte de même que les pétioles de poils 
nombreux et raides, dressée. Feuilles couvertes de poils appliqués, 
ou presque glabres, 3-pariites, à segments ovales, incises-dentelés, les 
latéraux 2-lobés. Calice réfléchi. Pétales oblongs, étroits, plus 
courts que les sépales. Akènes en tête globuleuse, couronnés par le 
style recourbé en crochet. — Labrador-Géorgie; bords des bois dans 
les sols riches. Pied du Cap Tourmente ! Juin-Juillet. 

a Tige et feuilles presque glabres. 

14. R. fasciculée, ii. Fasdcularis. Muhl. — Earlv Crowfoot. — 
Ql- Tige de 5'-9', dressée, rameuse. Feuilles pubescentes, ternées, le 
segment médian profondément 3-fide, les latéraux 3-lobés ; feuilles 
supérieures 3-partites, sub-sessiles. Fleurs grandes, jaunes, de près 
1' de diamètre. Pétales un peu distants, obovales en coin ; fossette 
nectarifère munie d'une écaille aussi large que l'onglet. Calice pu- 
bescent, étalé, plus court que les pétales. — Canada-Wisconsin ; bois 
pierreux ; rare. Somerset ! Avril-Mai. 

15. R. aquatique. R. AquatiUs. L. {GrenouiUette). — RiVER 
Crowfoot — Qj. Tige de 1-6 p., tendre, grêle, cylindrique, glabre, 
épaissie vers le sommet, ordinairement submergée. Feuilles ordinai- 
rement de 2 formes, les supérieures pétiolées, couvertes iuférieurement 
de poils appliqués, à limbe tantôt réniforme et 5-lobc, tantôt orbicu- 
laire et sub-pelté et tantôt divisé en éventail à 3 segments en coin, in- 



12 DICOTYLEDONES POLYPÊTALES. Popnlsge. 

cisés-crénelés ; les inférieures sessiles, divisées en lanières capillaires, 
molles et se réunissant en pinceaux hors de l'eau. Gaîne adhérente 
au pétiole dans ses deux tiers inférieurs. Pétales 1-2 fois plus longs 
que le calice, largement obovales, à 9-11 nervures distantes, à nectaire 
fortement bordé tout autour, Etamines nombreuses, plus longues que 
les carpelles. Réceptacle globuleux, hérissé. — Baie d'Hudson-Caro- 
line ; marais et ruisseaux vaseux. St. Tite ! Prescott ! Juillet- 
Août. 

16. R. bulbeuse. R. Bulbosus. L. {Rose de Si. Antomè). — But- 
TER-cups. BuLBOLS Cro'vvfoot. — % Tige de 6'-l8', dressée ou étalée, 
pluriflore, à base souterraine renflée en bulbe parles bases des feuilles 
inférieures. Feuilles velues ou pubescentes, à pourtour ovale, les ra- 
dicales longuement pétiolées, penni-séquées, à 3 segments 3-partits, 
incisés-dentés, le segment moyen longuement pétiolulé. Pédoncules 
sillonnés. Sépales velus, rabattus dans leur moitié supérieure. Pé- 
tales à écaille courte, tronquée, presque aussi large que l'onglet. Car- 
pelles 20-30, très comprimés, à bec large, arqué. Réceptacle un peu 
velu. — Europe, mais naturalisé dans les champs et les pâturages. 
Pleurs doublant par la culture, et c'est alors le Bouton cVor de nos 
jardins. Les espèces 3 et 10 se doublent aussi par la culture. Juin. ^ 

Très caustique, emploj'ée à l'extérieur contre la teigne. 

17. R. Asiatique. R. Asiaticus. L. (Renoncule des jardins). — 
Q|. Racine (griffe) composée de doigts fusiformes. Tige rameuse in- 
férieurement, de 10-15'. Feuilles 1-2-terni-séquées, à segments 3- 
fides incisés-dentés. Calice étalé, puis réfléchi. Carpelles en tète 
cylindrique, comprimés, très finement pointillés. Style allongé, su- 
bulé, fléchi en dehors. Fleurs jaunes, blanches, roses, panachées et 
très grandes, souvent doubles. — Orient. Octobre. Hh 

Quoique résistant bien à nos hivers, il arrive souvent que les gelées 
.surprennent la plante avant sa floraison, et la font ainsi manquer dans 
les environs de Québec, du reste c'est une charmante plante de jardin. 

Gen. VIII. POPULAGE. CaWia. L. 

(De calathos, corbeille ou vase ; allusion à kt forme de la fleur). 

Calice à 5-4 sépales pétaloïdes, caducs. Corolle 0. Eta- 
mines 00, plus courtes que les sépales. Follicules 5-10, libres, 
sessiles, oblongues, coniprimées, dressées, verticillées sur un 
seul rang. Graines 2-sérièes. — Herbes vivaces^ aquatiques, très 
glabres. 

1. P, des marais. C. PaJustris. L. (Souci d'eau. CorheiUe d'or.') 
— Mash Maurvgoli). Cowslips. — Oi Rhizome à fibres épaisses. 
Tige dressée, de 10'-12', cylindrique, creuse, dichotome. Feuilles 
i;ordées, sub-orbiculaires, crénelées, à oreilles arrondies, les supérieures 
sub-sessiles. Fleurs grandes, d'un jaune vif et doré, doublant par la 
culture— Labrador-Pennsylvanie ; prés marécageux et voisinage des 
eaux; commune. Château Richer ! Stanfold ! Mai. 



TroIIe. I. RENONCULACÉES. 13 

Ses jeunes poussent se mangent en salade au printemps. Dans les 
jardins, il faut la placer dans le voisinage de l'eau ou du moins dans 
une terre fraîche. 

Gen. IX. TROLLE. Trollms. L. 

(Du vieux mot allemand trol, rond ; allusion à la forme sphéroïdale de la fleur). 

Sépales 5-15, ovales-arrondis, pétaloïdes, caducs. Pétales 
5-25, minimes, à onglet tubuleux, à limbe plane, spatule. 
Follicules sub-cylindriques, verticillées sur plusieurs rangs, 
sessiles, libres. Graines 2-sériées. — Herbes glabres, à feuilles 
palmées, très divisées. 

1. T. d'Amérique. T. Americamis. D. C. — T. Laxus. Pursh. — 
Amertcan Globe-Flower. — Qj- Tige de 12-18', dressée. Feuilles 
divisées profondément en 5 segments lobés, dentelés. Sépales 5-10, 
oblongs, étalés, à'uu jaune pâle. Pétales 15-25, plus courts que Ifes 
étamines, peu brillants, d'un jaune orange. Fleurs deux fois plus 
grandes que celles de la Renoncule acre. Follicules 10-12, couronnées 
par les styles persistants, — Canada-Montagnes Rocheuses ; dans la 
mousse des marais ; peu commune. Juin. 

2. T. d'Europe. T. Europœus. L.— European Globe-Flower. 
— QJ. Rhizome noirâtre, à fortes fibrilles. Tige dressée, rameuse, 
feuillée, de 2-3 p. Feuilles inférieures pétiolées, palmi-partites, à 
segments en coin, aigus, lobés, incisés-dentés. Fleurs solitaires, 
grandes, dressées, globuleuses, d'un jaune pâle. Sépales 15, conni- 
vents. Pétales 5-10, de la longueur des étamines.— Europe. Mai- 
juin. >i* 

3. T. d'Asie. T. Asiatîcvs. L. — Asiatic Globe-Flower. — QJ. 
Voisine de la précédente. Feuilles plus grandes, plus incisées, à pé- 
tioles plus longs. Fleurs un peu plus petites, de couleur orange 
foncé, terminales, solitaires. Sépales 10, ouverts. Pétales 10, plus 
longs que les étamines. — Sibérie. Juin. >i* 

Plantes de pleine terre et très rustiques, se multipliant le plus sou- 
vent par la division des touffes. 

Gen. X. HELLÉBORE. Helleborus. Adans. 

(De ciciw, faire périr et hora, pâture ; c'est-à-dire, plante vénéneuse). 

Séyales 5, persistants. Pétales 8-10, très petits, tubuleux, 
nectariformes, 2-labiés. Follicules 3-10, verticillées sur un 
seul rang, sessiles, coriaces, un peu cohérentes à la base. 
Graines 2-sériées. — Herbes vivaces à feuilles coriaces, divisées. 
Fleurs penchées, grandes, à calice souvent pétaloïde. 



14 DICOTTLÊDONES POLTPÉTALES. Coptidc. 

H. noir. H. Niger. L. {Rose de Noël).—% Tige 1-3-flore, nue, 
munie supérieurement de bractées ovales, entières. Feuilles toutes 
radicales, longuement pétiolées, coriaces, brunes, à 7-8 segments en 
pédale, oblongs, en coin, dentelés au sommet. Sépales très grands, 
étalés, d'un blanc rosé, marcescents. Pétales un peu plus courts que 
les étamines. Follicules renflées, à bec aussi long que l'ovaire. — 
Europe. Octobre ^ 

Plante très acre et vénéneuse ; purgatif drastique, mais dont il ne 
faut faire usage qu'avec précaution ; elle est aussi emménagogue à 
faibles doses. — Division des racines. 

GexX. XI. COPTIDE. Co2:)iis. Salisb. 

(De coptein, déchirer ; allusion aux divisions des feuilles). 

Calice à 5-6 sépales oblongs, concaves, colorés, caducs. 
Pétales 5-6, cucuUés, obconiques. Etamines 20-25. Follicules 
5-10, stipitées, verticillées en un seul rang, à bec court, à 4-6 
graines. — Herbes vivaces à feuilles radicales, à rhizome grêle, 
rampant, long. 

C. à trois feuilles. C. TrifoUa. Salisb. {Savoyané). — Gold- 
THRBAD. — % Feuilles, toutes radicales, à 3 segments obovales, obtus 
ou 3-lobés, sessiles, crénelés, mucronés, persistantes, coriaces, glabres. 
Pédoncules'l-flores, de 3 -4', portant une petite bractée vers le milieu. 
Fleurs en étoile, à pétales blancs, plus courts que les sépales. Tige 
souterraine, très rampante, d'un jaune doré, très amère et tonique. — 
Labrador-Pennsylvanie ; bords des bois et taillis, daus les terrains 
sablonneux ; très commune. Terrebonne ! l'Islet ! Mai. 

Le Dr. Giroux, de (.^)uébec, a extrait des racines de cette plante un 
sirop stomachique, qa'il a exhibé à l'exposition universelle de Paris de 
1855. Nos Indiens se servent aussi de la racine de cette plante pour 
colorer en jaune les mannes et paniers qu'ils confectionnent. 

Geî^. XII. NIGELLE. Nigella. Tourn. 

(De nigellus, noirâtre ; allusion à la couleur des graines). 

Sépales 5, tombants. Pétales 5-10, petits, nectariformes, à 
2 lèvres, l'inférieure 2-fide. Follicules 5-6, verticillées, sessiles, 
plus ou moins cohérentes, terminées par les styles allongés, 
et s'ouvrant en dedans par le sommet. Graines 2-sériées. — 
Herbes annuelles à feuilles 2-2Jcnnifides, à segments capillaires. 

1. N. de Damas. N. Dnmascena. L. {Cheveux de Vémift. Le 
Diahle dans le buisson. Barbe de Capucin. Patte d'^araignée^. — 
FENiNEL-FLOwER. — © Tige de 12-18', à rameaux dressés. Feuilles 



Ancolie. i. renonculacées. 16 

alternes, sessiles, très finement découpées. Involucre à folioles penni- 
fides. Sépales bleuâtres, lancéolés, ovales, à onglet plus court que le 
limbe. Lèvre intérieure des pétales à lobes ovales, non surmontés 
d'une pointe renflée au sommet. Anthères rautiques. Follicules 5, 
soudées jusqu'au sommet en capsule lisse et globuleuse. Graines 
ridées transversalement. — France Méridionale. Juillet-Septembre. *i* 

2. N. cultivée. N. Satlva. L. {(Quatre épices. Cumin noir. Ni- 
gelle de Crète). — Nutmeg-flower. — ® Tige dressée, velue. Lèvre 
intérieure des pétales à lobes arrondis, surmontée d'un petit tuber- 
cule sessile. Fleurs blanchâtres. Etamines brunes. Anthères jaunes. 
Follicules 3-6, soudées jusqu'au sommet encapsule ovoïde-globuleuse, 
chargées de glandes scabres. Involucre 0. — Egypte. Juillet-Sep- 
tembre. >^ 

Ces deux plantes se cultivent pour l'ornement. Semer en place au 
printemps. Les graines de la dernière sont aromatiques et emména- 
gogues. 

Gen. XIII. ANCOLIE. Aquilecjia. Tourn. 

(De aquilegium, réservoir d'eau: allusion aux pétales conformés en urne). 

SêjMÏes 5, égaux, pétaloïdes, tombants. Pétales 5, con- 
formés en corne d'abondance ou en capuchon, et fixés au 
réceptacle par la marge de leur limbe. Nectaire, contenu dans 
l'éperon ou corne du pétale. Ecailles membraneuses, plissées 
transversalement, ordinairement 10, situées entre les eta- 
mines et les carpelles. Follicules 5, libres et terminées par 
les styles. Graines nombreuses, luisantes. — Herbes à feuilles 
2-ternées, pétiolêes. Fleurs grandes, pendantes. 

1. A. du Canada. A. Canadensîs. L. {Gants de Notre-Dame. Co- 
lombine.) — Wild Coltimbinb. — (Fig. 5). — % Glabre. Tige de 12'- 
15', à feuilles 2-3-ternées, à segments 3 partits, un peu obtus, incises- 
dentés. Sépales un peu aigus, plus longs que les pétales. Eperons 
des pétales droits, un peu courbés au sommet. Fleurs terminales, 
pendantes, rouges extérieurement et jaunes en dedans. Etamines et 
style sortants. Fruit dressé. — Baie d'Hudson-Géorgie ; bois pier- 
reux et sablonneux, et surtout dans le voisinage des rivières. Pied 
du Cap Tourmente ! Kingston ! Mai. 

Plante d'un bel effet dans les jardins, le rouge safrané de ses fleurs 
contrastant agréablement avec le vert luisant de son feuillage. — Semis 
ou divisions des touffes. 

2. A. commune. A. Vulgaris. L. — Common Columbine. — % Tige 
feuillée, multiflore, de 1-2 p. Feuilles inférieures glauques, presque 
glabres, sur-décomposées, à segments obovales, lobés. Fleurs ordi- 
nairement bleues, à éperons courbés en dedans. Follicules pubescentes, 



16 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. DaiipllincUc. 

oblongues, atténuées en bec grêle. Fleurs souvent pleines et de cou- 
leurs très variées dans la culture. — Europe. Mai. ►^ 

Tige et feuilles anti-scorbutiques et diurétiques ; graines diaphoré- 
tiques. — Pleine terre ; semis après la maturité, ou séparation des 
touffes, car les graines semées au printemps ne fleurissent que la se- 
conde année. 

Gen. XIV. DAUPHINELLE. Del^Mnimn. Tourn. 

(Du grec Delpldn ; allusion à la forme du sépale supérieur ressemblant à la 
figure imaginaire du Dauphin}. 

Sépales 5, pétaloïdes, le supérieur redressé en cornet pointu 
ou éperonué. Pétales 4, parfois soudés en un seul, les deux 
supérieurs ou le pétale unique prolongés en éperon nectari- 
fère, inclus dans celui du sépale. Follicules 1-5, verticillées, 
sessiles. Graines rugueuses ou plissées. — Herbes â feuilles 2-'^- 
ternisêquées, â segments linéaires ou jpalmi-jpartiis. Fleurs en 
grappes. (Fig. 10). 

1. D. d'Amérique. D.ExaUatum.'L. — D.Tridactylum.M.\c\\x. — 
(^Picd (PAlloueite vivace). — American Larkspur. — Qj. Tige de 3-4 p., 
raide, dressée. Feuilles à pétiole non dilaté à la base, 3-5-partites, 
à segments en coin, 3-fides au sommet, acuminés, les latéraux souvent 
2-lobés. Fleurs en grappes dressées, d'un bel azur très brillant. 
Eperon plus long que le calice. — Etats-Unis de l'Ouest, et se trou- 
verait aussi d'après Hooker en certains endroits dans le Haut-Canada. 
Juillet >^ 

Plante très rustique et d'un bel effet dans les jardins. — Semis après 
la maturité ou séparation des touffes. 

2. D. d'Ajax. D. Ajacis. L. {Pied d^ Allouette des jardins. Bé- 
quette). — Larkspur. — ® Tige de 2-3 p., forte, pubescente, à rameaux 
ouverts. Feuilles inférieures pétiolées, 3pennifides ; les supérieures 
sessiles, ternées-décomposées en longues lanières linéaires. Grappe 
lâche, fortement paniculée ; pédicelles étalés. Bractées inférieures, 
foliacées, ternées, égalant ou dépassant le pédicelle. Fleurs bleues, 
blanches, roses, etc. Carpelles pubescents atténués en un style court 
un peu latéral. — Europe. Juillet. «^ 

Semer en pots ou sur couches pour repiquer en pleine terre, surtout 
pour les variétés à fleurs doubles dont la floraison est plus tardive. 

Gen. XV. aconit. Acmitum. T. 

(De acôn, dard ; allusion à la subtilité du poison que contient la plante). 

Sépales 5, pétaloïdes, inégaux, le supérieur en casque. Pé- 
tales 5-8, très inégaux, lea 3 inférieurs très petits, filiformes, 



Actêe. I. RENONCULACÊES. it 

souvent 0, les 2 supérieurs à onglet allongé, terminé par un 
éperon recourbé, inclus dans le casque du calice. Follicules 
3-5, acumiuées par les styles. — Herbes vénéneuse, à racines tu- 
béreuses. Feuilles digiiêes ou 'palmées. Fleurs en grappes termi- 
nales. 

1. A. à crocliet. A. uncinatum. L. — Wolf's bane. — % Tige 
flexueuse de 2 p. Feuilles coriaces, d'un vert foncé, palmées, 3-5- 
partites, à divisions rhomboïdales, lancéolées, dentées. Fleurs bleues 
ou pourpres, grandes, en panicule un peu lâche, à branches diver- 
gentes. Casque exactement conique. Eperon incliné, presque en 
spirale. Ovaires velus. — New York-Montagnes Rocheuses ; peut- 
être pourrait-on la rencontrer quelque part dans le Haut-Canada. 
Juillet-Août. >i^ 

2. A. Napel. A. Napellus. L, — A. DeljplùnifoUum. D. C. {Char 
de Vénus). — Monk's Hood. — Q|. Glabre. Racine à 2-3 tubercules en 
forme de navet. Tige raide, dressée, de 3-4 p. Feuilles palmi- 
séquées à segments 2-3 -fides, incises-dentelés. Fleurs d'un bleu 
foncé, rarement blanches, en grappes longues, denses, à pédicelles 
dressés. Sépales pabescents, le supérieur courbé en croissant. Les 
2 pétales supérieurs inclinés horizontalement sur leur onglet, à épe- 
ron droit ou un peu arqué au sommet. Carpelles d'abord divariqués, 
puis inclinés sur l'axe de la grappe. — Europe et aussi sur les côtes 
Nord-Ouest de l'Amérique. Août. ^ 

Plantes vénéneuses, la dernière surtout ; employées contre les 
rhumatismes, la goutte, etc. Leurs touffes élevées et leurs fleurs 
grandes et brillantes font un très bel effet dans les jardins; très rus- 
tiques. — Semis après la maturité ou au premier printemps ; elles pré- 
fèrent une terre un peu fraîche. 

Gen. XVI. ACTÉE. Adœa. L. 

(De actoia, baie de Sureau ; allusion au fruit de la plante). 

Sépales 4-5, pétaloïdes, caducs. Pétales 4, onguiculés et 
spatules, simulant des étamines. Ovaire unique, ovoïde, 
1-loculaire, à ovules 2-sériés. Baie sub-stipitée. — Herbes d 
feuilles 2'3-term-séquées, à segments incises-dentelés. Fleurs blan- 
ches, en grappe compacte. 

1. A. rouge. A. ruhra. Bigel. — A. Americana, ce rubra. Pursh 
{Pain de couleuvre). — Red Cohosh. Red bane-berry. — 9\. Tig© 
de l|-2 p. se divisant en 2 branches dont l'une ne porte ordinaire- 
ment que des feuilles, et l'autre outre des feuilles une grappe de fleurs. 
Feuilles 2-3-terni-séquées, à segments ovales-lancéolés, diversement 
lobés ou découpés. Pétioles de 4'-7', glabres et un peu glauques 



18 DTCOTYLÉDOXES POLYPÉTALES. CimicifUgC. 

comme toute la plante. Fleurs 20-40, blanches, en grappe courte ; 
pétales aigus, de moitié plus courts que les étaraines ; pédicelles 
mûrs, grêles. Baies ovoïdes d'un rouge brillant. Racine hémisphé- 
rique. — Baie d'Hudson-Pennsylvanie ; montagnes pierreuses, bords 
des ruisseaux ; assez commune. St. Joachim ! Mai. 

2. A, blanche. A. alha. Bigel. — A. Amer/cana, ^ aJha. Pursh. 
-^Whitr b.\i\e-rerry. — Plante très semblable à la précédente pour 
le port, le feuillage et Tinflorescence, et n'en différant pour le reste 
que par les caractères suivants. Tige feuillée dès la base. Pétales 
souvent 2-dentés au sommet, courts. Baies d'un blanc de lait, quel- 
quefois piquetées de pourpre, à pédicelles presque aussi gros que le 
pédoncule même, et rouges à la maturité. Racine oblongue. — Sague- 
nay-Géorgie ; bois pierreux, lieux humides et ombragés. Bécancour ! 
Mai. 

Plantes rarement cultivées dans les jardins. Baies vénéneuses ; 
le suc de ces baies mêlé à l'alun produit une belle teinture noire. 

Gen. XVII. CIMICIFUGE. Cimici/uga. L. 

(De cimex, punaise, fugare, chasser). 

Sépales 4-5, pétaloïdes, caducs. Pétales 4-5, concaves ou 
urcéolés, quelquefois moins nombreux ou manquant tota- 
lement par avortement. Etamines nombreuses ; anthères in- 
trorses. Follicules 1-8, mucrouées par les styles, pluri-sémi- 
nées. Gh^aines recouvertes d'écaillés nombreuses. — Herbes à 
feuilles 2-o-ter7ii-séquées, à segments incises-dentelés. Fleurs en 
grapi^e, blanches. 

C. en grappe. C. race7nosa. Eli. — C. serpentaria. Pursh. — Actcea 
racemosa. L. (^Chasse-jmnaise). — Black Snakeuoot. — % Racine 
épaisse, noueuse, à fibrilles très longues. Tige, de 3-8 p., glabre, sil- 
lonnée, ne portant des feuilles que vers le milieu de sa longueur et 
ayant le port des Actées. Feuilles 3-ternées, à segments de 2'-3' de 
long, ovales-oblongs, incises-dentelés. Grappe rameuse de 6'-12' de 
long, à pédicelles bractéolés. Sépales caducs, d'un blanc verdâtre, 
concaves. Pétales grêles, 2-furqués au sommet. Follicules glabres, 
ovales-globuleuses. — Canada-Géorgie, suivant Pursh. Je doute fort 
cependant qu'on l'ait jamais rencontrée en Canada ; pied des col- 
lines. Juillet. 

Plante à odeur fétide qu'on emploie en Sibérie pour chasser les pu- 
naises ; de là son nom. Ilooker et d'autres botanistes ne l'ont con- 
sidérée que comme une Espère du genre Actée, mais son fruit en fol- 
licule au lieu de baie suffit seul pour en faire un genre à part. 



Pivoine. I- RENONCULACÉES. 19 

Gen. XVIII. PIVOINE. Pœonm. T. 

(De Fœon médecin rfrec. qui employa la plante, dit Homère, pour guérir 
Platon d'une blessure que lui avait faite Hercules). 

Calice coriace, à 5 sépales inégaux, persistants. Pétales 5 
ou 6-10, orbiculaires, presque égaux. lolUcules 2-5, fixées 
sur un disque charnu, à graines nombreuses, sub-globuleuses, 
luisantes. — Herbes ou sous-arhrisscaux à rameaux fascicules. 
Feuilles 2-ierni-séquêes. Fleurs grandes, solitaires, terminales. 

1. p. officinale. P. officinal is. Retz. (Pivoine Jemellc'). — CoMMOiX 
PiEONY. — % Tige dressée, herbacée, de 5-20'. Feuilles à lobe mé- 
dian û-paiiit ou 3-fide, les latéraux ovales ou ovales-lancéolés, glabres 
et un peu glauques intérieurement. Pétales grands, rouges, roses^ 
carnés ou panachés. Carpelles 2-4, fauves, cotonneux, un peu arqués, 
divergents. Fleurs doublant par la culture. — Europe. Juin. >i< 

2. P. à fleurs blanches. P. alMflora. Pall. — Whitr-flowrred 
P.EONY. — % Feuilles glabres, luisantes, à segments 3-partits, à 
lobes ovales lancéolés. Pétales blancs, quelquefois rosés. Calice 
à 3 bractées vertes, sessiles. Carpelles glabres, recourbés. Fleurs 
souvent pleines. — Tartarie. Juin. >^ 

Plantes rustiques. — Division des touffes. 

3. P. Moutan. P. Moutan. Sims. (Pivoine en arhrc). — Chineesb 
Tree PiEONY. — % Tige ligneuse de 3-4 p. Feuilles à segments 
ovales-oblongs, glauques intérieurement, le segment terminal 3-lobé. 
Carpelles 5, velus, enveloppés par un godet membraneux. Fleurs 
très grandes, odorantes, à pétales blancs, marqués à la base d'une 
tache pourpre, quelquefois rosées, souvent pleines par la culture. — 
Chine. Hh 

4. P. Pavot. P. Papaveraeca. L. — Chineese Poppv-flowered 
PtEONy. — % Tige ligneuse. Plante assez semblable à la précé- 
dente, mais s'en distinguant toutefois par ses carpelles qui se réunis- 
sent en une tête globuleuse. Pétales blancs, marqués de pourpre à 
la base. Fleurs rarement pleines. — Chine. ►{< 

Parmi les fleurs ornementales de nos parterres, la Pivoine tient le 
premier rang par ses dimensions. Les deux dernières Espèces sont 
encore d'un plus bel effet que les premières, mais elles souffrent sou- 
vent de la rigueur de nos hivers, surtout dans les environs de Québec. 
Les Espèces herbacées se multiplient surtout par la division des ra- 
cines, eî les Espèces ligneuses par la greffe en fente ou à la pontoise, 
sur les racines de la Pivoine commune qui réassit presque toujours 
lorsqu'elle est bien faite. Les graines de la Pivoine oiî&cinale sont 
émétiques. 



20 DICOTYLÉDONES — POLTPETALES. 

Pam. II. MAGNOLIACÉES. Magnoliaceœ. D. C. 

(Du genre Magnolia), 

Arbres ou arbrisseaux élégants et amers dans toutes leurs parties. 
Feuilles alternes, coriaces, pennl-nervées et veinées en réseau. 
Stipules membraneuses, latérales, aînées au rameau et à la face inférieure du pé- 
tiole ; quelquefois minimes, caduques, ou 0. 
Fleurs ç , grandes, apparentes, solitaires, le plus souvent odorantes. 
Calice — Sépales 3-6, libres, pétaloïdes,très caducs. 

Corolle — Pétales 6-1,2, bypogynes, pluri-sériés, tombants, insérés à la base d'un 
réceptacle allongé. 

Etamines 00, pluri-sériées, à filets très courts. Anthères 2-loculaires, allongées, 

adnées au connectif. 
Ovaires ordinairement nombreux, imbriqués en épi sur le réceptacle, 2-pluri- 

ovulés. Styles terminaux. 

Fruit varié, capsulalre et déhiscent, ou charnu et indéhiscent. 

Graine suspendue par un funicule très long. Plantule droite au bas d'un albumen 
charnu. 

Cette Famille comprend 11 Genres et 65 Espèces, remarquables 
par rélégance de leur feuillage, le parfum de leurs fleurs et la taille 
majestueuse de quelques unes. Toutes sont aromatiques, toniques et 
stimulantes. Le Canada semble être leur limite vers le Nord pour 
l'Amérique, encore n'en rencontre- t-on que deux représentants assez 
rares et dans le Haut-Canada seulement. 




FiG. 12. Fleur de Magnolia. 13. Une étamine, montrant l'anthère 2-loculaire 
adnée au cocnectif. 14. Fruit mûr, laissant voir trois graines pendantes à leurs 
longs funicules. 



Magnolia. ii. magnoliacées. 21 

CLEF ANALALYTiaUE DES GENRES. 

Pétales étalés. Etamines insérées sur un réceptacle allongé. .Magnolia I. 
Pétales connivents en cloche. Etamines insérées à la base du récep- 
tacle Tulipier II. 

Gen. I. MAGNOLIA, Magnolia. L. 

(Dédié à Frs. Magnol, botaniste français, professeur à Montpellier, 1638-1715). 

Sêyales 3-5, souvent pétaloïdes. Pétales 6-12, 2-4-8ériés, 
uu peu étalés ou connivents, caducs. Etamines à filets 
presque nuls, ; anthères à conuectif prolongé en pointe 
courte. Ovaires imbriqués en épi sur le sommet du récep- 
tacle, à 2 ovules superposés. Carpelles coriaces, s'ouvrant 
par le dos. Graine suspendue à un funicule extensible. 
Raphê libre sous un testa charnu, coloré. — Arbres à feuilles 
entières, à fleurs grandes, odorantes. 

ÏÏI. acumîné. M. aeuminata. L. — Oucumber Treb. — Arbre de 
60-80 p., à tronc de 4-5 p. de diamètre, à tête ample et régulière. 
Feuilles ovales-acuminèes, de 6' de long sur 4' de large, pubescentes 
inférieurement. Fleurs de 3'-4' de diamètre, à 6-9 pétalesl.obovales- 
obtus, à peine étalés, jaunâtres, glauques extérieurement et contras- 
tant agréablement avec la riche verdure du feuillage. Cônes des fruits 
de 2'-3' de long, ayant quelque ressemblance, lorsqu'ils sont encore 
verts, avec un petit Concombre, de là le nom anglais de la plante. — 
Canada-Géorgie ; près de la chute de Niagara ! xMai. 

Cet arbre, de même que plusieurs autres de ses congénères, est 
souvent cultivé pour l'ornement, mais au Nord du 52" de latitude, il 
ne dépasse guère les dimensions d'un grand arbrisseau. 

Gen. II. TULIPIER. Uriodendrœi. L. 

(De leirion, Lis, dendron, arbre ; allusion à la grandeur et à la beauté des fleurs). 

Sépales 3, rabattus, caducs. Pétales 5, 2-sériés, connivents. 

companulés. Etamines à filets filiformes ; anthères adnées, 

introrses. Ovaires imbriqués en épi, pendants à de courts 

funicules. Samares ligneuses, indéhiscentes, réunies en stro- 

bile. Graines atténuées au sommet en une espèce d'écaillé. — 

Arbres à fleurs grandes et odorantes. 

T. de Virginie. L. tuUpifera. L. — Tulip Tree. White wood. 
PopLAR. — Un des plus beaux arbres des forêts de l'Amérique, attei- 



22 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Miiuisperme. 

gnant i^ur les bords de TOhio jusiiu'à la hauteur de 120-140 p. avec 
un diamètre de 5-7 j)., à tronc droit et ne se divisant (lu'à son sommet. 
Feiiilles longuement pétiolées, d'un vert foncé, glabres, 3-4-lobées, 
arrondies à la base, tvoniiuées au sommet. Fleurs solitaires, de 2'-4'- 
de diamètre, brillantes, jannes-verdâtres, orange^^ intérieurement. — 
Lac Cbamplain-Géoi'gie ; Haut-Canada. Hamilton ! AJai. 

Le bois tendre du Tulipier remplace le Pin dans les constructions 
et la menuiserie ; comme il n'est pas sujet à se fendiller, on l'emploie 
souvent dans la sculpture, les panneaux de voiture, etc. Cet arbre 
est aussi cultivé pour l'ornement, il préfère les terrains bas et hu- 
mides. Ecorce amère, aromatique, succédanée du Quinquina. 



Fam. III. MENISPERMEES. MenwpermecE. D. C. 

(Du Gunre Menispermum). 

Arlrisscaux sarmenteux, flexibles, à feuilles alternes, simples, palini-nervées, en- 
tières. 

Fleurs ordinairement diclines par avortement, en panicule ou en grappe, peu 
apparentes. 

Calice — Sépales 1-3-sériés, articulés, tombants, libres ou cohérents. 

Corolle — Pétales 1-8, hypogynes, libres ou cohérents, rarement 0. 

Etamines opposées aux sépales et en nombre égal ou double^ à filets libres ou co- 
hérents; Anthères extrorses. * 

Ovaires 2-4, 1-loculaires, ordinairement solitaires, ] -ovules ; Style terminal. 

Fruit charnu, droit ou courbé, à noyau rugueux, réniforme. 

Graine inverse. Plantule recourbée, entourée d'un albumen charnu, mince. 

Genre 11, Espèces 175, presque toutes des régions tropicales de 
l'Amérique et de l'Asie. Le Ménisperme est le seul Genre qui se 
rencontre en Canada. 'L'' Ana rmita CoccmIus produit la Coque-du-Le- 
vant du commerce, reconnue par ses propriétés stupéfiantes qui la 
font employer comme ai)pat pour les oiseaux et les poissons. Le 
Columho du commerce, ce tonique si puissant, est la racine du Menis- 
per^num palmatum de l'Afritiue. 

Gen. MÉNISPERME. Menispermum. T. 

(De mené, croissant de la Lune, spcrma, graine ; allusion à la figure du noyau). 

i^/eM?'S dioïqu es. CaZ/ce à 6-12 sépales 2-sériés. Fleurs?. 
Etamines 12-20, libres ; anthères adnées, à 4 lobes sub-globu- 
leux, s'ouvrant transversalement. Fleurs ?, ovaires 2-4 (le 
plus souvent unique), libres et 1-loculaires. Stigmate 2-fide. 



Ménisperme. iv. berbéridées. 23 

Drupe charnue, globiileuse-réniforme. — Arbrisseaux grim- 
'pants. Feuilles pêtiolées, jpeliées ou cordées, anguleuses. Fleurs 
en grajppes axillaires. 

Bî. du Canada, M. Canadense. L. {Raisin de couleuvre). — MoON- 
SBED. — % Tige grêle, cylindrique, striée, grimpante, de 8-12 p. 
Feuilles peltees, presque glabres, de 2-3' de long et plus larges que 
longues, cordées-anguleuses, à angles obtus, le terminal brusquenienl 
mucroné-aristé. Fleurs petites, jaunes-verdâtres, en grappe compo- 
sée, supra-axillaire, à pédicelles braetéolés. Pétales beaucoup plus 
petits que les sépales, orbiculaires. Drupes presque noires à la ma- 
turité, assez semblables à des grains de Raisin, recourbées de ma- 
nière à ce que le style et la base se touchent presque, à pulpe peu 
abondante. Graine très comprimée, formant un anneau complet. — 
Québec-Caroline ; rives du fleuve et des rivières. Ste. Anne Lapé- 
rade ! Lac St. Charles (Québec) ! Juin. 

Racine tonique. Cultivée quelquefois dans les jardins pour couvrir 
des berceaux, des tonnelles, etc. ; aime les terrains frais. 



Fam. IV. BERBERIDEES. Berherideœ. Vent. 

(Du Genre Bcrberis). 

Herbes on arbrisseaux à feuilles pêtiolées, alternes, simples ou composées. 

Stipules avortant souvent et se changeant en épines rameuses. 

Fleurs § , régulières, solitaires, ou en grappe ou en panicule. 

Calice à 3-4-9 sépales libres, caducs, 1-3-sériés, imbriqués, souvent colorés. 

Corolle — Pétales liypogy nés, en nombre égal, double ou triple des sépales, à appen- 
dices nectariferes dans le bas. 

Etamines opposées aux pétales, en nombre égal ou double; filets aplatis, souvent 
irritables : anthères adnées, 2-loculaires. 

Ovaire solitaire, simple, 1-loculaire, pluri-ovulé ; stigmate pelté ou ombiliqué. 

Fruit — Baie, ou capsule déhiscente ou indéhiscente. 

Graine dressée ou ascendante. Plantule droite dans un albumen charnu. 

Genres 12, Espèces 100, appartenant en général aux régions tem- 
pérées de l'hémisphère boréal, où on les observe depuis l'Amérique 
jusqu'au Japon. Les trois Genres qui. suivent sont seuls indigènes 
en ce pays. 

CLEF ANAlYTiaUE DES GENRES. 

1 Arbrisseau à fleurs jaunes, à etamines irritables. . . . Epiae-Viiiette I. 
1 Herbes vivaces 2 

2 Feuilles peltées, lobées Podophylle III. 

2 Feuilles penni-terni-séquées, non peltées Léontice II. 



24 DICOTYLÉDONES — POLYPETALES. Epine-Viiictte. 

Gen. I. ÉPINE-VINETTE. Berheris. Nutt. 

(De Berhêrys, nom arabe du fruit de la plante). 

Cklice à 7-9 sépales colorés. Pétales 6, onguiculés, à 2 
glandes à leur base interne. Etamines 6, à filets aplatis. 
Style très court ; stigmate peltè, ombiliqué. Baie oblongue, 
2-3-séminée. — Arbrisseau épineux. 

E. commune. B. rulgaris. L. ÇVinettier). — Barberry bush. — 
Arbrisseau de 3-8 p., à moelle jaunâtre, à épines 3-partites, rarement 
simples. Feuilles simples, sub-ovales, atténuées en pétiole à la base, 
dentées-ciliées. Grappes multiflores, pendantes. Pétales entiers, 
jaunes. Etamines et pétales irritables. Baie oblongue, rouge ou d'un 
pourpre plus ou moins foncé. — D'Europe, mais naturalisée dans ce 
pays; près des terrains cultivés. Juin. Hh 

Les baies très acidulés servent à faire d'excellentes gelées. L'écorce 
de la racine teint en vert. Cultivée pour l'ornement et employée 
aussi à faire des haies. 

L'Espèce Canadensis de Pursh appartient bien à l'Amérique, mais 
ne se trouve pas en Canada, à moins que ce ne soit près des lacs du 
Haut-Canada ; elle croit spontanément dans la Virginie, la Caroline, 
la Géorgie, etc. 

Gen. II. LÉONTICE. Leontice. L. 

(De leôn, lion, eoikein, ressembler ; allusion à la forme des feuilles figurant 
l'empreinte du pied d'un lion). 

Calice libre à 3-6 sépales verts. Corolle à 6 pétales munis 
d'une petite écaille à la base de l'onglet. Btamines 6. Stig- 
mate simple, obtus. Fruit à péricarpe membraneux, caduc, 
2-4-séminé. Graines dressées, globuleuses. — Herbes â racines 
tubéreuses. Feuilles penni-séquées. Fleurs en grappe ou en pa- 
nicule. 

L. Pigamoïde. L. Thalicthroides. L. — Canlophyllum. MicJix. — 
Pappoose-root. — Q| Plante glabre, glauque, purpurine dans le jeune 
âge. Tige herbacée, de 1-2^ p., cylindrique, nue, se divisant en deux 
branches seulement, dont l'une n'est que le pétiole d'une feuille 3- 
ternée, et dont l'autre porte une feuille 2-ternée avec une panicule de 
fleurs verdâtres. Feuilles assez semblables à celles du Pigamon ou 
de l'Ancolie, à segments ovales, pétioles, inégalement lobés, à l'ex- 
ception du terminal qui est régulièrement 3-lobé. Graines 2 ou 1 
par avortement, d'un bleu foncé à la maturité, et assez semblable à 
de gros Pois après qu'elles se sont débarassées du péricarpe mince 



PodophyllC. V. CABOMBÉES. 25 

et caduc qui les recouvrait. — Canada-Caroline ; bois, terrains riches. 
Somerset! Mai. 

Les graines torréfiées sont employées comme substitut du Café. 
Nos Sauvages les désignent par le nom de Cohosh. 

Gen. III. PODOPHYLLE. Fodopyllum. L. 

(De fous, podos, pied, et phyllon, feuille ; allusion aux feuilles pétiolées et 

peltées). 

Sépales 6, fugaces. Pétales 6-9, obovales, l-sériés, étalés. 
Etamines 12-18, à filets courts ; anthères linéaires-oblongues, 
e'ouvrant par une fente longitudinale. Ovaire ovale, sub- 
sessile, pelté ; ovules pariétaux, ascendants. Baie pulpeuse, 
grosse, à graines nombreuses. — Racines rampantes. Tige ne 
portant que deux feuilles et une fleur. 

P. pelté. P. peltatum. L. — P. calh'carpum. Raf, {Pomme de 
Mai). — May Apple. Mandrake. — % Tige herbacée, dressée, les 
stériles se terminant par une feuille peltée au milieu, et les florifères 
portant 2 feuilles alternes, peltées sur les bords. Fleur solitaire, 
s'échappant de l'aisselle de la feuille inférieure, blanche, de 2' de dia- 
mètre, à 12-18 etamines, à pétales en soucoupe dont 6 étroits et 3 
larges. Feuilles à 5-7 lobes oblongs, légèrement dentés au sommet. 
Baie rouge, ovoïde, de l'-2' de long, couronnée par le style, d'un goût 
légèrement acide. — Montréal-Louisiane; lieux ombragés et humides. 
Pied de la montagne de Montréal ! Voisinage de Kingston ! Fleur 
en Avril et fruit mûr en Mai. 

Feuilles et racines drastiques, vénéneuses à fortes doses. 



Fam. V. CABOMBEES. Cabambaceœ L. 

(Du Genre Càbomha). 

Herbes aquatiques à feuilles entières, flottantes, peltées au centra. 
Fleurs g , petites, solitaires, axillaires. 
Calice à 3-4 sépales colorés intérieurement, persistants. 
Corolle à 3-4 pétales alternant avec les sépales. 
Etamines hypogynes, en nombre double ou multiple des pétales. 
Ovaires 1-loculaires, 2 ou plus, libres, 1-3-ovulés. 
Fruit indéhiscent, couronné par le style. 

Plantule petite, 2-lobée, appliquée sur un albumen charnu, abondant. 

D 



26 DICOTYLEDONES POLYPÉTALES. BraSÉIlie. 

Genres 2, Espèces 3. Plantes d'Amérique s'étendant deCayenne 
au Canada, sans importance, cultivées seulement dans les collections 
botaniques. 

Gen. BRASÉNIE. Brasenîa. Schreb. 

Chlice à 3-4 sépales colorés en dedans, persistants. Corolle 
à 3-4 pétales. Etamines 18-36. Ovaires 6-18. Carpelles 
ovoïdes-oblongs, 1-2 séminés, couronnés par le style. — Plante 
aquatique à feuilles peltêes au centre, couverte dans toutes ses par- 
ties d'une matière visqueuse. 

B. peltée. B. peltata. Pursh. — Hydropeltis purpurea. Michx. — 
"Water Target. — % Tige faible de 1-10 p. Feuilles pétiolèes, à 
limbe pelté, ovale ou elliptique, entier, de 9'-3' de long, douces et 
brillantes, flottantes à la surface de l'eau. Fleurs pourpres, s'élevant 
à la surface de l'eau sur des pédoncules axillaires, grêles, de ^'-|' de 
diamètre. — Kingston-Arkansas ; dans les marais et les lacs à bords 
vaseux ; on la trouve souvent mêlée au Nénuphar. Légèrement as- 
tringente. Juillet. 



Fam. VI. NYMPHEACEES. Nijm^Tiœaceœ. Salisb. 

(Du Genre Nymphœa). 

Herbes aquatiques, vivaces, à rhizome cliaruu, urueux. 

Feuilles, radicales, entières, alternes, longuement pétiolée^» peltées ou cordées, 
à limbe flottant. 

Fleurs ^ , radicales, solitaires, grandes, brillantes, à torus charnu plus ou moins 
développé. 

Calice — Sépales 4-6, tantôt libres, tantôt soudés en tube adhérent à l'ovaire par 
l'intermédiaire du torus. 

Corolle — Sépales nombreux, pluri-sériés, insérés à diverses hauteurs sur la sur- 
face du torus. 

Etamines 00, pluri-sériées, les extérieures souvent sans anthère et pétaloïdes ; 
filets dilatés. 

Ovaire multi-loculaire, pluri-ovulé, enveloppé par le torus ; stigmate pelté, rayon- 
nant, sessile, persistant. 

Fruit globuleux, charnu à l'intérieur, indéhiscent. 

Graines à arille succulent, à testa crustacé. 

Plantule entourée d'un albumen farineux, abondant. 



VI. NYMPHEACEES. 



^^ 



Genres 5, Espèces 50, toutes particulières à l'hémisphère boréal. 
Ces plantes ont été autrefois très renommées pour leurs propriétés 
anti-aphrosidiaques encore très hypothétiques aujourd'hui; leur prin- 
cipal mérite est de fournir les plus belles fleurs, sans contredit, qui 
puissent embellir les bassins dans les grands jardins. La fécule 
abondante que renferment leurs graines et leurs racines, c6barassée 
par des lavages des principes amers qu'elle contient, peut servir è 
l'alimentation, comme plusieurs peuplades sauvages en ont déjà fait 
l'expérience. Le Canada ne contient de cette Famille que les deux 
Genres suivants. 



CLEF ANALYTiaUE DES GENRES. 

Pétales et étamines insérés à la base du torus, fleurs jaunes. . . Nénuphar II. 
Pétales et étamines insérés sur le torus à des hauteurs diverses. Fleurs ja- 
mais jaunes , Nymphéa I, 




FiG. 13. Fleur ouverte avec une feuille et un bouton de la Nymphéa odorante 
{Nymphœa odorata) ; les étamines extérieures se convertissant en pétales. 14. 
Pistil et thorus de la fleur auquel on n'a laissé que 3 étamines, dont l'une à_ l'état 
ordinaire, et les deux autres plus ou moins avancées vers leur tranformation en 
pétales. 15. Un pétale intérieur portant une étamine rudimentaire à son sommet. 
16. Section transversale de l'ovaire montrant la disposition des ovules. 



28 DICOTYLÉDONES POLTPETALES. NympheS. 

Gen. I. NYMPHÉA, Nymphœa. Neck. 

(De nymphe, nymphe ; c'est-à-dire plante habitant les eaux comme les Naïades) 

Calice à 4 sépales caducs. Pétales 16-18, pluri-sériées, pas- 
eant inseDsiblement en étamines, insérés sur le torus. Eia- 
mines insérées sur la surface de l'ovaire, vers le sommet. 
Fruit enchâssé dans un disque ou torus persistant et gardant 
les cicatrices laissées par les sépales et les étamines. — Feuilles 
cordées ou peliées. Fleurs blanches, roses ou bleues, jamais jaunes. 

W. odorante. N. odorata. Ait. — iV. alla. Mîchx. {làis d'eau). — 
Water Lily. — (Fig. 13, 14, 15 et 16). — % Feuilles orbiculaires, 
cordées, entières, à nervures saillantes en dessous. Calice à 4 sépalef 
égalant les pétales. Stigmate à 15-20 rayons, à sommet infléchi 
Filets dilatés, jaunes et se convertissant insensiblement en pétales» 
Rhizome cylindrique, de 5'-6' de diamètre, et 3-4 p, de long, charnu, 
enfoncé dans la vase à une profondeur de 4-8 p. d'eau et envoyant de 
là ses feuilles et ses fleurs à la surface. Fleurs très grandes, odo- 
rantes, brillantes, blanches ou teintes de pourpre. — Québec-Lac Supé- 
rieur, dans les lacs où les eaux mortes. Lae Calvet à St. Augustin ! 
Lac St. Pierre ! Juillet-Septembre. 

Culture des Nénuphars. 

Gen. II. NÉNUPHAR. Nuphar. Smith. 

(Altération de Niloufar, nom arabe de la plante). 

Sépales 5-6, obovales, sub-orbiculaires, concaves, colorés, 
persistants. Corolle à 10-20 pétales, petits, épais, 2-sériés, 
nectarifères sur le dos, otïrant à la face interne des saillies 
longitudinales correspondant à des loges d'anthères. Fta- 
mines insérées sous l'ovaire. Fruit non enchâssé dans le 
torus. — Feuilles cordées ou sagittées. Fleurs jaunes. 

1. N. d'Amérique. N. Americana. — N. advena. Ait. — Nym- 
'phœa advena. Michx. — {Liis jaune des étangs. Volet). — Yellow 
PoND-LiLV. — % Feuilles épaisses, en cœur, de 6'-10' de long, à lobes 
divergents, luisantes, flottantes, ou le plus souvent dressées, à pé- 
tioles aplatis ou demi-cylindriques. Calice à 6 sépales, les extérieurs 
plus petits. Stigmate à 12-15 rayons, à bords crénelés, légèrement 
ombiliqué. Fleurs globuleuses, dressées, portées sur de longs pé- 
doncules droits, charnus. Pétales et étamines jaunes. Fruit ovoïde- 
oblong, fortement sillonné, tronqué au sommet. — Lac St. Jean- 
Géorgie, dans les vases des lacs et des marais. Lac St. Joacbim ! 
Juin-Août. 



Nénuphar. vu. sarracéniées. 29 

a tomentosa. Nutt. Feuilles pubescentes blanchâtres en dessous. 

Le nom spécifique advena qui convient aux Européens étant un 
contre-sens pour nous, nous avons cru devoir lui substituer celui 
di''Americana. 

2. N. de Kalm. N. Kalmiana. Pursh. — Nymphœrt. Michaux- 
— Nijmpkœa lutca, a KaJmiana. T. et G. — Kalm's Pond-Lily. — 
Q|. Feuilles cordées-ovales à lobes raoprochés, flottantes, de 1^-4' de 
long, à bords crénelés, à pétiole sub-cylindrique, grêle ou filiforme. 
Calice à 5 sépales obtus. Stigmate à 8-12 rayons, fortement ombi- 
liqué au centre. Fleurs de l'-l:|' de diamètre. Fruit non sillonné 
contracte au-dessous du stigmate en un bec étroit. 

Baie d'Hudson-Lac Supérieur ; marais et mares. Bécancour ! 
Juin-Septembre. 

Feuilles vulnéraires et anti-laiteuses à l'extérieur. 

La culture de ces plantes est des plus facile. Il suffit de jeter dans 
l'eau des bassins des graines parfaitement mûres ou d'enfoncer dans 
la vase de leur fond des portions de rhizomes fraîchement arrachées ; 
mais il faut que l'eau ait assez de profondeur pour mettre ces rhi- 
zomes à l'abri de la gelée pendant l'hiver. 

C'est encore à cette Famille qu'appartient la Victoria regia de 
l'Amérique du Sud, la fleur de plus grande dimension qu'on ait en- 
core trouvée, puisqu'elle ne mesure pas moins de 12'-15' de dia- 
mètre. 



Fam. VII. SARRACENIEES. Sarraceniaceœ. Endl. 

(Du Genre Sarracenia). 

Herbes palustres, vivaces, à racines fibreuses. 

Feuilles toutes radicales, purpurines ou jaunes-verdâtres, à pétioles longs, gonflés, 

tubuleux, à limbe petit, étalé, articulé à l'orifice du pétiole. 
Calice à 5 sépales persistants, muni d'un invoiucre 3-phyIle. 
Corolle à 5 pétales onguiculés, concaves, connivents. 

Etamines 00, hypogynes, à filets très courts ; anthères introrses, 2-loculaires, ad- 

nées. 
Opaire supère, à 5 loges pluri-ovulées ; styla court; stigmate très f^rand, péta- 

loïde, à angles, persistant. 
Fruit. — Capsule à 5 valves loculicides, emportant avec elles les cloisons et les 

placentaires. 
Plantule à la base d'un albumen charnu, copieux. 

Cette petite Famille ne comprend que trois Genres dont l'un par- 
ticulier au Canada et aux Etats-Unis, l'autre à la Guyane, et le troi- 



3^ DICOTYLÉDONES — POLYPETALES. Sarracénie. 

sième (DarUngfonia) suivant Torrey à la Californie. Espèces 7. 
Plantes remarquables par la singulière conformation de leurs feuilles, 
d'ailleurs sans importance. 

Gen. sarracénie. jSarracenia. L. 

("Déd'é par Tournefort ai; Dr. Sarrasin, de Québec, qui vers 1730 lai envoya du 
Canada la première Espèce connue). 

Mêmes caractères que ceux de la Famille. 

S. pourpre. S. purpurca. L. — S. heterojj7n/7Ia. Eat. — Side-SADDLE 
Flower. PiTCHER Plant. — Hampe de 15'-20', cylindrique, glabre, 
1-flore. Feuilles persistantes, couchées, tubuleuses, contractées à 
l'orifice, munies d'une aile sur la partie interne du gonflement du pé- 
tiole, terminées par un limbe droit, cordé, couvert en dedans de poils 
recourbés. Fleurs grandes, à pétales rouges-pourpres extérieurement, 
verts intérieurement. — Baie d'Hudson-Floride, dans les mousses des 
marais et des savanes. St. Henri ! Boucherville ! Juillet-Août. 

Les vases que forment les pétioles peuvent contenir souvent plus 
d'un demiart de liquide, ils sont ordinairement remplis d'eau et 
d'insectes qui s'y sont noyés. La singulière conformation des feuilles 
de cette plante et la bizarrerie de son aspect, ont souvent engagé des 
amateurs à la cultiver par curiosité. Il faut la placer dans des en- 
droits très humides ou encore mieux dans un petit marais factice que 
l'on couvre de mousse (Sphaignes). Nous avons cependant réussi à 
la faire fleurir dans un jardin ordinaire sans autres soins que ceux 
d'une transplantation soignée et de bonne heure au printemp«-. 



Fam. VIII. PAPAVERACEES. Pajpaveraceœ. L. 

(Du Genre Papaver). 

Plantes herbacées, à suc généralement coloré. 

Feuilles alternes, simples ou divisées, sans stipules. 

Fleurs § , solitaires ou presque solitaires, en cime ombelliforme ou en grappe ra- 
meuse, jamais bleues. 

Calice. — Sépales 2 (rarement 3), libres, imbriqués, concaves, très caducs. 

Corolle. — Pétales 4 (rarement 5-6), libres, en nombre double ou multiple de celui 

des sépales, cliiflfoiinés ou plissés avant l'épanouissement. 
Etamincs 00, multi-sériées, libres; anthères 2-loculaires, basifixes. 
Ovaire solitaire, 1-loculaire, à placentaires pariétaux, saillants. 
Stigmates 2 ou plus, en rayons sur des styles aplatis en lames et formant un plateau 

(.{ni couronne l'ovaire. 

Fruit. — Capsule à déhiscence variée. Graine à albumen charnu, huileux. 



VIII. PAPAVERACEES. 



31 



Genres 18, Espèces plus de 130, la plupart remarquables par la 
beauté de leurs fleurs. Un principe narcotique contenu surtout dans 
le jus de ses plantes caractérise particulièrement cette Famille. 



CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

1 Suc incolore Aurine V. 

1 Suc coloré . . . • 2 

2 Suc blanc • Pavot IV. 

2 Suc rouge-orange . Sanguinaire I. 

2 Suc jaunâtre • 3 

3 Feuilles à dents épineuses Argémone III. 

3 Feuilles ineruies • Chélidoine II. 




liG. 17. Sanguinaire du Canada. 18. Section transversale de la capsule lais- 
sant voir les graines attachées aux deux placentaires pariétaux. 19. Section lon- 
gitudinale d'une graine grossie, montrant le large raphé et la plantule. 20. Bou- 
ton d une fleur d' Aurine. 21. Calice en forme de capuchon détaché de la base. 
22. Capsule siliqueuse de la même plante. 



32 DICOTYLÉDONES — POLTPÉTALES. Sanguinaire. 

Gen. I. SANGUINAIRE. Sanguinaria. L. 

(De sanguis, sang ; allusion au suc rouge de la plante). 

Sépales 2, ovales, caducs. Pétales 8-12, 2-3-sériés, les ex- 
térieurs plus longs. Etamines 24 ; anthères linéaires. Ovaire 
comprimé, pluri-ovulé, à stigmate sessile, épais, 2-sillonné. 
Capsule oblongue, à 2 valves tombantes, à placentaire annu- 
laire, persistant. — Herbe acaule, à suc rouge, acre. Racine ram- 
pante, noueuse, émettant une hampe 1-Jiore et 1-seule feuille. 

S. du Canada. ^S. Canadensis. L. — S. gra7idiflora. Bosc (Sang- 
Dragon). — Blood-Uoot. Red-Rgot. — (Fig. 17, 18 et 19).— Qj. 
Hampe 1-llore de 5'-6'. Feuille unique, grande, glauque, à limbe ré- 
niforme, palmi-lohé, veiné de rouge ; lobes 5-7, le plus souvent si- 
nués, crénelés ou ondulés ; pétiole long et brun. Fleur grande, in- 
odore, à pétales oblongs, atténués à la base, blancs. Fruit capsu- 
laire, ovale-oblong. Fleur de courte durée. — Saguenay-Floride ; dans 
les terrains riches, humides et ombragés. Tring ! Cap Tourmente ! 
Mai. 

Toute la plante lorsqu'on la rompt, montre un suc d'un rouge cou- 
leur de sang et très acre. Racine purgative et émétique. — Division 
des racines à l'automne. 

Gen. II. CHÉLIDOINE. Chelidonium. T. 

(De chdidôn, hirondelle ; parce que la plante fleurit depuis l'arrivée des hiron- 
delles jusqu'à leur départ, c'est-à-dire de Mai à Octbore). 

Calice à 2 sépales, sub-orbiculaires, sub-colorés. Pétales 
4, cbiflbnnés avant l'épanouissement, tombants. Etamines 
24-32, plus courtes que les pétales. Stigmate petit, sessile, 
2-lobé. Capsule linéaire, siliqueuse, à 2 valves tombantes. 
Graines nombreuses, munies d'un raphé en crête glanduleuse. 
— Herbe vivace, à suc jaune, acre. Tige rameuse. Feuilles penni- 
séquécs. Pédoncules axillaires, en ombelle. 

G, COmmiine. C. majus. L. (Eclaire. Herbe de V Hirondelle. 
Herbe aux verrues). — Celandine. — Qj. Tige de 1-2 p., dressée, ra- 
meuse. Feuilles molles, glauques intérieurement, à segments ovales, 
incisés-créneles, le terminal obovale-cunéiforme. Sépales jaunâtres, 
acuminés. Pétales jaunes, elliptiques, entiers, très fugaces. Filets 
enflés vers le sommet, puis aigus. Capsules linéaires, toruleuses. Ra- 
cine fusiforme. — Trois Rivières-Détroit ; introduite d'Europe et na- 
turalisée sur les bords des chemins, les cours, etc. Cour des Sœurs 
Grises de Montréal ! Trois-Rivières ! Juillet-Août. 



Argêmone, viil papavéracées. 33 

Suc eflacace contre la morsure des serpents venimeux. On l'em- 
ploie aussi pour dissiper les taies de la cornée, ronger les verrues, etc. 
— Semis 

Gen. III. ARGÉMONE. Argemone. T. 

(De argemon, taie de l'œil; allusion à de prétendues vertus médicinales). 

Sépales 3, hérissés de pointes, caducs. Pétales 6, obovales 
plus grands que les sépales. Stigmates 4-7, rayonnants, con- 
caves, libres. Capsule ovoïde, s' ouvrant au sommet en 5-7 
valves incomplètes. Graines globuleuses, gravées ou réti- 
culées. — Herbes glauques, à suc Jaune, aiguillonnées de poils 
raides. Meurs jaunes. 

A. du Mexique. A. Mexicana. L. {Tavot épineux). — Horn 
PoppY. — ® Tige de 2 3 p., rameuse, munie d'épines. Feuilles am- 
ples, sessiles, penni-nervées, sinuées, à bords dentelés, épineux, sou- 
vent maculées ou panachées de blanc. Fleurs dressées, solitaires, 
axillaires et terminales, jaunes. Calice épineux de même que la cap- 
sule. — Mexique. Juillet-Août. ^ 

Estimée pour la jaunisse, les éruptions cutanées, les maladies 
d'yeux, etc. — Semis en place au printemps. 

Gen. IV. PAVOT. Papaver. T. 

(Du celtique papa, bouillie ; allusion à la coutume de mêler le suc de la plante 
à la bouillie des enfants pour les faire dormir). 

Sépales 2-3. Pétales 4-6. Stigmates 4-20, sessiles sur le 
sommet de l'ovaire aplati en disque. Capsule obovoïde ou 
sub-globuleuse, s'ouvrant par de petites valvules sous le 
disque stigmatifère. — Herbe à suc laiteux, blanc. Pédoncules 
solitaires, 1-Jïores. 

1. P. à tige nue. P. nvdicauh. L. — (D Tige grêle, nue, bispide, 
1-flore. Feuilles toutes radicales, penni-fides. à lobes aigus, incisés. 
Sépales couverts de poils cassants. Fleur le plus souvent jaune. 
Capsule obovale-oblongue, bispide. — Labrador-Montagnes Rocheuses. 
Août. 

Seule Espèce indigène de l'Amérique du Nord. 

2. P, somnifère. P. somniferum. L. (^Pavot des jardins. Œillette). 
— CoMMON PoppY. Opium Poppy. — CD Glabre, glauque. Tige fis- 
tuleuse, lisse, épaisse, dressée, de 1-3 p. Feuilles embrassantes, in- 
cisées-dentelées, ou crénelées, à dents un peu obtuses. Fleurs grandes, 
blanches, rosées ou violacées, à pétales orbiculaires, tachés de noir à 

B 



34 DTCOTYLÊaoifES-^poLTPÉTALEs. Attrine. 

la base. Sépales glabres. Filets blancs, clayiformes. Stigmates 
10-12, élargis et creusés d'une fossette à leur extrémité extérieure, 
fortement épaissis vers le milieu de leur longueur. Capsule glabre, 
sub-globuleuse ou oblongue, indéhiscente. Graines ordinairement 
blanches. (P. album).— Perse. Juillet-Octobre. *i* 

a. nigrum. Capsule globuleuse, fortement stipitée, s'ouvrant par 
des valvules sous le disque. Stigmates non épaissis vers leur milieu, 
ni creusés d'une fossette à leur extrémité extérieure. Graines noirâtres 
^ la maturité. $ 

Varie à fleurs doubles et à nuances variées dans la culture. 

C'est du suc laiteux de la capsule de cette Espèce non encore par- 
Tenue à maturité que l'on extrait VopiuTn du commerce, elle est gran- 
dement cultivée en Europe et en Asie pour cette fin. Les graines de la 
variété « fournissent Vhuile â' œillette ou huile blanche qu'on mêle si 
Bouvent à l'huile d'olive dans le commerce. Ce serait là une culture 
nouvelle qu'on pourrait introduire avec avantage en Canada, nous 
pensons. Capsules sèches employées comme narcotique. 

3. P. Coquelicot. P. Rhceas. L. {^Coquelicot. Pavot-Coq. ]^on- 
cçaV)'— CoMMON RED Poppv. — ® Tige de 1-2 p., pluri-flore, rameuse, 
velue. Feuilles velues, penni-partites, à lobes oblongs, lancéolés^ 
aigus, incisés-dentés. Sépales à poils écartés. Pétales sub-orbicu- 
laires, d'un rouge vif, quelquefois tachés de noir à la base ou à bords 
cendrés ou panachés. Stigmate 8-10, sur un disque à lobes se recou- 
vrant par leurs bords. Capsule glabre, sub-globuleuse. — Europe. 
Juin-Juillet, ►f» 

Pétales émollients, légèrement narcotiques. Fleurs plus ou moins 
doubles par la culture.— Semis en place au printemps. 

4. Pi du Levant. P. orientale. L. (Pavot de Tournefort). — Orien- 
tal PoppY. — % Tige de 3 p., scabre, feuillue, 1-flore. Feuilles his- 
pides, penni-fides, à lobes oblongs, dentés en scie. Fleurs grandes, 
très brillantes, d'un rouge foncé. Sépales ordinairement 3, poilus. 
Pétales 6, à onglet noir-pourpre. Stigmates verts, à rayons un peu 
crépus. Capsule glabre, obovale-globuleuse, violette supérieurement. 
— Arménie. HE* 

^ejnis ou sépaj-atioç des racines. 

Gen. V. AURINE. Chryseis. Lindl. 

(De ehrysos, or ; allusion à la couleur de la fleur). 

Calict à 2 sépales cohéreuts à la base, insérés sur le sommet 
dilaté, tubuleux, du pédoncule. Pétales 4, largement obo- 
valçs, caducs. Filets soudés aux onglets des pétales. Stig- 
matesA-l., sessiles, dont 2-3 abortifs. Capsule cylindrique, sili- 
queuse, sillonnée de 10-stries, s'ouvrant de la base au sommet 
en 2 valves. sé,minifèrea, sur leiir^ bord^. — ^.erbe glauque. 



AûHnè. 



IX. ^UMÀRIÀCÊES. o5 



Feuilles pêtîolêes, décomposées. Pédoncules solitaires^ 1-Jîores. 
Sue incolore, niais ayant l'odeur de l'acide muriaiique. (Fig; 20, 
21 et 22). 

A, de la Californie. C. Californica. JÀnàX.—Escholtzia, Cham. — 
® ou %. Tige rameuse, étalée, feuillue. Feuilles très décomposées, à 
divisions linéaires, obtuses. Pédoncules 1-flores, plus longs que là 
feuille. Calice obconique. Fleur d'un jaune doré, plus foiîcé à la 
base, se fermant dans les temps couverts et pluvieux. — Californie. 
Septembre. HE* 

Cultivée dans notre climat comme plante annuelle, vu qu'elle lié 
résiste pas à nos hivers. Semée sur coUchei elle fleurit eii Août. 



Fam. IX. FUMARIACEES. Futnariacéa. D; C. 

(Du Genre Fûmarià). 

Tige herbacée, ordinairement glauque, à Snc aqueux. 

Feuilles alternes, multi-fides ou décomposées, souvent avec des oreillettes. 

Fleurs ^ , irrégulières, en grappe ou quelquefois solitaires. 

Calice à 2 sépales latéraux, très petits, libres, pétaloïdes, caducs, imbriqués. 

Corolle irrégulière, à 4 pétales dont 1-2 extérieurs, gonflés en sac à la base, les 2 
intérieurs cohérents par leurs sommets. 

Etamines 5, diadelphes; filets dilatés. Anthères adnées, extrorses, les 2 exté- 
rieures 1-loculaires, celles du milieu 2-loculaire3. 

Ovaire supére, 1-loculaire, 1-pluri-ovulé. Style filiforme ; Stigmate aigu ou ar* 

rondi, crénelé. 
Fruit sec, indéhiscent, à 1-3 graines, ou silique capstd^re déhiscente, pluri-sémi> 

née. 
Graines horizontales, luisantes, souvent munies d'une caroncule. 
Plantule petite, entourée d'un albumen charnu. 

Genres 15, Espèces 110, toutes de l'hémisphère boréal. Plusieurs 
forment de belles plantes d'ornement ; lé suc amer de quelques unes 
en fait des toniques remarquables. 



CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

1 Tige grimpante. Feuilles à pétioles en vrilles Aâhnula II. 

1 Tige dressée .*....... 2 

2 Deux des pétales éperonnés également. ...... Diolytrié I. 

2 Un seul pétale éperonné 3 

3 Fruit, capsule siliquiforme polysperme * Corydâlia IIÎ. 

3 Fruit, capsule globuleuse monosperme Fumeterre IV. 



36 DICOTYLÉDONES POLTPETALES. Diclytrïe. 

Gen. I. DICLYTRIE. Dicentra, Borkh. 

(De dis, denx, kentron, éperon ; allusion anx deux éperons de îa corolle). 

Sépales 2, petits. Pétales 4, les 2 extérieurs gibbeux on 
éperonnés à la base. Etamines 6, en 2 phalanges. Filets 
cohérents supérieurement, les médians pourvus inférieure- 
ment en dehors d'un éperon quelquefois peu apparent. Ovaire 
pluri-ovulé. Capsule siliqueuse, comprimée, à 2 valves tom- 
bantes. Graine à hile strophiolé. — Feuilles pétiolées, multi- 
Jides. Fleurs hlanches ou brunes, en grappe. 

1. D. du Canada. D. Canadensis. D, 0. — Corydalis Canaâensis. 
Qoldie. — Diclytra cxbnia. Beck. — Squirrel-corn. Dutchman's 
Brbeches. — % Rhizome souterrain, portant un grand nombre de tu- 
bercules de la grosseur d'un pois, d'un jaune brillant. Feuilles ra- 
dicales, presque glauques, multi-fides, à lanières linéaires-obtuses. 
Hampe nue, simple, de 6-8', portant 4-5 fleurs blanches ou jaunâtres 
à odeur d'Hyacinthe ; éperons courts, obtus, écartés, légèrement re- 




FiG. 23. Hampe fleurie, feuille et bulbe de la Diclytrie en cornet (Dicentra 
cucuUaria). 24. Une fleur de grandeur naturelle. 25. La même fleur avec ses 
parties .séparées, excepté les sépales dont on en voit un au bas du pistil. 26. Pé- 
t«lei intérieure cohérents par leur commet. 



Adlumia. ix. fumariacées. 37 

courbés. Calice petit. Stigmate 4-lobé. Etamines. 3 dans chaque 
lèvre. — Saguenay-Kentucky ; bois pierreux, terrains riches. St. Joa- 
chim ! Mai. 

Peut figurer avantageusement dans les jardins. — Semis ou division 
des pieds. 

2. D. en cornet. D. cucullaria. D. C. — Fumaria cucullaria. L. 
— CorydaHs cucullaria. Pursh. — (Fig. 23 et suivantes), — % Rhi- 
zome portant des tubercules souterrains triangulaires, d'un rouge 
pâle. Feuilles radicales, multi-fides, presque 3-ternées, glabres, à 
segments linéaires oblongs. Hampe tendre, de 6-10', dépassant les 
pétioles, nue, portant 4-5 fleurs presque pendantes, blanches, jaunes 
au sommet ; éperons droits, divergents, aussi larges que la corolle. 
Pédicelles courts, munis d'une bractée et de deux bractéoles près de 
la fleur ; capsule 15-20-séminée. — Canada Kentucky ; bois. Avril-Mai. 

3. C. distinguée. D. eximia. D. C. — Corydalis formosa. Pursh. 
— Ohoice Diclvtra. — (D Feuilles nombreuses, décomposées, pâles 
ou glauques. Hampe de 8'-12', portant 4-8 cimes de fleurs purpu- 
rines, pendantes, composée chacune de 6-10 fleurs ; éperons courts, 
obtus, un peu courbés. Stigmate à 4 angles. Bractées purpurines, 
à la base des pédicelles. — Pennsylvanie, et aussi Canada ? suivant 
Pursh. — Semis. Juin-Septembre. 

Gen. n. ADLUMIA. Adlumia. Rafin. 

(Dédié à John Adium, de Washington, viticulteur distingué). 

Sépales 1-2, petits. Pétales 4, souciés en corolle monopé- 
tale, 2-gibbeuse à la base et 4-lobée au sommet, persistante. 
Etamines diadelphes. Capsule siliqueuse, à 2 valves, pluri- 
séminée. — Plante herbacée, grimpante au moyen de 'pétioles en 
vrilles. 

Â. à vrilles. R. cirrhosa. Raf. — Fumaria f un gosa. Vent. — Co- 
ri/dalis. Fers. — Mountain Fringe. — © Tige grimpante, striée, 
glabre, de 4-6 p. Feuilles décomposées, à segments terminaux 3- 
lobés, à pétioles contournés en vrilles. Fleurs d'un violet pâle ou 
presque blanches, très nombreuses, en grappes composées, axillaires, 
pendantes. Corolle légèrement cordée à la base, à 4 pétales soudés 
en une masse spongieuse. Graines 4-6, globuleuses-rénitormes, lui- 
santes, noires. — Canada-Caroline ; lieux ombragés, bords des ruis- 
seaux. — Kingston ! Juin-Août. >i* 

On l'emploie dans les jardins à couvrir les berceaux, etc. — Semia. 

Gen. III. CORYDALIS. Corijdalis, D. C. 

(De korydallis, allouette; allusion à l'éperon de la fleur qui a quelque ressem- 
blance avec le doigt postérieur du pied de cet oiseau). 

Sépales 2, petits. Pétales 4, le postérieur à long éperon 
renfermant un appendice nectarifère. Etamines 6, diadel- 



38 DICOTYLÉDONES — POLYPETALES. Fumeterre. 

plies; filets unis à leur base en deux feuillets engainants 
l'ovaire. Capsule siliqueuse, à deux valves tombantes, pluri- 
séminée. — Fleurs en grappes terminales ou opposées aux feuilles. 

1. C. glauquei C. glavca. Pursh — Fumaria sempervirens. L. — 
Glaucous Corvdalis. — © Racine fusiforme. Tige dressée, rameuse, 
de 1-4 p. Feuilles 2-penni-séquées, à segments ovales-cunéiformes, 
3-lobés, incisés, molles, très glauques. Fleurs pourpre-pâle, à som- 
met jaune, en grappes nombreuses, paniculées, courtes. Calice à 2 
sépales foliacés, violets, ovales-acuminés, entre lesquels se range 
Téperon de la corolle délicatement rayé de rouge et de jaune. — Sa- 
guenay-Caroline ; lieux ouverts et pierreux. St. Joachim ! Brock- 
ville ! Mai- Août. 

Figure avantageusement dans les parterres. — Semis. 

2. C. dorée. C. aurea. Willd. — Fumaria aurea. Muhl. — Golden 
CoRYDALis. — ® OU (D Tige diffuse, rameuse, de 8'-12'. Feuilles 
glauques, 2-penni-lobées, à divisions linéaires-oblongues, aigiies. Fleurs 
d'un jaune brillant, de moitié plus courtes que les capsules siliqueuses, 
tortueuses qui leur succèdent. Bractées linéaires-lancéolées, dentées, 
trois fois aussi longues que les pédicelles. Grappes opposées aux 
feuilles et terminales. — Saguenay-Caroline ; bois pierreux. Mai- 
Août. 

Gen. IV. FUMETERRE. Fumaria. T. 

(De/wOTMs terrœ, fumée de la terre; allusion à l'aspect glauque et comme va- 
poreux du feuillage). 

Sépales 2, caducs. Corolle 2-lobée ; pétale antérieur ca- 
réné, le postérieur muni à sa base d'un éperon obtus, soudé 
inférieurement avec les deux latéraux. Ovaire 1-ovulé. Fruit 
charnu puis sec, sub-globuleux, à épicarpe inséparable de 
l'endocarpe, se partageant en deux à la maturité. — Feuilles 
caulinaires Jînemeîii divisées. Fleurs petites, en grappes serrées. 

F. officinale. F. officinalis. L.— (D Tige de 12'-15', glabre aussi 
bien que les feuilles, sub-dressée, rameuse, étalée. Feuilles 2-3- 
penni-séquées, à segments oblongs-linéaires, ordinairement aigus. 
Fleurs petites, purpurines ou roses, en grappes lâches ; pédicellea 
penchés mais devenant dressés à la maturité. Sépales ovales-lan- 
céolés, égalant le tiers de la corolle, et plus étroits qu'elle. Fruit 
plus long que large, un peu échancré au sommet. — Europe. Juillet- 
Août. ►!< 

a dijusa. Diffuse ou ascendante ; feuilles à segments glauques» 
larges. — Naturalisée dans les champs cultivés. Environs de Québec ! 
Stomachique et dépurative. 



X. CRUCIFÈRES. 39 

Fam. X. CRUCIFÈRES. Cruciferœ. L. 

(De crucem ferre, porter une croix ; allusion à la disposition des pétales). 

Tige, ordinairement herbacée, rarement sous-frutescente, à feuilles alternes, sans 

stipules. 
Fleurs î^, jaunes ou blanches, rarement pourpres, en grappes terminales, sans 

bractées. 
Calice à 4 sépales caducs, en croix, dont deux souvent plus long's et gibbeux à la 

base. 
Corolle à 4 pétales hypogynes, libres, onguiculés, opposés en croix. 
Etamines 6, dont 2 plus courtes opposées; anthères introrses, 2-loculaires. 
Ovaire pluri-ovulé, à placentaires pariétaux, divisé en 2 loges par une fausse 

cloii^on. 
Fruit — Silique ou silicule, ordinairement 2-loculaire. 
Graines en rangs à chaque côté des placentaires. 
Plantule plus ou moins recourbée, sans albumen, à cotylédons accombants ou 

incombants. 




FiG. 29. Fleur d'une Crucifère. 30. La même séparée du calice et des pé- 
tales, laissant voir les etamines tétradynames. 31. Siliques de l'Arabette du Ca- 
nada (Arabis Canadensis), dont l'une laisse voir ses graines attachées à la cloison 
intermédiaire, une de ses valves ayant été enlevée et l'autre commençant à se dé- 
tacher aussi. 32. Section transversale d'une graine ailée (grossie) laissaut voir 
la plantule avec sa radicule latérale ou appliquée sur la commissure des coty- 
lédons (cotylédons accombants). 33. La plantule vue séparément. 34. Une 
branche de la Drave printannière (Draba verna) en fruit 35. Section transver- 
sale d'une silicule (grossie) montrant l'insertion pariétale des graines et la fausse 
cloison. 36. Silicule de la Bourse à pa,steur (Tldaspi Bursa pastoris). 37. La 
même avec l'une des deux valves enlevée, laissant voir l'étroite cloison intermé- 
diaire qui les sépare et à laquelle sont attachées les graines. 38. Section trans- 
versale d'une graine de la même (grossie) laissant voir la plantule avec sa radi- 
cule dorsale, c'est-à-dire appliquée sur le dos de l'un des cotylédons (cotylédons 
incombants). 



40 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. 

Famille des plus nombreuses et des plus naturelles, c'est-à-dire, 
dont les caractères sont le plus parfaitement tranchés. Elle ne con- 
tient pas moins de 173 Genres et plus de 1600 Espèces, presque 
toutes de la zone tempérée. Elle fournit un grand nombre d'aliments 
sains et nourissants. L'huile grasse contenue dans les graines de ces 
plantes en a fait de plusieurs Espèces le sujet d'une culture spéciale. 
Leur saveur acre et piquante leur donne une action médicale vive et 
instantanée ; c'est surtout contre le scorbut qu'elles sont particuliè- 
rement employées. Elles fournissent aussi de très belles fleurs d'or- 
nement. 



CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

I Fruit, une silique ......,...*..<.... 2 

] Fruit, une silicule 20 

2 Deux des si'^pales plus ou moins bombés à la base 3 

2 Sépales tous ég;aux , 10 

3 Silique articulée, indéhiscente Radis I. 

3 Silique non articulée, déhiscente 4 

4 Stigmate â-lobé ou 2-lamellé • .... 5 

4 Stigmate entier ou légèrement échancré 7 

5 Plante glabre ou cotonneuse, douce au toucher 6 

5 Plante plus ou moins velue, rude au toucher .... Julienne VI. 

6 Lobes ou lames stigmatiques divergents Giioflée VIIL 

G Lobes ou lames stigmatiques connivents ou appliqués sur 

le style Matthiole VII. 

7 Silique tétragone ou à peu près 8 

7 Silique cylindrique 19 

8 Silique nettement tétragone Vélar X. 

8 Silique tétragone-aplatie ou plane 9 

9 Fleurs jaunes Chou III. 

9 Fleurs blanches, rosées ou purpurines Aiabette V. 

10 Silique tétragone ou sub-tétragone, ou cylindrique, ou bosselée ... 11 
10 Silique aplatie et linéaire 16 

II Silique nettement tétragone 12 

11 Silique sub-tétragone ou obscurément anguleuse 13 

12 Placentaires proéminents Vélar X. 

12 Placentaires non proéminents Barbarée IX. 

13 Valves sans nervures Cresson XII. 

13 Valves munies de nervures 14 

14 Graines ovoïdes ou oblongues Siaymbre XI. 

14 Graines globuleuses ^^ 

15 Sépales étalés. Feuilles très rudes au toucher. . . . Sénevé II. 

J5 Sépales coimivents. Feuilles glabres Chou III. 

]6 Valves sans nervures 17 

16 Valves uervées ou carénées 18 

17 Funicule large, aplati. Tige peu feuillue .... Dentaire XIV. 

17 Funicule grêle. Tige feuillue supérieurement. . -Caidamine XIII. 

18 Graines sur 2 rangs dans chaque loge Tourette IV. 

18 Graines sur un seul rang dans chaque loge Arabotte V. 

19 Valves nervées. Feuilles inférieures entières ou lyrées . Chou III. 

19 Valves sans nervures. Feuilles toutes penni-séquées . Cresson XII. 

20 Fleiirs jaunes 21 

20 Fleurs blanches, roses ou purpurines 24 

21 Silicule 1-loculaire, indéhiscente, monosperme. . . Pastel XXIV. 

21 Silicule 2-loculaire, déhiscente 22 



aadlS. X. CRUCIFÈRES. 41 

22 Valves sans nervures Ciesson XII. 

22 Valves munies de nervures . . . • 23 

23 Graines ailées. Quelques unes des étamines dentées . Alysson XV. 

23 Graines non ailées. Etamines toutes inermes . Caméline XXII. 
24 Silicule indéhiscente, à 2 articles, le supérieur ovale, eu 

siforme Caquilier XXII. 

24 Silicule déhiscente, non articulée 25 

25 Silicule triangulaire, en coin à la base Bourse XX. 

25 Silicule ovale et aplatie 26 

25 Silicule ovoïde ou globuleuse 30 

26 Silicule 2-séminée Lépidie XXI. 

26 Silicule pluri-séminée 27 

27 Pétales inégaux Ibéride XIX. 

27 Pétales égaux 28 

28 Silicule sessile Drave XVII. 

28 Silicule pédicellée • 29 

29 Valves sans nervures Luuaire XV. 

29 Valves munies de nervures Tabouret XX. 

30 Feuilles pennées ou penni-fides Cresson XII. 

30 Feuilles lyrées ou anguleuse Cranson XVIII. 

* Siliqueuses. Siliques beaucoup plus longues que larges. 

Gen". I. KADIS. Raphanus. L. 

(De ra, facilement, je pkainô, pousse; allusion à la rapidité de la germination 
dans ces plantes). 

Sépales dressés, les latéraux bombés à la base. Sti/le co- 
nique. Silique marquée de 6-8 nervures longitudinales, à 2 
articles dont l'inférieur court stérile, souvent oblitéré, le su- 
périeur beaucoup plus long, à plusieurs graines séparées par 
des étranglements. Graines globuleuses, pendantes. Coty- 
lédons réniformes, 2-lobés au sommet. — Feuilles lyrêes. Fleurs 
jaunes^ blanches ou 'pourpres. 

R. cultivé. R. sativus. L. {Rave.) — Garden Radish. — ® Plante 
hérissée de poils raides insérés sur des glandes. Tige de 2-4 p., fis- 
tuleuse, très rameuse. Feuilles inférieures pétiolées, lyrées, auri- 
culées inférieurement, les supérieures lancéolées-dentelées, ou inci- 
sées-dentelées. Sépales dressés. Pétales plus longs que les sépales, 
à limbe étalé, blanc ou veiné de violet. Silique oblongue, épaisse, 
primitivement en 2 articles, l'inférieur oblitéré, insensiblement atté- 
nuée en bec, à mésocarpe spongieux. — Oiiine. Juillet-Août. :|; 

a niger. Radis noir. {Raifort des Parisiens. Rave noire). — 
Black Spanish Radish. — Racine très grosse, ferme, de saveur très 
acre, noire et rugueuse extérieurement, blanche intérieurement. 

Cultivée pour la table. On en compte aujourd'hui dans la culture 
un assez grand nombre de variétés, eu égard surtout à la forme et à 

F 



42 DICOTYLÉDONES ^POLYPÊTALES. Sguevé. 

la couleur de la racine blanche, rose, rouge foncé, violette, etc., glo- 
buleuse, allongé, à collet sortant de terre, etc. La Variété a, un 
peu moins estimée, se conserve facilement pour l'hiver. Terre légère 
et bien amendée. 

Gfn. II. SÉNEVÉ. Siyiapis. L. 

(De Sinapi, nom grec du Sénevé). 

Sépales égaux à la base, étalés. Pétales ovales, à onglet 
droit. Stigmate entier, discoïde. Sllique oblongue ou linéaire- 
cylindrique, un peu comprimée latéralement, valves convexes 
à 3-5 nervures droites, longitudinales, saillantes. Graines 
8ub-globuleuses, 1-sériées, pendantes. — Feuilles lyrêes, incisées 
ou penni-fides. Fleurs jaunes. 

1. S. d9S champs. S. arvensis. L. {Moîtfarde. Sénevé. Jatte). — 
FiELD MusTARD. Charlock. — ® Tige dressée, de 1-2 p., à rameaux 
étalés. Feuilles poilues, rudes, ovales, inégalement dentelées, les 
inférieures pétiolées, souvent lyrées ; les supérieures sessiles. Silique 
glabre, environ trois fois plus longue que le bec formé par le style 
qui la termine, munie do trois fortes nervures et de veines anasto- 
mosées. Graines grosses, noires, lisses. — Europe ; introduite dans 
nos champs cultivés et rangée parmi les herbes nuisibles. Ses graines 
donnent une huile à brûler. Environs de Québec ! Juin-Août. 

2. S. noir. S. nigra. L. (^Moutarde noire). — Black MuSTARD. — 
® Tige de 1-3 p., rameuse, un peu velue, à rameaux étalés. Feuilles 
pétiolées, scabres, les inférieures lyrées, à segments dentés, le ter- 
minal très grand, obtus, lobé, les supérieures incisées-dentelées ou 
entières. Sépales étalés. Pétales d'un jaune souffre. Siliques 
courtes, très nombreuses, de 1' environ, presque tétragones, appliquées 
contre l'axe floral et couronnées par le style en bec tétragone. Graines 
00, petites, globuleuses, presque noires. — Europe; naturalisée dans 
les champs cultivés. Prescott ! Juin-Août. '^ 

La Moutarde du commerce se tire des graines de cette dernière 
Espèce. Ces graines sont condimentaires, anti-scorbutiques, légère- 
ment purgatives à l'intérieur, et rubéfiantes à l'extérieur. On con- 
seille à ceux qui sont souvent affectés de constipation d'en avaler 
quelques unes, toutes rondes, le soir en se couchant. La propriété ru- 
béfiante et vésicanto de la poudre de graines de Moutarde a fait donner 
son nom (Sinapisme) aux autres plantes ou ingrédients qui peuvent 
produire les mêmes effets. Culture des plus facile. Semée en Mai 
en plein champ, la récolte se fait en Août, et la plante n'exige d'autres 
soins que ceux du sarclage pour l'isoler des plantes étrangères. Rien 
ne s'opposerait à l'introduction de cette culture en Canada. On tire 
aussi une huile résolutive, usitée en médecine, des graines de la 
Moutarde. 



Chou. X. CRUCIFÈRES. 43 

Gen. IIL chou. Brctssica. L. 

(De Bresic, nom celtique du Chou). 

Sépales égaux à la base, le plus souvent droits. Stt/le court, 
conique ou comprimé, Sllique linéaire, arrondie, à valves con- 
vexes, munies d'une nervure dorsale. Placentaires filiformes, 
inclus. Graines presque globuleuses, 1-sériées. — Fleurs 
jaunes. 

1. C. potager. B. oleracea. D. C. — Cabbage. — ® Tige droite, 
robuste, épaisse, de 2-4 p., à rameaux nombreux, étalés. Feuilles 
pétiolées, glabres, glauques, un peu charnues, les inférieures larges, 
sinuées ou lyrées-penni-fides ; les caulinaires oblongues, simples, am- 
plexicaules. Sépales dressés. Etamines toutes dressées. Style 
conique, comprimé. Silique cylindrique, bosselée, redressée sur les 
pédicelles. Graines brunes, lisses. — Des rivages pierreux de l'Eu- 
rope Méridionale où il n'oiïre aucune apparence des têtes qu'il pré- 
sente dans la culture. Juillet. $ 

a sylvestris. D. C. — Type primitif de l'Espèce cultivée (^Chou 
sauvage). 

^ acephala. D. C. — Tige cylindrique, allongée, quelquefois haute 
et robuste {Chourameux. Chou cavalier). Feuilles étalées, à limbe 
presque plane, glauques-vertes {Chou vert), ou d'un rouge vireux 
(Chou rouge), quelquefois garnies à leur aisselle de bourgeons ou ro- 
settes en têtes (Chou de Bruxelles). 

•Y hullata. D. C. — {Chou frisé. Chou de Savoie. Chou de Milan). 
Feuilles d'abord presque en tête, puis étalées, crépues ou ondulées. 

^ capltata. D. C. — {Chou pommé. Chou-cahus). — Hbad Cab- 
bage. York Cabbage. — Tige courte. Feuilles concaves, non frisées, 
ramassées en tète avant la floraison. 

e hotrytis L. — {Ghou-Jleur. Brocoli). — Axe floral pédoncule, por- 
tant des fleurs qui se changent par Tafflux de la sève en une masse 
épaisse, charnue, grenue, blanche ou jaunâtre, ou violette, etc. Des 
feuilles plus grandes, ondulées et des couleurs plus tranchées distin- 
guent le Brocoli du Chou-fleur. 

Tout le monde connaît Tusage que l'on fait des Choux pommés. 
Dans la Variété P (^Chou sans tête), le Chou-rouge se mange en sa- 
lade au vinaigre, ou confit à la manière des cornichons ; le Chou- 
cavalier se cultive pour la nourriture des animaux, particulèrement 
des vaches à lait, et le Chou de Bruxelles qui produit de nouvelles 
têtes à mesure qu'on en enlève se mange en salade ou dans les 
potages. Ceux delà Variétés (Chou-fleur et Brocoli) servent d'assai- 
sonnement, ou rentrent dans les potages. — Semis sur couche pour re- 
piquer en pleine terre bien engraissée. 



44 DICOTYLÉDONES POLYPETALES. . Choiî. 

2. C. navet. B. napus. L. — ®-@ Tige de 1 J 3 p., dressée, glabre, 
plus ou moins glauque. Feuilles glabres, éparses, les inférieures pé- 
tiolées, lyrées, les supérieures lancéolées, sessiles, 2-auriculées, em- 
brassantes à la base. Fleurs jaunes, en grappe lâcbe. Sépales étalés. 
Etamines latérales ascendantes. Style conique, subulé. Pédicelles 
et siliques étalés horizontalement à la maturité. Silique de l'-l ^', un 
peu comprimée latéralement, bosselée, à valves convexes. Graines 
petites, d'un brun foncé. — Europe, des régions Méditerrannéennes. 
Juillet-Août. $ 

a oleifera. (Navette d'hiver. Colza). — Racine grêîe. Graines 
Journissant une huile bonne à brûler. 

P esculenfa. (Navet. Rutabaga). — Racine fusiforme, épaisse sous 
le collet, sub-globuleuse, jaunâtre, alimentaire. 

3. Cl rave. B. râpa. L. — B. asperifolia. Lam. {Chou de Siam). 
— Feuilles inférieures vertes, pétiolées, lyrées, hérissées de poils 
rudes. Les supérieures glabres, lancéolées, 2-auriculées, embras- 
santes. 

a campestris. L. (Colza. Navette d'été). — Racine non charnue. 
Graines fournissant une huile bonne à brûler. 

(3 csculenta. (Rutabaga. Turneps. Rabioulè). — Oommon Turnip. 

I{,acine conique ou sub-globuleuse, charnue, alimentaire, à épiderme 

blanc, rose ou violet. 

Les Choux tels que nous les avons dans la culture avec leurs têtes 
énormes, leurs feuilles tendres, etc., ne peuvent se conserver dans cet 
état de surabondance qu'en leur fournissant une grande quantité de 
substances chaudes et nutritives ; de là la nécessité d'une terre bien 
amendée pour leur culture. Cependant les Navets prennent souvent un 
développement considérable dans les terrains préparés pour la pre- 
mière fois à la culture (terres neuves), surtout lorsque ces terrains sont 
un peu humides. Aussi ces derniers, à part le Rutabaga ou Navet 
de Suède, ne possèdent point l'avantage de pouvoir engraisser les ani- 
maux, mais seulement celui de les nourrir. Le Choucroute des Al- 
lemands n'est autre chose que le Chou pommé que l'on fait fer- 
menter pour en faire une nourriture d'hiver. Les Choux sont laxatifs, 
nourrissants, expectorants, et le Chou-rouge possède par dessus tous 
ces propriétés. 

Gen. IV. TOURETTE. Turritis. Dill. 

(De turris, tour ; allusion à la forme do la plante). 

Sépales connivents. Silique très longue, linéaire, aplatie, 
valves planes ou convexes, 1-nervées sur le milieu ou à veines 
longitudinales. Graines sur deux rangs dans chaque loge. — 
Fleurs blanches ou roses. 



Arabctte. X. crucifères. 45 

1. T. gla])re. T. glahra. L. — Smooth Towkr-Mustard. — ® 

Tige de 2 p., dressée, cylindrique. Feuille d'environ 1' de long, les 
radicales pétiolées, dentées, couvertes de poils appliqués, les cauli- 
naires oblongues ou ovales-lancéolées, glabres et glauques, entières, 
derai-embrassantes à la base. Pétales à peine plus longs que les se • 
pales. Silique dressée, de 2-3' de long sur à peine ^" de large. Graines 
marginées, à funicule grêle de la longueur de la graine à peu près. 

a Feuilles toutes linéaires-lancéolées et glabres, les radicales gros- 
sièrement dentelées, les caulinaires entières. 

Amérique boréale, Baie d'Hudson ! Bords du Lac Supérieur ! La 
Variété a dans l'Etat de New- York. Juin. 

2. T. touffue. T. patula. Graham. — ® Tige dressée, simple, de 
12'-18'. Feuilles lancéolées de 1' de long, les radicales pétiolées, den- 
tées ou presque entières, pubescentes ; les caulinaires glalires, ou lé- 
gèrement pubescentes, sagittées, presque embrassantes. Fleurs pur- 
purines ou roses, assez grandes, étalées. Siliques d'environ 3' de 
long, linéaires-élargies, droites ou légèrement courbées, très étalées. 
Valves obtuses, stigmate sessile. Graines marginées, distinctement 
sur deux rangs. — Canada-Baie d'Hudson. Juillet. 

3. T. à fruit court. T. bracJiycarpa. T. et Gr.— © Glabre et, 
glauque, souvent purpurine. Tige de 1-2 p., simple ou rameuse supé- 
rieurement. Feuilles radicales, pubescentes, spatulées, dentées, les 
caulinaires linéaires-lancéolées, aiguës, sagittées et presque embras- 
santes. Fleurs grandes, d'un pourpre pâle, à pédicelles le plus sou- 
vent recourbés en arrière. Siliques d'environ 1' de long sur 1" 
de large, droites ou un peu courbées, ordinairement étalées à angles 
droit ; pédicelles à la maturité étalés ou ascendants. Graines sou- 
vent abortives, en deux rangs distincts dans le jeune âge, ailées sur 
les bords. — Bords des Lacs Supérieur et Michigan. Juin. 

Plantes assez rares et sans importance. 

Gen. V. ARABETTE. AraUs, L. 

(Nom dérivé ë!Arabia, sa contrée natale). 

Sépales dressés, tous égaux ou les deux latéraux bosselés à 
la base. Style très court ou ; stigmate entier. Pétales on- 
guiculés, entiers. Siliques allongées, linéaires, planes, à valves 
munies d'une nervure dans le milieu. Graines 1-sériées dans 
chaque loge, pendantes, ovales-orbiculaires, comprimées, 
souvent ailées. — Fleurs blanches, rarement roses. 

A. du Canada. A. Canadensis. L. — A. falcata. M.\g\\x.—A. ly- 
rœfolia. Raf. — Pickle Pod. — (Fig. 31 et suivantes). — % Tige de 
2-3 p., simple, grêle, cylindrique, glabre ou pubescente dans le bas. 
Feuilles de 2'-4' de long, oblongues-lancéolées, atténuées à chaque 



4 G DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Arabettc. 

extrémité, UQ peu embrassantes, grossièrement dentelées, légèrement 
pabescentes, presque glabres, les radicales atténuées en pétioles et 
quelquefois lyrées ou roncinées, se fanant de bonne heure. Fleurs 
petites, blanches. Sépales hispides, deux fois plus courts que les pé- 
tales. Pédicelles pubesceuts, réfléchis à la maturité. Siliques de 
3' de lontr, grêles, aplaties, pendantes, courbées en faulx, veinées. 
Graines ailées^ à funicule adhérent à la cloison. — Oanada-Arkansas ; 
montagnes pierreuses. Juin. 

2. A. liSSO. A. lœvigata. D. C. — Tarrïtis lœvigata. Muhl. — ® 
Glabre et glauque. Tige de 1-3 p., cylindrique, simple ou rameuse. 
Feuilles, les radicales de f -1-^ de long, obovales ou oblongues, atté- 
nuées en pétioles, dentées, souvent purpurines ; les caulinaires de 
2'-5' de long, linéaires-lancéolées, amplexicaules, obtuses, à dents 
lono'ues ; les supérieures entières. Fleurs en longues grappes, à pé- 
dicelles dressés. Calice à sépales jaune-verdâtre égalant presque 
les pétales. Siliques de 2-3' de long, linéaires, à la fin étalées et 
pendantes. Graines ailées, à funicule adhérent à la cloison. — Oanada- 
Viro-inie ; lieux pierreux dans les endroits humides, sur le bord des 
ruisseaux. Mai. 

3. A. îlérlsséa. A. hlrsxfa. Scop. — A. saglttata. D. C. — Tur- 
ritïs. L. — Tiges deux ou plus de la même racine, raides, dressées, 
cylindriques, poilues à la base, glabres supérieurement, de 10'-12' de 
haut, se divisant en rameaux très grêles, étalés, parallèles. Feuilles 
poilues, peu dentées, les radicales ovales oblongues, atténuées en pé- 
tioles ; les caulinaires ovales ou lancéolées, sessiles, auriculées ou 
tronquées. Siliques de l'-2' de long, droites, dressées, planes ou 
comprimées, un peu bosselées. Graines étroitement ailées. — Canada- 
Virginie ; lieux bas et pierreux. Juin. 

4. A. des rochers. A. fetrœa. Lam. — % Tige de 3' 9' de haut, 
presque droite, simple, quelquefois rameuse, glabre. Feuilles peu 
nombreuses, les radicales pétiolées, incisées ou penni-fides, les cauli- 
naires linéaires-oblongues, entières. Fleurs blanches ou lilacées ; 
pétales obovales, onguiculés. Style très court ou 0. Siliques étalées 
ou dressées. Graines à peine marginées. — Canada-Amérique Arc- 
tique. Bords du Lac Supérieur ; sur les rochers. Juin. 

5. A. lyrée. A. lyrata. L. — Sisymbrium arabioidcs. Hook. — @ 
Feuilles radicales souvent nombreuses, rosulées, pétiolées, lyrées ou 
penni-fides, souvent pubescentes ; les caulinaires glabres, glauques, 
sub-linéaires et presque entières. Fleurs de grandeur moyenne, 
blanches. Pédicelles étalés, Siliques de lJ'-2' de long, presque 
droites, dressées, acuminées par le style court. Graines sans ailes. — 
Canada-Virginie; lieux pierreux. Avril-Mai. 

Plantes cultivées seulement dans les collections botaniques. 



Julienne. x. crucifères. 47 

Gen. VI. JULIENNE. Hesperîs. R. Br. 

(De es jycro s, soiY ; allusion au parfum que la plante exhale le soir). 

Sépales coniiivents, les latéraux boQibés à la base. Pétales 
entiers, linéaires on obovales. Stigmate fendu eu deux lames 
dressées, conuiventes, obtuses. Siliques Wnéaires, cylindriques, 
comprimées par le dos, à valves munies d'une nervure dor- 
sale. Graines oblongues, anguleuses, pendantes — Fleurs 
blanches ou rosées. 

J. des Dames. H. matronalis. D. C. — Rocket. — (D %. Tige de 
2-3 p., dressée, presque simple. Feuilles roides, ovales-lancéolées 
dentelées. Pédicelles de la longueur du calice. Pétales grands, 
blancs, lilacés ou rosés, obovales, à onglet dépassant les sépales. Si- 
liques flexueuses ou arquées, toruleuses, dressées. Fleurs souvent 
doubles par la culture. — Europe ; mais naturalisée dans le voisinage 
des jardins. Château Eicher ! Juin. 

Gen. VII. MATTHIOLE. MattUola. R. Br. 

(Dédié à P. A. Mattliioli, médecin Italien du xvi siècle). 

Sépales 4 dont 2 renflés à la base. Lames stigmatiques 
conniventes, ovales-obtuses, s'épaississant en bosse ou en 
corne sur le dos après la floraison. Cotylédons planes, radi- 
cule latérale. — Plantes cotonneuses. Fleurs brillantes. 

1. M. blanchâtre. M. incana. R. Br. — Cheinmthus. L. — Hcsperis 
violaria. Lam. {Giroflée des jardins). — Purple .Julv Flower. — % 
Tige sous-ligneuse de 1-2 p., dressée, rameuse, feuillue, un peu coton- 
neuse. Feuilles oblongues, atténuées à la base, arrondies au sommet, 
cotonneuses. Sépales colorés. Fleurs violettes, odorantes. Silique 
sub-cylindrique à cloison munie de deux nervures. Graines compri- 
mées, orbiculaires, à rebords membraneux, ondulés. — Europe. >J< 

Varie à fleurs blanches, rouges, panachées, simples ou doubles 
dans la culture. 

2. M. annuelle. M. annua. Sweet. — CheirantJms. L. (^(Quaran- 
taine. Violier d'été). — Ten weeks Stock. — ® Tige herbacée, de 
2 p., dressée, rameuse, blanchâtre de même que les feuilles. Feuilles 
lancéolées, obtuses, entières. Pétales blancs ou rouges. Siliques 
sub-cylindriques. Varie à fleurs carnées, roses, lilas, brunes, etc. — 
Midi de l'Europe. Hh 

3. M. des fenêtres. M.fenestraUs. R. 'hr. — Cheiranlhus. L. {Gi- 
roflée desfenêtres. Coquardeau). — WiNDOw Julv Flower. — % Tige 



48 DICOTYLÉDONES — POLYPETALES- Giroflée. 

(le 1 p., sous ligneuse, dressée, presque simple. Feuilles rapprochées, 
recourbées, obovales, cotonneuses. Fleurs nombreuses, grandes, 
écarlates ou pourpres. Siliques pubescentes, plus larges à la base. — 
De la Méditerrannèe. >^ 

Comme les Giroflées {J\>ïatthiold) ne montrent point d'ordinaire 
leurs fleurs la première année de leur semis, il faut choisir à l'au- 
tomne celles qui, parleur vigueur, des feuilles plus fournies, une tête 
plus compacte, etc., semblent promettre des fleurs doubles, et les 
rentrer en pots, f^i l'on veut aussi en avoir de la graine, il faut de 
même en rentrer quelques pieds de simples, car les doubles sont tou- 
jours stériles. 

Gen. VIII. GIROFLÉE. Clieiranthus. L. 

(De cheir, main, anthos, fleur; c'est-à-dire bouquet à la main). 

Sépales dressés, les latéraux bombés à leur base. Pétales 
dilatés, entiers. Style court, conique ; stigmate à 2 lobes ar- 
rondis, divariqués. Siliques à valves munies d'une forte ner- 
vure dorsale. Graines 1-sériées, pendantes, comprimées, 
ovales ou orbiculaires, souvent ailées. — Fleurs jaunes. 

G. violier. C. cheiri. L. (^Giroflée jaune. Violiej- jaune. Ravenelle 
jaune. Giroflée de muraille). — Wall flower. — % Tige de 1-2 p., 
sous-ligneuse, couverte de poils en navette, appliqués. Feuilles un 
peu charnues, entières ou un peu dentées., plus pâles inférieurement. 
Fleurs jaunes tachées de pourpres, à odeur suave. Siliques dressées, 
acuminées, sub-puhescentes. — Europe. >i* 

Rentrer en pots, car la plante ne résiste pas à nos hivers. — Semis, 
boutures. 

GexV. IX. BARBARÉE. Barharea. R. Br. 

(Latinisation du nom vulgaire de la plante, herbe de Ste. Barbe, Barbara). 

Sépales égaux à la base Silique aplatie ou tétragone, à 
valves concaves, carénées. Graines sur un seul rang. — 
Feuilles lyrées-penni-Jides. Fleurs jaunes. 

1. B. commune. B. vulgaris. R. Br. — Erysimum barharea. L. 
(^Cresson iVluver. Herbe de Ste. Barbe). — WlNTER Cress. — ® %. 
riante glabre, à saveur piquante, se rapprochant de celle du Cresson. 
Ti«-e de 1-2 p., anguleuse, rameuse au sommet, les rameaux n'attei- 
gnant pas la hauteur de l'axe central. Feuilles luisantes, les radi- 
cales lyrées, à lobe terminal grand, arrondi, obcordé, les caulinaires 
obovales, penni iides à la base, embrassantes, à, oreillettes ciliées, les 
supérieures ovales, à dents inégales, obtuses. Sépales lâches. Pé- 



Velar. X. CRUCIFÈRES. 49 

taies jaunes. Siliques sub-tétragones de ^'-^' de long, à pédicellea 
courts, dressés, recourbés supérieurement, terminées par un bec al- 
longé. — Bords des chemins et des ruisseaux ; probablement intro- 
duite, Juillet-Septembre. 

Anti scorbutique ; vulnéraire à l'extérieur. Se mange en salage 
au printemps. — Semis. 

2. B. précoce. B. prœcox. R. Br. — Ei-ysbnnm prcecox. Smith. 
— Q|. Feuilles radicales lyrées, à lobe terminal obovale, les supé- 
rieures penni-fides à lobes linéaires-oblongs, Siliques comprimées 
de 2'-3' de long, velues, à nervure dorsale. Style épais, très court. 
Ne diffère de la précédente que par une plus petite taille, des fleurs 
plus petites et des siliques beaucoup plus longues. — Canada- Amérique 
Arctique ; bords des rivières. Juillet-Septembre. 

Gen. X. VELAR. Erysimum. L. 

(De eryô, guérir, aimé, voix ; allusion à des propriétés médicîiiales). 

Sépales dressés, égaux. Style très court; stigmate entier 
ou échancré. Sllique tétragone, à valves carénées, munies 
d'une forte nervure dorsale. Graines pendantes, sur un seul 

rang. — Fleurs jaunes. 

1. V. Giroflée. E. Cheirantlioides. L. — E. farvijlorum. Pers.-— 
WoRM SBED MusTARD. — ® OU ©. Plante verte. Tige de 1-2 p., 
cylindrique, striée, simple ou rameuse, couverte de poils en navette, 
appliqués. Feuilles lancéolées, oblongues, atténuées aux deux bouts, 
denticulées ou entières, à poils 3-4-fides. Pétales petits, jaunes, ino- 
dores, à limbe étalé égalant l'onglet. Stigmate entier. Silique 
dressée-oblique, courte, de ^'-1', verte, à pédicelle de moitié plus court, 
à poils étoiles. Graines non ailées. — Canada-Pennsylvanie ; bords 
des ruisseaux, terrains bumides. Probablement introduite d'Europe. 
Kingston ! Juillet-Août. 

2. V. lancéolé. E. lameolatum. R. Br, — Cheiranthus Erysi- 
moides. L. — (D Tige presque simple. Feuilles linéaires-lancéolées, 
les inférieures ordinairement dentées, pubescentes-scabres, à poils 
2-fides. Pétales à onglets dépassant le calice. Siliques longues, 
dressées. Diffère de la précédente par ses feuilles plus velues, ses 
siliques plus courte et ses feuilles plus larges. — Canada-Amériq.ue 
Artique ; bords des ruisseaux ou lieux humides. Juillet-Août. 

Gen. XI. SYSIMBRE. Slsymbrium. L. 

(De Sisymbrion, nom grec d'une espèce de Cresson). 

Sépales le plus souvent dressés, égaux a la base. Pétales 
entiers, onguiculés. Siliques sessiles, cylindriques, à valves 



50 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Cresson. 

convexes, munies de trois nervures dorsales, (drames- l-sériées, 
pendantes. 

1. S. parviflore. S. Sophia. L. — S. parvijlorum. Lam. — ® 
Tige de 2 p. Feuilles 2-penni-fides ou décomposées, à segments li- 
néaires-oblongs de moins d'une ligne de large. Pédicelles quatre 
fois plus longs que le calice. Pétales plus petits que les sépales. 
Siliques de 1' de long, linéaires-cylindriques. Graines ovales, presque 
triangulaires. Fleurs jaunes. — Canada- Virginie. Environs de Qué- 
bec 1 de Montréal ! Juillet. 

Anti-scorbutique, apéritive, employée aussi comme vulnéraire ; on 
l'appelait autrefois Sophia chirurgorum, {^Science des chirurgiens). 

2. S. blanchâtre. S. canescens. Nutt. — Tansy Mustard. — ® 
Plante de 1-2 p., souvent presque glabre. Feuilles 2-penni-fides, 
blanchâtres, sessiles, à 5-7 paires de lobes oblongs-lancéolés, sub- 
dentés ou finement divisés. Fleurs très petites. Siliques oblongues, 
linéaires, souvent dressées sur des pédicelles étalés qu'elles dépas- 
sent en longueur. 

a Feuilles à lobes obtus ou obovales. Siliques presque en massue 
ne dépassant guère la moitié du pédicelle en longueur. 

^ Tige et feuilles à glandes stipitées. Pétales dépassant le ca- 
lice. Siliques à peine atténuées à la base et un peu plus longues 
que les pédicelles. 

Amérique Artiquo-Arkansas ; bordsj des chemins, décombres. St. 
Joachim ! sur les bords du Lac Supérieur ! Juillet. 

3. S. officinal. S. officinale. Lesp. — Erysimum. L. [Herhe au 
c7iaw(!re). — Hedge Mustard. — ® Tige de 1-3 p., raide, plus ou moins 
velue, à rameaux divariqués. Feuilles pétiolées, les inférieures ron- 
cinées, les supérieures hastées ou à segments lancéolés se séparant à 
angle droit. Fleurs petites, jaunes, en grappes terminales nues. Si- 
liques velues, étroites, appliquées contre l'axe floral, épaisses et 
comme tronquées à la base, atténuées en pointe grêle au sommet, à, 
pédicelles courts et épais. — Canada-Géorgie ; bords des chemins, 
décombres. Introduite. Juin-Septembre. 

Le Sisymbre n'a pas dans ses feuilles la saveur acre et piquante 
des autres Crucifères, il est seulement un peu acerbe. On le dit très 
efficace en infusion ou en sirop dans les catharres pulmonaires chro- 
niques ; on le dit aussi très propre à dissiper l'enrouement, de là son 
nom ^lierhe au chantre. 

Gen. XII. CRESSON. Nasturtium. L. 

(De Nasum torquerc, picoter le nez ; allusion au suc acre et piquant de l'Espèce 
principale). 

Sépales égaux à la base, étalés, quelquefois dressés. Stig- 
mate entier ou à peine 2-lobé. Siliques cylindriques, un peu 



Cresson- x. crucifères. 51 

comprimées, le plus souvent recourbées supérieurement, 
quelquefois assez courtes pour être rangées parmi les silicules, 
valves sans nervure dorsale. Graines 2-sériées ou 4-8ériées, 
pendantes, à radicule latérale. — Fleurs blanches ou d'un jaune 
pâle. 

1. 0. des marais. N. pdlttstre. D. 0. — Roupa Nasturtioides. 
Spach. — Marsh Water-Cress. — % Tige de 1-2 p., dressée, rameuse 
supérieurement. Feuilles pétiolées, auriculées, embrassantes, pro- 
fondément penni-partites, Ji lobes oblongs incisé s-dentés, les radicales 
rosulées à lobe terminal plus grand. Fleurs jaune-pâle, petites, nom- 
breuses. Pétales de la longueur du calice. Sépales étalés. Sili- 
cules oblongues-elliptiques, atténuées aux deux bouts, un peu bos- 
selées, étalées, de la longueur du pédicelle. — Amérique Artique-Loui- 
siane , bords des ruisseaux ou lieux humides. St. Ferréol ! Juin- 
Août. 

2. 0. flottant. N. natans. D. 0. — ^ Americanum. Gray. — Float- 
ïNG Water-Cress. — % Tige submergée, de 2-5 p. suivant la pro- 
fondeur de l'eau. Feuilles linéaires-oblongues, dentées, indivises, les 
submergées doublement penni-fides, à segments capillaires, ressem- 
blant beaucoup à celles de la Renoncule aquatique. Fleurs blanches 
deux fois plus grandes que dans la précédente ; pétales deux fois 
plus longs que les sépales. Siliques obovales, deux fois plus longues 
que le style. Style grêle ; stigmate capité. — Canada-Illinois ; dans 
l'eau. Environs de Montréal ! Juillet. 

3. C. des lacs. N. lacustre. Gray. — Armoracia Americana, Arn. 
Lake Cress — % Aquatique. Feuilles submergées 1-3-penni-fides, 
à segments capillaires, les aériennes entières, dentelées ou penni-fides. 
Fleurs blanches, à pétales beaucoup plus longs que le calice, à pédi- 
celles étalés. Siliques ou silicules ovoïdes ou globuleuses, 1-locu- 
laires, de très peu plus longues que le style. — Canada-Kentocky ; 
dans les lacs et les rivières. Près de Prescott ! Juillet. 

4. 0. officinal. S. officinale. R. Br. — Sisymbriuni Nasturtium. L 
(^Cresson de fontaine. Cresson d'eau). — English Water Cress. — 
Û|. Plante d'un vert luisant. Tige de 1 p., couchée-radicante, re- 
dressée à son extrémité supérieure, épaisse, à branches axillaires. 
Feuilles penni-séqués, à segments oblongs ou obovales, obscurément 
dentées, le terminal-orbiculaire, sub-cordé. Pétioles auriculés, em- 
brassants. Fleurs en grappes ou en corymbes, à pétales blancs, plus 
longs que le calice. Glandes hypogynes 4. Siliques de 1' ou plus 
de longueur, linéaires-cylindriques, sub-arquées, bosselées. — Europe. 
Juillet. 4î 

Plante anti-scorbutique, dépurative et alimentaire, cultivée dans 
les fontaines des jardins, naturalisée en plusieurs endroits du Canada. 
Queenston ! Juillet. 



52 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Cardaûiifle 

Gen. XIII. CARDAMINE. Cardamine. L. 

(De kardamon, nom grec du Cresson). 

Sépales égaux, plus ou moins dressés/ Style conique ou 
presque nul ; stigmate petit, entier. Siliques à valves planes, 
linéaires, dépourvues de nervure dorsale, plus étroites que la 
cloison, s'onvrant souvent avec élasticité. Graines 1-sériées, 
pendantes, à funicule grêle, à radicule latérale. — Fleurs 
blanches. 

1. Cl veine. C Mrsuta. L. — G. Pennsylvanica. Muhl. — C Virginica. 
L. — CoMMON BiTTER Cress. — ©-©. Plante hérissée inférienrement. 
Tige grêle, dressée, de 8'-16'. Feuilles penni-séquées, à 5-9 seg- 
ments pétiolulés, décroissants, ovales-orbiculaires, sub-denticulés, le 
terminal plus long et presque 3-lobé. Fleurs en grappes-corymbes, 
petites, dépassées par les fruits inférieurs, de J' de diamètre environ. 
Pétales étroits, obovales-spatulés, dressés, blancs, de moitié plus 
longs que les sépales. Etamines ordinairement 4 seulement. Si- 
liques de 1', étalées-dressées, un peu bosselées. — Amérique Artique- 
Géorgie ; lieux humides. Plante très variable. Environs de Pres- 
cott ! Juin. 

2. 0. des prés. C. pratensis. L. — Cuckoo-flower, — % Tige 
dressée-ascendante. Feuilles pennées, à 7-13 folioles, celles des 
feuilles inférieures, arrondies et pétiolulées, celles des feuilles supé- 
rieures oblongues ou linéaires, entières ou dentelées-anguleuses. Pé- 
tales blancs ou rosés, deux fois plus longs que les sépales. Style 
court mais distinct. — Canada-Wisconsin ; lieux humides ; rare. 
Mai. 

Gen. XIV. DENTAIRE. Dentaria. L. 

(De dens, dent ; allusion aux nectaires 2-dentés de la corolle). 

Sépales cloa. Nectaires 2-dentés. Style conique allongée ; 
stigmate entier. Siliques linéaires-lancéolées, comprimées 
par le dos, à valves planes sans nervures, se roulant souvent 
en dehors avec élasticité. Ptacentaires non ailés, longs, obtus. 
Baillants. Graines 1-sériées, ovales, comprimées, pendantes 
à funicule dilaté, ailé ; radicule latérale. — Rhizome horizonialy 
chamUy écailleux, souvent irrégulièrement denté. Feuilles divisées. 
Fleurs blanches ou pourpres. 



lunaire. x. crucifères. 53 

1. D. à deux feuilles. D. dip/n/Ua. L. — Peppbr root. — % 
Rhizome très rampant, gros en proportion de la plante, souvent ra- 
meux, portant des dents saillantes, d'un goût très piquant. Tige 
de 1 p., cylindrique, glabre, portant vers son milieu deux feuilles op- 
posées, pétiolées, ternées, à folioles courtement pétiolulées sub-ovales, 
les latérales obliques, portant toutes des dents larges, mucronées, 
inégales. Fleurs blanches ou d'un pourpre très pâle. — Canada-Ca- 
roline ; bois, sols riches. Environs de Québec ! Avril-Mai. 

Ses racines sèches et réduites en poudre s'emploient en guise de 
moutarde. 

2. D, lacinié. D. laciniata. Muhl. — D. concatenata. Michx. — % 
Tige de 4'-12', glabre, simple. Feuilles, les radicales souvent ; les 
caulinaires au nombre de 3, verticillées vers le milieu de la tige, 
3-partites, à divisions lancéolées ou linéaires-oblongues, incisées- 
dentées ou penui-fides, les latérales lobées et souvent tronquées à la 
base. Fleurs purpurines, en grappe. Rhizome consistant en plu- 
sieurs tubercules d'un goût très piquant. — Canada-Géorgie ; terrains 
d'alluvion. Avril-Mai. • 

Semis après la maturité ou division des racines. 

** Siliculeuses. Siliques presque aussi larges que longues. 

Gen. XV. LUNAIRE. Lunaria. 

(De Luna, Luue ; allusion à la forme et à la couleur du fruit). 

Sépales clos, les deux latéraux bombés à la base. Pétales 
presque entiers. Mamines sans dents. Silicides à cloison large, 
longuement pédiculées, elliptiques, comprimées, planes, à 
valves sans nervures, bordées d'une côte saillante. Placen- 
taires filiformes, placés dans la rainure formée par la saillie 
des valves. Graines comprimées, peu nombreuses, à fuuicule 
soudé à la cloison ; radicule latérale. — Pleurs imrpurines ou 
blanches. 

1. L. vivace. L.rediviva. L. — L. odorafa.Jjam. (^Honnêteté. Bul- 
honac. Satinée). — Peremnial Satln flower. Honesty. — % Tige 
dressée, de 2-3 p., rameuse supérieurement, velue. Feuilles infé- 
rieures longuement pétiolées, à limbe grand, cordiforme, denté, les 
supérieures plus étroites, ovales-acuminées, d'un vert jaunâtre. Fleurs 
odorantes, d'un pourpre pâle. Silicules elliptiques-lancéolées, à cloison 
mince, soyeuse, brillantes, à valves transparentes à la maturité. Grai- 
nes réniformes, ailées. — Allemagne. Juin. >^ 

2. L. bisannuelle. L. biennis. D. C. — L. inodora. L. (^Honnîtetè. 
Grande Lunaire. Monnayère. Médaille de /wcZas). —Hûxesty.— 



54 DICOTYLÉDONES POLYPÉTALES. AlySSOll. 

© Tige de 3-4 p., dressée, rameuse. Feuilles cordées, pointues, for- 
tement et inégalement dentées, plus pâles que dans TEspèce précé- 
dente, les supérieures sessiles. Fleurs inodores, purpurines. Style 
très long. Silicules longuement elliptiques, presque orbiculaires, à 
cloison persistante, cartilagineuse, nacrée, formant la partie la plus 
apparente de la plante. — Allemagne. Mai-Juin. >^ 

La dernière Espèce se remème d'elle-même, la première ne résiste 
pas toujours à nos bivers. — Graines apéritives, vulnéraires. 

Gen. XVI. ALYSSON. Alyssum. L. 

(De a privatif, et lyssa, nage ; c'est-à-dire, plante qui guérit de la rage). 

Sépales dressés, tous égaux. Pétales entiers ou légèrement 
échancrés. Filets ailés ou dentés. Silicules orbiculaires ou 
ovales, à valves sans bordure et sans nervures. Graines 1-4- 
sériées dans chaque loge, ordinairement ailées, à funicule 
dilaté et collé à la cloison. — Fleurs jaunes. 

A. des rochers. A. saxatile. L. (^Corbeille d'or. Thlaspi jaune) . 
— EocK Alyssum. Madwort). — % Tige touffue, presque sous- 
ligneuse à la base, de 10 .12'. Feuilles lancéolées-entières, coton- 
neuses-blanchâtres. Fleurs nombreuses, d'un beau jaune, en grappes 
courtes, rapprochées en panicule. Filets appendiculées à la base. 
Silicules obovales-orbiculaires, ne renfermant ordinairement que deux 
graines bordées. — Candie. Avril-Mai. >i* 

Varie à feuilles panachées. — .Souffre souvent de nos hivers. — Semis, 
marcottes, boutures, etc. Plante d'un bel effet dans les jardins. 

Gen. XVII. DEAVE. Draha. L. 

(De drabê, piquant ; allusion à la saveur de la plante). 

Sépales égaux, un peu ouverts. Pétales égaux, entiers ou 
2-partit3. Filets inermes. Silicules ovales-oblongues, entières, 
à valves convexes portant une nervure dorsale. Graines nom- 
breuses, à funicule non adhérent à la cloison. — Feuilles en- 
tières ou dentées. 

Les Espèces de ce Genre sont faciles à confondre, même avec 
quelques uns des Genres voisins, aussi les Botanistes ne sont-ils point 
d'accord dans leur détermination. 

1. D. des murailles. Z>. muralîs. L.— Pubescente. Tige feuillue, 
rameuse. Feuilles largement ovales, les caulinaires cordées, un peu 
embrassantes, fortement dentées. Pétales entiers ou échancrés sur 
la même plante. Silicules oblonguos-elliptiques, glabres, un peu plus 



Cranson. x. crucifères. 5 5 

courtes que les pétlicelles. Fleurs blanches. — Canada. Environs 
de Montréal ! Mai-Juin. 

2. D. îîianchatre. D. incana. L. — D. contorta. Ehrh. — Tiges de 
6'-10', plusieurs ordinairement de la même racine, simples ou ra- 
meuses, couvertes de poils doux, étoiles. Feuilles ovales, dentées. 
Silicules oblongues, glabres ou pubescentes, droites ou contournées. 

a glabriucula. Presque glabre. 

Canada-Amérique Artique. Environs de Montréal, suivant Goldie. 
Plante très variable. Juillet. 

3. D. printanière. D. vcma. L. — Eropldla. D. C. — Whitlow 
Grass — (Fig. 32). — ® Plante grêle. Hampes nues, filiformes, de 
2'-6' de haut. Feuilles toutes radicales, rosalées, ovales, lancéolées, 
entières ou denticulées, velues. Fleurs en grappe lâche, àpédicelles 
étalées. Pétales blancs. Silicules ovales-elliptiques, devenant orbi- 
culaires à la maturité, à valves caduques. Graines nombreuses. — 
Canada- Virginie. Cap Tourmente ! Avril-Mai. 

Plaiites sans intérêt, cultivées seulement dans les collections bota- 
niques. 

Gen. XVIII. CRANSON. CocMearia. L. 

(De kochtear, cuiller; allusion à la forme des feuilles). 

Sépales étalés, égaux. Pétales entiers ou 2-partits. Ma- 
minesinevmes. Silicules sessiles, ovales-globuleuses ou ovoïdes, 
lisses. — Fleurs blanches. Feuilles le plus souvent charnues. 

0. Armoricain. Armoracia. L. — Armoracia rustranea. Rchb. 
(^Cranson rustique. Grand Raifort. Moutiirde des Capuchts. Cram des 
Anglais).— 'KoRS,E Radish. — 2|. Glabre. Tige de 2-3 p., fistuleuse, 
sillonnée, rameuse. Feuilles radicales grandes, longuement pétiolées, 
ovales oblongues, cordées, crénelées, les caulinaires inférieures penni- 
fides, les supérieures, lancéolées-linéaires, entières, sessiles. Fleurs 
blanches, petites, en grappes allongées, lâches, à pédicelles filiformes. 
Silicules elliptiques, fortement réticulées. Racine grosse, charnue, 
blanche, très acre. 

Racine anti-scorbutique ; on l'emploie aussi râpée, comme coûdi- 
ment en guise de moutarde ; mêlée à du vinaigre elle agit comme 
vésicatoire, moins activement et plus lentement toutefois que les can- 
tharides. — Semis, divisions des racines. 

Gen. XIX. IBÉRIDE. Iheris. R. Br. 

(De Iheria, Espagne ; plante du midi de l'Europe). 

Sépales dressés ou étalés. Pétales très inégaux, les deux 
extérieurs plus grands. Silicules à cloison étroite, comprimées 



06 DICOTYLÉDONES POLYPÉTALES. Thlaspi. 

latéralement, échancrées ou 2-lobées au sommet, à valves ca- 
rénées sur le dos. Placentaires larges, superficiels, non dilatés 
à la base. Graines solitaires dans chaque loge, ovoïdes, pen- 
dantes ; radicule latérale. — Fleurs blanches ou j^ourpres. 

1. I. amère. /. amara. L. {Thlaspi de la petite espèce). — Bitter 
Canuy-tuft. — ® Tige de 10'-l2', herbacée, rameuse. Feuilles 
oblongues, obtuses à la base, linéaires, sub-dentèes au sommet. Fleurs 
blanches en corymbes s'allongeant en grappes. Sépales à bords 
membraneux ou colorés. Silicules sub-orbiculaires obcordées, à lobes 
triangulaires non divergents, dépassés par le style, à pédicelles 
étalés. — x\ngleterre. Juin Juillet. >^ 

2. I. en ombelle. I. vmhellata. L. {Thlaspi des jardins). — Pur- 
ple Candy-tuft. — ® Tige de 10'-'12 , herbacée, glabre, rameuse. 
Feuilles linéaires-lancéolées, acumiuées, les inférieures dentelées, les 
supérieures entières. Fleurs pourpres ou rosées, en corymbes om- 
belliformes. Silicules plus larges à la base, à lobes allongés, aigus, 
dépassant le style.— Europe. Juin-Juillet, t^ 

3. I. à feuilles pennées. 1. pinnata. L. — Winged-leaved Oan- 
UY-TUFT. — ® Tige herbacée, glabre, de 1 p. Feuilles penni-fides. 
Fleurs blanches, en corymbes s'allongeant en grappes. — Midi de l'Eu- 
rope. Juin-Août. >i* 

4. I. des rochers. /. saxatilis. L. — Rock Candy-tuft. — ® Tige 
de 1 p., sous-ligneuse. Feuilles linéaires-aigûes, entières, un peu 
charnues, glabres ou ciliées. Fleurs blanches en corymbes. — Midi 
de l'Europe. Avril-Juin. >i* 

Semis en place au printemps, la première se resème d'elle-même. 

Gen. XX. THLASPI. Thlaspi. Dill. 

(De thacin, comprimer ; allusion à la forme aplatie du fruit). 

Sépales dressés ou étalés, égaux à la base. Pétales égaux. 
suicide à cloison étroite, comprimée latéralement, obovale 
ou orbiculaire, plus ou moins échancrée au sommet, à valves 
carénées sur le dos et souvent ailées. Loges à 1-plusieurs 
graines ovoïdes, pendantes, à funicule latéral. — Fleurs blan- 
ches. 

1 . T. des champs. T. arvense. L. {Monnayère. Tahouret.'). — 
Penny Cress. — ro Plante glabre, rameuse, de 8'-12', h, odeur allia- 
cée. Feuilles radicales oblongues-ovales, atténuées en pétiole, sub- 
entières ou sinuées, les caulinaires oblongues, sinuées-dentées, sagit- 
tées-auriculées. Sépales dressés, petits, tronqués ou sub-échancrés, 
blancs. Silicules grandes, orbiculaires, à échancrure profonde et 



Lcpidle. X. CRUCIFÈRES. 57 

étroite, à ailes bordées d'une nervure. — Oanada-Michigan. St. Joa- 
chim ! bords des chemins, champs cultivés, etc. Introduit d'Europe. 
Juin- Juillet. 

2. T. alpestre. T. alpestre, L. — ® Feuilles entières ou obscu- 
rément dentées ; les caulinaires oblongues embrassantes. Pétales à 
peu près de la longueur du calice. Silicules ob-cordées, à 8-10 
graines, à style filiforme. — Canada. Environs de Québec ! Proba- 
blement introduite. Juin. 

Sous-Genre. BOURSE. Capsella. 
(Diminutif de capsula, capsule ou bourse ; allusion à la forme de la sîlicule). 

Silieule triangulaire à valves non ailées. 

3. T. Bourse à pasteur. T. Bursa pastoris. L. — Capsella Bursa 
pastoris. Moenoh. — Shepherd's Purse. — (Fig. 36, 37 et 38). — ® 
Tige de 6'-8'-12', ordinairement pubescente inférieurement. Feuilles 
pubescentes, ciliées, les radicales rosulées, lyrées-penni-fides ou 
penni-partites, à lobes triangulaires, oblongs ou linéaires, entiers ou 
incisés, les supérieures ordinairement entières, sagittées-embrassantes. 
Fleurs petites, blanches, en corymbes s'allongeant en grappes très 
longues et peu fournies. Silicules glabres, triangulaires, à valves en 
carène arrondie, non ailée, couronnées par le style. — Partout sur les 
bords des chemins dans les lieux cultivés. |Iotroduit d'Europe, Tout 
l'été. Feuilles radicales variables, quelquefois entières. 

Gen. XXI. LÉPIDIE. Lejpidium. L. 

(De Upis, écaille ; allusion à la forme des silicules). 

Sépales ovales. Pétales ovales, entiers. Silieule ovale-or- 
biculaire, généralement éclirancrée au sommet, à valves or. 
dinairement carénées et souvent ailées, à loges monospermes. 
Graines comprimées ou anguleuses. — Meurs blanches^ en, 
grappes terminales. 

1. L. de Virginie. L. Virginicum. L. — Wild Pepper-Grass. — 

® Tige raide, cylindrique, glabre, de 1 p., rameuse. Feuilles glabres, 
linéaires-lancéolées, incisées-dentées ; les radicales atténuées en pé- 
tiole ; les supérieures sessiles. Fleurs très nombreuses, en grappes 
paniculées. Etamines 2 ; pétales 4. Silicules sub-orbiculaires, échan- 
crées au sommet, sans ailes. — Canada-Géorgie ; très commune près 
de Prescott ! Bords des chemins, etc. Juin-Octobre. 

2. L. à feuilles étroites. L. ruderah. L. — Thlaspi ruderale, 
Desf. — ® Feuilles radicales à peine incisées, les caulinaires linéai- 
res, entières. Fleurs diandres, apétales. Silicules largement ovales 
ou presque orbiculaires, échancrées, sans ailes. — Canada-Michigan ; 
lieux déserts. Juin-Juillet. 



5.8: DicoTYLÉDONjES — POLYPÉTALES. Cameliue. 

3. II. cultivée. L. sativum. L. (^Cresson Alénois. Cresson des 
jardins. Nasitort). — Peppek-Grass. — ® Plante glabre. Tige de 
1-3 p., très rameuse, glauque. Feuilles inférieures rosulées, pétiolées, 
1-2-peuni-partites, à lobes entiers ou incisés ; les supérieures sessiles, 
non embrassantes. Fleurs blanches, à pédicelles mûrs appliqués. 
Silicules oblongues, sub-orbiculaires, de 2-3 lignes de large, étroitement 
échancrées, à valves carénées, longuement ailées supérieurement. 
Graines à cotylédons 3-partits. — Europe. Juillet-Octobre. $ 

Diurétique, détersive, anti-scorbutique, sternutatoire et alimentaire. 
— Semer tous les quinze jours pour en avoir toujours de tendre pour 
la table. 

Gen. XXII. CAMÉLINE. CmneUna. Crantz. 

(De kamai, petit, linon, lin ; plante à graines oléagineuses comme celles du Lin). 

Sépales dressés, égaux ou à peu près. Pétales entiers. Si- 
licule déhiscente, ovoïde-globuleuse, à cloison large, à valves 
très convexes, munies d'une nervure dorsale et s'atténuant 
briîsquement au sommet pour embrasser la base du style. 
Graines 2-sériées, pendantes; radicule dorsale ou oblique. — 
Fleurs jaunes. 

C. cultivée. C. sativa. Cr. — Myagrum. L. — Gold of Pleasure. 
False Flax. — ® Tige de 1J-2| p., raide, poilue, presque simple. 
Feuilles inférieures lauce'olées-elliptiques ; les caulinaires entières ou 
denticulées, oblongues-lancéolées, sessiles, auriculées et embrassantes 
à la base. Fleurs petites, jaunâtres, en grappes paniculées. Sili- 
cules obovales-pyriformes, couronnées par le style, 2-3 fois plus 
courtes que les pédicelles. — France. Se rencontre quelquefois dans 
les champs cultivés. Juillet-Août. 

Cultivée en Allemagne pour sa graine qui donne une bonne huile 
à brûler. Semée en Mai ou au commencement de Juin, elle se 
récolte en Août ou Septembre. Comme toutes les plantes oléagi- 
neuses, ellç exige un sol riche. 

Gen. XXIII. CAQUILLIER. Cahile. T. 

(Nom arabe de la plante). 

Sépales dressés, les latéraux gonflés à la base. Silicule in- 
déhiscente, à 2 articles 1-loculaires superposés ; l'inférieur 
persistant, brièvement cylindrique à la base, 2-denté et tron- 
c^ué supérieurement; le supérieur très caduc, tétragone, an- 



Pastel, X. CRUCIFÈRES. 59 

guleux, ovale ou ensiforme. Une graine solitaire dans chaque 
loge, oblongue, dressée dans l'orbite supérieur, pendante 
dans l'inférieur. 

C. maritime. C. maritima. Scop. — Bunias edentula. Bigel. (^Ro- 
quette de mer). — Sba Rocket. — ® Plante glabre et glauque, charnue. 
Tige de 8'-12', succulente, flexueuse, à rameaux ascendants. Feuilles 
oblongues, sinuées-crénelées ou penni-lobées, à lobes inégaux, obtus, 
entiers ou crénelés. Fleurs roses ou pourpres, en corymbes s'allon- 
geant en grappes à la maturité, à pédicelles épais, très étalés. Sili- 
cules à article supérieur portant une ligne sur chaque côté.— Rivages 
des eaux salées et des grands lacs. Isle Verte ! Juillet-Août. 

Gen. XXIV. PASTEL. Isatis, L. 

(De isazein, unir, polir; on disait que la plante pouvait détruire les inégalités 
de la peau). 

Sépales étalés. Stigmate sessile. Silicule ovale ou oblongue, 
plane, comprimée latéralement, indéhiscente, 1-loculaire, à 
1-2 graines, à cloison étroite, à valves carénées-ailées. Pla- 
ceniaires filiformes, inclus. Graines pendantes, sub-cylin- 
driques ; radicule dorsale. — Fleurs jaunes. 

P. des teinturiers. T. tinctoria. L. — Woad. — ® Tige de 3 4 p., 
glauque, raide, feuillée. Feuilles inférieures oblongues ; les cauli- 
naires lancéolées, sessiles, sagittées, entières, acuminées. Fleurs 
jaunes, grandes, en grappes terminales. Silicules presque pendantes 
à l'extrémité de pédicelles longs, filiformes, trois fois aussi longues 
que larges. — France. Mai-Juillet. $ 

Le Pastel possède un principe tinctorial bleu. Avant la découverte 
de l'Indigo sa culture était pour plusieurs provinces de la France, 
notamment le Lauraguais, une source de richesse. On le désignait 
dans le commerce sous le nom de Pastel en coque, de là le nom de 
pays de cocagne donné à cette province, expression qui est devenue 
depuis proverbiale. Le Pastel a aussi été cultivé avec avantage 
comme fourrage vert. 



60 DICOTYLÉDONES— POLYPÉTALES. PolaniHfc'. 

Fam. XI. CAPPARIDÉES. Capparideœ. Vent, 

(Du Genre Capparis). 

Herbes, arbrisseaux ou arbres. 

Feuilles alternes, indivises ou palmées, munies à la base de deux stipules foliacées- 
Fleurs § , solitaires, axillaires ou en grappe. 
Calice à 4 sépales caducs, ordinairement libres. 
Corolle à 4 pétales hypogynes, libres, à préfloraison tordue. 
Etamines 6-12 ou plus, multi-sériées, non tétradynames comme dans les Cruci- 
fères. 
Torus hémisphérique ou allongé, souvent glanduleux. 

Ovaire longuement stipité, 1-loculaire, à placentaires saillants en forme de fausses 

cloisons. 
Fruit siliquiforme et déhiscent, ou charnu au-dedans et indéhiscent. 
Graines nombreuses, réniformes. PlantiUe enroulée ; cotylédons foliacés. 

Cette Famille qui a beaucoup d'affinité avec les Crucifères con- 
tient 38 Genres et pas moins de 340 Espèces, presque toutes des ré- 
gions tropicales. Elle n'est représentée en Canada que par le seul 
Genre qui suit, 

Gen. POLANISIE. Polanisia. Raf. 

(De polus, plusieurs, anisos, dissemblable ; allusion aux etamines nombreuse» 
et inégales). 

Sépales libres, étalés. Pétales 4. Etamines 8-32, à filets 
filiformes ou dilatés au sommet, insérés sur un torus petit, 
hémisphérique. Capsule linéaire, à 2 valves caduques. Pla- 
centaires persistants. — Herbes odorantes. Feuilles à Z-9 folioles. 
Meurs en grappe. 

P. Odora.Ilte. P. graveoUns. Raf. — Cleome dodecandra. 
Michaux. — Cleome dodecandra, ^ Canadensis.ïj. — Cleome viscosa. 
Spreng. — ® Plante couverte de poils glanduleux visqueux, de 6'-18' 
de haut. Feuilles 3-foliolées, à folioles oblongues, plus courtes que 
le pétiole. Sépales purpurins, presque inégaux. Pétales cunéiformes, 
échancrés au sommet, d'un blanc jaunâtre, à filets pourpres. Eta- 
mines 10 ou 11. Style plus court que l'ovaire et à la fin caduc. 
Capsule lancéolée, atténuée il la base, réticulée, scabre, couverte de 
poils glanduleux, — Canada-Géorgie, Hamilton ! Juin-Août. 

Plante à odeur désagréable, croissant sur les rivages sablonneux 
des rivières et des lacs. 



Rêseda. XII. RÉSÉDACÊES. 61 

Fam. XII. RÉSÉDACÉES. Resedaceœ. D. C. 

(Da Genre Rescda). 

Tige herbacée ou sous-frutescente, à feuilles alternes, entières ou pennées. 

Stipules minimes, gland uliformes ou 0. 

Fleurs petites, souvent odorantes, en grappe ou en épis simples, terminaux. 

Calice — Sépales 4-7, inégaux, verts, cohérents par le bas, persistants. 

Corolle — Pétales 4-7, libres, inégaux, la plupart munis à l'intérieur d'une écaille 

concave. 
Etamines 8-20, libres ou légèrement monadelphes ; anthères 2-loculaires, in- 

trorses, basifixes. 
Ovaire sessile, 3-lobé, 1-loculaire, pluri-séminé ; placentaires pariétaux. 
Fruit — Capsule 1-loculaire s'ouvrant entre les stigmates avant la maturité. 
Tlantule recourbée, entourée d'un albumen charnu, très mince. 

Cette Famille qui renferme 6 Genres et 4] Espèces, presque toutes 
des régions Méditerranéennes de l'Europe, n'est représentée en ce 
pays que par le seul Genre qui suit qu'on rencontre assez communé- 
ment dans les jardins et sur les fenêtres des amateurs. 

Gen. réséda. Eeseda. L. 

(De resedare, calmer ; allusion à des prétendues propriétés vulnéraires). 

Torus large, charnu, portant l'ovaire avec les eta- 
mines et les styles. Carpelles 3-6, sondés en un ovaire 1-locu- 
laire. Capsule à 3-6 angles, béante au sommet, multi-sémi- 
née. — Plante herbacée ou sous-frutescente, 

R. odorant. R. odorata. L. {Mignonnette. Réséda. Herbe d''a- 
mour). — MiGNiONETTE. — % Tige étalée, de 6'-18'. Feuilles ondulées, 
oblongues, entières, 3-lobées. Sépales 6, plus courts que les pétales. 
Anthères rouges ; stigmates 3-4. Fleurs à odeur suave et très forte. 
— Egypte. Juillet-Octobre. >^ 

a frutescent. S'élève en rampant jusqu'à la hauteur de 2 p. 

Les Eésédas ne doivent qu'à leur odeur la faveur de figurer dans 
nos parterres ou sur nos fenêtres. Ils se cultivent ordinairement comme 
plantes annuelles qu'on sème en pleine terre au printemps, mais si 
on a soin de les rentrer en pots, surtout la Variété a, et de concentrer 
davantage la sève sur la tige en lui enlevant ses premiers boutons, 
on en fait de petits arbrisseaux qui restent en fleurs presque toute 
l'année. — L'Espèce Luteola (^Gaude) donne une teinture jaune et est 
cultivée pour cette fin dans le Midi de l'Europe. 



62 DICOTYLÉDONES POLYPETALES- Lcchta. 

Fam. XIII. CISTINÉES. Gistineœ. D. C. 

(Du Genre Cistus). 

Herbes ou arbrisseaux. 

Feuilles entières, opposées ou alternes, avec ou sans stipules. 

Fleurs ^ , très fugaces, solitaires ou en grappe terminale 1-latérale. 

Calice — Sépales 3, libres, à préfloraison tordue, munis extérieurement de 2 bractées 

plus petites. 
Corolle — Pétales 5, hypogynes, libres, cliiffonnés, à préfloraison contournée en 

sens inverse des sépales. 

Etamines 00, hyj)Ogynes, libres. Anthères 2-loculaires, introrses, basifixes. 

Ovaire 1-loculaire ou pluri-loculaire, à carpelles soudés seulement par le bas. 
Style 1 ; stigmate 1. 

Fruit — Capsule à valves portant les cloisons placentifères sur leur milieu, enve- 
loppée par le calice persistant. 

Plantule plus ou moins recourbée ou roulée en spirale, à albumen charnu. 

Cette Famille qui renferme 7 Genres et 185 Espèces, se rencontre 
surtout sur les bords de la Méditerrannée. Ce sont en général des 
plantes de peu d'importance ; on ne rencontre en Canada que les 
trois Genres suivants. 



CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

Pétales 3, linéaires-lancéolés Léchéa I. 

Pétales 5, grands, brillants, quelquefois Hélianthème II. 

Pétales 5, petits. Petits arbrisseaux Hudaonia III. 



Gen. I. LECHEA. Lecliea. L. 

(Dédié à J. Lecheo, botaniste Suédois, 1764). 

Sépales 3, avec 2 bractées extérieures plus petites. Pé- 
tales 3, petits, lancéolés. Etamines 3-12. Stigmate 3-lobé, 
plumeux. Capsule 3-loculairo, à 3 valves portant des placen- 
taires arrondis l-2-séminé8, les égalant presque en longueur. 
— Plante herbacée., sous-fniiescenie, sans stipules. 

1. L. majeure. L. major. Michx. — L. villosa. L. — Larger 
P[i\wEED.— Qi Tige de 1-2 p., raide, cassante, dressée, poilue, pour- 
pre, à rameaux paniculcs. Feuilles inférieures couchées, les cauli- 
naires de 1' environ, elliptiques, mucronées ; celles des branches radi- 
cales petites, arrondies, opposées ou même verticillées, rapprochées. 
Fleurs petites, nombreuses, d'un pourpre sale, peu apparentes, en 



1 



Hêliaiithcme. xiii. cistinées. 63 

grappes axill aires 1-latérales, fasciculées. Capsule arrondie, de la 
grosseur d'un petit Pois. — Canada-Virginie ; bois, terrains arides. 
Juillet-Août. 

2. L. mineure. L. oninor. Lam. — L. tenuifoUa. Michx. — Small- 
ER PiNWEED.— Qi- Tige de 8'-12',glabrescente, rameuse, dressée, sou- 
vent cependant couchée à la base. Feuilles alternes, linéaires-lan- 
céolées, aiguës, légèrement ciliées et enroulées sur les bords. Rameaux 
grêles, paniculés, feuilles. Fleurs presque deux fois plus grandes que 
dans la précédente, en grappes presque simples ; pétales d'un pourpre 
brun, cohérents au sommet. Capsule plus grande aussi que dans la 
précédente. — Canada-Louisiane ; terrains secs et sablonneux. Fres- 
cott! Juin-Septembre. 

Gen. II. HÉLIANTHÈME. Helianthemum L. 

(De élios, soleil, anthos, fleur ; allusion aux fleurs qui ne durent qu'un jour). 

Calice à 5 sépales persistants, dont 2 plus petits, brac- 
téiformes. Pétales 5, rarement 3, très fugaces, Etamines 00. 
Stigmates 3, à peine distincts. Capsule 1-loculaire ou à 3 
loges incomplètes s'ouvrant au sommet. Graines anguleuses. 
Pédicelles ordinairement recourbés après la floraison. — Fleurs 
jaunes. 

H. du Canada. H. Canadmse. Michx. — H. corymhomm. Pursh. 
— Cistus Canadensis. Willd. — EocK Rose. Frost Plant. — % Tige 
de 6-18' de haut, dressée, à la fin frutescente à la base, à rameaux 
dressés, pubescents. Feuilles de 8-12 lignes de long, entières, sub- 
sessiles, lancéolées-aigues, poilues, alternes. Fleurs de deux sortes, 
les pétalifères sur la tige principale et paraissant les premières, peu 
nombreuses, grandes, terminales; les apétales, ou du moins ne por- 
tant que des pétales très petits, axillaircs, solitaires ou en grappes 
sur les branches ou tiges secondaires. Etamines déclinées. Cap- 
sules glabres, brillantes, celles des fleurs apétales pas plus grosses 
que des têtes d'épingle. Graines brunes, peu nombreuses. — Canada 
Floride ; bois et champs arides. Septembre. 

On a observé un singulier phénomène à Pégard de cette plante ; 
c'est qu'à l'automne son écorce, surtout vers la base des rameaux, se 
fendille, et laisse voir chaque matin des espèces de petits cristaux 
pendants, de 1' environ de longueur, un peu recourbés, et qui se fon- 
dent au soleil. Le phénomène a été observé sur la même plante 
pendant plus de 20 jours consécutifs, près de New Haven. Il n'est 
pas à notre connaissance qu'on ait encore rencontrée cette plante dans 
le Bas-Canada. 



64 DICOTTLÊDONES ^POLTPÉTALES. HudsOUlft. 

Gen. III. HUDSONIA. Hudsonia. L. 

(Dédié à W. Hudsoii, auteur de la Flora Anglica, 1762-68). 

Sépales 5, unis à la base, les 2 extérieurs petits, subulés. 
Pétales 5, obovales, oblougs, fugaces. Etamines 9-30. Style 
filiforme, droit ; stigmate petit. Capsule obovale-oblongue, 
1-loculaire, légèrement 3-aiigulaire, à 3 valves placentifèrea 
sur leur milieu. — Arbustes très -petits, â feuilles persistantes^ 
croissant en touffes. 

H. tomenteiiSe. H. tomentosa. Nutt. — H. ericoides. Lam. — 
DovvMV HuDSOMiA. — % Plante tomenteuse- blanchâtre. Tige ascen- 
dante, à branches courtes, entremêlées. Feuilles de 1 ligne de long 
environ, ovales-oblongues, aiguës, 1res étroitement imbriquées. Fleurs 
jaunes, presque sessiles, à sépales obtus, les extérieurs très petits. 
Etamines 9-18. Capsule ovale, glabre, le plus souvent monosperme. 
Canada-Maryland ; rivages des eaux salées et des grands lacs. Lac 
Huron ! Mai. 



Fam. XIV. VIOLARIEES. Violariœ. D. C. 

(Du Genre Viola). 

Tige herbacée ou frutescente. 

Feuilles simples, alternes, quelquefois opposées, stipulées, enroulées dans le bouton. 
Fleurs ^ , axillaires ; pédoncules 2-bractéolés. 

Calice — Sépales 5, libres, persistants, un peu soudés inférieurement, les 2 latéraux 
intérieurs. 

Corolle — Pétales 5, libres, inégaux, l'inférieur plus grand, prolongé en cornet 
creux au-dessou.s de son insertion. 

Etamines 5, à filets très courts, élargis, libres. Anthères 2-loculaires, adnées, 

introrses, conni ventes. 
Ovaire 1-loculaire, à 3 carpelles à placentaires pariétaux, nerviformes. Style 1, 

décliné ; stigmate cucuUé. 
Fruit — Capsule à 3 valves piacentifères sur leur milieu. 
Graines nombreuses, à testa crustacé et à chalaze apparente. 
Plantule dressée, entourée d'un albumen charnu. 

Les individus de cette Famille qui se répartissent en 11 Genres et 
ne comptent pas moins de 300 Espèces, sont presque tous de la zone 
tempérée bien qu'on ne rencontre que le seul Genre suivant en Ca- 
nada. Leurs racines, surtout dans les Espèces vivaces, ont une sa- 
veur acre et nauséabonde et nne vertu plus ou moins émétique. 



Violette. 



XIV. VIOLÀRIEES. 



m 



Gen. violette. Viola. L, 

(De ion, nom grec de la plante). 

Calice à 5 sépales oblongs, aigus, égaux, auriculés à la base. 
Pétales 5, hypogynes, l'inférieur plus grand, prolongé à la 
base en cornet ou en éperon. Etamines hypogynes ou péri- 
gyues, les 2 antérieures à connectif ordinairement pro- 
longé en un appendice jB.liforme charnu qui se loge dans le 
cornet du pétale inférieur. Capsule 1-iocuîaire à 3 valves.— 
Petites plantes herbacées, quelquefois acaules, à pédoncules 1-Jîores, 
recourbés de manière d présenter la Jlewr dans une 'position ren- 
versée. 

* Acaules. Fleurs bleues, 

1. V. à feuilles CUCuUées. V. cucullata. Ait. — F. PapUionacea, 
Pursh. — V. affinis. Le Comte. — Common blue Violet. — %. Plante 
douce, quelquefois plus ou moins pubescente. Feuilles longuement 
pétiolées, crénelées, cordées, cucullées à la base, les dernières sou- 
vent réniformes, à stipules linéaires. Fleurs d'un bleu clair ou pour- 
pres, à pédoncules quadragulaires plus longs que les feuilles. Pé- 
tales enroulés, veinés, entiers, blancs à la base, l'inférieur et les laté - 




FiG. 39. Violette à feuilles sagittées ( Violaria sagittata). 40. Deux des eta- 
mines dont l'une avec son appendice dorsal en forme d'éperon. 41. Capsule 
mûre s'ouvrant en trois valves, avec le calice. 42. L'une des valves débarrassée 
de ses graines. 43. Une graine grossie. 44. La même coupée verticalement 
laissant voir l'embryon au milieu de l'albumen. 



66 DICOTYLÉDONES — POLTPÊTALES. Violette, 

raux barbus à la base. Variable en aspect et en pubescence. — Ca- 
nada-Baie d'Hudson ; terrains riches et humides. St. Joachim ! 
Mai. 

2. V. de Selkirk. V. SelkirkU. Goldie. — Selkirk's Violet. — 
Q|. Feuilles cordées, crénelées-dentées, légèrement poilues supérieu- 
rement, glabres en dessous, le sinus de la base profond et presque 
fermé, les inférieures parfaitement cordées, plus nombreuses et plus 
longues que les pédoncules. Fleurs d'un bleu pâle, beaucoup plus 
petites que dans l'Espèce précédente. Stigmate triangulaire, bordé, 
se terminant en crochet. Pétales latéraux barbus et veinés de bleu 
ainsi que le supérieur. Eperon charnu, très obtus, presque aussi long 
que le limbe du pétale inférieur. Hampe de 2-3' de long. — Canada- 
New- York ; collines boisées et montagnes, rare. Montagne de Mont- 
réal ! Mai. 

3. V. à feuilles sagittées. F. sagittata. Ait. — Arrow-lraved 
Violet. — (Fig. 39 et suivantes). — % Feuilles oblongues-lancéolées, 
sagittées, cordées, plus ou moins aiguës, souvent incisées-dentées à la 
base, crénelées, glabres ou légèrement pubescentes, à pétioles mar- 
ginés. Pédoncules de 3-5', plus longs que les feuilles. Pétales 
entiers, veinés d'un bleu pourpre, blancs à la base, les latéraux et 
l'inférieur densément barbus. Stigmate bordé, en bec. — Canada- 
Floride : coteaux arides. Lorette ! Stanfold ! Avril-Mai. 

4. V. à feuilles palmées. V. fahnata. L. — Palmated Violet. 
— % Pubescente. Feuilles à 5 lobes palmés, lobes crénelés-dentés, 
le médian plus grand, souvent pourpres en dessous, les inférieures 
ovales entières. Pétioles poilus. î^tipules lancéolées. Pédoncules 
sub-tétragones, de 3 -6'. Pétales pourpres, entiers, veinés, blancs à 
la base, les supérieurs plus petits, les latéraux barbus et striés de 
bleu. Très variable dans le degré de sa pubescence et la forme de 
ses feuilles. — Canada-Louisiane ; lieux bas. Mai. 

5. V. pèdalée. V.pedata. L. — V. digitata. Pursh. — V. flabelli- 
folia. Lodd. — Pedate Violet. — Bird-foot Violet. — % Presque 
glabre. Rhizome épais, charnu, se terminant abruptement comme 
coupé. Feuilles à 5-9 segments en pédales, linéaires-lancéolés, 
presque entiers, obtus ; pétioles portant de longues stipules ailées à 
leur base. Pédoncules sub-tétragones, beaucoup plus longs que les 
feuilles. Pétales bleus, blancs à la base, entiers et sans barbe, 
les deux supérieurs quelquefois d'un violet foncé et velouté comme 
ceux de la Pensée. Stigmate grand, terminé par un disque oblique, 
obscurément mucroné. — Canada-Floride ; collines pierreuses et bois 
dans les terrains sablonneux. Avril-Mai. 

6. V. odorante. V. odorata. L. (^Violette. Violette de Mars). — 
SwEET ou English Violet.~Q|. Pubérulente, à stolons radicants 
florifères la deuxième année. Feuilles presque glabres, ovales, pro- 
fondément cordées, celles des stolons de l'année réniformes. Stipules 
ovales-acuminées, dentées. Fleurs odorantes, petites, à pédoncules 
bractéolés, plus longs que les feuilles. Sépales ovales-obloDgs. Pé- 



ïioletie. XIV. violariées. 67 

taies violets ou bleus, les quatre supérieurs entiers, l'inférieur échan- 
cré, les deux latéraux très barbus. Style aigu et courbé au sommet. 
Capsule globuleuse, ordinairement velue. Varie, bleue, pourpre, 
blanche et double par la culture. — Europe. Avril-Mai. *i* 

Fleurs béchiques ; racines émétiques. — Semis, ou division des ra- 
cines. 

** Acaulejs. Pleurs blanches. Pétales inférieurameat veinés de lilas ; éperon 

court. 

7. V. blanche. V. Manda. Willd. — V. clandestina. Pursh.— F. 
amœna. Le Comte. — Sv^^bet-white Violet. — % Rhizome grêle et 
rampant. Feuilles cordées, légèrement pubescentes, couchées sur 
le sol, presque orbiculaires, et quelquefois avec un sinus arrondi, 
presque réniformes. Pétioles demi-cylindriques, pubescents. Pédon- 
cules, sub-tétragones, plus longs que les feuilles. Pétales blancs, 
verdâtres à la base, généralement sans barbe, le supérieur et lea 
deux latéraux veinés de bleu. Fleurs petites, odorantes. — Canada- 
Pennsylvanie ; prés humides. Nicolet ! Château Richer ! Mai. 

8. V. lancéolée. V. laceolata. L. — Lance LEAVED Violet. — % 
Rhizome rampant, émettant souvent des stolons allongés avec une 
fleur apétale, brièvement pédonculée sur chaque joint. Feuilles gla- 
bres, lancéolées, atténuées en pétiole, un peu obtuses, sub-crénelées, 
de 5-6' de long avec le pétiole demi-cylindrique. Pétales blancs, 
verdâtres à la base, sans barbe, le supérieur et les deux latéraux 
veinés de bleu. Fleurs petites. — Canada-Floride ; prés humides et 
lieux marécageux. 

*** Caulescentes. 

9. V. du Canada. V. Canadensis. L. — Canadian Violet. — Qj. 

Tige presque simple, de 8'-12' de haut, à stipules ovales-lancéolées, 
membraneuses. Feuilles alternes, cordées, acuminées, dentées, les 
inférieures longuement pétiolées, aigties ou obtuses. Pédoncules 
sub-tétragones, terminaux, bractéolés, plus courts que les feuilles. 
Fleurs grandes, presque régulières. Pétales d'un bleu clair, quel- 
quefois presque blancs, jaunâtres à la base, les supérieurs veinés de 
bleu, barbus. — Baie d'Hudson-Caroline ; bois montagneux. Somer- 
set ! Prescott ! Mai-Juillet. 

10. V. jaune. V. puhescens. Ait. — V. Pennsylvanica. Michx. — 
CoMMON yellow Violet. — Q|. Pubescente. Tige de 5'-20', dressée, 
presque triangulaire, charnue, nue inférieurement et ne portant que 
peu de feuilles au sommet. Feuilles largement ovales, cordées ou 
deltoïdes, obtuses, obscurément dentées, brièvement pétiolées. Sti- 
pules grandes, ovales, onduleuses, sub-dentées. Pédoncules un peu 
plus courts que les feuilles, cotonneux, axillaires, solitaires, 2-brac- 
téolés. Pétales jaunes, les latéraux barbus et avec le supérieur 
veinés de brun. Varie en pubescence, quelquefois presque glabre. — 
Canada-Géorgie ; bois pierreux et secs. St. Joachim ! Mai-Juin. 

11. V. rostrée. F. rostrata. L. — Beaked Violet. — % Glabre. 
Tige dressée, diffuse, rameuse inférieurement, de S'-fi', Feuilles cor- 



68 DICOTYLEDONES— POLYPÊTALES. Violette. 

dées, arrondies, dentées, les supérieures aigiies. Pétioles plus longs 
que les feuilles. Stipules lancéolées, profondément frangées, presque 
penni-fides. Pédoncules très longs, grêles, axillaires. Fleurs grandes, 
d'un bleu pâle. Pétales sans barbe. Eperon de ^ de long, dépas- 
sant la corolle et rapprochant la fleur de celle de la Dauphinelle. — 
Canada- Virginie ; lieux humides et pierreux. Mai. 

12. V. Striée. F. striata. Ait. — V.ochroleuca. Schwein. — F. de- 
lilis. Michx. — Striped Violet. — % Glabre. Tige de 8'-12', demi- 
cylindrique, rameuse, presque dressée. Feuilles ovales-arrondies, 
cordées, les supérieures légèrement acuminées, crénelées-dentées. 
Stipules grandes, apparentes, oblongues, lancéolées, laciniées-dentées. 
Pédoncules axillaires, souvent plus longs que les feuilles. Corolle 
grande, jaunâtre ; pétioles latéraux fortement barbus, l'inférieur 
veiné de pourpre. Stigmate tubuleux, recourbé, pubescent au som- 
met. — Canada-Géorgie ; prés humides, surtout dans les endroits mon- 
tagneux. Mai-Juin. 

13. V. de MuhlenT)erg. F. MuhlenhergiL Tour. — F. azarifolia, 
— F. uliginosa. Schwein. — Muhlenbbrg's Violet. — % Tige dres- 
sée, faible, de 6'-8', rameuse dès la base, à stipules larges, découpées 
en frange. Feuilles réniformes-cordées, les supérieures crénelées, un 
peu acuminées, les plus jeunes roulées en crosse près du sol. Pédon- 
cules dépassant les feuilles, munis de bractées linéaires-obtuses dans 
leur partie supérieure. Pétales entiers, d'un pourpre pûle, les la- 
téraux barbus ; éperon très obtus. Stigmate terminé en crochet. 

a alhiflora. Hook. — Fleurs blanches. Tige très courte. Feuilles 
cordées-ovales, ou simplement ovales, densément pubescentes. 

Canada-Louisiane ; lieux humides et marécageux. Stanfold ! Mai- 
Juin. 

14. V. tricolore. F. tricolor. L. (Pensée). — Tricolored Violet. 
Pansey. ïïeart's base. — % Tige anguleuse, diffuse, couchée. 
Feuilles ovales-oblongues, les inférieures ovales-cordées, profondé- 
ment crénelées. Stipules foliacées, penni-séquées, lyrées, le segment 
terminal de la largeur des feuilles. Fleurs variables quant aux di- 
mensions et à la couleur ; les deux pétales supérieurs ordinairement 
pourpres, les deux latéraux jaunâtres ; tous jaunes à la base et veinés 
de violet ; éperon court. ^ 

a arvensis. D. C. — Tiges dressées-ascendantes. Feuilles supé- 
rieures ovales-spatulées. Pétales à peine plus longs que le calice, 
jaunâtres, bleus, ou tachés de pourpre, — F, hicolor. Pursh. — F. tc- 
nella. Muhl. — New-York-Arkansas. Bords du Lac Huron. Mai. 

Les Violettes, mais surtout la dernière, forment de très belles 
fleurs de jardins. Celles des plus grandes dimensions demandent à 
être renouvelées souvent par boutures, si l'on ne veut pas qu'elles 
dégénèrent. Les fleurs de Violettes en infusion sont pectorales- 
émollientes. L'infusion des feuilles de la Pensée, est un remède 
presque toujours certain pour les croiites-de-laii {Rifle) des jeunes 
enfants. 



RoSSOliS. XV. DROSÊRACÉES. 69 

Fam. XV. DROSÉRACÉES. Dmseraceœ. D. C. 

(Du Genre Drosera). 

PZajjfes herbacées, vivaces, délicates, souvent munies de poils s^landulenx. 
Feuilles alternes, simples, réunies en rosette radicale, rétrécies en pétiole, munies 
de cils latéraux. 

Fleurs "^ , solitaires, ou en grappe, ou en corymbe. 

Calice à 5 sépales libres ou presque libres, égaux, persistants. 

Corolle à 5 pétales hypogynes. planes et réguliers, à préfloraison imbriquée. 

Etamines libres, hypogynes, en nombre égal ou multiple de celui des pétales. 

Ocaire sessile, simple. Style 1-2-3-4-5, simples ou 2-fides; stigmates libres. 

Fruit — Capsule 1-3-loculaire, à déhiscence diverse. Graines quelquefois arillées. 

Plantule dressée, cylindrique, avec ou sans albumen. 

Genres 7, Espèces 90, répandues dans les lieux humides et maré- 
cageux des zones torride et tempérée, à feuilles ordinairement cou- 
vertes de poils glanduleux retenant les insectes qui s'y arrêtent. 
Deux Genres seulement se rencontrent en Canada, et n'intéressent 
guère que par leur singularité. 



CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

Etamines 5, hypogynes, parfaites, sans écaille pétaloïdes . . . Rossolis I. 
Etamines, 5, parfaites, avec 5 écailles pétaloïdes se ramifiant en 

soies Parnassie II. 



Gen. I. ROSSOLIS. Drosera. L. 

(De drosos, rosée. Les Alchimistes recueillaient précieusement le suc acre que 
sécrètent les cils glanduleux des feuilles de cette plante et qui forment comme une 
couronne de ^outelettes autour du limbe, ils appelaient cette liqueur Rosée du 
Soleil, Ros Salis). 

Calice 5-fi.cle ou 5-partit. Pétales 5, hypogynes, obovales. 
Etamines 5, à filets linéaires, subulés, à anthères adnées. 
Ovaire à une seule loge à placentaires pariétaux. Style ter- 
minal, 3-5-partit. Capsule à valves séminifères sur leur milieu. 
— Herbes de marais, d feuilles toutes radicales, rosulées, munies de 
poils glanduleux irritables. Fleurs petites, blanches, ordinairement 
en grappe 1-latérale. 

1. R, à feuilles rondes. D. rotnndifoUa. L. — D. cainllaris. 
Poir. [Rossolis). — Round-leaved Siindbw. — ® % Hampe dressée 
de 5'-8' de hauteur. Feuilles étendues sur le sol, à limbe orbiculaire, 



70 DICOTYLÉDONES — POLYPETALES. Pamassie. 

brusquement rétréci en pétiole un peu velu supérieurement, cou- 
vertes de poils glanduleux rougeâtres sécrétant un liquide acre qui 
brille au soleil comme des gouttes de rosée. Fleurs 6-10, très pe- 
tites, blanches, en grappe 1-latérale. Stigmate capité, entier, blan- 
châtre. Capsule dépassant le calice. Graines fusiformes, striées en 
long. — Labrador-Floride ; dans les mousses des marais. St. ,1oa- 
éhim ! Juillet-Août. 

Astringente, amère, légèrement acide et caustique, employée 
en infusion contre l'asthme, les toux invétérées et les ulcères du pou- 
mon. On la dit funeste aux moutons qui en mangent. 

2. R, à longues feuiies. D. longifoUa. L. — D. Americana. 
Muhl. — Loi\G-LEAVBD ScNDEW. — Q|. Hampe dressée de 3-8'. 
Feuilles dressées, à limbe linéaire-oblong, atténué en pétiole glabre. 
Stigmate clavicule, entier, blanchâtre. Graines oblongues, légère- 
ment ponctuées, sans arille. Stipules capillaires. — Plus délicate que 
la précédente ; mêmes situations. Juin -Août. 

3. R. à feuiies linéaires. D.Uneans. Goldie. — Linear leaved 
SuNDEW. — ® "Hampe de 3-6 , portant 3-4 petites fleurs pourpres. 
Feuilles linéaires-obtuses, de3'-5' de long, dressées, en rosette, à longs 
pétioles nus. Calice glabre dépassé par la capsule. Graines ovales, 
à testa lisse, brillant. — Haut-Canada-Montagnes Rocheuses ; bords 
des lacs. Lacs Simcoe et Supérieur ! Juillet-Août. 

Gen. II. PARNASSIE. Parnassia. Tourn. 

(De Parnasos, Parnasse, séjour des Grâces et de la Beauté). 

Calice à 5 sépales persistants, un peu cohérents à leur base. 
Pétales 5, persistants, insérés sur le fond du calice. Etamines 
5, à filets subulés, alternant avec cinq écailles pétaloïdes se 
ramifiant en 3-5-7 9-15 soies terminées chacune par une 
glande nectarifère, globuleuse. Capsule à 3-4 valves sémi- 
uifères sur leur milieu. Graines nombreuses à testa ailé. — 
Herbes à feuilles radicales pêiiolées, rosulées ; les caulinaires ses- 
siles. Fleurs solitaires, terminales. 

1. P. de la Caroliue. P. CaroUniana. Michx. — Grass OF Par- 

NASSus. — % Racine fibreuse. Tiges 1-flores, de 6'-12'. Feuilles 
glabres, 5-7-nervées, les radicales presque orbiculaires, sans sinus à 
la base, les caulinaires ovales, sessiles, embrassantes. Fleurs blan- 
ches, de près de 1' de diamètre, à pétales dépassant de beaucoup le 
calice, marqués de veines verdâtres. Soies nectarifères 15, partagées 
en 5 groupes de 3 chacun. — Canada-Caroline ; bords des prés et des 
ruisseaux. Québec ! Juillet-Août. 

Plante très intéressante qu'on entretient facilement dans les jar- 
dins. 



Polygala. xvi. polygalees. 71 

2. P, des marais. P. fahistris. L. — % Tiges simples, grêles, de 
3'-6'. Feuilles de près de 1' de large, cordiformes, glabres ; les cau- 
linaires amplexicaules, manquant souvent. Feuilles, sépales, etc., 
souvent ponctués de brun. Fleurs solitaires, terminales, blanches, 
tachées de jaune. Soies nectarifères 9-15 dans chaque écaille, grêles. 
— Canada-Amérique Artique ; dans les marais ou les lieux bien hu- 
mides. Août. 



Fam. XVI. POLYGALEES. Polijgaleœ. Juss. 

(Du Genre Polygala). 

Plantes herbacées ou ligueuses, quelquefois grimpantes. 

Feuilles alternes, rarement opposées, le plus souvent simples, sans stipules. 

Fleurs '§, , très irrégulières, en grappe ou en épi, à pédicelles munis de 2-3 brac- 
tées à leur base. 

Calice à 5 sépales très irréguliers, 3 extérieurs et 2 intérieurs (ailes) plus grands, 
pétaloïdes. 

Corolle — Pétales 3-5, hypogynes, l'antérieur (carène) plus grand, creusé en 
casque, orné d'une crête au sommet. 

Etamines 6-8, à filets soudés en tube fendu antérieurement, libres en haut. An- 
thères l-loculaires, s'ouvrant par un trou terminal. 

Ovaire supère, comprimé, 2-loculaire. Styles 2, lobés, à lèvre inférieure stigma- 
tifère. 

Fruit — Capsule membraneuse, à déhiscence loculicide. Graines pendantes. 

Plantule renversée, entourée d'un albumen charnu ,îman quant quelquefois. 

Cette Famille est une de celles qui présentent les plus grandes 
anomalies dans la symétrie des fleurs. La cohérence des filets des 
etamines avec les pétales, a induit quelques Botanistes à la ranger 
parmi les monopétales. La forme générale de ses fleurs la rap- 
proche assez des Légumineuses et plus encore des Fumariacées. Elle 
comprend 19 Genres, et plus de 495 Espèces, mais n'est représentée 
en Canada que par le seul Genre qui suit. 

POLYGALA. Pohjgala. L. 

(De polus, gala, beaucoup de lait ; c'est-à-dire, pâturage donnant beaucoup de 
lait aux bestiaux). 

Calice persistant, à 5 sépales dont 2 pétaloïdes en forme 
d'ailes. Pétales 3, soudés par leurs onglets aux filets des 
etamines, l'inférieur caréné. Etamines 8, diadelphes. Cay- 



72 DICOTYLEDONES — POLYPÉTALES. Polygala* 

suie ob-cordée, 2-loculaire, à 2 valves, 2-séminée. Graines 
«T hile garni d'un caroncule 3-lobé. — Carène de la corolle mu7iie 
d'une crête dentelée. 

1. P. verticilîé. P. verticUlata. L. — Whorl-i.eaved Polygala. 
— Tige de 6'-8', dressée, rameuse, grêle, tétragone. Feuilles li- 
néaires, en verticilles de 5 6 alternes sur les rameaux. Fleurs pe- 
tites, blanches-verdâtres, en grappes linéaires. Pédoncules très grêles, 
plus élevés sur les rameaux que sur la tige principale. Aiies du ca- 
lice arrondies, onguiculées. Graines à caroncule 2-lobé, de la moitié 
de leur longueur. — Canada-Floride ; champs sablonneux et penchants 
arides des collines. Qneenstown ! Juin-Août, 

2. P. polygame, P. polygama. Walt. — P. ruhella. Willd. — 
BiTTER PoLVGALA. — ® Tiges nombreuscs, anguleuses, glabres, sim- 
ples, de 5'-10' de haut. Feuilles glabres, les inférieures obovales, 
alternes, les supérieures linéaires-lancéolées, obtuses, mucronées, 
sessiles. Fleurs pourpres, à double situation, les unes en grappes 
terminales, à pédicelles courts, grêles, étalés, à la fin réfléchis ; les 
autres aussi en grappe, mais sur des pédoncules radicaux, couchés 
sur le sol ou souterrains, ces dernières à pétales très pétales ou man- 
quants, à calice sans ailes. — Canada-Louisiane ; champs, pâturages. 
Bords du Lac Huron ! Juin-Juillet. 

3. P. à fleurs pourpres. P. j^aucifoUa. Willd. — P. purpurea. 
Ait. — Tridisperma granàiflora. Raf. — Fringed Polygala. — Qj. 
Tiges de 3'-4', herbacées, simples, dressées, nues inférieurement. 
Feuilles ovales-aigûes, glabres, réunies au sommet de la tige. Fleurs 
purpurines, grandes, de ^-%, à carène portant une crête frangée, 
pourpres, terminales ; les radicales couchées sur le sol, plus petites, 
verdâtres, à calice dépourvu d'ailes et portant des sépales supérieurs 
gibbeux à la base. — Canada Géorgie ; parmi les mousses des marais 
ou dans les endroits humides des montagnes. Mai. 

Les Polygalas peuvent figurer avec avantage dans les jardins, la 
dernière Espèce surtout ; ils aiment particulièrement une terre hu- 
mide. Leur principe amer en fait des toniques, et à fortes doses ils 
sont violemment purgatifs. 



XVII. CARYOPHTLLEES. 



73 



Fam. XVII. CARYOPHYLLEES. CaryojffujUeœ. Juss. 

(De Caryophyllum, Girofle ; allusion au parfum de l'Œillet rouge). 

Tiges herbacées ou sous-ligneuses, ordinairement noueuses et articulées. 

Feuilles opposées, quelquefois verticillées, simples, entières, ordinairement saua 
stipules. 

Fleurs ^ , rarement diclines par avortement, solitaires ou en cyraes dichotomes. 

Calice — Sépales 4-5, libres ou soudés en un tube 5-denté ou 5-fide, persistant. 

Corolle — Pétales 5, libres ou légèrement soudés avec la base des étamines par 
l'intermédiaire d'un torus globuleux, rarement par avortement. 

Etamines en nombre double, rarement égal ou moindre, de celui des pétales. 
Antlières introrses, dorsifixes. 

Ovaire souvent stipité. Styles 2-5, libres, stigmatifères le long de leur face in- 
terne. 

Fruit — Capsule 1-loculaire ou imparfaitement 2-5-loculaire, s'ouvrant par dea 
dents ou valves ordinairement en nombre double de celui des stio-niates. 

Graines nombreuses, réniformes, arrondies ou aplaties, à testa chagriné. 

Plantule recourbée, entourant un albumen farineux. 

Les plantes de cette Famille qui se départissent en 53 Genres, ne 
comprenant pas moins de l05.5 Espèces, sont pour la plupart des 
herlies qui ne se recommandent que par la beauté de leurs fleurs. Le 
plus grand nombre appartient aux régions tempérées de l'ancien con- 
tinent ; les 10 Grenres qui suivent sont à peu près les seuls que l'on 
rencontre en Canada. 




FiG. 45. Sabline latérifloro (Arenaria lateriflora). 46. Une fleur grossie. 

47. bection transversale d'une graine montrant la plantule entourant l'albumen. 

48. Section transversale du pistil de la Spargoute (Spergularia) montrant sa pla- 
centation axillaire. t e, \ f s / t- 



74 DICOTYLÉDONES — POLTPÉTALES. Œillet, 

CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

1 Sépales sondés en tube, au moins dans la partie inférieurs 2 

1 Sépales libres ou presque libres 4 

2 Styles 5 Lychnlde IV. 

2 Styles 3 Silénée III. 

2 Styles 2 , . 3 

3 Calice caliculé par 2-4 écailles à la base. ........ Œillet I. 

3 Calice sans écailles à la base Saponaire II. 

4 Feviilles sans stipules 5 

4 Feuilles avec stipules îJ 

5 Styles 5 6 

5 Styles 4-5. Valves de la capsule entières et en nombre double de celui 

des styles Sagine V. 

5 Styles 3 7 

5 Styles 2 Sabline IX. 

6 Pétales 2-fides Céraiste X. 

6 Pétales entiers ou légèrement échancrés Sabline IX. 

7 Capsule à valves en nombre double de celui des styles, ordinaire- 
ment 6 Stellaire VIII. 

7 Capsule s'ouvrant par 10 ou 6 dents Céraiste X. 

8 Capsule à 5 valves Spargoute VI. 

8 Capsule à 3 valves . Spargulaire VII. 



Gen I. ŒILLET. Dianthiis. L. 

(De dios, anthos, fleur de Jupiter; allusion à la beauté et à la flagrance des 
Espèces). ■ 

Calice à 5 dents, à tube sans nervures coramissurales, muni 
à sa base d'écaillés opposées par paires, imbriquées, simu- 
lant un calice accessoire. Pétales à onglet long, muni en 
dessus de deux bandelettes longitudinales. Etamines 10 ; 
styles 2. Capsule cylindrique, 1-loculaire. Graines en écus- 
son, plus ou moins relevées par les bords, à hile occupant le 
centre de l'une des faces. Plantule droite ou légèrement 
courbée. — Feuilles opposées. 

1. 0. Arméria. D. Armeria. L. {Œillet velu). — Wild Pink. — ® 
Tige de 12'-18', rameuse. Feuilles radicales linéaires-lancéolées, 
obtuses ; les caulinaires linéaires, dressées, velues, à bords scabres, 
soudées à la base en une gaîne aussi longue que large. Fleurs ino- 
dores, en fascicules lâches de 3 ou plus involucrés de feuilles florales 
herbacées. Ecailles calicinales dépassant le calice, lancéolées, atté- 
nuées en une longue arête linéaire-subulée. Pétales petits, purpu- 
rins, tachés de blancs, à limbe étroit, velue à la gorge, denté au som- 
met. — Massachusetts-Maryland et peut-être aussi dans le Haut-Ca- 
nada. Seule Espèce naturalisée en Amérique. Champs. Juillet- 
Août. 



lEillet. XVII. CARYOPHYLLÊES. 75 

2. 0. barbu. D. harhatus. L. (^Bouquet-parfait. Louises. Œillet 
de poète, etc.) — Sweet Williams. Bunch Pink. — % Glabre Tige 
épaisse, de 1-1^ p. Feuilles lancéolées, acuminées, rètrécies au- 
dessuî? de la base, à bords scabres, les caulinaires soudées en gaîne à 
leur base. Fleurs blanches, roses, panachées, etc., brièvement pé- 
donculées, aggrégées en fascicules denses, involucrés et dépassés par 
des feuilles florales. Ecailles calicinales obtuses, contractées en une 
arête subulée égalant au moins le calice cylindrique, à dents étroites, 
acuminées, subulées. — Europe. Mai-Juillet. >i* 

Semis et division des touffes. Fleurs quelquefois doubles par la 
culture. 

3. 0. Girofle. D. Caryophyllus. L. {Œillet des fleuristes. Œillet 
à bouquet). — Carnation. Bigarres. Picotées. Flakes. — % 
Glabre et glauque. Tige sous-ligneuse, émettant des jets stériles, 
couchés, couronnés de feuilles rosulées, imbriquées et devenant l'an- 
née suivante des tiges fertiles de 1 J-2 p. de haut, rameuses. Feuilles 
linéaires-subulées, canaliculées, un peu épaisses, à bords lisses, à 
nervure dorsale saillante. Fleurs solitaires, rouges, odorantes. Pé- 
tales contigus, à limbe orbiculaire en coin, irrégulièrement denté, 
glabre à la gorge. Calice cylindrique, atténué au sommet, à dents 
lancéolées, acuminées. Ecailles calicinales 4, coriaces, orbiculaires- 
ovales, sub-mucronées, égalant le quart du tube. Europe Hh 

La culture en a produit plus de 400 Variétés : fleurs blanches, 
roses, rouges, pourpres, panachées, pleines ou demi pleines. La plu- 
part des Variétés doubles sont stériles et ne résistent pas à nos hi- 
vers en pleine terre ; il faut les rentrer en pots à l'automne. — Semis, 
division des touffes, boutures et marcottes pour les Espèces doubles. 
Les fleurs de l'Œillet rouge sont excitantes en tisane. 

4. 0. de Chine. D. Chijiensis. L. — China Pink.-^®-®. Tige 
rameuse de 12'-l8'. Feuilles linéaires-lancéolées, aiguës, d'un beau 
vert. Fleurs solitaires, rouges, ou blanches piquetées de pourpre. 
Ecailles calicinales linéaires, foliacées, étalées, de la longueur du 
tube.— Chine. Tout l'été. 4" 

Varie par la culture à fleurs doubles diversement panachées. 

5. 0. mignardise. D. plumarius. L. — D. Tnoschatus. Hoc! -Par. 
{Mignardises. Œillet-plume). — Single PiNK. Pheasant's eye. — % 
Glauque. Tiges gazonnantes, 2-3-flores. Feuilles à bords scabres. 
Ecailles calicinales ovales, brièvement mucronées. Pétales odorants, 
d'un rose pâle, laciniés-multifides, barbus à la gorge. — Europe. Hr* 

Varie par la culture à fleurs pleines ou demi pleines, blanches, 
purpurines, tachetées, etc. Résiste bien à nos hivers. — Semis, ou di- 
vision des touffes, boutures, etc. 

6. 0. superbe. D. superbus. L. — D. Jimbriatus. Lam. {Mignar- 
dise des prés). — Superb Pink. — 2|. Gazonnant. Tiges petites sub- 
tétragones, de 2 p. Feuilles linéaires-subulées, vertes, glabres, 
3-nervées. Fleurs solitaires. Ecailles calicinales 4, inégales, obovales, 
contractées en arête courte, égalant le quart du tube. Calice cylin- 
drique, à dents lancéolées. Pétales roses ou blancs, très odorants. 



76 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Saponaire. 

à limbe étroit, oblong, divisé dans sa partie supérieure en lanières 
capillaires. — Europe. ►}< 

Semis au printemps pour avoir des fleurs la deuxième année. 

Gen. II. SAPONAIRE. Sapmaria. L. 

(De saj)0, savon ; allusion ati suc savonneux de l'Sspèce principale). 

Calice à cinq dents, tubuleux ou pentagonal, dépourvu de 
nervures commissurales et d'écaillés à la base. Pétales dé- 
pourvus ou munis de coronule, à onglet pourvu de bande- 
lettes ailées. Eiamines 10. Styles 2. Oaps^de oblongue, 1- 
loculaire. Graines réuiformes, tuberculeuses, à bile latéral. — 
Pétales souvent couronnés. 

1. S. officinale. S. officivalis. L. {Saponaire. Savonièré). — Com- 
MON SoAP-woRT. — % Eacine traçante. Tiges de 1-2 p., glabres, 
succulentes. Feuilles sub-pétiolées, ovales-lancéolées, 3-nervées, à 
bords scabres. Fleurs grandes, blanches ou d'un rose pâle, en grap- 
pes-corymbes. Calice cylindrique, glabre ou légèrement velu. Pé- 
tales munis à la base d'écaillés linéaires-subulées. — Europe ; mais 
souvent naturalisée dans le voisinage des jardins. Juillet. ►{< 

Racines et feuilles contenant un suc qui mousse avec l'eau comme 
le savon. Fondantes, dépuratives, diurétiques, etc., sudorifiques en 
décoction. Fleurs souvent doubles dans la culture. Les Variétés 
de ces dernières font de jolies fleurs de jardin, mais leurs racines 
traçantes les font reléguer près des clôtures pour ne pas nuire aux 
autres plantes. — Semis, division des racines, etc. 

Gen. III. SILÉNÉE. Silène. L. 

(De Silenus ; allusion au calice de l'Espèce principale ventru comme le Dieu 
Silène). 

Calice tubuleux, gonflé, 5-Jenté, dépourvu de calicule et 
muni de nervures commissurales. Pétales 2-fides, avec ou 
Bans coronule, à onglet sans bandelettes. Eiamines 10. 
Styles 3. Capsule 1-3-loculaire, portée sur un pédicule plus 
on moins long. Graines tuberculeuses à bile latéral. — Pé- 
tales couronnés d' écailles au sommei de leurs onglets. 

* Gazounautes. Tiges presque nulles. 

1. S. acaiile. S. acaulis. L. — Stemless Campion. — % Glabre. 
Tiges denses, basses, gazonnantes, de l'-3'. Feuilles linéaires-lan- 
céolées, ciliées à la base. Pédoncules solitaires, courts, 1 -flores. Ca- 



SilénéC XVII. CARYOQHYLLEES. / / 

** Caulesceiitea. Calice renflé, vt-siculeux. 

lice conipanulé, légèrement gonflé, onibiliqué à la hase. Pétales 
roses ou blancs, à limbe obovale, écbancré ou 2-lobé. Capsule à 
cloisons très étroites. Fleurs souvent 1-sexuées par avoriement. — 
Canada- Amérique Artique ; montagnes pierreuses. Juin. 

2. S. Stellée. S. stellata. Ait. — Curuhalus steUatu'<. L. — Stki.- 
LATE Campîon. — %. Tige de 2-3 p., dressée, en cime paniculée. 
Feuilles ovales-lancéolées, acumiuées, verticillées par 4, sessilea, les 
supérieures opposées. Calice renflé, d'un vert pâle, à veines plus 
foncées. Pétales blancs, hiciniés, à onglet gonflé à la base. Fleurs 
de f de diamètre. — Canada-Caroline ; bois secs et pierreux, prés. 
Juillet. 

3. S. gonflée. S. wfiata. Smith. — Cucuhalus BcJiciK L. {Cor- 
nillet. Behen bhinr^. — Bladder Campion. — % Glabre et glauque. 
Tiges nombreuses, dre.ssées, de 1^-2 p. Feuilles opposées, oblongues- 
lancéolées. aiguës, les inférieures atténuées en pétiole. Fleurs quel- 
quefois sub-dioïques, penchées, en cimes dichotomes, lâches, quel- 
quefois sub-1 -flores. Calice ovoïde-globuleux, vésiculeux, ombiliqué 
à la base, à veines pourpres. Pétales blancs ou purpurins, à limbe 
2-partit, munis à la gorge de 2 petites bosses. Capsule ovoïde- 
globuleuse. Thécaphore épais et glabre égalant le tiers de la cap- 
sule. — Canada-Pennsylvanie ; bords des chemins, champs, etc., dans 
les terrains sablonneux. Ste. Foye ! Montréal (près du pont Vic- 
toria) ! Juillet. 

Les jeuues pousses de cette Espèce se mangent comme les As- 
perges. 

*** Caulescentes. Calice non vésiculeux. 

4. S, mnfiier. ^S. Antlàrrina. L. — Snap-dragon. Catch-Fly). 
— ® Presque glabre. Tige de. 1 p. environ, dressée, grêle, rameuse. 
Feuilles lancéolées-aigûes, sub-ailées, sessiles, à bords scabres, les 
supérieures très étroites. Pédoncules 3-fides, 3-flores. Fleurs rouges, 
petites, peu apparentes, en cimes lâches, dressées. Pétales échancrés. 
Calice ovale. Les entre-nœuds supérieurs sont viscides-pubescent.s 
dans leur partie supérieure. — Canada-Géorgie ; bords des chemins, 
terrains secs. Juillet, y^ 

5. S. de Virginie. S. Virginica. L. — Virginian Catch-elv. 
— % Plante pubescente-visqueuse. Tige de 1 p., couchée-ascendante, 
rameuse. Feuilles lancéolées, les inférieures longuement pétiolées, 
munies de longs cils à la base, à bords un peu scabres. Fleurs 
grandes en panicule dichotome. Calice claviforme. Pétales rouges, 
grands, à onglets longs, à limbe 2 fide, muni de coronules. Eta- 
mines et styles sortants. — Ïïaut-Cauada Virginie ; terrains sablon- 
neux. Lac Huron ! Juin. >{* 

6. S. royale. »S. regia. Sims. — Splendid Catch-fi,y. — % Sca- 
bre et un peu visqueuse. Tiges de 3-4 p., dressées, droites. Feuilles 
ovales-lancéolées de 2'-3' de long. Fleurs nombreuses, très grandes. 



78 DICOTYLÉDONES POLTPÉTALES. LyclinidC. 

en cime paniculée. Calice tubuleux, à 10 stries, de 1' de long. Pé- 
tales d'un rouge brillant, oblaucéolées, entiers, munis de coronules. 
Etamines et styles sortants. — Canada-Louisiane, probablement in- 
troduite. Montréal ! Juillet. >i* 

7. S. noctiflore. S. noct'iflora. L. — NiGHT FLowERiNG Catch- 
FLY. — ® Tige dressée, rameuse, pubescente-visqueuse. Feuilles 
velues, les inférieures spatulées, les supérieures linéaires. Calice 
ventru, cylindrique, à dents longues, subulées. Pétales 2-partits. 
Fleurs grandes, blanches, verdâtres en dessous, ne s'ouvrant que le 
soir ou par un temps couvert, — Introduite d'Europe ; lieux sablon- 
neux. Haniilton ! Juillet. *\*^ 

8. S. Arméria. S. Armeria. L. {Attrape-?nouche. Lisettes). — 
Garden Catch-fly. — ® Glabre et glauque. Tige de 1-1^ p., ra- 
meuse, dressée, glutineuse au-dessous de chaque nœud. Feuilles in- 
férieures obovale», atténuées en pétiole, les caulinaires ovales-oblon- 
gues, acuminées. Fleurs en cime nivelée. Calice en massue, à 10 
stries, ombiliqué, à dents en lanières obtuses. Pétales purpurins, 
quelquefois bleus, à limbe échancré, munis de coronules allongées. 
Capsule oblongue-obtuse, Thécaphore glabre, plus long que la cap- 
sule. — Europe. Juillet-Septembre. >i* 

9. S, catholique. S. catholica. Otth. — Cucubalus. L, — QJ. Plante 
dressée, raide, effilée, pubescente intérieurement, visqueuse, à ra- 
meaux divariqués au sommet. Feuilles sessiles, spatulées et lan- 
céolées. Fleurs en corymbes paniculés. Calice allongé, claviforme. 
Pétales blancs, 2-partits, à gorge sans coronule. Etamines très 
longues.— Italie. Juillet. ^ 

10. S. ornée. S. ornata. L, — % Fleurs d'un rouge velouté, den- 
ticulées. >^ 

11. S. à petites fleurs. S. alites. Sm. — Fleurs petites, verdâtres, 
en grappe spiciforme. *i* 

12. S. bipartite. S. hipartita. Desf. — Fleurs petites, roses, 2- 
partites. ^ 

Quelques autres Espèces peuvent encore se rencontrer quelquefois 
dans les jardins. Les Silénées sont en général de belles plantes 
d'ornement quoique à fleurs souvent très petites. — Semis ou division 
des touffes i>our les Espèces vivaces. 

Gfn. IV. LYCHNIDE. Lijchnis. L. 

(De lychnos, lampe ; suivant Pline et Tliéopliraste ou employait les tiges et 
les feuilles des Lychnidcs pour faire des mèches de lampe). 

Calice à cinq dents, à tube muni de nervures commissu- 
ralcs, sans écailles à la base. Pétales munis do coronules 
à onglet sans bandelettes, à limbe légèrement échancré. Ma- 
mines 10. Styles 5 ou 6. Capsule 1-loculaire ou 5-loculaire 



Lyclinidc. Xvii. cARTOPnYLLEES. 79 

à la base, s'ouvrant en sommet en 5, rarement en 10 valves, 

— Herbes vivaces ou annuelles. 

1. L. apétale. L. apetaJa. L.— Pubescente. Tige de 3'-12' de 
haut, simple. Feuilles linéaires, les inférieures spatulées. Calice 
ovoïde-cylindrique, strié, à dents courtes, à la fin gonflé et égalant 
les pétales. Pétales rouges. Graines arillées. — Labrador- Amé- 
rique Artique. Juillet. 

2. L. alpine. L. alpina. L. — Glabre. Tiges gazonnantes, droites. 
Feuilles linéaires-lancéolées., aiguës. Fleurs en cimes capitées. Ca- 
lice companulé. Pétales 2-fides. — Labrador-Amérique Artique. 
Juillet. 

3. L. de Chalcédoine. L. Chahedonica. L. (^Croix de St. Louis. 
Croix de Malle. Croix de Jérusalem). — Scarlet Lychnis. — % Tige 
épaisse, dressée, hérissée, de 3-4 p. Feuilles ovales-lancéolées, cor- 
dées, embrassantes, acuminées, vertes, presque glabres. Fleurs d'un 
rouge foncé, en corymbes globuliformes. Calice cylindrique clavi- 
cule, à côtes saillantes. Pétales 2-lobés. — Asie. Juillet-Sept. Hh 

Varie à fleurs pleines, blanches, panachées, etc. Ne souffre point 
de nos hivers. — Division des touffes, ou semis qui ne donne des fleurs 
que la deuxième ou troisième année. 

4. L. fleur-de-Coucou. h.fios-Cuculi. L. {Fleur de Coucou. Œillet 
des prés. Lamprette'). — Ragged Robbin. — % Tiges de 1-3 p., an- 
guleuses supérieurement. Feuilles vertes, purpurines dans le jeune 
âge, les inférieures rosulées, oblongues, les caulinaires lancéolées- 
aiguës, dressées. Fleurs fasciculées en longues grappes lâches, d'un 
beau rouge, rarement blanches. Calice companulé, à 10 nervures 
égales, glabre, de couleur brune. Pétales à limbe 4-partit, à lanières 
linéaires. Coronule à 2 écailles 2-fides, subulées. Capsule 1-locu- 
laire, arrondie. — Europe. Juillet-Septembre. HE^ 

Varie à fleurs doubles. Plante très rustique et d'un bel effet dans 
les jardins. — Division des touffes. 

5. L. grandiflore. L. grandifiora. Jacq. — L. coronata. L. — % 
Glabre. Tige de 1-2 p. Feuilles ovales, sub-sessiles. Fleurs 1-3, 
terminales et axillaires. Pétales d'un beau rouge, laciniés-dentés, 
remarquables par leur grandeur. Calice clavicule-cylindrique, à ner- 
vures longitudinales. Ovaire long, stipité. — Chine. Juillet, ►f» 

Varie à fleurs blanches, pleines, etc. — Division des touffes. 

6. L. Coquelourde. Z/. coronaria. Lam. — Coronaria tomentosa. 
Br. — Agrostemma. L. {Lychnide des jardins. Passe-fleur. Coque- 
lourde'). — MuLLEiN PiNK. Rose Campion. — % Plante mollement 
cotonneuse, blanchâtre, à rameaux dichotomes. Tige de li-2 p. 
Feuilles elliptiques-ovales ou oblongues. Inflorescence 2-3 furquée, 
pauciflore. lâche. Fleurs grandes, pourpres, à coronule raide, épi- 
neuse. Calice oblong, coriace, à nervures inégales, à dents contour- 
nées après la floraison. — Italie. Juillet-Septembre, ►f» 

Varie à fleurs blanches, pleines et demi-pleines. 



80 DICOTYLÉDONES POLYPETALES. Sugilie. 

7. L. diurne. L. diurna. Libth. — L. sylvestris. Hopp. — Melan- 
drium sylvestre. Eohl. — % Tige diebotome, paniculée, de 1^-2 p., 
couverte de longs poils mous non glanduleux. Feuills inférieures 
obovales, spatulées ; les supérieures elliptiques, acuminées ou lan- 
céolées. Fleurs de grandeur moyenne, d'un rose pourpre, inodores, 
«'ouvrant le jour, souvent dioïques. Calice à dents pointues. Pé- 
tales 2-ndes. à lobes étroits, divergents. Capsule ovoïde-globuleuse, 
à dents fortement enroulées en dehors. — Angleterre. Juillet-Sep- 
tembre. ^ 

On rencontre encore par fois dans les jardins quelques autres Es- 
pèces, telles que L. CncU-rosa, L.Jios-Jovis, etc. Ce sont en général 
de jolies plantes de parterre. 

Sous-Genre. AGROSTEMME. Agroatemma. Br. 
(De agros, ch.amp, stemma, couronne; c'est-à-dire couronne des champ.s). 

Calice muni de nervures. Pétales sans coronule, à on- 
glet muni de bandelettes. 

8. L. nielle. L. githago. Lam. — Agrostemma githago. L. 
(^Nielle, des cJiamps. Couronne des liés) . — Corn Cockle. — ® Tiges 
de 2-3 p., dressées, dichotomes supérieurement, couvertes de longs 
poils soyeux d'un vert pâle. Feuilles soyeuses, linéaires-oblongues, 
de 3'-5'. Fleurs grandes, peu nombreuses, longuement pédonculées. 
Calice soyeux à lanières linéaires-aigiies, dépassant la corolle. Pé- 
tales d'un rouge violet, veinés, suh-échancrés. Capsule ovoïde, en- 
tourée par le calice à côte très saillantes. Graines arrondies, angu- 
leuses, d'un pourpre noir. — Europe ; mais naturalisée dans les mois- 
sons. St. Tite ! Juillet. 

Graines acres et gâtant le pain lorsqu'elles se trouvent en trop 
grande quantité parmi le Blé. 

Gen. V. SAGINE. Sag'ma, L. 

(De sagina, engrais ; plaa*c recherchée des moutons). 

Calice à 4-5 sépales unis à la base. Pétales 4-5, entiers ou 
échancrés, quelquefois 0. Etamines 4-5 ou 10, hypogynes. 
Styles 4-5. Capsule s'ouvrant presque jusqu'à la base en 4-5 
valves opposées aux sépales. — Fleurs solitaires, axillaires ou 
terminales. 

1. S. couchée. S. decvmhcns. Eli. — Pearlwort. — ® Presque 
glabre. Tiges rameuses de l'-3', coucbées-ascendantes. Feuilles 
linéaires subulées, très aigûes. Pédoncules bien plus longs que les 
feuilles. Pétales obtus, 5. Sépales 5. Etamines 10. Capsule dé- 
passant un peu le calice. — Canada-Louisiane ; introduite, dans les 
champs, etc. Mai-Juillet. 



Spargoute. xvii. caryophyllêes. 81 

2. S. noueuse. S. nodosa. T. et G. — Spergtda nodosa L. — ® 
Plante dressée, de 2'-6'. Feuilles subulées, glabres, cannées, les in- 
férieures engainantes, les supérieures portant à leur aisselle des 
bourgeons ou bulbilles capable de reproduire la plante. Pétales 5, 
deux fois plus longs que le calice. Etamines 10. — Haut-Canada- 
Mer Artique. Juillet. 

Plantes sans intérêt ni importance. 

Gen. VI. SPAEGOUTE. Sjpergula. L. 

(De spargere, répandre ; allusion à l'abondance des graines). 

Calice à 5 sépales presque libres. Pétales 5, entiers. Ma- 
mines 5-10, insérées sur un anneau périgyne, glanduleux. 
Styles 5, alternes avec les sépales. Capsule à 5 valves oppo- 
sées aux sépales. Graines globuleuses-lenticulaires, ailées, 
à funieule spongieux. — Herbes d feuilles linéaires, stipulées. 

S. des champs, S. arvensis. L. {Herbe à Bol duc. Spar goûte). 
— Corn spukry. — (Fig. 45). — ® Tige de 8'-12', cylindrique, ra- 
meuse, renflée aux nœuds, ascendante. Feuilles verticillées, munies 
de 2 petites stipules au-dessous de chaque virticille, étroites, muti- 
ques, canaliculées inférieurement. Fleurs en panicule divariquée. 
Pédicelles étalés ou réfléchis après la floraison. Pétales blancs, 
obtus, égalant ou dépassant le calice. G-raines sub-globuleuses, fine- 
ment chagrinées, à aile étroite, lisse. — Canada-Géorgie ; dans les 
champs cultivés, les moissons, etc., introduite. St. Joachim ! Mai- 
Août. 

On croit généralement que cette herbe influe favorablement sur la 
quantité du lait et la qualité du beurre, lorsqu'elle est abondante 
dans les pâturages. On la cultive en Hollande comme plante four- 
ragère ; elle est rangée en ce pays parmi les herbes nuisibles. 

Gen. VII. SPARGULAIRE. Spergularia. Pers. 

(De Spergula ; c'est-à-dire. Genre voisin des Spargoutes). 

Sépales 5. Pétales 5, entiers. Etamines 10, quelquefois 

moins, par avortement. Styles 3. Ovules fixés à une co- 

lumelle centrale. Capsule s'ouvrant jusqu'à la base en 3 

valves. Graines lenticulaires, souvent ailées-scarieuses. — 

Feuilles linéaires, stipulées. 

S. rouge. S. ruira. Pers. — Arenaria. L. — Spurrey-Sandwort. 
— ® Pubescente. Tige de 3'-lO', très rameuse, à rameaux étalés ou 
ascendants. Feuilles linéaires, planes, mucronées, à stipules ovales, 

K 



82 DICOTYLÉDONES — POLYPÊTALES. Slellaire. 

membraneuses, denticulées, embrassantes. Pédicelles courts, réflé- 
chis, poilus-glanduleux. Sépales lancéolées obtus, à bords blaucs- 
scarieux, sans nervure dorsale. Pétales rouges ou roses, quelquefois 
blancs, aussi longs que le calice. Graines comprimées-anguleuses, 
sans ailes, à rebords épais, et à dos denticulé. — Canada-Floride ; 
champs cultivés ; introduite. Mai-Novembre. 

Ces deux derniers Genres sont rangés par plusieurs Botanistes 
parmi les Illécébracées, Famille voisine des Caryophyllées. 

Gen. VIII. STELLAIRE. Stellaria. L. 

(De Stella, étoile; allusion à la forme et à la disposition des pétales). 

Sépales 5, cohérents à la base. Pétales 5, 2-fides ou 2-partits, 
quelquefois 0. Etamines 10, rarement en nombre moindre. 
Styles 3, rarement 4, filiformes. Capsule 1-loculaire, s'ou- 
vrant au-delà du milieu en 3 valves 2-fides. — Herbes gazon- 
nantes, dans les lieux humides. Fleurs en cimes divariquées. 

1. S. intermédiaire. S. média. Fursh.—Alsine média. L. (Moîi- 
ron. Mouron des oiseaux. Mouron blanc. Morsgeline^. — Chick- 
WEED. — ®-(D. Tiges de 10-12', nombreuses, étalées, diffuses ou 
radicantes, molles, portant sur l'une de leurs faces 1 ligne longitudi- 
nale de poils courts alternant d'un nœud à l'autre. Feuilles sub- 
cordées, ovales, aigiies, glabres, à pétioles ciliés. Fleurs petites, 
blanches, en cimes pauci-flores. Sépales ovales-lancéolés, pubes- 
cents. Pétales profondément 2-fîdes, ordinairement plus courts que 
le calice, rarement 0. Capsule ovoïde. — Canada-Floride ; lieux cul- 
tivés, introduite. Tout l'été, et partout. 

Emolliente. Les oiseaux sont très friands de sa graine. 

2- S. à longs pédicelles. -S. longipes. Goldie. — S. palustris. 
Richards. — S. ovalifoUa. Hook. — Micropctalon. Pers. — % Bril- 
lante et glaucescente. Tiges plus ou moins couchées, à rameaux 
ascendants. Feuilles linéaires-lancéolées, aigûes, plus larges du bas. 
Pédoncules et pédicelles en cimes, munis de bractées ovales, sca- 
rieuses à la base. Sépales à bords membraneux, obscurément 3- 
nervés, obtus ou aigus, à peine plus courts que les pétales blancs, 
2-partits. — Canada-Mer Artique. Bords du Lac Huron ! Juin-Août, 

3. S. à longues feuilles. S. longifoUa. Muhl. — S. graminea. L. 
— Stitchwoht. — '4 Tiges carrées, glabres, de 8'-12 , étalées, dif- 
fuses, radicantes inférieurement, faibles, se supportant sur d'autres 
plantes. Feuilles sessiles, étroites, ovales-lancéolées, aigiies, très- 
glabres, ordinairement ailées h, la base qui n'est pas élargie comme 
dans la précédente. Fleurs en cimes multiflores, divariquées. Pé- 
dicelles longs, réfléchis après la floraison, portant de petites bractées 
ovales-ciliées. Sépales verts 3-nervés, aussi longs que les pétales. 



Sabliiie. xvii. caryophyllées. 83 

Pétales blancs, 2-partits, plus grands que dans les précédentes. Cap- 
sule oblongue, d'un tiers plus longue que le calice. — Lac Ïïuron-Baie 
d'Hudson ; lieux humides. St. Joachinfi ! Juin-Juillet. 

4. S. boréale. S. horealis. Bigel. — S. lanceolata. Tour. — Sper- 
giilastrum lanceolatum. Michx. — -Micropetalon lanceolatuin. Pers. — 
Northern Stitchwort. — Q|. Tiges faibles, étalées, glabres, de 
6'-15'. Feuilles 1-nervées, ovales-lancéolées, aiguës. Pédoncules à 
la fin axillaires, allongés, grêles, 1-tiores. Fleurs blanches, en cime 
diflFuse. Pétales petits, aigus, 2-fides, égalant à peine le calice. Sé- 
pales lancéolés-aigus, sans nervures. Capsule dépassant le calice. — 
Canada-Mer Artique ; lieux sablonneux et humides, Isle Verte ! 
Juin-Juillet. 

Les Stellaires sont toutes des plantes nuisibles ou du moins sans 
intérêt. 

Gen. IX. SABLINE. Arenaria. L. 

(De arena, sable ; c'est-à-dire, plante croissant dans les sables). 

Sépales 5, étalés. .Pétales 5, entiers. Mamines 10, insé- 
rées sur un disque hypogyne ou périgyne. Styles 3, rare- 
ment 2-4-5. Capsule ovoïde ou cylindrique, s'ouvrant au 
sorjmet en 3 valves 2-dentées. — Fleurs terminales. 

1. S. droite. A. slricta. Michx. — Straight Sandwort. — % 
Glabre, diffuse. Tige de 8'-10', rameuse dès la base. Feuilles li- 
néaires-subulées, aigiies, sessiles, dressées, raides, 1-nervées, dépas- 
sées par les pétales. Fleurs blanches, en cime à rameaux étalés, 
pauci-flores. — Canada-Mer Artique ; lieux stériles. Mai-Juin. 

2. S. Artique. S. artka. Steven. — Q|. Gazonnante. Feuilles 
linéaires-subulées, obtuses, charnues, un peu courbées en faulx et lé- 
gèrement ciliées sur les bords. Pédoncules pubescents-glanduleux, 
l-(rarement 2-.3-) flores. Pétales deux fois plus longs que les sépales. 
Sépales 3-nervés, très obtus. — Canada-Amérique Artique ; monta- 
gnes pierreuses. Juillet-Septembre. 

3. S. latérlflore. A. lateriflora. L. — SiDE flowering Sand- 
wort. — (Fig. 42 et suivantes), — % Dressée, légèrement pubescente. 
Tiges de 6-10', presque simples. Feuilles ovales-elliptiques, arron- 
dies aux 2 extrémités, brièvement pétiolées, de ^'-1' de long. Pé- 
doncules latéraux et terminaux, se divisant en 2-3 pédicelles capil- 
laires, dont l'un porte 2 bractées vers son milieu. Fleurs blanches ; 
pétales dépassant les sépales, du double de leur longueur. — Erats- 
Unis-Baie d'Hudson ; lieux sablonneux. Juin-Juillet. 

Plantes sans importance. 



84 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES, Céraiste. 

Gen. X. CÉRAISTE. Cerastium. L. 

(De keros, corne ; allusion à la forme des capsules). 

Sépales 5, ovales, aigus. Pétales 5, 2-fides ou 2-dentés» 
Eiamines 10, quelquefois 5-4. Styles 5, opposés aux sé- 
pales. Capsule cylindrique, s'ouvrant par 10 dents dressées 
ou roulées en dehors. Gamines nombreuses, réniformes, tu- 
berculeuses. — Fleurs axîllaires et terminales. 

1. C. commun. G. vulgatum. L. — C. triviale. Link, — Mouse- 
EAR Chickwëed. — ®-®. Plante très variable. Tiges de 6'-12', or- 
dinairement pubescentes visqueuses, rameuses dès la base, à rameaux 
couchés ou ascendants. Feuilles radicales atténuées à la base, spa- 
tulées-obovales, les caulinaires ovales-oblongues, lancéolées. Fleurs 
en panicule dichotome. Bractées scarieuses. Pédoncules étalés, 
arqués. Sépales scarieux, obtus. Pétales blancs, 2-fides, ordinai- 
rement plus longs que le calice. Etamines 10, glabres, — Canada- 
Arkansas ; dans les champs cultivés. Probablement introduite. 
Tout l'été. 

2. C. visqueux. C. viscosum. L. — C. fulvum. Raf, — Sticky- 
Chickweed. — % Plante d'un vert jaunâtre, velue ou glanduleuse- 
visqueuse. Feuilles inférieures presque rosulées, oblongues, un peu 
aîgties, obovaîes ; les supérieures sessiles, ovales ou elliptiques. 
Fleurs en cime paniculée, lâche, étalée. Pédicelles plus longs que 
le calice. Sépales scarieux aux bords et au sommet. Pétales obo- 
vaîes, 2-fides, blancs, plus courts que le calice ou le dépassant à peine. 
Etamines 5 ou 10, glabres. — Canada-Louisiane; champs cultivés. 
Probablement introduite. Juin-Août. 

3. 0. des champs. C. arvense. L. — c. tenuifoUum. Pursh. — 
FiELD Chickweed. — % Plante très polymorphe. Tiges de 4'-10', 
couchées-ascendantes, pubescentes, gazonnantes, se 2-furquant au 
sommet. Feuilles linéaires-lancéolées ou oblongues-lancéolées, pu- 
bescentes, velues, ou glabrescentes. Cime étalée, pauci-flore. Brac- 
tées à bords largement scarieux. Pétales blancs, 2-3 fois plus longs 
que le calice, obcordés, 2-fides, à lobes larges, étalés, recourbés. Eta- 
mines 10. Capsule un peu plus longue que le calice. — Canada- 
Géorgie ; collines pierreuses. Isle Verte ! M ai- Août. 

4. C. à feuilles oblongues. C. oUongifoUum. Torr. — C. Penn- 
sylvanicum. Hook. — Q|. Tiges de 6'-12', couchées ou ascendantes, 
très velues, tomenteuses intérieurement et sur les nœuds. Feuilles 
de r ou plus de long, oblongues-lancéolées, très obtuses, velues, ou 
glabrescentes, excepté sur les bords. Fleurs nombreuses, en cime 
2-3-chotome. Pédoncules pubescents-vlsqueux. Pétales obovaîes, 
2-fides, 2 fois plus longs que les sépales, et plus grands que dans 
l'espèce précédente. Capsule 2 fois plus longue que le calice. — 
Canada-Pennsylvanie ; endroits pierreux. Mai-Juin. 

Les Céraistes, de même que les Stellaires et les Sablines, sont des 
plantes considérées comme nuisibles ou du moins sans importance. 






î^uérie. XVIII. parontquiées. 85 

Fam. XVIII. PARONYQUIÉES. ParonycUeœ. St.Hil. 

(Du Genre Paronychia). 

Tige herbacée ou ligneuse. 

Feuilles sessiles, entièi-es, ordinairement opposées, avec ou sans stipules. 

Fleurs ^ , petites, axillaires, sessiles ou en cime terminale, nues ou accompagnées 

de bractées scarieuses. 
Calice à 5 sépales libres ou cohérents à la base, souvent persistants, à préfloraison 

imbriquée. 

Pétales 5, insérés à la base du tube calicinal, libres, quelquefois 0. 

Etamines 5, rarement 4, périgynes. Anthères introrses, 2-loc".laires, dorsi-fixes. 

Ovaire supére, 1-loculaire, pluri-ovulé. Styles 2-5, libres ou cohérents. 

Fruit — Utricule 1-loculaire, indéhiscente, ou capsule à 3 valves loculicides. 

Plantule cylindrique, appliquée sur un des côtés, ou roulée autour d'un albumen 
farineux. 

Cette Famille que plusieurs Botanistes ont confondu avec la pré- 
cédente renferme 23 Genres et plus de 100 Espèces, presque toutes 
des régions Méditerranéennes. Ce sont en général des plantes peu 
remarquables et sans importance. Le Genre qui suit est presque 
le seul qu'on rencontre en Canada. 

Gen. QUÉRIE. Qmrla. L. 

(Dédié à Don Quer y Martinez, Botaniste Espagnol, 1760). 

Calice à 5 sépales ovales-oblongs, connivents, calleux, gon- 
flés au sommet. Pétales 0, ou très petits. Etamines 5, libres, 
rarement 2. Stigmate sub-capité. Capsule à 3 valves, ren- 
fermée par les sépales. — Herbes basses^ d branches dichotomes, 
à feuilles stipulées. 

Q. du Canada! C. Canadensîs. L. — Anychia dichotoma. Michx. 
FoRK Chickwred. — ® Tiges de 4'-10', cylindriques, tendres, pu- 
bescentes supérieurement, à branches dichotomes, filiformes, dressées. 
Feuilles lancéolées-aigûes ou obtuses ; les caulinaires opposées, celles 
des rameaux alternes. Stipules scarieuses, situées à chaque bifur- 
cation de la tige. Fleurs très petites, blanches, de la longueur des 
stipules, axillaires, solitaires, ou en grappe terminale de 3 ou plus. 

a capillacea. Torr. — Glabre et grêle. Branches capillaires. Feuilles 
ovales ou oblongues, en coin à la base. Fleurs le plus souvent dé- 
passant les stipules de leur base. 

Canada- Arkansas ; bois, pâturages, penchants des collines,, etc. 
La Variété a, se rencontre plus communément en Canada. Juin- 
Août. 



86 



DICOTYLEDONES POLYPETALES. 



Fam. XIX. PORTULACEES. Portulaceœ. L. 

(Du Genre Poriulaca). 

Herbes succulentes ou charnues, à feuilles ordinairement opposées, ex-stipulées. 

Fleurs ^ , en cime terminale, rarement solitaires. 

Calice — Sépales 2, unis à la base, rarement 3-5. 

Corolle — Pétales 5, rarement 4-6, hypogynes, libres ou soudés, à préfloraison im- 

biiquée. 
Ovaire supère, 1-loculaire Style se partageant en 3-5 branches stigmatifères. 
Fruit capsulaire à une seule loge contenant trois ou plusieurs graines. 
Plantule cylindrique, roulée sur un albumen farineux. 

Cette Famille qui comprend 13 Genres et plus de 185 Espèces, 
offre peu d'intérêt au point de vue de ses usages, à l'exception toute- 
fois de quelques Espèces qui sont alimentaires. Les plantes de cette 
Famille avec celles des Crassulacées, des Mésembryantliémées et 
des Cactées sont communément désignées par le nom de plantes 
grasses ; elles sont en général rafraîchissantes et émollientes. 




FiG. 49. Claytonie de la Virginie (Claytonia Virginica). 50. Fruit dans le 
jeune âge avec son calice persistant, 2-fide. 51. Section de la capsule pour en 
montrer la déhiscence. 52. Une graine. 53. La même coupée verticalement. 
54. La plantule séparée de la graine. 55. Fleur du Pourpier {Poriulaca), le ca- 
lice étant coupé au point où il adhère à l'ovaire, et ouvert. 56. Capsule du même 
s'ouvrant transversalement. 



Mollugine. xix. portulacées. 87 

CLEF ANALYTIQUE DES GE.NRES. 

1 Fruit, pixide s'ouvrant transversalement Pompier III. 

1 Fruit, capsule à trois valves 2 

2 Corolle à 5 pétales. Feuilles alternes Claytonie II. 

2 Corolle 0. Feuilles ordinairement verticillées . . , Mollugine I. 

Gen. I. MOLLUGINE. MuUugo. Ser. 

(Allusion à la ressemblance de la plante, par ses feuilles verticillées, au Galium 
Mollugo). 

Calice 5-partit, persistant, coloré intérieurement. Corolle 0. 
Etamines 5, quelquefois 3-6-7-10, hypogjnes, ou sub-péri- 
^yues. Stigmates 3. Capsule à 3 valves. Graines réni- 
formes. — Herbes à feuilles verticillées. Fleurs solitaires, gémi- 
nées ou en ombelle. 

M. verticillée. M. verticUlnta. L. — Oarpet-weed. — ® Tiges 
grêles, déprimées, reposant sur le sol. Feuilles en coin, aiguës, gé- 
néralement en verticilles de 5 à chaque nœud, inégales; Pédoncules 
1-flores formant une ombelle simple, sessile. Fleurs petites, blan- 
ches. Etamines le plus souvent 3. Graines lisses, à 3 stries dor- 
sales. — Canada-Louisiane; lieux secs et stériles. Juillet-Septembre 

Torrey et Gray et plusieurs autres Botanistes ont classé ce Genre' 
parmi les Caryophyllées. 

Gen. II. CLAYTONIE. Claytonia. L. 

(Dédié à J. Clayton, voyageur-botaniste Anglais, 1739). 

Sépales 2, libres ou presque libres, entiers, ovales. Pé- 
tales 5, égaux, hypogyues, très fugaces, se fondant en gelée. 
Etamines 5, insérées au bas des onglets. Stigmates 3. Cap- 
sule à 3 valves 2-3-séminée. — Herbe glabre, un peu charnue, à 
feuilles entières. Fleurs solitaires ou en cime. 

0. de la Virginie. C. Virginica. L. — C. grandifiora Sweet. — 
Spring Beautv. — (Fig. 49 et suivantes). — % Racines consistant 
en un tubercule brun, comprimé, féculent, de la grosseur d'une noi- 
sette. Tige de 3'-4', portant 2 feuilles opposées, ovales-lancéolées, 
atténuées en pétiole vers leur milieu. Fleurs blanches, légèrement 
lavées de rose et délicatement veinées de pourpre, en grappe termi- 
nale. Sépales et pétales obtus. — Canada-Virginie ; bois et collines 
pierreuses. Tring ! Avril-Mai. 

Jolie petite plante, se montrant une des premières au printemps 
dans nos taillis. — Semis. 



88 DICOTYLÉDONES POLYPÉTALES. Pourpicr. 

Gen. m. POURPIER. Portulaca. T. 

(J)e portula, petite poi'te ; allusion à la forme de la capsule s'ouvrant en 2 valves). 

Calice soudé inférieuremeut avec l'ovaire, 2-partit, à limbe 
caduc. Pétales 5, rarement 4-6, égaux, insérés au sommet 
du tube calicinal, libres ou presque libres. Eiamines 8-20. 
Stjjle à 3-6 divisions. Capsule s'ouvrant circulairement en 
travers. — Herbes charnues, d feuilles entières. Fleurs axiUaires, 
solitaîree. Pétales fugaces. (Fig. bb et suivantes). 

1. P. potager. P. ohracea. L, — Purslane. — ® Herbe couchée, 
charnue, d'un vert rougeâtre, très commune dans les jardins. Tiges 
rampantes, succulentes, très rameuses, glabres. Feuilles obovales en 
coin. Fleurs jaunes, sessiles, situées entre les 2-furcations des ra- 
meaux. Pétales s'ouvrant le matin et se fermant vers midi. Eta- 
mines 12-15. Graines réniformes ou orbiculaires, noires, scabres. — 
Canada ; partout dans les terrains cultivés riches. Introduite. Juin- 
Août. 

Rafraîchissante, anti-scorbutique, employée quelquefois en salade. 

2. P. à grandes fleurs. P. grandijlora. Lindl. — ® Tiges cou- 
chées, divergentes. Feuilles subulées. Fleurs terminales, grandes. 
Pétales d'un violet purpurin, marqués à leur base d'une tache trian- 
gulaire blanche. — Amérique Méridionale. Juin-Juillet. ^ 

a filosa. Munie de touffes laineuses à l'aisselle des feuilles. Varie 
en couleurs. 

Demande une exposition entière au soleil pour l'épanouissement 
de ses belles fleurs. — Semis ; se remème d'elle-même. 



Fam. XX. LINEES. Lineœ D. C. 

(Du Genre Linum). 

Tige herbacée, quelquefois sous-ligneuse à la base. 

Feuilles alternes ou opposées, sans stipules, entières, sessiles, linéaires, sans ner- 
vures. 

Fleurs § , régulières et symétriques, terminales ou axillaires, en cime ou en 
grappe. 

Calice à 5-4 sépales libres ou souciés à la base, à préfloraison imbriquée. 

Corolle à 5-4 pétales libres, alternes avec les sépales, hypogynes, caducs, à pré- 
floraison contournée. 



lin. XX. LiNÉEs. 89 

Etamines 5, hypogynes, lég-érement monadelphes, quelquefois 10, dont 5 stériles, 

glanduleuses à leur base. Anthères dorsi.fixes. 
Ovaire à 5-3-4 loges 2-ovulées. Styles 5-3-4, libres. Stigmate en tète. 
Fruit — Capsule pluri-loculaire, à déhiscence septicide. 
Graines à testa coriace, à endoplèvre mucilagineux. 
Plantule droite, exalbuminée, à radicule supére. 

Cette Famille qui ne comprend que 3 Genres et 90 Espèces, n'est 
représentée en Canada que par le seul Genre Lin dont tout le monde 
connaît les usages et les propriétés. 

Gen. lin. Linum. L. 

(De linon, fil ; allusion à la ténacité des fibres de l'écorce). 

Sépales 5. Pétales 5. Etamines fertiles 5. Styles 5, rare- 
ment 3. Capsule à 5-3 loges, divisées chacune en 2 logettes 
par une cloison incomplète. — Fleurs bleues ou purpurines. 

1. L. de Virginie. L. Virginianum. L. — WiLD Flax. — © Tige 
de 2 p., grêle, feuillée, ronde, glabre, rameuse supérieurement. 
Feuilles à une nervure distincte, linéaires-lancéolées ; les radicales 
oblongues, les supérieures aigties. Fleurs jaunes, brièvement pédi- 
cellées en grappes sur les rameaux, formant une panicule corymbi- 
forme terminale. Sépales 1-uervés, ovales, mucronés. Capsule dé- 
primée, à peine plus longue que le calice. — Canada-Floride ; mon- 
tagnes. St. Henri de Mascouche ! Juillet. 

2. L, vivace. L. jjerenne. L. — Perennial Flax. — % Plante 
glabre. Tiges nombreuses, dressées ou ascendantes. Feuilles li- 
néaires-aigûes, étalées. Fleurs supra-axillaires et terminales, en co- 
rymbes. Sépales ovales, à 5 nervures à la base, à bords membra- 
neux. Pétales bleus, entiers, 3-4 fois plus grands que les sépales. — 
Canada-Arkansas ; bois, collines. 

Cultivé souvent comme plante ornamentale dans les jardins. 

3. L. à grandes fleurs. L. grandijiorum. Desf. — % Tiges ra- 
meuses dès la base. Feuilles linéaires-lancéolées, aiguës, presque 
sessiles. Fleurs en panicule lâche. Sépales lancéolés-aigus, dentés- 
ciliés, dépassant à peine la capsule. Pétales grands, rouges ou d'un 
rose violacé. — Algérie. Juillet. >^ 

4. L. commun, h. usitatissimum. L. — Common Flax. — ® Tige 
dressée, de 1-2 p. Feuilles planes, linéaires-aigûes, à bords lisses. 
Fleurs assez grandes, en corymbes. Sépales ovales-aigus, 3-nervés 
à la base, à bords membraneux. Pétales bleus, 3 fois plus longs 
que le calice, arrondis et crénelés au sommet. Anthères sagittées. 
Stigmate en massue. — Europe Australe. Juillet. $ 

Tout le monde connaît la valeur des fibres du Lin pour la fabrica- 
tion des toiles. On croit que ce sont les Egyptiens qui les premiers 
coDçureat l'idée de faire des étoffes 'avec les fibres de cette plante. 



90 



DICOTYLEDONES^ — POLYPETALES, 



La Grèce emprunta à l'Egypte ses procédés de culture et de tissage, 
et ce ne fut que plus tard que l'Italie en eut connaissance. On se 
sert de la graine de Lin broyée pour faire des cataplasmes ; entière, 
prise en décoction, elle est adoucissante. L'huile de Lin ne peut 
servir pour l'éclairage, mais elle est très employée dans les arts et 
l'industrie, comme dans la composition de l'encre d'imprimerie, des 
peintures, des vernis, etc. En médecine, elle est relâchante, on l'em- 
ploie aussi contre le crachement de sang. — Le Lin redoute une hu- 
midité stagnante. 



Fam. XXI. MALVACEES. Mahaceœ, J. 



(Du Genre Malva), 

Herbes, arbrisseaux ou arbres à duvet ordinairement étoile, à suc tnucilagineux. 
Feuilles alternes, simples, palmi-nervées, 2-stipulées. 
Fleurs ^ , régulières, axillaires, brillantes, solitaires ou en grappe^ 
Calice souvent caliculé, généralement à 5 sépales plus ou moins unis à la base. 
Corolle — 5 sépales hypogynes à onglets cohérents entre eux, à préfloraison tordue. 
Etamines 00, cohérentes en un tube cylindrique. Anthères l-2-loculaire8. 
Ovaires nombreux, rangés en un ou plusieurs rangs autour d'un prolongement d© 
l'axe floral. 

fruit — Capsule ou baie ; carpelles 1-pluri-séminés, libres ou cohérents. 
Graines réniformes, quelquefois poilues. Plantule courbe. 

Genres 37 et plus de 1000 Espèces, remarquables par l'uniformité 
qu'elles présentent dans leurs propriétés médicales, adoucissantes et 
émoUientes ; plusieurs sont abondamment répandues dans nos jar- 
dins en raison surtout de la beauté de leurs fleurs. 




FiG. 57. Guimauve officinale (Althœa officinalis). 58. Une anthère réniforme, 
Moculaire, grossie. 59. Les pistils grossis. 60. Capsule de la Ketmie des 
marais (Hibiscus moscheutos^ avec son calice persistant et SOU ittvolucre. 61= 
L& mtlmQ laisdaut vcAr tfa débiscence locuUcide. 



XXI. MALVACÊES. 91 

CLEF ANAIYTKIUE DES GENRES, 

1 Calice muni d'un învolucelle ou d'un calicule 2 

1 Calice nu, sans involacelle f Ida VII. 

2 Carpelles agglomérés sur un réceptacle sub-globuleux . Malope I. 

2 Carpelles verticillés autour de l'axe floral. 3 

3 Carpelles 5-3 4 

3 Carpelles plus de 5 ,<,... . . • . 6 

4 Involucelle à 3 folioles oblongues .............. 6 

4 Involucelle à 3-1 5 folioles cordées, plus ou moins libres . Guimauve IV. 

5 Folioles de l'involucelle soudées ensemble Lavatère III. 

5 Folioles libres ou presque libres Mauve H. 

6 Fruit capsulaire. Graines à duvet épais . . • <, Cotonnier VI. 

6 Fruit capsulaire. Graines sans duvet Ketznie V. 



Gen. I. MALOPE. Malope. L. 

(De tnalos, nom grec de la Mauve, à laquelle ressemble la plante). 

Calice 5-fide. Involucelle à 3 folioles cordées. Pétales ob- 
ovales-oblongs, un peu tronqués. Ovaires nombreux, l-ovulés, 
réunis en tête sur un réceptacle sub-globuleux. Carpelles 
indéhiscents. — Herbes à pédoncules longs, solitaires, axillaireSy 

l-flores, 

M. à grandes fleurs. M. grandijlora. Cav. ( Variété âe V Espèce 
trifida). — ® Tige de 2 3 p., dressée, rameuse. Feuilles ovales, 
3-fides, à 3 nervures principales, dentées, glabres. Stipules linéaires- 
îancéulées, grandes. Fleurs violettes, solitaires, axillaires, longue- 
ment pédonculées. Style terminal, multi-fide au sommet. Folioles 
de l'involucelle ciliées. — Mauritanie. Juillet. ^ 

Jolie plante d'ornement ; en bouquets dans des pots remplis d'eau, 
ses boulons poursuivent leur floraison. — Semis en place ou sur couche 
au printemps. 

Gen. II. MAUVE. Malva. L. 

(Altération du grec malakos, mou ; c'est-à-dire, plante émolliente). 

Calice 5-fi.de. Involucelle à 3 folioles naissant ordinaire- 
ment sur le calice. Tube staminal court. Carpelles 00, l-lo- 
culaires, 1-séminés, indéhiscents, rangés circulairement au- 
tour de l'axe floral. — Tiges herbacées ou ligneuses. Fleurs en 
grappe, en épi ou en glomêrules. 

1. M. à feuilles rondes. M. rotundifoKa. L. {Petite Mauve. 
Fromageon). — Lov^r IVJ allqw. — % Racine fusiforme. Tiges cou 



92 DICOTYLÉDONES — POLTPÉTALES. LavalCrC. 

cbées, nombreuses, de 12-18'. Feuilles cordées-orbiculaires, à 5 
lobes très obtus, à pétioles longs et poilus. Fleurs axillaires, fasci- 
culées, pédîcellées. Pédicelles fructifères réfléchis, pubescents. 
Corolle plus grande du double que le calice, à pétales blancs, veinés de 
rose, profondément déchiquetés. Fruit déprimé-globuleux, composé 
de nombreux carpelles rangés circulairement autour de l'axe floral. — 
Canada-Floride ; bords des chemins ; commune. Introduite d'Eu- 
rope, Charlesbourg ! Juin-Octobre. 

2. M, sauvage. M. sylvestris. L. (Mauve. Grande Maure'). — 
ïïiGH Mallow. — % Tige dressée, étalée, de 2-3 p. Feuilles à 5-7 
lobes sub-aigus, dentés. Fleurs axillaires, fasciculées, pédicellées. 
Pédicelles dressés, poilus de même que les pétioles. Pétales 3 fois 
plus longs que le calice, en coin, très échancrés, roses-violets, variés. 
— Angleterre. Juillet-Août. >^ 

3. Bî. de Mauritanie. M. Mauritana. L. — M. ohtusa. Mœnch. — 
Three-leaved Mallow. — © Tige dressée, glabre, de 4-6 p. Feuil- 
les à 5 lobes obtus. Pédicelles et pétioles glabres ou cotonneux supé- 
rieurement. Fleurs axillaires, fasciculées. Corolles grandes, blan- 
ches, striées de lignes pourpres ou violettes. — Europe australe. 
Juillet. *ii 

4. M. musquée. M. moschata. L. — Musk Mallow. — % Tiges 
de 2 p., dressées, rameuses. Feuilles inférieures réniformes, incisées, 
les caulinaires multipartites, à lanières linéaires. Pédicelles et ca- 
lice hérissés de poils simples. Fleurs grandes, solitaires, axillaires, 
roses ou blanches, sentant fortement le musc. Carpelles velus, non 
réticulés. — Angleterre. Juillet. Hh 

5. M. crépue. M. crispa. L. — Curled ou crisped-leaved Mal- 
low.—® Tige de 5-6 p., droite, simple, dressée. Feuilles profondé- 
ment cordées, comme peltées, à 7 lobes ondulés, crépus, glabr*is. 
Fleurs axillaires, blanches, sessiles, peu apparentes. Croit souvent 
spontanément dans le voisinage des jardins. — Syrie. Juin-Août. 

A part l'Espèce 4, les Mauves sont rarement cultivées comme or- 
nement. Dans certains endroits, et en Chine surtout, on mange les 
jeunes pousses des Mauves à la manière des Epinards. Feuilles et 
fleurs énioUientes et adoucissantes. — Semis, et division des touffes 
pour les Espèces vivaces. 

Gen. III. LAVATÈRE. Lavatera. L. 

(Dédié aux frères Lavater, médecins de Zurich, naturalistes). 

Involucre à 3-6-9 divisions cohérentes. Calice 5-ficle. Ovaires 
00, l-ovulés, verticillés autour de l'axe floral allongé en cône 
ou dilaté en disque. Carpelles indéhiscents, se séparant de 
l'axe à la maturité. — Plantes herbacées ou ligneuses. 



Guimauve. xxi. malvacées. 93 

1. L. à grandes fleurs. L. trimesiris. L. — Stegia Lavatera. D. C. 
{Mauve fleime). — Gay Mallow. — ® Plante de 2-3 p., glabre ou 
presque glabre. Tige rameuse. Feuilles vertes, les inférieures ré- 
niformes, crénelées, les supérieures 3-lobées. Pédoncules axiilaires, 
étalés-dressés. Involucre pins court que le calice, accrescent, à lobes 
larges, triangulaires, aigus. Calice à divisions lancéolées-aigûes, ap- 
pliquées. Pétales roses, veinés ou blancs, larges, en coin, 4-5 fois 
plus longs que le calice. Carpelles glabres, noircissant à la maturité, 
très rugueux. Axe floral élargi en disque épais, concave, recouvrant 
et débordant les carpelles. — Midi de l'Europe. Juillet-Septembre. ^^ 

Semis en place au printemps. 

2. L. à feuilles d'érable. L. acerifolia. Cav. — % Arbrisseau de 
3-4 p. Tige dressée, rameuse. Feuilles glabres, à 5 lobes aigus, 
dentées, ressemblant beaucoup à celles de l'Erable à sucre. Fleurs 
axiilaires, solitaires, roses. — Ténériiïe. *i* 

Plante de serre ou d'appartement, ne pouvant résister à nos hivers 
en pleine terre. 

Gen. IV. GUIMAUVE. Althœa. Cav. 

(De althein, guérir : allusion aux propriétés émollientes de la plante). 

Involucre naissant du }3édoncnle, 6-9-fide. Pétales 4, échan- 
crés. Tube staminal à base dilatée, recouvrant les ovaires 
rétréci plus haut en colonne. Ovaires 1-ovulés, verticillés 
autour de l'axe floral et s'en séparant à la maturité. Stig- 
mates nombreux, sétacés. Carpelles indéhiscents. — Herbes 
cotonneuses. Pédoncules axiilaires, solitaires, en grappes ou en 
corymbes. 

1. G. officinale. A. officinal is. L. {Althœa. Guimauve). — Marsh 
MALLOv^^— (Fig. 57, 58 et 59).— Qj. Plante de 2-3 p., veloutée. Tige 
presque simple. Feuilles blanches, cotonneuses, ovales, dentées peu 
profondément, lobées, les inférieures cordées. Pédoncules axiilaires, 
plus courts que la feuille. Involucre à lanières étroites, appliquées, 
plus court que le calice. Pétales 2 fois plus longs que le calice, en 
coin, échancrés, d'un blanc rosé. Carpelles velus, un peu ridés. — 
Europe. Juillet. $ 

Feuilles, fleurs et racines émollientes. Naturalisée sur les bords 
des marais salés aux Etats-Unis. — Semis et division des toufi'es. 

2. G. Passerose. A. rosea. Cav. — Alcca. L. {Pa^serose. Rose 
Trémière). — Hollyhock. — ® ou Q|.. Tige de 5-6 p., dressée, poilue. 
Feuilles rugueuses, à 5-7 lobes, crénelées, cordées à la base. Fleurs 
presque sessiles, rapprochées en épi très long. Corolle très grande, 
de toutes les nuances entre le blanc et le pourpre presque noir, sim- 
ple ou pleine. Pétales souvent dentelés ou déchiquetés. Carpelles 
velus, à dos marqué de 2 bords ailés. -Svrie. Juillet-Octobre. *i* 



94 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Ketmie. 

Emolliente. — Semis en place au printemps ou mieux aussitôt, après 
la maturité des graines pour avoir des fleurs le printemps suivant. 
Très belle plante d'ornement, quoique à tige et feuilles un peu gros- 
sières. 

Gen. V. KETMIE. Hibiscus. L. 

(De ibiskos, nom donué à la Guimauve par les Grecs). 

Calice 5-fide ou 5-denté. Involucre à 5 folioles ou plus. 
Pétales obovales. Ovaire à 6 loges pluri-ovulées. Stigmates 
5, eu petites têtes. Capsule à 5 valves loculicides. — Tiges 
herbacées ou ligneuses. 

1. K. des marais. H. mo&cheutos. L. — H. palustris. Pursh. — 
Marsh Hibiscus. — (Fig. 60 et 61) — % Tige herbacée ou ligneuse 
de 4-6 p., dressée, cylindrique, duveteuse. Feuilles ovales-acuminées, 
dentées, blanchâtres en dessous, souvent avec 2 lobes latéraux. Pé- 
doncules longs, axillaires, libres ou soudes en partie avec le pétiole. 
Fleurs blanches à Lnd purpurin. — Haut-Canada- Virginie ; lieux ma- 
récageux près des eaux salées. Août. 

2. K. vésiculeuse. H. triomim. L. — H. Africanus. Roth. — Flow^er 
OF AN HOUR. — ® Tige de 1-2 p., rameuse. Feuilles dentées, les in- 
férieures presque indivises, les supérieures 3-partites, à lobes lan- 
céolés, l'intermédiaire très long. Involucre polyphylle. Calice vé- 
siculeux, enflé, membraneux. Fleurs jaunes, à fond noir-pourpre, 
d'une très courte durée. — Italie. Juillet. ^J^ 

3. K. élégante. H. specinsus. Ait. — H. coccineus. Walt. — Scarlet 
Hibiscus. — % Tige herbacée, glabre, de 5 9 p. Feuilles glabres, à 
5 lobes lancéolés, acuminés, dentelés au sommet. Fleurs écarlates, 
ouvertes. Pédoncules articulés au sommet. Capsule ovale, glabre, 
à 5 angles. — Caroline. Juillet-Octobre. 4* 

4. K. de Syrie. H. Syriacits. L. [Guimauve en arhrè). — Svrian 
Hibiscus. — Bel arbrisseau de 5-10 p. Feuilles ovales en coin, à 3 
lobes dentelés. Pédicelles à peine plus longs que le pétiole. Invo- 
lucre à 6-8 folioles. Calice ne se déchirant pas en long. Corolle ou- 
verte, purpurine, blanche, panachée, etc., souvent pleine. — Orient. ^ 

La plupart des Ketmies sont de belles plantes d'ornement. — Semis 
en place au printemps. 

Gen. VI. COTONNIER. Gossijpium. L. 

(De goz, mot arabe signifiant une matière soyeuse). 

Calice entier ou 5-dent6, en cupule, caliculé par 3 folioles 
larges, cordées, cohérentes à la base, dentées-incisées. Pé- 



Sida. XXI. MALYACÉES. 95 

iales obovales, inéquilatéraux. Tube stamiual à base dilatée 
eu voûte recouvrant l'ovaire. Capsule coriace à 3-5 valves lo- 
culicides, septifères. Graines anguleuses, à testa spongieux, 
couvertes d'une laine épaisse (coton). — Herbes ou sous-arbris- 
seaux. Pédoncules solitaires, 1-Jîores. 

0. herbacé. G.herlaceum. L.— Common Cotton Plant. — ® 
Tige lisse de 4-5 p. Feuilles à 5 lobes arrondis, mucronés, mûries 
inférieurement d'une glande sur la nervure médiane. Involucre den- 
telé. Pétales jaunes à onglet taché de pourpre. Graine huileuse, 
à laine {coton) blanche, textile. — Indes Orientales. $ 

C'est avec le duvet qui enveloppe les graines dans le fruit que l'on 
fabrique ces étoffes de coton si utiles et si utilisées de nos jours. De 
Candolle énumère douze Espèces de Cotonniers, mais celle décrite ci- 
dessus est presque la seule cultivée aux Etats-Unis. Elle est presque 
naturalisée en plusieurs endroits dans la Floride. Quoique plante 
annuelle elle ne pourrait, vu la courte durée de nos étés et la chaleur 
qu'elle exige, être cultivée avec profit en Canada. C'est aussi une 
jolie plante d'ornement. — Semis sur couches en Avril. 

Gen. vil sida. Sida. Cav. 

(Nom donné par Théophraste à une Espèce de Guimauve). 

Calice ordinairement en godet, 5-denté. Involucre 0. Pé- 
tales obovales. Tube staminal à base recouvrant l'ovaire, 
divisé au sommet en filets nombreux, filiformes. Styles au- 
tant que de loges. Capsule à coques ne se séparant pas, 
s'ouvrant au sommet du bord interne. — lige herbacée ou li- 
gneuse. 

S. peint. S. picta. Hook. — Ahutilon striatum. Dicks. — % Ar- 
brisseau glabre, de 4-5 p. Feuilles lisses, cordiformes, à 3-5 lobes 
inégaux, acuminés, dentés. Pédicelles plus longs que le pétiole, 
grêles. Fleurs jaunes, veinées de nervures rameuses purpurines, 
axillaires, solitaires. Tube staminal plus long que la corolle qui est 
peu ouverte. — Uraguay. ^ 

Plante de serre ou d'appartement, assez souvent cultivée en raison 
surtout de la ressemblance de ses feuilles avec celles de notre arbre 
national l'Erable à sucre. — Reprend facilement de bouture. 



96 



DICOTYLÉDONES POLYPÊTALES. 



Fam. XXII. TILIACEES. Tiliaceœ, J. 

(Du Genre Tilia). 

Tige ligneuse, rarement herbacée. 

Feuilles simples, alternes, à stipules caduques, dentées. 

Fleurs ordinaii'ement ^ , en corymbes axillaires, pauci-flores. 

Calice à 4-5 sépales, libres ou cohérents, à préfloraison valvaire. 

Corolle à 4-5 pétales libres, hypogynes, onguiculés, munis de glandes à leur 
base. 

Etamines 00, libres, hypogynes. Anthères didymes, extrorses, 2-loculaires. 

Ocaire sessile ou stipité, à 2-10 loges plu.s ou moins cohérentes. Style simple. 

Fruit sec ou charnu, polysperme. Graines ascendantes. 

Plantulc à cotylédons foliacés, palmi-lobés, au milieu d'un albumen charnu. 

Genres 38, Espèces 360, appartenant particulièrement aux régions 
tropicales. Le seul Genre Tilleul appartient au Canada. 




FiG. 62. Eameau fleuri du Tilleul d'Amérique (Tilia Americana) ; pédoncule 
soudé dans sa moitié inférieiue avec une grande bractée membraneuse. 63. 
Faisceau d'étamines adhérent à une écaille pétaloïdc. 64. Le pistil. 65. Sec- 
tion du fruit (nucule) devenu ]-loculaire par la disparition dos cloisons, 1-séminé. 
66. Section verticale d'une graine grossie montrant la plantule avec ses cotylé- 
dons foliacés, palmi-lobés, au milieu d'uu albumen charnu. 67. Diagramme de 
la fleur. 



Tilleul. XXII. TILIACÉES. 9? 

Gen. tilleul. Tilia. L. 

(Etimologie înconnue). 

Calice à 5 sépales lancéolés, colorés. Pétales 5, sub-spatulés, 
crénelés au sommet. Etamines 00, irrégulières, polyadelphes 
ou libres. Anthères didymes. Ovaire supère, à 5 loges 2- 
ovulés. Stigmate à 5 dents. Nucuie papyracée ou ligueuse, 
à 5 côtes, devenant 1-loculaire. Graines ascendantes. — 
Arbres à feuilles alternes^ cordées, lyêtiolêes, souvent obliques ou 
plus ou moins tronquées à la base. Fleurs en corpnbe, à pédon- 
cule commun soudé dans sa moitié inférieure avec une grande 
bradée membraneuse, jaunâtre, réticulée. (Fig. 62 et sui- 
vantes). 

1. T. d'Amérique. T. Americana. L. — T. Canadensis. Mîchx. 
{Bois hlanc). — LiNDEN. Lime-Tree. Bass-wood. — % Arbre de 
60 80 p., à tronc sans ramification dans la moitié de sa longueur et 
de 2-3 p. de diamètre. Feuilles surtout celles des jeunes pousses 
très grandes, diffuses, cordées, brusquement acuminées, finement 
dentelées, glabres, coriaces, obliques à la base. Bractée jaunâtre, 
linéaire-oblongue. Pétales jaunes-blanchâtres, tronqués ou obtus au 
sommet, plus grands que les écailles de leur base. Fruit ligneux, 
verdâtre, puis noir, globuleux, de la grosseur d'un Pois. — Baie d'Hud- 
son-Géorgie. Tring ! Chateauguay ! Juin. 

Le bois du Tilleul est très mou, léger et recherché surtout pour 
les panneaux de voitures et les ouvrages de sculpture. Son écorce 
interne est très forte ; on en fabrique souvent des cordes, des lignes, 
etc. On dit que le miel que les abeilles butinent sur les fleurs du 
Tilleul est toujours d'une qualité supérieure. — Fleurs diaphorétiques 
en infusion. 

2. T. pubescent. T. pubescens. Ait. — Feuilles presque glabres 
supérieurement, pubescentes en dessous, à dents légèrement mucro« 
nées. Pétales crénelés au sommet. Style poilu à la base et dépas- 
sant les pétales. Fruit globuleux, lisse. — Canada-Floride. 

D'après M. Sheppard cette dernière Espèce se trouverait aussi 
dans les environs de Québec ; nous ne l'avons jamais rencontrée. 

M 



98 DICOTYI^ÊDONES— -POLYFETALES. CaiBClIia, 

Fam. XXIII. CAMELLIACÉES. CamelUaceœ. lu, 

(Du Genre CamcUia). 

Arbres on arlrisscavx. 

Feuilles simples, alternes, coriaces, persistantes, à pétiole articulé avec le rameaa. 

Fleurs ordinairement ^ , régfulières, axillaires ou terminales, solitaires ou ag- 

grégées. 
Calice à 3-7 sépales, libres ou cohérents, coriaces, caducs, imbriqués. 
Corolle à 5-6-9 pétales hypogynes, ordinairement libres. 

Etamines 00, hypogynes, à filets libres ou réunis en séries. Anthères introrses. 
2-lociilaires. 

Ovaire supère, 2-3-5-loculaire. Stigmates 3-7, cohéients ou distincts. 

Fruit charnu ou capsulaire, à valves loculicides. 

Parmi les 33 Genres de cette Famille, 4 seulement sont natifs de 
TAmérique du Nord et adciin du Canada. Ce sont presque toutes 
des plantes remarquables par la beauté de leurs fleurs et de pati 
d'importance sous les autres rapports, à l'exception toutefois du Tbé 
dont toul le monde connaît l'usage et les propriétés. 



CLEF A]\IALYTiaUE DES GENRES. 

Feuilles très coriaces. Calice tombant. Pétales libres. . . . Camellia I- 
Feuilles mollement coriaces. Calice persistant. Pétales cohérents 

à la base • Thé IL 



Gen. I. CAMELLIA. Camellia. L. 

(Dédié à G. Camellus, Jésuite Moravien, Botaniste du xvil siècle). 

Calice à 5-9 sépales imbriqués, les intérieurs plus grands, 
tombants. Pétales 5-7, hypogynes, imbriqués, les intérieurs 
plus grands. Etamines nombreuses, pluri-sériées, plus ou 
moins cobérentes à leur base. Anthères oblougues, à con- 
nectif épais. Ovaire à 3-5 loges 4-5-ovulées. Style 3-5-fide. 
Capsule à 3 valves. — Arbrisseau toujours vert, à bourgeons volu- 
mineux 'protégés par des écailles distiques, imbriquées. Feuilles 
alternes, coriaces, luisantes. 

0. du Japon. C. Japonica. L. — Japan Rose. — % Bel arbris- 
seau de 3-4 p., à feuilles ohlongues, coriaces, glabres, dentelées, lui- 
saotes sur les deux faces, brièvement pétiolées. Fleurs terminales 



The. XXIII. CAMELLIACÉES. 99 

et axillaires, variant du blanc au rouge, ressemblant assez à une Rose, 
mais dépourvues d'odeur. Pétales obovales, de contexture ferme. 
Etamines environ 50, mais se changeant en pétales par la culture. 
Stigmate inégalement 5-fide. — Orient. >i< 

Fleurs pleines par la culture ; on n'en compte pas moins de 300 
Variétés. Ce sont toutes des plantes de serre ou d'appartement, et 
dune culture diflBcile, ne réussissant guère que dans une bonne terre 
de bruyère. — Boutures, marcottes ou greffes. 

Gen. II. THÉ. Thea. L, 

(De Tcha, nom chinois de la plante). 

Calice persistant, à 5 sépales imbriqués, les extérieurs plus 
petits. Pétales 6-9, hypogynes, imbriqués, les extérieurs 
plus petits, tous cohérents par leur base. Etamines nom- 
breuses, pluri-sériées, adhérentes au bas des pétales. Ovaire 
à 8 loges 4-ovulée3. Capsule à 2-3 valves. — Arbrisseaux d 
ftuilles alternes, pêiiolêes, 7nollement coriaces, 'persistantes. 

1. T. de la Chine. T. Chinensis. Sims. — Arbrisseau de 8-12 p. à 
l'état sauvage, mais dépassant rarement 3 p. dans la culture. Feuilles 
ovales, dentelées, longues. Fleurs nombreuses, axillaires, solitaires. 
Fruits verts, penchés. — Chine. 

a viridis. T. vert. Plus haut que le précédent. Feuilles trois 
fois plus longues que larges, planes, ovales-elliptiques. 

2. T. bou. T. Bohca. L. — T. Cantoniensis. Lour. — Feuilles 
elliptiques-oblongues, deux fois plus longues que larges, un peu ru- 
gueuses. 

Il n'y a pas encore un siècle que le Thé a été importé en Europe, 
et aujourd hui on peut dire que son usage est général parmi au moins 
les trois quarts des habitants de l'Europe, de l'Asie et de l'Amérique. 
Comme il a pour vertu d'augmenter la chaleur animale, son usage 
est beaucoup plus répandu parmi les peuples du Nord que dans les 
climats chauds. L'infusion des feuilles de Thé est digestive, exci- 
tante, sudorifique et antispasmodique. — Ne peut se cultiver en Ca- 
nada que dans les serres. Mêmes soins que pour le Camellia avec 
lequel du reste il a beaucoup de ressemblance, et sur lequel aussi il 
se greffe facilement. 



100 DICOTYLÉDONES — POLYPÊTALES. Citroniiîer. 

Fam. XXIV. AURANTIACÉES. Aurantiaceœ. Correa. 

CNom dérivé de aurum, or ; allusion à la couleur dorée des fruits). 

Arbres ou arbrisseaux glabies, quelquefois épineux, munis de vésicules d'huil» 
volatile à odeur suave. 

Feuilles alternes, articulées avec le pétiole souvent dilaté. 

Fleurs ^ , terminales, solitaires ou en grappes régulières, odorantes. 

Calice urcéolé, 3-5-fide, persistant. 

Corolle — Pétales 5-8, larges, libres, hypogynes, à préfloraison imbriquée. 

Etamines 00, polyadelphes, à filets aplatis, libres au sommet. Anthères introrses 

2-loculaires, dorsifixes. 
Ovaire multi-loculaire. Ovules 4-8 dans chaque loge, anatropes. 
Fruit charnu, indéhiscent, à pulpe plus ou moins acide, à épicarpe glanduleux. 
Graines à testa membraneux, pendantes à l'angle intenie de chaque carpelle 

Albumen 0. 

Genres 20, Espèces 95, natives des régions tropicales, particuliè- 
rement de l'Asie, et cultivées dans presque tous les pays civilisés 
tant pour le parfum de leurs fleurs que pour la beauté et la saveur de 
leurs fruits. 

Gen. citronnier. Citrus. L. 

(De Kitron, nom grec du Citron). 

Arbres et arbrisseaux des tropiques à feuilles persistantes, 
à fleurs odoriférantes, et à fruits aromatiques et délicieux au 
goût ; du reste mêmes caractères que ceux de la Famille. 

1. C. Limonier. C. Limonum. Risso. — Lemon-tree. — Arbro de 
12-15 p., à, jeunes rameaux violacés. Pétioles sub-ailés. articulés 
avec le limbe, ce qui donne à la feuille Tapparence d'une foliole im- 
paire d'une feuille composée. Feuilles oblongues, aigiies, dentées. 
Fleurs souvent (^. Pétales purpurins extérieurement. Etamines 
35. Fruit {Citron, Limon) ovoïde-oblong, à écorce adhérente, très 
ferme, à pulpe très acide, employée pour le Sirop de Limons. — Asie 

Hh et ^• 

On dit que les anciens détestaient Vodeur du Citron et qu'on ne 
commença à le manger à Rome que du temps d'Apicius. 

2. C. Limettier. C. Limetla. Risso. — Lime-tree. — Arbre de 
7-8 p., à tronc tortueux, à branches diffuses et épineuses. Pétioles 
non ailés. Feuilles ovales-arrondies, dentelées. Corolle blanche des 
deux côtés. Etamines 30. Fruit {Limon doux, Bergamotte, Li- 
mette) globuleux, à pulpe douce, à écorce ferme, d'un jaune verdâtre, 
luisante. — Asie. $ 

C'est surtout de l'écorce du fruit de cette Espèce qu'on extrait 
l'huile de Bergamotte si recherchée dans la parfumerie. 



I 



XXV. HYPÉRICINÉES. 101 

3. C. de Médie. C. Medica. Risso. (Cédratier. Citronnier). — 
CiTRON-7RËE— Arbre de 7-8 p.. à rameaux violacés. Pétioles non 
ailés. Feuilles ovales ou oblongues, acuminées. Pétales lurpurins, 
entiers. Etamines 4 -'. Fleurs quelquefois sans pistils. Fruit (Cé- 
drat, Citron) oblong, à écorce épaisse, adhérente, chagrinée, d'odeur 
suave, à pulpe acidulé, de 5-6 de long. — Asie. $ 

4. C. Oranger. C. Aurantium. Risso.— Sweet-Orange-tree. — 
Arbre de 6-10 p., souvent ramifié dès la base, à écorce brune-ver- 
dâtre, à rameaux en boule. Pétioles presque nus. Feuilles ovales- 
oblongues, aigties. Pétales blancs. Etamines 20. Fruit (Orange 
douce) globuleux, d'un jaune d'or, à écorce mince, presque lisse, à 
pulpe douce et sucrée. — Asie ►}< et $. 

Fruits stimulantset rafraîchissants ; feuilles et fleurs, calmantes et 
antispasmodiques. 

Aucune de ces plantes ne peut être cultivée en plein air dans notre 
climat; il leur faut la serre. On rencontre assez souvent des Ci- 
tronniers et des Orangers dans les appartements, mais il est rare 
qu'on parvienne ainsi à en avoir des fruits. Du reste le parfum des 
fleurs de ce dernier suffirait seul pour engager à le cultiver. 



Fam. XXV. HYPERICINEES. Hypericineœ. D. C. 

(Du Genre Hypericum). 

Tiges ordinairement herbacées, à jus résineux. 

Feuilles opposées, entières, sans stipules, le plus souvent marquées de points 
glanduleux transparents. 

Fleurs § , en cime ou en ombelle, à pétales jaunes, 1^ plus souvent marqués de 
points transparents. 

Calice à 5-4 sépales, libres ou plus ou moins cohérents, persistants, inégaux, 
ponctués. 

Corolle — Pétales 5-4, hypogynes, libres, étalés, à préfloraison contournée. 

Etamines 00, hypogynes, réunies en 3-5 faisceaux opposés aux pétales. 

Ovaire pluri-loculaire, à placentaires centraux, ou 1-loculaire à placentaires pa- 
riétaux. 

Fruit — Capsule à déhiscence septicide, ou baie indéhiscente. 

Graines nombreuses, petites. Plantule dressée, sans albumen. 

Les plantes de cette Famille qui se répartissent en 13 Genres con- 
tenant plus de 276 Espèces, ne sont représentées en Canada que par 
les 2 Genres qui suivent. Ce sont en général des plantes aroma- 
tiques et résineuses. 



CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

Glandes pétaloïdes 2-fides, alternant avec les etamines . . Millepertuis I. 
Glandes pétaloïdes Eiode II. 



102 



DICOTYLEDONES POLYPETALES. 



Millepcrtiiis. 



Gen. I. MILLEPERTUIS. Hyperkum. L. 

(De kypos, sous, ereiLê, Bruyère; c'est-à-dire plante vivant sous les Bruyères; 
et doit son nom français atix mille trous dont semblent être percées ses feuilles). 

Calice à 5 sépales foliacés, libres ou presque libres, égaux 
ou à peu près. Pétales 5, obliques. Elamines eu 3-5 plia- 
lauges. Styles 3-5, libres ou cohéreuts à la base. Capsule 
déhiscente ou baie indéhiscente. — Herbes ou arbrisseaux à 
feuilles po7ictuêes, opposées, entières. Meurs solitaires ou en civie. 

* Etaraines 5-20, libres. Styles 3, courts, libres. 3 placentaires pariétaux. 

1. M. du Canada. H. Canadense. L. — Canadian St. John's 
•y^TQjjq. — Qj^ Tige de 8'-15', rameuse, tétragone, presque ailée. Feuilles 
sessiles, linéaires, atténuées à la base, un peu obtuses, semées de 
points brillants en dessus, noires en dessous. Fleurs petites, d'un 
jaune orange, sessiles, en cime. Sépales lancéolés-aigus, plus long 
que les pétales. Etamines 510. Ovaire plus long que les styles. 
Capsule rouge, plus longue que les sépales. — Canada-Géorgie ; parti- 
culièrement dans les terrains sablonneux. — St. Joachim ! Juill.-Août. 

2. M. petit, H. mulilum. L — H. qmnquenervium. Walt. — //. 
farvijlorum. Muhl. — Small St. John's wort. — ® Tige de 6'-l2', 
dressée, tétragone, souvent presque simple. Feuilles obtuses, de ^' 
de long, embrassantes, presque connées, ponctuées. Fleurs petites, 
en cimes feuillees. Pétales plus courts que les sépales. Etamines 
6 12 — Canada Arkansas ; lieux humides et sablonneux. St. Joa- 
chim ! Prescott ! Juillet-Août. 




FiG. 68. Millepertuis perforé (Hymrkum pcrforatuni). G9. Son pistil tricar- 
pellaire. 70. Section transversale de la capsule. 71. Section verticale d'une 
graine, montrant la plantule. 



Millepertuis. xxv. hypéricinées. 103 

3. M. en balai. H. Snrothra. Michx. — H. nvdicanh. Walt. — 
Sarnthra gevtianoicles. L. — Ti^es de 4'-8', quîidrangulaires, ramifiées 
supérieurement, en un grand nombre de l)ranch('s grêles, dressées, pa- 
rallèles, munies de feuilles très petites, snlmlées, linéaires. Fleurs 
très petites, jaunes, produisant une capsule l)ruiiâtre, deux fois plus 
longue que le calice, très algue. — Canada-Floride; champs arides, 
bords des chemins. Juillet-Août. 

** Etamines 20-100, polyadelphes. Herbes. 

4. M. perforé. H. jH-rforatum. L. {Millepertuis. Hcrhe de la 
St. Jean). — OoM.MOM St. John's wort. — (Fig. 68 et suivantes). — 
% Tige de 1-2 p., glabre, ferme, dressée, rameuse à entrenœuds 
munis de 2 lignes saillantes. Feuilles ovales-oblongnes ou linéaires, 
bordées de jioints noirs et ponctuées-pellucides, à nervure latérale uu 
peu saillante. Fleurs en grappes corym!)oïdes. Sépales linéaires- 
lancéolés, entiers, non ponctués de noir. Pétales d'un jaune doré. 
Anthères munies d'un point noir. Capsule munie sur chaque valve 
de 2 bandelettes longitudinales et sur les côtés de glandes rougeâtres, 
oblongues. — Canada-Floride ; bords des chemins, terrains secs. 
Pointe-I-évi ! Juin Juillet. 

Feuilles et fleurs vulnéraires, résolutives, vermifuges, employées 
aussi contre le crachement de sang. L'/iuile d''Hi/pcricu7n s'obtient 
en faisant infuser dans de l'huile d'olive ordinaire, des sommités 
fleuries de Millepertuis ; cette huile est employée avec avantage dans 
le traitement externe des contusions, des briilures, des ulcères, etc. 

5. M. COrymbifère. H. corymhosum. Muhl. — H. micranthum. 
Hook. — H. punctatum. Beck. — Spotted St. John's wort. — Q|. 
Tige de 1-2 p., dressée, cylindriqu.e. glabre, rameuse. Feuilles ovales- 
oblongoes, obtuses, embrassantes, couvertes de poils noirs et ponc- 
tuées-pellucides. Fleurs petites, nombreuses, d'un jaune pâle, à pé- 
tales 3 fois plus longs que les sépales, ponctués de noir, en cimes 
terminales, serrées, rameuses, rangées en corymbe. Styles libres ; 
stigmates rouge-orange. — Canada-Pennsylvanie; prés et lieux dé- 
couverts. Juin-Juillet. 

6. M. elliptique. H. eUipticum. Hook. — Tige de 10-20', qua- 
drangulaire. rameuse supérieurement. Feuilles elliptiques, très ob- 
tuses, de r de long, ponctuées-pellucides, sessiles ou un peu embras- 
santes à la base. Fleurs d'un jaune orange pâle, en cime pauci- 
flore. Sépales oblongs, très inégaux, étalés. Pétales obovales, ^ 
plus longs que les sépales. Styles 3, cohérents presque jusqu'au 
sommet, mais se séparant plus tard. Capsule ovoïde-globuleuse, 
plus courte que le calice. — Canada-Pennsylvanie ; bords humides des 
rivières. Juillet. 

*** Etamines 20-100, polyadelphes. Arbrisseaux. 

7. M. de Kalm. H. Kalmianum. L. — Kalm's St. John wort. 

— Arbuste de 1-2 p., se ramifiant en corymbe; rameaux tétragones 
dont 2 des angles ailés. Feuilles sessiles, linéaires-lancéolées, ob- 
tuses, atténuées à la base, très nombreuses, 1-nervées, fineoient et 



104 DICOTYLÉDONES POLYPETALES. Elode. 

densément ponctuées. Fleurs jaunes, à étamines nombreuses, en 
cimes 3 7-flores, fasciculées. Pétales 2 fois plus longs que les sé- 
pales, un peu obtus. Styles très grêles, cohérents à la base. Cap- 
sule ovoïde. — Canada-Pennsylvanie ; bords des rivières. Rochers 
au bas de la chute de Niagara ! Août. 

Gen. II. ELODE. Elodea. Spacli. 

(De elôdês, marécageux; allusion à la localité de la plante). 

Calice à 5 sépales égaux, unis à la base. Pétales 5, caducs, 
équilatéraux. Staminés en 3 phalanges alternant avec 3 
glandes pétaloïdes, h^'pogynes. Ovaire à 3 loges plus ou 
moins complètes. Stt/les 3, libres. Stigmates capités. Cap- 
sule à 3 valves. — Herbes à feuilles ponciuées-pellucides. 

E. de Virginie. E. Virginica. Nutt — S. campanulata. Pursh. 
Hyper icum Virginicuni. L. — Marsh St. John's v^'ORT. — Qj. Tige 
purpurine de 9'-20 , dressée, rameuse, un peu comprimée. Feuilles 
très obtuses, embrassantes, glauques en dessous, les supérieures lan- 
céolées, les inférieures ovales-oblongues. Fleurs en cimes terminales 
et axillaires. Pétales 2 fois plus longs que le calice. Filets des 
étamines soudés par 3 dans la moitié de leur longueur. Glandes 
ovoïdes, oranges. Capsule ovoïde-oblongue, aigiie. — Canada-Loui- 
siane ; marais, fossés, etc. Isle Verte ! Juillet-Septembre. 



Fam. XXVI. ACERINEES. Acerineœ. D. C. 

(Du Genre Acer). 

Arbres ou arbrisseaux à sève sucrée. 

Feuilles opposées, simples, palmi-nervées, ou pennées. 

Fleurs § ou polyf^ames, en grappes axillaires, composées de petites cimes définies. 

Calice à 4-5, (rarement 4-9) sépales plus ou moins unis, caducs. 

Corolle à 5 pétales, (rarement 4-9) hypogynes, quelquefois 0. 

Etamines 3-12, ordinairement 8. Anthères 2-loculaires, basifixes, versatiles. 

Ovaire 2-lobé, composé de 2 carpelles soudés à la base. 

Fruit — Une double samare indéhiscente, chaque partie portant une aile dorsale, 

membraneuse, épaisse inférieurement. 
Graines ascendantes, à testa membraneux, à endoplèvre charxin. 
Plantuh roulée en sjurale, dépourvue d'albumen. 



Urable. 



XXYI. ACEEINEES. 



105 



Cette Famille qui ne contient que 3 Genres renferme plus de 60 
Espèces toutes des régions tempérées de l'hémisphère boréal. Le 
Genre Erable si connu et si utilisé en Canada est presque le seul qui 
lui soit indigène, puisque le Négondo ne se trouve guère qu'à la Êi- 
vière Houge et dans les plaines de la Saskatehawan. 



CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

Feuilles simples . , . • . . . • Erable I. 

Feuilles composées Négondo II. 



Gen. I. ERABLE. Acer. L. 

(De acHs, pointe, parce qu'on se servait autrefois de ce bois pour faire des 
piques et des lances). _ 

Meurs le plus souvent polygames. Pétales colorés comme 
les sépales, manquant souvent. Etamines 7-10, rarement 5. 

— Feuilles simples. (Fig. 72 et suivantes). 

* Fleurs en corymbes. 




Fig. 72. Rameau d'Erable fleuri, avec des fleurs staminées. 73. Une fleur sta- 
minée séparément, grossie. 74. Rameau de fleurs pistillées. 75. Une fleur pis- 
tillée séparément, grossie, sans le calice. 76. Un corymbe de fleurs Ç, mon- 
trant les ovaires s'élargissant en ailes à mesure qu'ils avancent vers la maturité. 
77. Le fruit mûr ; l'une des samarres étant ouverte pour montrer la graine. 78. 
Une feuille. 



N 



106 DICOTYLÉDONES POLTPÊTALES. Eraî)Ie. 

1. E. à sucre. A. saccharinum. L. — Sugar Maple. Rock Ma- 
PLE. — Arbre de 50-70 p. avec un diamètre de 2-3 p., à écorce gri- 
sâtre, raide et écailleuse. Feuilles cordées, glabres, un peu glauques 
inférieurement, à 5 lobes acuminés, siuués-dentés. Fleurs d'un jaune 
verdâtre, en corymbes brièvement pédoncules, penchées, à pédicelles 
inégaux, grêles, poilus- Fruit glabre, à ailes semi-obovales, diver- 
gentes, d'envirou 1' de long. Sève très sucrée, fermentescible. 

a nigrum. Feuilles pâles en dessous, à pétioles et nervures de la 
face inférieure légèrement pubescents. Ailes du fruit un peu plus 
divergentes. — Michaux traite cette Variété comme une Espèce diffé- 
rente. 

Canada-Géorgie ; particulièrement dans les endroits montagneux. 
Mai. 

Cultivé isolément l'Erable se charge d'un feuillage si luxuriant 
que les rayons du soleil peuvent à peine le traverser, aussi est-ce un 
des arbres des plus estimés pour Tornement. C'est presque unique- 
ment de cette Espèce qu'on retire le sucre d^Erahle, et sa sève con- 
tient une telle quantité de matière sucrée qu'un seul individu peut en 
produire jusqu'à 20 livres dans une seule saison. Son bois fort, élas- 
tique et d'un grain serré, outre qu'il fournit le meilleur combustible 
de notre pays, est encore employé avantageusement dans la cbar- 
ronnerie, la confection des instruments aratoires, etc. Il est parfois 
ondulé et plus souvent encore piqueté, surtout dans le bas du tronc, 
et il devient alors précieux pour la mer.blerie et l'ébénisterie, car 
malgré ces sinuosités de sa fibre, il est encore susceptible de prendre 
un beau poli. L'Erable à sucre croit surtout dans les terrains 
pierreux et légers, mais non sablonneux. Il n'est pas rare de trouver 
en Canada, comme dans les townships de l'Est, des étendues de 
forêts assez considérables presque exclusivement occupées par cet 
arbre. — L'utilité de l'Erable à sucre, l'élégance de son port, la ri- 
chesse de son feuillage, etc., l'ont fait choisir pour entrer avec le 
castor dans les emblèmes de la nationalité Canadienne ; on ne pouvait 
certainement faire un choix plus judicieux. Les Erables se repro- 
duisent tous facilement de graines ; semées après la maturité et 
légèrement recouvertes, elles lèvent le printemps suivant. 

2. E. rouge. A. ruhrum. Michx. — A. glaucuni. Marsh. — A. san- 
guineum. Spach, — A. Carolinianum. Walt. {Plaine). — Rku-flo- 
WERiNG Maple. Swamp Maple— Arbre de 30-50 p., à écorce lisse, 
rougeâtre, marquée de grandes taches blanchâtres qui deviennent 
brunes avec l'âge ou disparaissent dans les crevasses de l'écorce qui 
se fendille alors. Feuilles cordées à la base, à 5 lobes triangulaires, 
pointus, incisés-dentés, à sinus aigus, un peu glauques en dessous. 
Fleurs réunies par 4-5 ensemble, portées sur des pédicelles assez 
longs, mais plus courts et non pendants comme dans l'Espèce précé- 
dente, les pistillées à ovaire glabre. Les tleurs sont si nombreuses 
qu'elles font paraître l'arbre tout rouge au printemps ; surtout lorsque 
les fleurs cf dominent sur l'individu. Etamines très sortantes. Fruit 
rouge ; loges aplaties, membraneuses j ailes rougeâtres, dressées ou 



1 



Erable. xxn. acerinées. 107 

convergentes, arquées, élargies vers leur sommet. L'écorce demeure 
ordinairement lisse tant que l'arbre ne dépasse pas 25-30 p. de hauteur. 

a Feuilles plus petites, 3-lobées, le plus souvent tronquées ou ar- 
rondies à la base, plus ou moins pubescentes en dessous. Fleurs 
jaunes-verdâtres. 

Malbaie-Louisiane ; lieux humides. St. Joachim ! Avril-Mai. 

Bois dur et serré, employé dans la marqueterie et la meublerie, 
surtout les individus qui ont la fibre ondulée, comme c'est souvent le 
cas. Dans certains endroits bas avoisinant le fleuve, comme dans le 
district des Trois-Rivières, il n'est pas rare de rencontrer des sucre- 
ries entièrement composées de Plaines. Comme combustible la 
Plaine est bien inférieure à l'Erable. Sa sève est aussi un peu moins 
sucrée et donne un sucre d'une qualité inférieure. 

3. E. à fruits laineux. A. dasicarpiim. Ehrb. — A. erîocarpum. 
Michx. — White Maple. Soft Maple. — Arbre de 40-50 p. Feuilles 
tronquées ou cordiformes à la base, à 5 lobes profonds, acuminés, iné- 
galement incîsés-dentés, à sinus obtus, glabres sur le« 2 faces, et lé- 
gèrement glauques en dessous, plus grandes que dans toutes les autres 
Espèces et se colorant de même que dans l'Espèce précédente d'un 
beau rouge violet, de bonne heure en automne. Fleurs presque ses- 
siles, les cf brunes, très petites, apétales, à 5 étamines; les $ jau- 
nâtres, à pétales apparents. Stigmates saillants. Ovaire tomenteux. 
Fruit à loges laineuses, striées, membrauacées, à ailes de 2-3' de 
long, plus grandes que dans toutes les autres Espèces, conniventes 
ou distantes, arquées. — Haut-Canada-Géorgie; lieux humides. Bords 
du Lac Huron ! Avril-Mai. 

Bois blanc, plus mou et moins estimé que dans les autres Espèces ; 
sa sève contient aussi moins de sucre. — C'est à tort que les auteurs 
des listes des bois du Canada présentés à l'exposition universelle de 
Londres de 1851 et à celle de Paris de 1855 ont assigné à la Plaine 
le nom Botanique de cette Espèce. L'Erable que nous appelons 
Plaine en Canada, de même qu"à la Louisiane, est certainement VAcer 
ruhrum, tel que le décrit AJicbaux. IJAcer dasicarjjum ne se ren- 
contre pas, pensons-nous, dans le Bas-Canada, le Lac Champlain pa- 
rait être sa limite vers le Nord. 

** Fleurs en grappes. 

4. E. jaspé. A. striatum. Lam. — A. Canadense. Duham. — A. 
Tennsyloanicum. L. {Bois harré. Bois noir). — Striped Maple. 
MoosE-wooD. Whi.stlewood. — Petit arbre de 10-20 p., à écorce 
lisse, rayée longitudinalement de noir et de vert dans toute la lon- 
gueur du tronc. Jeunes pousses rouges. Feuilles glabres, cordées 
à la base, à 3 lobes acuminés, profondément denticulés. Fleurs 
jaunes-verdâtres, en grappes simples, pendantes, de 4'-5' de long. 
Pétales ovales. Fruit glabre à ailes sub-divergentes. — Canada- 
Géorgie ; montagnes ; très commun. Mai. 

5. E. à épis. A. spicatum. Lam. — A. montanum. Ait. {Erable 
bâtarde), — Mountain Maple. — Arbrisseau de 10-15 p., à écorce 



108 DICOTYLÉDONES — POLTPÊTALES. Négonrfo. 

d'un gris clair, à rameaux rouges, très lisses. Feuilles en cœur, à S 
lobes, rarement 5, aigiies, pubtscc^utes eu dessous, grossièrement et 
inégalement dentées. Fleurs verdâtres, petites, en thyrses ou grappes 
composées, dressées, longuement pédonculées. Pédoncules secon- 
daires courts ou presque nuls. Pétales linéaires. Fruit rougeâtre, 
glabre, à ailes divergentes, dilatées au sommet.— Canada- Pennsyl- 
vanie ; lieux pierreux et humides ; très commun. Juin. 

6. E. Sycomore. A. pseudo-platamis. L — Sycamore. — Arbre de 
40-50 p., à écorce lisse, grisâtre. Feuilles glabres, en cœur, ordinai- 
rement à 5 lobes, acumiuées, inégalement dentées. Fleurs en thyrse 
allongé, à rafle pubescent ainsi que les filets des étamines. Fruit 
glabre à ailes divergentes. Ovaire velu. — Europe. ^ 

Cultivé pour l'ornement. 

Tous les Erables font de beaux arbres d'ornement et se reprodui- 
sent facilement de graines semées à l'automne. 

Gen. II. NÉGONDO. Negundo. Mœnch. 

(Negundo, nom de la plante en Malabar). 

Meurs dioïques. Calice minime, à 4-5 deuts inégales. Pé- 
tales 0. Fleurs d fasciculées ; anthères linéaires, sessiles. 
Fleurs ? en grappes. — Feuilles imjpari'pennêes. 

N. à feuilles de Frêne. N. FraxlnifoUum. Nutt. — Acer Ne- 
gundo. L. — Box-Elder. Ash-leaved Maple. — Bel arbre de 20-30 
p., à branches étalées, à rameaux cassants, d'un vert jaunâtre. Feuilles 
à 3-5 folioles opposées, oblongues, à dents rares et grosses, l'impaire 
souvent 3-lobèe. Fleurs Ç en grappes longues et pendantes. Fruits 
petits, oblongs, à ailes dilatées supérieurement, en longues grappes 
pendantes. — Canada-Arkansas ; lieux humides. Avril-Mai. 

Le Négondo de même que les Erables est aussi souvent cultivé pour 
l'ornement. 



Fam. XXVII. HIPPOCASTANEES. 
Hij^pocastaneœ. D, C. 

(De hippos, castanon, Châtaigne de cheval). 

Arbres ou arbrisseaux. 

Feuilles opposées, rarement alternes, digitées, sans stipules. 

fleurs ^ ou polygames, en panicnles terminales ou en coryrabes axillairea. 

Calice companulé, à 5 sépales plus ou moins cohérents, caducs. 

Corolle à 4-5 pétales libres, hypotrynes, inégaux, rarement 0. 

Etamines 6-8, libres, arquées, insérées sur un disque hypogyne. Anthères dorsi- 

fixcs, 2-loculaires. 
Ovaire à 3 loges 2-ovulée3, couronné par le style filiforme, conique. 
Fruit — Capsule coriace à 1-3 graines, grosses, arrondies, coriaces, luisantes. 

Flantule recourbée, sans albumen. 



I 



Blarronuicr. xxvii. hippocastanées. 109 

Les plantes de cette petite Famille sont originaires de l'Amérique de 
du Nord et du Nord de l'Asie ; elles se partagent en 3 Genres com- 
prenant plus de 50 Espèces ; aucune n'est indigène en ce pays. 

Gen. marronnier. JEsculus. D. C. 

(Nom donné par les Latins à une Espèce de Chêne à fruits). 

Calice compauulé, 5-lobé. Pétales 4-5, étalés, à limbe 
ovale. Filets des étamiues recourbés en dedans. Du reste 
mêmes caractères que ceux de la Famille. — Fleurs en grcqypes 
ihyrsoldes ou en pcmicules terminales. 

1. M. d'Inde. A. hippocastMnum. L. — Horse-Ohesnut. — Bel 
arbre de 40-50 p. Feuilles digitées, à 7 folioles sessiles ou sub- 
sessiles, obovales en coin, aigiies, dentées, un peu plissées. Fleurs 
grandes, à 5 pétales étalés, blancs, maculés de rouge et de jaune. 
Ftamines 7, courbées en dedans. Fruit gros, épineux, qui n'est guère 
mangé que par les chèvres. — Asie. Juin. *^ 

Le Marronnier d'Inde végète misérablement dans le jeune âge, 
sous le climat de Québec, mais une fois parvenu à l'âge adulte il ne 
parait plus redouter la rigueur de nos hivers, comme l'atteste le vieil 
individu qu'on voit encore dans la cour de FUniversité Laval. Ses 
grappes pyramidales de fleurs brillantes ressortant avec avantage sur 
son feuillage d'un vert foncé en font un des plus beaux arbres d'or- 
nement, aussi le trouve-t on généralement en Europe dans tous les 
parcs. Sa graine torréfiée est quelquefois employée en guise de 
café. Ecorce astringente et fébrifuge. — Semis et boutures. 

2. M. Pavier. A. Pavia. L. — Pavia ruhra. Lam. — Small Buck- 
EYB. — Bel arbrisseau des Etats-Unis du Sud, de 6-10 p. Feuilles 
à 5 folioles elliptiques-oblongues, aigiies aux 2 bouts, glabres ainsi 
que les pétioles, poilues à Taisselle des nervures de la face inférieure. 
Fleurs grandes, d'un rouge sale, en grappes thyrsoïdes, lâches. 
Avril-Mai. >^ 

Ses branches râpées dans l'eau ont une propriété détersive ana- 
logue à celle du savon. Suivant EUiott ses graines réduites en poudre 
ou même ses rameaux râpés ont une vertu stupéfiante sur le poisson, 
si bien que lorsque l'eau en est imprégnée on peut le prendre à la 
main. 



110 



DICOTYLEDONES POLYPETALES. 



Fam. XXVIII. AMPELIDEES. Ampelideœ. Kunth. 

(De Ampelos, Vigne ; nom grec du Genre principal). 

Tige, ligneuse, à nœuds gonflés, grimpante au moyen de vrilles. 

Feuilles palmées ou digitées, munies de 2 stipules, les inférieures opposées, les 

supérieures alternes. 
Fleurs en grappes composées de petites cimes, souvent polygames ou dioïques, 

opposées aux feuilles et se transformant en vrilles par avortement. 
Calice petit, presque entier ou 4-5-denté. 
Corolle — Pétales 4-5, insérés en dehors d'un disque hypogyne, libres ou cohérents 

à la base. 
Etamines 4-5, opposées aux pétales, insérées sur le dos du disque. Anthères 2- 

loculaires. dorsifixes. 
Ovaire généralement à 2 loges 2-ovulées. Style court. Stigmate en tête ou en 

bouclier. 
Fruit — Baie globuleuse, pulpeuse. Graines à testa osseux. 

Genres 7, Espèces plus de 260, originaires pour la plupart des ré- 
gions tropicales des 2 hémisphères. La Vigne est presque le seul 
Genre d'importance de cette Famille. 




FiG. 79. Rameau do Vigne avec feuilles et vrilles. 80. Une fleur; les pétales 
se détachant par lous base et tombant d'une seule pièce sans s'épanouir. 81 . Une 
fleur sans les pétales; les etamines alternant avec les lobes du disque de l'ovaire. 
82. Section verticale d'une fleur: a, les etamines, entre lesquelles et l'ovaire on 
voit les lobes du disque ; /;, les pétales ; et c, le calice, dont le limbe se réduit en 
une simple ligne. 83. Une graine. 84. Section d'une graine, laissant voir le 
minime embryon au bas de l'albumen, le tout renfermé dans un testa épais et 
cousistaut. 65. Plan horizontal d'une fleur. 



Ampéîopside, etc. xxviii. ampélidêes. 111 

CLEF ANALTTIIIUE DES GENRES. 

Feuilles simples, 5-lobées " Vigne II. 

Feuilles digitées, à 5 folioles distinctes Ampélops.ds I. 



Gen. I. AMPELOPSIDE. Ampélopsis. Michx. 

(De ampelos, Vigne, opsis, apparence; c'est-à-dire, ressemblant à la Vigne). 

Calice presque entier. Pétales s'écartant du sommet à la 
base. Etamines 5, introrses. Style 1, très court. Ocaire 
non enfoncé dans le disque. — Feuilles digitées. 

A. Vigne-vierge. A. he.deracea. D. C. — Vitis-quinquefolia. Lara. 
Heâtra quinqucfolia. L. ( Vigne-vie/ ge). — American Ivv. Wood- 
BiNE. — Tige grimpante de 40 50 p., radicante, à rameaux pourvus de 
vrilles. Feuilles à 3-5 folioles glabres, pétiolées. oblongues, acumi- 
nées, dentées, mucronées. Fleurs peu apparentes, verdâtres, en 
grappes corymboïdes. Baies d'un bleu foncé, plus petites que des 
Pois, acides. — Canada-Géorgie ; bords des bois. Isle Verte ! Juillet. 

Au moj'en de ses vrilles radicantes, la plante s'attache fermement 
aux arbres et même aux murs près desquels elle se trouve ; aussi 
l'emploie-t-on souvent, dans les grands jardins, pour couvrir des murs 
de feuillage.— Boutures, marcottes, semis, division des pieds ; préfère 
les terrains frais. 

Gen. II. VIGNE. Vitls. L. 

(De viere, lier; allusion aux vrilles de la plante). 

Calice très court, à 5 angles, à 5 dents à peine visibles. 
Pétales 5, cohérents au sommet, libres dans le bas et se dé- 
tachant d'une seule pièce après la floraison. Etamines 5, in- 
trorses. Style 0. Ovaire ceint à sa base d'un disque 5-lobé. 
Pédoncules souvent changés en vrilles. — Feuilles simples. (Fig. 
79 et suivantes). 

1. V. des rivages. V. riparia. Michx. — V. odoratissima. Don. 
— WiNTER Grapb. — Tige de 15-30 p. Feuilles en cœur, 3-fides, 
inégalement incisées ; pétioles et bords des nervures pubescents. 
Baies petites, en grappes lâches, d'un bleu foncé ou noirâtres, acides, 
mûres en Octobre. Fleurs dioïques ou polygames.— Canada- Virginie ; 
bords des rivières. L'Isle-aux-Coudres paraît être sa limite au Nord. 
Juin. 

Employée souvent pour couvrir des berceaux, des tonnelles, etc. 
Ses fleurs ont une odeur suave. — Semis, boutures, etc. 



112 DICOTYLÉDONES POLYPETALES. 

2. 7. à feiiilies cotoîineïxses. V. Iahrv5ca. L.— Fox Grapr. — 
Feuilles larges, cordifornies, à 3 lobes anguleux, denticulées, coton- 
neuses-blanches en dessous, et à nervures jaunâtres.— Canada-Géorgie ; 
lieux humides. Près des chutes de Niagara ! Juin. 

Cette Vigne a fourni por la culture des Variétés à fleurs î^, vini- 
fères, entre autres, la Catawba, l'Isabella, l'Alexandre, etc., donnant 
UQ vin parfumé et d un bouquet tout particulier. Elles fournissent 
aussi d'excellents fruits de table. 

3. ¥. vinifère. V.vinifera. L. — Commom Wine-Grape — Feuilles 
cordées, à 5 lobes sinués-dentés, nues ou cotonneuses. Pétales ver- 
dâtres, caducs. Fruits jaunâtres, violets ou noirs. — Asie australe. 4ï 

On compte aujourd'hui dans la culture plus de 2000 Variétés de 
cette Espèce. On sait que les baies non mûres produisent un suc 
acide nommé Verjus, mûres elles fournissent par la fermentation le 
Vin et le Vinaigre, par la distillation l'Alcool, et par dépôt la Crème 
de tartre, substance employée dans la médecine et dans les arts, 
outre qu'elles sont un fruit de table de premier mérite. Sous le climat 
de Québec, la Vigne en plein air mûrit rarement son fruit. Depuis 
quelques années sa culture sous verre semble prendre quelque exten- 
sion en Canada ; les prix élevés de ce fruit délicieux sur nos marchés 
la rendent profitable, — Vrilles diaphorétiques et diurétiques. 

La Vigne demande de la chaleur et de l'humidité pour mûrir son 
fruit; la serre sans qu'il soit nécessaire de la chauffer jamais lui offre 
ce double avantage lorsqu'elle est convenablement soignée. 



Fam. XXIX. GERANIACEES. Geraniaœœ. D. C. 

(Du Genre Géranium). 

Tige herbacée ou frutescente, turaide et séparable aux nœuds. 

Feuilles stipulées, opposées, du moins les inférieures, pétiolces, palmi-nervées. 

Fleurs ^ , solitaires, ou en cimes tantôt 2-flores, tantôt ombelliformes. 

Calice à 5 sépales persistants, libres ou cohérents, dont l'un souvent renflé en sac. 

Corolle — Pétales 5, hypof^ynos ou périp^ynes, onguiculés, obtus, caducs, égaux ou 
inégaux ; quelquefois 4-2 par avortement. 

Etamincs en nombre égal ou double de celui des pétales, ordinairement 1-sériées, 
à filets nionadelphes, aplatis, subulés. 

Ovaire à 5 loges 2-ovulées. Styles libres et stigmatîfèrcs le long de leur bord in- 
terne. 

Fruit — Capsule à 5 coques l-séminécs, couronnées par les styles persistants. 

Cette Famille qui ne comprend que 4 Genres renferme des plantes 
à fleurs d'une beauté remarquable, presque toutes originaires du Cap 
de Bonne-Espérance. Les Espèces indigènes sont peu remarquables 
sous le rapport de rornementation. 



1 



Erodiuiii. ïxix. géraniacëes. il3 

CLEF ANALYTIPE DES GENRES. 

Etatnines, 5 fertiles et 5 stériles plus courtes Erodium I. 

Etamiaes toutes fertiles. Corolle régulière Géranium II. 

Etauiiues 5-7 fertiles. Corolle irrégulière Pélargouiiim III. 



Gen. I. ERODIUM. Erodium. L'Hér. 

<De erôdios, Héron ; allusion à la forme du fruit figurant un bec de Héron). 

Calice à 5 divisions presque égales. Pétales 5, égaux. Eta- 
mines 10, dont 5 fertiles, alternes avec les pétales, et 5 sté- 
riles oposées aux pétales. Coques à arête se roulant en spi- 
rale à la maturité. 

E. musqué. E. moschatum. L'Héritier. — Géranium moschatum. 
L. — Music Géranium. — % Plante velue-glanduleuse, à odeur de 
musc. Tige couchée ou ascendante de 10'-12'. Feuilles penni-séquées, 
à segment.s non découverts, ovales, incises-dentelés. .Stipules ovales, 
non acuniinées. Pédoncules longs, multi-flores. Bractéoles ovales, 
non acuininées. Sépales linéaires oblougs, à pointe é.paisse, courte. 
Pétales roses, égalant le calice, égaux, obovales. Filets glabres, les 
stériles linéaires, obtus ; les fertiles 2-dentés à la base, subulés. 
Fleurs petites. — Angleterre. iVl ai- Juillet, ►f* 

Stimulante, antispasmodique. — Semis, divisions des racines. 

Gen. II. GÉRANIUM. Géranium. L'Hér. 

(De geranos, Grue; allusion à la forme du fruit figurant un bec de Grue) 

Sépales et pétales 5, réguliers, égaux. Elamines 10, toutes 
fertiles, 5 alternes plus longues, munies d'une glande necta- 
rifère à la base. Arêtes des coques se recourbant ordinai- 
rement à la maturité eu arc ou eu spirale. — Tige herbacée^ 
rarement frutescente à la base. 

1. G. maculé. G. maculatum. L. — Spotteu Gekanium. Crovs'- 
FOOT. — % Tige de 1-2 p., dres.^ée, pubescente, un peu anguleuse, di- 
chotorae. Feuilles de 2' 3' de diamètre, 3-5-partites, incisées-dentées, 
les radicales à longs pétioles, les supérieures opposées, sessiles ou 
brièvement pétiolées. Fleurs pourpres, à pétales entiers, le plus 
souvent géminées sur des pédicelles inégaux, quelquefois en ombelles 
à l'extrémité de longs pédoncules. Filets des étamines ailés à la 
base. Sépales mucronés. — Oanada-Floride ; bois. Rare en Canada. 
Mai-Juin. 

Racine très astringente. 

u 



114 DICOTYLÉDONES — POLTPÉTALES. PtlargoniQDl. 

2. G. Robertin. G. Rohertiunmn. L. {Herhe à Robert). — Herb 
Robert, — ® Tige de 12-15', diffuse, velue, rougeâtre, à rameaux 
grêles. Feuilles à 3-5 partitions pennifides, longuement pétiolées. 
Fleurs petites, d'un pourpre pâle. Calice anguleux, poilu, à sépales 
aristés. Pétales entiers, 1 fois plus longs que le calice. Carpelles 
glabres, réticulés, rugueux, carénés. Graines lisses. — Canada-Vir- 
ginie ; lieux pierreux et humides. Chicoutimi ! Preseott ! Mai-Sep- 
tembre. 

Plante à odeur désagréable, astringente. 

3. G. de la Caroline. G. CaroUniannm. L. — G. lanuginosum. 
Jaeq, — Carolinian Crane's bill. — ® Tiges de 8'-15', velues, géni- 
culées, gonflées aux nœuds, diffusément rameuse. Feuilles très va- 
riables dans leur forme, ordinairement divisées en 3-5 fissures, incisées- 
dentees, velues. Fleurs petites, blanches, veinées de pourpre, gémi- 
nées et presque fasciculées, à pétales échancrés le long du calice. 
Sépales aristés aussi longs que les pétales. Carpelles poilus, aristés. 
Graines réticulées, d'un rouge brun. — Canada-Louisiane ; champs, 
lieux découverts. Juillet. 

4. G. des prés. G. pratense. L. — Tige de lJ-2 p., cylindrique, 
dressée, rameuse, tomenteuse. Feuilles à 7 lobes linéaires-oblongs, 
incisées-dentelées. Pédoncules presque corymbifères. Fleurs d'un 
bleu léger, teintes de rouge, très ouvertes, à pétales entiers. Filets 
des étamines glabres. — Europe. Juillet, ►{< 

5. G. sanguin, G. sanguineum. L. — Tiges dressées, diffuses, de 
10-12'. Feuilles opposées, presque orbiculaires, profondément divi- 
sées en 5-7 lobes 3-fides, à segments linéaires. Pédoncules plus longs 
que les pétioles. Fleurs d'un rouge violet, grandes, à pédoncules 
munis de 2 bractées vers le milieu. Carpelles poilus au sommet. — 
Europe. Juin. >{* 

Les deux dernières Espèces sont de pleine terre et résistent parfai- 
tement à nos hivers ; la quatrième surtout fait un bel effet dans les 
jardins par son feuillage rangé, avant la floraison, en touffe réguliè- 
rement hémisphérique. 

Gen. III. PÉLARGONIUM. Pelargonium. L'Hér. 

(De petargos, Cigogne ; allusion à la forme du fruit figurant un bec de Cigogne). 

Calice à 5 sépales, le supérieur prolongé à sa base en épe- 
ron ou cornet nectarifère, creux et étroit, adhérent au pé- 
dicelle. Pétales 5, généralement inégaux ; quelquefois 4-2. 
Etamines 10, soudées inférieurement en tube, inégales, dont 
3-6 stériles. Arêtes des carpelles se roulant en spirale à la 
maturité. — Tiges herbacées ou sous-frutescentes. Feuilles supé- 
rieures alternes. 



i 



Margoiiiiim. xxix. géraniacées. 115 

1. P. à feuilles zônées. P. zonale.WiWd, — Géranium, h. — Horse- 
SHOE Géranium. — % Tige ligneuse à la base, de 2-3 p., rameuse, 
ferme. Feuilles cordées-orbiculaires, obscurément lobées, dentées, 
marqués supérieurement d'une bande brunâtre, souvent panachées de 
blanc et de jaunâtre. Fleurs d'un rouge brillant, en ombelles sur de 
longs pédoncules multiflores. Pétales en coin. — Cap Bonne Espé- 
rance. 4* 

a marginale^ à feuilles bordées d'un blanc argenté. 

2. P. tachant. P. inquinana. Ait. — Scarlet Géranium. — % 
Tige épaisse, un peu charnue. Feuilles orbiculaires-réniformes, 
presque entières, visqueuses-cotonneuses, tachant les doigts de même 
que les branches d'un brun de rouille. Fleurs nombreuses, en om- 
belles. Pétales écarlates ou carnés, obovales en coin. — Cap. ►{< 

3. P. grandiflore. P. grandijiorum. Willd. — Large-flowered 
Géranium. — Glabre, glauque. Feuilles palmi-fides, cordées, à 5 
lobes dentés au sommet. Pédoncules 3-flores. Tube nectarifère 4 
fois plus long que le calice. Pédicelles et calice presque poilus. 
Pétales 3 fois plus longs que le calice, les 2 supérieurs blancs, striés 
de rouge à la base. — Cap. ^ 

4. P, à fleurs en tête. P. capitatum. Ait. (^Géranium Rosat). — 
Tiges diffuses. Feuilles ondulées, cordées à la base, mollement ve- 
lues, à 3-5 lobes dentés. Stipules larges, cordées. Fleurs nom- 
breuses, en ombelles serrées en tête. Tube nectarifère 3 fois plus 
court que le calice. Pétales purpurins, les 2 supérieurs veinés, à 
odeur de rose, fournissant une huile très aromatique. — Cap. >{* 

5. P, glauque. P. glaucum. L'Hér. — Glaucous-leaved Géra- 
nium. — Glabre, glauque. Tige de 2-3 p., ligneuse à la base, rameuse. 
Feuilles lancéolées, entières, acuminées. Pédoncules axillaires 1-2- 
flores. Pétales obovales, d'un rose bleuâtre, rouge sanguin à la base, 
veinés. Tube nectarifère 4 fois plus long que le calice. 

6. P. tricolor. P. tricolor. Curt. — Three coloured Géranium. 
— Tige sous-frutescente, dressée, de 18'-20'. Feuilles velues, lan- 
céolées, 3-fides, incisées-dentées. Pétales arrondis, presque égaux, 
les 3 inférieurs blanchâtres, les 2 supérieurs d'un pourpre très vif et 
presque noirs à la base. — Cap. ►{< 

7. P, triste. P. triste. Ait. — Mourning Géranium. — D'un pied 
de haut. Feuilles velues, penni-séquées, à segments divisés 2 fois en 
fissures linéaires, pointus. Ombelles multiflores. Fleurs jaunes- 
verdâtres, odorantes le soir. Pétales obovales, oblongs, maculés de 
brun. — Cap. Hh 

Ces Espèces avec quelques autres encore ont produit par la culture 
un grand nombre de Variétés, la plupart à fleurs remarquablement 
belles. Ce sont toutes des plantes d'appartement ou de serre, se 
multipliant facilement par semis et boutures qui sont d'une reprise 
des plus faciles. Ne pas mettre dans des pots trop grands. 



Î16 DICOTTLÊDONES — POLYPÊïALES. CripiICiae, 

Fam- XXX. TROPÉOLÉES. Troiiœoleœ. L. 

(Du Genre Tropœolnm). 

Tiges Iierhaeées, glabres, diffuses on volïibiles, à suc aqueux, acidulé. 
Feuilles pétîolées, simples, poltées on paltni-partites. 
Fleurs § , irrégulières, à pédoncules axillaires. 

Calice persistant, .5-fide, 2-lobé, prolongé à sa base en nn éperon creux très 
allongé. 

Corolle — Pétales 5, dont les 2 supérieurs insérés sur le calice, les 3 inférieurs 

onguicnlés. 
Etamines 8, libres, inégales, à filets snbulés. Anthères introrses, mobiles. 
Ovaire 3-lobé, à loges 1-ovuîées. Style 1 ; stigmates 3, peu apparents. 
Fntit charnu ou sec, se séparant en 8 coques indéhiscentes. Graines grosses. 
Plantnle sans albumen. 

Genres 3 ; Espèces aa-dessns de 40, presque toutes originaires de 
l'Amérique du Sud. Le Genre le plus important est la Capucine 
dont les graines se mangent confites au vinaigre, outre que ses fleurs 
font un bel ornement. 

Gen. capucine. Tropœolum. L. 

(De tropaion, trophée ; allusion aux feuilles figurant un assemblage de boucliers). 

Mêmes caractères que ceux de la Famille. — Herbes diffuses 
on volïibiles, d racines souvent tubéreuses. Feuilles peltées ou 
palmi-jyariites. 

1. C. à grandes fleurs. T. mnJDS. L. {Grande Capucine. Cresson 
du Pérou). — Nasturtion. Inuiaai Crrss. — © Tige grimpante ou 
couchée, de .^-(î p. de long. Feuilles pelti-nervées, orbiculaires, sub- 
5-lobées, à pétiole inséré un peu au-delà du centre du limbe. Pétales 
obtus, d'un jaune orange, qtielquefois maculés de pourpre, les 2 su- 
périeurs séparés des 3 inférieurs qui sont fimbriés à la base et lon- 
guement onguiculés. Fleurs devenant pleines par la culture. — Pérou. 
Juin-Octobre. *i* 

Plante acre et piquante au goût, vivace dans sa patrie et annuelle 
dans nos climats. Fleurs et fruits confils au vinaigre se mangent 
comme assaisonnement. 

2. 0. noire. T. minus. L. — @ Plus petite que la précédente. 
Tige de 1-2 p. Feuilles pelti-nervées, orbiculaires, sub-sinuées, à 
nervures mucronées au sommet. Pétales acuminés-sétacés. Fleurs 
d'un jaune plus ou moins foncé. — Pérou. Hh 



Balsamine. xxxi. BALSAMiNKa^s. 117 

3. 0. étrangère. T. peregrinum. Jacq.— T. aduncum. Lam. {Pa- 
gariJlc). — i) Tige de (5-10 p. Feuilles polM-nervées, sub-reniformes, 
à 5-7 lobes entiers, mnoronés. Les 2 pétales sn[)érieurs lobés, inu- 
cronés, les 3 inférieurs plus petits, frangés. Eperon recourbé, de la 
longueur des pétales supérieurs. — Me.xique. >^ 

Ces 3 Espèces se ressèment souvent d'elles-mêmes. 



Fam. XXXI. BALSAMINEES. Bahamlneœ. Rich. 

(Du Genre Balsamina). 

//eries annuelles, succulentes, à feuilles alternes ou opposées, simples, sans sti- 
pules. 

Fleurs 8 , très irrégulières, délicates, brillantes. 

Calice à .5 sépales caducs, le postérieur plus j^rand, prolongé à sa base en éperon 
ou cornet recourbé enveloppant la corolle. 

Corolle — Pétales 5, liypogynes, l'antérieur grand, concave, les 2 postérieurs sou- 
dés avec les 2 latérau-t plus petits. 

Etamines 5, à filets courts, subulés. Anthères sagittées, introrses, conniventes à 

leur maturité. 
Ovaire 5-loculaire, composé. Stigmate sessile, 5-denté ou 5-fide. 
Fruit — Capsule oblongue à 5 loges, s'ouvrant élastirpiement en 5 valves locnli- 

cides, demi-septiféres, s'enroulant de la base au sommet et laissant en place 

le faisceau central des placentaires. 

Cette Famille dont les 2 Genres ne renferment pas moins de 110 
Espèces est sans importance sous le rapport des usages et des pro- 
priétés ; les Balsamines sont toutefois de magnifiques fleurs d'orne- 
ment. 



CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

Stigmates libres. Pédoncviles 1-flores Balsamine T. 

Stigmates cohérents. Pédoncules multi-flores Impatiente IL 



Gen. I. BALSAMINE. Balsamina. Riv. 

(De ballein, lancer, semen, graine ; allusion au fruit lançant ses graines). 

Anthères 5, à 2 loges. S/if/maies 5, distincts. Capsule 
ovoïde, pubesGonte, à valves s'enroulant en dedans du som- 
met à la base. Pédicelles toujours 1-flores, solitaires ou ag- 
grégés. — Herbes succulentes. 



118 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Impatiente. 

B. des jardins. B. îwitensis. Des. — Impatiens 'Buham.ina. L. — 
Ctarden Balsamine. — CD Pédicelles aggregés, courts. Feuilles 
lancéolées, dentelées, les supérieures alternes. Cornet du calice 
plus court que la fleur. Fleurs très délicates, de couleurs très va- 
riées, doubles par la culture. — Indes Orientales. Juillet. 4^ 

a B. Ctimellia. Fleurs en rosace régulière. Pétales larges, im- 
briqués. Couleurs variés. 

Semis en place ou mieux sur couches, surtout pour la Variété a 
pour qu'elle puisse mûrir ses graines. 

Gex. II. IMPATIENTE. Impatiens Riv. 

(Nom faisant allusion à l'élasticité des valves de la capsule qui se tordent dés 
qu'on les touche). 

Anthères 5, dont 3 2-loculaires et 2 l-loculaires devant le 
pétale supérieur. Stigmates cohérents. Capsule prismatique, 
allongée, à valves s'enroulant en dehors de la base au som- 
met, l-loculaire par l'altération des cloisons. Pédoncules 
axillaires, multi-flores. — Herbes tendres. 

1. I. n'y touchez pas. /. noU-tangere. L. — I. pallida. Nutt. — 
Snap-wked. — Ci) Tige de 2-4 p., rameuse, épaisse aux nœuds. 
Feuilles alternes, ovales-oblongues, crénelées ou grossièrement den- 
telées, chaque dent se terminant par un petit mucron. Pédoncule 
étalé au-dessous de la feuille, à 3-4 fleurs dont les latérales souvent 
apétales. Eperon recourbé au sommet, plus court que les pétales. 
Corolle jaune maculé de pourpre ; 2 des sépales aussi jaunâtres. — 
Canada Géorgie ; lieux humides. Partout. Août. 

2. I. jaune, l.fnlva, L. — I hiflora. Walt. — l. maculata.lsl\sSx\. 
Lewkl-wked. Balsam. — (D Tige de 1-3 p. Feuilles ovales-rhom- 
boïdes, obtuses, dentelées-mucronèes, plus petites de même que les 
fleurs que dans l'Espèce précédente. Pédoncules courts, 2-4-flores. 
Eperon échancré, renversé, plus long que les pétales. Fleurs jaune- 
orange, tachetées de pourpre intérieurement. — Canada-Géorgie ; 
lieux ombragés et humides. Partout. Août. 

Ces plantes sans être désagréables sont rarement cultivées pour 
l'ornement. Elles sont diurétiques. 



Oxalide. xxxii. oxalidées. 119 

Fam. XXXII. OXALIDÉES. Oxalideœ. D. C. 

(Du Genre Ozalis). 

Tiges herbacées, basses, à suc acide. 

Feuilles alternes, à 2-3 folioles, quelquefois plus, clifïitc^es ou palmées. 

Fleurs ^ , axiliaires, en cime ou en ombelle, régulières et symétriques. 

Calice persistant, à 5 sépales égaux, libres ou cohérents à la base. 

Corolle à 5 pétales égaux, hypogynes, onguiculés, caducs, plus ou moins libres. 

Etamines 10, plus ou moins monadelphes, celles opposées aux pétales plus lon- 
gues. Anthères lorsifixes, versatiles. 

Ocaire à 5 loges pluri-ovulées. Styles soudés à la base ; stigmates 2-fides ou 
laciniés. 

Fruit — Capsule à déhiscence loculicide ; valves adhérentes au faisceau des pla- 
centaires. 

Plantult droite, entourée d'un albumen charnu. 

Plus de 325 Espèces réparties en 6 Genres. L'Oxalide est le Feul 
qui se rencontre dans nos climats. 

Gen. oxalide. Oxalis. L. 

(De oxus, acide, als, sel ; allusion au sel acide contenu dans les feuilles). 

Sêjjales 5, libres ou cohérents à la base. Pétales 5, légè- 
rement adhérents à la base. Etamines 10, dont 5 plus 
courtes. Capsule pentagone. — Feuilles généralement à saveur 
acide. 

1. 0. oseille. O. ncetosella. L. — O. Americana. Bigel. {Pain de 
Coucou. Surelle). — Commun wood îSorrrl. — % Acaule. Racine 
grêle, rampante, dentelée, écailleuse. Feuilles à 3 folioles obcor- 
dées, purpurines en dessous. Stipules velues, adhérentes au pétiole. 
Pédoncules plus longs que les feuilles, munis au-dessus du milieu 
d'une bractéole 2-fide. Pétales blancs, quelquefois bleuâtres ou rosés 
ou jaunâtres à la base, ovales, obtus, inodores. Styles de la lon- 
gueur des etamines intérieures. — Canada-Pennsylvanie ; bois et lieux 
ombragés. St. François de l'Isle d'Orléans ! Juin. 

2. 0. droite. O. stricta. L. — FiELD SoKREL. — Ci) Racine ram- 
pante. Tige dressée, feuillée, rameuse, de 3-8', glabre, succulente. 
Pédoncules axiliaires, ombelliformes, plus longs que les pétioles, 2-G- 
flores. Folioles obcordées. Fleurs petites, jaunes, à pétales entiers. 
Styles de la longueur des etamines intérieures. Capsules munies de 
poils étalés, rares. — Canada-Louisiane ; champs cultivés. Commune. 
Juin-Octobre. 

3. 0. cornue. O. comicMata. L. — O. pusilla. Salisb. — O. fur- 
cata. Eli. — Ladies' wood Sorrel. — % Tige de 6'-12', couchée, ra- 



120 DICOTYLÉDONES POLYPÉTALES. Rue. 

dicaiiti-, rameuse. Stipules adhérentes à la base du pétiole cyliii- 
driq'iM'. Pédoncules presque en ouibelle, plus courts que les pétioles, 
portant 2-4 fleurs, l'édieelles réfléchis à la maturité. Sépales pu- 
bescents. Pétales jaunes, échancrés, margines, dépassant les sé- 
pales de la moitié de leur longueur. Styles de la longueur des éta- 
mines intérieures. Capsule densénient. pubescente. — Canada-Caro- 
line; chaMips cultivés. Environs de Québec ! Mai-Octobre. 

Ces liantes ont toutes une saveur acide assez agréable, analogue 
à celle de l'Oseille, qui est due à l'acide oxalique qu'elles contiennent, 
aussi sont elles ratVaichissantes et légèrement diurétiques. On en 
extrait un sel connu dans le commerce sous le nom de sel d'Oseille, 
qni sert à préparer des limonades ratVaichissantes et agréables, et 
qu'on emploie aussi pour taire disparaître les taches d'encre et de 
rouille sur le linge. 



Fam. XXXIII. RUTACEES. Rutaceœ. Bartt. 

(Du Genre Ruta). 

Tige herbacée ou sous-ligneuse. 

Feuilles alternes, sans stipules, souvent marquées de points transparents. 

Fleurs § , r{^guiîères, en grappes ou en corymbe terminal. 

Calice persistant, à 4-5 sépales soudés à la base. 

Corolle — Pétales 4-5, à onglets courts, insérés à la base d'un disque charnu. 

Etamines en nombre double ou triple de celui des pétales. Anthères introrses, 

biloculaires. 
Ovaire porto sur un gynophore 3-5-l(yb6, 3-5-locnlaire. Style 1. 
Fruit — Capsule a déliiscence loculicide ou septicide. 
Graines, 2 ou plusieurs dans chaque loge. Plantule droite. 

Genres 47, se répartissant en plus de 400 Espèces, presque toutes 
des régions tropicales de l'ancien continent. Le Genre Rue est 
presque Punique représentant de cette Famille dans nos climats ; en- 
coie ne le rencontre-t-on que dans les jardins. 

Gen. rue. Ruia. L. 

(De rèo, je coule; allusion aux propriétés emména»ogues de la plante). 

Calice à 4 divisions aigiios, planes, étalées. Corolle à 4-5 
pétales concaves, obovales, libres. Etahwies 8-10, plus lon- 
gues que les pétales. Ocaire à 4-5 côtes rugueuses-glandu- 
leuses. Ccqjside à 4-5 loges s'ouvrant au sommet en dedans. 



I 



Cîavalier. xxxiv. zanthoxylées. 121 

— Herbes ou arbustes à odeur forte. Feuilles alternes, pennées, à 
"points transparents. Fleurs d'un vert jaunâtre, en corymbes ou 
en grappes. 

R, odorante. R. graveolens. L. — R. Jiortensis. Milî. (^Rue des 
jardins') .—CoMMO^ Rue. — ® %. Tiges sous-frutescentes, de 3-4 p., 
rameuses dès la base, dressées, cylindriques. Feuilles sub-décom- 
poéées, à lobes oblongs ou ovales, entiers, le terminal obovale en 
coin. Fleurs terminales, en corymbes, jaunâtres, à pétales entiers ou 
sub-dentés. Capsule à lobes arrondis. — Midi de l'Europe. ^ 

L'infusion des feuilles de la Rue jouit de propriétés très prononcées 
comme emménagogue, vermifuge, sudorifique. — Semis. La plante 
se prêtant bien à la taille, fait de jolies bordures dans les jardins ; 
elle souffre cependant quelquefois de la rigueur de nos hivers dans 
les environs de Québec. 



Fam. XXXIV. ZANTHOXYLEES. Zanilioxyleœ. J. 

(Du Genre Zanthoxylum), 

Tiges ligneuses, à feuilles alternes ou opposées, sans stipules, ponctuées. 

Fleurs polygames, régulières, verdâtres ou rosées. 

Calice à 3-9 sépales cohérents à la base, imbriqués. 

Corolle è 4-5 pétales hypogynes, rarement 0. 

Etamines en nombre égal ou double des divisions du calice. 

Ovaire à 3-4 carpelles stipités, libres ou cohérents. 

Fruit sec ou charnu. Graines à albumen charnu. 

Genres 20, Espèces 110. Le Genre Olavalier est le seul indigène 
en ce pays. 

Gen. CLAVALIER. Zanthoxylum. L. 

(De zan^Aos, jaune, xiilon, bois ; allusion à la couleur du bois). 

Fleurs parfaites ou unisexuées. Les § à calice 3-4-5-partit. 
Pétales 3-4-5, rarement 0. Etamines 3-6. Pistils 3-5. Car- 
pelles 3-5, 1-séminés. Fleurs ç comme les § mais manquant 
d'étamines ; fleurs cT manquant de pistils. — Arbres ou arbris- 
seaux souvent armés d'aiguillons. Feuilles pennées, généralement 
ponctuées-pellucides. Fleurs petites, verdâtres, sans éclat. 



122 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Staphylicr, 

0. à feuilles de Frêne. Z. fraxineum. Willd.— Z. Amerira- 
num. Mill. {Frêne épineux). — Prickly Ash. — Arbrisseau de 10-12 
p., à rameaux armés d'épines brunes, courtes, coniques, très fortes. 
Feuilles à 5-11 folioles ovales, denticulées, glabres, pubescentes en 
dessous, à pétioles cylindriques, inermes. Aiguillons souvent stipu- 
iaires. Fleurs en ombelles axillaires ; les ^ et les (S" sur un même 
individu, et les Ç sur un autre. — Canada-Virginie ; l ois pierreux et 
humides. Montréal ! Bécancour, dans l'Ile d'Orval ! Avril-Mai. 

Ecorce amère, aromatique, stimulante, employée contre les rhuma- 
tismes et le mal de dents. — Bouturages des racines. 



Fam. XXXV. STAPHYLEACEES. StapTiyleaceœ. Bart. 

(Du Genre Staphylea). 

Arbres ou arbrisseaux dressés. 

Feuilles impari-pennées, à folioles ordinairement opposées, à stipules caduques. 

Fleurs ^ , régulières, blanches, axillaires ou terminales, en grappes ou en pani- 

cules. 
Calice coloré, 5-partit, à préfloraison imbriquée. 
Corolle à 5 pétales insérés sur un disque hypogyne, rarement 0. 
Etamines 5, obscurément périgynes. Anthères introrses, bi-loculaires. 
Ovaire 2-3-loculaire, 2-3-lobé. Styles 2-3, filiformes, libres ou cohérents. 
Fruit — Capsule ou baie. 
Graines globuleuses, tronquées à la base, à testa osseux, luisant. 

Cette petite Famille que plusieurs Botanistes ne considèrent que 
comme une tribu des Célastrinées n'est représentée en Canada que 
par le seul Genre qui suit. 

Gen. STAPHYLIER. Staphylea. L. 

(De staphylê, grappe ; allusion à la disposition des fleurs). 

Fleurs §. Calice à 5 sépales colorés, persistants. Ma- 
mines 5. Styles 3. Capsule membraneuse, enflée en vessie, 
à 2-3 lobes s'ouvrant par la snture ventrale. — Arbrisseaux 
dressés. Meurs blanches. Feuilles opposées. 

S. à feuilles ternées. S. trifoUa. L.— Bladder-nut. — Arbris- 
seau de 6-8 p., à écorce gris-cendré, jaunâtre sur les jeunes ra- 
meaux. Feuilles à 3 folioles ovales, acuminées, régulièrement den- 



Fusain. Ixxti. célastrinées, i23 

tées, pubescentes înférieurement dans le jeune âge, les 2 latérales 
presque sessiles. Fleurs blanches, en grappes nombreuses, pendantes. 
Pétales ciliés inférieureraent. Pédoncules accompagnés à la base de 
bractées sétacées. Capsule gonflée, 3-gone, à 3 lobes contenant des 
noyaux durs, osseux, à testa poli et lisse. — Canada-Caroline ; taillié 
humides. St. Henri de Mascouche ! Mai. 
Se multiplie par rejetons ou par le semis. 



Fam. XXXVI. CELASTRINEES. Gelastrineœ. t. Br. 

(Du Genre Celastrus). 

Arbrisseaux à feuilles ordinairement alternes, simples, à stipules très petite», 
caduques. 

Fleurs généralement ^ , régulières, axillaires, blanches, verdâtres ou pourpres, 
en cimes ou en grappes. 

Calice persistant, 4-5-fide, ou 4-5-partît, à préfloraison imbriquée. 
Corolle à 4-5 pétales libres, insérés sur le bord d'un disque charnu annulaire, ta* 
pissant le fond du calice. 

Etamines 4-5, insérées sur le bord du disque, à filets courts. 

Ovaire à 2-5 loges ]-2-ovulées, plus ou moins plongé dans le disque et quelque- 
fois y adhérant. 

Fruit — Drupe, samarre ou baie. 

Graines souvent arillées, à albumen charnu, copieux. 

Genres 27, Espèces 274, la plupart possédant un suc acre et amer 
qui les rend purgatives et émétiques. Presque toutes originaires du 
Cap de Bonne-Espérance, elles sont aussi rares vers les pôles que 
sous les tropiques ; elles appartiennent particulièrement à la zone 
tempérée. Les deux Genres qui suivent sont presque les seuls que 
l'on rencontre en Canada. 



CIEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

Feuilles opposées Pusalii I. 

Feuilles alternes > .*.... ^ « Célastre II. 



Gen. I. FUSAIN. Evonymiis. t. 

(De eu, bien, onama, nom ; c'est-à-dire bien nommé, allusion à son nom vulgaire 
Bonnet de Prêtre). 

Calice plane à 4-5 lobes obtus, étalés. Pétales 4-5, insérés 
ÉHr le bord d'un disque périgyné, charnu, orbiculaire. Ma»- 



124 DICOTYLÉDONES— POLTPÉTALES. CélastrP. 

mines 4-5 insérées sur des glandes saillantes à la surface du 
disque ; filets courts. Capsule colorée, à 5 angles, 5 loges et 
6 valves loculicides. Graine renfermée dans un arille pul- 
peux, coloré, ouvert au sommet, à testa -pa^pyrâcé.— Arbris- 
seaux dressés ou couchés d rameaux tétragones, â feuilles opposées. 

1. F. d'Amérique. E. Americanus. L. — E. sempervirens. Mars. 
— BuRNiNG-BUSH. Straw-berry-trke. — Qj. Arbrisseau de 3-8 p., à 
rameaux verts, lisses, tétragones. Feuilles sessiles, elliptiques-lan- 
céolées, de ^'-2' de long, glabres, légèrement dentelées, coriaces, le 
plus souvent persistantes dans les Etats du Sud. Pédoncules cylin- 
driques, axillaires, 3-flores, plus longs que les feuilles. Pétales pre^^que 
orbiculaires. Fleurs jaunes ou roses, le plus souvent en 5 parties, 
quelquefois en 3 ou 4. Capsule d'un rouge foncé, hérissée de petits 
tubercules verruqueux. Graines avec un arille d'un rouge brillant. — 
Canada-Géorgie ; bois humides. Isle St. Paul (Montréal) ! Juin- 
Juillet. 

2. F, d'Europe. E. Europœus. L. — E. vulgaris. Mill. (^Bonnet- 
de-prêtre. Bois àlardoire). — Bel arbrisseau de 4-12 p. Feuilles ca- 
duques, ovales-lancéolées, aiguës, glabres, finement dentelées. Pé- 
doncules comprimés, 3-flores. Fleurs petites, verdâtres, en ombelles 
dichotomes. Capsule d'un beau rouge, à lobes obtus. Graines oran- 
gées. — Europe. Mai. ►{* 

La forme bizarre de ses fruits lui a fait donner en Europe le nom 
vulgaire de Bonnet de frêtre. Le bois est d'un blanc jaunâtre, très 
dur. Son charbon sert à la fabrication de la poudre à canon ; on en 
fabrique aussi des crayons dont se servent les peintres pour tracer 
leurs esquisses. Fruits acres, émétiques et fortement purgatifs ; des- 
séchés et réduits en poudre ils détruisent la vermine. 

Gen. II. CÉLASTRE. Celastrus. L. 

(De kelastros, dérivé de kelas, arrière-saison ; allusion an temps de la maturité 
des fruits de la plante;. 

Fleurs dioïques, quelquefois polygames. Calice urcéolé, 
5-fide. Pétales 5, insérés sous un disque orbiculaire, ovales- 
oblongs, étalés au sommet. Capsule sub-globuleuse, 3-4- 
angulaire, à valves loculicides. Graines enveloppées dans 
un arille charnu, 1-2 dans chaque loge. — Arbrisseaux grim- 
▼ fants, à feuilles caduques, alternes. Fleurs en grappes. 

C. grimpant. C. Scandeus. L. {Bourreau des arbres). — Staff- 
TBEE. Warwork. — Tige volubile s'élevant à une grande hauteur 
en étranglant les arbres. Feuilles alternes, pétiolées, stipulées, 
glabres, ovales-acuminées, dentblées. Fleurs dioïques, verdâtros, en 



Néinopantlie. xxxvii. ilicinées. 125 

grappes terminales. Graines couvertes d'un arille écarlate, lenfer- 
mees dans une capsule à 3 cornes, persistant sur la tige justjue dans 
l'hiver. — Canada-Virginie ; bords des bois et des ruisseaux. Mon- 
tagne de Montréal ! Batiscan ! Juin. 
Ecorce émétique. — Boutures, semis. 



Fam. XXXVII. ILICINEES. Uicmece. Adr. Brongn. 

(Du Genre Ilex). 

Arbres, arbrisseaux ou sous-arbrisseaux, généralement toujours verts. 
Feuilles alternes ou opposées, pétiolées, simples, glabres, sans stipules. 

Fleurs ^ ou polygames, régulières, solitaires ou fasciculées à l'aisselle des feuilles, 

blanches ou verdâtres. 
Calice petit, à 4-6 divisions obtuses, persistant. 

Corolle hypogyne, polypétale ou monopétale, à préfloraison imbriquée 
Etamines insérées à la base des pétales et alternant avec eux. Anthères adnées, 

2-loculaires. 
Ovaire libre, sessile. charnu, à 2 ou plusieurs loges 1-2-ovulées. 
Fruit — Drupe à 2-6 graines pierreuses, à albumen charnu, copieux. 

Cette Famille a beaucoup d'affinités avec les 2 précédentes aux- 
quelles elle était autrefois réunie. Ses pétales souvent soudés à la 
base ont engagé plusieurs Botanistes à la ranger parmi les Monopé- 
tales. Elle participe aux propriétés des Célastrinées et des Rham- 
nées. Elle comprend 11 Genres qui ne renferment pas moins de 
110 Espèces. Les 2 Genres qui suivent sont les seuls indigènes en 
Canada. 



CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

Pétales unis, le plus souvent 6 Apalanche II. 

Pétales libres, le plus souvent 5 Nemopanthe I. 



Gen. I. NEMOPANTHE. Nemopanthes. Raf. 

(De nêmo, fil, anthos, fleur; allusion à la forme des filets des etamines). 

Calice minime, annulaire, entier. Pétales 5, distincts, 
oblongs, linéaires, réfléchis. Etamines insérées avec les pé- 
tales, à filets Bubulés, à anthères eub-globuleuses. Ouair^ à 



126 DICOTYLÉDONES — POLTPÉTALEs. Apalanchc. 

3-4 loges l-ovnlées. Stigmates 3-4. Baie sub-globuleuse. — 

Arbrisseaux rameux^ â feuilles alternes, coriaces, caduques. Fleurs 
d'un blanc verdâtre ; pédoncules i-Jîores. 

N. du Canada. N. Canadensis. D. C. — Ihx Canadensis. Mlcfax» 
— Canadian Holly. — Arbrisseaux de 4-6 p., à feuilles décidues, al- 
ternes, ovales-acuminées, denticulées, molles, vertes sur les 2 faces. 
Fleurs petites, d'un blanc verdâtre ou jaunâtre, portées sur de longs 
pédoncules solitaires, axillaires, quelquefois ramifiés. Corolle à seg- 
ments aigus, égalant les étamines. Ovaire des fleurs stériles, pointu, 
celui des fleurs fertiles portant un stigmate 4-lobé. Baie rouge à 4-5 
noyaux pierreux. — Canada- Virginie ; lieux humides et rocailleux. 
Petit Cap (St. Joachim) ! Mai-Juin. 

Gen. ir. AP AL ANCHE. Prinos. L. 

(De^rto, je scie ; allusion aux feuilles dentées en scie). 

Cdlce petit, urcèolé, 4 6-denté. Corolle eu roue, à 4-6 di- 
visions. Etamines 4-6, insérées sur le fond de la corolle, à 
filets filiformes. Onaire à 6-8 loges l-ovulées. Stigmates 6-8, 
distincts ou cohérents. Drupe à 6-8 noyaux osseux. — Ar*- 
brisseaux à feuilles alternes. 

A, verlicillé. P. verticilfaiMs. Tj. — llex vertirilla. L. {Avalanche 
vert. Bois de Malte. Aulne blanche'). — Wimteuberry. Black- 
Alder.- Arbrisseaux de 7-8 p. croissant dans les lieux bas et maré- 
cageux. Feuilles ovales, acuminées, caduques, dentelées, pubes- 
centes inférieurement. Fleurs (^ en fascicules ombelliformes, les 
Ç aggrégées, à 6 divisions. Baies rouges, en petites grappes, à 6 
loges l-ovulées, persistant bien après la chute des feuilles. — Québec- 
Virginie. Lac Kinogomi ! Port Hope ! Juin-Juillet. 

Ecorce et feuilles astringentes et toniques ; fruits émétîques et 
purgatifs. Le nom spécifique est dû à l'apparence qu'affectent sou- 
vent les pédicelles sur la grappe. 



Nerprun. xxxviii. rhamnées. 127 

Fam. XXXVIII. RHAMNÉES. Rhamneœ. R. Br. 

(Du Genre Rhamnus). 

Arbrisseaux ou arbres, souvent épineux. 

Feuilles simples, alternes. Stipules petites, quelquefois 0. 

Fleurs généralement § , quelquefois dioïques, régulières, petites, verdâtres, axil- 

laires ou terminales. 
Calice à 4-5 sépales unis à la base et soudés avec l'ovaire. 

Corolle — Pétales 4-5, très petits, onguiculés, insérés sur le calice, à préfloraison 
valvaire, quelquefois 0. 

Etamines 4-5, opposées aux pétales, ordinairement soudées par leurs onglets. 

Ovaire libre, ou demi-adhérent au tube du calice, à 2-3 4 loges 1-2-ovulées. 

Fruit capsulaire ou drupacé. 

Graines dressées, à albumen charnu peu abondant. 

Genres 421, Espèces 250, distribuées dans les parties chaudes des 
2 hémisphères. Les 2 Genres qui suivent sont seuls indigènes en 
Canada. 



CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

Calice libre de l'ovaire. Pétales plai:es Nerprun I. 

Calice adhérent à la base de l'ovaire. Pétales onguiculés . . Céauothe II. 



Gen. I. NERPRUN. Rhamnus. J. 

(De rabdos, baguette ; allusion aux rameaux grêles et flexibles de la plante). 

(Jalice urcéolé, 4-5-fide. Pétales 4-5, insérés sur le bord 
d'un disque charnu tapissant le tube calicinal. Etamines 4-5, 
à filets courts, cylindriques. Ovaire libre, à 3-4 loges 1-ovu- 
lées. Styles 2-4, cohérents à la base. Drupe charnue, a 2-4 
noyaux osseux. — Petits arbres ou arbrisseaux à feuilles alternes. 
Fleurs axillaires, en grappes ou en cimes, S ou dioïques. 

1. N. à feuilles d'aulne. R. alnifolius. L'Hér. — R. frangu- 
lo'ldes. Michx. — Alder-lbavrd Buckthorn. — Arbrisseaux de 2-4 
p., à rameaux sans épines. Feuilles ovales-acuminées, denticulées, 
vertes en dessus, pâles et réticulées en dessous. Fleurs le plus sou- 
vent apétales, monoïques. Pédoncules aggrégées, 1 flores. Calice 
à divisions aiguës. Styles 3, unis, très courts. Baie noire de la 
grosseur d'une Gadèle. — Baie d'Hudson-Virginie ; montagnes, taillis. 
Somerset ! Mai-Juin. 



128 DICOTYLÉDONES — POLTPÊTALES. Céanothe. 

2. N. purgatif. R. catharticiis. L. — Buckthorn. — Arbrisseau de 
10-15 p., à branches épineuses. Feuilles ovales, doublement den- 
tées, fasciculées au sommet des rameaux. Fleurs polygames, ver- 
dâtres, en bouquets. Baie noire, globuleuse. — New- York ; rare. 
Juin. 4î 

Les baies et l'écorce sont violemment purgatives. Le Nerprun 
sert aussi à faire d'excellentes haies vives. 

Gex. II. CÉANOTHE. Ceanothus. L, 

(De keanôthus, nom grec d'une plante épineuse, donné par Linné à ce Genre). 

Calice tubuleux, à limbe 5-fide, membraneux, se séparant 
transversalement après la floraison. Pétales 5, insérés sur le 
bord du disque, longuement onguiculés, à limbe creusé en 
capuclion. Elamines 5, sortantes. Capsule à 3 coques 2-valves, 
entourée à la base par le tube persistant du calice. — Arbris- 
seaux inermes. Feuilles alternes, sub-irinervées. Meurs en ca- 
nicules terminales ou en grappes axillaires. 

C. d'Amérique. C. Americanus. L — Jersey Tea. Eed Root. 
— Arbrisseau de 2-4 p., efïilé, à branches cylindriques, roageâtres, 
glabres. Feuilles ovales-acuminées, dentées, 3-nervées, pubescentes 
en dessous, 2 fois plus longues que larges. Fleurs petites, blanches, 
en panicule, de l'aisselle des feuilles supérieures. Etamines renfer- 
mées dans les capuchons des pétales. — Canada-Floride j taillis. Juin. 

La racine grosse et rouge donne une couleur jaune-nankin. Les 
feuilles desséchées sont employées en guise de thé. 



Fam. XXXIX. ANACARDIACEES. Anacardiaceœ. 

(Du Genre Anacardium). 

Arbres ou arbrisseaux à suc balsamique ou gommeux, souvent laiteux et caus- 
tique. 

Feuilles alternes, sans stipules, simples, temées ou impari-pennées. 

FUurs ordinairement uniscxuées, régulières, petites, en épis ou en panicules ter- 
minales ou axillaires. 

Calice persistant, à 3-5 sépales unis à la base. 

Corolle — Pétales 3-5, quelquefois 0, à préfloraison imbriquée ou valvaire. 

Etamines en nombre égal on double de celui des pétales, stériles dans les fleurs Ç . 

Ovaire libre, 1-loculaire, 1-ovulé. Stylo unique, simple, quelquefois plusieurs. 

Fruit indéhiscent à une seule graiue exalbuminée. 



Sumac. XXXIX. aîstacardiacées. 129 

Genres 41, Espèces 250, la plupart des régions tropicales. Le 
suc résineux ou gommeux qui est le principal caractère affecté à cette 
Famile, laquelle sous d'autres rapports a beaucoup d'analogie avec 
les Légumineuses et les Rhamnées, fournit un grand nombre de ma- 
tériaux à la classe des stimulants en médecine. Le seul Genre dont 
le suc soit vénéneux est aussi le seul que l'on rencontre en Canada, 

Gen. sumac. Rlius. L. 

(t)ii celtique rhudd, roage ; allusion à la couleur des fruits et des feuilles en au- 
tomne). 

Meurs polygames, monoïques ou dioïques. Calice persis- 
tant, à 3 divisions égales. Pétales 4-5, insérés sous un disque 
orbiculaire, sessiles, égaux, étalés. Mamines 4-5. Styles 3; 
stigmates obtus ou capités. Dncpes sèclies, à noyaux osseux. 
— Arbres ou arbrisseaux d feuilles composées ou simples. Fleurs 
en particule, 

* Feuilles pennées. 

1. S. amarante. R. typMna. L. — R. Canadense. Mill. {Vinai- 
grier. Su77tac de Virginie). — Stag-horn Sumach. — Arbrisseau de 
10-20 p., très tortueux, à rameaux et pétioles couverts d'un duvet 
très serré. Feuilles irapari-pennées, à 17-21 folioles ovales-lancéolées, 
dentelées, poilues-blanchâtres inférieurement. Fleurs écarlates, en 
panicule compacte, thyrsoïde. Fruit ovoïde-comprimé, pourpre, hé- 
rissé. — Canada-Louisiane ; taillis, penchants des collines. Lotbi- 
iiière ! St. Hilaire ! Juin. 

Arbrisseau d'un bel effet dans les grands jardins, mais ses racines 
longuement traçantes émettent d'ordinaire de nombreux drageons 
qui deviennent bientôt nuisibles. Son écorce et ses feuilles sont em- 
ployées dans le tannage des cuirs. Ses fruits acides et rafraîchis- 
sants font une limonade d'uu goût assez agréable. 

2. S. glabre. R. glabra. L. — R. elegans. Ait. (^Vinaigrier). — 
Smooth Sumach. — Arbrisseau de 3-15 p., glabre. Feuilles à 8-15 
paires de folioles lancéolées-oblongues, acuminées, à dentelures rap- 
prochées, blanchâtres en dessous ; pétioles nus. Fleurs en grappes 
épaisses, serrées, thyrsoïdes, jaunâtres et passant au rouge éclatant. 
Drupes rouges, soyeuses, pulpeuses, très acides.— Canada-Géorgie ; 
terrains pierreux et stériles. Hamilton ! Cornwall ! Juin. 

On retire de ses fruits par la fermentation une espèce de vin et de 
vinaigre. Ses racines traçantes font que la plante s'empare presque 
seule des terrains sablonneux où elle se trouve, lorsque la culture en 
est abandonnée. 

3. S. à feuilles de Lentisque. R. copalUna. L. — Mountain 

Sumach.— Arbrisseau de 17 p., à rameaux et pétioles pubescents. 



130 raCOTTLEDONES — POLYPETALES. UOiU, 

Feuilles à 5-8 paires de folioles étroites, lancéolées, entières, pointues, 
presque glabre», à pétiole ailé entre chaque paire de folioles, réticuléj 
pubescent. Fleurs jaunâtres, en panicule un peu lâche ; pédoncules 
et pédicelles pubescents. Drupes arrondies, rougeâtres, à peine 
pubescentes, acides. — Canada-Floride; lieuz stériles et pierreux. 
Juillet. 

On extrait de cette Espèce une résine jaune qui entre dans la com- 
position des vernis, cette résine est connue dans ie commerce sous 1© 
nom de gomme cojmle d'Amérique. 

4. S. vefnis. R. venenata. D.C. — R. vernix. L. — Toxicodendron. 
pinnatum. Mill. {Bois cliandelW). — Poison Sumach. Poison El.- 
DER. — Arbrisseau de 10-15 p., à branches étalées, très glabres. 
Feuilles à 5-6 paires de folioles ovales-lancéolées, acuminées, en- 
tières, glabres, rougissant en automne, réticulées en dessons, à pé- 
tioles non ailés. Fleurs verdâtres, en panicule lâche ; pédoncules 
presque terminaux. Drupes jaunes-blanchâtres, glabres. — Canada- 
Géorgie ; marais. London ! Sarnia ! Juin. 

Vénéneux dans toutes ses parties ; le poison se communique en 
touchant ou en aspirant les parties incisées ou coupées de la plante. 
La résine qu'on extrait de cet abre sert au Japon à vernir les vases, 
les meubles, etc. 

** Feuilles temées. 

5. S. vénéneux. R. toxicodendron. L. (Herhe à la puce. Sumac 
à la gahy.^-Foisos Oak. Poison Ivy. — Petit arbrisseau dressé de 
1-3 p., presque glabre dans toutes ses parties. Feuilles légèrement 
pubescentes, à 3 foliotes ovales, acuminées, entières ou sinuées- 
dentées. Fleurs petites, dioïques, en grappes paniculées, axillaires, 
sub-sessiles. Drupe d'un brun pâle, ovoïdes-globuleuses. — Canada- 
Géorgie ; lieux sablonneux, ombragés et humides. Petit Cap ! Isle 
Perrault ! Juin. 

a radicans. L. Tige de 3-20-50 p., grimpante par des milliers de 
cranpons, — Québec, sur les ramparts ! 

Cette Espèce, de même que la précédente, contient dans toutes ses 
parties un suc blanchâtre, résineux, très acre, renfermant un principe 
vénéneux d'une extrême subtilité. Les émanations qui s'échappent de 
ces plantes occasionnent souvent des accidents assez graves. Il sufEt 
souvent de s'exposer seulement un instant à ces émanations, même 
sans toucher la plante, pour se voir au bout de 48 heures la figure, 
les mains et souvent tout le corps, couverts de petites ampoules ou 
pustules, accompagnées d'une inflammation de la peau considérable 
et très douloureuse. On dit que c'est au soleil et au milieu de l'été que 
ces émanations sont le plus à craindre. Grand nombre de personnes 
toutefois traitent de chimérii^ues les craintes qu'elles voient témoi- 
gner à la rencontre de V Herbe à la puce et n'ajoutent aucune foi à sa 
malignité. Nous savons que pour nous-même nous en avons mainte 
et mainte fois foulé aux pieds, froissé dans nos mains et même mis 
dans notre bouche, sans jamais en ressentir le moindre effet. Mais 



XL. LEGUMINEUSES. 131 

les médecîas peuvent sans doute nous dire sur cela, comme à Tégard 
des maladies épidémiques, que le virus de la maladie qu'occasion- 
nent les émanations de cette plante peut prendre sur une personne et 
non sur une autre, la chose dépendant des dispositions particulières 
de la personne qui peuvent la rendre plus ou moins capable de ré- 
sister à l'influence pernicieuse à laquelle elle se trouve exposée. 

*** Feuilles simples. 

6. S. des teinturiers. R. cotinus. L. {Fusteh Arbre à perruque). 
— Venetian Sumach. — Arbrisseau de 5-6 p., à feuilles simples, gla- 
bres, enfièree, obovales. Fleurs cf à pédoncules persistants, accres- 
cents et hérissé de poils plumeux, rougeûtres, formant des panicules 
de 1-2 p. de long plus apparentes et d'un plus bel efl'et que les fleurs 
mêmes. — Europe et aussi dans l'Arkansas. Juin. >^ 

On peut en voir de magniques individus dans le parterre de l'Ecole 
Normale de Toronto. 



Fam. XL. LEGUMINEUSES, Leguminosœ. J. 

(De legumen, gousse, nom tiré de la forme du fruit). 

Herbes, arbrisseaux ou arbres. 

Feuilles alternes, entières, ordinairement composées et stipulées. 

Fleurs ^ , irrégulières, solitaires, en grappes, en ombelles, etc. 

Calice généralement à 5 sépales libres, ou plus ou moins soudés, souvent inégaux, 

ordinairement accompagnés de bractées. 
Corolle — Pétales 5, irrégulière, à préfloraison imbriquée, quelquefois régulière et 

à préfloraison valvaire. 
Etamînes 10, monadelphes, diadelphes. ou distinctes. Anthères versatiles. 
Ovaire généralement unique, devenant une gousse ou un fruit articulé. Style un 

pea latéral ; stigmate simple. 
Graines plus ou moins réuiformes, solitaires ou réunies, exalbuminées. 

Genres 467, Espèces 6500. Les plantes de cette grande Famille 
se rencontrent dans tous les climats, mais principalement dans les 
régions tropicales ou sub-tropicales de l'ancien continent. Outre les 
nombreux aliments qu'elle offre à l'homme et aux animaux, elle 
fournit encore beaucoup de substances à la médecine et aux arts, et 
à l'horticulture de nombreux et remarquables ornements. De ses 
467 Genres 19 seulement croissent spontanément en Canada. 

Les Minosées et les Césalpinées que nous considérons avec Jussieu 
comme des sous-Familles des Légumineuses ont été élevées par plu- 
sieurs Botanistes modernes au rang de Familles distinctes. 



132 DICOTYLÉDONES — POLTPETALES. 

CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

1 Corolle papilionacée 2 

I Corolle non papilionacée .22 

2 Feuilles simples Gainîer XXVII. 

2 Feuilles pennées 3 

2 Feuilles 3-foliolées 15 

2 Feuilles palmées, à 5-15 folioles. Ailes conniventes à la base. Lupin II. 

2 Feuilles palmées. Ailes libres Psoralier VII. 

3 Feuilles pari-pennées 4 

3 Feuilles impari-pennées 8 

4 Feuilles sans vrilles Vesce XV. 

4 Feuilles terminées par une vrille simple ou rameuse 5 

5 Style pubescent mais non barbu Graines comprimées • Lentille XIV. 
5 Style barbu. Graines globuleuses 6 

6 Style velu en dedans du côté de l'étendard 7 

6 Style velu en dehors du côté de la carène ..... Vesce XV. 

7 Graines globuleuses. Style canaliculé extérieurement . . Pois XIII. 
7 Graines lenticulaires ou sub-globuleuses. Style non canaliculé. Gesse XVI. 

8 Arbrisseaux ou arbres 9 

8 Herbes 11 

9 Munis d'épines Robinier IX. 

9 Sans épines 10 

10 Grimpants Wiatérie XXII. 

10 Di-essés Baguenaudier X. 

II Gousse articulée ... • 12 

11 Gousse sans articles 13 

12 Fleurs en ombelle Corouille XVII. 

12 Fleurs en épis ou en grappes ........ Sainfoin XIX. 

13 Tige grimpante Apios XXIII. 

14 Tige dressée . . » 13 

14 Gousse comprimée ........... Téphrosie VIII. 

14 Gousse renflée, 1-loculaire Pliaque XII. 

14 Gousse renflée, 2-loculaire Astragale XI. 

15 Carène contournée en spirale ainsi que le style et les éta- 

mines Haricot XXIV. 

15 Non 16 

IG Gousse divisée en logettes par des cloisons 17 

16 Gousse 1-loculaire ' 18 

17 Calice 2-labié. Gousse à articles se séparant transversale- 
ment Desmodie XVIII. 

17 Calice urcéolé, companulé. Gousse 2-valve .... Indigotier VI. 

18 Gousse coHtournée en spirale ou en faucille .... Luzerne III. 

18 Gousse droite, ovoïde 19 

19 Feuilles 3-follolées, pennées 20 

19 Feuilles 3-foliolées, palmées 21 

20 Gousse à 2 graines. Tige dressée ....... Mélilot IV. 

20 Gousse à 2 graines. Tige couchée ou grimpante. Amphicarpée XXI. 

21 Feuilles digitées. Etamines diadelpbes (9 et 1) .... Trèfle V. 

21 Feuilles digitées. Etamines 10, libres, égales Baptisie I. 

21 Feuilles digitées. Gousse monosperme Lespédézie XX. 

22 Arbre inerme Chicot XXV. 

22 Arbre muni d'épines Févier XXVIII. 

22 Arbuste. Corolle régulière : Mimeuse XXIX. 

22 Herbe ou arbrisseau. Corolle irrégulière .... Casse XXVI. 



XL. LEGUMINEUSES. 



133 



Sous-Famille I. PAPILIONACÊES. 



Pétales 5, quelquefois 4-3-2-1-0, inégaux, insérés sur un disque tapissant le 
fond du calice ; pétale supérieur {étendard) embrassant les autres ; les 2 latéraux 
{ailes) semblables enti'e eux, appliqués sur les 2 inférieurs qui sont aussi sem- 
blables entre eux, le plus souvent connivents et stimulant un pétale unique 
nommé carène ou nacelle. Etamines ordinairement 10, le plus souvent diadelphes. 
(9etl.) (a) 




Ftg. 86. Branche fleurie de la Gesse à feuilles de Myrte {Lathyrus Myrtifoiius). 
87. La corolle décomposée : a, l'étendard ; b, les ailes; c, les 2 pétales unis qui 
forment la carène. 88. La caréné dans sa position naturelle. 89. Les eta- 
mines et le pistil grossis. 



(a) Voir le Traité Elémentaire de Botanique de l'auteur, p. 40. 



134 DICOTYLÉDONES POLITÉTALES. BaptisiC. 

Gen. I. BAPTISIE. Baptisia. Vent. 

(De 6a;? e/n, teindre; allusion aux propriétés tinctoriales de quelques Espèces). 

Calice persistant, cainpauulé, 4-5-fide, sub-2-labié. Eten- 
dard orbiculaire, échancré au sommet, réfléchi sur les côtés. 
Carène égale aux ailes, à pétales soudés par le dos, Etamines 
10, libres, décidues. Ovaire stipité. Gousse enflée, pauci- 
multi-séminée. — Herbes à feuilles simples ou d-foliolécs. Sti- 
pules distinctes. Fleurs en grappes. 

1. B. ■blanchs. B. alla. Hook. — B. leucantha. Torr. et Gr. — 
% Tige de 2-3 p., glabre et glauque, à rameaux divariqués. Feuilles 
glabres, brièvement pétiolées, à 3 folioles obovales-cunéiformes, ob- 
tuses. Fleurs grandes, blanches, en grappes terminales ; bractées 
ovales-lancéolées, très caduques ; pédicelles de la longueur du ca- 
lice. Etendard plus court que les ailes, teint de pourpre au centre. 
Gousse grosse, ovale-oblongue, de 2' environ. — Canada-Louisiane ; 
dans les terrains d'alluvion riches. Bords du Lac Erié ! Juin-Juillet. 

2. B. des teinturiers. B. tinctoria. R. Br. — Sophom. L.—Po- 
clahjria. Lam. — Wild Indigo. — Qj. Tiges glabres, de 2 p., à rameaux 
divariqués, glabres ainsi que les feuilles, presque ligneuses. Feuilles 
pétiolées, à 3 folioles obovales arrondies, aiguës à la base, très ob- 
tuses au sommet. Stipules et bractées sétacées, caduques. Fleurs 
jaunes, en grappes terminales lâches. Gousse longuement stipitée, 
sub-globuleuse, le plus souvent à une seule graine. Toute la plante 
de même que la précédente d'un vert bleuâtre. — Canada-Floride ; 
collines sèches. Juillet-Septembre. 

3. B. australe. B. australi^. R. Br. — 5. cœrvlea. Pursh. — Bltie 
FLOWERED Baptisia. — % Tiges de 2-3 p., glabres, en touffes. 
Feuilles pétiolées, à 3 folioles oblongues-cunéiformes, obtuses, gla- 
bres. Stipules linéaires-lancéolées, libres à la base, plus longues 
que le pétiole, foliacées. Fleurs de 1' de long, en grappes de 3'-6'. 
Corolle bleue, à carène blanchâtre. Gousse stipitée, apiculée, de plus 
de 2 de long à la maturité, très enflée et carénée en dessous. — 
Etats-Unis du Sud. »^ 

Les Baptisies avec leur feuillage et leur port élégant font un bel 
effet dans les parterres ; elles résistent parfaitement à nos hivers. On 
retire de la dernière Espèce un indigo d'une qualité inférieure en quan- 
tité considérable, de là son nom anglais. — Division des touffes et semis. 

Gen. II. LUPIN. Lupinus. T. 

(De ?M/?Ms, loup ; allusion aux racines de la plante qui dévorent ou épuisent le sol). 

Calice profondément 2-labié, à lève supérieure plus courte, 
2-fide, l'inférieure entière, 3-dentée, souvent 2-bractéolée à la 



Luzerne. xl. légumineuses. 135 

base. Etendard ovale, caréné sur le dos, étalé par les côtés ; 
ailes conniventes à la base, carène falciforme, acuminée. Eta- 
mines 10, monadelphes. Anthères alternativement oblongnes 
et globuleuses. St}/le filiforme, recourbé en dedans. Gousse 
coriace, oblongue ou linéaire, à 2-plusieurs graines, resserrée 
entie les graines par des isthmes obliquement transversaux, 
— Herbes ou sous-arbrisseauz à feuilles digiiêes. Stipules adnêes 
au pétiole. Fleurs en épi ou en grappe, ynunies d'une bractée et 
souvent de 2 bractêoles. 

1. L. vivace. L. perennis. L. — L. gracilis. Nutt. — Commun 
LuPiNK. — % Tiges herbacées, dressées, glabrescentes, de 12-15'. 
Feuilles à 5-9 folioles presque spatulées, un peu glabres en dessus, 
légèrement pubescectes en dessous. Fleurs d'un bleu violacé, for- 
mant des grappes lâches, terminales, très brillantes. Bractées très 
caduques. Calice sans bractées à la lèvre inférieure. Carène ciliée. 
— Canada-Géorgie ; dans les bois à sols légers, sablonneux. Lac 
Champlain ! Juin. >^ 

2. îi. polyphylîe. L. j^olyphyllus.'LmàX. — Many-leavbd Lupinf. 
— % Tige de 3-5 p. Feuilles à 11-15 folioles lancéolées, soyeuses 
en dessous. Fleurs blanches, pourpres, ou jaunes, en une grappe 
terminale de plus de 12' de longueur. Bractées plus courtes que les 
pédicelles, très caduques. Calice à lèvres presque entières, sans 
bractêoles. — De l'Orégon. Juin. ►J^ 

On trouve encore assez fréquemment dans les jardins L. alhm, à 
fleurs blanches ; L. pilosus, à fleurs roses ; L. luteus, à fleurs jaunes ; 
L. hirsiitus, à fleurs bleues ; L. Cruickshcmksii, à fleurs blanches 
passant ensuite au violet, avec une tache jaune sur l'étendard, etc. 
Toutes ces Espèces sont d'un bel effet dans les parterres et méritent 
l'attention des horticulteurs. — Semis en place pour les Espèces an- 
nuelles parce qu'elles souffrent difficilement la transplantation ; semis 
aussitôt après la maturité ou division des touffes pour les Espèces 
vivaces. 

C'est le Lupin blanc, Lupinus alh>-s, que l'on cultive en certains 
endroits en Europe comme plante fourragère. Son principal mérite 
est de pouvoir prospérer dans les sols maigres, pierreux, arides. On le 
fait d'ordinaire brouter par les moutons, ou on l'enfouit pour améliorer 
le sol, car comme fourrage sec il est presque sans valeur. Il ne pour- 
rait être avantageusement cultivé dans notre climat comme fourrage. 

Gen. III. LUZERNE. Medicago. L. 

(De Médikê, Tiom. donné par Téophraste à l'Espèce principale originaire de Médie). 

Calice sub-cjliudrique, 5-fide. Carène distante de l'éten- 
dard. Eiamines diadelphes. Gousse en faucille ou en spi- 



136 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Mclilot. 

raie, ordinairement ludébiscente. — Herbes à feuilles palmêes- 
S-foliolêes. Pédoncules axillaires, 1-2-mulii-Jïores. 

1. L. lupuline. M. lupulina. L. {hu-piâine. Minette), — -None 
sucH. — ® @. Plante velue. Tiges de 6-12', étalées ou couchées, 
anguleuses. Feuilles ressemblant à celles du Trèfle, à folioles ob- 
ovales ou rhomboïdes, denticulées au sommet. Stipules lancéolées- 
aigûes, presque entières. Fleurs en grappes globuleuses ou oblongues, 
à pédoncules plus longs que la feuille, à pédicelle plus long que le 
calice. Corolle petite, jaune, à étendard plus long que la carène. 
Gousse ordinairement à une seule graine, glabre, quelquefois pu- 
bescente, à bords carénés, à faces marquées de nervures saillantes, 
oblique, réniforme, à sommet courbé en spirale, noire à la maturité. — 
Bords des chemins, champs cultivés. Introduite d'Europe. Mai- 
Octobre, ►î* 

Cultivée de même que la suivante, mais moins fréquemment, 
comme fourrage en Europe ; elle n'exige pas un sol aussi riche. 

2. L. cultivée. M. sativa. L. {Luzerne). — Luzerne Medick. — 
2|. Presque glabre. Racine ligneuse, émettant des pousses assez 
semblables à celles du Trèfle, dressées, anguleuses. Folioles ellip- 
tiques, ou ovales-oblongues, dentelées au sommet, mucronées. Sti- 
pules lancéolées, longuement acuminées. Fleurs en grappes oblon- 
gues, longuement pédonculées, violettes ou bleuâtres, à étendard 
plus long que la carène. Gousse pul)escente, courbée en spirale, ré- 
ticulée. Graine ovale. — Europe. Juin Juillet. "^ 

Très estimée en Europe comme fourrage ; mais sa racine pivotante 
exige un sol riche et profond. Avec une culture mieux entendue que. 
celle qui prévaut généralement en ce pays actuellement, nous pensons 
qu'on y pourrait avantageusement cultiver la Luzerne, car elle résiste 
parfaitement à nos hivers, comme nous l'a démontré l'expérience que 
nous en avons faite nous-même. 

Gen. IV. MÉLILOT. Melilotus. T. 

(De Mcli, miel, lotos, lotier; c'est-à-dire Lotier recherché par les abeilles). 

Calice companulé, persistant, 5-denté. Corolle caduque, à 
étendard dépassant les ailes. Carène adhérente aux ailes au 
dessus de l'onglet. Etamines diadelphes (9 et 1). Ovaire 
stipité. Style filiforme, glabre. Gousse globuleuse ou ovoïde, 
dépassant le calice, à 1-4-graines, à peiue dé liscente. — Her- 
bes à feuilles pennées-3-foliolées. Slipules adhérentes au pétiole. 
Fleurs en grappes, jaunes ou blanches. 

1. M. officinal. M. offldnaUs. Willd. — M. vulgaris. Eaton. — 
Yellow Melilot. — T) i'ige dressée, rougeâtre, sillonnée de 2-4 p. 
Folioles inférieures obovales, les supérieures oblongues et rétuses. 



Trèfle. XL. LÉGUMINEUSES. 137 

Stipules entières, sétacées. Grappes spiciformes, en panicuies axil- 
îaires beaucoup plus longues que les feuilles. Fleurs odorantes ; co- 
rolle jaune, 2 fois plus longue que le calice, à pétales presque égaux. 
Gousse pubescente, ovoïde, terminée par le style, ridée, à suture su- 
périeure carénée, à 2 graines. — Canada-Géorgie ; terrains d'alluvion ; 
introduite d'Europe. Pointe-Lé vis ! Juin- Juillet. 

Le Mélilot officinal est très cultivé en Angleterre où on le mêle 
avec le Trèfle auquel il communique son odeur qui plait beaucoup 
aux animaux. 

2. M. blanc. M. albus. Lam. — M. leucantha. Koch. {Trèjle 
d'odeur).— WmT¥. Melilot. — @ Tige robuste, de 4-6 p., dressée, 
rameuse, sillonnée. Folioles inférieures obovales, les supérieures 
oblongues, rhomboïdes, dentelées. Stipules sétacées, entières. Grap- 
pes lâches, bien plus longues que les feuilles. Corolle blanche, ino- 
dore, à étendard dépassant longuement les ailes. Gousse glabre, 
obovale, obtuse, réticulée sur les faces, à 2 graines. — Europe. 
Juillet-Août. >^ 

C'est surtout des feuilles que s'exhale l'odeur de Benzoin que ré- 
pand la plante lorsqu'elle est sèche ou qu'on la froisse. 

Gen. V. TRÈFLE. Trifolium. T. 

(Grec, Triphyllon (3-feuilles) ; Latin, Trifolium; Fi'ançais, Trèfle; Anglais, 
Trefoil). 

Calice persistant, campanule ou tubuleux, à 5 divisions. 
Corolle à pétales plus ou moins cohérents, ordinairement per- 
sistants. Etendard réfléchi, plus long que les ailes ; ailes 
divergentes, dépassant la carène. Carène obtuse. Etamines 
10, diadelphes (9 et 1), plus ou moins soudées aux pétales. 
Gousse petite, rarement déhiscente, couverte par le calice, à 
1-4 graines globuleuses, jaunâtres. — Herbes à feuilles digitées-Z- 
foUolêes. Stipules soudées au pétiole par leur base. Fleurs en 
têtes, en épis ou en omhelles. 

* Fleurs réfléchies à la maturité. 

1. T. rampant. T. repens.'L. {Trèfle blanc Triolet). — Creeping 
ou White Olover ou Trefoil. Shamiiock. — % Glabre. Tigesram- 
pantes, diffuses, de 6'-12'. Folioles obovales ou rhomboïdes, obtuses 
ou échancrées, denticulées. Stipules scarieuses, lancéolées, brus- 
quement subulées. Fleurs en têtes globuleuses, à pédoncules longs, 
anguleux, blanches, quelquefois purpurines et devenant d'un brun sale 
en se desséchant ; pédicelles pendants après la préfloraison. Calice 
à dents lancéolées, subulées, étalées, les supérieures contigues, un 
peu plus longues, égalant le tube. Gousse sessile, linéaire, à 3-4 

R 



138 DICOTYLÉDONES^ — POLTPETALES. Trèfle. 

graines. — Partout dans les terrains riches ; excellent pour les pâtu- 
rages. Mai-Octobre. 

** Fleurs non réfléchies, jaunes, 

2. T. couché. T. procwmbens. L. — T. 9ninimum. Boit. {Trèjte 
jaune). — Yellow Clover ou Trefoil. — ® Tiges grêles, fermes, 
plus ou moins pubescentes, ordinairement couchées, de 3'-10'. Fo- 
lioles obovales en coin, échancrées et denticulées au sommet, les 2 
latérales un peu distantes de l'impaire, de manière que la feuille est 
plutôt pennée-3-foliolée que digitée-3-foliolée. Stipules ovales-aigiies, 
plus courtes que les pétioles. Fleurs jaunes, en têtes petites, briève- 
ment pédonculées, d'abord hémisphériques, puis globuleuses. Eten- 
dard caréné, à ailes tendues en avant. Gousse monosperme. — Ca- 
nada-Virginie ; terrains sablonneux ; introduit d'Europe. Côte de 
Beaupré ! Kingston ! Mai-Septembre. 

3. T. des champs. T. agrarium. L. (^Trèfle jaurte). — FlELD 
Clover. Hop Clover. — ® Tiges flexueuses, fermes, dressées ou 
ascendantes, de 6'-15', légèrement pubescentes. Folioles sessiles, 
obovales en coin, obtuses ou échancrées, à nervures saillantes, denti- 
culées dans le haut. Stipules foliacées, linéaires-lancéolées, adhé- 
rentes au pétiole dans la moitié de sa longueur. Fleurs en têtes hé- 
misphériques, puis ovoïdes, 2 fois plus grosses que dans l'Espèce 
précédente, à la fin réfléchies. Pédoncules droits, raides, étalés. 
Calice à dents inégales, les inférieures divergentes. Style 4 fois 
plus court que la gousse monosperme. — Canada-Pennsylvanie ; bords 
des chemins, champs sablonneux ; introduit d'Europe. Hamilton ! 
Juin-Août. 

Nous n'avons pas encore rencontré cette Espèce dans le Bas-Ca- 
nada. 

*** Fleurs ni jaunes, ni réfléchies. 

4. T. des prés. T. pratense. L. {Grand Trèfle rouge. Trèfle 
commun). — Red Clover. CoiMmon Clover. — @ %. Plante très 
variable, glabrescente ou velue, amplifiée par la culture et rabougrie 
dans les terrains arides. Tiges couchées-ascendantes, de 2-3 p. 
Feuilles supérieures opposées, sessiles ; folioles molles, ovales ou 
elliptiques, quelquefois maculées, les inférieures souvent obcordées. 
Stipules sub-membraneuses, veinées, à partie libre triangulaire, aristée. 
Capitules sub globuleux, solitaires ou géminés, munis à leur base de 
2 feuilles opposées. Calice muni de 10 nervures, à gorge velue avec 
un anneau calleux, à dents linéaires, sétacées, dressées, inégales. 
Corolle rose-purpurine, quelquefois blanche, odorante, monopétale, 2 
fois plus longue que le calice. Gousse s'ouvrant par un opercule. — 
Canada-Floride ; prés et champs cultivés ; introduit d'Europe. Juin- 
Septembre. $ 

De tous les Trèfles le plus estimé comme fourrage. On le mé- 
lange ordinairement à la Phléole {Mil) dans les prairies artificielles. 
Semé avec le grain il ne fleurit que le printemps suivant. 



I 



Indigotier. XL. légumineuses. 139 

5. T. des champs. T. arvense. L. ( Trèfle velu), -- Stone Clo- 
VER. Rabbit-foot. — ® Plante de 8'-12' de haut. Pubescente- 
soyeuse. Tiges dressées, rameuses. Folioles lancéolées-spatulées, 
obtuses, 3-dentées au sommet, entières ou obscurément dentelées. 
Stipules ovales, acuminées. Epis cylindriques-oblongs, très velus, 
plus ou moins pédoncules, quelquefois presque sessiles. Calice à 
dents sétacées, plus longues que la corolle. Corolle blancbâtre avec 
une tache purpurine sur les ailes. — Canada-Floride ; champs, bords 
des chemins. Hamilton ! Juin-Août. 

6. T. incarnat. T. incarnatum. L. {Farouche. Fouroucliè). — 
Flesh-colorbd Clover. — ® Plante couverte de poils mous, appli- 
qués. Tiges de 8'-12', dressées, flexueuses, peu ramifiées, à entre- 
nœuds distants. Folioles larges, obovales en coin, ou ovales-orbicu- 
laires, dentelées au sommet. Stipules veinées, longuement adhérentes 
au pétiole, à partie libre ovale, obtuse, dentelée. Fleurs en épis 
avoïdes ou oblongs, solitaires, longuement pédoncules. Calice à 
gorge ouverte, à dents raides, subulées, un peu plus longues que le 
tube. Corolle d'un rouge vif, à étendard lancéolé-aigu. — Italie. Juin- 
Juillet. $ et >^ 

Très estimé comme fourrage en France et en Ecosse où on le cul- 
tive sur une assez grande échelle. On le rencontre parfois en ce 
pays dans les jardins comme plante ornementale. Ses capitules al- 
longés en épis, à fleurs d'un rouge de sang, sont d'un très bel effet. 

Gen. VI. INDIGOTIER. Indigofera, L. 

(De indikon, indigo, ferre, porter; plante produisant l'Indigo). 

Sous-arbrisseaux de 2-4 p. de hauteur, à feuilles impari- 
pennées, à stipules adhérentes au pétiole. Pédoncules axil- 
îaires. Fleurs rougeâtres ou pourpres, en grappes axillaires. 
Gousse cylindrique ou comprimée, le plus souvent resserrée 
entre les graines par des isthmes membraneux, séparables. 
Originaires de l'Inde, de l'Egypte et de l'Amérique du Sud. 

Les Espèces que l'on cultive pour en extraire l'Indigo sont surtout : 
ri. argenté, L argentca. L. ; l'I. tinctorial ou des Indes, /. tinctoria, 
L. ; et l'I. anil ou franc, L anil. L. 

Quelques autres Espèces de ce Genre sont aussi quelquefois cul- 
tivées pour l'ornement. 

Gen. VII. PSORALIEE. Psoralea. L. 

(De psoraleôs, galleux ; allusion au calice couvert de petites glandes). 

Calice campanule, 2-labié, à 5 divisions. Corolle à pétales 
veinés. Etendard réfléchi sur le bord. Ailes et carène li- 



140 DICOTYLÉDONES POLYPÉTALES, TéplirOSÏr. 

bres. Gousse renfermée dans le calice, membraneuse, indé- 
hiscente, monosperme. — Herbes ou arbrisseaux â feuilles 3- 
foUolêes, rarement simples ou impari-yennêes. Fleurs en épis ou 
en glomêrules axiUaires ou terminaux. 

Ps. comestible. Fs. esculenta. Pursh.— 2t Tige de 12'-18', poilue, 
à racine tubéreuse, simple. Feuilles palmées, à 5 folioles ovales- 
elliptiques. Fleurs bleues, en épis capitules, axillaires, pédoncules. — 
Missouri. Juin-Juillet. 

Un savant Français, M. Lamare-Picquot, a proposé dans ces der- 
niers temps les tubercules de cette plante pour remplacer ceux de la 
Pomme de terre. Ces tubercules qu'on trouve assez communément 
dans les plaines du Missouri où la plante croît spontanément, étaient 
depuis longtemps reconnus comme comestibles par les Indiens de ces 
quartiers qui les nommaient Tangrcs, et par les voyageurs Cana- 
diens qui les appelaient Pom?nes blanches ou Po?nmes des prairies. 
Mais cette plante quoique affublée d'un nouveau nom français {Pico- 
tiane), ne parait pas devoir répondre au succès qu'on lui promettait, 
car malgré tous les soins de culture, ses tubercules demeurent encore 
coriaces, presque insipides et très peu succulents. 

Gen. VIII. TÉPHROSIE. Tephrosia. L. 

[(De Tephros, cerxiré; allusion à la couleur des feuilles). 

Calice sans bractéoles, à 5 dents presque égales. Etendard 
large, orbiculaire. Carène obtuse, cohérente avec les ailes. 
Eiamines diadelphes ou monadelphes. Gousse linéaire, très 
comprimée, pluri-séminée. — Herbes ou arbrisseaux à feuilles 
wipari-j^ennées. 

T. de Virginie. T. Virginiana. Pers. — Galega. L. {Rue de 
c7ièvre).—Gox'r's Rue. Cat-Gut. — Ql. Tige de 1-2 p., dressée, 
simple, velue. Feuilles à 17-21 folioles lancéolées-mucronées, velues- 
soyeuses. Stipules subulées, caduques. Grappe oblongue, termi- 
nale, sub-sessile. Calice très velu, à segments acuminés-cuspidés, 
de la longueur du tube. Corolle grande, d'un jaune blanchâtre teint 
de pourpre. Gousse pubescente, en faucille. — Canada-Géorgie ; ter- 
rains secs et sablonneux. Juin-Juillet. 

Plante sans importance. 

Gen. IX. ROBINIER. RoUnia. L. 

(Dédié à Jean Robin, simpliciste du roi Louis XIII). 

Calice court, campanule, 5-fide, les 2 segments supérieurs 
plus courta et plus ou moins unis. Etendard orbiculaire, 



Bagiieiiaiidier xl. légumineuses. 141 

étalé en arrière, dépassant à peine les ailes libres et la carène 
aigiie. Etamines 10, diadelpbes (9 et 1), à gaîne presque cor- 
dée à la base. Ovaire stipité. Style poilu en dedans. Gousse 
presque sessile, allongée, comprimée, 2-valve, bordée à la 
suture séminifère. Graines aplaties, réniformes. — Arbres ou 
arbrisseaux à stijMles pêtiolaires, libres, souvent épineuses. Feuilles 
impari-pennêes, à folioles siipellêes. Graines axillaires, pendantes. 
Fleurs articulées avec le pédicellc. 

1. R. faux- Acacia. R. pseudo- Acacia. L. {Acacia). — LocusT 
TREE. — Arbre de 15-20 pieds dans nos climats mais s'élevant jusqu'à 
80 p. plus au sud. Racines traçantes. Tronc droit, rameaux glabres 
et lisses. Feuilles à 17-25 folioles, pétiolulées, ovales-oblongues* 
soyeuses dans leur jeunesse. Stipules devenant épineuses, mais ce- 
pendant disparaissant plus tard avec l'âge de la plante. Fleurs 
blanches, à odeur suave, en grappes lâches, pendantes, nombreuses, 
Gousse comprimée, étroite, glabre, à 5-6 graines brunes, petites. 

Le Robinier commun ne se rencontre pas à l'état sauvage plus au 
nord qu'en Pennsylvanie ; Kingston, Toronto et la plupart des autres 
villes du Haut-Canada ont leurs rues décorées de ce bel arbre. Jl 
résiste même au climat de Québec mais n'y dépasse guère 25 p. en 
hauteur. Mai-Juin. ^ 

2. R. visqueux. R. viscosa. Vent. — R. glutinosa. Cort. {Aca- 
cia visqueux).— Çji.kM^Y LocusT. — Arbre de 12-15 p., à épines très 
courtes. Folioles ovales. Rameaux et pédoncules glutineux. Fleurs 
d'un blanc rosé, inodores, en grappes courtes. Bractées concaves, 
caduques, terminées par une longue soie. — Des Etats du Sud ; souffre 
quelquefois de nos hivers à Québec. Mai-Juin. >^ 

3. R, rose. R. msea. Duham. — R. hispida. L. {Acacia rose. Aca- 
cia nain).— HoUF. Acacia. — Arbrisseau de 3-4 p., à rameaux chargés 
de poils glanduleux, roux, mais dépourvus de stipules épineuses. 
Feuilles à 15-17 folioles ovales-arrondies. Fleurs roses, inodores, 
en grappes denses, très brillantes. — Géorgie-Caroline. Mai-Juin, ►f" 

Les Robiniers se multiplient facilement par les nombreux drageons 
qu'émettent leurs racines traçantes ou de graines semées au prin- 
temps. La dernière Espèce, quoique souffrant beaucoup dans notre 
climat de la rigueur de nos hivers, y fleurit néanmoins chaque année, 
et peu de plantes de jardin peuvent la surpasser pour la richesse et 
la beauté de ses fleurs. 

Gen. X. BAGUENAUDIER. Colutea. L. 

(De colaô, faire du bruit; allusion au fruit de la plante qui crève avec bruit 
lorsqu'on le presse enti-e les doigts). 

Calice 5-fide ou 5-denté. Etamines 10, diadelpbes (9 et 1). 
Etendard plane, orbiculaire, muni de 2 callosités à la base, 



142 DICOTYLÉDONES POLYPETALES. AstragalC. 

surpassant les ailes étroites, 2-auriculées, et la carène ascen- 
dante, tronquée au sommet. Ovaire stipité, multi-ovulé. 
Style filiforme, portant en arrière une ligne longitudinale de 
poils. Stigmate latéral sous le sommet crochu du style. Gousse 
stipitée, vésiculeuse, scarieuae.—^ Arbrisseaux épineux^ impari- 
pennées. 

B. arborescent. C. arhorcsccns. L. — C. hirsuta. Eoth. (Bague- 
naudier. Faux-Séné). — Bladder Senna. — Arbrisseau de 8-12 p» 
Feuilles à 7-11 folioles ovales ou obovales, tronquées, un peu glau- 
ques inférieureraent. Pédoncules 5-10-flores, dépassés par la feuille 
florale. Calice couvert de poils noirs appliqués. Fleurs jaunes, 
grandes, à étendard étalé. — Italie. Arbrisseau occupant presque 
seul le sommet du Vésuve. Tout l'été. >^ 

'^Plante d'un bel effet dans les jardins. Se multiplie de graines. 
Feuilles légèrement purgatives, substituées quelquefois à celles du 
Séné d'Orient. 

Gen. XI. ASTRAGALE. Astragalus. L. 

(De astragalos, vertèbre; allusion à la forme des graines ou de la racine). 

Calice tubuleux, à 5 dents dont les 2 extérieures plus écar- 
tées. Carène obtuse, mutique. Etamines 10, diadelphes (9 
et 1). Gousse arquée, à 2 loges longitudinales, complètes ou 
incomplètes, la cloison étant formé par le repli de la suture 
dorsale à l'intérieur. — Herbes ou sous-arbrisseaux à feuilles pen- 
nées^ rarement 1-foUolêes. Stipules pêtiolaires. 

1. A. du Canada. A. Canadensis. L. — Oanadian Milk Vetch. 

% Légèrement pubescente. Tiges dressées, diffuses, de 2-3 p. 

Feuilles à 21-25 folioles elliptiques, oblongues, obtuses. Stipules 
lancéolées-acuminées. Pédoncules égalant les feuilles. Fleurs jaunes- 
verdâtres, étalées, un peu réfléchies, en épi court, oblong-serré. 
Gousse glabre, ovale-cylindrique, dressée, 2-loculaire, tronquée au 
sommet, couronnée par le style. — Canada-Louisiane. Brockville ! 
Juin-Août. 

2. A. du Labrador, A. Lahradoricus. D. C— Qi Tiges couchées, 
légèrement pubescentes. Feuilles à folioles ovales. Fleurs pourpres 
en épis pédoncules. Gousses pendantes, unilatérales, acuminées à 
chaque extrémité, de f environ de longueur, couvertes de poils 
bruns, à demi-2-loculaires, à 3-4 graines. — Canada-Labrador. Juin- 
Juillet. 



Phaque. XL. légumineuses. 143 

Gen. XII. PHAQUE. Phaca. L. 

(De phakos, nom grec delà Lentille ; de sa ressemblance avec cette plante). 

Chlice tubuleux ou campanule, à 5 dents divisées en 2 lè- 
vres. Etendard égalant les ailes. Carène obtuse. Eiamines 
diadelplies (9 et 1). Style ascendant. Gousse un peu eniiée, 
uniloculaire, à suture séminifère gonflée. — Herbes vivaces, cl 
feuilles impari-pennêes, à stipules non soudées au pétioh. 

p. astragaline. P. astragalina. D. C. — Astragalus alpinus. L. — 
A. montamis. Jacq. — % Tiges de 6'-ll', couchées, glal)rescentes. 
Feuilles à 21-23 folioles ovales, pétiolulées, légèrement pubescentes. 
Stipules ovales, aiguës, foliacées, les inférieures scarieuses. Pédon- 
cules à la fin dépassant les feuilles. Fleurs violettes, en épis capi- 
tules. Ailes entières ; carène courte. Gousse pendante, elliptique, 
gonflée, légèrement couverte de même que le calice et les pédi- 
celles de poils noirâtres. — Montréal-Labrador. St. François (Isle 
d'Orléans) ! Juillet-Octobre. 

Gen. XIII. POIS. Plsum. T. 

(De pisos, nom grec du Pois). 

Calice 5-fide, à lanières allongées, foliacées, les 2 supé- 
rieures plus courtes et plus larges. Etendard muni à sa buse 
de 2 bosses calleuses. Mamines 10, diadelphes (9 et 1). Style 
coudé à la base, arqué, canaliculé en dessous, comprimé laté- 
ralement au sommet, velu en dessus. Gousse tronquée obli- 
quement au sommet, prolongée en bec court, comprimée ou 
cylindrique, arquée. Graine globuleuse, à bile elliptique. — 
Serbes grimpantes. Feuilles pari-pennées terminées par une 
vrille rameuse. 

1. P. cultivé. P. sativum. L. — Common Garden Pea. — ® Plante 
d'un vert glauque. Tige grimpante, quelquefois non grimpante {Pois 
nain). Feuilles terminées par une vrille rameuse, à 2-3 paires de 
folioles ovales-obtuses, un peu échancrées, mucronulées, entières et 
ondulées. Stipules ovales, prolongées à la base en oreillettes ar- 
rondies et crénelées. Pédoncules 1-2-flores, aristés, égalant les sti- 
pules, quelquefois multi-flores, en corymbe {Pois à bouquet). Co- 
rolle blanche ou à étendard bleuâtre et ailes violettes, (rousse réti- 
culée, sub cylindrique, à endocarpe tantôt coriace {Petits Pois. Pois 
swere's), tantôt non coriace {Pois goulus. Pois mange-tout) . — Europe 
Méridionale. Variétés nombreuses. 43 



144 DICOTYLÉDONES — POLYPÊTALES. Lentille. 

2. p. des champs. P. arve?ise. h. {Pois de Pigeon. PisaiUe. Pois 
carrés).—® Tige de 3-4 p. Folioles ovales-arrondies, crénelées, uiu- 
cronées. Stipules ovales, sémicordiformes, denticulées. Fleurs rouges 
ou blanches. Pédoncules très courts, ordinairement 1 -flores. — Eu- 
rope Méridionale. ^ 

Les Pois préfèrent surtout une terre légère. Dans les terres fortes 
et humides ils s'emportent d'ordinaire, donnant des fleurs et de nou- 
velles pousses jusqu'à l'automne et ne mûrissent point leurs fruits. 
Les Pois sont très prisés en Canada comme engrais pour les bes- 
tiaux ; dans plus d'un endroit, surtout dans le district de Québec, 
leur prix égale ordinairement celui du Blé. Une variété de la der- 
nière Espèce conserve la couleur verte à ses fruits même après la 
maturité {Pois verts). — Farine émolieute et résolutive. 

Gen. XIV. LENTILLE. Ervum. L. 

(De enc, uom celtique de la Lentille). 

Calice à 5 divisions linéaires, acuminées, presque égales. 
Corolle dépassant à peine le calice. Etamincs diadelphes. 
Style filiforme, presque glabre ; stigmate capité. Gousse 
oblongue, comprimée, à 2-4-6 graines orbiculaires. — Feuilles 
'pari-'pemiêes, terminées far une vrille. 

L. cultivée. E. lens. L. — Lcns esculcnta. Mœnch. — Ciccr Uns. 
j>oxb. — Hairv ou CREEPiNGG Vetch. — ® Tigos rameuses, de 1-2 p. 
Feuilles à folioles glabres, oblongues, presque octogones. Stipules 
lancéolées, ciliées. Vrille simple. Fleurs peu apparentes, bleu-pâle, 
2-3 au sommet de chaque pédoncule. Gousses larges, courtes, fine- 
ment réticulées, glabres, à graines comprimées. — Europe. 

La Lentille comme les Pois redoute un peu les terres fortes hu- 
mides, et réussit mieux que ceux-ci dans les terrains moins riches. 
C'est un excellent engrais pour les animaux, mais elle est inférieure 
aux Pois pour la nourriture de l'homme.— Farine émolliente et réso- 
lutive. 

Gen. XV. VESCE. Vicia. Koch. 

(De vivccrc, entrelacer ; allusion à la tige grimpante de la plupart des Espèces). 

Calice tubuleux, campanule, à 5 divisions dont les 2 supé- 
rieures plus courtes. Corolle dépassant plus ou moins le ca- 
lice. Elamines diadelphes (9 et 1), quelquefois sub-mona- 
delphes, à tube tronqué au sommet. Style courbé à angle 
droit, barbu au-dessous du stigmate du côté de la carène. 
Gousse 2-valve, ordinairement tronquée obliquement au 



VeSCC. XL. LÉGU3IINEUSES. 145 

sommet aux dépens du bord inférieur. — Herbes généralement 
grimpantes. Feuilles pari-pennées à vrilles rameuses ou simples. 
Pédoncules axUlaires, 

1. V. multiflore- F. cracca. L. — Cracca major. Frank. (Vesce 
en épi). — Tufted Vetch. — Qj. Tiges de 1-3 p., tétragones, diffuses, 
grimpantes, poilues ou soyeuses, blancliâtres. Feuilles à vrille ra- 
meuse, à 8-10 paires de folioles ovales-oblongues, obtuses ou étroites, 
linéaires-aigûes, mucronulées, légèrement pubescentes. Fleurs bleues 
ou purpurines, de 15-30 en grappe serrée, ordinairement 1-latérale, 
aussi longue ou plus longue que la feuille. Etendard aussi long que 
l'onglet. Style velu en tous sens, barbu sous le stigmate. Gousse 
brusquement stipitée en un pédoncule plus court que le calice. Graines 
globuleuses, brunes-marbrées, à bile égalant le tiers de la circonfé 
rence. — Canada-Pennsylvanie ; prés, bords des champs humides et 
sablonneux. Trois-Pistoles ! Chateauguay ! Avril-Juin. 

2. V. d'Amérique. V. Americana. Muhl. — American Vetch. 
— Qj. Tige de 1-3 p., glabre. Feuilles à 5-7 paires de folioles ellip- 
tiques-lancéolées ou ovales-oblongues, mucronulées. Stipules derai- 
sagittées et profondément dentelées. Pédoncules 4-8-flore3, plus 
courts que les feuilles. Style très velu au sommet. Gousse linéaire- 
oblongue, comprimée, réticulée, glabre. — Canada-Pennsylvanie ; 
bords des rivières. Juin. 

3. V. de la Caroline. V. CaroUniana. Walt. — Q|. Tige grêle, 
grimpante, rameuse, de 3-6 p. Folioles 8-12, linéaires-oblongues, 
presque glabres, un peu obtuses, à peine mucronées, de 6"-10" de 
long. Stipules minimes, lancéolées. Pédoncules à 6-15 fleurs blan- 
ches ou d'un bleu pâle, rangées en grappe lâche. Dents du calice 
plus courtes que le tube, les supérieures très courtes. Style velu au 
sommet. Gousse oblongue, coriace, non réticulée. Graines globu- 
leuses, noirâtres. — Canada-Géorgie ; bords des bois et des rivières. 
Avril-Mai. 

4. V. à quatre graines. F. tetrasperma. Mœnch. — F. pusilla. 
Muhl. — Erwm tetraspermum. L. {Jargeaii). — Slendbr Vetch. — 
® Tiges filiformes, grimpantes, de 1-2 p. Feuilles à vrille simple ou 
2-furquée, à 3-5 paires de folioles linéaires-obtuses, mucronulées. Pé- 
doncules capillaires, 1-2-flores, égalant la feuille. Calice à dents très 
inégales, plus courtes que le tube. Corolle petite, lilas veiné de violet. 
Gousse sub-cylindrique, fauve à la maturité, ordinairement glabre, à 
4-5 graines globuleuses, brunes, marbrées. — Canada-Pennsylvanie ; 
champs cultivés. Gentilly ! Belœil ! Juin-Juillet. 

Très préjudiciable aux Céréales dans les terrains humides, oii elle 
contribue à retenir davantage l'humidité aux pieds des plantes. 

5. V. cultivée. F. sativa. L. (Vesce. Taré). — Common Vetch. 
Tares. — ® Plante pubescente ou velue. Tige anguleuse, de 2-3 p., 
couchée ou grimpante. Feuilles à vrille rameuse, à 5-7 paires de 
folioles oblongues-obovales, tronquées, mucronées. Stipules demi- 



146 DICOTYLÉDONES— POLTPÉTALES. ËCSSe. 

sagittées, maculées. Fleurs solitaires ou géminées, sub-sessiles, 
purpurines. Gousse mûre jaunâtre, réticulée, bosselée, pubescente. 
Graines brunes, sub globuleuses, séparées par du tissu cellulaire. — 
Europe ; naturalisée dans nos champs ; cultivée aussi quelquefois 
comme fourrage ou même pour sa graine. ^ 

te alba. Appelée communément en Europe Lentille du Canada, 
bien qu'il soit presque certain qu'elle n'est point indigène en ce pays. 
Elle possède comme fourrage les mêmes qualités que l'Espèce princi- 
pale, de plus son grain blanc et plus gros est employé à la nourri- 
ture de l'homme. Dans plusieurs endroits on la mange en purée à la 
manière des Pois, ou on fait entrer sa farine dans le pain associée en 
petite quantité à celle des Céréales. 

6. V. des moissons. T. angustifoUa. Roth. — ® Très voisine de 
la précédente, mais moins forte et à fleurs plus petites. Feuilles à 
folioles étroites, linéaires-lancéolées, ordinairement non tronquées. 
Gousse mûre noire, non bosselée. Graines brunes, marbrées, globu- 
leuses. — Moissons. Introduite d'Europe. 

7. V. velue. F. hhsuta. Koch.—Ervum. L. — Hairy ou creep- 
ING Vetch. — ® Plante légèrement velue. Tige grimpante, de 2-3 p. 
Feuilles à vrille rameuse, à 8-9 paires de folioles linéaires, tronquées 
et mucronées. Stipules linéaires-lancéolées, munies de dents séta- 
cées. Pédoncules 2-8-flores. Corolle petite, blanche ou lilas. Gousse 
mûre velue, bosselée, à 2 graines sub-globuleuses, jaunâtres, marbrées. 
— Moissons. Introduite d'Europe. 

8. V. comestible. V. Faha. L. — Faha vulgaris. Mœnch. {Fève 
de marais. Gourgatine'). — Coffee Bean. Windsor Bban. — ® 
Glabre. Tige simple, épaisse, dressée, de 1-2 p. Feuilles à 1-3 paires 
de folioles elliptiques-oblongues, obtuses, mucronulées, épaisses, à pé- 
tiole commun terminé par une pointe sétacée au lieu de vrille. Sti- 
pules demi-sagittées, dentées à la base. Fleurs 2-5 en grappes sub- 
sessiles, grandes, blanches, avec une tache noire sur les ailes. Gousse 
à valves d'abord vertes et charnues, puis noires et coriaces. Graines 
très grosses, réniformes, séparées par des épaississements celluleux, 
à hile occupant l'un des bords. — Egypte. Juin-Juillet. $ 

Semer en Mai. On en cultive plusieurs variéiés. Généralement 
les Fèves de marais sont moins estimées que les Haricots, elles exi- 
gent aussi une terre plus riche. 

Gen. XIV. GESSE. Lathyrus. L. 

(De lathyros, nom donué par les Grecs à une sorte de Pois-chiche). 

Calice campanule, 5-fide ou 5-denté, les 2 divisions supé- 
rieures plus courtes. Etendard souvent muni à sa base de 
chaque coté d'un appendice gibbeux. Carène réfléchie à sa 
base, égale aux ailes. Etammes 10, ordinairement diadelphes 



Gesse. XL. légumineuses. 147 

(9 et 1), à gaîne entière ou fendue. Ovaire sessile. Style 
plane, linéaire ou élargi au sommet, velu ou pubescent anté- 
rieurement du côté de l'étamine libre. Grousse généralement 
comprimée, oblongue. Graine à bile oblong ou linéaire. — 
Herbes généralement grimjMutes. Feuilles pari-pennées, termi- 
nées par une vrille rameuse. Pédoncules axillaires \-multi-flores. 

1, G. maritime. L. maritimus. Bigel. — Pisum maritimum. L. 
— Beach Pea. — % Tige de 1-2 p., anguleuse, comprimée, à la fin 
couchée. Feuilles à 8-12 folioles ovales, sub-alternes. Stipules sa- 
gittées, presque aussi grandes que les folioles. Fleurs pourpres, 
6-10 sur le même pédoncule. Segments du calice velus sur les bords, 
les 2 supérieurs triangulaires, les autres lancéolés. Gousse oblongue, 
pubescente, à la fin renflée et légèrement courbée. — Labrador-New- 
York ; bords pierreux et sablonneux des rivières. Isle Verte ! Lac 
St. Jean ! Mai-Juillet, 

La plante d'un vert pâle, même un peu glauque, avec ses belles 
fleurs bleues ou purpurines pourrait figurer avec avantage dans les 
jardins. 

2, G. des chasseurs. L. venosus. Muhl. — % Tige dressée, de 
2 3 p., tétragone, nue, le plus souvent glabre. Feuilles à 5-7 paires 
de folioles sub-alternes, un peu obtuses, mucronées. Stipules très 
petites, semi-sagittées, lancéolées. Pédoncules axillaires, de la lon- 
gueur des feuilles, 8-16-flores, Calice pubescent ou presque glabre, 
les 2 segments supérieurs très grands et courts. Corolle pourpre. 
Gousse linéaire-oblougue, aplatie, — Canada-Géorgie ; lieux sablon- 
neux et humides, Isle-aux-Goudres ! Sorel ! Juin-Juillet. 

3, G. à fleurs jaune-pale. L. ochroleucus. Hoob. — L. glaudfo- 
lius. Beck, — % Tige grêle, de 2-3 p., couchée ou grimpante sur les 
autres plantes. Feuilles à 3-4 paires de folioles ovales élargies. 
Stipules semi-cordées, plus petites que les folioles, entières ou obscu- 
rément dentelées à la base. Pédoncules axillaires, 7-10-flores, plus 
courts que les feuilles. Calice tronqué supérieurement. Corolle 
jaune et blanche. Gousse linéaire-oblongue, comprimée, glabre. — 
Cercle polaire-New-York ; penchants ombragés des collines et bords 
des ruisseaux ; pas très commune, Grosse-Isle ! Juin-Juillet. 

4, G, à feuilles de Myrte. L. MyrtifoUus. Muhl, — L. Stipu- 
laceus. Le Comte. — (Fig, 86 et suivantes), — % Tige de 2-3 p„ té- 
tragone, ailée, faible, flexueuse. Feuilles à 2-3 paires de folioles 
oblongues ou elliptiques, obtuses à chaque extrémité, sans nervure. 
Stipules ovales, semi-sagittées, plus petites que les folioles, presque 
entières. Pédoncules 4-5-flores, plus longs que les feuilles. Corolle 
d'un pourpre pâle, les ailes et la carène blanchâtres. Gousse linéaire- 
oblongue, comprimée, glabre. — Canada-Pennsylvanie ; bords des ri- 
vières, Juillet-Août, 

5, G. des marais, L. j)aîustrls. L, — % Glabre. Tige de 3-4 p., 
dressée, ailée. Feuilles à 3 paires de folioles oblongues-lancéolées. 



148 DICOTYLÉDONES POLYPETALES. COFOnilIe 

légèrement obtuses, muoronées. Stipules très petites, lancéolées, 
semi-sagittées, acurainées. Fleurs pourpres, 3-5 au sommet de pé- 
doncules à peine plus longs que la feuille, très brillantes. Gousse 
comprimée, acuminée, pubescente. — Canada-Pennsylvanie ; lieux ma- 
récageux. Isle St. Paul (Montréal) ! Prescott ! Juillet-Août. 

6. G. à larges feuilles. L. latifolius. L. (^Grande Gesse. Pois vi- 
vace. Pois à houquet. Pois de Chine). — Everlasting Pea. — Q|. 
Glabre. Tige couchée, de 5-6 p., largement ailée entre les articula- 
tions. Feuilles à 2 folioles munies de nervures saillantes et blan- 
châtres. Pétioles ailés. Stipules semi-sagittées. Pédoncules multi- 
flores, plus longs que la feuille. Fleurs à corolle d'un rose purpurin, 
rarement blanche, réunies en grappes sur un pédoncule de 6-10' de 
long. Gousse comprimée, veinée, à 3 côtes dorsales lisses, dont la 
médiane saillante. — Angleterre. Juillet-Août. >i* 

Semis ou division des racines. Ne souffre nullenient de nos hivers 
et d'un très bel effet dans les jardins. 

7. Qr. odorante. L. odoratus. L. {Pois de senteur. Pois d^odeur. 
Pois ftiusqué. Pois àjieur). — Sweet Pea. — ® Tige hérissée, sèche, 
diffuse, ailée, de 3-4 p. Feuilles à 2 folioles ovales mucronulées. 
Stipules demi-sagittées, lancéolées. Pédoncules 2-3 flores, beaucoup 
plus longs que la feuille. Corolle de couleur variable, le plus souvent 
d'un pourpre foncé nuancé de rose, à odeur suave. Gousse oblongue, 
linéaire, comprimée, hérissée. — Sicile. Juin-Juillet, >{< 

Semer en place ou en couche pour repiquer. 

8. G. cultivée. Z/. sntivus. L. {Lentille d^ Espagne. Pois de 
brebis. Gesse à larges gousses). — Chick Pea. — ® Tige ailée, cou- 
chée ou grimpante. Feuilles à 2 folioles linéaires-oblongues, mucro- 
nées. Pétiole ailé. Stipules demi-sagittées, ovales-aigûes ou lan- 
céolées. Pédoncules 1-flores, plus longs que le pétiole. Corolle 
blanche-rougeâtre ou bleuâtre. Gousse oblongue ou obovale, réticulée, 
glabre, à bords supérieur courbé, muni de 2 ailes membraneuses. — 
Midi de l'Europe. ^ 

La Gesse fait un excellent fourrage vert. Elle s'accommode assez 
facilement de tous les terrains pourvu qu'ils ne soient pas trop hu- 
mides. Depuis qu'on a reconnu que la graine de la Gesse contenait 
un poison quoique agissant lentement, on a cessé de mêler sa farine 
dans le pain ou de la consommer en purée ; on ne la cultive plus 
maintenant en Europe que comme fourrage. 

Gen. XVII. CORONILLE. Coronilla. Neck. 

(Diminutif de corona, couronne ; allusion à l'inflorescence). 

Calice court, campanule, à 5 dents dont les 2 supérieures 
soudées ensemble au-delà du milieu. Carène acuminée, ter- 
minée par un bec. Etamines 10, diadelplies, à filets alterna- 
tivement dilatés au sommet. Gousse articulée, cylindrique, 



Desmodie. xl. légumineuses. 149 

droite ou un peu arquée, à 2-4-6 augles. Graine lyresqxie cy- 
lindri([ue. — Arbrisseaux ou herbes impari-j^ennêes ou S-foliolées. 
Meurs en ombelles, rosées ou jaunes. 

1. Oi des jardins. C. Etnerus. L. — Emerus major. Mill. (Séné 
hâtard. Faux Baguenandier. Emerus). — Scorpion SeniNA. — Q|. 
Tige ligneuse, tétragone, à branches opposées, de 2-3 p. Feuilles à 
2-3 paires de folioles minces, un peu glauques inférieurement, obo- 
vales, obtuses ou sub-échancrées. Stipules petites, lancéolées, libres, 
marcescentes. Pédoncules axillaires, 2-3-flores. Onglets des pétales 
2 fois plus longs que le calice. Etendard à limbe orbiculaire, écban- 
cré, redressé, portant une petite écaille vers le milieu de sa face in- 
terne. Fleurs jaunes nuancées de rouge. Gousse droite. — France. 
Mai-Octobre. ^^ 

Ne redoute nullement le froid de nos hivers, et se tient couvert de 
fleurs pendant presque toute la belle saison. — Feuilles laxatives. 

2. C. bigarrée. C. varia. L. — Astragalus glaucoides. Gmel. — 
Purple Coronilla — % Tige herbacée, couchée, diffuse, fistuleuse. 
Feuilles à 11-19 folioles un peu glauques inférieurement, ovales ou 
oblongues, souvent un peu échancrées ou mucronulées, les 2 infé- 
rieures appliquées contre la tige. Stipules petites, libres, marces- 
centes. Fleurs panachées de blanc et de lilas, 12-15 en ombelle 
hémisphérique. Pédicelle 1 fois plus long que le calice. Etendard 
à limbe ovale, à onglet sans écaille, 1 fois plus long que le calice. 
Gousse un peu flexueuse. — France. Juillet-Septembre. *]* 

Multiplication de graines, marcottes, drageons et boutures. 

Gen. XVIII. DESMODIE. Desmodium. D. C. 

(De desmos, articulation ; allusion aux folioles articulées de la plupart des Es- 
pèces.) 

CaJice 2-labié, à lèvre supérieure 2-fide, l'inférieure 3-par- 
tite. Etendard arrondi. Carène obtuse, droite, plus courte 
que les ailes. Etamines diadelplies (9 et 1) rarement mona- 
delpbes. Gousse à plusieurs articulations séparables, com- 
primée, iudébiscente. Graine réniforme. — Herbes ou sous- 
arbrisseaux à feuilles 'pennées- S-foliolées. Fleurs en grappes ter- 
minales, bleues, blanches ou purpurines. 

* Etamines diadelpbes. 

1. D. du Canada. D. Canadense. D. C. — liedysarum Canadense. 
L. — Bush Trefoil. — % Tige de 2-3 p., poilue, dressée, striée. 
Feuilles à 3 folioles oblongues-lancéolées, presque glabres, stipellées. 
Stipules filiformes. Fleurs d'un pourpre violacé, en grappes termi- 
nales et axillaires, à bractées ovales-acuminées, très apparentes. 
Gousse à 4-5 articles ovales-obtus, triangulaires, pubescents. — Ca- 
nada-Caroline ; bois, terrains secs. Grondines ! Prescott ! Août. 



150 DICOTYLÉDONES POLYPETALES. Saillfoifl. 

2. D. Cnspidée. D. cuspidatnm. T. et G. — D. hracteosum. D. C. 
— % Tige dressée, glabre, rameuse, de 4-5 p. Feuilles à folioles 
ovales-oblongues, de 4'-5' de long, glabres, entières. Stipules ca- 
duques, laucéolées, ovales, subulées, longuement acumiuées. Epis 
terminaux, paniculés, de 1-2 p. de long, à fleurs pressées, grandes, 
pourpres, à bractées très apparentes, ovales, longuement acuminées, 
striés, glabres. Gousse de 1-2' de long, rude, pendante, à 5-6 ar- 
ticles. — Canada-Floride ; bords des bois et des ruisseaux. Août. 

3. D. paniCtlîée. D. paniculatum. D. c. — Hedysarum. L. — Q|. 
Tige de 2-3 p.. grêle, dressée, glabre, striée. Folioles minces, de 
2'-3' de long, oblongues-lancéolées, légèiement acuminées, parsemées 
de poils appliqués sur les 2 faces. Stipules subulées, caduques. 
Fleurs pourpres, nombreuses, en panicule terminale, longuement pé- 
dicellées. Gousse droite, légèrement pubescente, à 4-5 articles dis- 
tinctement anguleux sur le dos. — Canada-Louisiane ; bords des bois. 
Juillet-Août. 

** Etainines monadelphes. 

4. D. acuminée. D. acuminatum. D. C. — Hedysarum acuoni- 
natuni. Michx. — Hedysarum glutinosiim. Willd. — Q|. Tige de 1-li p., 
dressée, grêle, pubescente, feuillée au sommet. Feuilles de 2'-5' do 
long, minces, à pétioles de 5'-6'. Folioles ovales, longuement acu- 
minées, la terminale arrondie, de 3' de diamètre, pubescentes. Sti- 
pules sétacées. Fleurs pourpres, en panicule terminale portée par 
un long pédoncule nu. Etamines monadelphes au-dessous du milieu. 
Gousse pubescente, à 3-4 articles concaves en dessus et arrondis en 
desso'js. — Canada-Louisiane ; bois, terrains secs. St. Joachim ' 
Belleville! Juillet. 

5. D. à fleurs nues. D. nudiforum. D. C. — Hedysarum. L. — 
% Cette Espèce est surtout remarquable en ce qu'elle a ses feuilles 
et ses fleurs portées sur des pédoncules diff"érents. Tige de 8'-10', 
portant plusieurs feuilles longuement pédonculées, glabres, termi- 
nales, à folioles ovales-arrondies, acuminées, légèrement pubescentes 
en dessous. Hampe de 2-3 p., s'élevant de la base de la tige, nue ou 
ne portant qu'une ou 2 feuilles 3-foliolées. se terminant par une pani- 
cule de petites fleurs pourpres à carène pâle. Gousse à 2-3 articles 
légèrement concaves sur le dos, obscurément triangulaires. — Canada- 
Floride ; bois, terrains secs. Juillet-Août. 

Les Desmodies sont des plantes de peu d'intérêt et sans utilité 
remarquable ; même parmi les Espèces exogènes il en est peu qui 
soient recherchées pour l'ornementation. 

GexX. XIX. SAINFOIN. Hedysarum. L. 

(De hêdys, doux ; allusion à la qualité sapiJc de la plante employée comme 
fourrage). 

Calice 5-fide, à divisions subulées, presque égales. Carène 
tronquée obliquement, plus longue que les ailes. Etamines 



Lespcdézic. XL. légumineuses. 151 

10, diadelphes, à filets subulés. Omire 1-raulti-ovulé. Stig- 
mate sub-capité. Gousse à plusieurs articles orbiculaires, 
comprimés. Graine sub-réniforme. — Arbres ou sous-arbris- 
seaux à feuilles impari-pennêes. 

1. S. du Nord, H. boréale. Nutt. — H. nlpinum. Michaux. — 
Northern Hedvsarum. — % Tige de 1-2 p., raide, dressée, striée, 
légèrement pubescente, à la tin presque glabre, très feuillée. Feuilles 
sub-sessiles, à 11-15 folioles oblongues, glabrescentes, mucronulées. 
Stipules embrassantes, à pointes subulées. Fleurs nombreuses, in- 
clinées, grandes, pourpre-violet, réunies en grappe spiciforme portée 
sur un long pédoncule. Calice à dents courtes. Carène plus longue 
que les ailes et l'étendard. Gousse à 1-4 articles sub-orbiculaires, 
réticulés, rugueux. — Canada-Missouri ; bois, terrains secs ; rare. 
Juin-Juillet. 

2. S. à grandes fleurs. H. granàiflorum. Pall. — Astragalus gran- 
àijionis. L. — Tiges de 2-3 p., diiïuses. Feuilles à 3-5 paires de fo- 
lioles elliptiques ou arrondies, pubescentes à la face inférieure et sur 
les bords. Fleurs en épis ovoïdes, serrés. Corolle purpurine, à ailes 
2 fois aussi longues que le calice. Gousse à articles velus, blancs, 
hérissés sur le milieu de petites pointes rudes. — Ibérie. Juin- 
Juillet. >^ 

3. S. cultivé. H. onohnjchis. L. (De onos, âne, et hrucJiein, 
braire ; c'est-à dire, fourrage recherché des ânes). — Onohrychis sa- 
liva. Lam. {Sainfoin. Esparcette). — % Tiges dressées-ascendantes, 
pubescentes. Feuilles à 13-19 folioles oblongues. Stipules mem- 
braneuses, aristées. Pédoncules longs. Fleurs rosées, en épi conique. 
Gousse marquée de fossettes, à faces et bords dentelés-épineux. — 
Europe. $ 

Le Sainfoin fait un excellent fourrage et possède l'avantage de 
réussir dans les terrains médiocres soit sablonneux ou graveleux, soit 
surtout calcaires. On s'en est plus d'une fois servi avec avantage en 
France pour améliorer des terrains pauvres. Destiné aux prairies, 
il se sème d'ordinaire au printemps avec le grain. 

Gen. XX. LESPÉDÉZIE. Lespedeza. Michx. 

CDédié à Lespedez, gouverneur de la Floride, qui favorisa Michaux dans ses 
voyages dans ces régions). 

Calice à 5 divisions, presque égales, muni de 2 bractées à 
la base. Ailes oblongues. Carène très obtuse. Etamines 
diadelphes (9 et 1). Style filiforme. Stigmate capité. Gousse 
lenticulaire, le plus souvent aplatie, petite, réticulée, indé- 
hiscente, monosperme, épineuse. — Herbes à feuilles S-foliolées- 
pennées. Genre séparé du Sainfoin. 



152 DICOTYLÉDONES POLYPETALES. Allipllicarpée. 

1. L. à fleurs en têtes. L. capitaUi. L. — L. frutescens. Eli. — 
Hcdysarum frutescens. Willd. — Bush Clover. — % Tiges poilues, 
sous-frutescentes, de 2-3 p., presque simples. Feuilles brièvement 
pétiolées, à 3 folioles coriaces, elliptiques, obtuses, soyeuses-pubes- 
centes. Stipules subulées. Fleurs blanc-jaunâtre, en fascicules 
ovales, sub-capités, axillaires. Gousse poilue, plus courte que le 
calice. — Canada-Louisiane; terrains secs. Prescott ! Juillet-Sep- 
tembre. 

2. L. poilue, i. hirta. Eli. — Ij. j^ohjstacJnja. Michx. — Hedy- 
sarum hirtum. L. — Qj. Tige de 2-4 p., dressée, rameuse et très velue. 
Folioles ovales-arrondies, obtuses. Fleurs blanc-rosé, en épis oblongs, 
axillaires, 2 fois plus longs que les feuilles. Calice égalant la corolle 
et dépassant à peine la gousse, très velu. Gousse ovale, velue. — 
Canada-Floride ; terrains secs. Août-Septembre. 

3. L. violette. L. violacca. Pers. — Hedysartim violaceum, L. — 
Violet Lespedeza. — Qj. Racines traçantes et ligneuses. Tiges de 
8-1-4', glabres, grêles, dilfuses. Pétioles allongés. Folioles ellip- 
tiques, obtuses ou ovales-oblongues, plus ou moins pubescentes en 
dessous. Fleurs petites, violettes, géminées, rassemblées en grappes 
ou ombelles plus courtes que les feuilles, quelques unes manquant 
souvent d'étamines et de corolle. Calice dépassé par la corolle. 
Gousse glabre, rhomboïde, réticulée. — Canada-Floride; bords des 
bois. Avril-Septembre. 

Suivant Hooker, une quatrième Espèce {j-epen%) se trouverait en- 
core en Canada, mais nous ne sachons pas qu'on l'ait encore rencon- 
trée en ce paj's. Les Lespédézies sont des plantes de nulle impor- 
tance et de peu d'intérêt, 

Gen. XXI. AMPHICARPÉE. AmpUcarpea. Eli. 

(De ampld, autour, carpos, fruit ; allusion à l'ovaire engaîné). 

Fleurs souvent monoïques. Calice tubuleux, campanule, 
4-5-fide, à segments presque égaux. Etendard large, oblong, 
obovale. Ailes longuement onguiculées. Carène à pétales 
distincts. Etamines diadelplies. Ovaire 4-ovulé, stipité, en- 
touré d'un disque charnu, engainant. Gousse linéaire- 
oblongue, comprimée. — Herbes rampantes, à feuilles penné es- 
S-foUolées. Fleurs supérieures complètes mais stériles, les infé- 
rieures apétales mais fertiles. 

A. monoïque. A. monoica. Eli. — Crlycinc ononoica, L. — Pea 
Wii\E. — rï) Tige volubile, grôlo, velue, de 4-8 p. de long. Feuilles à 
3 folioles ovales, glabres ou plus ou moins pubescentes. Grappes 
supérieures pendantes, à tleurs complètes mais stériles, pédoncules 
filiformes. Grappes inférieures à fleurs apétales mais fertiles. Fleurs 



Wistérie. XL. légumineuses. 153 

d'un pourpre pâle ou presque blanches. Gousses radicales souvent 
souterraines, à une graine, grosse, brune, comprimée. — Canada-Loui- 
siane ; taillis, bords des ruisseaux. St. Joachim ! Prescott ! Juillet- 
Septembre. 

Gen. XXII. WISTÉRIE. Wistaria. Nutt. 

(Dédié à Gasp. Wistar, professeur d'anatomie à l'université de Pennsylvanie). 

Calice campanule, 2-bractéolé, 2-labié ; lèvre supérieure à 
2 dents rapprochées, l'inférieure à lobe médian plus long. 
Etendard arrondi ou obovale, muni à sa base de 2 callosités 
qui aboutissent à l'onglet. Ailes et carène en faulx. Ma- 
mines 10, diadelpbes. Disque nectarifère engainant le pédi- 
cule de l'ovaire. Stigmate CQP^xié. G^owsse linéaire-oblongue, 
toruleuse, 2-valve. Graine réniforme. — Arbrisseaux voluhiles 
à feuilles impari-pennêes. Fleurs en grappes axillaires et termi- 
nales. 

1. W. frutescente. W. frutescens. D. C. — W. speciosa. Nutt. — 
Glycine frutescens. L. — Apios frutescens. Pursh. — Thyrsanthus fru- 
tescens. Eli. (^Glycine (P Amérique. Haricot en arbre). — % Tige pu- 
bescente dans le jeune âge, de 10-12 p., grimpante sur les arbustes 
qui l'avoisinent. Feuilles à 9-13 folioles ovales-lancéolées, acumi- 
nées, légèrement pubescentes, de l'-2' de long. Fleurs d'un bleu pâle, 
en grappes dressées, à bractées très apparentes donnant aux grappes 
avant leur épanouissement l'apparence de chatons. Etendard presque 
orbiculaire, à callosités larges et libres au sommet. Grappes de 6-8' 
de long. Ovaire glabre. Graines tachetées. — Des Etats du Sud. 
Avril-Mai. »^ 

Très belle plante d'ornement. Se multiplie de marcottes et de 
boutures. 

2. W. de la Chine. W. CJiinensis. D. Q.— W.fiorihunda. Willd. 
— Glycine Sinensis. Curt. — Dolichos polystachyos. Thunb. (^Glycine 
de Chine). — Chineese Wistaria. — % Tige grimpante, de 12-15 p., 
croissant très rapidement. Folioles ovales, brusquement acuminées. 
Fleurs violettes, en grappes longues, pendantes, très nombreuses. 
Ovaire velu. — Chine. Mai-Juin. >i< 

Magnifique plante de jardin, propre surtout à décorer les berceaux, 
les tonnelles, etc. Bien que ne prenant pas un aussi grand dévelop- 
pement que dans les climats plus chauds, elle résiste cependant à nos 
hivers. — Boutures, marcottes, etc. 



154 DICOTYLÉDONES— POLTPÊTALES, ApiOÏ. 

Gen. XXIII. APIOS. Ajyios. Boerh. 

(De apion, poire ; allnsion à la forme des racines). 

Calice 2-bractéolé, campanule, sub-2-labié, les 2 dents sn- 
périeures courtes, arrondies, les latérales presque oblitérées, 
l'inférieure plus longue, lancéolée, subulée. Etendard large, 
plié en long, réfléchi. Corolle longue, en faulx, finalement 
tordue eu spirale avec le style et les étamines. Etamines 10, 
diadelphes. Disque nectarifère engainant le pédicule de 
l'ovaire. Stigmate échancré. Gousse sub-cylindrique, falci- 
forme. Graine réniforme. — Herbes vohibiles, glabres, à rhi- 
zomes tubéreux, comestibles. Feuilles ini'pari-pennêes. Fleurs 
purpurines, en grappes axillaires, odorantes. 

A. tubéreux. A. tuherosa. Mœnch. — Glycine Apios. L. (Pénacs. 
Apios). — Ground ntit. — Qj. Rhizome à tubercules en chapelets, de 
l'-l^' de diamètre, féculents. Tige de 2-4 p., cylindrique, s'attachant 
aux corps qui l'avoisinent. Feuilles à 3-5-7 folioles ovales-oblongues, 
acuminées, glabres, brièvement pédicellées. Grappes solitaires, plus 
courtes que les feuilles. Fleurs d'un pourpre fauve ou brunâtres. — 
Canada-Floride ; lieux humides et ombragés. Bécancour ! Iles du 
lac St. Pierre ! Prescott (Près de Blue Church) ! Juillet-Août. 

Les tubercules de l'Apios qu'on désigne généralement en Canada 
sous le nom de Fénacs, sont très féculents et d'une saveur assez 
agréable. Ces tubercules restent souvent 2 et 3 ans en terre sans 
produire aucune pousse. Le travail des glaces sur les rives des îles 
du lac St. Pierre, lors de la débâcle du St. Laurent, en déterre une 
telle quantité chaque printemps, qu'entraînés par les eaux, on peut 
souvent les ramasser par minots sur les rivages des paroisses en aval 
de Nicolet. 

Gen. XXIV. HARICOT. Phaseolus. L. 

(Diminutif de pkasêlos, nacelle ; allusion à la forme de la graine). 

Calice sub-2-labié ; lèvre supérieure 2-fide, l'inférieure 
3-fide. Etendard orbiculaire, recourbé en arrière. Carène 
obovale, contournée en spirale avec le style et les étamines 
et adhérente aux ailes au-dessus de l'onglet. Etamines 10, 
diadelphes, à filet supérieur coudé au-dessus de sa base. 
Disque nectarifère engainant le pédicule de l'ovaire. Gousse 
comprimée ou cylindrique, 2-valve, linéaire ou falciforme, 



Haricot. xl. légumineuses. 155 

offrant avant la maturité des épaississements celluleux entre 
les graines. Hile petit, ovale-oblong, le plus souvent nu. — 
Herbes couchées ou voluhlles. Feuilles pennées^ à ^folioles sti- 
pellées. Stipules persistantes. Pédoncules axillaires, en grappes. 

1. H. vivace. Ph. perennis. Walt, — Ph. paniculatus. Michx. — 
Dolichos folystachyos. L. — WiLD Bean Vine. — QJ. Tige de 4-8 p., 
peu rameuse, grimpante, pubescente. Folioles ovales-acuminées, 
3-nervées. Fleurs pourpre-violacé, en grappes axillaires plus longues 
que les feuilles, souvent sans fruits. Gousse pendante, large, falci- 
forme de 1^'-2J' de long, acuminée. Graine comprimée, réniforme, 
d'un pourpre foncé. — Canada-Floride; bois pierreux, bords des ma- 
rais, etc. Juillet-Août. 

2. H. à feuilles variables. Ph. diversifoUus. Pers. — Ph. trilobus. 
Michx. — Straphostyles angulosa. EU. — ® Racine portant souvent 
de petits tubercules. Tige couchée ou grimpante, de 3-5 p., diffuse, 
hérissée de dents recourbées. Folioles entières ou anguleuses, ou 
2-3-lobées, pubescentes en dessous, souvent diversement et très obs- 
curément lobées, de l'-2'. Stipules adnées au pétiole. Pédoncules 
plus longs que les feuilles, 2-8-flores. Corolle purpurine. Dent in- 
férieure du calice plus longue que le tube. Gousse pubescente, li- 
néaire-élargie, cylindrique, devenant noire à la maturité, à 5-7 graines 
grisâtres, à hile linéaire. — Canada-Floride ; rivages sablonneux, par- 
ticulièrement près de la mer. Août-Octobre. 

3. H. commun. Ph. vulgaris. L. (^Haricot. Fève. Fêve rameuse). 
— Pôle Bean. Kidnev Bean. String Bean. — ® Tige longue- 
ment volubile de droite à gauche, de 5-10 p., ou simplement couchée 
dans les variétés naines. Folioles ovales acuminées. Grappes soli- 
taires, plus courtes que la feuille, à pédicelles géminés. Bractées 
ne dépassant pas le calice. Gousse pendante, bosselée, quelquefois 
presque toruleuse, terminée par un bec aigu. Graine rénitorme, ovoïde, 
sub-comprimée, unicolore, ou zébrée, ou panachée, luisante. Corolle 
blanche, iilas, ou rouge. — Indes. $ 

Cultivée non seulement pour ses graines mais aussi pour ses gousses, 
dans la plupart des variétés, que l'on mange vertes à la manière des 
Asperges. Les horticulteurs en distinguent aujourd'hui un grand 
nombre de variétés dont voici les principales. 

* Haricots à ramss. Tiges grimpantes, de 4-12 pieds. 

1 ® . H. de Soissons. — Graine blanche, plate, grosse. Le plus 
estimé en sec. 

2®. H. Sabre. — Graine blanche, comprimée, un peu arquée, de 
moyenne grosseur. Gousse d'une longueur et d'une largeur extra- 
ordinaire. Produit considérablement. Monte très haut et exige de 
grandes et fortes rames. Ses gousses parvenues à presque toute leur 
grosseur peuvent encore se manger en vert. 



156 DICOTYLÉDONES POLYPETALES. IlariCOt. 

3 ° . H. Prédome ou Prudhomme. — Graine ovale, petite, d'un gris 
blanc. C'est un mange-tout de première qualité ; sa gousse abso- 
lument sans parchemin est encore bonne presque sèche. 

4°. H. d'Alger. — Graine noire, arrondie. Gousse sans parche- 
min ; excellent mange-tout, se distinguant surtout par sa précocité. 

5 ° . H. E-iz. — Graine oblongue, très menue, blanche. Charge 
beaucoup, et est bon surtout en grains frais écossés. 

6 ^ . H. Sophie. — Graine ronde, blanche. 

** Haricots nains. Tiges non grimpantes 

7°. H. nain hâtif de Hollande. — Graine blanche, petite, un peu 
comprimée. Gousse longue, étroite, excellente en vert. 

8 ^ . H. flageolet. — Graine un peu allongée, presque cylindrique, 
étroite, blanche. Très naine et très hâtive. 

9 ^ . H. nain du Canada.— Graine presque sphérique, jaune-pâle, 
présentant un petit cercle brun autout du hile. Un des plus estimés 
sur nos marchés, surtout pour la purée, sans parchemin, il se mange 
aussi en vert. 

10°. H. nain d'Amérique.— Graine petite, un peu allongée, blan- 
che. Pied court, à touffe grosse et ramifiée, filant quelquefois mais 
le plus souvent pouvant se passer de rames. 

11 ° . H. solitaire. — Graine raccourcie, d'un rouge violet marbré 
de blanc. Touffe tellement ramifiée qu'elle forme un véritable buis- 
son. Assez bon et vert, mais meilleur en grains. 

4. H. Multiflore. Th. rnuUiflorus. Willd. — Th. coccineus. Kniph. 
{Haricot (PEspagne). — Scarlet Pale Bean. — % Tige volubile, de 
6-10 p. Folioles ovales acuminées. Grappes solitaires, plus longues 
que la feuille. Pédicelles opposés. Bractéoles plus courtes que le 
calice, appliquées. Corolle écarlate ou blanche, ou à étendard rouge 
et ailes et carène blanches. Gousse rugueuse, toruleuse. Graines 
ventrues, colorées ou blanches. — Amérique Méridionale. Juillet. 
.^ et * 

La variété à fleurs écarlates n'est guère cultivée que pour l'orne- 
ment quoique sa graine soit bonne à manger. Celle à fleurs blanches 
sert aussi aux deux usages, mais elle est préférée comme alimentaire, 
bien qu'elle ait la peau un peu épaisse. Si l'on considère cette Es- 
pèce comme plante vivace il faut la mettre en pots à l'automne ou 
l'entrer dans une cave, car elle ne résisterait pas toujours aux froids 
de nos hivers. Ses grappes de fleurs grosses et brillantes font un 
très bel efi"et dans les jardins. 

La culture des Haricots est connue de tout le monde. C'est de 
l'engrais consommé surtout qu'il faut leur donner. Une terre douce, 
légère, un peu fraîche, est celle qui leur convient le mieux. 



Chicot. XL. LÉGUMINEUSES. 157 



Sous-Famille. II. CÉSALPINÊES. 

Corolle îrrégulière mais non papilionacée. Etamines 10 ou moins, toutes 
distinctes, inégales. Ovaire libre, solitaire. 



Gen. XXV. CHICOT. Gymnocladus. Lam. 

(De gymnos, nu, clados, branche ; allusion à l'aspect dénudé des rameaux). 

Fleurs dioïques. Calice tubuleux, à 5 dents égales. Pé- 
tales 5, insérés sur la gorge du calice. Etamines 10, libres, 
incluses, dont 5 plus courtes. Gousse oblongue, épaisse, in- 
déhiscente, pulpeuse intérieurement. — Arbres à rameaux 
obtus au somynet. Feuilles 2-pennées, à folioles pêtiolulées. 

C. du Canada. G. Canadensis. Lam. — Guirlandina dioica. L. 
{Chicot. Bonduc). — Coffee tree. — Arbre de 30-50 p. avec un tronc 
droit de 12'-15' de diamètre, souvent d'une longueur de plus de 25 p. 
sans ramifications, à écorce rude, écailleuse, portant une tête un peu 
petite mais régulière. Feuilles 2-pennées, de 2-3 p. de long, à folioles 
ovales acuminées, d'un vert foncé. Fleurs blanchâtres, grandes, 
suivies de gousses courbées, de 6'-10' de long, contenant plusieurs 
graines grises, très dures. — Bords des lacs Erié et Ontario, aussi à 
risle Jésus, mais ne s'élevant guère là à plus de 15-21) p. Mai-Juin. 

Son bois rougeâtre, fort et d'un grain fini, est employé dans l'ar- 
chitecture, la meublerie et surtout l'ébénisterie. Les rameaux par 
leur forme obtuse, lorsqu'ils ont perdu leurs feuilles ressemblent assez 
à des chicots courts et tronqués, de là son nom français. 

GEîf. XXVI. CASSE. Cassia. L. 

(Du grec kasia, ou de l'hébreu ketsioth, indiquant l'arbre à casse). 

Calice à 5 sépales tombants, plus ou moins inégaux, presque 
libres. Pétales 5, onguiculés, insérés au fond du calice, plus 
ou moins inégaux. Etamines 10, dont 3 supérieures souvent 
stériles. Anthères s'ouvrant au sommet par 2 pores. Gousse 
cylindrique ou comprimée, indéhiscente ou 2-valve, 1-locu- 
laire, ou à logettes transversales. Graines comprimées, al- 
buminées. — Arbres, arbrisseaux ou herbes à feuilles impari- 
pennées, à folioles opposées. Fleurs jaunes. 



158 DICOTYLEDONES — POLYPÉTALES. Gaiuier. 

C, du Maryland, C. Marylandica. L. — C. Ugustrina. L. — Ame- 
rican Senna. — % Arbrisseau de 3-5 p.. à tige cylindrique, striée, 
souvent poilue. Feuilles à 8-9 paires de folioles ovales-oblongues, 
mucronées, légèrement ciliées, à pétioles munis à leur base d'une 
glande ovale, pédicellée. Fleurs d'un jaune vif, en grappes axillaires, 
multiflores, plus courtes que la feuille. Gousse comprimée, linéaire, 
de 3' 4' de long, hispide dans le jeune âge, puis glabre. — Canada- 
Caroline ; terrains d'alluvion. Hamilton, près du canal Desjardins ! 
Août. 

Ses feuilles en infusion sont un cathartique faible. 

Les Espèces acutifolia, obovata et lanceolata, toutes de l'Egypte, 
l'Arabie et l'Inde, fournissent dans leurs feuilles le Séné de la phar- 
macie, purgatif-cathartique si bien connu. 

Gen. XXVII. GAINIER. Cercis. L. 

(De kerkis, navette ; allusion à la forme du fruit). 

Calice longuement urcéolé, à 5 dents très courtes et très 
obtuses. Corolle presque papilionacée, à pétales onguiculés, 
les 3 supérieurs conformes, ascendants, les inférieurs droits, 
plus grands. JElamines 10, ascendantes, libres. Ovaire briè- 
vement stipité, linéiiire-oblong, raulti-ovulé. Sii/le ascendant. 
Gousse oblongue, comprimée, à suture ventrale presque ailée, 
la dorsale déhiscente. — Arbres à feuilles simples^ cordées. 
Fleurs roses, opparaissani avant les feuilles. 

G. du Canada, C. Canadensis. L. — Siliquastrum cordatum. 
Mœnch. (^Arhre de Judas. Arbre de Judée. Bouton rouge). — JuDAS- 
TRËE. Red-buo. — Arbre de 20-30 p. Feuilles entières, glabres, cor- 
dées, acuminées, velues sur la face inférieure à l'aisselle des nervures. 
Fleurs rose-pâle ou pourpre-léger, en petites grappes ou fasciculées, 
paraissant avant les feuilles. — New- Jersey-Floride ; bords des rivières. 
Mars-Avril. 

D'après Pursh le Gainier devrait aussi se trouver en Canada, mais 
nous ne sachons pas qu'on l'y ait encore rencontré. Son bois suscep- 
tible de recevoir un beau poli, et finement veiné de noir et de vert, 
est employé dans la meublerie. On dit que c'est sous un arbre ap- 
partenant à ce Genre que Judas trahit Jésus par son baiser. 

Gen. XXVIII. FÉVIER. GleditscMa. L. 

(Dédié à John Gottliob Gleditsch, Botaniste à Leipsig). 

Fleurs polygames. Calice cupuliforme, à 5 divisions égales. 
Pétales inégaux, insérés sur le calice. Ovaire sessile. Style 



Mimease. XL. légumineuses. 159 

court. Stigmate pubescent en dessus. Gousse stipitée, 'sèche, 
contenant une ou plusieurs graines comprimées. — Arbres à 
feuilles pari-pennées ou 2-pennées. Fleurs petites, vertes, en épis 
simples. 

F. hr trois épines. G. triacantlws. L. — Sweet Locust. Honey 
LocusT. — Arbre de 40-60 p., garni de grosses épines ligneuses sou- 
vent 3-fides. Folioles oblongues-lancéolées. Gousse de 12'-18' de 
long, comprimée-plane, légèrement courbée, pluri-séminée. — Penn- 
sylvanie-Louisiane. Juillet. >^ 

Cet arbre, vu la beauté de son port et de son feuillage, est souvent 
recherché pour l'ornement. Il résiste à notre climat, en perdant 
toutefois quelque peu sur sa taille. 



Sous-Famille III. MIMOSÉES. 

Sépales et pétales à préfloraison valvaire et presque réguliers. Etamines 
5-200, insérées à la base de la corolle. Feuilles pari-pennées ou 2-pennées. 



Gen. XXIX. MIMEUSE. Mimosa. Adans. 

(De mimos imitateur; allusion à la sensibilité de quelques Espèces dont les 
feuilles imitent le mouvement de l'animal}. 

Fleurs polygames. Calice court, sub-urcéolé, 4-5-denté. 
Corolle hypogyne, en entonnoir ou obconique-companulée, à 
limbe 4-5-fide. Etamines longuement sortantes, en nombre 
égal, ou double, ou triple de celui des pétales, insérées sur 
le fond de la corolle ou sur le pédicule de l'ovaire. Filets 
libres ou monadelphes à la base. Ovaire stipité, comprimé, 
oblique. Gousse comprimée, plane, en bec subulé au som- 
met, à articles clos. — Arbrisseaux ou herbes. Fleurs en capi- 
tules axillaires. 

M. pudique. M. pudica. L. (Sew*2i;M'«).—SENSiTivE plant. — Qj. 
Tige ligneuse, d'environ 1 p., aiguillonnée, a pétioles et pédoncules 
hispides. Feuilles 2-pennées, sub-digitées, à 4 pennes munies de 
nombreuses paires de folioles linéaires. Fleurs petites, blanches ou 
d'un rouge violet, en épis capités, axillaires. Gousse à bords ciliés 
de soies raides. — Brésil. ^ 



160 DICOTYLÉDONES POLYPÉTALES. 

Plante de serre ou d'appartement, cultivée surtout pour la singula- 
rité de son extrême sensibilité. Au moindre contact, les folioles se 
rapprochent et ses pétioles s'abaissent comme si toute la feuille était 
fanée et morte, mais après quelques instants elle se relève aussi vi- 
vante et aussi fraîche qu'auparavant. 



Fam. XLI. AMYGDALEES. Amygdaleœ. Lindl. 

(Du Genre Amygdaliis). 

Arbres ou arbrisseaux. 

Feuilles alternes, simples, accompagnées de stipules caduques. 
Fleurs g , régulières, en corymbes ou en grappes. 
Calice libre, à 5 divisions imbriquées. 

Corolle à 5 pétales légèrement onguiculés, insérés sur un disque charnu, à pré- 
floraison tordue. 
Etamines 00, égales, distinctes, insérées au même point que les pétales. 
Ovaire unique, libre, 1-loculaire. Style simple. Stigmate capité. 
Fruit — Drupe charnue ou coriace-fibreuse, à noyau osseux. 
Graine sans albumen. 

Genres 5, Espèces 110, des régions tempérées des deux hémis- 
phères. Nous devons à cette Famille la plupart de nos meilleurs 
fruits de table. De Jussieu sous le nom de Rosacées comprenait les 
Amygdalées, les Pomacées et les Rosacées proprement dites, mais il 
y a des différences si notables et si évidentes entre ces trois groupes 
que nous avons préféré avec Lindley, Jacques, et plusieurs autres, en 
faire trois Familles distinctes. 



CIEF ANALYTI^E DES GENRES. 

1 Fruit, drupe, coriace-fibreuse, non succulente Amandier I. 

1 Fruit, drupe charnue 2 

2 Fruit globuleux Cerisier V. 

2 Fruit plus ou moins comprimé ou allongé 3 

3 Fleurs d'un rouge vif Pécher II. 

3 Fleurs blanches ou rosées 4 

4 Ovaire glabre. Drupe à poussière glauque. Noyau aigu aux 

2 bouts Prunier III. 

4 Ovaire velu. Drupe veloutée, à noyaux aigu d'un bout, obtus 

de l'autre Abricotier IV. 



Amandier. XLi. amygdalées. 161 

Gen. I. AMANDIER. Amygdalus. L. 

(De amygdale, amande). 

Calice campanule, 5-fide, caduc. Pétales 5, insérés à la 
gorge du calice. Etamines 15-30, insérées avec les pétales. 
Ovaire sessile, 1-loculaire, contenant 2 ovules collatéraux. 
Stigmate presque pelté. Drupe coriace-fibreuse, sèche, à 
noyau rugueux, comme percé de trous, aigu d'un bout et 
obtus de l'autre. — Arbres ou arbrisseaux d feuilles simples, d sti- 
pules libres. 

1. A. commun. A. communis. L. — Almond. — Arbre de 15-20 p., 
à feuilles pétiolées, oblongues-lancéolées, dentelées. Fleurs solitaires 
ou géminées, apparaissant avant les feuilles. Calice campanule. Pé- 
tales planes, rosés à la base. Style ne dépassant pas les étaraines. 
Fruit ovoïde-comprimé, cotonneux. Noyau dur ou fragile. — Bar- 
barie. $ 

Cult'vé dans le midi de l'Europe pour son fruit. Outre la valeur 
qu'ont les Amandes tant douces qu'amères pour la table, elles servent 
à préparer en pharmacie plusieurs èmulsions simples ou composées : 
le sirop d'orgeat, les loocbs huileux, l'électuaire de diaphœnix, etc. 
Le looch blanc est fait avec des Amandes douces et amères, il s'em- 
ploie de même que le lait d'arnandes amères contre les rhumes, les 
toux opiniâtres, les attaques d'asthme, les convulsions des enfants, etc. ; 
l'essence d'Amandes amères est employée comme calmant, à la dose 
de 1 à 4 gouttes. On dit aussi que les Amandes amères dissipent 
l'ivresse. On extrait des Amandes douces une huile fine dont les 
usages économiques sont à peu près les mêmes que ceux de l'huile 
d'Olive. 

2. A. nain. A nana. L. {Amandier de Géorgie). — Tige de 3-4 p. 
Fleurs purpurines, devenant doubles par la culture, axillaires, soli- 
taires. — Orient. >{* 

Les Amandiers ne peuvent résister à notre climat en pleine terre. 

Gen. II. PECHER. Persica. T. 

(De persikê, nom grec du Pêcher, originaire de Perse). 

Calice tubuleux, 5-lide, caduc. Drupe {Pêche) globuleuse, 
charnue, succulente, lisse ou tomenteuse. ^^pyau ovoïde- 
comprimé, aigu, creusé d'anfractures profondes. — Arbrisseaux 
ou arbres d feuilles lisses, dentelées. 

1. P. commun. P. vulgaris. Mill. — Amygdalus Persica. L. — 
CoMMOM Peach.— Arbre de 8-15 p. Feuilles elliptiques, lancéo- 
lées, dentelées. Fleurs solitaires, sub-sessiles, précédant les feuilles. 

u 



162 DICOTYLÉDONES— POLTPÉTALES. PrDflîer. 

Pétales d'uH rose vif, à odeur d'acide cj'anhydrique. Fruit à épi- 
carpe cotonneux, à chair molle se détachant aisément du noyau 
{Pêc7/e), ou à chair compacte se détachant difficilement du noyau 
{Pavie, Alberge). On en cultive aujourd'hui plus de 200 variétés 
pour les fruits. Une variété à fleurs doubles fait un très bel arbre 
d'ornement. Avril- M ai. ^ 

2. P. lisse. P. lœvis. D. C. — Amygdalus Persica. L. — Necta- 
rine — Ne diffère de l'Espèce précédente que par le fruit à épicarpe 
lisse ; chair se détachant facilement du noyau [Pêrlie violette), ou 
adhérente au noyau {Brugnon). On en possède aussi des variétés 
nombreuses. 

Les Pêches sont, de l'aveu de tous, un excellent fruit de table. On 
ne peut que difficilement les cultiver dans le Canada et surtout dans 
le Bas, cependant nous en avons vu 2 ou 3 arbres en espaliers dans 
le jardin des MM. de St. Sulpice à Montréal, pleins de vigueur et de 
santé et chargés de fruits magnifiques. Les feuilles, les fleurs et les 
amandes des Pêchers ont une saveur amère due à l'acide prussique 
qu'ils renferment. Dans le midi des Etats-Unis on fait avec les 
Pêches une excellente eau-de-vie. — Le Pêcher se multiplie de graines, 
ou par la greffe sur Amandier ou sur Prunier. 

Gen. m. PRUNIER. Ptmnus. L. 

{"De prune, nom grec du Prunier). 

Calice à tube nrcéolé-hémisphérique, à limbe 5-fide, caduc. 
Pétales 5, étalés. JEiaînines 15-30. Ovaire sessile, 1-locu- 
laire, contenant 2 ovules collatéraux, pendants. Stigmate 
pelté-réniforme, entier. Drupe globuleuse ou oblongue, 
succulente, couverte d'une efflorescence glauque, à noyau 
ovale, lisse sur ses faces, à bord dorsal arrondi et creusé d'un 
sillon, à bord ventral longé par 2 sillons latéraux. — Petits ar- 
bres à feuilles enroulées longitudinalement avant V épanouissement. 
Fleurs précoces ou contemporaines. 

1. P. d'Amérique P. Americana. Marsh. — P. hiemaUs. Eli. — 
Cerasus mgra. Loisel. (^Prunier rouge. Prunier sauvage). — Red 
Plum. Yellow Plum. — Arbre de 10-15 p., quelque peu épineux. 
Feuilles oblottg-ues, ovales ou obovales, brusquement et fortement 
acuminées, doublement dentées, à pétioles munis de 2 glandes au 
sommet. Fleurs précédant les feuilles, blanches, en ombelles 3-4- 
flores. Drupe ronde-ovale, d'un rouge orange, à chair jaunâtre, avec 
une peau épaisse et coriace, presque destituée d "efflorescence. — Sa- 
guenay-Texas ; bords des ruisseaux et des coteaux. Nicolet! Bel- 
leville ! Avril-Mai. 



??Qllier. XLI. AMYGDALÉES. 163 

Seule Espèce de Prunier indigène en Canada, quelques variétés 
dans la culture ont des fruits d'une saveur fort agréable bien qu'ils 
soient encore loin des Damas. 

2. P. domestique. P. domestica. L. — Commun garden Plum. 
Damson Pi.uM.— Arbre de 10-15 p., très raraeux, à rameaux étalés, 
glabres. Feuilles elliptiques-aigûes, crénelées-dentées, un peu ru- 
gueuses, légèrement pubescentes. Stipules linéaires, pubescentes. 
Fleurs précoces, généralement une seule de chaque bouton. Pédon- 
cules pubescents, ordinairement géminés. Calice velu intérieure- 
ment et sur le limbe. Pétales d'un blanc verdâtre. Fruit jaune, 
rouge ou violet, ellipsoïde ou obovoïde ; noyau oblong elliptique, com- 
primé, à faces rugueuses. — Italie. Avril-Mai. % 

3. P. sauvage. P. insititia. L. (^Prunenutier). — Willd Bullace 
TREE. — Arbre de 15-20 p., à rameaux quelquefois épineux, veloutés- 
grisâtres dans le jeune âge. Feuilles ovales-elliptiques, dentelées, 
poilues inférieurement sur les nervures. Stipules linéaires-pubes- 
centes. Fleurs précoces ou contemporaines des feuilles, ordinairement 
géminées. Galice glabre intérieurement et comme granulé, à seg- 
ments entiers, obtus. Fruit à peu près globuleux, gros, à noyau ru- 
gueux. — Europe. ^ 

De ces 2 Espèces sont sorties les 200 variétés et plus qu'on re- 
connaît maintenant dans la culture. Nous citerons les suivantes 
parmi les plus remarquables. 

* Fruits violets. 

Damas violet. — Fruit moyen, allongé en col près du pédoncule, à 
chair sucrée, un peu acide. C'est la Prune bleue de la côte de 
Beaupré et de la rive sud en aval de Québec. — Septembre. 

Damas musqué. — Fruit petit, violet foncé, à chair ferme, musquée. 
Arbre peu fécond. — Commencement de Septembre. 

Reine-Claude violette. — Fruit gros, sphérique, un peu inférieur à 
la Reine-Claude blanche. — Septembre. 

Impériale Tiolette, Prune-œuf. — Fruit de la grosseur et de la forme 
d'un œuf, violet clair, ferme, sucré, relevé, souvent gommeux et ver- 
reux dans les terres fortes ou froides. — Fin de Septembre. 

Monsieur. — Fruit gros, rond, violet, à chair fondante. Arbre vi- 
goureux, productif. — Milieu d'Août. 

Royale de Tours. — Fruit gros, presque rond, violet et rougeclair, 
à chair fine et sucrée. — Milieu d'Août. 

De Coé. — Moyenne, globuleuse, d'un rouge violet, chair ferme, 
acide, riche. Très productif.— Fin de Septembre. 

** Fruits jaunes ou blancs. 

Relne-riaude. — Fruit gros, sphérique, vert, tacheté de gris et de 
rouge. Une des plus estimées. — Commencement de Septembre. 



164 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Abricotier. 

Reine-Claude de Bavay. — Plus grosse que la précédente et plus 
précoce par sa maturité, chair adhérente au noyau. Fruits à pé- 
doncules allongés. De Belgique, — Fin d'Août. 

Washington. — Fruit gros, ovale-globuleux, jaune-verdâtre, teint 
de rouge du côté du soleil, chair fondante, verte, non adhérente au 
noyau. Arbre vigoureux et très productif. — Milieu de Septembre. 

Impériale blanche. — Fruit ovale, à peau coriace, encore plus gros 
que ceux de l'Impériale violette, chair blanche, ferme, adhérente au 
noyau. — Septembre. 

Goutte d'or de Co6. — Très grosse, ovoïde, jaune clair, chair ferme, 
riche et sucrée, adhérente au noyau. Arbre vigoureux et très pro- 
ductif. — Fin de Septembre. 

Ste. Catherine. — Fruit moyen, allongé, jaune, sucré. Une des 
meilleures Espèces pour sécher. — Octobre. 

Jaune hâtive. — Oblongue, ferme, jaunâtre ; sa précocité fait son 
principal mérite. C'est la Prime blanche de la côte de Beaupré. — 
Fin de Juillet. 

On cultive encore les Pruniers Cerisettes, St. Julien et Damas 
noir, particulièrement pour greffer les Abricotiers, les Pêchers et les 
autres Pruniers. 

Le Prunier n'est pas difficile sur la qualité du terrain ; on peut 
le cultiver avec succès partout où le sol n'est ni glaiseux, ni maré- 
cageux, ni trop sablonneux. Une bonne terre franche et légère est 
celle qui lui convient davantage. Dans une terre trop forte il ferait 
des pousses trop vigoureuses et ne donnerait que peu de fruits et 
sans saveur. La plupart des Pruniers énumérés ci-dessus peuvent 
réussir aux environs de Québec, surtout à une bonne exposition au le- 
vant ou encore mieux au midi. On obtient le Prunier de graines ou 
par la greffe. Il faut semer les noyaux aussitôt après la maturité 
sans les laisser se dessécher, car alors ils ne lèveraient pas même le 
printemps suivant. Plusieurs espèces comme les Damas, par exem- 
ple, se perpétuent par leurs semences sans rien perdre de leurs qua- 
lités. Pour la greffe, il vaut mieux employer des sujets provenant 
de graines que des rejetons, car ces derniers émettent d'ordinaire de 
nouveaux drageons qui épuisent l'arbre. On greffe ordinairement en 
écusson (rt) sur des sujets de 2 ans que Ton peut mettre en place 
l'année qui suit la première pousse de la greffe, en rabattant celle-ci 
îi 5 ou 6 yeux afin de lui donner plus de vigueur. Les Prunes sont 
légèrement laxatives et émollientes ; lorsqu'elles sont séchées elles 
prennent le nom àe pruneaux ; cuites ou crues c'est toujours un ali- 
ment très sain. On extrait des Prunes en Allemagne une eau-de-vie 
qui porte le nom de kwetschenwasser. Le bois du Prunier est em- 
ployé dans la marqueterie et l'ébénisterie. 

(a) Voir le Traité Elémentaire de Botanique de l'auteur, p. 91. 



Cerisier. xli. amygdalées. 165 

Gen. IV. ABRICOTIER. Armeniaca. T. 

(De Armenia, Arménie, patrie de rAbricotier). 

Calice 5-fide, caduc. Pétales 5. Drupe (Abricot) pubes- 
cente-veloutée, à noyau obtus d'un bout et aigu de l'autre, 
comprimé, sillonné sur les bords. Fleurs sub-sessiles, pré- 
coces. — Arbre de 12-15 p., à racine pivotante. 

A. commun. A. vulgaris. Lam. — Prunus Armeniaca. L. — Com- 
MOiV ÂPRicoT. — Arbre à rameaux lisses et glabres. Feuilles ovales, 
ordinairement cordées, anuminées, dentées. Fleurs solitaires ou gé- 
minées, latérales, très brièvement pédonculées. Pétales d'un blanc 
rosé. Fruit pourpre jaune de 1 -2 de diamètre. — Arménie. Vlai. ^ 

L'Abricotier n'a été considéré par plusieurs Botanistes que comme 
une Espèce de Prunier, il a aussi avec ce dernier les rapports les 
plus intimes. De même que le Prunier, l'Abricotier n'est pas trop 
difficile sur le choix du terrain pourvu qu'il ne soit pas trop argileux 
ni trop humide. Ses fleurs se montrant de bonne heure le printemj)s 
sont très sujettes à souffrir de la gelée. L'Abricotier se reproduit de 
graines ou par la greffe sur le Prunii^r (Damas noir, Cerisette, St. 
Julien) ou sur tronc. L'Abricotier souffre trop souvent de nos hivers 
dans le Bas-Canada pour y être cultivé avec avantage. On peut 
citer les Variétés suivantes comme les plus intéressantes dans la 
culture : 

A. Pèche. — Fruit gros, à chair plus blanche que les variétés sui- 
vantes, meilleure, ayant un léger goût de Pêche. Se greffe sur 
Damas noir.- Commencement d'Août. 

A. commun. — Fruit gros. Amande amère. Arbre très vigoureux, 
très productif, se dégarnissant promptement du bas. 

A. de Portugal. — Fruit petit, arrondi, trèd bon, à chair fondante. — 

Mi- Août. 

A. Al berge. — Fruit à chair fondante et vineuse, souvent raboteux 
et coloré. Excellent pour confire. Se reproduit de graines. — Mi-Août. 

A. de Nancy. — Fruit un peu aplati, à chair d'un jaune rouge, très 
fondante, d'une saveur particulière. Son noyau est percé d'un petit 
trou sur le côté. — Fin d'Août. 

A. royal. — Fruit plus rond et meilleur que le précédent. 
Le bois de l'Abricotier est très dur, on l'emploie à faire des cannes 
et divers ouvrages de tour. 

Gen. V. CERISIER. Cerasus. J. 

(De Cérasonte, ville de l'Asie Mineure, patrie du Cerisier). 

Calice 5-fide, régulier, caduc. Pétales 5, très étalés. Drupe 
(Cerise) glabre, globuleuse, dépourvue de l'efïiorescence glau- 



166 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Cei'isier 

que de la Prune. Xoyau à bord dorsal à peine caréné, à 
bord ventral caréné et longé par 2 petites côtes. Ileurs 
tantôt solitaires ou eu tascicules ombelliforraes et plus ou 
moins précoces, tantôt en corynibes ou eu grappes, et con- 
temporaines des feuilles. Pétales blancs. — Arbres ou arbris- 
seaux à feuilles enroulées en long avant leur épanouissement et à 
êpiderme de Vêcorce dirigé circulairement. 

1. C. de Virginie. C. Virginiana. D. C. — Prunus Virginiana. 
L. — p. ohovata. Bigel. {Cirisier à grappes). — Chokk Chkrky. — 
Petit arbre de 5-20 p., li écnrce grisâtre. Feuilles glabres, ovales- 
lancéolées ou obovales, doublement dentelées, brièvement acuminées, 
velues à l'aisselle des nervures en dessous. Pétioles portant 2 3 
glandes. Fleurs blanches, odorantes, en grappes lâches, étalées. 
Pétales orbiculaires. Fruit sub globuleux," d'un rouge plus ou moins 
foncé, à chair un peu collante ou astringente au goût, cependant assez 
agréable, de la grosseur d'un Pois. — Baie d'Hudson-Louisiaue ; bords 
des ruisseaux et des rivières ; commun. Mai. 

2. 0. tardif. C. serotina. D. 0. — C. Virginiana. Michx. — Prunus. 
Ehr. {Cerisier rouge. Cerisier noir). — Black Cherry. Willd 
Cherry. — Arbre de 50-80 p., portant un tronc de 2-4 p. de diamètre 
souvent jusqu'à 20-30 p. sans ramifications, à écorce noire et rude. 
Feuilles luisantes, glabres, sub-coriaces, ovales-lancéolées ou ob- 
ovales, acuminées, simplement dentelées, avec 2-4 glandes à la base. 
Pétiole aussi avec 2-4 glandes. Fleurs blanches, en grappes allongées, 
étalées. Fruit presque noir à la maturité, assez agréable au goût 
quoique un peu amer, très recherché par les oiseaux. — Canada-Flo- 
ride. Mai-Juin. 

Les noms spécifiques de ces 2 plantes ont été erronément changés. 
La première, Cerasi/s Virginiana, est, sans aucun doute, le Prunus 
Virginiana de Linnée, comme on Ta constaté depuis surtout en recou- 
rant à l'herbier du savant Suédois ; Michaux l'ayant pris pour le sui- 
vant, à son exemple, plusiein-s autres Boianistes modernes, Loisel, 
Hooker, etc., lui ont attribué la spécification de serotina. La pre- 
mière doit donc garder son nom spécifique de Virginiana, et la se- 
conde celai de Serotina, puisque en effet elle mûrit son fruit 3-4 se- 
maines plus tard que la première, surtout dans le Canada. Le Ce- 
risier rouge n'atteint pas ici la taille qu'il prend d'ordinaire dans les 
Etats plus au Sud. il ne dépasse guère ici 30-35 p. La rivière Chau- 
dière parait être sa limite au Nord. Nous en avons rencontré à Tring, à 
Arthabaska et dans les autres townships de l'Est. 

Le bois du Cerisier rouge est d'un grain fin et compact, suscep- 
tible de prendre un beau poli et est très employé dans la meublerie ; 
le seul défaut qu'on lui reproche est de travailler beaucoup une fois 
employé. 

3. C. du Canada. C. C ayiadensi s. Vro\. — C. Pennsyhmnica. Lois. 
— Prunus horealis. Pursh. {Petit Merisier. Petites Merises). — Wild 



Cerisier. XLi. amygdalées. 167 

RPD Ofjrrrv. Bird Cherry. — Arbre de 15-25 p„ avec un diamètre 
de 6-10'. Ecorce lisse, d'un rouge brun. Feuilles ovales-oblong es, 
longuen^-ent acuminées, finement dentelée?!, membraneuses, glabres. 
Fleurs blanches, longuement pi dicellées et réunies en une espèce 
d'ombelle. Fruit petit, sub-globuleux-ovoïde, rouge, d'un goût acidulé 
très agréable, et dont les oiseaux sont très friands. — Labrador, Sas- 
katchawan-Virginie ; terrains sablonneux et surtout dans les taillis 
ou les forêts de seconde venue ; ordinairement associé au Bouleau et 
au Peuplier; très commun. Mai. 

Le bois d'une belle couleur rougeâtre a un grain assez fin, mais son 
peu de dureté et ses faibles dimensions ne permettent guère d'en faire 
un grand usage. 

Nous avons cru devoir substituer le nom spécifique de Cavadcnsis 
à celui de Pennsylva-iica, attribué à cet arbre par Loisel, Hooker, 
Torrey et Gray, etc., vu surtout qu'en France on ne le désigne pas 
autrement que sous ce nom de Cei-isier du Canada, et qu'il ne se ren- 
contre que rarement dans la Pennsylvanie. Michaux, d'après Linnée, 
et après lui Pursh, lui ont donné celui de Borcalis, mais comme les 
Botanistes Américains ont paru rejeter ce dernier nom, nous avons 
cru en avoir adopté un qui sera mieux retenu en ce pays, si toutefois 
il ne finit pas par prévaloir partout ailleurs. 

4. G. nain. C. pumila. Michx. — C. depressa. Pursh. — Prunus 
pnm'da- L. — P. cuneata. Raf. {Kagouminier). — Sand Cherry. — 
Arbustes de 3-4 p., à rameaux étalés ou dressés. Feuilles glabres, 
obovales, oblongues, dressées, à peine dentelées, glauques en dessous, 
aigties à chaque extrémité. Fleurs blanches, 3-4 dans chaque om- 
belle, à pédicelles glabres de 1' de long. Fruit ovoïde, d'un rouge 
noir, de la grosseur d'un Pois, acide et d'un goût assez agréable.— 
Baie d'Hudson-Virginie ; îles et bords des rivières dans les terrains 
sablonneux. St. Georges d'Auhert Gallion, (îles de la rivière Chau- 
dière) ! Madington, (îles de la rivière Bécancour) ! Mai. 

5. C. Merisier. C. avium. D. C. — Prunus. L. — P. nigra. Mil). 
(^Cerisier. Gv.ignier). — Ox-heart Chehry. — Arbre de 20-25 p. 
Rameaux ascendants, dressés, non pendants. Feuilles obovales- 
acuminées, un peu plissées, doublement dentelées pubescentes inté- 
rieurement. Fleurs fasciculées, presque contemporaines, sortant de 
bourgeons à écailles toutes scarieuses, ailées glanduleuses. Fruit 
(^Merise, Guigw^ globuleux-ovo'ide, noir ou rouge, rarement jaunâtre, 
à chair douceâtre, jamais acide, adhérente à l'épicarpe {jjeau). — Eu- 
rope. Mai. $ 

Voici les variétés de Guignes les mieux connues : 

Grosse Guigne noire. — De grosseur moyenne, rouge noir très foncé, 
chair tendre, juteuse, sucrée. La plus précoce. 

Grosse Guigue ambrée, grosse Merise l)lanclic.— Ovale ou en cœur, am- 
brée, sucrée. 

Guigne rose Iiative.— Rouge tendre, très aqueuse. 

Grosse Guigne noire luisante.— Plus grosse, plus luisante et meilleure 
que les autres. 



168 DICOTYLÉDONES — POLTPÉTALES. Cerisier. 

6. C. Bigarreautier. C. duracina. Ser. — Prvnus nigra. L. {Bi- 
garreautier). — BiGAKBEAU. — Arbre différant du précédent en ce 
qu'il devient plus gros et n'affecte pas comme lui la forme pyrami- 
dale, mais laisse pendre l'extrémité de ses rameaux. Fruit oblong 
ou globuleux, presque cordiforme, assez gros, rouge-pâle, strié, quel- 
quefois blanc-jaunâtre, à chair incolore, sucrée, croquante, se sépa- 
rant difficilement du noyau. Les variétés les plus remarquables sont 
les suivantes : 

Bigarreau hatif. — Petit, d'un rouge clair, à chair parsemée de fibres 
blanches. — Mi-Juillet. 

Bigarreau Napoléon. — Très gros, d'un jaune pâle, piqueté de rouge, 
chair ferme, juteuse, sucrée. Arbre très productif. — Juillet- 
Belle de Rochemont. — Gros, cordiforme, d'un rouge clair, luisant. — 
Juillet. 

Black Tartarian. — Très gros, cordiforme, strié, noir à la maturité, 
chair sucrée, douce, à goût très fin. Arbre vigvureux et très pro- 
ductif. — Juillet. 

Black Eagle. — Gros, arrondi, presque noir, d'un goût très relevé. 

7. C. commun. C rulgar>s. Mill. — Prvnus Cerasus. L. — Ce>asus 
Caproniana. D. C. {Cerisier. Griottier). — Save Cherry. Duke. 
MoRELLO. — Arbre de 5-15 p. Souche à stolons souterrains traçants. 
Tronc à écorce lisse et luisante. Rameaux plus ou moins étalés ou 
pendants. Feuilles obovales-oblongues, acuniinées, planes, toujours 
glabres, à bords denticulés, glandulifères. Pétiole sans glandes. 
Fleurs fasciculées, précoces, sortant de bourgeons à écailles inté- 
rieures foliacées. Fruit (Cerise, Griotte) globuleux, déprimé, à 
chair aigre ou acide. Les Griottes se distinguent surtout des Cerises 
proprement dites, par un acide amer plus ou moins appréciable que 
n'ont jamais celles-ci. 

VARIÉTÉS LES PLUS REMARQUABLES. 

Belle de Clioisy.— -La meilleure de toutes, de grosseur moyenne, à 
peau fine, luisante, d un jaune rougeâtre, à chair tendre, fondante, lé- 
gèrement acide. Arbre peu productif. 

Cerise royale. — La meilleure après la précédente, grosse, d'un rouge 
foncé, sans aucune acidité. Juillet. — Les May-duke, Cherry-duke, 
Holman's-duke et late Duke, n'en sont que des variétés à peine dis- 
tinguibles. 

Reine flortcnse. — Grosse, d'un rouge clair, tendre, légèrement acide. 
Rameaux longuement pendants. 

Belle magnifique. — Très grosse, cordiforme, d'un beau rouge, légè- 
rement acidulé ; l'arbre charge beaucoup mais lentement. 

8. C. de Mahaleb, Bois de Ste. Lucie. C. Mahaleb. M'xW.— Pru- 
nus. L. — Arbre de 15-20 p. Feuilles coriaces, cordiformes-arrondies, 
brièvement acuminées, dentelées. Fleurs petites, en corymbes, odo- 



XLII. ROSACÉES. 169 

rantes. Fruit noir, ovoïde-globuleux, de la grosseur d'un Pois. — 
France. 

Cultivé pour fournir des sujets sur lesquels se greffent les autres 
Espèces. 

Presque toutes les variétés jardinières de Cerisiers énumérées ci- 
dessus sont très rustiques et réussissent dans presque tous les ter- 
rains. Le Cerisier de même que le Prunier ayant des racines tra- 
çantes peut réussir dans des terrains peu profonds, surtout s'il est 
greffe sur le Mahaleb. Les Cerisiers, Merisiers et Bigarreautiers outre 
le semis pour les reproduire peuvent encore se greffer les uns sur 
les autres. La Cerise est un excellent fruit dont on fait des confitures, 
des compotes et des liqueurs. Le célèbre marasquin de Venise et de 
Trieste est préparé avec la Cerise dite Griot Marasquin. Le Ceri- 
sier originaire du royaume de Pont fut apporté à Rome par Lucullus, 
73 ans avant Jésus-Christ. C'est avec les Merises qu'on fabrique 
en Allemagne la célèbre boisson connue sous le nom de kirsch ou 
k'irscJicnwasser. Le bois de différentes espèces de Cerisier est employé 
dans rébénisterie et dans des ouvrages de tour. 



Fam. XLII. ROSACEES. Rosacea. J. 

(Du Grenre Rosa). 

Herbes ou arbrisseaux souvent munis d'aiguillons. 

Feuilles alternes, ordinairement composées, stipulées. 

Fleurs ^ ou diclines, régulières, ordinairement brillantes, solitaires ou diverse- 
ment groupées. 

Calice monosépale, à 4-5 divisions libres ou plus ou moins soudées, à préfloraison 
valvaire. 

Corolle — Pétales autant que de lobes calicinaux, insérés sur le calice, rarement 0. 

Etamines 00, multi-sériées, insérées comme les pétales. Anthères 2-loculaire3, 
introrses, dorsifixes. 

Ovaires nombreux, distincts, rarement 1-2-lrculaires, 1-ovulés. 

Fruits secs ou drupacés, monospermes, indéhiscents. 

Graines suspendues, sans albumen. 

Cette Famille sous le point de vue de l'ornementation, n'eut-elle 
que la Rose pour la recommander, devrait par cela même être placée 
au premier rang. Des 50 Genres qui la composent nous ne rencon- 
trons en Canada que les 16 qui suivent. 



CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

1 Ovaires inclus dans le tube calicinal 2 

1 Ovaires nus 5 

2 Carpelles nombreux. Pétales 5-00. Etamines 00 . . . Rosier I. 

2 Carpelles 1-4 3 

V 



170 DICOTYLÉDONES — POLTPÉTALES. RoSief. 

3 Pétales présents. Etamines 12-15 Aigremoine VIII. 

3 Pétales 4 

4 Etamines 4 . Sanguisoibe IX. 

4 Etamines 20-30 3 PimpreneUe X. 

5 Fruit — follicules « ^ 

5 Fruit — akènes ' ' -A ' ' tt 

5 Fruit composé de petites drupes aggrégées Ronce il. 

6 Follicules 1-séminées ; arbrisseaux à feuilles simple» * Corète XIV. 

6 Follicules 2-10 géminées "^ 

7 Feuilles 3-foliolées • Gillénie XVI. 

7 Feuilles simples ou pennées Sphée XV. 

8 Pétales 8-9 Dryade XIII. 

8 Pétales 5-4 9 

9 Cai"pelles encaissés dans un réceptacle devenant succulent à la ma- 
turité Fraisier III. 

9 Carpelles sur un réceptacle sec et persistant 10 

10 Styles terminaux, coudés ou ployés Benoîte XII. 

10 Styles coudés, le plus souvent latéraux 11 

11 Carpelles 5-10, sessiles au fond du calice Sibbaldie VII. 

11 Carpelles nombreux sur un réceptacle convexe 12 

12 Eéceptacle spongieux à la maturité. Fleurs pourpre 

foncé Comaret VI. 

12 Non 12 

13 Tiges rampantes. Feuilles simples Dalibaide III. 

13 Tiges di'essées. Feuilles composées ou divisées . . . Poteutille V. 
13 Plante acaule. Feuilles 3-foliolée3 ....... Walsteinie XL 

Gen. I. ROSIER. Roaa. T. 

(De rodon, nom grec de la Rose, ou du celtic Rkodd, rouge). 

Cklice à tube urcéolé, charnu, contracté à l'orifice, à limbe 
5-fide, à segments imbriqués dans la préfloraison et le plus 
souvent portant des appendices foliacés. Pétales 5, se mul- 
tipliant par la culture. Akènes 00, osseux, hispides, insérés 
dans le tube et sur les parois du calice devenu charnu. — Ar- 
brisseaux munis d'aiguillons. Feuilles iinpari-pennées, â stipules 
longuement soudées au pétiole. 

• Espèces indigènes. 

1. R. de la Caroline. R. CaroUniana. L. — R. Virginiana. Duroi* 
— R. corymbosa. Erh. — Swamp Rose. Carolina Rose. — Arbris- 
seaux de 4-6 p., dressés, buissonneux, hérissés d'aiguillons courbés, 
à rameaux rougeâtres. Feuilles à 5-9 folioles lancéolées ou obovales, 
dentelées, rapprochées, pubescentes en dessous. Stipules longues à 
bords roulés, ordinairement accompagnées d'épines à la base. Fleurs 
rouges, en corymbes de 3-7, rarement solitaires. Pétales ohcordés, 
grands. Calice et pédoncules hispides-glanduleux ; eépales appen- 



Eosier. 



XLII. ROSACEES. 



171 



diculés, ouverts, très longs. Fruit globuleux-déprimé, d'un rouge 
foncé à la maturiè.— Oanada-Ohio ; lieux humides et marécageux. 
Isle Verte ! Sorel ! Juillet. 

2. R. brillante. R.lucida. Warh.—R. parviflora. Torr.-— Shin- 
ïNG ou WiLD Rose. — Arbrisseaux de 1-3 p., armés d'aiguillons nom- 
breux et inégaux, caducs à la fin, ceux des rameaux florifères stipu- 
laires, droits, ou légèrement courbés, quelquefois 0. Feuilles à 5-9 
folioles ellipti(|ues, dentelées, glabres supérieurement, la paire infé- 
rieure très rapprochée des stipules. Pétales hispides-glanduleux. 
Fleurs assez grandes, d'un rouge pâle, solitaires ou 2-3 ensemble. 
Calice à segments appendiculés, hispides-glanduleux, de même que 




FiG. 90. Un Fraisier. 91. Section verticale d'une fleur dont on a enlevé les 
pétales, montrant l'insertion périjryne des étamines et le réceptacle qui en aug- 
mentant de volume devient le fruit pulpeux que nous mangeons, portant sur sa 
surface les akènes qui à proprement parler sont les véritables fruits de la plante. 
92. Un carpel grossi montrant son style latéral 93. Un fruit entier de la Ronco 
iRubus villosus) avec un autre coupé longitudinalement ; ici le réceptacle ne 
prend pas d'accroissement, mais les ovaires deviennent des drupes contrairement 
aux Fraises. 94. Section d'un endocarpe dont la cavité est remplie par la graine, et 
celle-ci par la plantule avec ses grands cotylédons. 95. Fleur de la Sanguisorbe 
du Canada (Sanguisorba Canadensis). 96. Section verticale de la même ; l'ovaire 
unique étant renfermé dans le calice sans y adhérer, et la graine aussi unique 
remplissant toute la cavité de l'akène avec sa plantule. 



172 DICOTYLÉDONES POLYPÉTALES. RoSier. 

les pédoncules, à tube quelquefois glabre. Fruit petit, globuleux- 
déprimé, rouge, le plus souvent glabre à la maturité. — Terreneuve- 
Géorgie ; lieux secs et aussi bords des marais. Mai Juin. 

3. R. agréable. R. bJanâa. Ait. — R. fraxinifoUa. Berk. — R. 
gemella. Willd. — Bland Rosk. — Arbrisseaux de 1-3 p., à rameaux 
florifères verts ou violets, le plus souvent inermes, émettant des reje- 
tons hérissés dans la jeunesse d'aiguillons inégaux, grêles et droits. 
Feuilles à 5-7 folioles ovales ou oblongues, obtuses, régulièrement 
dentelées, non brillantes en dessus et légèrement pubescentes en des- 
sous. Stipules amples, semi-ovales, à bords entiers ou munis de 
dents glanduleuses. Fleurs roses, solitaires ou réunies en corymbes 
de 2-3. Calice et pédoncules lisses. Segments calicinaux entiers. 
plus courts que la corolle, souvent glanduleux. Fruit globuleux, 
déprimé, rouge, couronné par les sépales persistants et connivents. — 
Baie d'Hudson-Pennsylvanie ; rochers, terrains sablonneux. Isle 
d'Orléans! St. Simon ! Mai-Juin. 

4. R. brillant. R. nitida. Willd. — R. hlanda. Pursb. — "Wild 
Rose ou Shining Rose. — Tiges de 1-2 p., à rameaux et pédoncules 
rougeâtres par la profusion des petits aiguillons droits et grêles qui 
les recouvrent. Feuilles à 5-9 folioles lancéolées, ou oblongues-lan- 
céolées, dentelées, glabres et brillantes. Stipules allongées, étroites, 
atteignant souvent les folioles inférieures. Fleurs rouges, solitaires, 
à pétales obcordés. Calice hispide, souvent glanduleux. Fruit rouge, 
globuleux, brillant. — Terreneuve-New-York ; lieux marécageux. 
Mai-Juin. 

*"• Espèces jardinières. 
Section I. ROSIERS CANNELLES. 

Fleurs purpurines ou roses. Carpelles pédiccllés. Aiguillons géminés, subulés, 
droits. 

5. R. Cannelle. R. Cinnamomea. L. (Rose du St. Saerrfyifnf). 
— CiNNAivioN Rose. — Tige de 5-12 p. de haut, h ptolons souterrains 
traçants, à écorce luisante, d'un brun cannelle. Aiguillons des 
jeunes tiges inégaux, sétacés, droits, caducs. Feuilles à 5 7 folioles 
ovales-oblongues, rugueuses, pubescentes, grises en dessous, à dents 
non glanduleuses. Stipules dilatées, concaves, ondulées, atteignant 
presque les premières folioles. Pédoncules le plus souvent solitaires, 
courts, glabres. Sépales ouverts, entiers, spatules au sommet. Co- 
rolle rose-pourpre, très odorante. P'ruits rouges, lisses, globuleux, 
couronnés par les sépales ascendants. Fleurs le plus souvent dou- 
bles. — Europe ; mais naturalisé en bien des endroits dans le voisi- 
nage des jardins. >i* 

Dans les terrains trop humides le Rosier Cannelle se charge d'or- 
dinaire d'une profusion de boutons qu'il parvient rarement à amener 
tous à la fleur, un grand nombre avortant avant l'épanouissement. 
Le Rosier de la Caroline appartient à cette section. 



Rosier. xlii. rosacées. 173 

Srct. II. ROSIERS CYNORRHODONS. 

Styles libres. Carpelles pédicules. Aiguillons rohustes, crochus, droits ou in- 
clinés. Segments calicinaiix penni-fidcs ou penni-lohés. 

6. R. rouillé. R. ndiginosa. L. — R. suarrolens. Piirsh. {Eglan- 
tier odorant. Rosier à odeur de Reinette'). — ^wkv.'V Brikr. Eglan- 
TiNR. — Tifïes de 4-10 p., glabres, arméns traiguiljons robustes, li- 
gneux, crochus ; nouvelles tiges presque simples. Feuilles à 5-7 fo- 
lioles ovales ou arrondies, dentelées, d un jaune-rouille en dessous, à 
forte odeur de pomme de reinette lorsqu'on les froisse. Fleurs soli- 
taires, rosées, de \'-2,' de diamètre, odorantes. Pédoncules hispides- 
glanduK^ux. Fruits elliptiques, ponceau, brièvement pédoncules, 
persistant tout l'hiver. — Europe, mais se naturalisant dans le voisi- 
nage des jardins. >^ 

Variétés simples et doubles par la culture. 

7. R. blanc. R. alha. L. {Rose blanche). — White Rosk. — Tiges 
glauques, de 2-3 p., garnies d'aiguillons acérés, grêles, courbés, peu 
nombreux. Feuilles à 5 folioles ovales-arrondies, brièvement acumi- 
nées, glauques-pubescentes inférieurement. Fleurs à pétales étalés, 
d'un blanc pur ou légèrement rosés, pleines ou demi-pleines. Seg- 
ments calicinaux penni fides. Fruits rouges, ovales, hispides ou lisses, 
ainsi que les pédoncules. — Crimée. >^ 

VARIÉTÉS ET HYBRIDES JARDINIÈRES LES PLUS REMARQUABLES. 

Astrée. — Fleurs très grandes, doubles et roses. 

Belle de Sîglir. — Fleurs moyennes, pleines, carnées. 

Céleste blanche. — Fleurs moyennes, doubles, blanches. 

Gracilis.— Fleurs petites, pleines, carnées 

Josîpllilie. — Fleurs moyennes, pleines, blanc rosé. 

La Séduisante. — Fleurs moyennes, pleines, carné rose, à bords 
pâles. 

Princesse Lamballe. — Fleurs moyennes, pleines, bien faites, blanc 
pur. 

Royale, ou grande cuisse de nymplie. — Fleurs grandes, très multiples, 
blanc rosé. 

Sopilie de Marcilly. -Fleurs grandes, très pleines, carné tendre. 

8. R. de Damas. R. Damaseena. Mill. — R. calendarium. Borkb. 
{Rose des quatre saisons. Rose de tous les mois. Rose de Dainas). — 
Damask Rose. Perpétuai. Rose. — Tige de 3-4 p., rameuse, en 
buisson, armée d'aiguillons inégau , durs, dilaté à la base, crochus 
au sommet. Folioles 5-7, ovales, un peu raides. Pédoncules et ca 
lices visqueux-glanduleux. Fleurs odorantes, en corymbes. Seg- 
ments calicinaux réfléchis après l'épanouisseuv-nt. Tube calicinal 
allongé, .souvent dilaté au sommet. Fruit ovoïde, pulpeux. — 
Orient. ►!< 



174 DICOTYLÉDONES POLYPETALES. Rosicr. 

VARIÉTÉS JARDINIÈRES. 

Admirable. — Fleurs moyennes, pleines, blanches bordées de rouge. 

BaUTft. — Fleurs moyennes ou grandes, pleines, pourpres. 

falypso. — Fleurs grandes, pleines, rose clair. 

Duc de Luxemboiirsf. — Fleurs grandes, presque pleines, rouge clair, 
pâles sur le bord des pétales. 

Damas moiistrueiix. — Fleurs roses. 

Damas tomeilteiix.— Fleurs roses, panachées. 

Henri lY. — Fleurs très grandes, rose vif. 

Lida. — Fleurs blanches, tigrées de lilas. 

Œillet parlait. — Fleurs moyennes, pleines, bien conformées, blan- 
ches, panachées de rouge. 

Priiieesse Amélie.— Fleurs grandes, très multiples, rose tendre. 

Si'miramis. — Fleurs grandes, doul)les, rose cuivré. 

Triomphe de Rouen. — Fleurs grandes, pleines, rose vif. 

Sect. III. ROSIERS PIMPRENELLES. 

Styles libres. Carpelles au fond du calice. Segments calicinaux penni-fides 
ou entiers, persistants, couronnant le fruit. Souche à stolons souterrains. 

9. R. Pimprenelle. R. Pimpincllifolia. L. — R. spinoxissima. 
Jacq. — R. hihtrnica. Hook. — R. nioalis. Don. — Scotch ou Burnet 
Rose. — Tiges de 2-3 p., couvertes d'aiguillons nombreux, grêles, sé- 
tacés, très inégaux, droits. Feuilles ordinairement glabres, mais non 
raides, pâles en dessous, à 7-9 folioles petites, ovales-arrondies, 
presque orbiculaires, à dents fines non glanduleuses. Fleurs petites, 
globuleuses, odorantes, d'un blanc jaunâtre ou rosé, très belles, soli- 
taires le plus souvent. Calice glabre, à segments entiers. Fruits 
globuleux, rouge-brun. — Ecosse. Mai-Juin. ^ 

VARIÉTÉS JARDINIÈRES. 

Blanche double. — Fleurs blanches, petites, pleines. 
Carnée. — Fleurs rouge-chair. 

Hardy. — Fleurs pleines, blanches, striées de lignes pourpres. 
Jaune double. - Fleurs moyennes, multiples, beau jaune. 
Reine des Pimpreneiles. — Fleurs semi-doubles, roses. 
Victoria. — Fleurs grandes, multiples, roses, à onglets des pétales 
jaunâtres. 

REMONTANTS. 

Aurore. — Fleurs moyennes, pleines, beau rose. 
Estelle. — Fleurs petites, pleines, roses. 
Stanwcll. — Fleurs grandes, pleines, rouge-chair. 

10. R. Eglantier. R. Eglanterla L. — Tiges de 2 4 p., à écoroe 
grisâtre, à rameaux rougcâtres, hérissés de quelques aiguillons épars, 
grêles, raides ; rejetons très aiguillonnés dans le jeune âge. Feuilles 
ù 5-7 folioles concaves, petites, ovales, concolores, glabres en dessus, 



I 



j^osier. xlii. rosacées. 175 

pubérulentes en dessous, finement denticulées, odorantes. Stipules 
étroites, entières, à sommet divergent. Pétales d'un jaune doré, très 
fugaces, à odeur de punaise. Pédoncules et calice lisses. Segments 
calicinaux penni-fides. Fruits globuleux, jaune-orange. — Allema- 
gne. >i* 

a luteola. Mill. {Rose jaune. Eglantier jaune). Pétales conco- 
lores, d'un jaune vif. 

P 'jmnicea. Mill. {Rosier ponceau. Rosier Capucine'). Pétales 
rouge-ponceau au sommet, jaune à la base. 

VARIÉTÉS JARDINIÈRES. 

Capucine. — Fleurs jaunes en dehors, oranges en dedans. 
Jaune-pale. — Fleurs toutes jaunes. 
Lutea plena. — Fleurs pleines, jaunes- 

11. R, sulphureux. R. sulphurea. Ait. — R. glaucophyUa. Ehrh. 
— AusTRiAiM ou Yellow Rose. — Tige de 2-3 p., jaunes, à aiguillons 
nombreux surtout dans le jeune âge, épars, falciformes. Feuilles à 
5-7 folioles glabres, glauques, obovales, denticulées. Stipules étroites, 
planes, presque frangées, à sommet dilaté. Fleurs jaunes, toujours 
doubles. Calice globuleux, à sépales entiers. — Orient. ^ 

VARIÉTÉS JARDINIÈRES. 

Harrison. — Fleurs pleines, brillantes, très belles. 

Minor ou Pompon jaune.— Fleurs, petites, pleines, beau jaune. 

Persanne. — Fleurs pleines, d'un jaune doré, une des plus belles. 

Sect. IV. ROSIERS PROVINS. 

Styles libres. Carpelles sessiles au fond du calice. Aiguillons droits, entre 
mêlés de soies glanduleuses. Feuilles hispidcs ou glandtdifères. 

12. R, Français. R. Gallica. L. — R. arvince. Krock. {Rose 
rouge. Rose de Provins). — Common French Rose. — Tiges nom- 
breuses et grêles, de 2 p., munies d'aiguillons nombreux, inégaux. 
Feuilles à 5-7 folioles ovales ou lancéolées, raides, plus pâles inférieu- 
rement, à dents larges, glanduleuses. Stipules linéaires-oblongues. 
Fleurs pourpres, ordinairement solitaires, à pédoncule bispide de 
même que le calice. i:^egments calicinaux subpenni-séqués, étalés, 
caducs. Fruits ovoïdes, plus ou moins hispides. — Europe. Juin- 
Juillet, ^i* 

Pétales servant à la confection de la conserve de Rose et du miel 
rosat. 

VARIÉTÉS JARDINIÈRES. 

Parmi les 200 variétés et plus qu'on énuraère aujourd'hui dans la 
culture, les tricolores et les panachées sont les plus estimées. 



176 DICOTYLÉDONES — POLTPÉTALES. Rosier. 

Agathe de Moiltmorency. — Fleurs moyennes, pleines, très prolifères, 
blnnc rosé. 

Alfieri. — Fleurs moyennes, ])leines, rose lilacé. 

Alldrî Thoilill. — Fleurs moyennes, très multiples, pourpre marbré. 

Baron Tuvipr. — Fleurs grandes, presque i leines, rouge violeté. 

Belle l'COSSaise. — Fleurs petites, pleines, rouge vineux vif, nuancé 
de violet. 

Camaïeux. — Fleurs moyennes, pleines, rouge violacé, strié de 
blanc. 

Chateaubriand. — Fleurs petites, pleines, rose lilacé, à bords blan- 
châtres. 

Ciciron. — Fleurs rouge foncé amaranthe. 

Duc de Bordeaux. — Fleurs grandes, pleines, rose lilas, brillantes. 

Duchesse d'AbrantCs.— Fleurs grandes, très pleines, rose nuancé. 

Dupuytren. — Fleurs moyennes, pleines, pourpre brun et violet. 

Feu brillant. — Fleurs grandes, pleines, pourpre feu. 

Gigantesque. — Fleurs moyennes, pleines, rose pâle, à centre rose 
vif nuancé. 

louis-Philippe. — Fleurs grandes, pleines, rouge cramoisi nuancé de 
carmin. 

Nouvelle Pivoine. — Fleurs grandes, pleines, violettes, à intérieur 
rouge vif. 

Œillet flamand. — Fleurs moyennes, pleines, rose panaché. 

Pulehra Marmorea. — Fleurs moyennes, pleines, rouge clair, marbré 
de blanc. 

Tricolor de Vagemmcs.— Fleurs moyennes, très multiples, violet 
rayé de blanc. 

Triomphe de Rennes.— Fleurs très grandes, rouge vif nuancé, ar- 
doisé. 

Velours d'Enghien. — Fleurs petites, très pleines, violet brillant 
nnanté. 

Zénobie.— Fleurs grandes, pleines, rose très tendre. 

A cette Espèce se rattachent les Rosiers Portlands et des quatre 
saisons dits perpétuels (Rosa Porthindir.a). 

Bernard. — Fleurs moyennes, pleines, peu bourbées, rouge clair. 

Couronne de BCranger. — Fleurs moyennes, très pleines, rouge violacé, 
moiré. 

Lady Seymour. — Fleurs moyennes, pleines, rose foncé ponctué. 

Laurence de Montmorency.— Fleurs grandes, pleine.s, rose lilacé. 

Le Prince de Galles. - Fleurs moyennes, pleines, rouge-cerise, à bords 
plus clairs. 

Portland blanc. — Fleurs moyennes ou grandes, très pleines, blanc 
pur. 

Portland pourpre. — Fleurs grandes, doubles, pourpre clair. 

Reine des perpétuelles. — Fleurs grandes, très pleines, blanc légère- 
ment carné, «'ouvrant difficilement. 

Thiers. — Fleurs moyennes ou grandes, pleines, bien faites, rouge 
violacé. 



losier. xlii. rosacées. 177 

13. R. cent-feuilles. R. cenfifolia. L. — R. muscosa. Ait. — R. 
Pofnponia. D. C. — R. Burgundiaca. Pers. — R. Provinrialis. Ait. — 
HuNDRED LEAVED OU Provf.iVS Rose. — Tjges de 2-4 p-, couvertes 
d'aiguillons nombreux, peu dilatés à la base, presque droits. Feuilles 
à 5-7 folioles ovales, poilues inférieurement, à bords glandulifères 
Boutons ovoïdes, courts. Fleurs roses, simples ou doubles. Calice 
et pédoncule visqueux-glanduleux, odorants. Segments calicinaux 
«talés, non réfléchis après l'épanouissement. Fruits ovoïdes, un peu 
pulpeux, hispides-glanduleux. — Europe Méridionale. >{* 

Fleurs fournissant par la distillation Vessence de Rose et Veau de 
Rose, l'une employée comme cosmétique, l'autre comme collyre as- 
tringent, 

a vulgaris. Pétales infléchis, rose pourpre, sépales souvent fo- 
liacés. 

P carnca. Dura.-Cours. (^Rose Vilmorin). Fleurs en corymbe 
lâche ; boutons pourpres extérieurement ; pétales infléchis, rose pâle. 

•y mutabiUs. Pers. {Rose unique). Fleurs en corymbe lâche; 
pétales d'un blanc de lait. 

^ caryophylla. Poir. {Rose Œillet). Pétales acuminées ou 3- 
dentés, onguiculés, droits ; calice glanduleux-visqueux. 

VARIÉTÉS JARDINIÈRES. 

Cristata. — Fleurs grandes, pleines, rose vif, bien formées. 
Des peintres. — Fleurs très grandes, pleines, rose vif. 
(Eillct. — Fleurs petites, rose clair. 
Pompon de Bourgogne. — Fleurs très petites, pleines, rose. 
Reine des cent feuilles.— Fleurs grandes, presque pleines, rose clair 
très frais. 

Racliei. — Fleurs grandes, pleines, rose lilas, à bords pâles. 
Vilmorin. — Fleurs moyennes, pleines, rose-chair très frais. 

e muscosa. Ait. Roses Mousseuses. — Aiguillons et calice à poils 
longs et crépus, simulant de la mousse. Pétales roses ou blancs, 
infléchis. 

Cœlina. — Fleurs moyennes, pleines, rouge vif passant au violet. 

D'Orléans. — Fleurs moyennes, pleines, pourpre feu. 

Panacliéc pleine. — Fleurs moyennes, pleines, blanches, souvent pa- 
nachées. 

Unique de Provence. — Fleurs moyennes, pleines, blanc pur. 

Zoé. — Fleurs moyennes, très multiples, rose, mousseuses partout. 

ROSIERS MOUSSEUX REMONTANTS. 

Général Drouot. — Fleurs moyennes, doubles, rouge violacé. 

Maugct. — Fleurs moyennes, pleines, rose vif. 

Pompon perpétuel. — Fleurs petites, pleines, rose tendre. 



178 DICOTYLEDONES POLYPETALES. RosiCF. 

Sect. V. ROSIERS BENGALES. 

Styles libres, presque inclus. Feuilles persistantes, luisantes, coriaces, ordinai- 
rement 3-foliolées. Stipules sululées ou très étroites. 

14. R, de l'Inde. R. Indien. L. — Chineese monthly ou Ben- 
GAL Rose. — Arbrisseaux toujours verts. Tiges dressées, de 3-8 p., 
presque grisâtres, ou vertes, ou pourpres, à aiguillons ligneux, ar- 
qués, distants, robustes. Feuilles à 3-5 folioles ovales-acuminées, 
coriaces, glabres, luisantes, denticulées, discolores. Stipules très 
étroites, entières ou dentelées. Fleurs solitaires ou en panicule. Eta- 
mines infléchies. Pédoncules sub-articulés, lisses ainsi que le calice, 
ou rugueux-soyeux. Fruits turbines. — Chine. >i* 

a Ckinensis. Ser. (Rose de CJiine). Tiges fermes ; folioles lan- 
céolées, glauques inférieurement ; stipules ciliées-denticulées. Pé- 
tales roses ou purpurins. Pédoncules épaissis, 

P ternauxiana. Ser. {Rose Ternaux). Tiges un peu fermes, ai- 
guillonnées. Folioles lancéolées, petites. Fleurs en panicule, rouges, 
de la grandeur de celles des Pompons. 

7 Bengalensis. Pers. — Semperflorens. Cart. {Rose du Bengale). — 
Tiges et rameaux faibles, aiguillonnés ou inermes. Folioles étroites, 
lancéolées ou ovales. Fleurs purpurines. Pédoncules filiformes. 
Segments calicinaux allongés, sub-appendiculés. 

VARIÉTÉS JARDINIÈRES DES BENGALES. 

Abbé Delacroix, — Fleurs moyennes, pleines, bien faites, roses. 
Beau Narcisse. — Fleurs multiples, violacées, légèrement striées, 
Camellia. — Fleurs moyennes, pleines, blanc pur. 
Ducliesse de Kent. — Fleurs petites ou moyennes, bien faites, blanc 
rosé. 

Flore. — Fleurs moyennes, pleines, rose passant au pourpre vif. 
Henri V. — Fleurs moyennes, très multiples, creusées, cramoisi vif. 
Lacépède. — Fleurs moyennes, pleines, rose lilacé. 
Plutou. — Fleurs moyennes, pleines, cramoisi foncé. 
Triomplie de Gand.— Fleurs grandes, pleines, rouges. 

o Noisettiana. Ser. (Rose Noisette). Tige ferme, aiguillonnée. 
Folioles amples, lancéolées. Stipules presque entières. Fleurs nom- 
breuses, demi-pleines, rose -pâle. Styles sortants. 

VARIÉTÉS JARDINIÈRES. 

Aimée Vibert. — Fleurs moyennes, très pleines, blanc pur. 
Chloris. — Fleurs moyennes, pleines, rose foncé lilas. 
Desprey. — Fleurs grandes, pleines, rose et jaunâtre. 
Ducreux. — Fleurs moyennes, presque pleines, rouge violacé vif. 
Jeanne d'Arc. — Fleurs moyennes, pleines, blanches. 



Rosier. xlii. rosacées. 179 

lady Stanhopc. — Fleurs petites, pleines, blanc légèrement carné. 
Pumila. — Fleurs très petites, pleines, blanc pur. 
Théobaldlne.— Fleurs moyennes, doubles, rouge clair. 

t fragrans. Red. et Thor. {Rose The). Tige ferme; 3-5 folioles 
amples. Stipules fimbriées ou entières. Fleurs très grandes, très 
odorantes ; pétales roses, jaunâtres à la base. Pédoncules épaissis. 
Fruits très gros, globuleux-turbines, rouges puis noirs. 

VARIÉTÉS JARDINIÈRES. 

Adam. — Fleurs très grandes, pleines, rose clair. 
Arabella. — Fleurs moyennes, doubles, blanc jaunâtre. 
Belle Marguerite. — Fleurs grandes, très pleines, rouge lilacé. 
Corinne. — Fleurs moyennes, pleines, blanc carné à centre jaunâtre. 
Georges Sand.— Fleurs grandes, très multiples, roses. 
la belle Allemande. — Fleurs grandes, multiples, rose clair, très odo- 
rantes. 
Mirabilé,— Fleurs moyennes, pleines, jaunâtres nuancées de rose. 
Reine des Belges. — Fleurs grandes, pleines, très blanches, 
Walter Scott. — Fleurs grandes, plus ou moins multiples, rouge vif. 

sect. vl rosiers serpentants. 

Styles réunis en une longue colonne saillante. Fleurs purpurines, roses ou 
Hanches. 

15. R. des champs. R. arvensis. Huds. — R. repens. Gmel. — 
Ayrshire Rose. — Jets de l'année flexibles, serpentants sur le sol, 
et pouvant s'étendre jusqu'à 15 20 p. dans une seule saison. Aiguil- 
lons recourbés, robustes, inégaux. Feuilles à 5-7 folioles, glabres ou 
garnies de poils décidus, glauques en dessous. Fleurs blanches, so- 
litaires ou réunies en corymbe de 2-7. Styles réunis en une longue 
colonne glabre. Segments calicinaux courts, presque entiers. Fruits 
ovoïdes-globuleux, glabres ou hispides de même que les pédoncules. 
— Angleterre. Hh 

a bihractea. Bast. Pédoncules munis de 2 ou plusieurs bractées. 

P prostrata. D. 0. Folioles épaisses, toujours vertes. 

7 Aijreshirea. Ser. — Capreolata. Neil. Aiguillons grêles, très ai- 
gus ; folioles dentelées, minces. Fleurs moyennes, pleines, carnées, 
à odeur de thé. 

variétés jardinières. 

Bracteata. — Fleurs grandes, pleines, blanc pur. 

Maria Leonida. — Fleurs grandes, doubles, creusées, blanchâtres. 

16. R. toujours vert. R. sempervirens. L. — Evergreen Rose. — > 
Jets sarmenteux, grimpants, de 15-20 p., à aiguillons arqués, épais, 
robustes, un peu inégaux. Feuilles à 5-7 folioles elliptiques-acumi- 
nées, coriaces, persistantes, concolores, dentelées. Stipules planes, 



180 DICOTYLÉDONES— POLYrÉTALES. Rosief. 

oblongues, linéaires. Fleurs blanches, en eorymbe. Segments cali- 
cinaux, courts, entiers, ovales-acuminés, réfléchis, caducs. Styles 
réunis en une colonne velue, presque aussi longue que les étamines. 
Fruits ovoïdes-globuleux, dressés, jaune orange, très souvent hispides 
ainsi que les pédoncules. — Midi de l'Europe. HE* 

a scandens. Mill. {Rosier grimpant). Pédoncules et fruits hispides- 
P latifolia. Red. et Thor. Tiges vertes ; folioles très grandes. 
Pédoncules et fruits hispides. 

y micropJiylla. D. C. (à petites feuilles). Folioles très petites. 
Fruits et pédoncules hispides. 

VARIÉTÉS JARDINIÈRES. 

Dona Maria. — Fleurs moyennes, pleines, blanc pur. 

Félicité Perpétue. — Fleura moyennes, pleines, bombées, légèrement 
carnées. 

Princesse Louise. — Fleurs moyennes, pleines, creusée&, blanches. 

Pourpre ancien. — Fleurs grandes, très pleines, pourpre quelquefois 
strié de blanc. 

17. R. musqué. R. moschata. Ait. {Rose niicscate). — MusK Rose. 
— Jets ascendants ou rampants, de 10-12 p. Aiguillons grêles, re- 
courbés. Feuilles à 5 7 folioles lancéolées, acuminées, discolores, 
glabrescentes. Stipules très étroites, aigties. Fleurs très nombreuses, 
en corymbe, blanches, à onglets des pétales jaunes. Pédoncules la- 
téraux, articulés, poilus ainsi que les calices. Segments calicinaux 
sub-penni-séquès, appendiculés. Fruits rouges, ovoïdes. Fleurs sim- 
ples ou pleines, très odorantes. — Afrique. 4* 

a rosea. Ser. Pétales très grands, en cœur renversé, rose pâle. 
18. R. à feuilles de Ronce. R. Ruhifolia. R.Br. — R. setigera. Michx. 
{R.ose des 2)rairies) . — Michigan ou Prairie Rose.— Arbrisseaux de 
5-8 p., à rameaux ascendants, glabres, garnis d'aiguillons recourbés, 
forts, peu nombreux, épais. Feuilles à 3-5 folioles ovales-lancéolées, 
dentelées. Stipules entières, étroites, acuminées. Fleurs roses, so- 
litaires ou en corymbe. Segments calicinaux entiers, courts, ovales. 
Styles réunis en une colonne claviforme, tomenteuse, de la longueur 
des étamines. Fruits de la forme et de la grosseur d'un Pois. — 
Etats-Unis de l'Ouest. >^ 

a macropliyUa. Ser, Folioles très grandes, rapprochées. Fleurs 
géminées ou fasciculées, grandes, roses. 

^ fenestralis. JÀnàX. Folioles très petites. Fleurs solitaires. 

VARIÉTÉS jardinières. 

Beauté des prairies. — Fleurs petites ou moyennes, pleines, rose vio- 
lacé. 

Belle de Baltimore. — Fleurs petites ou moyennes, blanc légèrement 
carné. 

19. R. de Lady Bank. R. Banksifv. R. Br.— Bank's Rose — Tige 



Rosier. XLii. rosacées. 181 

de 15-20 p., grimpante, glabre, luisante, inerme. Feuilles à 3-5 fo- 
lioles rapprochées, lancéolées, à peine dentelées. Stipules très 
étroites, sétacées, décidues. Fleurs blanches, très nombreuses, soli- 
taires ou rapprochées en ombelle. Fruits globuleux, presque noirs. — 
Chine. »^ 

VARIÉTÉS JAHDLNIERES. 

A fleurs blanches ancien. — Fleurs petites, pleines, odorantes. 

A fleurs jaunes ancien. — Fleurs petites, pleines, sans odeur. 

Jaune serein, — Fleurs grandes et plus pleines que dans la précé- 
dente. 

A fleurs blanclies nouveeau. — Rameaux épineux. Fleurs moyennes, 
très pleines, blanc pur. 

Aucune fleur, de l'aveu de tous, n'a été plus anciennement re- 
marquée et n'a plus généralement excité l'admiration que la Rose. 
Ne peut-on pas dire qu'elle réunit à elle seule tous les genres d'agré- 
ment 1 Grâce dans la forme, richesse et variété dans la couleur, sy- 
métrie dans l'arrangement des diverses pièces qui la composent, 
parfum des plus suaves ; elle conserve encore môme dans ses nuances 
les plus prononcées une fraîcheur de coloris qui dénote toute la déli- 
catesse de sa texture. Un tel joyau ne devait certainement pas être 
à la portée de la main la plus légère et la plus inconsidérée, aussi 
Fauteur de la nature a t-il pourvu sagement à sa protection en l'en- 
tourant d'aiguillons redoutables. Eh ! certes, il ne manque pas de 
Vénus dont la blanche main a plus d'une fois maculé d'une tache plus 
foncée la brillante corolle de la Rose qu'elle voulait cueillir. 

Emblème de la vertu et de la fragilité, nous la voyons d'un côté, 
non encore épanouie sur la tête des vierges ; de l'autre, effeuillée, 
sur la sombre pierre tumulaire de la jeunesse. Reine des fleurs, la 
Rose est le symbole du plaisir et du bonheur, la récompense de la 
vertu, le signe de ralliement des parties ; la fleur de nos cérémonies 
religieuses, qui, autrefois, servait aussi à tresser les couronnes des 
grands sacrificateurs. 

La Rose est d'une culture des plus faciles ; et il n'est peut-être pas 
d'autre fleur que l'on ait tant modifiée, changée, améliorée. La cul- 
ture en compte aujourd'hui plus de 2000 Variétés qu'il est impossible 
pour un grand nombre de rapporter exactement aux Espèces princi- 
pales qui les ont produites. Il est indubitable que la Rose cent- 
feuilles, la plus parfaite de toutes, est le produit de la culture. Li-s 
Bengales, Thés, Damas, etc., peuvent être d'un effet plus artistique par 
leur disposition plus chiffonnée, plus ou moins allongée ou raccourcie, 
peut-être plus élégante, mais elles ne dépasseront jamais la régula- 
rité et la perfection symétrique de la Rose cent-feuilles. Déjà par la 
découverte des Noisettes, Thés et Bengales, qui ne sont que des Va- 
riétés du jR. Indica, on était parvenu à obtenir des plantes à floraison 
automnale. Mais il restait encore un grand pas à faire dans cette 
voie, c'était de pouvoir prolonger le temps de la floraison pendant 
toute la belle saison ; et ce but a été atteint et même surpassé, puis- 
qu'aujourd'hui avec les Portlands ou Perpétuels la tablette de votre 



182 DICOTYLÉDONES — POLYPETALES. RoilCe. 

fenêtre peut vous donner pendant même les climats de l'hiver, des 
Roses d'une fraîcheur et d'un coloris qui ne laissent rien à envier au 
soleil de Mai ou de Juin. 

Les Roses se multiplient par le semis, la greffe, la marcotte et la 
bouture. On pratique la greiïe en fente, ou mieux encore en écusson, 
sur des drageons ou des francs du R. ruhiginosa ou du R. canina 
(Espèces sauvages des forêts de l'Europe) pour les Provins et en gé- 
néral pour tous les Rosiers non remontants. Pour les Thés, Noisettes, 
Bengales, etc., on se sert ordinairement de boutures qui reprennent 
très facilement. 

Les pétales des Rosiers Provins sont en général toniques et as- 
tringents. L'huile essentielle de Rose est extraite de la Rose mus- 
quée ; elle nous vient surtout de l'Orient et notamment de l'Inde. 
100 livres de Roses, avec le calice, ne donnent ordinairement que 4 à 
6 gros d'huile essentielle. 

G EN. II. RONCE. Ruhiis. L. 

(De ruhcr, rouge ; allusion à la couleur du fruit dans les principales Espèces). 

Calice à 5 divisions étalées, à tube plan ne recouvrant pas 
les carpelles. Pétales 5, orbiculaires on ovales, caducs. Eta- 
mines 00, insérées sur le bord du disque. Style filiforme, 
sub-terminal. Carpelles nombreux, réunis en tête sur un récep- 
tacle ordinairement conique, quelquefois discoïde, charnu. 
Drupéoles à noyaux osseux, ridés. — Sous-arhrisseaux à tiges 
généralement sarmenteuses^ aiguillonnées, bisannuelles. Fleurs 
en 'panicule ou eyi corymhe. 

* Feuilles simples. 

1. R. odorante. R. oâoratus. L. {Framboisier du Canada. Ca- 
lottes. Caps). — Rose FLOWKRiiXG Raspberrv. Mulbbrrv). — Tige 
de 3-5 p., inerme, poilue-glanduleuse ainsi que les pétioles, pédon- 
cules et calices. Feuilles pubescentes intérieurement, cordées à la 
base, à 3-5 lobes inégaux, palmées, dentelées, de 4' 5' de long sur 
une largeur à peu près égale. Fleurs de l'-2' de diamètre, ressem- 
blant assez à des Roses, rapprochées en corymbes terminaux, pour- 
pres, plus pâles sur les bords, à 100-200 étamines blanchâtres. Fruits 
larges et minces, rouges, d'un goût assez agréable. — Saskatchavvan- 
Géorgie ; terrains sablonneux et pierreux. Lotbinière 1 Grimsby 1 
Juin-Août. 

En France la Ronce odorante est recherché pour les jardins d'or- 
nement où elle fait un bel effet. Dans ce pays elle n'est guère re- 
marquée que par les enfants qui recherchent ses fruits qu'ils appellent 
calottes, casquettes, capuchons, etc. 



I 



Ronce. XLII. ROSACÉES. 183 

2. R. Hurier. R. cJmmœmorus. L. {Mures Manches). — Dwarf 
MuLBBRRY. Cloud Berry. — Tigcs de 6-12, herbacées, simples, pu- 
bescentes, sans aiguillons, 1-flores, couchées à la base, dressées au 
sommet. Feuilles cordées, réniformes. pliées, à 5 lobes arrondis, 
denticulés. Stipules ovales, obtuses. Fleurs blanches ; pétales ob- 
ovales, retombants. Sépales obtus, presque entiers, égalant à peu 
près la corolle. Fruits gros, sub-globuleux, jaunes ou ambrés, sucrés 
et acides, mûrs en Août. — Cap Tourraente-Tjabrador et jusqu'au 
Groenland ; dans la mousse des marais. St. Tite ! Isle Verte ! 
Juin-Juillet, 

Le fruit d'un goût acidulé très agréable fait aussi d'excellentes 
confitures. Cette Ronce avec la Ronce du Nord, la Camarine et 
l'Airelle ponctuée sont presque les seuls fruits des côtes Labrado- 
riennes, 

** Feuilles composées. Fruit se séparant du réceptacle sec, conique, persistant. 

(Framb::'ise). 

3. R. trillore. R. triflorus. Fuch. — R. saxatiUs. Michx. — R. mu- 
cronatîis. Ser, — Three flowered Raspberry, — Tige ligneuse, 
inerme, flexueuse, glabre, rougeâtre, à rameaux herbacés verts, légè- 
rement pubescents. Feuilles à 3-5 folioles (quelquefois pédalées) 
ovales-rhombées, glabres ou pubescentes en dessous, crénelées-den- 
telées, les latérales sessiles. Stipules ovales, larges, entières. Fleurs 
blanches, en corymbes, ou solitaires, brièvement pédonculées. Pé- 
tales dressés, oblongs, spatules, plus longs que les sépales ovales- 
lancéolés, réfléchis. Pédicelles et calices légèrement glanduleux. 
Fruit petit, globuleux, d'un rouge foncé, se composant de drupéoles 
peu nombreuses, acides, globuleuses ; mûr en Août. — Baie d'Hudson- 
Pennsylvanie ; bois humides et collines pierreuses. Mai. 

Fruit d'un goût presque analogue à la Framboise noire {R. occi- 
dentalis) . 

4. R, élancée. R. strigosus. Michx. — R. Pennsylvanicus. Poir. 
[Fra7nboisier commun. Framboise des bois. Chicotéc). — WlLLD 
RED Raspberry. — Tige ligneuse, cylindrique, sans aiguillons, mais 
couverte de poils très raides. Feuilles à 5-7 folioles inégalement 
dentelées, à base obtuse, marquées en dessous de lignes cotonneuses- 
blanchâtres, la terminale pétiolulée, souvent un peu cordée. Pédon- 
cules ordinairement 3-flores, hispides ainsi que les calices. Fruit hé- 
misphérique, d'un rouge gai, à odeur et saveur très agréables. — Sas- 
katchawan-Pennsylvanie ; taillis, champs négligés. Partout, Juin- 
Juillet. 

5. R, d'Amérique. R. ocddentaUs. L, {Fram,boisier noir). — 
Black Raspberry, Thimble-berry), — Tige de 4-8 p,, glauque, 
cylindrique, garnie d'aiguillons recourbés, glabre du reste, sujette à 
s'enraciner par le sommet lorsque celui-ci vient à toucher le sol. 
Feuilles à 3 (rarement 5) folioles ovales, incisées-dentelées, quelque- 
fois cordées à la base, tomenteuses-blanchâtres en dessous, les laté- 
rales sessiles. Stipules très étroites, sétacées. Fleurs blanches, axil- 



184 DICOTYLÉDONES POLYPÉTALES. GonCC. 

laires et terminales, les inférieures solitaires, les supérieures en eo- 
rymbe pédoncules, épineux. Pétales 2-lobés, étalés, plus courts que 
les sépales. Fruits sub-gIol)uleux, noirs ou glauques, d'un goût assez 
agréable, mûrs en Juillet. — Canada-Géorgie; bords des bois dans 
les terrains pierreux et humides. Petit Cap ! Napanee ! Mai-Juin. 
Fruits moins estimés que ceux de l'Espèce précédente. 

6. Pt. du Nord. R. articus. L. — Fox BERRV^ — Tiges herbacées, 
sans aiguillons, pubescentes, de 5-7' de haut. Feuilles à 3 folioles 
glabres, ovales, obtuses, pétiolulées, crénelées-dentelées. Stipules 
ovales, très obtuses. Fleurs rosées ou cramoisies, solitaires ou gé- 
minées. Sépales linéaires-lancéolées, aigus, plus courts que la co- 
rolle. Pétales échancrés, obovales. Fruits rouges ou ambrés, d'un 
goût très agréable. — Saskatchawan-Côtes du Labrador. Juin. 

7. E, framboisier. R. Idœus. L. {Framboisier des jardins). — 
Garden Raspberry. — Tiges luisantes, de 3-5 p., garnies d'aiguillons 
solides, recourbés. Feuilles pennées à 3-5 7 folioles, tomenteuses- 
blauchâtres en dessous, à nervures poilues, la terminale pétiolulée et 
souvent 3-lobée. Stipules sétacées. Fleurs blanches, en corymbes 
paniculés. Pétales entiers, plus courts que les sépales tomenteux, 
acuminés. Fruits rouges, blancs ou ambrés, réticulés, tomenteux, 
gros, à odeur et saveur des plus agréables. — Europe. Mai. 4î 

La Variété dite i<'?-«m/>OTse<i'^??i-er5, tant à fruits rouges qu'à fruits 
blancs, est la plus estimée pour la culture. 

*** Feuilles composées. Fruits adhérents au réceptacle charnu (Ronce). 

8. R. du Canada. R. Canad.ensis. L. — R. procumhens. Muhl. — 
R. trivialis. Pursh. {Mûrettes. Cafherinettes). — Low Blackberrv. 
Dewderrv. — Tiges couchées, rampantes, sub-aiguillonnées, grêles. 
Feuilles à 3 (rarement 5) folioles elliptiques, aiguës, minces, de 
l'-iy de long, sub sessiles, incisées-dentées. Pétioles et pédoncules 
nus ou sub-aiguillonnés. Pédicelles longs, grêles, solitaires, ou presque 
en corymbes, légèrement glanbuleux ainsi que les calices. Pétales 
blancs, 2 fois plus longs que les sépales mucronés. Fruits noirs, glo- 
buleux ou oblongs, gros, très sucrés et succulents à la maturité, mûrs 
en Août — Canada- Virginie ; endroits pierreux et humides. Baie St. 
Paul ! SuramerstowD ! Mai. 

9. R. hispide. R- Msprdus. 'L. — R. sempervircns, Bigel. — Brist- 
ty-Blackberry. — Tiges grêles, couchées ou rampantes, hispidulées 
par des aiguillons courts, recourbés. Feuilles à 3 (rarement 5) fo- 
lioles glabres et vertes des 2 côtés, obovales ou obtuses, sub-coriaces, 
grossièrement dentelées, presq le sessiles, persistant jusque dans 
l'hiver. Fleurs en corymbes ; pédicelles filiformes, munis de bractées 
très courtes. Fruits petits, formés de quelques drupéoles seulement, 
d'un pourpre sale, sûrs. — Canada-Caroline ; bois humides et lieux 
marécageux et ombragés ; Sorel ! Guelph ! Mai. 

10. R. velue. R. vUlosus. Ait. — R. frut.icosus. Walt. (Roncrs. 
Mûres). — HiGii Blackberry. — Fig. 93 et suivantes). — Tiges de 
3-6 p., rameuses, recourbées au sommet, anguleuses, poilues-hispides 



Dalibardc. XLii. rosacées. 185 

ou velues. Aiguillons un peu recourbés, grêles, très aigus. Feuilles 
à 3 (rarement 5) folioles ovales, doublement dentelées, la terminale 
pétiolulée, les latérales sessiles, velues-tomenteuses en dessous ainsi 
que les rameaux et les pédoncules, et souvent armées d'aiguillons sur 
la nervure médiane en dessous. Fleurs blanches, grandes, en pani- 
cules 15-20-flores. CaUce à segments acuminés, plus courts que les 
pétales. Fruits consistants en 15-20 drupéoles brillantes, noires, res- 
serrées en une tête ovale ou oblongue, sub-acides, très agréables au 
goût, mûrs en Septembre. — Canada-Géorgie ; bords des bois, champs 
négligés. Batiscan ! Berlin! Mai. 

a kumifasus. Tiges couchées ou rampantes ; feuilles plus petites j 
pédoncules 1-5-tlores. 

^ frondosus. Moins hispide ; tiges dressées ou inclinées, fleurs 
moins nombreuses, en corymbes, à bractées foliacées. 

De toutes les Ronces décrites ci-dessus, il n'y a que la 6e Espèce, 
qui nous vient d'Europe, qui soit cultivée pour ses fruits. Presque 
toutes les Espèces Framboisières sont à fruits comestibles, d'un goût 
fort agréable, mais on se contente d'aller les cueillir dans les taillis 
où elles croissent en abondance. Il y a aussi quelques variétés de la 
Ronce d'Europe {R. fruticosus) que l'on cultive dans les jardins pour 
leurs fruits. Les plus estimées sont celles à fruits blancs. Une va- 
riété de la même Espèce à fleurs doubles est aussi recherchée pour 
l'ornement des jardins. 

Gen. III. DALIBARDE. Daliharda. L. 

(Dédié à Denis Dalibard, Botaniste Français). 

Calice concave, brièvement tubuleux, profondément 5-6- 
fide, à divisions dentelées. Pétales 5, sessiles, caducs. Ma- 
mines 00, insérées sur le disque, à filets filiformes, caducs. 
5-6 carpelles terminés par un style court. Akènes 5-10, secs 
ou légèrement drupacés, sessiles au fond du calice. — Herbes 
vivaces â tiges ramjxmtes. Feuilles simples, cordées, crénelées, d 
pétioles grêles. Fleurs blanches. 

D. rampante. D. repens. L. — D. violacoides. Michx. — False 
Violet. — Tige grêle, diffuse, rampante, pubescente, de 1-3 p. Pé- 
tioles garnis de poils réfléchis. Stipules linéaires, sétacées. Fleurs 
blanches, solitaires. Pétales ovales-obtus, 2 fois plus longs que les 
sépales étalés mais connivents à la maturité. Akènes blancs, 
presque glabres à la maturité. — Canada-Pennsylvanie ; lieux humides 
et ombragés. Malbaie ! Williamsburg ! Juin-Juillet. 

Plante sans importance, ayant toute l'apparence d'une Violette. 



186 DICOTYLEDONES — POLTPÉTALES- Fraisier. 

Gen. rV. FRAISIER. Fragaria. T. 

{De fragrans, odorant ; allusion à la chair parfumée du fruit). 

Calice à fond concave, à limbe 5-partit, à segments alternes 
avec autant de bractéoles simulant des sépales extérieurs. 
Pétales 5, obcordés, insérés sur le calice. Eiamines 00. 
Ovaires nombreux, sur un réceptacle convexe. Styles latéraux 
ou sub-basilaires. Réceptacle [Fraise] succulent à la matu- 
rité et embrassant les akènes. Fleurs quelquefois dioïques. 
— Tiges stolonifères. Feuilles S-foliolées. Fleurs sur des ham- 
pes ramifiées. (Fig. 90 et suivantes), 

1. F. du Canada. F.Canade7isis.'M\c\ix. — F. Virgîniana.'Ehrh. 
(^Fraise des champs). — Scarlet ou wild Strawberry. — Pubes- 
cente. Stolons grêles, cylindriques, rougeâtres, souvent de plus de 
1 p. de long et s'enracinant à leur extrémité. Pétioles radicaux de 
2-6' de long, garnis de poils étalés. Folioles d'un vert bleuâtre, 
ovales-obtuses, grossièrement dentelées, les latérales obliques. Fleurs 
petites, en cîme sur une hampe moins poilue et plus courte que les 
pétioles. Sépales relevés sur le fruit à la maturité. Akènes débordés 
par la pulpe du réceptacle. Fruits petits, globuleux, très odorants 
et délicieux lorsqu'ils mûrissent au soleil ; mûrs en Juin et Juillet. — 
Amérique Artique-Géorgie ; champs et prés. Avril-Mai. 

VARIÉTÉS JARDINIÈRES. 

RoseLerry. — Fruits gros, plus allongés que dans l'Espèce prin- 
cipale. 

Ecarlate oblongue. — Fruits très nombreux, tardifs. 
Grimstoiie. — Fruits gros, très sucrés, tardifs. 

Ecarlate Amcrieaine. — Fruits oblongs, très foncés en couleur, très 
nombreux. 

Duc de Kent. — Fruits petits, ronds, très abondants, très hâtifs. 

2. F. de table. F. vesca. L. {Fraise des bois. Fraise des mon- 
tagnes). — Alpine, wood, ou English Strawberry. — Pubescente. 
Stolons souvent de plusieurs pieds de long. Sépales étalés ou ré- 
fléchis à la maturité. Pédoncules plus longs que les feuilles, à poils 
dressés, appliqués. Stipules lancéolées, aigiies. Fleurs en cime ir- 
réguliére, 3-lI-tlore. Fruit ovoïde-conique, se détachant aisément du 
calice, succulent, parfumé. Akènes non enfoncés dans la pulpe du 
réceptacle, mais saillants à sa surface. — Indigène en Europe et en 
Amérique ; lieux humides, surtout dans les montagnes. Isle Verte ! 
Cap Tourmente ! Avril-Mai. 



Fraisier. xlii. rosacées. 187 

VARIÉTÉS JARDINIÈRES. 

Des Alpes {semperflorens). — Fruits gros, allongés. Fleurs depuis 
Avril jusqu'aux gelées. 

Ananas {grandifiord). — Fruits gros, écarlate très vif; graines peu 
nombreuses. 

De Bath {Bathnnica). — Fruits gros, de forme variable, rose ou pon- 
ceau, chair succulente, peu parfumée. 

De Gaillan.— Fruits gros, allongés, rouges ou blancs. Sans cou- 
lants. 

De la Caroline. — Fruits ronds, rouges ou blancs, très succulents, 
peu sapides. 

Les catalogues des horticulteurs tant en Europe qu'en Amérique 
en annoncent tous les jours quelques Variétés nouvelles plus ou moins 
recommandables. La culture en a porté quelques unes à produire 
des fruits d'une once en poid. Plusieurs de ces Variétés sont à fleurs 
dioïques. 

3. F. du Chili. F. CMlensis. Ehrh. — Chili Strawberry. — 
Tardif et presque toujours à fleurs dioïques. Feuilles ovales-obtuses, 
coriaces, largement crénelées, poilues-soyeuses inférieurement. Pé- 
doncules de 10'-12' de haut, épaissis à la maturité. Pétales larges, 
étalés. Fruits dressés, rosés, blancs intérieurement, très gros mais 
peu sapides ordinairement. — Chili. Mai. $ 

Var. Superbe de Wilmot. — Fruits très gros, pesant jusqu'à une once, 
rouges et de bonne qualité. 

La culture des Fraises est des plus faciles et très profitable dans 
le voisinage des grandes villes. Il y a quelques années un certain 
médecin des environs de New York laissa de côté et lancettes et pil- 
lules pour se livrer uniquement à la culture des Fraises, et cette cul- 
ture ne lui rapporte pas moins de $1500 à $1800 chaque année. 
Nous connaissons plus d'un Esculape en ce pays qui se contenteraient 
annuellement d'un tel bilan. Il n'y a pas de doute qu'une culture 
bien entendue, et sur une grande échelle, de ces menus fruits, tels que 
Fraises, Framboises. Groseilles, etc., ne deviendrait en peu de temps 
très rénumérative dans le voisinage de nos grandes villes. Les 
Fraises se multiplient ou se propagent de trois manières difi"érentes, 
savoir : par le semis, la division des touffes, et les coulants qui s'en- 
racinent d'eux-mêmes. On ne recourt d'ordinaire au semis que pour 
avoir de nouvelles Variétés, le mode de multiplication le plus employé 
est par les coulants, ou par la division des touffes pour les quelques 
Espèces qui sont dépourvues de ces accessoires. En général les 
Fraisiers aiment un terrain bien ameubli et bien amendé, et plutôt 
sablonneux que glaiseux. Pour avoir de beaux fruits et en grande 
quantité, il faut avoir soin' de détruire les coulants, qui en se multi- 
pliant trop épuiseraient les plantes-mères, et relever celles-ci tous les 
2 ou 3 ans, ou du moins les rechausser de quelques pouces de bon 
terreau pour leur permettre de développer de nouvelles racines et 
leur donner une nouvelle vigueur. La Fraise est un fruit délicieux, 



188 DICOTYLÉDONES POLYPÉTALES. Poteil tille. 

estimé de tout le monde ; on en fait d'excellentes confitures et des 
boissons rafraîchissantes. — Les racines du Fraisier sont astringentes 
en décoction ou en tisane. 

Gen. V. POTENTILLE. FoteniiUa. L. 

(Diminutif de ^o<ens, puissant; allusion à des propriétés médicinales). 

Calice à fond concave, à 4-5 divisions alternant avec au- 
tant de bractéoles extérieures simulant des sépales. Pétales 
4-5, obcordés. Etamines 20 environ, à filets grêles. Ovaires 
nombreux sur un réceptacle un peu convexe, poilus ou hé- 
rissés et non charnus. Styles latéraux, décidus. Graine in- 
verse. — Herbes, rarement arbrisseaux, à feuilles composées, 'pen- 
nées ou palmées. Fleurs solitaires ou en corymbes, le plus souvent 
jaunes. 

* Feuilles 3-foliolées-palmées. 

1. P. de Norvège. P. Norvegica. L.— p. Jiirsuta. Micli. — NoR- 
WEGiAN PoTENTiLLA OU CiNQUEFGiL. — Tige de 1-4 p., dressée, cy- 
lindrique, rameuse-dichotome au sommet, hérissée de poils soyeux. 
Feuilles palmées, à 3 folioles lancéolées ou obovales, simplement ou 
doublement dentelées, pétiolulées. Pétioles caulinaires, plus courts 
que les feuilles. Stipules grandes, ovales lancéolées, presque en- 
tières. Fleurs nombreuses, rapprochées en corymbes axill aires. Sé- 
pales lancéolés, dépassant les pétales obcordés, émarginés, d'un jaune 
pâle. Akènes rugueux ou striés longitudinalement. — Labrador-Caro- 
line ; champs, bords des bois. Juillet-Septembre. 

2. P. trîdentée. P. tridentata. Ait. — P. retusa. Retz. — Trident 
ou Mountain Potentilla. — % Tige de 6'-l2', dressée, sous-frutes- 
cente, couchée à la base, cylindrique, glabre, garnie quelquefois de 
petits poils appliqués. Feuilles persistantes, à 3 folioles obovales- 
cunéiformes, 3-dentées au sommet, coriaces, quelquefois légèrement 
pubescentes en dessous, entières. Stipules lancéolées. Fleurs blan- 
ches, en cimes presque nues. Pétales obovales-oblongs, 2 fois plus 
longs que le calice. — Labrador-Lac Supérieur; montagnes, îles. 
Isle Verte ! Cap Tourmente ! Juin-Juillet. 

** Feuilles palmées, à 3-5 folioles. 

3. P. du Canada. P. Canadem^is. Jj.— p. sarmcntosa. Wild. — 
CoMMON CiNUUEFOiD. — % Vclue-pubescente. Tige de 6'-12', sar- 
menteuse, dressée, couchée à la base. Feuilles à 5 folioles obovales, 
soyeuses inférieurement, dentelées au sommet, entières à la base. 
Stipules entières ou 2-3-fides. Pédicelles très longs, axillaires, soli- 
taires. Bractéoles du calice lancéolées-linéaires, plus longues que 



Poleiitille. XLii. rosacées. 189 

les sépales. Fleurs jaunes. Akènes un peu rugueux.— Canada- 
Géorgie ; bords des hois, champs. Beauport ! Prescott ! Mai-Août. 

4. P. argentée. P. argentea. L. — SiLVERY ClNQUEFOlL. — % 

Tigees ascendantes, tomenteuses-blanchâtres, rameuses supérieure- 
ment, presque ligneuses à la base. Feuilles à 5 folioles oblongues, 
incisées ou penni-fides dans leur moitié supérieure, glabres en dessus, 
blanches-tomenteuses en dessous, à bords enroulés, sessiles. Fleurs 
petites, jaunes, en cime terminale. Pétales obovales, plus longs que 
les sépales. Akènes ovales, rugueux. — Canada-New- York ; champs 
stériles, lieux pierreux. Rivière du Loup (Témiscouata) ! Juin- 
Septembre. 

*** Feuilles pennées. 

5. P. frutescente. P. fruticosa. L. — P. fiorihvnàa. Pursh. — 
Shrubbv Ci.xquefoil. — Tige de 1-2 p., sous-frutescente, très ra- 
meuse, dressée, à écorce rousseâtre. Feuilles penni-séqoées, hé- 
rissées, surtout en dessous, à 5-7 segments oblongs-lancéolés, sub- 
concolores, entiers, à face inférieure presque soyeuse, à bords roulés 
en dessous, titipules scarieuses, presque aussi longues que les pé- 
tioles. Fleurs jaunes, en panicule ou sub-solitaires. Pétales sub- 
orbiculaires, dépassant les sépales. Bractéoles vertes, aussi longues 
mais plus étroites que les sépales ovales-lancéolés, pâles. Akènes 
hérissés. — Amérique Artique-Pennsylvanie ; Prés humides, bords 
des ruisseaux. Juin-Août. 

6. p. anserine. P. anserina. L. (^Argentine. Anseriné). — Silver 
WEED. GoosE Grass. — Qj. Plante velue. Tiges à stolons grêles, 
rampants, radicants à chaque nœud. Feuilles radicales grandes, 
dentelées, ordinairement soyeuses-argentées en dessous, quelquefois 
sur les 2 faces. Stipules multi-fides. Pédoncules solitaires, 1-flores, 
très longs. Pétales jaunes, ovales, à bords ondulés, presque une 
fois plus longs que les segments calicinaux. — Amérique Artique- 
Pennsylvanie ; champs, bords des chemins. Partout. Juin-Sep- 
tembre. 

Dans les terres argileuses, cette Espèce devient souvent une herbe 
nuisible en agriculture. 

7. P. délicate. P. arguta. Pursh. — P. covferlifiora. Torr. — Boot- 
tia sylvestris. Big. — % Tiges de 2-3 p., dressées, pubescentes-vis- 
queuses au sommet de même que les pédoncules et les calices. 
Feuilles radicales longuement pétiolées, à 7-9 segments, les caulinaires 
à 3-7 segments obovales-arrondis ou rhombés, à base oblique, incisés 
ou doublement dentelés, pubescents en dessous. Stipules entières ou 
dentées. Fleurs d'un jaune blanc, plus longues que les sépales, en 
cimes terminales plus ou moins rapprochées. Calice à segments 
ovales-aigus. Disque épais, glanduleux, sub-5-lobé. — Canada-Illi- 
nois ; collines, bords arides des ruisseaux dans les terrains sablon- 
neux ou pierreux. Rivière du Loup (Témiscouata) ! Autsville ! 
Mai-Juin. 



190 DICOTYLÉDONES POLYPÉTALES. CODiaret. 

Les Potentilles en général sont des plantes sans utilité ; on en ren- 
contre cependant quelques Espèces dans la culture ornementale, 
telles que la Noire pourprée, P. atrosavguinea. Lodd., à fleurs d'un 
pourpre très foncé; P. Népal ensis. Hook-, à fleurs d'un beau rouge 
amarante, etc. La première et la sixième Espèces décrites ci-dessus 
sont avec raison rangées parmi les plantes nuisibles. 

Gex. VI. COMARET. Coynarum. L. 

(De Komaros, nom grec de l'Arbousier; allusion à la ressemblance du fruit). 

Calice à fond convexe, à limbe 5-partit, étalé, coloré inté- 
rieurement, à 5 bractéoles extérieures. Pétales 5, ovales- 
lancéolés, acumiués, plus petits que les sépales, presque per- 
sistants. Elamines 20 environ, insérées sur le disque épais, 
poilu, légèrement lobé. Ovaires nombreux, sur un récep- 
tacle convexe. Styles latéraux. Akènes lisses, réunis sur un 
réceptacle ovoïde, spongieux, charnu. — Herbes vivaces, ram- 
pantes, à feuilles impari-pennées. 

C. des marais. C. palustre. L. — PotenUlla Comarujn. Scop. 
{Quint c-fcuille ronge dea marais). — Marsh Cinqubfoil. — Qj. Rhi- 
zome traçant dans les vases des bords des marais. Tige de 1-2 p., 
couchée à la base, presque glabre, rameuse. Stipules des feuilles 
inférieures scarieuses et entièrement adnées au pétiole. Feuilles à 
3-5-7 folioles oblongues, grossièrement dentelées, pâles-grisâtres inté- 
rieurement. Fleurs grandes, en cime terminale pauci-flore. Sépales 
rougeâtres, ovales-lancéolés, aigus, dépassant les pétales. Pétales, 
étamines et styles d'un pourpre foncé, presque noirs. Fruits persis- 
tants. — Labrador-Montréal ; bords des marais. Isle Verte ! Isle 
St. Paul (Montréal) ! Juin- Juillet. 

Gen. VII. SIBBALDIE. Sihhaldia. L. 

(Dédié à Kob. Sibbald, Professeur de Physique à Edimbourg). 

Calice à fond concave, 5-fide, 5-bractéolé. Pétales 5, li- 
néaires-spatules. Etamines 5-10. Ovaires 5-10, sessiles sur 
le fond du calice. Styles latéraux. Akènes renfermés dans 
le fond du calice, mutiques par la chute des styles. — Herbes 
couchées, poilues ou soyeuses, à feuilles Zfoliolées, à fleurs blan- 
ches ou jaunes, en corymbe. 

S. couchée. S. procumhevs. L. — Potentilla procumhens. Clairv. 
— Prostrate Sibbaldia. — % Tigescourtes, très rameuses, couchées, 
chargées des stipules des années précédentes. Feuilles glabres, 
longuement pétiolées, à 3-5 folioles glauques, velues, obovales en 



Aigremoine. xlii. rosacées. 191 

coin, tronquées et 3 dentées au sommet. Fleurs jaune-verdâtre, en 
petits corymbes plus courts que les feuilles. Carpelles luisants. — 
Groenland, Labrador, et aussi d'après Fursh sur les montagnes du 
Canada, ce qui est encore douteux. 

Gen. VIII. AIGREMOINE. Agrimonia. T. 

(De agrios, sauvage, monias, solitaire ; allusion à la localité de la plante). 

Calice turbiné, muni de nombreux aiguillons crochus, à 5 
sépales redressés et connivents après la floraison. Pétales 5. 
Etamines 12-20, insérées comme les pétales sur l'anneau glan- 
duleux de la gorge du calice. Ovaires 2. Styles terminaux, 
sortants. Akènes renfermés dans le tube endurci du calice. 
— Herbes à feuilles penni-sêquêes, à segments entremêlés de plus 
petits. Fleurs jaunes, en longues grappes spicif ormes. 

A. Eupatoire. A. Eupatoria. L. — Agrîmony. — % Plante velue- 
Tige de 2-4 p., dressée, anguleuse, rameuse. Feuilles interrnpti- 
pennées à 3-5-7 folioles ovales ou ovales-lancéolées, pubescentes" 
luisantes en dessous, les supérieures 3-foliolées. Stipules grandes, 
incisées-dentées. Calice creusé de 10 sillons se prolongeant jusqu'à 
la base. Pétales jaunes, 2 fois plus longs que le calice. Pédoncules 
articulés au sommet, portant une bractée 3-fiàe à la base et 2 brac- 
téoles opposées vers le milieu. Calice mûr ne contenant qu'un akène, 
réfléchi sur le pédoncule, et muni d'aiguillons crochus qui lui permet- 
tent de s'attacher aux corps qui le touchent. — Canada-Louisiane ; 
bords des bois et des champs. Beaumont ! Berlin ! Juillet. 

Les fruits de l'Aigremoine que nos cultivateurs appellent boutons, 
gâtent souvent la laine de nos moutons à l'automne en s'y attachant 
de telle façon qu'il est presque impossible de l'en débarrasser. Les 
quelques Leicesters qui composent notre troupeau se trouvaient littéra- 
lement couverts de têtes d'Aigremoine lorsqu'on les ramena du pâtu- 
rage l'automne dernière ; on essaya mais en vain de les en débar- 
rasser ; il fallut y renoncer, tant l'opération était longue et difficile. 
Mais voilà que les oies et les poules remarquent cette nouvelle pâture, 
et aussitôt de suivre les moutons pour chercher dans leur laine une 
nourriture que ces pauvres bêtes ignoraient porter sans doute, et en 
quelques jours seulement ces moutons perdirent jusqu'à la dernière 
trace de leurs excursions dans les Aigremoines. Qui ne verrait là 
une nouvelle preuve de cette sagesse de la Providence qui porte les 
créatures à s'aider les unes les autres pour se rendre plus propres aux 
usages que l'homme veut et peut légitimement en faire. — Les feuilles 
de l'Aigremoine sont astringentes ; on les emploie contre les angines, 
la néphrite, les catharres, etc. 



192 DICOTYLÉDONES — POLTPÊTALES. Saiigiiisorbe. 

Gen. XIX. SANGUISORBE. Sanguisorha L. 

(De sanglas, sang, sorbere, boire ; allusion à des propriétés vulnéraires;. 

Cxliee tétragone, 4-partit, coloré, portant 2-3 bractées à la 
base. Corolle 0. JEtamines 4, opposées aux sépales, à filets 
flasques, dilatés au sommet. Ovaire unique. Sii/le filiforme ; 
stigmate dilaté. Akènes renfermés dans le calice. — Herbes d 
feuilles impari-pennées. Fleurs en épi serré, cylindrique. (Fig. 
95 et suivantes). 

S. du Canada. S. Canadensis. L. — PimpineUa maxima Cana- 
densis. Cornut. — Burnet-Saxifrage. — % Glabre. Tige de 2-3 p., 
striée, peu rameuse. Feuilles à folioles oblongues, cordiformes, de 
2-4' de long, grossièrement dentelées, le plus souvent stipellées. 
Fleurs en épis de 3'-6' de long, cylindriques, terminaux, portés sur 
de longues branches nues. Etamines longuement saillantes. Calice 
d'un blanc verdâtre, simulant une corolle. — Labrador-Géorgie; prés 
humides, bords des marais. Bic ! St. Thomas ! Juillet-Septembre. 

Gen. X. PIMPRENELLE. Poterium. L. 

(De foton, breuvage ; allusion à la boisson rafraîchissante que fournit la 
plante ; ou peut-être mieux depoterion, coupe ; allusion à la forme du calice). 

Fleurs dioïques ou polygames ; les ? au haut de l'épi. 
Calice à 4 divisions persistantes. , Corolle 0. Etamines 20-30, 
insérées sur l'anneau glanduleux de la gorge du calice. 
Ovaires 2-3, inclus dans le calice. Siignuiie en pinceau. — 
Herbes à feuilles impari-ioennées. Fleurs en épi, pourvues cha- 
cune d'une bractée et de 2 bractéoles. 

p. commune. P. savgvisorha. L. (Timprcnellc des jardins). — 
BuRNKT. — % Tige herbacée, anguleuse, de 2 p., glabre ou hérissée 
à la base. Folioles 9-25, pétiolulées, dentelées, vertes et glabres ou 
glaucescentes, souvent pubescentes en dessous. Epis sub-globuleux. 
Filets des etamines grêles, flasques, pendants, dépassant les sépales. 
— France ; prés secs et montueux. $ 

La Primprenelle est d'une grande valeur comme plante fourragère 
dans les terrains secs et crayeux de l'Europe. Ici on ne la voit que 
dans les jardins où on la cultive comme plante condimentaire ; ses 
feuilles d'une saveur agréable et piquante servant à assaisonner les 
.salades. Suivant Ilooker on la trouverait à l'état sauvage sur les 
bords du lac Tluron 1 



WaldsteiBie, xlii. rosacées. 193 

Gen. XL WALDSTEINIE. Waldstelnia. Willd. 

(Dédié à Frs. Von Waldsteîn, Botaniste Allemand). 

Calice tubuleux, turbiné, à 5 divisions alternant quelque- 
fois avec 5 bractéoles extérieures plus petites. Pétales 5, ses- 
eiles, caducs. Etamines 00, insérées sur l'anneau crénelé du 
calice. Ovaires 2-4, soudés entre eux à la base. Akènes 1-4, 
charnus ou coriaces, sur un réceptacle sec. — Herbes vivaces, 
basses, à feuilles lobées ou divisées. Fleurs jaunes. 

W. faux -fraisier. W. fragarîoîdes. Torr. — Daliharda. Miebx. 
— Comaropsis. D. C. — Barren Strawberry. — % Feuilles et ham- 
pes de 4-8'. Feuilles à 3 (rarement à 5) folioles de 1-2' de diamètre, 
pétiolulées, cunéifornies, crénelées-dentées et incisées. Hampes 
dressées, bractéolées, multi-fiores. Pétales plus longs que les sépales. 
Carpelles 4-6, un peu poilus. — Canada-Géorgie ; penchants des col- 
lines ombragées. M ai- Juin. 

Gen. XII. BENOITE. Qeum. L. 

(De ^end, j'assaisonne; allusion à l'arôme de la racine). 

Calice à fond concave, à limbe 5-fide, garni ordinairement 
de 5 bractéoles extérieures. Pétales 5, obtus ou écbancrés. 
Etamines 00. Ovaires nombreux, insérés sur un réceptacle 
conique ou cylindrique. Styles terminaux, infléchis ou cou- 
dés, souvent géniculés, s'endurcissant et couronnant les 
akènes comme des barbes. — Herbes vivaces, à feuilles radicales 
penni-séquées, les caulinaires S-séquées. Fleurs blanches, jaunes, 
ou purpurines, 

* Styles articulés et géniculés, l'article supérieur caduc. 

1. B. du Canada. G. Canadense. Jacq. — G. Virginianum. L. — G. 
album. Gmel. — White Avens. — % Tige de 2-3 p., poilue, rameuse- 
dichotome au sommet. Feuilles très variables dans leurs divisions ; 
les radicales penni-séquées, les caulinaires à 3 segments lancéolés, 
cunéiformes, dentelés, les supérieures simples, aigûes, ou 3-fides. Sti- 
pules grandes, ovales, dressées, dentelées. Fleurs petites, blanches, 
au sommet de pédoncules divariqués, filiformes, allongés, dressés. 
Pétales égalant à peu près le calice. Akènes réunis sur un récep- 



194 DICOTYLÉDONES POLTPÉTALES. BeBOlte. 

tacle globuleux, poilus et terminés par le style très allongé. — Canada- 
Missouri; bois et bords des ruisseaux. Islet ! Ohateauguay ! Juin- 
Juillet. 

2. B. à grandes feuilles. G. macraphyllum. Willd. — Tige de 
1 2 p., couverte de poils souvent réfléchis, souvent feuillée jusqu'au 
sommet. Feuilles radicales lyrées et interrupti-pennées, à foliole 
terminale beaucoup plus grande que les latérales, cordée, arrondie ; 
les caulinaires à folioles obtuses, cunéiformes, dentelées, la terminale 
3-lobée ou 3-partite. Calice souvent dépourvu de bractéoles. Pé- 
tales jaunes, obovales-orbiculaires, dépassant le calice. Carpelles 
pubescents dans le jeune âge, et ne portant à la maturité que quel- 
ques poils au sommet. Styles glabres, à l'exception de l'article supé- 
rieur. Réceptacle presque glabre. — Lac Supérieur-Montagnes du 
New Hampshire. Juin-Juillet. 

3. B. jaune. G. strictum. Ait. — G. aleppicum. Jacq. — G. rugo- 
mm. Desf. — Yellow avens. — % Tige de 2 3 p., dressée, dichotome 
au sommet, plus ou moins rude au toucher. Feuilles radicales penni- 
séquées, les caulinaires à 3-5 segments cunéiformes-rhombés, den- 
telés. Stipules ovales, dressées, lobées ou grossièrement dentelées. 
Calice à bractéoles linéaires, plus courtes que les sépales. Fleurs 
nombreuses, grandes, jaunes, au sommet de pédoncules filiformes, 
très longs. Pétales arrondis, égalant ou dépassant les sépales. Styles 
glabres, terminés par un long appendice poilu. Akènes très nom- 
breux, sur un réceptacle globuleux, très poilu. — Canada-New York ; 
champs et lieux humides. Baie St. Paul ! Rigaud ! Juillet-Août. 

4. B. des ruisseaux, G. rivale. Sibth. — Water Avens. Pur- 
ple Avens. — % Rhizome ligneux, très fort. Tige de 1-3 p., dressée, 
poilue, presque simple, paniculée au sommet. Feuilles penni-séquées, 
interrompues, à lobes obovales, dentelés, le terminal orbiculaire ; 
feuilles caulinaires à 3 lobes aigus. Stipules ovales, petites, dentelées. 
Pédoncules poilus, allongés. Fleurs penchées, grandes. Pétales 
jaunes, veinés de rouge, longuement onguiculés, rétrécis en coin, éga- 
lant les sépales qui sont dressés. Carpelles très poilus, en tête glo- 
buleuse. Styles articulés, coudés, poilus jusque près du sommet, ar- 
ticle supérieur presque persistant. — Canada-Pennsylvanie; marais, 
lieux humides. Trois-Pistoles ! Lancaster ! Juin-Juillet. 

** Styles non articulés et persistant en entier. Sieversia. K. Br. 

5. B. à trois fleurs. G. triflorum. Pursh,— S/ei'ersm trijlora. 
R. Br. — Three flowerkd Geum. — % Tiges simples, poilues, de 
6'-10', ordinairement terminées par 3 fleurs. Feuilles radicales irré- 
gulièrement penni-séquées, à segments cunéaires, incisés-dentés. 
Bractéoles linéaires, plus longues que les sépales. Fleurs grandes, 
blanches veinées de pourpre. Pétales oblongs égalant les sépales. 
Styles plumeux, de près de 2' de long, persistant sur les akènes. 
Sépales pourpres. — Labrador-New Hampshire ; collines pierreuses. 
Rare. Juin. 



Bryade. XLii. rosacées. 195 

Gen. XIII. DRYADE. Dryas. L. 

(De Dryas, nymphe des bois ; allusion à la localité de la plante). 

Calice un peu concave, à limbe 8-9-partit, sans bractéoles. 
Pétales 8-9, grands. Etamines 00. Ovaires nombreux, ses- 
siles sur le fond du calice. Akènes terminés par les styles 
barbus-plumeux. Graines ascendantes. — Sous-arbrisseaux à 
feuilles simples, cotonneuses en dessous. Fleurs blanches. 

D. à huit pétales. D. octop<:tala. L. — D. integrifoUa. Vahl. — 
% Tige de 8-10', rameuse, diffuse. Feuilles pétiolées, oblongues, 
obtuses-arrondies à la base, profondément dentelées, cotonneuses- 
argentées inférieurement. Stipules linéaires. Pédoncules terminaux, 
nus, solitaires, allongés, 1-flores. Calice pubescent. Pétales 2 fois 
plus longs que les sépales. Carpelles velus, couronnés par le style 
plunieux, accrescent. — Amérique Artique-Canada ; montagnes éle- 
vées. Juin. 

Gen. XIV. CORÈTE. Kerria. D. G 

(Dédié à Bellenden Ker, Botaniste Anglais). 

Calice à tube très court, à limbe 5-partit, étalé, à segments 
ovales, dont 2 mucronés au sommet par une callosité et les 
3 autres tronqués. Pétales 5, orbiculaires. Etamines nom- 
breuses. Carpelles 5-8, glabres, globuleux, surmontés par le 
style filiforme. — Sous-arbrisseaux à feuilles alternes. Fleurs 
jaunes. 

C. du Japon. R. Japonica. D. C. — CorcJiorus. Thunb. — Japan 
Globe-flower. — Tiges de 5-8 p., nombreuses, vertes, à écorce 
lisse, à rameaux effilés, diffus. Feuilles ovales-aigûes, inégalement 
et grossièrement dentelées. Pétales jaunes. Fleurs devenant pleines 
par la culture et figurant des Roses Pompons, souvent de 1' de dia- 
mètre. — Japon, y^* 

Plein air ; exposition ombragée. Se multiplie par boutures. Jolie 
plante d'ornement. 

Gen. XV. SPIRÉE. Spirœa. L. 

(De speira, qui se tord ; allusion à la flexibilité des rameaux). 

Calice persistant, 5-fide. Pétales 5, ovales, onguiculés, 
étalés. Etamines 10-50, sortantes, insérées sur un disque 
charnu tapissant le tube du calice. Style terminal ; stigmate 



196 DICOTYLÉDONES — POLYPÊTALES. Spirée. 

plus OU moins dilaté. Carpelles 3-12, généralement libres, à 
1-2 valves, 1-10 graines. — Herbes ou arbrisseaux inermes, à 
feuilles simples ou composées. Meurs petites, blanches ou roses. 

* Tiges herbacées. 

1. Sp. lobée. Sp. Jobata. Murr. — Sp. palmata. L. {Reine des 
prés du Ca7ia(Ja). — Siberjan rkd Spir.ea. — Q|. Racines odorantes, 
traçantes. Tiges de 3-6 p. Feuilles palrai-penni-séquées. à 3-7 seg- 
ments glabres, blanchâtres inférieu rement, amincis en coin à la base, 
doublement dentés ou incisés, le termina] plus grand. Stipules réni- 
formes. Fleurs en panicule ou en cimes ombellées, d'un rose foncé, 
odorantes. Carpelles 6-8, glabres, dressées, connivents.- Pennsyl- 
vanie. Juin-Juillet. >J« 

2. Sp. ulmaire. Sp. ulmaria. L. {JJlmaire. Reine des prés). — 
Double Meadow sweet. — % Tiges nombreuses, de 3-5'p. Feuilles 
penni-séquées, à segments latéraux ovales, incises-dentés, entremêlés 
de plus petits, lobe terminal très grand, 3-5-lobé, à face inférieure 
tantôt verte et pubescente, tantôt blanche-cotonneuse ou cendrée. Sti- 
pules rèniformes, dentelées. Pétales arrondis, longuement ongui- 
culés. Carpelles 5-9, glabres, tordus en spirale. Fleurs blanches, 
en corymbes longuement pédoncules. — Europe. »^ 

Fleurs employées en infusions sudorifîques. 

3. Sp. filipendule. Sp. fiUpendula. L. {Filipendule'). — Pride OF 
THE MEADOW. — % Racines offrant près de leurs extrémités des ren- 
flements tuberculeux, ovoïdes. Feuilles glabres, penni-séqnées à 15- 
21 segments non confluents, très inégaux, penni-partits, incisés, ciliés. 
Stipules grandes, sub-réniformes, embrassautes, dentelées. Fleurs 
blanches ou légèrement rosées, en un corymbe terminal porté sur un 
long pédoncule. Etamines plus courtes que les pétales. Carpelles 
pubescents, droits, connivents. — France. Juin-Juillet. >^ 

On dit que ses fleurs communiquent au lait une saveur très 
agréable. 

** Tiges ligneuses. 

4. Sp. cotonneuse. Sp. tomcntosa. L. — Hardhack. — Petit ar- 
brisseau de 3-4 p., à tiges très dures, cotonneuses et rousses de même 
que le calice et les pédoncules. Feuilles simples, ovales-lancéolées, 
inégalement denticulées, brièvement pétiolées, cotonneuses blan- 
châtres inférieurement, nombreuses. Fleurs petites, très nombreuses, 
roses ou purpurines, en panicule terminale longue et serrée. Etamines 
pourpres, très apparentes. Carpelles 5, tomenteux, étalés, persistant 
jusque dans l'hiver. — Québec-Géorgie ; terrains humides et sablon- 
neux. Ste. Gertrude ! Calumet ! Juillet. 

Québec parait être au Nord la limite de cette Spirée. Placée dans 
les jardins, elle y fait un très bel ornement. 

5. Sp. à feuilles de Saule. Sp. SalicifoUa. L. — Sp. alba. Durci. 
(TAé du Canada). — QuEEN OF the Meadow. Meadow sweet. — 



Spirée. 



XLII. ROSACÉES. 197 



Arbrisseau de 2-4 p., à tiges grêles, pourpres, fragiles,' à stolons sou- 
terrains traçants. Feuilles brièvement pétiolées, oblongues ou ellip- 
tiques-lancéolées, dentelées, glabres, portant souvent un faisceau de 
feuilles plus petites à leur aisselle. Fleurs petites, nombreuses, blan- 
ches, quelquefois rosées, à étamines apparentes, en une panicule ter- 
minale thyrsoïde plus ou moins développée. — Labrador-Géorgie; 
taillis, bords des ruisseaux, etc. Canardière ! Brampton ! Juillet- 
Août. 

L'infusion des feuilles de cette Espèce a une telle analogie avec le 
Thé de Chine que dans plusieurs circonstances on en a fait prendre 
à plusieurs personnes qui sans être averties n'auraient pu soupçonner 
une telle substitution. Qui sait si en fesant subir à ces feuilles cer- 
tains soins de préparation on ne parviendrait pas à avoir dans cette 
plante une succédanée du Thé ? Quoique à feuilles caduques, cet ar- 
brisseau peut se prêter à plusieurs dépouillements de feuilles dans 
une même saison, sans presque en souffrir. Sa rusticité, Textrême 
facilité de sa reproduction aux moyens de ces stolons ou drageons, la 
faculté dont il jouit de s'accommoder indifféremment de presque tous 
les terrains, en rendraient la culture des plus faciles. Comme succé- 
danée du Thé, il laisse certainement bien loin derrière lui la Chiogène, 
le Lédon, et les autres plantes qui ont été jusqu'à ce jour proposées 
pour cette fin. 

6. Sp. à feuilles d'Obier. Sp. Opnlifolïa. L. {Sept-écorccs). — 
NiNE-BARCK. — Arbrisseau de 4-8 p., presque glabre, et dont les cou- 
ches les plus extérieures de l'écorce se détachent ordinairement d'elles- 
mêmes. Feuilles ovales, 3-lobées, incisées-dentées, pétiolées, glabres. 
Stipules petites, membraneuses, linéaires-lancéolées. Sépales étalés. 
Fleurs blanches, souvent teintes de pourpre, en corymbes ombelli- 
formes. Carpelles 3-5, renflés, plus ou moins soudés ensemble infé- 
rieurement, brillants, pourpres, renfermant chacun 2 graines lui- 
santes. — Canada-Géorgie ; bords des ruisseaux. Grondines ! Baden ! 
Juin. 

7. Sp. à feuilles de Sorbier. Sp. Sorhifolia. L. — Sp. pinnafa. 
Mœnch. — Arbrisseau de 3-4 p. Feuilles penni-séquées, à segments 
sessiles, opposés, lancéolés, finement dentelés, le terminal plus grand. 
Fleurs blanches très nombreuses, en panicule thyrsoïde. Ovaires 5, 
soudés inférieurement. — Sibérie. Juin-Juillet. >^ 

8. Sp. à feuilles lisses. Sp. lœvigata. L. — Arbustes de 2-3 p., à 
rameaux courts. Feuilles persistantes, obovales oblongues, lisses, en- 
tières, coriaces, glauques, sessiles, mucronulées. Panicule à branches 
cylindriques. Bractées linéaires, égalant à peine le calice. Sépales 
triangulaires, ascendants. Fleurs blanches. — Sibérie. Hh 

Quoique à feuilles persistantes, cette Espèce résiste parfaitement 
à nos hivers. 

9. Sp. à feuilles de Millepertuis. Sp. HypericifoUa. L. — St. Pe- 
ter's wheath. — Arbrisseau de 3-5 p., presque glabre dans toutes 
ses parties, à rameaux effilés, arqués. Feuilles petites, obovales- 



198 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Gillénie. 

oblonsfues, rétréeies à la base, glabres, entières. Fleurs blanches, 
en ombelles ou en fascicules axillaires, sessiles. Sépales ascendants. 
— Europe. Mai. *i* 

10. Sp. corymbiforme. Sp.conjmhosa. Raf. — Sp. Chamœd,rifolia. 
Pursh. — OoRYMBO.SE Spir.ea. — Arbrisseau de 1-2 p., à rameaux bru- 
nâtres. Feuilles glabres ou pubérulentes intérieurement, incisées- 
dentées au sommet. Fleurs blanches ou rosées, très nombreuses, en 
corymbe dense, hémisphérique, terminal, de 4'-6' de diamètre. Sé- 
pales veinés, réfléchis. Carpelles 3-5. — Pennsylvanie- Virginie. 
Mai Juin. >i* 

La culture ornementale en distingue encore plusieurs autres Es- 
pèces. Les Spirées sont en général des plantes très rustiques et 
d'un bel effet dans les jardins. 

Gen. XVI. GILLÉNIE. Gillenia. Mœnch. 

(Dédié à Gilléiiius, Médecin Botaniste de Casse!, 1627). 

Calice campanule, tubuleux, à limbe 5-fide. Pétales 5, li- 
néaires-laucéolés, un peu inégaux. Etamines 10-20, très 
courtes, insérées sur le tube du calice. Ovaires 3-5, 2-ovulé8, 
reufermés dans le tube du calice. Styles terminaux. Follicules 
2-valves, souvent soudées en capsule par la base. — Herbes 
vivaces, à feuilles S-foliolées. 

G. trifoliée. G. trifoUata. Mœnch. — Spirœa. L. — Indian Phy- 
sic. Bow]\ian'.s root. — Arbrisseau de 2-3 p., grêle et presque glabre. 
Feuilles à 3 folioles ovales-oblongues, acuminées. Stipules linéaires- 
acuminées, entières. Fleurs blanches ou rosées, longuement pédi- 
cellées, en panicule corymbiforme, longuement pédonculée. — Haut- 
Canada-Géorgie ; taillis. .luin- Juillet. 

Racine succédanée de l'Ipécacuanha, c'est-à-dire, émétique, ca- 
thaitique ou tonique suivant la dose. 



Fam. XLIII. POMACEES. Pomaxieœ. D. C. 

(Rosacées. Juss). 

Arbres ou arbrisseaux à bonrp;eons écailleux. 

[■Vtnltcs alternes, simples, à stipules libres, le plus souvent caduques. 

Fleurs ^ , régulières, en coryinbes ou en ombelies. 

Calice soudé avec l'ovaire, à 5 divisions souvent persistantes. 

Corolle à 5 pétales insérés à la gorge du calice sur un petit disque très mince. 

Etamines 10-30, distinctes, insérées sm- le môme point <iue les pétales. 

Ovaire infère, à .5-2 loges. Styles ."3, soudés à la base. Stigmates entiers. 

Fruit cbarnu ou pulpeux, ombiliqué ou couronné par les divisions du calice. 

Graines suspendues, sans albumen. 



Cognassier xliii. pomacées. 199 

Cette Famille, qui n'est qu'un démembrement de la Famille des 
Rosacées de Jussieu, fournit à nos tables des fruits savoureux et ra- 
fraîchissants dans presque tout le cours de l'année. Plusieurs de 
ces fruits sont susceptibles de donner une boisson fermentée très es- 
timée, et sont sous ce rapport l'objet d'une culture spéciale dans plu- 
sieurs endroits. Des 12 Genres qui composent cette Famille, il n'y en 
a guère que 7 qui se rencontrent en Canada, et -i seulement y sont 
indigènes. 



CLEF ANALYTiaUË DES GENRES. 

] Pétales arrondis 2 

1 Pétales lancéolés, obovales Amélanchier VI. 

2 Fleurs en ombelles ou en fascicules ombelliformes 3 

2 Fleurs non disposées en ombelles 5 

3 Calice campanule, 5-lobé. Ovaire à loges multl-ovulées. . Cognassier I. 
3 Calice urcéolé, 5-denté. Ovaire à loges 2-ovulées 4 

4 Fleurs en ombelles. Styles cohérents à la base. Fruit otnbi- 

liqué à la base Pommier III. 

4 Fleurs en fascicules ombelliformes. Styles libres. Fruit non 

ombiliqué à la base Poiiier II. 

5 Feuilles simples . . 6 

5 Feuilles composées Sorbier IV. 

6 Calice turbiné, 5-fide, à lanières foliacées Néflier V. 

6 Calice urcéolé, à limbe 5-tide Aubépine VII. 



Gen. I. COGNASSIER. Cydonia. T. 

(De Kydon, ville de Crête, patrie primitive de la plante). 

Calice urcéolé, à limbe 5-fide. Pétales 5, orbiculaires. 
Etamines dressées. Styles 5. Ovaire à 5 loges multi-ovulées. 
Fruit {Coing) cotonneux, pyriforme, à endocarpe cartilagi- 
neux, à 5 loges coutenaiit chacune 10-15 graines à testa mu- 
cilagineux. — Arbres ou arbrisseaux d feuilles entières ou den- 
telées^ simjjles. Heurs peu nombreuses, solitaires ou presque en 
ombelles. 

1. C. commun. C. vulgaris. Pers. — Pj/rns Cydonia. L. — Quince. 
— Petit arbre de 8-15 p., à branches anguleuses. Feuilles ovales, 
obtuses à la base, entières, cotonneuses inférieurenient de même q: e 
le calice. Fleurs grandes, d'un blanc rosé. Fruits ovoïdes ou 
oblongs, quelquefois sub-globuleux, gros, légèrement cotonneux, jau- 
nes à la maturité. — Autriche. Mai-Juin. $; 



200 DICOTYLÉDONES POLYPÉTALES. logliassier. 

a maliformis. Mill. A fruits globuleux en forme de Pomme. 
P Lusitanica. Mill, Feuilles plus larges et fruits plus gros. 
7 oblovga. Mill. Feuilles ovales et oblongues. 

Le Cognassier s'accommode à peu près indifféremment de tous les 
terrains, et nous pensons qu'il peut résister au climat de Québec et y 
porter fruit; un pied encore jeune que nous en avons dans notre 
jardin ne parait pas avoir plus souffert que certains Pommiers des deux 
derniers hivers, il a même donné quelques fleurs le printemps dernier, 
mais ces fleurs n'ont pas noué. Les coings ne se mangent guère 
que cuits, et c'est surtout en marmelades, en sirops et en gelées qu'on 
les utilise. La Variété du Portugal est celle que l'on cultive parti- 
culièrement pour cette fin. Dans les pépinières on cultive le Cognas- 
sier sur une grande échelle, c'est parce quMl fournit les sujets les plus 
estimés pour la greffe des Poiriers. Comme il ne pivote pas comme 
les francs de ces derniers, il n'exige pas une terre aussi profonde ; il 
donne aussi des arbres d'une plus petite taille et qui d'ordinaire se 
mettent à fruits plus à bonne heure. Le Cognassier se multiplie par 
le semis ou par le couchage des branches inférieures. 

2. C. du Japon. C. Japonica. Pers. — Pyrus Japonica. Thunb. — 
Chœnomeles Japonica. Lindl. — Japan Quincr. — Arbrisseau de 3-4 
p., à tige tortueuse, diffuse, épineuse. Feuilles ovales, un peu atté- 
nuées en coin, crénelées-dentelées, luisantes, glabres ainsi que le ca- 
lice. Stipules grandes, réniformes, dentelées, pourpres, persistantes. 
Fleurs d'un rouge foncé, quelquefois rosées ou panachées, solitaires 
ou par fascicules de 2-3, doublant par la culture. — Japon. Mai- 
Juin >i* 

Ce charmant petit arbrisseau se cultive pour l'ornement dans les 
jardins, car son fruit de la grosseur d'une petite Prune n'est d'au- 
cune valeur. Il résiste parfaitement à nos hivers. On ne le mul- 
tiplie guère que par bouturage de racines, dans des pots que l'on 
place dans des couches. 



Gen. II. POIRIER. Pyrus. T. 

(De Peren, nom celtique de la Poire). 

Calice urcéolé, 5-fide. Pétales 5, orbiculaires, étalés. Styles 
5, libres. Ovaire à 5 loges 2-ovulées. Fruit (Poire) ob-eo- 
nique ou sub-globuleux, non ombiliqué à la base, à chair 
saccharine présentant ordinairement vers le cœur des gra- 
nules pierreux. — Arbres ou arbrisseaux à feuilles simples. 
Fleurs en ombelles simples. 



Poirier. XLiii. pomacées. 201 

1. P. commun. P. communis. L. — Pear-tree. — Arbre spines- 
cent, de 20-35 p., à écorce brunâtre, rude, à rameaux dressés. Feuilles 
ovales, dentelées, glabres, ainsi que les bourgeons et les jeunes ra- 
meaux, aigiies ou acuminées. Fleurs blanches, petites, en corymbes 
presque ombelliformes. Calice et pédicelles pubescents. Styles 5, 
libres, velus à la base.— Europe. Mai. $ 

Quelques rares essais de culture du Poirier dans le district de 
Québec ont permis de croire que plusieurs Variétés des plus rustiques 
pourraient s'y cultiver avec avantage. Il en existe un individu fort 
et vigoureux de plus de 20 p. de hauteur, à St. Joachim (27 milles 
plus bas que Québec), qui plus d'une fois a déjà donné des fruits 
bien nourris quoique d'une qualité inférieure. Nous en avons nous- 
même quelques pieds dans notre jardin, greffés sur Cognassier, qui 
comptent déjà trois hivers. Ils ont un peu souffert, mais nous ne dé- 
sespérons pas de les voir porter fruits puisqu'ils ont déjà donné des 
fleurs. 

VARIÉTÉS ET HYBRIDES JARDINIÈRES. 
* Greffées sur francs ou sur Cognassier. 

Ananas d'été. — Fruit un peu bossue, jaune, ponctué ; chair fine, fon- 
dante, sucrée. Septembre. 

Beurre d'Anjou. — Fruit gros, beurré, fondant, vineux. Octobre. 

Beurré d'Areinberg. — Fruit gros, verdâtre, beau et bon. No- 
vembre. 

Beurré Rose. — Fruit gros, allongé, roux-doré, fondant, très bon. Oc- 
tobre. 

Bloodgood.— Fruit moyen, beurré, fondant et sucré. Août. 

Doyenne d'été. — Fruit moyen, jaune clair ; chair fondante, acidulée. 
Septembre. 

Louise bonne de Jersey. — Fruit gros, blanc, demi-beurré. Dé- 
cembre. 

Madeleine. — Fruit moyen, en toupie, vert clair, fondant, parfumé. 
Septembre. 

Paradis d'automne. — Fruit gros, allongé ; chair fine, fondante. 
Arbre irrégulier. Octobre. 

Vicaire de Winkfield. — Fruit gros, allongé, excellent. Arbre très 
vigoureux. Novembre. 

** Greffées sur Cognassier. 

Belle lucrative.—Fruit gros, chair fondante et délicieuse. Produit 
très jeune. Octobre. 

Duchesse d'Angoulême.— Fruit gros, bossue, chair fondante, vineuse. 
Octobre. 

A' 



202 DICOTYLÉDONES — POLTPETALES. Poirier. 

Figue d'Alençon. — Fruit moyen, allongé, vert-brun, fondant, sacré. 
Septembre. 

Napoléon. — Fruit gros, chair fondante. Septembre. 

Soldat laboureur.— Fruit gros, d'excellente qualité. Nouveau. Dé- 
cembre. 

St. Michel Archange.— Fruit très gros, jaune ; chair jaunâtre, fine, 
fondante, sucrée. Octobre. 

Urbaniste. — Peau jaune, marbrée de roux, chair blanche, fondante, 
sucrée. Octobre. 

Verte-longue, Mouille-bouche, Muscat fleuri. — Fruit gros, allongé, vert, 
fondant, doux, sucré. Octobre. 

Wilhclmine. — Fruit gros, ponctué de gris, lavé de rouge du côté du 
soleil, chair blanc-jaunâtre, beurrée, sucrée, parfumée. Hiver. 

Quoique le Poirier puisse s'accommoder de presque tous les ter- 
rains, il préfère cependant comme tous les autres végétaux une terre 
bien ameublie et fumée ; de plus sa racine pivotante exige une terre' 
plus profonde que pour le Cerisier ou le Pommier. Les nombreuses 
Variétés de Poirier ne pouvant se reproduire fidèlement que par la 
greffe, on pratique cette opération soit en fente, soit en écusson, sur 
francs ou sur Cognassier ; sur francs pour avoir des arbres de haute 
taille, et sur Cognassier pour avoir des nains qui dépassent rarement 
7 à 8 p. en hauteur. On doit préférer les sujets de Cognassier, toutes 
les fois que le sol est peu profond, parce qu'ils ne pivotent pas comme 
les francs. Chose digne de remarque, c'est que le Poirier et le Pom- 
mier qui ne diffèrent pour ainsi dire que par la forme de leurs fruits, 
et dont grand nombre de Botanistes ne font qu'un seul et même 
Genre, ne peuvent se greffer l'un sur l'autre ; tandis que le Poirier se 
greffe sur le Cognassier qui lui est de beaucoup plus étranger. Les 
greffes de Poirier sur Pommier se décollent le plus souvent ou pé- 
rissent dans peu de temps. On se procure des sujets de Poirier par 
le semis des pépins à l'automne, qui lèvent au printemps suivant, et 
que Ton greffe à 2 ou 3 ans. Pour les sujets de Cognassier on se 
les procure ordinairement par le couchage des branches du bas des 
pieds qui s'enracinent facilement, et qui conservant moins de vigueur, 
prennent moins d'élévation et se mettent à fruits plus à bonne 
heure. 

Les Poires de bonne qualité sont certainement un des meilleurs 
fruits qu'on puisse servir sur les tables. Mais la cueillette de ces 
fruits pour les avoir en bonne condition exige quelques précautions. 
Une Poire qui mûrit à l'arbre est à peine mangeable. Les Poires 
d'été doivent être' cueillies au moins 10 jours avant la maturité ; 
celles d'automne au moins 15 jours, et pour celles d'hiver on les 
laisse à l'arbre jusqu'à la chute des feuilles. On tire des Poires par 
la fermentation une liqueur très estimée, le Poiré. Le bois du Poi- 



Pommier. xliii. pomacées, 203 

rîer dur et rougeâtre, est très employé dans la gravure, la sculpture, 
la marqueterie, les instruments de musique, etc. 

Sous-Genre, AdenorucMs. (De adén, glande, racJiis, côte de la 

feuille). 

Feuilles à nervure glanduleuse en dessus. Fleurs en corymbes 
rameux. 

2. P. à feuilles d'Arbousier. P. arhutifoUa. L. — Aronia pyH- 
Jolia. Pers. — Cratœgus pyrifolia. Lam. (^Gueule noire. Poire d'an- 
goisse). — Choke bbrry. — Arbrisseau de 3-5 p., à tiges grêles. Feuilles 
obovales-lancéolées, aigûes, crénelées, cotonneuses inférieurement 
ainsi que le calice, à nervure médiane portant sur la face supérieure 
une ligne de glandes purpurines. Fleurs blanches, en corymbes ra- 
meux, terminaux, lO-12-flores. Fruit pyriforme ou sub-globuleux de 
la grosseur d'un gros Pois, d'un rouge noir. — Labrador-Louisiane ; 
lieux bas et humides. Malbaie ! St. Hyacinthe ! Mai-Juin. 

a melanocarpa. Willd. Feuilles, calices «t pédicelles, glabres ou 
à peu près. Fruit d'un pourpre noir. Marais. 

Fruits astringents, d'une saveur assez agréable lorsqu'ils sont par- 
faitement mûrs, ou encore mieux lorsqu'on les a laissé blettir pendant 
quelque temps. 



Gen. III. POMMIER. Malus, T. 

(De melon, nom grec de la Pomme). 

Calice urcéolé, 5-fide. Pétales étalés. Sii/les 5, soudés à 
la base. Fleurs en ombelles simples. Fruit (Pomme) ordi- 
nairement globuleux, toujours ombiliquéà la base, ombiliqué 
aussi au sommet, et couronné par les divisions persistantes 
du calice, à cbair acidulé, jamais pierreuse. — Arbres à feuilles 
simples non glanduleuses. 

1. P. commun. M. communis. Juss. — Tyrus malus. L. — Malus 
mitis. Wall. — Common Apple tree. — Arbre de 20-25 p., à branches 
raides, courbées et étalées, à écorce rude et blanchâtre. Feuilles 
ovales, aigûes, crénelées, laineuses inférieurement ainsi que le tube 
du calice et les pédoncules. Bourgeons cotonneux. Fleurs grandes, 
odorantes, contemporaines des feuilles, d'un blanc rosé, en ombelles 
quelquefois corymboïdes. Pétales brièvement onguiculés. Styles 5, 
unis et barbus à la base. Fruit de saveur douce, alimentaire ; varie 
à l'infini par la culture. Mai. $ 



204 MCOTYLÉDONES— POLTPÉTALES. Pommier, 

VARIÉTÉS ET HYBRIDES JARDINIÈRES. 

* Pommes d'été. 

Astracan ronge, — Fruit gros, arrondi, presque couvert par une efBo- 
rescence épaisse d'un rouge foncé ; chair juteuse, r'che, acide. Arbre 
vigoureux, à feuilles larges ; charge beaucoup. Mi-Septembre. 

Bi'noni. — Fruit moyen, arrondi, rouge ; chair tendre et riche ; 
charge beaucoup. Août. 

Fraise liative. — Fruit moyen, rouge foncé ; chair tendre, presque 
fondante. Arbre modérément vigoureux, dressé, chargeant beau- 
coup. Mi-Août. 

Keswielt Cortlin. — Fruit gros, oblong, d'un jaune pâle, acide. Arbre 
dressé et très vigoureux; produit très jeune et al^ondamment. Fruit 
excellent pour cuire. Août. 

Moisson hâtive.— Fruit gros, d'un jaune pâle, légèrement acide- 
Arbre modérément vigoureux, dressé, chargeant beaucoup. Août. 

Rose d'été. — Fruit moyen, arrondi, jaune taché de rouge du côté du 
soleil, tendre et délicieux, a une belle apparence de cire. Arbre peu 
vigoureux mais chargeant beaucoup. Mi-Août. 

Pepine de Hollande. — Fruit gros, vert-jaunâtre, sub-acide, excellent 
pour cuire. Arbre vigoureux, étalé, productif. Août. 

Reinette d'été, — Fruit gros, conique, strié et taché de rouge, excel- 
lent. Arbre croissant rapidement, à tète étalée et irrégulière. Août. 

** Pommes d'automne. 

Alexandre. — Fruit des plus gros, d'un beau rouge, de qualité 
moyenne. Arbre vigoureux, mais peu productif. Octobre. 

Cooper. — Fruit très gros, jaune strié de rouge, chair tendre, juteuse 
et fine. Arbre très productif. Octobre. 

Drap d'or. — Fruit très gros, d'un jaune doré, doux et agréable. 
Arbre étalé, modérément vigoureux et productif. Octobre. 

Dubois, — Fruit moyen, blanchâtre, à chair cassante, très sucrée ; 
arbre vigoureux. Octobre-Janvier. 

Gravenstcin. — Fruit très gros, strié, arrondi, de première qualité. 
Arbre dressé, à croissance très rapide, très productif. Septembre- 
Octobre. 

Pepine d'automne. — Fruit très gros, arrondi, oblong, jaune ; chair 
tendre, riche et délicieuse. Arbre étalé et vigoureux. Octobre. 

Pomme royale. — Fruit gros, arrondi, jaunâtre, coloré du côté du 
soleil ; chair à saveur très relevée ; charge beaucoup. Septembre. 

St. Laurent. — Fruit gros, arrondi, strié de rouge et de jaune ver- 
dâtre. Très belle Pomme et une des plus estimées surnos marchés. 
Arbre vigoureux et chargeant beaucoup. Octobre. 



Pommier. xliii. pomacées. 205 

Un individu de cette espèce en a rapporté l'année dernière (1860) 
à lui seul 32i niinots, et de la plus belle qualité, à St. Joachim (27 
milles en bas de Québec). 

*** Pommes d'hiver. 

Api. — Fruit très petit, jaune pâle, d'un beau rouge vif du côté du 
soleil, ferme, croquant. Arbre à rameaux redressés et longs, très 
productif. Novembre-Mai. 

Baldwin. — Fruit gros, rouge brillant; chair juteuse et riche. Arbre 
très vigoureux et très productif. Décembre-Mars. 

Belle fleur jaune. — Fruit gros, jaune, teinté de rouge du côté du 
soleil ; chair croquante, légèrement aromatique. Beau et excellent 
fruit. Arbre vigoureux et productif. Novembre-Avril. 

Bourassa, — Fruit gros, rougeâtre, riche et parfumé, très estimé sur 
nos marchés. Octobre-Mars. 

Calville rouge d'iliver.— Fruit gros, à côtes, d'un rouge foncé ; chair 
presque rose, fine, légère, grenue, vineuse. Novembre-Mars. 

Court-pendu ou Capcndu. — Fruit petit, conique, à queue très courte, 
rouge-pourpre, piqueté de fauve aigrelet. Arbre fécond. Mars. 

Fameuse. — Fruit moyen, rouge-foncé ; chair d'un blanc de neige, 
sucrée, tendre et délicieuse. Arbre vigoureux, à bois de couleur foncée, 
lïfans contredit la meilleure de toutes les Pommes. Nov.-Janvier. 

Mignonne Allemande.— Fruit très gros et excellent, parfumé, orange, 
veiné de rouge. Arbre dressé, productif. Novembre-Mars. 

Pomme grise. — Fruit petit, grisâtre-roux, très riche et très parfumé. 
Arbre croissant modérément mais chargeant beaucoup, recomman- 
dable surtout pour les climats du Nord. On en exporte chaque année 
des centaines de barils du Canada en Angleterre. Novembre-Avril. 

Rambour d'hiver. — Fruit gros, aplati, à côtes, jaune-pâle, ra^'é de 
rouge, aigrelet, bon à cuire. Novembre-Mars. 

Reinette du Canada. — Fruit très gros, à côtes, jaune lavé de rouge ; 
chair, ferme, juteuse et riche. Arbre vigoureux et très productif. En 
Fi-iâ^e c'est une Pomme des plus grosses et des plus estimées. Re- 
conmi'andable pour le Nord. Novembre- Mars. 

Reinette d'Angleterre. Pomme d'or. — Fruit moyen, jaune, rayé de 
rouge ; chair ferme, sucrée, très relevée. Octobre-Mars. 

Reinette de Montmorency. — Fruit gros, raccourci, jaune très clair et 
beau rouge, ferme, aigrelet, piqueté. Arbre vigoureux, à rameaux 
dressés et grêles exposant par là ses fruits à s'endommager sur les 
branches voisines lorsqu'ils sont agités par le vent. Octobre-Février. 

Rliode Island Greening. — Fruit très gros, vert-jaunâtre, acide mais 
excellent pour cuire. Arbre étalé et vigoureux, un des plus capables 
de résister aux climats du Nord. Novembre- Avril. 

Vingt-onces.— Fruit très gros, brillant, à côtes, de première qualité, 



206 DICOTYLÉDONES — POLYPETALES. Pommier. 

excellent pour cuire. Arbre vigoureux, dressé, chargeant beaucoup. 
Pomme très populaire sur les marchés. Octobre-Janvier. 

VandervCrc. — Fruit moyen, jaune veiné de rouge, et pourpre du côté 
du soleil; chair jaune, fine et riche. Abre vigoureux, réussissant 
bien dans les terrains secs et légers. 

2. P. acerbe. M. acerha. Mérat. — Pyrus acerba. D. C. — Malus 
sylvestris. Flor. Dan. (^Pommier à cidre. Paradis). — Dwarf Apple 
TREE.— Cet arbre dififère de l'Espèce précédente par ses bourgeons 
velus mais non cotonneux, ses feuilles vertes inférieurement et glabres 
excepté sur les nervures. Pétioles, pédoncule:^ et calices un peu co- 
tonneux. Pétales purpurins extérieurement. — Europe. Mai. $ 

Cet arbre de moindres dimensions que le précédent, à fruits acerbes, 
est la souche de tous les Pommiers à cidre que l'on cultive. Multiplié 
par couchages, il fournit les sujets pour les nains si recherchés de nos 
jours et qu'on nomme généralement Paradis. 

3. P, à bouquet. M. coronaria. Slill. — Pyrus coronaria. L. — 
Crab-Appi.b. Svveet-scented Crab-tree. — Arbre de 10-20 p., à 
branches étalées. Feuilles lisses, ovales, à base arrondie, dentelées, 
sub-anguleuses, à pétioles grêles. Fleurs grandes, roses, odorantes, 
en corymbes lâches de 5-10, Pétales onguiculés. Styles unis et 
laineux à la base. Pédicelles glabres. F. uit odorant, jaune ou rouge, 
de 1-1^' de diamètre, dur et sûr, mais estimé pour les confitures, les 
marmelades, etc. — Virginie. Mai. $ 

4. P, à feuilles étroites. M. angustifolia. Michx. — M. semper- 
virens. Desf. — Pyrus angustifolia. Ait. — Arbre de 15-20 p., assez 
semblable au précédent mais à fruits plus petits. Feuilles petites, 
luisantes, lancéolées, oblongues, dentées, à base rétrécie, entière. 
Styles distincts. — Caroline. Mai. $ 

Les fruits de ces 2 dernières Espèces sont généralement désignés 
sous les noms de Pommes de Sibérie, Pommes d'amour. 

Les Pommiers peuvent réussir dans presque tous les terrains; mais 
une bonne terre à Blé est celle qui leur convient davantage. Un sous- 
sol de gravier aride, recouvert par une couche arable de 8-10' est 
presque le seul terrain où leur culture ne pourrait réussir ; encore 
pourrait-on dans ce cas défoncer le sous-sol et le remplacer par à^}^ 
bonne terre pour le placement de chaque arbre. Les Pommiers. îîjfint 
des racines presque traçantes exigent un sol moins profond que les 
Poiriers, mais aussi un peu plus humide. Pour avoir de beaux fruits, 
il est nécessaire tous les 3 ou 4 ans d'enlever la terre du pied des 
arbres à l'automne et de la rem.placer par du bon terreau, ou du moins 
de la mélanger à du fumier bien pourri. 11 va sans dire qu'il faut 
aussi se procurer des plants d'Espèces recommandables. Partout où 
l'on recueille de mauvaises Pommes on pourrait en avoir de bonnes. 
Que faudrait-il faire pour cela ? uniquement des plants greflfés de 
bonnes Espèces, et des engrais de temps à autres pour ne pas les 
laisser dégénérer. Le climat de Quéljec s'oppose-t-il à ce qu'on 
puisse récolter dans ce district d'aussi bonnes Pommes qu'à Mont- 
réal ? Nous ne le pensons pas ; et la preuve en est qu'un verger de 



Fommier. xliii. pomacées. 207 

petites dimensions, planté de St.Laurents, de Fameuses, de Grises, etc., 
en a produit Tannée dernière (1860) à St. Joachim (27 milles 
plus bas que Québec) plus de 75 barils, d'une grosseur et d'une qualité 
comme on n'en voit point de supérieures à Montréal. Allez dans la 
côte de Beaupré, à la Petite-Rivière, à St. Jean Deschaillons, à St. 
Pierre les Becquets, etc., vous voyez beaucoup de Pommiers, mais 
quels fruits ont-ils d'ordinaire 1 et de quelle qualité ? Ces Pom- 
miers ne sont le plus souvent que des drageons ou tout au plus des francs 
de semis qu'on a faits sans soins et sans choix, qui n'ont jamais connu 
la greffe et qu'on a abandonnés pendant toute leur croissance abso- 
lument à eux-mêmes. Or il est évident que si à la place de ces sau- 
vageons on avait des arbres greffés de Fameuse, Bourassa, Baldwin, 
Calville, Reinette, etc., au lieu de ces Pommes à peine mangeables 
et qu'on a peine à vendre 36 à 40 sous le minot, on aurait des fruits 
de belle et bonne qualité qu'on vendrait sans peine 5 et 6 chelins le 
minot et même au-delà. 

Les Variétés de Pommiers recommandables par la beauté et la 
qualité de leurs fruits ne peuvent se reproduire fidèlement que par la 
greffe, car le semis tend toujours à les rapprocher de l'espèce primi- 
tive, la Pomme sauvage des bois. On ne sème donc les pépins dans 
les pépinières que pour avoir des sujets pour greffer les espèces (a) 
que l'on veut propager. Les semis des pépins des Pommes non amé- 
liorées par la culture, ou Pommes à cidres, fournissent les égrins, qui 
servent à greffer les hautes tiges ou les arbres de grande taille qu'on 
destine aux grands vergers ; ceux des pépins des bons fruits à cou- 
teau donnent \q% francs, qui greffés, donneront des arbres de deuxième 
grandeur; enfin ceux des fruits du Malus acerba, donnent \e& Doucinn 
qui forment les arbres de troisième grandeur. Pour les nains ou Pa- 
radis, c'est par le marcottage ou couchage des branches du même 
Malus acerba, qu'on les obtient [h). On nomme mères les souches 
principales qu'on destine ainsi à fournir des marcottes. Celles-ci s'en- 
racinent d'ordinaire dans une seule saison, on les greffe en fente ou en 
écusson anssitôt qu'elles sont capables de subir l'opération, et d'ordi- 
naire elles donnent des fruits la 2e ou la 3e année de la greffe. Ces 
petits arbres qui ne s'élèvent guère à plus de 5 à 6 p. donnent ordi- 
nairement les plus beaux et les meilleurs fruits. 

Dans les pépinières on greffe généralement en écusson, parce que 
cette greffe est la plus facile, celle qui se fait le plus promptement et 
qui convient davantage aux Doucins et aux Paradis (c). 



(a) Ce terme désigne ici les espèces jardinières. 

(h) Le Doucin et le Paradis, produits l'un et l'autre de semis de date très an- 
cienne, semblent aujourd'hui former chacun une Espèce distincte, retenant ses 
caractères particuliers. 

(c) Voir pour la manière d'opérer la greffe en écusson le Traité Elémentaire de 
Botanique de l'auteur, page 92. 



208 



DICOTYLEDONES POLYPETALES. 



Pommier. 



Dans les grands vergers, les arbres se plantent en lignes parallèles, 
vis-à-vis les ans des autres, comme dans le tableau suivant : 




Ou en quinconces comme dans le tableau qui suit 



* 


« 


* 


# 


« 


* 


* 


# 


* 


« 


* 


* 


* 


* 


* 


* 


* 


# 


* 




# 




* 




• 




* 



On laisse communément une distance de 20 à 25 p. entre chaque 
plante. Voici un tableau du nombre d'arbres qui peuvent se ren- 
fermer dans un arpent, suivant l'espace que l'on veut laisser entre 
chacun d'eux : 

A 5 pieds de distance 1296 arbres. 



6 
8 

10 
12 
15 
18 
20 
25 
30 



900 

484 

324 

225 

144 

100 

81 

49 

36 



Sorbier, xliii. pomacées. 209 

C'est à l'âge de 3 ou 4 ans de greffe que l'on niet les arbres en 
place. La transplantation se fait au printemps ou à l'automne ; dans 
les terres fortes et humides il vaut beaucoup mieux planter au prin- 
temps. Après avoir préparé votre champ par des engrais et de Ijons 
labours, vous creusez des trous de 4 à 5 pieds de diamètre aux en- 
droits où vous voulez mettre vos arbres, vous avez soin de déterminer 
exactement ces endroits au moyen de mesurages sur un cordeau. 
Vous raccourcissez les racines qui seraient trop longues et vous 
coupez net et au vif celles qui pourraient être endommagées ; prenant 
alors votre arbre par la tête vous le placez perpendiculairement, à sa 
place dans le trou, et pendant que vous le tenez ainsi un aide remplit 
le trou avec du bon terreau ou du moins avec la terre que vous avez 
enlevée à la surface, ayant soin de s'assurer avec la main que la terre 
pénètre partout et ne laisse pas de vide dans les insterstices des 
racines, vous foulez la terre assez fermement avec le pied et si elle 
était sèche vous arroseriez abondamment avant même que le trou ne 
fut complètement rempli. Il faut faire attention à ne pas enfoncer 
votre arbre trop profondément, la règle la plus sûre à suivre est de 
le planter à la même profondeur qu'il était dans la pépinière. 

Pour assurer la reprise de vos plants et faire des arbres forts et 
vigoureux, il faut avoir soin de ne point laisser prendre le gazon à 
leur pied pendant les 3 ou 4 premières années de leur transplantation 
ou jusqu'à ce qu'ils commencent à porter fruits. Il faut aussi pendant 
les premières années les soumettre à une taille plus ou moins sévère 
chaque printemps, suivant que les gelées les ont plus ou moins en- 
dommagés. Généralement on rabat chaque nouvelle pousse à 5 ou 6 
yeux de sa base. 

Le cidre que l'on fabrique avec les Pommes qui conservent leur 
âcreté est très estimé dans le Nord de la France et dans plusieurs 
autres contrées. Les Pommes sont un aliment très sain, agréable et 
rafraîchissant. Les douces sont légèrement laxatives, et les sûres 
astringentes. On fabrique aussi avec les Pommes des sirops, mar- 
melades, gelées, etc., qu'on range parmi les desserts de première 
qualité. 

Gen. IV. SORBIER. Sorlus. L. 

(De sorhere, boire ; allusion aux fruits fermentescibles du Sorbier et du Cor- 
mier qui fournissent une boisson spiritueuse). 

Calice 5-fide ou 5-denté. Pétales sub-orbiculaires, étalés 
ou dressés, plans ou convexes. Styles 2-5, libres ou cohé- 
rents à la base. Ovaire à 2-5 loges 2-ovulées. Fruit globu- 
leux ou ob-conique, à endocarpe papyracé ou membraneux, 
fragile. — Feuilles penni-lobées ou pennées. Fleurs en corymbe. 

S. d'Amérique. S. Americana. Pursh. — Fyrus Americana. D. G. 
(^Cormier. Maskwahina. Ma.s^o2f).— Mountain Ash. — Arbre de 
15-20 p., couvert d'une ècorce d'un rouge brun, lisse. Feuilles pen- 
nées, de 8-12' de long, composées de 9-15 folioles glabres, aiguës, 



210 DICOTYLÉDONES POLYPETALES. IcfJier. 

acuminées, à peu près également dentelées, pétiolulées. Fleurs 
petites, blanches, en cimes composées, terminales, de 50-100 tleurs. 
Styles 3-5, libres. Fruit petit, globuleux, d'un rouge de corail, 
modérément acide, et persistant sur l'arbre jusque dans l'hiver. — 
Labrador-Pennsylvanie ; endroits humides des montagnes. Percé ! 
Berthier! Mai-Juin. 

Les fruits du Sorbier sont souvent mangés par les enfants quoique 
d'un goût fort peu agréable. C'est un très bel arbre d'ornement 
surtout par ses fruits qui persistent jusque dans l'hiver. On fait en 
Europe avec les Cormes (fruits du Cormier, Pyrus Sorbus, arbre que 
nous n'avons pas ici), une sorte de /jo^iré dun goût fort agréable. 

Gen. V. NÉFLIER. Mespihis. L. 

(De mesos pilos, demi-balle ; allusion à la forme hémisphérique du fruit). 

CMice à lanières foliacées. Pétales 5, sub-orbiculaires. 
Fruit globuleux, déprimé, couronné par les segments calici- 
naux qui entourent 5 saillies correspondant à 5 noyaux os- 
seux, monospermes. — Arbres ou arbrisseaux épineux. Veuilles 
simples, quelquefois lobées. 

N. commun. M. germanica. L. — Arbre de 15-20 p., épineux à 
l'état sauvage. Fleurs blanches, solitaires au centre d'un fascicule 
de feuilles, munies de bractées persistantes. Fruit (iVe'/?e, Mesle) 
gros, d'un brun rougeâtre, charnu, acerbe, devenant pulpeux et sucré 
après la cueillette, astringent. — Europe. M ai- Juin. $ 

La culture en a produit une variété à fruits sans noyaux. 

Gen. VI. AMÉLANCHIER. Amelanchier. Medick. 

(Nom donné en Savoie à une espèce de Néflier). 

Calice à tube ob-conique, à limbe 5-fide. Pétales 5, ovales- 

oblongs ou lancéolés-linéaires. JEtamines courtes. Styles 5, 

plus ou moins cohérents à la base. Fruit sub-globuleux, 

couronné par le limbe calicinal, à 3-5 loges 2-séminées. — 

Arbrisseaux ou 2'>etits arbres à feuilles simples. Fleurs blanches. 

A. du Canada. A. Canaâensis. Torr. — Pyrus Botryapiufn. L. — 
Mespilus CanndensiS. L. — Aronia Botryapium. Pers. (^Petite Poire. 
Poirier sauvage). — Shad-berry. Shad-flower. Lune-berry. — 
Arbrisseau de 10-20 p., à feuilles alternes, minces, oblongues, ellip- 
tiques, cuspidées, légèrement velues dans le jeune âge, puis glabres, 
souvent cordées à la base, dentées. Fleurs blanches, grandes, en 
grappes terminales. Calice à segments triangulaires, lancéolés, aussi 
longs que le tube. Pétales linéaires-oblongs ou oblancéolés. Fruit 
{^Amélanche) de la grosseur d'une Cerise, noirâtre, globuleux, comes- 
tible, se détachant de l'arbre aussitôt que mûr. — Labrador-Géorgie ; 
dans presque tous les terrains. Eboulements ! Trenton ! Mai. 



AubélÙ XLIII. POMACÉES. 211 

« oUgocarpa. Arbrisseau de 4-8 p. Feuilles le plus souvent 
glabres même dans le jeune âge, étroites, cuspidées, finement den- 
telées. Grappes 2-4-flores, Pétales 2 fois aussi longs que le calice. 

Gen. vit. aubépine. Cmtœgus. L, 

(De kratos aigôn, force des chèvres; allusion aux jeunes pousses que broutent 
avidement les chèvres). 

Calice urcéolé, 5-fide. Pétales 5, étalés, orbiculaires, con- 
caves. Styles 1-5, glabres ou velus à la base. Ovaire à 1-2-5 
loges 2-ovulées. Fruit charnu, ovoïde, couronné par les 
dents calicinales, à 1-5 noyaux pierreux, monospermes. — 
Arbres ou arbrisseaux épineux, à feuilles simples, souvent angu- 
leuses, dentées. Bractées subulêes, caduques. Fleurs en corymbe. 

1. A. écarlate. C. coccinea. L. — C. glandulosa. Willd. {Pom- 
mettier rouge). — Obimson fruited Thorn. — Arbre de 10-25 p., à 
branches tortueuses, étalées de manière à figurer des verticilles su- 
perposés ; ramules et épines blanchâtres. Feuilles ovaleis arrondies, 
incisées, anguleuses, quelquefois à 5-9 lobes, glabres, à dents aiguës ; 
celles des rameaux stériles souvent cordées à la base. Pétioles longs, 
grêles et pubescents-glanduleux iainsi que le calice. Fleurs blanches, 
en corymbes paniculés d'environ 12 fleurs. Styles 3-5. Calice à 
segments lancéolés, denticulés et souvent glanduleux. Fruit glo- 
buleux de \'-y de diamètre, d'un rouge brillant, comestible. — Canada- 
Texas ; bords des bois, des ruisseaux, etc. 

2. A. ergot-de-coq. C. crus-galU. L. — C. ludda. Wang. — Mes- 
filus crus-galli. Lam. {Sejiellier. Culs-longs). — Cock-spur. Thorn. 
Arbrisseau de 10-20 p., très rameux, à épines de 2-3', raides, aigties, 
un peu grêles. Feuilles obovales en coin, entières à la base, presque 
obtuses au sommet, sub-sessiles, luisantes, glabres, à stipules linéaires. 
Fleurs blanches, odorantes, en corymbes, glabres, 12-15-flores, sur des 
ramules latéraux. Calice à segments lancéolés, sub-dentés. Styles 
1-2-3. Fruit pyriforme, rouge foncé, persistant sur l'arbre jusque 
dans l'hiver. — Canada-Missouri ; taillis dans le voisinage du fleuve 
et des rivières. Un peu rare. Baie du Febvre ! Mai-Juin. 

3. A. ponctuée. C. punctata. Jacq. — C. laiifolia. D. C. — Mes- 
piliis cuneifoUa. Ehrh. {Pommetticr hlanc). — Thorn. — Arbre de 
12-15 p., à branches étalées, tortueuses, à écorce grisâtre. Epines 
de l'-2', fortes, aiglies, manquant quelquefois. Feuilles obovales cu- 
néiformes, glabres, entières à la base et rétrécies en pétiole, à ner- 
vures proéminentes et pubescentes en dessous. Fleurs blanches, en 
corymbes composés, presque feuilles, pubescents ainsi que le calice 
dont les divisions sont entières. Fruit globuleux, rouge ou jaune, 
ponctué, de ^ ou plus de diamètre, comestible. — Canada-Louisiane ; 
bords des bois* St. Joachim ! Gananoque ! Mai-Juin. 



212 DICOTYLÉDONES POLYPETALES- 

4. A. tomenteuse. C. tomenlosa. L. — C. pyrifoJia. D.C. — C. lohaia. 
Bosc. — C.fiava. Hooker. — Mespilus caljjodendron. Ehrh. (^SeneJlier. 
Epines). — Arbrisseaux de 10-15 p., armés d'épines brunâtres, aigiies, 
fortes, de l'-2' de long. Feuilles obovales ou ovales-elliptiques, ré- 
tréeies à la base en un pétiole membraneux, inégalement incisées, 
dentelées, un peu pliées, légèrement tomenteuses en dessons. Fleurs 
blanches, grandes, odorantes, en corymbes feuilles de 8-12 fleurs. 
Calice à divisions linéaires, velu. Styles 3-5, Fruit pyriforme ou 
oblong, d'un rouge orange, presque insipide et peu charnu. — Canada- 
Caroline ; taillis, bords des fossés, etc. St. André ! Laprairie \ 
"\Iai-Juin. 

5. A. commune. C. oxyacantJia. L. {Aubépine. Epine Manche. 
Bois de Mai). — Hawthorn. English Thorn. — Arbrisseau de 8-15 
p., à tronc tortueux, à rameaux diffus, glabres dans la jeunesse, 
feuilles obovales, penni-partites ou penni-lobées, à 3-5 lobes incises- 
dentés, atténuées en coin. Stipules foliacées, arquées. Pédoncules 
glabres. Pétales blancs ou roses, très odorants. Fruit rouge. — 
Europe ; mais naturalisée dans quelques endroits, cultivée pour les 
ûaies. Mai-Juin. $ 

Toutes les Aubépines, suivant les lieux où elles croissent, leur âge, 
leur exposition, etc., présentent des variations nombreuses dans la 
couleur, la forme et la grosseur de leurs fruits, les découpures ou 
dentelures et la forme des feuilles, le nombre des styles et des noyaux, 
l'inclinaison des rameaux, etc., et c'est ce qui n'a pas peu contribué 
à faire naître cette synonimie si embarrassante dans la distinction des 
diverses Espèces. Leur bois dur, rougeâtre et compacte, sert dans la 
menuiserie, la gravure, les petites pièces de mécanismes, etc., mais 
c'est surtout pour la plantation des haies vives que les Aubépines 
sont recherchées. 



Fam. XLIV. CALYCANTHEES. Calycantlveœ. Lindl. 

(Du Genre Calicanthus). 

Arbrisseaux aromatiques, à tige carrée. 

Feuilles opposées, pétiolées, simples, entières, un peu scabres, sans stipules. 

Fleurs § , solitaires, terminales et axillaires. 

Calice coloré, charnu, à tube court, urcéolé, à limbe multi-partit, multi-sérié. 

Corolle 0, ou à pétales se soudant avec les sépales et se confondant avec eux. 

Etamines 00, insérées sur un anneau charnu bordant le tube du calice, les inté- 
rieures stériles. Anthères extrorseï, 2-loculaires, adnées. 

Ovaires nombreux, insérés sur le tube du calice, libres, Styles terminaux, sim- 
ples. Stigmates simples. 

Fruit — akènes inclus dans le tube du calice. 

Graines dressées, à cotylédons enroulés. 



Calycanthe. xliv. calycanthées. 213 

Cette petite Famille, que quelques Botanistes n'ont considérée que 
comme une tribue des Rosacées de Jussieu, ne comprend que 6 Es- 
pèces partagées en 2 Genres, dont l'un appartient à l'Amérique Sep- 
tentrionale et l'autre au Japon. 

Gen. calycanthe. Calycanthus. Lindl. 

(De calix, calice, anthos, fleur, c'est-à-dire, calice pctaloule). 

Calice à lobes nombreux, imbriqués, lancéolés, pluri-sériés, 
un peu charnus. Corolle 0. Eiamines 00, dont 12 extérieures 
fertiles. Akènes nombreux. — Arbrisseaux dont Vêcorce et les 
feuilles exhalent une odeur de camphre. 

1. C. de la Floride. C. Floridus. L. (^Pompadnura. Arbre aux 
Anétnones). — Caroline Allspice. Sweet scented shrub. — Ar- 
brisseau de B-8 p., à rameaux étalés. Feuilles ovales, cotonneuses 
inférieurement ainsi que les jeunes rameaux. Fleurs presque sessiles, 
d'un rouge foncé, petites, à odeur de Pomme ou de Melon. — Floride. 
Mai-Juin. »^ 

Ce charmant arbrisseau qu'on rencontre assez souvent dans les 
jardins compense le peu d'apparence de ses fleurs par leur odeur 
suave et si agréable. Toute la plante exhale d'ordinaire, surtout le 
soir, une odeur de Pomme de Reinette très prononcée. — Terre un peu 
fraîche. Se multiplie de marcottes ou mieux encore de rejetons. 

2. C. glauque. C. glaucus. Willd. — Ne diffère de l'Espèce pré- 
cédente que par ses feuilles ovales-lancéolées, aigiies, glauques infé- 
rieurement, ses rameaux et ses fleurs moins odorantes. 



Fam. XLV. ONAGRARIEES. Œnotliereœ. Endl. 

(Du Genre Œnotherà). 

Tiges herbacées, rarement ligneuses. 

Feuilles simples, opposées, alternes ou éparses. 

Fleurs ^ ou diclines, axillaires et solitaires, ou terminales, en grappes ou en épis. 

Calice monosépale, à tube adhérent à l'ovaire, souvent prolongé au-delà, à limbe 

4-3-2-partit. 
Corolle — Pétales autant que de sépales et alternant avec eux, naissant sur un 

disque épigyne, quelquefois 0. 
Etamines en nombre égal ou double de celui des pétales. Anthères introrses, 

2-loculaires. Pollen triangulaire. 
Ovaire infère à 2-4 loges à 1-plusieurs ovules pendants à l'angle interne de la loge. 

Stigmates 2-4. 
Fruit sec ou charnu. Graines sans albumen. 



214 DICOTYLÉDONES POLYPÉTALES. Fuchsia. 

Genres 44, Espèces 530, habitant particulièrement les régions 
tempérées de l'hémisphère boréal, surtout du nouveau continent. 
Peu remarquables par leurs propriétés, elles abondent surtout en 
mucilage, auquel se mêle dans quelques unes un principe astringent. 
La beauté des fleurs de quelques unes les fait rechercher comme 
plantes d'ornement. 



CLEF AMlïTiaUE DES GENRES. 

1 Ovaire à placentation axile . 2 

I Ovaire à 1-4 loges avec une seule graine pendante dans chaque loge. . . 10 

2 Etamines 4 ou 2 • . . . 3 

2 Ktamiues plus de 4, ordinairement 8 5 

3 Etamines 2 • Circée VIII. 

3 Etamines 4 4 

4 Tube calicinal prolongé au-delà de l'ovaire. Pétales 3-lo- 

bés Eucharidie III. 

4 Tube calicinal non prolongé au-dessus de l'ovaire. Pé- 
tales Isnardie VII. 

5 Arbuste Fuchsia I. 

5 Plantes herbacées 6 

6 Tube calicinal plus ou moins prolongé au-dessus de l'ovaire ... 7 

6 Tube du calice ne dépassant pas l'ovaire Epilobe II. 

7 Pétales onguiculés • . 8 

7 Pétales sessiles 9 

8 Onglet des pétales muni de 2 dents Clarkia IV. 

8 Onglet des pétales sans dents Gauia IX. 

9 Calice barbu intérieurement, à limbe 4-lobé Godetia V. 

9 Calice nu intérieurement, à 4 divisions filiformes, réfléchies. Onagre VI. 

10 Etamines, une seulement Hippuride X. 

10 Etamines plusieurs 11 

II Etamines 3-4. .Feuilles opposées, entières ou penni- 

fides Proserpinie XII. 

Il Etamines 4 ou 8. Feuilles verticillées, penni-séquées. Myriopbylle XI. 



Gen. I. FUCHSIA. Fuchsia. Plum. 

(Dédié à Léonard Fuchs, Médecin Botaniste Bavarrois, 1501-1566). 

Calice coloré, à tube cylindrique ou globuleux, resserré au- 
dessus de l'ovaire, divisé au sommet en 4 lobes. Pétales 4, 
roulés en cornet, ou étalés, ou réiiécliis par les bords, rare- 
ment 0. Etamines 8, sortantes. Stigmate en tête, à 3-4 sillons 
ou à 4 lobes. Baie pulpeuse ou presque sèche, à 4 loges po- 
lyspermes. — Arbrisseaux à feuilles opposées, verticillées ou al- 
ternes, à pédoncules axillaires, 1-Jlores, solitaires ou aggrégês. Ca- 
lice rose, rouge ou blanc. 



J 



Fuchsia. 



XLV. ONAGRARIEES. 



215 



1. F. écarlate. F. coccinea. Ait. — F. Magellanica. Lara. {Pen- 
dants (Voi-eille de Dame). — Ladies' ear-drop. — Bel arbrisseau de 
1-6 p., à rameaux glabres. Feuilles opposées ou ternées, ovales- 
aigûes, denticulées, brièvement petiolées. Pédicelles axillaires, fili- 
formes, pendants. Lobes calicinaux ovales-lancéolés, aigus, roses. 
Pétales enroulés, d'un violet pourpre, une fois plus courts que les sé- 
pales. Etamines sortantes. — Chine. Serres ou appartements. Presque 
toute l'année. >i* 

2. F. déçusse. F. decussata. Ruiz et Pav. — Rameaux grêles, 
veloutés. Feuilles opposées, ou verticillées par 3, ovales-lancéolées, 
pubescentes sur les 2 faces. Calice rose-ponceau, à divisions oblongues, 
aigiies. Pétales écarlates, oblongs, aigus, moins longs que le calice. 
Etamines très courtes. Pédicelles axillaires, pendants, plus longs 
que le calice. — Pérou. Appartements. ►{< 

3. F. grêle. F. gracUis. Lindl. — Arbrisseau de 3-8 p., à rameaux 
grêles, pubescents. Feuilles glabres, opposées, longuement petiolées, 
crénelées, denticulées. Pédoncules axillaires, pendants, pubescents. 
Calice pourpre, à lobes oblongs, aigus. Pétales violets, obovales, 
roulés. Stigmate indivis. — Mexique. Appartements. >^ 

4. F. globuleux. F.globosa.lÀnàX. — F. macrostemona, et globosa. 
Sweet. — Arbrisseau rameux. Feuilles opposées, glabres, ovales- 
aigûes, légèrement dentées, petiolées. Calice rouge-pourpre, glo- 
buleux au sommet avant l'épanouissement, à divisions ovales-aigùes. 
Pétales dressés, roulés, pourpre violet, de moitié moins longs que le 
calice. Fleurs petites, à pédicelles pendants, plus courts qne les 
feuilles. — Chili. Appartements. >i* 




FiG. 97. L'Hippuride commune {Hippuris viilgaris). 98. Plenr grossie avec 
la feuille qui la soutient. 99. Section verticale de l'ovaire. 100. Section verti- 
ticale du fruit et de la graine. 



216 DICOTYLÉDONES POLYPÉTALES. EpilobC. 

Ces jolis arbrisseaux sont tous de serre tempérée ou d'apparte- 
ments. On les muitiplie de graines ou plus souvent encore de bou- 
tures qui reprennent facilement. Ils demandent une exposition un 
peu ombragée et d'abondants arrosements pendant le temps de la 
floraison. Il faut avoir soin de ne pas leur donner des pots trop 
grands si on veut avoir des fleurs nombreuses. Comme leurs tiges 
et leurs rameaux sont souvent très grêles, il convient souvent de les 
rabattre de plus de moitié à l'automne pour leur faire prendre une 
forme plus gracieuse. 



Gen. II. EPILOBE. EplloUum. L. 

(De epi, sur, lobos, silique ; allusion à l'insertion épigyne de la corolle). 

Calice à tube tétragone inférieurement, un peu prolougé 
au-dessus de l'ovaire, à limbe 4-partit, caduc. Pétales 4, ovales 
ou en cœur. Etamines 8. Anthères dorsi-fixes. Stigmate 
claviforme, 4-partit. Capsule linéaire, tétragone, à 4 valves 
loculicides laissant libres les cloisons réunies au placentaire. 
Graines à chalaze longuement chevelue. — Herbes ou sous-ar- 
brisseaux à feuilles alternes ou ojyposêes. Fleurs axillaires, soli- 
taires, ou terminales en éjn. Corolle rose ou purpurine. 

1. E. en épi. E. spicatum. Lam. — E. angusti/olium. L. (As- 
perge, dans 2^l'i(Sieurs paroisses du district de Québec). — WlLLOW- 
HERB. RosE-BAV. — Qj. Tige de 4-6 p., dressée, glabre, rougeâtre, 
simple, quelquefois rameuse supérieurement. Feuilles éparses, ses- 
siles, lancéolées, denticulées, à veines marginales, à nervures réti- 
culées, glabres, glaucescentes inférieurement. Fleurs grandes, irré- 
gulièrement rotacées, purpurines ou lilacées, en grappes spiciformes, 
terminales. Calice d'un pourpre pâle ainsi que l'ovaire. Pétales 
obovales. Stigmate en croix. Etamines et styles déclinés. — Amé- 
rique Artique-Pennsylvanie ; lieux nouvellement défrichés. Bic ! 
Oshawa! Juillet-Août. 

a Fleurs blanches, très apparentes. 

Racines et jeunes pousses comestibles en salade, de là sans doute 
son nom vulgaire d'Asperge en plusieurs endroits. Feuilles employées 
dans la préparation de la bière. 

2. E. coloré. E. coloratum. Michx. — Colored Epilobium. — % 
Tige de 1-3 p., dressée, cylindrique, pubescente, devenant très ra- 
meuse. Feuilles lancéolées, dentelées, pétiolées, les supérieures 
alternes, glabres, souvent à nervures rouges, parsemées de points 
blancs, brillants. Fleurs nombreuses, axillaires, roses. Pétales 
petits, 2-fides au sommet, 2 fois plus longs que les sépales. Calice 
campanule. Style inclus, stigmate en massue. Ovules sur un 



J 



Epilobe. XLV. onagrariées. 217 

seul rang. — Saykatehewan-Géorgie ; fossés et lieux humides. St. 
Irénée! Bowuumville ! Juillet-Septembre. 

3. E, molle. E. onolle. Lam. — E. parvijiornm. Schreb. — E. vïl- 
losum. Curt. — Soft-Epilobium. — û) Pubescente. Tige de 12-15', 
dressée, cylindrique, simple d'abord puis rameuse au sommet. Feuilles 
alternes et opposées, sessiles, lancéolées, ou linéaires-oblongues, un 
peu obtuses, le plus souvent entières. Fleurs plus grandes que dans 
l'Espèce précédente, rose ou pourpre pâle. Pétales profondément 
échancrés, 2 fois plus longs que les sépales. Stigmate en massue. 
Capsules d'environ 3 sur des pédicelles très courts. — Canada- tr'enn- 
sylvanie ] lieux marécageux. St. Joachim ! Kingston ! Août-Sep- 
tembre. 

4. E. des marais. E. palustre. L. — Marsh Epilobium.- Qj. Tige 
cylindrique, ram.euse, légèrement pubescente, de 1-3 p. Feuilles 
glabres ou glabrescentes, ovales, aiguës, à dents lâches et inégales, 
les supérieures et les florales brièvement pétiolées, les inférieures 
opposées. Fleurs très petites, roses ou rosées, en grappes ou en pa- 
nicules ; pétales obcordés, 2 fois plus longs que le calice. Calice à 
segments à peine mucronés. Styles inclus, dressés, soudés en massue. 
Capsule pubescente. — Labrador-Pennsylvanie ; marais, fossés. Ri- 
vière-Ouelle ! Prescott ! Août. 

5. E, des Alpes. E. Alpinum. L. — E. origanifolium. Lam. — 
Alpine Epilobium. — Qj. Tige de 10-12', rampante à la base, por- 
tant ordinairement 2 lignes pubescentes. Feuilles opposées, ovales- 
oblongues, entières, un peu luisantes, obtuses, sessiles ou sub-pétiolées. 
Fleurs petites, d'un rouge blanc, pendantes. Stigmate indivis. Cap- 
sule le plus souvent pédicellée. — Amérique Artique-New York ; mon- 
tagnes. St. Joachim! Escoumins ! Août. 

a nutans. Tige plus forte, penchée au sommet. Feuilles oblongues, 
denticulées. 

P majus. Tige plus élevée. Feuilles pétiolées, denticulées, un 
peu ovales, les supérieures acuminées. Fleurs plus grandes. 

6. E. tétragone. E. tetragonum. L. — Chainœnerwni obscurum. 
Schreb. — Tige de 1-2 p , presque glabre, dressée, rameuse, tétragone, 
presque cylindrique supérieurement. Feuilles glabres, sessiles, 
oblongues-lancéolées, denticulées, celles du milieu plus ou moins 
décurrentes sur les angles de la tige, les supérieures brièvement pé- 
tiolées. Fleurs roses, petites, axillaires ; pétales échancrés. Stig- 
mate en massue. Capsule pédicellée, légèrement pubescente. — 
Canada-Caroline ; montagnes. Août. 

Les Epilobes sont en général des plantes de peu d'importance. 
La première Espèce se montre souvent en telle quantité dans les 
terres neuves qu'elle borde souvent tous les bois dans les nouveaux 
établissements d'une zone magnifique d'un rose brillant ; sa variété 
à fleurs blanches pourrait faire un bel ornement dans les jardins, mais 
ses racines longuement traçantes obligent presque à l'en exclure. 

c' 



218 DICOTYLÉDONES — POLTPÉTALES. Euehsriiîe. 

Gen. III. EUCHARIDIE. Euclmridium, Fisch. 

(De encharis, gracieux ; allusion à l'élégance des fleurs). 

Calice à tube filiforme, longuement prolongé au-dessus de 
l'ovaire, à limbe 4-partit. Pétales 4, brièvement onguiculés, 
en cœur, S-lobés. Eiamines 4, inégales. Stigmate à 4 lobes 
obtus, inégaux. Capsules à 4 valves. Graines imbriquées. — 
Herbes finement duvetées. Feuilles inférieures opposées^ les autres 
alteimes, pétiolées. Meurs axillaires, solitaires, sessiles. 

1. E. élégante. E. concinnum. Fisch. — ® Tige rameuse, de 
12'-15'. Feuilles ovales-lancéolées, très entières, pétiolées, éparses. 
Fleurs pourpre foncé, nombreuses. Pétales régulièrement étalés, 
maculés et veinés de 3 lignes blanches. Graines ailées. — Californie. 
Juillet. Hh 

2. E. à grandes fleurs. E. grandijlorum. Fisch. — ® Tige ra- 
meuse, diffuse. Corolle irrégulière, à 2 lèvres résultant du rappro- 
chement des pétales supérieurs.— Californie. Juillet. 4* 

Semer en place au printemps. Très jolies plantes d'ornement. 

Gen. IV. CLARKIA. Clarhia. Pursh. 

(Dédié au capitaine américain Clarke qui accompagna le capitaine Lévy dans 
gon voyage aux Montagnes Rocheuses). 

Calice à tube relevé de 8 côtes, brièvement prolongé au- 
dessus de l'ovaire, à limbe 4-partit. Pétales 4, à onglets sou- 
vent 2-dentés, à limbe entier ou profondément 2-lobé. Eta- 
mines 8, dont 4 stériles. Stigmate 3-4 -partit. Capsule coriace, 
s'ouvrant en 3-4 valves au sommet. Graines à testa granu- 
leux. — Herbes d feuilles alternes. Fleurs sessiles, axillaires, pur- 
purines ou nias. 

1. 0. gentille. C. fulchella. Pursh. — Beautiful Clarkia. — ® 
Tige rameuse, grêle, de 1-2 p. Feuilles linéaires-lancéolées. Fleurs 
nombreuses, d'un rose léger, à pétales profondément 3-lobés, en croix 
avec 2 dents réfléchies. Etamines stériles alternes avec les fertiles. 
Capsule pédicellée. — Californie. Juillet-Août, ►p 

2. C. élégante. C. elegans. Dougl. — Elégant Clarkia. — ® 
Tige de 12-15', à rameaux effilés. Feuilles ovales-oblongues, lan- 
céolées, un peu dentées, brièvement pétiolées. Fleurs pourpre ou 
lilas, plus petites que dans la précédente, à pétales entiers, ovales- 
triangulaires, à angles sans dents. Etamines toutes fertiles, portant 



Gfldetîa. XLV. onagrariées. 219 

chacune un« écaille garnie de poils rouges à la base. Capsule sub- 
sessile, poilue. — Californie. Juillet-Août, >f« 

Jolies plantes d'ornement, ayant beaucoup de ressemblance avec le 
Genre précédent. Semer en place au printemps. 

Gen. V. GODETIA. Godeila. Sparch. 

(Dédié à Chs. Godet, naturaliste de Neufchatel). 

Calice prolongé au-dessus de l'ovaire eu entonnoir, barbu 
intérieurement, à 4 lobes penchés. Pétales 4, obovales, 
échancrés. Etamines 8, 1-sériées. Ovaire à 4 loges pluri- 
ovulées. Stigmate à 4 loges ovales ou linéaires. Capsule té- 
tragone ou sub-cylindrique, à 4 valves loculicides. Graines 
anguleuses, à testa crustacé, à chalaze large, bordée d'une 
membrane frangée. — Herbes rameuses^ à feuilles alternes, atté- 
nuées en pétiales. Fleurs axillaires^ solitaires, roses ou purpu- 
rines. 

Gi rubiconde. G.ruhicunda. Spoch. — ŒnotJiera ruhicunda. Lindl. 
— ® Tige dressée, eflRlée, souvent rougeâtre. Feuilles lancéolées ou 
linéaires, d'un vert blanchâtre, denticulées ou entières. Corolles 
grandes, d'un rouge violacé sur le limbe, jaune safrané dans le fond. 
Tube du calice ob-conique, beaucoup plus court que les lobes. Cap- 
sule linéaire, tronquée. — Californie. Août-Septembre. HE* 

Plantes tl'ornement. Semer en place au printemps. 

Gen. VI. ONAGRE. Œnothera. L. 

(De anos, âne, thêra, proie ; c'est-à-dire, pâture recherchée par les ânes). 

Calice à tube prolongé au-dessus de l'ovaire, à 4 segments 
réfléchis. Pétales 4, égaux, étalés, obovales ou ob-cordés. 
Etamines 8. Ovaire à 4 loges pluri-ovulées. Stigmate à 4 
lobes linéaires-obtus. Capsule prismatique, à 4 valves locu- 
licides, laissant libre la colonne séminifère. Graines nom- 
breuses, nues — Herbes à feuilles alternes, sessiles ou presque ses- 
siles. Fleurs axillaires, solitaires, formant un épi terminal. 

1. 0. commune. Œ. biennis. L. (^Onagre. Herbe aux ânes). — 
CoMMON EVENiNG Primrose. — ® ®. Tige de 3-4 p., dressée, mu- 
riquée, couverte de poils blanchâtres. Feuilles ovales-lancéolées 
planes, de 3'-6' de long, légèrement dentées, les caulinaires sessiles 



220 DICOTYLÉDONES — POLYPETALES. Isnardie, 

les radicales pétiolées. Fleurs jaunes, sessiles, en épi terminal, s'ou- 
vrant le soir. Pétales grands, ob-cordés. Etamines ascendantes, plus 
courtes que la corolle. Tube du calice 2-3 fois plus long que Tovaire. 
Capsule oblongue, conique, un peu renflée, obscurément triangulaire. 
^Canada-Floride; bords des champs, chemins, Ste. Famille (Isle 
d'Orléans) ! Bords du lac St. Jean ! Juin-Août. 

2. 0. à fleurs d'or. Œ. chrysantha. Michx. — Œ. repar'm. Lehm. 
— (D Tige dressée, pubescente, tendre, de 12-15', purpurine et glabre 
vers le sommet. Feuilles lancéolées, un peu obtuses, entières ou den- 
ticulées, les radicales obovales-spatulées. Fleurs d'un jaune orange, 
petites, en épi comprimé. Tube du calice de la longueur de l'ovaire. 
Pétales obovales, échancrés, dépassant les etamines. Capsule presque 
glabre, pédicellée, à angles alternativement munis d'une petite aile. — 
Baie d'Hudson-Niagara. Juin-Juillet. 

3. 0. îiaine. Œ.pumUa. L, — Œ. graciUs. Schrad. — Dwarf 
EVENiNG Primrose. — @ Tige dressée, grêle, de 6-12', pubescente, 
cylindrique. Feuilles oblongues. lancéolées, entières, obtuses, atté- 
nuées à la base, les radicales spatulées, pétiolées. Fleurs jaunes, en 
épi lâche, feuille dans le bas. Pétales plus longs que les etamines. 
Tube calicinal plus court que l'ovaire, oblong, claviforme. Capsule 
à 8 angles, dont 4 très larges, comprimés. — Baie d'Hudson-Caroline ; 
pâturages et prés. T^ac St. Charles ! Juin. 

4. 0. du Missouri. Œ. Missouricnsis. Sims. — Œ. macrocarpa. 
Pursh. — Œ. alata. Nutt. — Mcgapterium Missouriense. Spach. — ® 
Glabre. Tige simple, couchée. Feuilles coriaces, lancéolées, à bords 
dentelés-glanduleux, pubescentes dans le jeune âge. Fleurs très 
grandes, jaunes, axillaires. Pétales ob-cordés, dentelés, de 2-3' de 
long, mucrouulès. Tube du calice de 4'-7', à segments acuminés, 
souvent tachetés de pourpre. Capsule de 2', pédicellée? elliptique, 
portant 4 grandes ailes. Graines grosses, sur un seul rang dans 
chaque loge. — Missouri. Juillet, ►f» 

Plante d'ornement. Semer en place au printemps, 

Gen. VII. ISNARDIE. Isnardia. L. 

(Dédié à A. D, Isnard, Professeur de Botanique Français, mort en 1724). 

Calice à tube court, ovoïde, persistant, à limbe 4-partit. 
Pétales 4, égaux, ou 0. Etamines 4, opposées aux sépales. 
Style court ; stigmate capité. Capsule à 4 côtes, à 4 valves 
loculicides laissant libres l'axe et les cloisons. — Herbes palus- 
tres, à feuilles opposées, entières. 

1, I. des marais. J, judustris. L.— Ludwigia palustris. Eli. — 
Water PuiiSLAiN. — % Tiges cylindriques, rougeâtres, de 10-18', 
grêles, tétragones, couchées-radicantes, glabres et légèrement succu- 
lentes. Feuilles opposées, ovales-aigiies, rétrécies en pétiole, glabres, 



Circ^e. xlv. onagrariées. 221 

luisantes. Fleurs solitaires, opposées, sessiles ou sub-sessiles, axil- 
laires. petites, à pétales très petits, rougeâtres, quelquefois 0. Cap- 
sule obovoïde, jaunâtre, à 4 angles verts, de l"-2". — Baie d'Hudson- 
Floride ; marais. Juin-Novembre. 

2. I. à feuilles alternes. /. altervifolia. D. C. — Ludivigia Tïia- 
crocarpa. Michx. — Lnàwigia ramosisslma. Walt. — Bastard Loose- 
STRiFE. — % Tige de 2-3 p., dressée, légèrement anguleuse, rameuse, 
pubérulente ou presque glabre. Feuilles de 1-3 de long, lancéolées, 
un peu aigiies, atténuées à la base et presque pétiolées, à nervures 
marginales. Fleurs grandes, jaunes, à pédicelles munis de 2 brac- 
téoles au-dessus de leur milieu. Segments calicinaux très larges, 
ovales, acuminés, égalant presque les pétales, souvent pourpres ou 
rougeâtres en dedans. Capsule plus courte que le calice, sub-globn- 
leuse, à angles ailés. — Canada-Floride ; marais. Juillet-Septembre. 

Gen. VIII. CIRCÉE. Circœa. T. 

(Plante supposée avoir été employée par Circée dans ses enchantements). 

Calice à tube obovoïde, très peu prolongé au-dessus de 
l'ovaire, à limbe 2-partit, caduc. Pétales 2, insérés sur un 
disque remplissant le haut du tube calicinal, cordés, 2-fides. 
Eiamints 2, opposées aux sépales ; anthères sub-didymes. 
Ovaire à 2 loges 1-ovulécs. Fruit indéhiscent, pyriforme, 
hérissé de poils crochus, 2-loculaire. — Herbes à feuilles oppo- 
sées, ^étiolées, membraneuses. Fleurs petites, en grappe termi- 
nale. 

1. 0. des Parisiens. C. Lutetiana. L. — C. Canadensis. Muhl. 
(^Herhe aux sorcières. Herbe de St. Etienne). — Emchan7Er's 
NiGHTSHADE. — QJ. Tige dressée, de 1-2 p., pubescente supérieure- 
ment, peu rameuse, gonflée aux nœuds. Feuilles opaques, ovales, 
sub;Cordée?, acuminées, denticulées, ordinairement sub-pubescentes, 
à pétiole long, canaliculé. Fleurs dépourvues de bractées, petites, 
blanches ou roses, en longues grappes terminales et axillaires. Pé- 
doncules mûrs réfléchis. Calice à segments ovales aigus, un peu 
velus intérieurement. Pétales profondément 2-lobès, arrondis, à onglet 
très court. — Canada-Ohio ; bois, dans les terrains riches, Pointe- 
aux-Trembles ! Belleville ! Juin-Juillet. 

2. C. des Alpes. C. Alpina. L. — Alpine enchanter's mght- 
SHADE.— Qj. Tige de 4-8', glabre, diaphane ainsi que ses feuilles cordées, 
membraneuses, à pétiole plan, ailé. Fleurs petites, blanches, en 
grappoS, à pédicelles munis de 2 bractées sétacées. Pétales atténués 
en coin à la base. Capsule pubescente, à peine hispide. — Canada ; 
bois, dans les endroits humides. St. Ferréol ! Bords du lac St. Jean ! 
Juillet. 

Les feuilles de la première Espèce sont résolutives et vulnéraires. 



222 DICOTYLÉDONES POLYPÊTALES. Gaura. 

Gen. IX. GAURA. Gaura. L. 

(De gavros, superbe ; allusion à la beauté des fleurs). 

Calice à tube cylindrique, longuement prolongé au-dessus 
de l'ovaire, à limbe 3-4-partit, Pétales 4, rarement 3, étalés, 
onguiculés, un peu inégaux. Etamines 8-6, déclinées. Ovaire 
à 3-4 loges 1-2-ovulées. Stigmate 3-4-lobé. Fruit, espèce de 
uoix ligneuse, oblongue ou ovoïde, 1-loculaire, à 1-4 graines. 
— Herbes ou sous-arbrisseaux. Feuilles radicales rosulêes, les 
caulinaires alternes. Fleurs blanches ou roses, en épis. 

G. bisannuelle. G. Incnnis. L. — Bîennial Gaura. — © Tige 
rameuse, pubescente, de 3-5 p. Feuilles lancéolées, oblongues, 
aiguës, denticulées, sesslles, atténuées à chaque extrémité. Fleurs 
irrégulières, sur des rameaux d'abord rapprochés en têtes, puis s'al- 
longeant en épis. Segments calicinaux de la longueur du tube, 
pourpres au sommet. Pétales hlanc-rosé, obovales, ascendants, étalés, 
plus courts que les sépales. Etamines déclinées, plus courtes que le 
style. Fruit obovale, tétragone, très court, sessile, poilu, à nervures 
épaisses, marqué intérieurement de lignes transversales, mûrissant 
rarement plus d'une graine. — Canada-Géorgie; terrains secs le long 
des rivières. Juillet. >i> 

Cultivée quelquefois, cependant peu intéressante comme plante 
d'ornement. 



SousFamillb. HALORAGEES. R. Br. 

(Du Genre Haloragis). 

Petites plantes aquatiques à fleurs imparfaites. Ovaire 1-4-loculaire. Fruit 
sec, indéhiscent, avec une graine pendante dans chaque loge. 



Gen. X. HIPPURIDE. Hippuris. L. 

(De hippos, heval, oura queue ; allusion à la forme de la plante). 

Calice à limbe très petit, entier ou légèrement 4-lobé. Co- 
rolle 0. Etamine 1, insérée au sommet du tube calicinal. 
Anthère 2-loculaire, comprimée. Ovaire 1-loculaire. Style fili- 
forme, stigmatifère dans toute la longueur de sa face interne. 



MyriopliyUe. XLV, onagrariées. 223 

Fruit sec, 1-loculaîre, monosperme, indéhiscent, couronné 
par le limbe du calice. — Plantes aquatiques. Tige simple. 
Fewlles verticillées. Fleurs 'petites^ axillaires. 

H. commune. H. vulgaris. L. — Limnopeuce. Vaill. {Pesse (Veau. 
Quitte de cheval). — Horse-tail. — (Fig. 97 et suivantes). — % Tige 
de 1-2 p., dressée, simple. Feuilles verticillées par 8-12, linéaires- 
aigiies, glabres, entières. Fleurs verdâtres, solitaires, axillaires, ses- 
siles. — Labrador-New York ; bords des marais et des lacs. L'Islet ! 
Maskinongé ! Mai-Juin. 

Plante sans intérêt, ayant beaucoup de ressemblance avec la Prêle 
des marais et le Sderolepis verticillata. 

Gen. XI. MYRIOPHYLLE. Myriophyllum. Vaill. 

(De myrios, très nombreux, ■phyllon, feuille ; allusion aux nombreuses divisions 
des feuilles). 

Fleurs monoïques, quelquefois ^. Calice à tube cylin- 
drique ou tétragone, adhérent à l'ovaire, à limbe 4-partit. 
Pétales 4, plus longs dans les fleurs c?, minimes, quelque- 
fois 0, dans les 9. JStamines 8-6-4. Anthères 2-loculaires, 
basi-fixes. Stigmates 4, pubescents, sessiles. Fruit à 4-2 
coques dures, indéhiscentes. — Herbes d'eau douce, submergées. 
Feuilles verticillées, rapprochées en épi, les supérieures d^, les in- 
férieures ? 

1. M. verticillé. M. verticiUatum. L. {Mille-feuille d''eau).— 
Water Milfoil. — Qj. de 2-2^ p., n'ayant que la partie supérieure 
en dehors de l'eau. Feuilles verticillées par 3, penni-partites, à seg- 
ments capillaires. Fleurs petites, verdâtres, axillaires, en épi ter- 
minal feuille. Feuilles florales penni-fides, dépassant les fleurs. 
Pétales ovales-oblongs. repaies aigus. Etamines 8. Carpelles 
glabres. — Canada-Floride; marais, ruisseaux, etc. Isle St. Paul 
(Montréal) ! Port Hope ! Juillet-Août. 

a spicatum. Feuilles florales plus courtes que les fleurs, ovales, 
entières, peu apparentes, de sorte que les fleurs paraissent en un épi 
sans feuilles. Lac Kinogomishih ! 

2. M. hètèrophylle. M. heteropkyUum. Michx. — Potamogeton 
verticiUatum. — % Tige forte, rameuse, souvent de plus de ^' de dia- 
mètre. Feuilles verticillées par 5, très variables, les inférieures 
penni-séquées, à lobes capillaires, les florales ovales-lancéolées, den- 
tées, iasciculées, dépassant les fleurs. Epi terminal presque nu. 
Pétales oblongs, presque persistants. Etamines 4-6. Carpelles légè- 
rement scabres, avec 2 petites côtes sur le dos. — Canada-Louisiane ; 
marais, ruisseaux. Lac Kinogomi ! Niagara ! Juillet-Septembre. 



224 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Proscrpinic. 

Ces plantes qui remplissent presque complètement la capacité de 
certains petits marais, sont encore sans usage. Elles ne présentent 
d'ordinaire à la surface de l'eau que la partie de la tige qui porte les 
fleurs. 



Gen. XII. PPtOSERPINIE. Proserjyinaca. L. 

(De proserpô, je m'approche eu rampant ; allusion aux racines rampantes). 

Calice à tube prismatique, à limbe 3-4-partit. Pétales 0. 
Etamiyies 3-4. Stupnates aigus, sessiles, 3-4. Fruit, coque 
osseuse, à 3 angles, à 3-4 graines. — Herbes aquatiques. Feuilles 
alternes, penni-pariites ou dentelées. Fleurs axillaires^ solitaires 
ou ac/grégées, blanches. 

P. des marais. P. jmhistris. L. — % Tige de 6'-20' de long, cou- 
chée. Feuilles linéaires-lancéolées, dentelées, les inférieures souvent 
penni-fides, surtout lorsqu'elles sont submergées. Stigraatps pour- 
pres, obtus. Fruit à angles aigus. — Canada-Floride ; mares, marais, 
fossés, etc. Prescott ! Juin-Août. 

Plante sans aucun intérêt. 



Fam. XLVI. LYTHRARIEES. Lythrarkct. J. 

(Du Genre Lythrum). 

Tige herbacée ou frutescente, à rameaux ordinairement tétragones. 
Feuilles opposées, alternes ou verticillées, simples, entières, penni-nervées. 
Fleurs ^ , axillaires, solitaires ou diversement agglomérées. 
Calice monosépale, libre, persistant, limbe à dents l-'2-sériées. 

Corolle — Pétales insérés sur le calice, alternes avec les dents internes, très ca- 
ducs, quelquefois 

Etamines en nombre 2-3 4 fois plus grand que les pétales. Anthères dorsi-fixes. 
Ovaire à 2-6 loges plun-ovuléos. Stylo terniinal, simple ; stigmate simple, en tête 
ou 2-lobé. 

Fruit — Capsule membraneuse, souvent l-loculaire par destruction des cloisons, à 
déhiscence variable. 

Graines petites, 00, attachées à un placentaire central, exalbuminées. 

Genres 35, Espèces 300. Les plantes de cette Famille habitent 
particulièrement l'hémisphère boréal, et sont bien plus communes en 
Ameritiue qu'en Europe. Leurs propriétés générales présentent peu 
d'intérêt. Les 2 Genres suivants sont seuls indigènes en Canada. 



Salicaire. xlvi. lythrariées. 225 

CIEF AMLYTiaUE DES GENRES. 

Calice à 5 dents alternant avec 5 cornes plus longues. Etamines 10, 

dont 5 plus longues Décadent II. 

Calice à 8-12 dents, dont les extérieures plus petites. Etamines 8-12. Salicaire I. 



Gen. I. SALICAIRE. Lythrum. 

(De lythron, sang ; allusion à la couleur de la fleur). 

Calice cylindrique, strié, tubuleux, à 8-12 dents dont les 
extérieures alternes, plus petites. Pétales 4-6, insérés sur le 
calice, opposés à ses petites dents, ordinairement égaux, 
étalés. Etamines 8-12, insérées sur le calice. Ovaire 2-locu- 
laire. Stigmate capité ou effacé. Capsule 2-loculaire, poly- 
sperme, recouverte par le calice. — Tiges herbacées ou sous- 
ligneuses, à feuilles entières, alternes, opposées ou verticillées. 

1. S. commune. L. Salicaria. L, — Salicaria spicata. Lam. 
(^Salicaire). — Loosestrifb. — Qj. Tige de 2-5 p., rameuse, plus ou 
moins pubescente. Feuilles opposées ou ternées, lancéolées, cordées, 
brièvement pétiolées. Fleurs pourpres, grandes, nombreuses, bril- 
lantes, sub-sessiles, en glomérules 4-10-flores, formant épi. Pétales 
6-7. Etamines en nombre double des pétales. — Canada-Massachu- 
setts ; prés humides. Rare. Juillet-Août. 

2. S. ailée. L. alatum. Pursh. — L. lanceolatum. Eli. — % Tige 
de 2-3 p., à rameaux tétragones-ailés. Feuilles variables, ovales, 
oblongues-ovales ou lancéolées, le plus souvent aiguës, les inférieures 
opposées, verticillées par 3 ou fasciculées, celles des rameaux alternes. 
Fleurs pourpre-violet, presque sessiles, munies de bractées minimes. 
Calice strié ou sillonné. Pétales et etamines 6. — Haut-Canada- 
Louisiane ; lieux humides. Juillet-Août. 

3. S. effilée. L.vii-gatmn.— A.\iS'VK\\^ Lythrum. — Q|. Tige dressée, 
rameuse, effilée, de 2-3 p. Feuilles lancéolées, atténuées à chaque 
extrémité, les florales très petites. Fleurs grandes, d'un rose pourpre, 
en glomérules 3-flores, formant une panicule effilée. — Europe. Juin- 
Septembre. ^ 

Les deux premières Espèces méritent aussi de prendre place dans 
les jardins, elles sont surtout propres à décorer les bords des étangs. 
Semer au printemps. 

Gen. II. DÉCADENT. Decadon. Gmel. 

(De deka, dix, odous, dent ; allusion aux dents du calice). 

Calice court, campanule, avec 5 dents dressées et 5 plus 
longues étalées en forme de cornes. Etamines 10, 5 alternes 



226 DICOTYLÉDONES — POLTPETALES. Seringat 

plus longues. Style filiforme. Capsule globuleuse, renfermée 
dans le calice, polysperme. — Veuilles opi^osêes ou veriicillées, 
entier es. Meurs axiUaires, pourpres. 

D. verticilîé. D. rertiàllatum. Eli. — Lyth-nm. L. — Nesœa. 
Kunth. — % Tige de 3-8 p., iigneuse à la base, et souvent couchée, 
ou courbée et radicante au sommet. Feuilles opposées ou ternées, 
lancéolées, brièvement pétiolées, atténuées à la base, de 3-5' de long. 
Fleurs en ombelles 3-flores, axillaires, sub-sessiles, paraissant verti- 
cillées et constituant une panicule brillante, longue, feuillée, termi- 
nale. Pétales 5-6, grands, d'un beau pourpre. — Canada-Floride ; 
lieux marécageux. 

o. puhescens. Tige et face inférieure des feuilles plus ou moins pu- 
bescentes. — Se rencontre particulièrement dans l'Ouest. Juillet- 
Septembre. 



Fam. XLVII. PHILADELPHEES. PUladeJpheœ. Jac. 

(Du Genre Philadelphus), 

Arbrisseaux d feuilles simples, opposées, pétiolées. 

Fleurs § , blanches, odorantes, en cimes rameuses terminales. 

Calice adhérent à l'ovaire, à limbe 4-10-denté, à préfloraison valvaire. 

Corolle — Pétales 4-5, libres, insérés sous un anneau épigyne, alternes avec les 

sépales. 
Etamincs insérées avec les pétales, en nombre double ou multiple. Anthères 

introrses. 
Ovaire infère à 3-4-10 loges pluri-ovulées. Styles libres ou cohérents. 
Fruit — Capsule à déhiscence variable. 
Graines subulées, lisses, à arille lâche, membraneuse. 

Cette petite Famille qui ne comprend que 3 Genres et une tren- 
taine d'Espèces, a été séparée de la Famille des Myrtacées dont elle 
faisait autrefois partie. Ce sont des plantes d'ornement qu'on ren- 
contre assez souvent dans les jardins, surtout le Genre suivant ; au- 
cune n'est indigène en ce pays. 

Gen. seringat. PUladélpTius. L. 

{De philadelphos , qui aime ses frères; allusion aux fleurs rapprochées en co- 
rymbes). 

Calice persistant, à limbe 4-5-partit. Pétales 4-5. Ma- 
mines 20-40, à filets comprimés, subulés. Anthères ovoïdes 



J 



XL VIII. CUCUKBITACÉES. 227 

OU globuleuses, didjmes. Ovaire à 4-5-8-10 loges. Styles 
4-5, cohérents à la base. Capsule coriace, à 4-10 valves locu- 
cides, s'ouvrant au sommet. 

1. S. à grandes fleurs, P. grandijlorus. Willd. — P. inodorus. 
Michx.— Lakge flowering Syringa, — Arbrisseau à tige grêle, de 
4-5 p., à rameaux longs, grêles, à épiderme brunâtre. Feuilles ovales- 
acuminées, denticulées, 3-nervées, à veines munies à leurs aisselles 
de poils fascicules. Fleurs grandes, blanches, en ombelles terminales 
de 2-3, presque inodores. Calice à lobes longuement acuminés. Styles 
indivis, plus longs que les étamines. Stigmates 4, linéaires. — Ca- 
roline, Juin. ►î< 

2. S. des jardins, P, coronarius. L. — Falsr Syringa, — Arbris- 
seau de 8-10 p., à tige grosse, raide. Feuilles ovales-acuminées, den- 
ticulées, 3-nervées, presque glabres, à nervures hérissées inférieure- 
ment. Fleurs en grappes, grandes, brillantes, blanches, ressemblant 
beaucoup à celles de l'Oranger tant par la forme que par l'odeur. 
Calice à lobes acuminés. Styles presque distincts dès la base, ne 
dépassant pas les étamines, — Europe, Juin, >f< 

Fleurs toniques. Charmants arbrisseaux que l'on multiplie faci- 
lement de marcottes et de boutures. Les Genres De.utzia et Decu- 
maria qu'on range aussi dans la môme Famille sont aussi de char- 
mantes plantes d'ornement, mais incapables de résister à notre climat 
comme le Seringat. 



Fam. XLVIII. CUCURBITACEES. CucurUtaceœ. J. 

(Du Genre Cucurbita). 

Herbes succulentes, rampantes ou giimpantes au moyen de vrilles. 

Feuilles pétiolées, alternes, palmi-nervées, rudes, ordinairement munies d'une 
stipule latérale allongée en vrille. 

Fleurs monoïques ou dioïques ou polygames, axillaires, solitaires. 

Calice à tube adhérent à l'ovaire, à limbe 5-denté ou 5-fide. 

Corolle — Pétales 5, cohérents, rarement libres, insérés sur le limbe du calice 
qu'ils semblent continuer. 

Etamines insérées sur la corolle ou sur le calice, tantôt monadelphes, tantôt 
triadelphes, 4 étant soudées par paires et la 5e restant libre. 

Anthères exti'orses, à 1-2 loges linéaires, flexueuses, soudées dans toute leur lon- 
gueur avec le connectif et s'ouvrant longitudinalement. 

Ovaire infère, à 3-5 placentaires pariétaux, multi-ovulés, remplissant souvent 
toutes les loges. Style indivis ; stigmates 3-5, 2-lobés, épais. 

Fruit — Baie indéhiscente, de forme variable. 

Grai7ies à épiderme aqueux, devenant membraneux par la dessication, aplaties, 
sans albumen. 



228 



DICOTYLEDONES — POLYPETALES. 



Genres 55, Espèces 270. Les Cucurbitacées appartiennent en 
propre aux régions tropicales, elles manquent complètement dans 
les climats froids. Leurs racines contiennent un principe résineux, 
acre et amer qui les rend purgatives et même drastiques. Plusieurs 
sont cultivées dans nas jardins comme plantes alimentaires et quel- 
ques unes comme plantes d'ornement. Les Genres Sicyos et Echi- 
nocystis sont les seuls indigènes en ce pays. 



CLEF ANAlYTiaUE DES GENRES. 

1 Fleurs jaunes 2 

1 Fleurs blanches 5 

2 Fruit s'ouvrant élastiquement d'un seul côté . . Momordiqiie II. 

2 Fruit indéhiscent . . . • 3 

3 Graine épaissie sur les bords 4 

3 Graine à bords minces Concombre IV. 

4 Corolle 5-fide. Graines blanches ou jaunâtres .... Courge V. 

4 Corolle 5-partite. Graines noires Citrouille I. 

5 Fruit péponîde à épicarpe ligneux, à peu près lisse . . Calebasse III. 
5 Fruit membraneux, à péricarpe hérissé de pointes 6 

6 Fruit à 1 seule graine ' . * Sicyos VI. 

6 Fruit à 4 graines Echinocystis VI. 



105 




FiG. 101. Fleur staminée de la Courge, le calice et la corolle retranchés. 102. 
Section transversale des anthères monadclphes. 103. Une étamine du Melon 
séparée des autres. 104. Section transversale de l'ovaire de la Courge. 105, 
L'un des trois carpelles pris séparément. 



Citrouille. xlviii. cucurbitacées. 229 

Gen. I. CITROUILLE. CitruUus. Neck. 

(Latinisation du mot français Citrouille). 

Fleurs monoïques ; les cf : calice 5-fide, à lanières linéaires- 
lancéolées. Corolle 5-partite, plane, sub-rotacée. Etamines 
5, triadelphes, insérées au fond de la corolle. Anthères l-lo- 
culaires, à loges linéaires suivant les contours du connectif 
incisé-lobé. — Les ? : calice à tube globuleux, à limbe 5-fide, 
'^^olle des cf. Etamines rudimentaires, stériles. Ovaire à 
3-6 loges. Style cylindrique, 3-fide. Stigmate convexe, réni- 
forme. Baie globuleuse ou allongée, à chair ferme. Graines 
noires. — Herbes couchées. Feuilles cordées, entières ou penni- 
séquées, à vrilles 2-S-Jides. Pédoncules axillaires, solitaires, 
1-flores. 

1. 0. Pastèque. C. vulgaris. Scbrad. — Cucumis CitruUus. Ler. 
Cucurhita CitruUus. L. (^Pastèque. Melon d'eau. Samarha des 
Indiens). — Water Melon. — ® Très poilue. Tige couchée, tendre. 
Feuilles à 5 lobes obtus, sinuées-pennifides, glauques en dessous. 
Fleurs solitaires, à pédoncules poilus, bractéolés. Fruit très gros, 
globuleux ou elliptique, lisse, vert, à chair sucrée et ondulée, par- 
fumée, très rafraîchissante. — Afrique. 

La Citrouille-Pastèque ou Melon d'eau dans notre climat ne mûrit 
pas toujours en pleine terre, elle ne peut réussir d'ordinaire que semée 
sur couches. C'est un fruit d'un goût très agréable et très rafraî- 
chissant. La variété à chair ferme et non aqueuse, qui porte par- 
ticulièrement le nom de Pastèque, est très estimée dans tout l'Orient, 
oîi l'on en fait une grande consommation. 

2. C. Coloquinte. C. Colocynthis. Schrad. — Cucumis Colocynthis. 
L. (^Coloquinte). — CoLOcvNTH. — (T) Tige rampante, hispide. Feuilles 
cordées, ovales, multi-fides-lobées, à pétiole de la longueur du limbe. 
Vrilles courtes. Fruit globuleux, glabre, jaune à la maturiié, de la 
grosseur d'une Orange, à écorce mince, solide, presque ligneuse ; 
chair très amére. — Japon. >^ 

Fruits purgatifs et émétiques. en poudre ou en teinture. La Co- 
loquinte est a:>sez souvent cultivée comme plante d'ornement par son 
fruit. 

Gen. II. MOMORDIQUE. Momordîca. D. C. 

(De momordi,i'&i mordu; allusion à la forme des graines qui paraissent avoir 
été mâchées). 

Fleurs monoïques. Fleurs cf : calice 5-fide. Pétales 5, 
étalés, cohérents à la base. Etamines 5, triadelphes. — Fleurs 



230 DICOTYLÉDONES — POLYPÊTALES. Calcbasse. 

ç : calice et corolle des c?. Ovaire à 3 loges. Siyle cylindrique, 
3-fide. Baie pulpeuse, hérissée d'aspérités, se rompant elas- 
tiquement à la maturité. — Herbes à feuilles cordées, palmi- 
lobêes. Vrilles simples. Pédoncules axillaires filiformes, uni- 
flores. 

M, Balsamine. M. BaJsamina. L. {Pomme de merveille). — 
Commun Balsam Apple. — ® Feuilles à 5 lobes deutés, glabres, 
luisantes. Pédoncules munis d'une bractée orbiculaire, cordée vers 
le milieu. Fruit ovoïde-arrondi, anguleux, tuberculeux, jaune-orange, 
se rompant inégalement et latéralement, un peu plus gros qu'^'^^è 
Orange. Graines noires, enveloppées d'une arille rouge. — Indes. >î< 

Semer en pots ou sur couclie. 

Gen. III. CALEBASSE. Lagenaria. Ser. 

(De lagena, bouteille; allusion à la forme du fruit). 

Fleurs monoïques. Fleurs cJ* : calice campanule, 5-partit. 
Pétales 5, obovales aigus, étalés. Etamines 5, triadelphes. 
Anthères très longues, sinueuses, à connectif épais, papilleux. 
— Fleurs $ : ovaire 3-loculaire ; stigmates 3, sub-sessiles, épais, 
2-lobés, granuleux. Paie charnue, devenant ligneuse à la 
maturité. Graines arillées, obcordées, comprimées, à bords 
plus épais. — Herbes pubesccntes, musquées. Vrilles SA-fides. 
Pédoncules axillaires, 1-fîores, fascicules. 

C. commune. L. vulgaris. Ser. — Cucurbita Lagenaria. L. (^Gourde. 
Calchasse).— GALABOSu. Battle Gourd. — ® Tiges grimpantes, 
à vrilles rameuses. Feuilles cordiforraes, entières ou sinuées-dentées, 
pubescentes, munies de 2 glandes à la base. Fleurs blanches, à 
odeur de musc. Fruit pubescent d'abord, devenant lisse à la matu- 
rité, et presque ligneux, tantôt rétréci au milieu en 2 renflements 
dont l'inférieur plus petit (Gourde des pèlerins) ; tantôt ventru infé- 
rieurement, à col oblong (Congourde); tantôt allongé en forme de 
massue (Gourde-massue, Gourde-trompette). — Indes. Hh 

Semer sur couches. On se sert du fruit desséché comme d'une 
bouteille. 

Gen. IV. CONCOMBRE. Cucumis. L. 

(Du celtique cuce, vaisseau ou chose creuse). 

Fleurs monoïques ou polygames. Fleurs c? : calice cam- 
panule, 5-denté. Pétales 5, ovales-aigus, étalés, presque 



Concombre. XLViii. cucurbitacées. 231 

libres. Utamines 5, insérées sur le calice, triaclelphes. An- 
thères à 2 loges avec une seule courbure. — Fleurs ç : calice 
sub-globuleux ou cylindrique. Stigmates 3, épais, 2-lobés. 
JBaie charnue, indéhiscente. Graines comprimées, à bords 
minces. — Herbes couchées, d vrilles nombreuses. Pédoncules 
axillaires, 1-Jïores. 

1. C. cultivé. C. sativus. L. (^Concombre. Ketmou des Indiens^ 
— CucuMBER. — (T) Tiges longues, grêles, hérissées de soies pi- 
quantes. Feuilles sub-cordées, à lobes anguleux, aigus, sinués, iné- 
galement denticulés, le terminal plus grand. Fruit oblong, sillonné 
de côtes, chargé de tubercules saillants ordinairement munis d'un 
mucron noir, à loges complètes même à la maturité, à pulpe blanche 
ou jaune, de saveur fade. — Indes Orientales. Juin-Juillet. $ 

Apporté de la Tartarie en Europe en 1573. Cultivé pour la table. 
Son fruit se mange toujours vert, soit simplement en salade, ou confit 
au vinaigre [Cornichons). La culture en a produit un grand nombre 
de variétés. — Semer en place, en pleine terre. 

2. C. d'Amérique. C. Angaria. L. — C. echinatus. Mœnch. (^Con- 
combre à cornichons. Cornichon). — Prickly Cucumbbr. — ® Tiges 
presque filiformes, hispldes, garnies de vrilles. Feuilles rugueuses, 
sinuées-palmées, à base échancrée en cœur. Fruit presque globuleux, 
ovale-ovoïde, hérissé, de la grosseur d'un œuf de poule. — Jamaïque. 
Juillet-Août. 

C'est surtout de cette Espèce qu'on fait les cornichons en confisant 
au vinaigre les fruits encore verts. 

3. C. Melon. C. Melo. L. {Melon).— Mvsk Melon.— (Fig. 103). 
— ® Tiges longues, grêles, hispides. Feuilles sub-cordées, à lobes 
obtus, arrondis, sinués, inégalement denticulés. Fleurs polygames. 
Fruit ovale ou sub-globuleux, marqué de côtes longitudinales, à 
loges confiuentes au centre par la rupture irrégulière des cloisons, à 
pulpe succulente, sucrée, parfumée. — Asie. Juin-Juillet. $ 

Apporté d'Asie en Europe en 1570. Cultivé pour son fruit mûr. 
La culture en distingue un grand nombre de variétés dont les sui- 
vantes sont entre les plus remarquables. 

* lèie race. MELONS MARAICHERS. 

Brodés, sans côtes et de moyenne grosseur, ronds. Chair très épaisse et abon- 
dante en eau ; saveur médiocre. 

Sucrill de Tours. — Petit, fond vert, peu brodé. Chair rouge, ferme 
et très sucrée. 

Sucrin de Honficnr.— Très gros, allongé, à côtes larges. Chair un 
peu grossière, pleine d'eau, de bonne qualité. 

Sucrin à chair blanche. — Chair fondante, très parfumée, d'une 
réussite facile. 



232 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Concombre. 

Ananas vert.— Petit, rond, à côtes peu brodées, d'une qualité par- 
faite. Des Etats-Unis. 

»* 2e lace. MELONS CANTALOUPS. 

Petits, ronds, à côtes ; fond vert clair ou brun. Chair ronge, ferme, assez 
bonne. 

Noir des Carmes. — Rond, vert-noir sans gales. Chair rouge, vi- 
neuse, fondante, excellente. 

Prescott. — A côtes plus ou moins galeuses, à fond de nuance très 
variable. 

***♦ Se race. MELONS DE MALTE. 

De grosseur moyenne, déforme allongée. Chair blanche ou verte, fondante ou 
sucrée. 

Muscat des Etats-Unis. — Petit, oblong. Chair verte, fondante ; 
excellent. 

Melon d'hiver à chair blanche. — Ecorce lisse. Chair blanc-verdâtre, 
un peu cassante, juteuse, d'une saveur fine et relevée. Se conserve 
jusqu'en hiver. 

Melon de Perse ou d'Odessa. — Fond vert rayé de jaune ; très allongé. 
Chair verte, fondante. Se conserve jusqu'en hiver. 

La saveur et le parfum du Melon en ont fait de tout temps un fruit 
de premier ordre pour la table. Il est cependant d'une digestion un 
peu difficile, sa chair étant un peu froide pour les estomacs faibles. 
C'est dans la première et la deuxième race que se trouvent particu- 
lièrement les précoces ou hâtifs. La culture du Melon réussissant 
rarement en pleine terre dans nos climats, exige des soins particuliers. 
Les couches qui doivent recevoir les semis doivent être préparées 
vers la rai-Avril. Sur un bon pied de fumier vert de cheval, entre- 
mêlé de paillis, bien foulé, vous jetez 8 à 10 pouces de bon terreau 
de jardin, puis vous établissez dessus votre châssis avec son vitreau. 
Au bout de quelques jours la chaleur de la fermentation ne tarde pas 
à se faire sentir ; vous attendez qu'elle commence à se ralentir un peu, 
puis vous semez vos graines, soit dans le terreau même de la couche, 
si vous ne les destinez pas à la transplantation, soit dans de petits pots 
que vous enfoncez dans le terreau, si vous vous proposez des faire 
croître ailleurs. Du moment que vos graines sont levées et que vous 
n'avez plus à redouter les froids, vous accoutumez vos plants peu à 
peu à la lumière et au grand air. Dès que ces plants ont poussé 
leur quatrième feuille, vous les étêtez au-dessus de la deuxième feuille, 
et aussitôt qu'une branche latérale qu'aura fait naître cet ététement 
aura noué un fruit vous la pincerez au-dessus de ce fruit pour y con- 
centrer la sève, puis vous continuerez les soins convenables d'arro- 
sages et de pincements ou retranchements des branches gourmandes 
qui épuiseraient la plante jusqu'à parfaite maturité de vos fruits. Les 
vieilles graines doivent être préférées pour les semis parce qu'elles 
donnent d'ordinaire des pieds moins vigoureux et plus fertiles. 



eonrgc. XLViii. cucurbitacées. 233 

Gen. V. COURGE. CticurUta. L. 

(Nom latîn de la Courge, dérivé du celtique cucc, vase). 

Fleurs monoïques. Corolle campauulée, 5-fide. Pétales 
unis et cohérents avec le calice. — Fleurs d : calice à tube 
court, campanule. Etaynines 5, triadelphes, conniventes en 
colonne. Anthères à une seule loge à plusieurs sinuosités, à 
connectif mutique. — Fleurs ç : calice à tube allongé, ovoïde. 
Ovaire à 3-5 loges. Stigmates 3, épais, 2-lobés, sub-sessiles. 
Baie obovoïde, en massue, globuleuse, ou aplatie, à écorce 
presque ligneuse. — Herbes grimpantes, à vrilles nombreuses. 
Feuilles cordées, entières, ou d-ô-lobées, Pédoncules axillaires, 
1-flores. (Fig. 101 et 102). 

1. 0. Potiron. C. maxima. Duchesn. — C. Potiro. Pers. {Ci- 
trouille, Courge. Potiron). — Pumkin. — ® Tiges coucbées, lon- 
gues, épaisses, hérissées de poils raides, souvent radicantes aux 
nœuds. Feuilles obscurément lobées, denticulées, très grandes, de 
plus de 1 p. de diamètre, à pétiole épais, fistuleux. Corolle très 
grande, à lobes étalés, réfléchis. Fleurs cJ longuement pédonculées. 
Fruit énorme, à côtes peu ou point saillantes, lisse ou presque lisse, 
à loges ordinairement confluentes au centre du fruit, à pulpe jaunâtre, 
d'une saveur fade-sucrée. — Levant. Juin-Juillet. $ 

Depuis quelques années une variété de Potiron nous venant du 
Chili nous a permis de récolter des fruits de plus de 3 p. de diamètre 
et pesant jusqu'à 250 livres. Ces fruits monstres ont en outre 
l'avantage d'être d'une excellente qualité. 

2. C. Pépon. C. Pepo. L. (^Citrouille Iroquoise. Giraumon. 
Courge de St. Jean). — ® Feuilles cordées, à 5 lobes obtus, denti- 
culés. Corolle campanulée, resserrée à la base, à limbe dressée. 
Fruit moyen, lisse, globuleux ou oblong, à chair aqueuse, peu sapide. 
— Indes. $ 

3. C. Mélopépon. C. Mclopepo. L. — Pohjm.nrpJia Melopepo. 
Duch. (^Bonnet de prêtre. Bonnet d''électcur. Couronne impériale'). 
— Flat SciUASH. — ® Tige poilue. Feuilles presque à 5 lobes obtus, 
dentelés. Vrilles ramifiées, peu développées. Calice court, hémis- 
phérique, à gorge très dilatée. Fleurs pédonculées. Fruit déprimé, 
offrant au-delà du milieu un bourrelet épais, mamelonné ou bosselé, 
ou lisse, formé par le tube du calice que dépassent les carpelles. 
Chair blanche, spongieuse. ^ 

4. 0. verruqueuse. C. verrucosa. L. (Barharine). — Worted 
Squash. Club Squash. Crook-neck-Squash.— ® Feuilles eordi- 
formes, à 5 lobes profonds, denticulés, le terminal rétréci à la base. 



234 DICOTYLÉDONES POLYPETALES. SiCJOS. 

Fruit elliptique-arrondi, ou en massue, verruqueux, souvent courbé à 
la base. — Cultivé depuis longtemps par les Indiens des prairies à 
l'Ouest du Mississipi. :^ 

5. C. Orange. C. Aurantia. L. {Orangîne. Coloquinellé). — (i> 
Rugueuse, Feuilles cordées, à 3-lobes cuspidés, finement dentieulés. 
Fruit globuleux, lisse, semblable à une Orange. $ 

Toutes ces Espèces et leurs nombreuses variétés sont cultivées 
pour l'usage alimentaire. 

Gen. VI. SICYOS. Sicyos. L. 

(SUijjos ; nom que les Grecs donnaient au Concombre). 

Fleurs monoïques. — cT : calice campanule, à 5 dents su~ 
bulées. Corolle 5-fide, sondée au calice. Eiamines 5, soudées 
en une colonne capitulée, portant les anthères à son sommet. 
— ç : calice à 5 dents, rétréci au-dessus de l'ovaire. Pétales 
6, unis à la base eu une corolle campanulôe. Style 2-3-fide ; 
etigmate indivis, Fndt ovale, coriace, hérissé, monosperme. 
— ^Herbes grimpanies, à vrilles rameuses. 

S. anguleux. S. a ngidat a. Jj. — Sîngle-seed Cucumber. — °® 
Tige grêle, rameuse, poilue. Feuilles cordées, denticulées, rugueuses, 
è 5 lobes acurainés, longuement pédonculées. Vrilles longues, en 
spirales, rameuses. Fleurs c? plus grandes, blancbâtres, marquées 
de veines vertes, en corymbes paniculés ; les $ sessiles. rassemblés 
au sommet des pédoncules. Fruits ovales, tomenteux, spinescents, de 
h' de long, rassemblés en grappes serrées de 8-10, ne portant chacun 
qu'une grosse graine. — New York-Arkansas ; bords des ruisseaux. 

D'après Michaux cette plante devrait aussi se rencontrer en Ca- 
nada ; il est permis cependant d'en douter encore. 

Culture des Calebasses. 

Gen. vil ÉCIIINOCYSTIS. Ecliinocystis. Torr. et Gr. 

{Echinas, oursin, kystîs, vessie ; allusion au fruit gonflé et spinescent). 

Fleurs monoïques. — cf': calice à 6 segments filiformes, plus 
courts que la corolle. Pétales 6, unis à la base on corolle 
rotacée. Etamines 3, diadelphes. — ? : étamines stériles 3, 
distinctes, petites, sans anthères. Style très court. Stigmates 
2, gros. Iruit arrondi, gonli(3, spinescent, 4-sperme. — Herbes 
grimpantes au moyen de vrilles rameuses. 



Btjgoïïia. XLix, BÉGONïACÉES. 235 

E. lobé. E. lohafa. Torr. et C4r. — Sicyos. Miohx. — Momordica 
ecJiinata. Muhl. — ® Tige glabre, profondément sillonnée, à vrilles 
3-partites, presque opposées aux pétioles. Feuilles membraneuses, 
5-lobées, cordées à la base, à lobes acuminés, denticulés. Fleurs pe- 
tites, blanches, les cJ* nombreuses, en grappes axillaires ; les $ soli- 
taires ou fasciculées, situées à la base de la grappe des (^. Fruit de 
1-2', spinescent, à 4 grosses graines, — Haut-Canada-IVIissouri ; près 
des ruisseaux. Juillet-Septembre. 



BEGONIACEES. Begoniaceœ. R. Br. 

(Du Genre Bégonia). 

Herbes annuelles ou vivaces, souvent succulentes. 

Tiges à rameaux cylindi'iques articulés, noueux. 

Fe«iWes alternes, pétiolées, simples, stipulées. 

Fleurs monoïques, en cimes dichotomes, axillaires. 

Fleurs (^ — Calite à 4 sépales colorés, pétaloïdes, les 2 extérieures plus grands. 

Corolle 0. EtamvKes insérées au centre. 
Fleurs Ç — Calice à 4-9 divisions. Ovaire infère, 3-loculaire. Styles 6, contts, 

épais, 2-fides ; stigmates flexueux ou capités. 
Capsule 3-loculaire, à 3 ailes membranacées. 
Graines nombreuses, très petites, striées, à albumen cliarnu. 

Genres 3, Espèces 159, de l'Amérique du Sud et des Indes. L© 
Genre suivant se rencontre assez souvent dans la culture ornementale. 
Les Bégoniacées de même que les Cucurbitacées ont été par plu- 
sieurs Botanistes rangées parmi les apétales. 

Gen. bégonia. Bégonia. L. 

(Dédié à Michel Bégon, promoteur de la Botanique, 1638). 

Mêmes caractères que ceux de la Famille. 

1. B. discolore. B. discolor. R. Br. — B. Evansiana. Andrew. — 
DiplocUnimn Evansianum. Lindl. — % Tige de 2-3 p., succulente, 
glabre, colorée et gonflée aux nœuds. Feuilles grandes, pétiolées, 
cordiformes, acuminées, inégales à la base, dentelées et d'un rouge 
sanguin en dessous. Fleurs rosées, à pédoncules 2-flores, dichotomes. 
Capsule à ailes inégales formant des angles aigus au sommet. — 
Chine. »^ 

2. B. pétaloïde. B. petaloides. Lindl.—® Tiges de 2-3 p. Feuilles 
orbiculaires, à 6-9 lobes incises-dentelés, enroulés en cornet. Fleurs 



236 DICOTYLEDONES — POLYPÉTALES. fassiflore. 

en cimes de 2-3, les c? à 4 sépales et 4 pétales, les ? à 2 sépales 
seulement. Sépales intérieurs blancs, les extérieurs rouges. — 
Brésil. ^ 

Plus de 40 autres Espèces sont encore énumérées dans la culture 
ornementale. Ce sont toutes des plantes de serre ou d'appartement. 
Elles demandent une terre légère et un peu humide ; elles préfèrent 
aussi une exposition un peu ombragée. — Semis, boutures. 



Fam. L, PASSIFLOREES. Passifloreœ. J. 

(Du Genre Passiflora). 

Herbes ou sous-arbrisseaux à vrilles axillaires. 
Feuilles alternes, munies de stipules. 

Fleurs § , rarement unisexuées, régulières, très élégantes. 
Calice coloré, monosépale, souvent à dents 2-sériées. 
Corolle — Pétales 5, insérés sur la gorge du calice. 
Etamines 5, monadelplies, entourant le pédicule de l'ovaire. 
Ovaire 1-loculaire, longuement stipité. Styles 3. 
Fruit pédoncule, polysperme. 

Genres 12, Espèces 210, des régions tropicales de l'Amérique. 
Gen. passiflore. Passiflora. J. 

(Passionisjlos, fleur de la Passion ; allusion aux divers instruments de la pas- 
eion de J.-C. représentés par la plante ; la couronne d'épines par les filiements 
pointus de la couronne : les clous et le marteau par les anthères et les stigmates 
élargis ; les cordes par les vrilles de la tige). 

Périanthe à tube court, urcéolé, 4-5-partit, à divisions péta- 
loïdes, garni à la gorge de nombreux filets formant une élé- 
gante couronne. Eiamincs 4-5, libres au sommet et soudées 
dans le bas au gynopbore ou stipe de l'ovaire. Styles 3 ; stig- 
mates capités. Baie globuleuse, pulpeuse, souvent comes- 
tible. — Tiges ligneuses ou herbacées, ordinairement grimpantes 
au moyen de vrilles. Meurs le plus souvent accompagnées de 3 
bractées formant un involucre. 

P. bleue. P. cœrulea. L. (GrenaàilU. Fleur de la Passion). — 
CoMMON Passion flower. — % Tige ligneuse, grimpante, de 12-15 p. 
Feuilles glabres, à, 5 lobes oblongs, entiers, les latéraux souvent 



Joubarbe. Li. crassulacées. 237 

2-fides. Pétioles munis de 4 glandes au sommet. Stipules foliacées, 
en faulx. Bractées ovales, entières. Corolle blanche ou bleue. Cou- 
ronne plus courte que la corolle, d'un bleu pâle au miUeu et d'un 
bleu plus vif aux extrémités. Pédoncules axillaires, articulés dans 
le haut. Fruit ovoïde, jaune. — Brésil. ^ 

Serres ou appartements. La culture ornementale en compte plus 
de 40 Espèces différentes, toutes remarquables par l'élégance et la 
singularité de leurs fleurs. — Boutures étouffées sous cloches. 



Fam. LI. CRASSULACEES. Omssulaceœ. D. C. 

(Du Genre Crassula). 

Tige herbacée ou sous-ligneuse, plus ou moins charnue. 

Feuilles opposées ou éparses, charnues, simples, entières, rai-ement ternées ou 
impaii-pennées. 

Fleurs § , régulières, sessiles, en cimes, épis, ou grappes, quelquefois solitaires. 

Calice libre, persistant, à 3-20 sépales, à préfloraison imbriquée. 

Corolle — Pétales autant que de sépales, insérés au fond du calice, libres ou soudés 
en un tube. 

Etamines en nombre égal ou double de celui des pétales, à filets subulés. 

Ovaire à carpelles opposés aux pétales et en même nombre, libres, pluri-ovulés. 

Genres 221, Espèces 450, venant pour la plupart sur des rochers 
arides, dans les régions tempérées. Deux Genres sont indigènes au 
Canada et 3-4 autres s'y rencontrent parfois parmi les plantes d'or- 
nement. 



CLEF ANAlYTiqUE DES GENRES. 

1 Sépales et pétales 12 Joubarbe I. 

l Sépales et pétales 5 2 

2 Etamines 10. Carpelles distincts Orpin II. 

2 Etamines 10. Carpelles unis Peathorum III. 



Gen. I. JOUBARBE. Sempervivum. L. 

(De semper, toujours, vivum, vivant ; allusion aux rejets qui perpétuent la plu- 
part des Espèces). 

Calice a 6-20 divisions légèrement cohérentes à la base. 
Pétales 6-20, périgynes, oblongs, aigus, libres ou cohérents à 



238 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Orpill 

la base. Etamines 12-40, périgynes. Ovaires G-20, entourés 
à la base de petites écailles hypogyues dentées ou lacérées. — 

Herbes ou arbrisseaux émettant de nombrciix rejets. Feuilles 
épaisses, charnues. 

1. S. des toits. S. tcctomm. L. {Vit-iovjovrs. Immortelle). — 
House-Leiîck. — % Tiges simples, velues-glanduleuses. Feuilles 
des rosettes planes, charnues, oblongues, obovales, rapprochées, acu- 
minées, mucronées, glabres, ciliées, les caulinaires inférieures glabres, 
les supérieures pubescentes-glanduleuses, rapprochées à la base et 
s'élevant en divergeant. — Europe. Juin-Septembre. ►J» 

La plante émet à sa base des propagules ou rejets terminés par 
une rosette de feuilles. Elle est si succulente et si vivace qu'elle 
croît jusque sur les toits mousseux et les vieux murs. On l'emploie 
quelquefois comme bordure dans les jardins. — Ses feuilles s'emploient 
à l'extérieur contre les brûlures et les Lémorrhoïdes. 

2. S. arborescente. S. arboreum. L. (^Rose verte). — Tree house- 
Leeck. — Q|. Tige en pots de 1-2 p., rameuse, glabre. Feuilles en coin, 
glabres, ciliées, rosulées au sommet des rameaux, quelquefois pa- 
nachées de blanc et pourprées. Fleurs jaunes, en panicule lâche. 
Pétales 9-11. — Canaries. >^ 

Cultivée dans les appartements dans nos climats, la plante y fleurit 
rarement. 

Gen. il ORPIN. Sedum. L. 

(De sedere, être assis; allusion au port des principales Espèces). 

Calice à 4-5 sépales ovales, ordinairement gonflés, unis à 
la base. Pétales 4-5, périgj'nes, libres. Etamines 8-10, péri- 
gynes. Ovaires 4-5, libres, pluri-ovulés, munis chacun d'une 
écaille hypogyne à la base. — Herbes ou sous-arbrisseaux à 
feuilles alternes, rarement opposées, charnues, cylindriques ou 
planes. Fleurs le 'plus souvent pentamêres. 

1. 0. à feuilles ternées. S. tcrnatum. Michx. — S. Portulacoides. 
Willd.— iS. octogonuni. llortul. — Stone-crop. — % Tige de 3'-8' de 
long, rameuse et couchée à la base, dressée au sommet. Feuilles 
planes, glabres, entières, les inférieures obovales, atténuées à la base, 
verlicillées par 3, celles du sommet sessiles, lancéolées, éparses. 
Fleurs blanches, sessiles, en cimes 3-fides, les centrales à 10, et les 
autres à 8 pétales oblongs, aigus. — Haut-Canada-Géorgie ; bords 
rocheux des ruisseaux. Juillet-Août. 

2. 0. Commun. S. tclcjihium. L. (Orpin. Reprise. Herbe à la 
coupure. Vit -tovj ours). — Common Orpine. Life-forever. — % 
Tiges de 1-2 p., simples, feuillues, cylindriques, glabres, purpurines. 



Pentlioruiii. li. crassulacées. 239 

Feuilles sessiles, éparses, allongées, arrondies à la base, planes, ob- 
tuses, denticulées. Corymbes à branches éparses. Pétales étalés, 
recourbés, à peine eanaliculés au sommet. Etamines 10. Carpelles 
à dos sillonné. Fleurs blanches ou purpurines. — Europe. Août, ►p 

3. 0. à feuilles rondes. S. anacampseros. L. — S. rotundifoliurti. 
Lam. — Anacamjjseros sevipervirens.'S.O'^ . — Evergreen-stonk-crop. 
— % Tige rougeâtre et décombante à la base, dressée et glauque su- 
périeurement. Feuilles alternes, presque sessiles, charnues, d'un vert 
bleu, cunéiformes, atténuées à la base, très entières. Fleurs pourpres, 
en corymbes composés. — France Méridionale. Juillet. ►J» 

4. 0. acre. S. acre. L. (^Vermicvlaire acre). — English Moss. 
Wall Pepper. — Q|. Tiges gazonnantes, rameuses, nombreuses, nues, 
couchées et radicantes à la base, pms^redressées et feuillées. Feuilles 
ovoïdes-obtuses, comprimées supérieurement, arrondies et prolongées 
à la base, celles des rejets stériles imbriqnées. Fleurs sub-sessiles, 
jaunes, en 2-3 fépis scorpioïdes 2-3-:^ores et formant un corymbe. 
Calice à dents obtuses, prolongé à la base. Capsules divergentes, 
bossues à la base intérieurement. — Angleterre. >{* 

Employée en bordure la plante en peu de temps couvre des espaces 
considérables. — Boutures, séparation des touffes. 

Gen. III. PENTIIORUM. Pentliorum. L. 

(De ^e«?e, cinq, /toros. colonne ; allusion à la capsule couronnée de 5 petites 
pointes ou colonnes). 

Chlice 5-partit. Corolle à 5 pétales ou 0. Etamines 10, pé- 
rigynes. Capsule à 5 loges polyspermes, surmontée par 5 
becs divergents terminant chaque loge. — Herbes dressées. 
Veuilles alternes. Meurs jaunâtres, eu cimes. 

P. faux-Orpin. P. sedoides. L. — Virginia stone-crop. — % 
Tige de 12'-16', anguleuse et rameuse supérieurement. Feuilles 
presque sessiles, oblongues, linéaires, membranacées, inégalement 
dentées, glabres. Fleurs jaune-verdâtre, uni-latérales, en épis d'abord 
recourbés au sommet, à la tin étalés, sans odeur, constituant une 
cime terminale. Pétales généralement marquant.— Canada-Géorgie ; 
fossés et lieux humides. Isle St. Paul (Montréal) ! Toronto ! Juillet- 
Septembre. 



240 DICOTYLÉDONES — POLTPETALES. FiCOïde. 

Fam. lu. mésembryanthémées. 

Mesemhryantliemeœ. Lindl. 

(Du Genre Mesembryanthemun). 

Herbes chai'nues ou sous-arbrisseaux, de formes vai'iées. 
Feuilles opposées ou alternes, charnues, cylindriques ou trigones. 
Fleurs § , solitaires, axillaires et terminales, remarquables par leur longue durée. 
Calice adhérent à l'ovaire, à limbe 2-5-8-partit, herbacé ou foliacé, ou demi- 
scarieux. 

Corolle — Pétales 00, insérés au sommet du tube calicinal, sur plusieurs rangs. 
Etamines 00, multi-sériées, inséi"iées sur le calice. Anthères introrses, ovales. 
Ovaire infère, à 4-20 loges ; placentaires linéaires, pariétaux, multi-ovulés. 
Fruit — Capsule polysperme, s'ouvrant en étoile au sommet. 
Graines à testa crustacé. Plantulc roulée autour d'un albumen farineux. 

Cette Famille qui a beaucoup d'affinité avec les Crassulacées et 
les Portulacées, comprend 5 Genres et 375 Espèces. Ce sont en 
général des plantes de peu d'intérêt dans leurs propriétés; quelques 
unes sont recherchées dans Tornementation tant pour la forme bizarre 
de leurs feuilles que pour la beauté de leurs fleurs. 

Gen. FICOÏDE. Mesemhryanthemum. L. 

(De mesembria, milieu du jour, atithos, fleur ; c'est-à-dire, fleurs s'épanouissant 
au midi). 

Mêmes caractères que ceux de la Famille. 

1. F. cristalline. M. cristallinutn. L. (^Cristalline. Plante de 
glace). — IcR PLANT. — Qj. Plante couchée, diffuse, chargée de papules 
transparentes ressemblant à une couche de frimas. Tige de 1-2 p. 
Feuilles amples, ovales-aigiies, alternes, ondulées, 3-nervées inférieu- 
rement. Fleurs axillaires, sub-sessiles. Calice 5-fide. — Cap de 
Bonne Espérance. *i* 

2. F, cordiforme. M. cordifolium. L. — % Tige herbacée, couchée, 
diffuse, étalée. Feuilles opposées, pétiolées, planes, cordiformes, 
parsemées de points brillants. Fleurs pourpres. Calice à 4-lobes 
dont 2 plus grands. Stigmates 4, dressés. Capsule translucide, 
marquée au sommet de 2 lignes en forme de croix. — Cap. >^ 

La culture ornementale en compte en outre plus de 100 autres 
Espèces, plus ou moins remarquables. Ce sont presque toutes des 
plantes de serres ou d'appartements. La dernière Espèce mise en 
pleine terre se ressème souvent d'elle-même. Diurétiques. 



Maiaillairc. lui. cactées. 241 



Fam. lu. CACTEES. Gacteœ. D. C. 

(De cactos, nom employé par Théophraste pour désigner une sorte de Chardon 
épineux). 

Plantes vivaces, charnues. 

Tige rameuse ou simple, cylindrique, anguleuse, cannelée, aplatie ou globuleuse. 
Feuilles tantôt nulles, indiquées par un coussinet sous le bourgeon, tantôt par- 
faites, planes, pétiolées. 

Fleurs ^ , sessiles, axillaires, brillantes, de peu de durée. 

Calice à peine distinct de la corolle ; sépales nombreux, soudés en un calice mo- 
nosépale adhérent à l'ovaire, à limbe pluri-sérié, pétaloïde. 

Corolle — Pétales nombreux, pluri-sériés, insérés sur le sommet du tube calicinal, 
libres, dressés ou étalés. 

Etamines 00, multi-sériées, à filets grêles, insérées à la base de la corolle. 
Ovaire infère, charnu, soudé au tube calicinal, 1-loculaire. à placentaires parié- 
taux, pluri-ovulés. Style indivis ; stigmates étalés ou fascicules. 
Fruit — Baie pulpeuse, ombiliquée au sommet. Graines nichées dans la pulpe. 

Genres 161, Espèces 800, des régions tropicales de l'Amérique. 
Ce sont des plantes qui résistent fortement à la sécheresse et qui 
intéressent autant par la bizarrerie des formes qu'elles affectent que 
par l'éclat et la beauté de leurs fleurs. Quelques unes ont des fruits 
comestibles. Aucune n'est capable de résister à notre climat, on ne 
les voit ici que dans les serres et les appartements. 



CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

1 Tige articulée et plus ou moins aplatie vers le haut 2 

I Non 3 

2 Articles foliiformes, parcourus par une nei-vure médiane. Epiphylle V. 

2 Articles ovales ou oblongs, sans nervure médiane . . Opontia VI. 

3 Tige allongée, continue, anguleuse Cierge IV. 

3 Tige globuleuse, ovoïde-oblongue, ou pyramidale 4 

4 Coussinets épineux, réunis eu côtes longitudinales 5 

4 Coussinets épineux, mamelonnés, disposés en spirale. . Mamillaire I. 
5 Tige surmontée d'une espèce de spadice laineux. Fleurs petites, 

éphémères Mélocactus II. 

5 Tige sans spadice terminal. Fleurs grandes, sur les angles saillants 

des côtes Êchinocactus III. 



Gen. 1. MAMILLAIRE. Mamillaria. Haw. 

(De mamïlla, petite mamelle ; allusion à la forme des tubercules de la tige). 

Limbe calicinal à 5-6 lobes colorés, couronnant le fruit 
jeune. Pétales 5-6, plus longs que les sépales, et soudés en 



242 DICOTYLÉDONES — POLTPÊTALES. MeloCaetBS 

tube avec eux. Etamines pluri-sériées. Style filiforme. Stig- 
mate 5-7-fide, rayonnant. Baie obovale, lisse, comestible. — 
Tige suh-globuleuse ou cylindrique, à tubercules épineux, libres, 
disposés en spirale. 

1. M. mamelliforme. M. uheriformis. Zucc. — Tige très courte, 
presque globuleuse, glabre entre les mamelons. Aréoles presque 
glabres. Mamelons vert-sombre, cylindriques, allongés, épais, diver- 
gents, obtus au sommet, terminés par 4-3 aiguillons presque égaux, 
disposés à peu près en croix, raides, cornés, pubescents. — Mexique. Hh 

2. M. à longs mamelons. M. longimamma. D. C. — Tige simple 
ou multiple à la base, ovale ou presque cylindrique, laineuse entre les 
mamelons. Mamelons gros, allongés, terminés par un faisceau 
d'épines rayonnantes, longues, molles. Fleurs grandes, à divisions 
intérieures jaune jonquille, les extérieures rougeâtres. — Mexique. >i* 

La culture spéciale en compte plus de 150 Espèces. Voyez pour 
la manière de les cultiver page 245. 

Gen. II. MÉLOCACTUS. Melomctus. T. 

(De melo, melon ; c'est-à-dire. Cactus en fonne àe Melon). 

Calice à limbe 5-6-lobé, pétaloïde, couronnant le fruit jeune- 
Pétales 5-6, soudés eu tube cylindrique avec les sépales. 
Etamines pluri-sériées. Style filiforme. Stigmate 5-fide, rayon- 
nant. Baie oblongue, lisse,|couronnée par les restes desséchés 
du calice et de la corolle. — Tige globuleuse, ou ovoïde, ou pyra- 
midale, à tubercules réunis en côtes longitudinales droites, sur- 
montée d'une espèce de spadice ou houppe laineuse (cephalium) 
formée de mamelons très serrés, à l'aisselle desquelles naissent des 
fleurs éphémères, petites. 

1. M. commun. M. communis. Link. — Cactus melocactus. L. — 
Turk's cap. Mklon Thistle. — Plante ovale-sub-globuleuse, d'un 
vert foncé, à 8-14 côtes droites, munies d'épines fasciculées, brune?, 
sub-égales. Fleurs rouges, à divisions denticulées. Fruits rouges. — 
Antilles. ^ 

La culture en compte encore plus de 20 autres Espèces. Les sui- 
vantes sont au nombre des plus estimées. 

3. M. pyramidal. M. pyramidalis. S.-Dyck. — Tige pyramidale 
ou sub-globuleuse. Cephalium cylindracé. 4* 

3. M. déprimé, M. deprcssus. Hook. — Tige conique-déprimée, 
discoïde, vert luisant, à 10 côtes larges. Houppe très basse, garnie 
de soies pourprées. — Brésil. Hh 



Echinocactus. Llii. cactées. 243 

4. M. à 5 aiguillons. M- pentacmtrus. Lem. — Tige globuleuse ou 
coniqne, vert clair, à 11 côtes un peu crénelées. Aiguillons 5, à peu 
près égaux, presque droits. Houppe conique, blanche, formée de 
poils sétiformes, roses. — Brésil. >f< 

Gen. III. ECHINOCACTUS. Echinocactm. Link. 

(De ekinos, hérisson, oursin ; allusion aux épines de la tige). 

Sépales et pétales nombreux, imbriqués, soudés en tube au- 
dessas de l'ovaire. Etamines nombreuses. Style fistuleux. 
Stigmate multi-partit. Baie portant les vestiges écailleux des 
sépales. — Tige simple, ovoïde, ou globuleuse d tubercules réunis 
en côtes longitudinales, droites. Meurs grandes, durant plusieurs 
jours, naissant sur les angles saillants des côtes au 7nilieu des 
touffes de soies et d'épines. 

1. E, en forme de toupie. E. turbiniformis. Pfeiffr. — Mamillaria 
turbinata. Hook. — Tige simple, vert grisâtre, atténuée à la base, 
large et déprimée au sommet, à côtes spirales, tuberculeuses comme 
dans les mamillaires, — Mexique. »^ 

2. E. dénudé. E. denudatus. Link. — Cactus denudatus. Otto. — 
Tige globuleuse, vert glauque, plane et nue au sommet, à 7-8 côtes 
arrondies, tuberculeuses. — Brésil. Hh 

3. E. porte-alènes. E. centeterius, Lehm. — E. mamellarioides. 
Bot. Mag. — Tige à peu près globuleuse, ombiliquée au sommet, d'un 
vert très foncé, à 15 côtes tuberculeuses. — Brésil. >i< 

4. E. d'Otto. E. Ottonis. Lehm.— Tige globuleuse ou ovale, se 
lignifiant à la base, à côtes épaisses, arrondies ; touffes d'épmes molles 
et grêles, pourpre-brun, naissant sur des points enfoncés, peu coton- 
neux. Fleurs sessiles, en rosaces, jaune-citron, à etamines pourpres. 
— Mexique, ►f» 

On en compte en outre plus de 100 autres Espèces. 

Gen. IV. CIERGE. Cereus. D. C. 

(Nom faisant allusion à la forme de la tige). 

Sépales très nombreux, pétaloïdes, à l'exception des plus 
extérieurs qui sont bien plus courts et à peine colorés, im- 
briqués, soudés avec les pétales en tube au-dessus de l'ovaire, 
Etamines 00, cohérentes avec le tube. Style filiforme, multi- 
fide au sommet. Baie portant les vestiges écailleux des sé- 
pales. — Tige continue, pourvue d'un axe ligneux, relevée d'angles 



244 DICOTYLÉDONES POLYPÊTALES. Epipliylle. 

OU de côtes munies sur la crête de petits coussinets d'épines fasci- 
culées. Fleurs grandes^ naissant des faisceaux d'épines ou des 
crênules des angles. 

1. Cl tétragone. C. tetnignmts. Haw. — Cactus telragonvs. L. — 
Tige dressée, longue, verdàtre, à 4 angles comprimés. Aiguillons 
grêles, inégaux, de couleur fauve, sur des coussinets laineux, blancs. 
Fleurs blanches, striées de rouge. — Brésil. *i* 

2. C. à grandes fleurs. C. grandijlurus. Haw. — Tiges à peu près 
cylindriques, d'un vert pâle, diffuses, très longues, flexueuses, à 5-7 
côtes peu saillantes, articulées, radicantes. Fleurs terminales et la- 
térales, très grandes, nocturnes. Pétales étalés, blancs, plus courts 
que les sépales, d'un brun jaune, linéaires-lancéolés. — Antilles. >{< 

3. C. triangulaire. C. triangniaris. Haw. — C. comjrressus.MiW. — 
Tige à peu près dressée, vert-clair, articulée, radicante ; articles à 3, 
rarement à 4 angles comprimés, presque ailés dans le jeune âge. 
Fleurs blanches, s'épanouissant à 6 heures du soir et durant jusqu'au 
lendemain midi. Fruit lisse, écarlate, de la grosseur d un œuf 
d oie. Hh 

4. C. magnifique. C. speciosisinws. D. 0. — Tige articulée, ra- 
meuse, à 3-4 côtes, aigiies, dentées ; rameaux pourpres dans le jenne 
âge. Aiguillons subulés, droits, naissant d'un duvet cotonneux, blanc. 
Limbe floral étalé. Etamines déclinées, blanches. Pétales grands, 
écarlates, les intérieurs à reflets irisés. — Mexique. Hh 

Et plus de 130 autres Espèces. 

Gen. V. EPIPHYLLE. Epiphyllum. Pfeiff. 

(De epi, sur, phyllon, feuille; fleurs naissant sur les rameaux aplatis en feuille). 

Calice à limbe 8-partit. Pétales pluri-sériés, les intérieurs 
soudés inférieurement en tube, à gorge oblique, les exté- 
rieurs libres, réfléchis ou droits. Style filiforme dépassant à 
peine les etamines. Stigmates 3-7, linéaires, rayonnants. — 
Tige articulée, foliiforme, tronquée, cylindracée et ligneuse à la 
base, parcourue par une nervure médiane. Fleurs 7iaissant des 
crênules ou du sommet tronqué des rameaux. 

1. E. à fleurs jaunes. E. pJiyllanthum. Haw, — Phyllocactus 
phyllanthus. Link. — Cactus. L. — Branches vertes, simulant des 
feuilles, et cylindriques seulement à la base. Tube floral cylindrique, 
grêle, beaucoup plus long que le limbe. Fleurs jaunâtres, de 9'-12' 
de long, s'ouvrant la nuit, odorantes. — Amérique du Sud. >i* 

2. E. à fleurs roses. F. spcclosum. Haw. — Phyllocacfvs j)h.yUan- 
thoides. D. C— Cactus elegans. Link. — Rameaux diffus dont les plus 



Opontia. lui. cactées. 245 

âgés forment des liges arrondies, ligneuses. Fleurs naissant des 
crénelures latérales des rameaux foliacés, longues de 3'-4', d'un très 
beau rose, s'ouvrant le jour, inodores. Tube floral plus court que le 
limlDe. — Mexique. >i* 

3. E. à longs rameaux. E lotifmns. Zucc. — PhyJla7ifhus. î.ink. 
— Rameaux verts, très grands, foliacés, obtus au sommet, légèrement 
crénelés, ou mieux ondulés sur les bords. Fleurs élégantes, blanches, 
très larges, à pétales bordés de rose. — Mexique. >i* 

Gen. VI. OPONTIA. Opuntia. T. 

(De Opuntiis, ville de la Phocide où abonde l'Espèce principale). 

Sépales nombreux, foliacés. Pétales nombreux, souciés à 
leur base et étalés eu roue. Etamines 00, plus courtes que 
les pétales. Stigynates nombreux, épais, dressés. Baie ovoïde, 
à sommet ombiliqué, tuberculeuse. — Tige plus ou moins aplatie, 
sans nervure médiane, à articles ovales ou oblongs, portant des 
faisceaux d''aiguillons ou de soies. Fleurs naissant des faisceaux 
d'épines ou des bords des articles. 

1. 0. commun. O. vulgaris. Mill. — Cacivs Opuntia. L. (^Ra- 
quette. Nopal). — Prickly Pear. — Plante couchée, diffuse; rameaux 
munis d'aiguillons très courts et très nombreux. Fleurs jaunes, 
grandes, étalées, suivies d'un fruit rouge, lisse, comestible. — Mas- 
sachussetts. ►{< 

C'est sur cette Espèce et 2 autres de ses congénères que vit la 
Cochenille, petit insecte fournissant cette belle couleur rouge carmin, 
si employée dans les arts. 

2. 0. claviforme. O. daimrioides. Pfeiff. — Cactus serieeus. Hort. — 
Tige à articles verts, allongés, grêles, cylindracés ou claviformes. — 
Mexique. HE* 

3. 0. de Parmentier. O. Parmentieri. Pfeiflf. — Tige composée 
d'articles en forme de Concombre, d'un vert pâle. — Paraguay. >^ 

4. 0. du Brésil. O. Braziliensis. Haw. — Cactus jmradosus. Hor- 
nem. — Tige de 5-6 p., cylindrique, charnue, ligneuse seulement à la 
base, continue, non articulée, dressée, rameuse. Rameaux hori- 
zontaux, ovales, articulés sur la tige, tuberculeux, à aréoles ne portant 
qu'un seul aiguillon. Fleurs jaune-citron. — Brésil. >^ 

Et plus de 80 autres Espèces. 

Les Cactées ont depuis quelques années surtout attiré l'attention 
d'une manière toute spéciale des amateurs. L'aspect de leur port, 
la bizarrerie de leurs formes, la grandeur et l'éclat de leurs fleurs, 
ont à justes titres mérité cette attention. Elles peuvent toutes se 
cultiver avec succès dans les appartements. Une bonne terre 



246 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALEs. Groseillier. 

franche, légère, leur convient particulièrement. L'essentiel pour 
leur conserver la santé et en avoir des fleurs abondantes et riches 
est de leur ménager ou même de leur retrancher totalement les arro- 
sements pendant l'hiver. Tenues ainsi dans le repos d'Octobre à 
Mars, si à cette époque vous commencez à les arroser, elles ne tar- 
deront pas à reprendre vigueur aussitôt, et à montrer de nombreux 
boutons. Leur multiplication est des plus facile au moyen de bou- 
tures ; laissez toujours sécher la plaie de la partie amputée avant 
de la mettre en terre. Les Mamillaires, les Mélocactus, les Echi- 
nocactus émettent souvent des rejetons à leur base qui constituent 
en peu de temps de nouveaux individus. Plusieurs Espèces ont des 
fruits aqueux et charnus qui sont comestibles. Sous les tropiques ces 
plantes prennent beaucoup plus de développement ; on en forme des 
haies impénétrables. 



Fam. LIV. GROSSULARIEES. Grossularieœ. Endl. 

(Nom tirée du Genre Grossularia). 
Arbrisseaux buissonneux, souvent armés d'épines au-dessous de la feuille. 
Feuilles alternes ou fasciculées, sans stipules, palmi-lobées, à pétiole dilaté à la 

base. 
Fleurs ^ , axillaires, solitaires ou en grappes, avec des bractées à la base. 
Calice supère, régulier, 4-5-fide, marcescent, à préfloraison imbriquée. 
Corolle — Pétales autant que de sépales, petits, insérés sur le calice, marcescents. 
Etamines autant que de sépales, à filets courts, subulés. Anthères intirorses. 
Ovaire infère, 1-loculaire, à 2 placentaires pariétaux, pluri-ovulés. Styles 2, 

soudés inférieurement. 
Fruit — Baie pulpeuse, couronnée par le limbe calicinal et les pétales desséchés. 
Graine à testa gélatineux, à plantule droite à la base d'un albumen corné. 

Cette petite Famille qui se réduit au seul Genre Ribcs ne com- 
prend pas moins de 95 Espèces, dont plusieurs répandues dans nos 
bois ou cultivées dans nos jardins. Plusieurs de ces Espèces ont des 
fruits comestibles et quelques unes seulement servent à rornemen- 
tation. 

Genre unique. GROSEILLIER. Bihes. L. 

(Nom donné par les Arabes à une Espèce de Rheum et que Bauhin par erreur 
appliqua au Groseillier). 

Section I, GROSEILLIER. Grossularia. D. C. 

Arbrisseaux épineux. Pédoncules courts, l-3Jlores. Feuilles plissées dans h 
bourgeon. Baies souvent épineuses. 

1. G, des lacs. R. lacustre. Poir. — R. oxiacantkoides. Michx. — 
R. echinatum. Dougl. — Swamp Gooseberrv. — Arbrisseaux de 3-1 p. 



Groseillier. 



LIV. GROSSULARIEES. 



247 



Tiges rougeàtres par les nombreux aiguillons qui les couvrent, ne 
différant des épines que par leur grandeur. Feuilles 3-5-lobées, 
poilues en dessous, glabres en dessus, cordées à la base, à lobes pro- 
fondément incisés, à pétioles ciliés-hispides, plus longs que les feuilles. 
Fleurs jaunâtres, en grappes lâches, grêles, réfléchies, pubescentes, 
7-9-flores, Calice en roue. Baie d'un pourpre foncé, petite, cou- 
verte de longs aiguillons, d'un goût désagréable. Les vieilles tiges 
sont souvent dépourvues d'aiguillons. — Amérique Artique-New York; 
endroits marécageux des montagnes. Lac St. Joachim ! Juin. 

2. G. à trois fleurs. R. triflorum. Bigel. — R. saxosum. Hook. 
— R. hirtellum. Michx. — Arbrisseaux de 3-4 p., à rameaux effilés, 
munis à l'aisselle de chaque feuille d'un aiguillon stipulaire. Feuilles 
arrondies, pubescentes en dessous, cordées, à 3-5 lobes. Fleurs ver- 
dâtres, disposées ordinairement par 3 au sommet de pédoncules courts, 
pendants. Tube du calice glabre, campanule. Style poilu, 2-fide. 
Baie glabre, d'un pourpre bleuâtre à la maturité. — Baie d"Hudson- 
Lac Supérieur; bois pierreux. Bécancour ! Isle d'Orléans! Mai- 
Juin. 



112 




FiG. 106. Eameau de Groseillier (Ribes uva-crispa) en fleur. 107. Rameau en 
fruit. 108. Calice portant les pétales et les étamines séparé de l'ovaire et ouvert. 
109. L'ovaire seul. 110 et 111. Sections du fruit non encore parvenu à la matu- 
rité. 112. Une graine grossie, anatrope, la chalaze ne correspondant pas au hile. 
113. La même à la maturité, le raplié se séparant de la graine forme une partie 
du funicule. 114. Section verticale de la môme laissant voir la plantule minime 
à la base de l'albumen. 



248 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Groseillicr. 

On rencontre assez souvent cette Espèce dans les jardins. Son 
fruit a un goût assez agréable, mais il se détache du rameau aussitôt 
qu'il est mûr. 

3. G. Ronce de chien. R. cynobasti. L. — R. gracile. Torr. — 
Prickly Goosebrrry. — Arbrisseaux de 3-4 p., le plus souvent sans 
aiguillons, mais armés de 1-3 épines aiguës au-dessous de l'aisselle 
de chaque feuille. Feuilles molles, pubescentes, cordées, à 3-5 lobes 
incisés-dentés. Fleurs vertes, 2-3 au sommet de pédoncules pendants. 
Tube calicinal ovale-cylindrique, plus long que les segments. Pé- 
tales obovales, plus courts que les sépales. Baie brunâtre à la ma- 
turité, héris^iée de longs aiguillons, comestible. — Baie d'Hudson- 
Kenîucky; bois, penchants des collines, rivages du fleuve. Isle 
Verte ! Nicolet ! Juin. 

4. G. fanSSe épine. R. oxyacantJmides. L. — Grossularia oxya- 
canthoifoim. Dill. - Arbrisseaux de 3-4 p.. munis d'aiguillons très 
forts, ordinairement assez nombreux sur les jeunes rameaux pour les 
laire paraître comme couverts de poils fauves, ceux avoi^inant l'ais- 
selle des feuilles étant unis à la base par 2-3. Feuilles glabres ou 
légèrement pubescentes, arrondies, cordées, à 5 lobes crénelés ou 
profondément dentelés, à pétioles velus et hispides. Pédoncules 
ordinairement 2-flores, très courts. Calice à tube cylindrique, à seg- 
ments 2 fuis plus longs que les pétales obovales. Baie glabre, rou- 
geâtre on d'un pourpre bleuâtre. — Canada et Terreneuve ; sur les 
rochers. Juin. 

a sctosum. Dougl. Fruit légèrement hispide. 

5. G. à maquereaux. R, uva-ciispa. L. — R. Grossularia. Willd. 
{Groseilles des jardins). — English ou Garden Goosebf.rry. — 
(Fig. 106 et suivantes). — Tige de 2-3 p., munie d'aiguillons à 3 
branches. Feuilles petites, velues-pubescentes, à 3-5 lobes obtus, 
incisés ou dentés, fasciculées à l'extrémité de rameaux courts. Ca- 
lice campanule, à sépales réfléchis, glabres, colorés. Pétales ar- 
rondis au sommet, glabres, à gorge barbue. Style pubérulent. Baie 
glabre, globuleuse ou ovoïde, verdâtre, jaune, ou rougeâtre, à suc 
fermentescible donnant un vin agréable. — Angleterre. Mai. $ 

Les fruits sont employés comme condiment pour assaisonner les 
viandes et le poisson, ils se mangent aussi en pouding et en confi- 
tures. Dans plusieurs Variétés, ils forment un met de table justement 
apprécié. C'est surtout en Angleterre que la culture du Groseillier 
est répandue et soignée. Il préfère une terre un peu humide. Pour 
avoir de gros et beaux fruits il faut le maintenir à une seule tige ; en 
buisson les fruits sont ordinairement bien plus petits. La Variété 
anglaise Cro^on Bob donne des fruits aussi gros que les Prunes 
Reine-Claude. On le multiplie par la division des pieds ou mieux 
encore par le marcottage des rameaux, qui se fait en Juin lorsqu'ils,, 
ne sont encore qu'à demi-aoûtés. 



groseillier, Liv. grossulariées, 249 

Sbct. IT. GADELIER. Rihesia, D. 0. 
Arbrisseaux sans épines. Fleurs en grappes pluri-Jlores. Baies glabres. 

6. G. rouge. R. ruhmm. L. (^Gadelier commun). — Common RED 
cuRRANT. — Arbrisseaux de 3-4 p,, non épineux. Feuilles 3-5-lobées, 
échancrées en coin à la base, glabres en dessus, pubescentes en 
dessous, bords à dentelures mucronées. Fleurs jaune-verdâtre, dis- 
posées en grappes pendantes, presque glabres, munies de bractées 
très courtes, obtuses. Calice glabre, court, à limbe rotacé, plan. 
Fruit globuleux, glabre, rouge. — Canada-Illinois ; bois humides. 
St. Tite des Caps ! Terrebonne ! Juin. $ 

Cette Espèce qu'on rencontre assez communément dans nos bois 
se trouve dans tous les jardins. Ses fruits acides, d'un goût agréable, 
servent encore à faire des gelées, des sirops, et un vin qui n'est pas 
sans mérite. Une Variété à fruits blancs compense en sucré ce 
qu'elle perd en acidité. 

7. G-. couché. R. pmstraium. L'Her. — R. glandulosum. Ait. 
Gadelier saiivage). — Mountain Currant. — Skunk Currant. — 
Arbrisseaux de 2-3 p.. à odeur désagréable se rapprochant beaucoup 
de celle du Symplocarpe fétide. Tiges couchées, à rameaux dressés. 
Feuilles glabres, profondément cordées, presque palmées, 3-7-lobées, 
rugueuses-réticulées, doublement dentées. Fleurs vertes, en grappes 
dressées, garnies de bractées linéaires-lancéolées, presque amplexi- 
caules. Calice campanule, poilu, à dents arrondies. Pétales cunéi- 
formes. Baie globuleuse, hispide-glanduleuse, rouge, assez grosse, 
d'une saveur désagréable.— Canada-Pennsylvanie ; collines et lieux 
pierreux, Isle V«rte ! St. Grégoire 1 Juin. 

8. G. de la Floride. R. Floridum. L'Her. — R. recurvatum. 
Michx. — Coreo.ima Florida. Spacb.—WiLD black Currant. — Ar- 
brisseaux de 3-4 p., très rameux, à écorce blanchâtre. Feuilles sub- 
cordées, à 3-5 lobes aigus, dentelés, glanduleuses-résineuses sur les 2 
faces. Fleurs Jaune pâle, en grappes pendantes, garnies de bractées 
lancéolées ou subulées, ciliées, égales ou plus longues que les pédi- 
celles. Pétales oblongs, rouges au sommet. Baie glabre, oblongue- 
ovo'ide, noire, insipide. — Canada- Virginie ; dans les bois. Cap Tour- 
mente ! JM ai-Juin. 

9. G. noire. R.nigmm, L. (Cassis). — Black Currant. — Tiges 
de 4-5 p., flexueuses. Feuilles ponctuées-gîanduleuses inférieurement, 
à 3-5 lobes, dentelées, plus longues que les pétioles. Fleurs blanc- 
verdâtre, en grappes lâches, pubescentes, pendantes, garnies de 
bractées très petites, subulées ou obtuses, plus courtes que les pédi- 
celles. Calice campanule à sépales réfléchis. Pétales oblongs. Baie 
globuleuse, noire, plus grosse que dans toutes les Espèces précédentes, 
glanduleuse, aromatique. — Europe. Mai-Juin. $ 

Les fruits de cette Espèce ont une saveur qui ne plait pas à tout 
le monde. On en prépare un ratafia très estimé connu sous le nom 
de cassis. 



250 DICOTYLÉDONES— POLYPÉTALES- 

10. G. sanguin. R. sanguineum. Pursh. — Calohotn/a sangu.inea. 
Spach. — Arbrisseaux de 5-6 p., à écorce brun-pourpré. Feuilles 
cordées, glabres en dessus, légèrement pubescentes-blanchâtres en 
dessous, à 3 lobes dentelés. Fleurs rouge-sang, disposées en longues 
grappes lâches, pubescentes, garnies de bractées ovales-spatulées de 
la longueur des pédicelles. Calice tubuleux, à segments étalés. Pé- 
tales oblongs, spatules. Fruit sub-globuleux, légèrement glanduleux- 
hispide, insipide. — Orégon. Mai-Juin. >^ 

et flore pleno et atrosanguineujn. D'un plus grand effet que l'Es- 
pèce principale dans 1 ornementation. 



Fam. LV. SAXIFRAGEES. Saxîfmgeœ. Vent, 

(Du Genre Saxifraga). 

Herbes ou arbrisseaux. 

Feuilles opposées ou éparses, quelquefois stipulées. 

Fleurs ^ , régulières ou à peu prés, solitaires, en épis, ou en grappes. 

Calice à 5 sépales plus ou moins cohérents, à liiubo o-fide ou 5-denté, persistant. 

Corolle — Pétales ordinairement 5, insérés à la gorge du calice, et alternant avec 

ses divisions, quelquefois 0. 
Etamines 5-10-00, à filets subulés. Anthères iutrorses, 2-loculaires, ovoïdes. 
Ovaire ordinairement à 2 carpelles cohérents à la base, à une seule loge pluri- 

ovulée. 
Fruit capsulaire, à carpelles se séparant à la maturité par la suture interne. 
Plantule entourée d'nn albumen charnu. 

Genres 38, Espèces 440, habitant généralement les régions froides 
et s'avanyant jusqu'aux limites de la végétation. Quelques Espèces 
sont ornementales. 



CLEF ANALYTiaUE DES GENRES. 

1 Tige herbacée 2 

1 Tige ligneuse Hortensia V. 

2 Pétales 5 3 

2 Pétales 0. Feuilles opposées. Plante aquatique . . . Dorine II. 

3 Pétales entiers 4 

3 Pétales pennifides ou frangés Mitrelle III. 

4 Capsule 1-loculaire Tiarelle IV. 

4 Capsule 2-loculaire Saxifrage I. 



Saxifrage. LV. saxifragées. 251 

Gex. I. SAXIFRAGE. Saxlfraga. L. 

(De saxum. pierre, frangere, briser; allusion à la localité des Espèces, et à de 
prétendues propriétés lithontriptiques). 

Calice libre ou adhérent à la base de l'ovaire, 5-fide ou 
5-partit. Pétales 5, onguiculés, insérés sur le tube du calice. 
Etamines 10. Ovaire libre ou demi-adhérent, 2-loculaire ; 
placentaires adnés à la cloison. Styles 2, distincts ou cohé- 
rents à la base. Capsule à 2 becs, à déhiscence loculicide 
entre les becs. — Herbes à feuilles radicales ordinairement en ro- 
settes, les caulinaires ordinairement alternes. 

1. S. de Virginie. S. Virginiensis. Michx. — S. vernalis. Willd. 
— Early Saxifrage. — % Hampe de 10-12', pubescente, très ra- 
meuse. Feuilles presque toutes radicales, un peu épaisses, poilues, 
pétiolées, ovales, crénelées-dentelées, purpurines en dessous. Fleurs 
blanches ou veinées de pourpre, disposées en cimes paniculées. Ca- 
lice à dents ovales, toujours plus longues que le tube, adhérent à la 
basa de l'ovaire. Pe'tales linéaires, spatules, beaucoup plus longs 
que le calice. Styles de la longueur des etamines. Stigmates glo- 
buleux, un peu déprimés. Capsules plus longues que le calice, cou- 
ronnées par les styles divergents. — Canada-Géorgie; rochers et col- 
lines pierreuses. Cap Tourmente ! Prescott ! Mai-Juin. 

2. S. de Pennsylvanie. -S. Pennsi/lvanica. L. — Micranthes Pmn- 
sylvanicn. Haw. — Pennsylvanian Saxifrage. — % Hampe de 2-4 p. 
Feuilles oblancéolées ou ovales, atténuées en pétiole, un peu mem- 
braneuses, d'un vert pâle, légèrement pubescentes, de 4'-8' de long. 
Fleurs petites, verdâtres, pédicellées, en cimes paniculées. Sépales 
recourbés, égalant à peine les pétales linéaires-lancéolés, 1-nervés. 
Stigmates globuleux, sub-sessiles. Carpelles divergents au sommet à 
la maturité. — Canada- Virginie ; lieux humides et fangeux. Prescott ! 
Mai- Juin. 

3. S. à feuilles opposées. S. nppnaitifolia. L. — Opposite 
LBAVED Saxifrage. — % Tiges d'un vert pourpré, très rameuses et 
diffuses. Feuilles obovales, carénées, ciliées, obliques, tronquées au 
sommet, généralement percées de 1-3 petits trous, disposées sur 4 
rangs, très rapprochéns, imbriquées, persistantes. Fleurs solitaires, 
terminales, d'un ronge pourpre, grandes et très brillantes. Calice 
non adhèrent à l'ovaire, à dents ciliés. Etamines plus courtes que 
la corolle. Graines rugueuses. — Labrador-Anticosti ; dans les fentes 
des rochers. Juin. 

4. S. fa^IX Aisoon. *S. Aisoldes. Smith. — ^. autumnalls. L. — % 
Tiges gazonneuses, de 2-4', garnies de feuilles un peu épaisses, 
linéaires, plus ou moins ciliées, à peine mucronées, le plus souvent 
persistantes. Fleurs jaunes, étalées, en punicule, rarement solitaires ; 
pétales oblongs, plus longs que les sépales, souvent maculés de petites 



252 DICOTYLÉDONES FOLYPÉTALES. Doiing. 

taches. Stigmates déprimés. Capsule un pea épaisse, de la lon- 
gueur des styles. Graines ovales-triquêtres, un peu rugueuses. — 
Labrador-Anticosti ; dans les fentes des rochers. Juin-Juillet. 

5. S. Aizoon. S.Aizoon. Jacq. — S. recta. Lapeyr. — S. ncgUr.ta. 
Ten. — %. Tige dressée, de 5-10'. Feuilles en rosette, spatulées, 
oblongues, à dents cartilagineuses. Pédoncules et calice poilus- 
glanduleux ou visqueux. Fleurs blanches, en panicules eorymbi- 
formes. Pétales ovales, souvent rouges ou ponctués de jaune. 
Styles divergents, plus longs que le calice. Graines ovales-triquêtres, 
rugueuses. — Labrador-Lac Supérieur ; sur les rochers humides. 
Juillet. 

6. S. des ruisseaux. -S. rivularis. L. — % Tiges très grêles, de 
2-3', portant 3-5 fleurs blanches, bractéolées. Feuilles radicales 
pétiolées, réniformes, crénelées-lobées, les caulinaires lancéolées, 
presque entières. Calice à lobes ovales presque aussi- longs que les 
pétales mais beaucoup plus courts que les capsules qui sont ter- 
minées par un bec court. — Labrador-Montagnes blanches du New- 
Hampshire. 

7. S. sarmenteux. S. sarmentosa. L. {Araignée). — % Tige à 
stolons grêles, rougeâtres, semblables à ceux des Fraisiers, émettant 
comme ces derniers des toulfes de feuilles à leurs extrémités qui 
s'enracinent dès qu'elles portent sur le s)l. Feuilles garnies sur 
toute leur surface supérieure de longs cils, réniformes, arrondies, 
doublement dentées, purpurines inférieurement, vertes et veinées de 
blanc supérieurement. Fleurs en panicule, blanches, irrégulières, 
les 3 pétales supérieurs très petits, rosés, ovales, les 2 inférieurs lan- 
céolés, aigus, plus longs, pourvues entre l'ovaire et les pétales supé- 
rieurs de glandes lanulées, jaunes, nectarifères. Tiges florifères, 
nues, de 6-8' de haut ; les rejets stériles persistants. — Chine. Hh 

Plante de serres ou d'appartements. Cultivée dans un vase sus- 
pendu, ses stolons filiformes, terminés par des touS'es de feuilles 
font un charmant efi"et. 

Gen. II. DORINE. Chrysosplenîum T. 

(De chrysos, or, splèn, rate ; allusion à des propriétés médicinales). 

Calice à tube soudé avec l'ovaire, limbe à 4-5 lobes colorés 
en dedans. Corolle 0. Etamines 8-10, insérées sur le bord 
d'un disque épigyne. Ovaire infère, 1-loculaire, à 2 placen- 
taires pariétaux basilaires. Styles 2, distincts. Capsule ob- 
cordée, comprimée, 2-valve au sommet, polysperme. — Herbes 
aquatiques, un peu charnues, d rameaux dichotomes. Feuilles 
opposées ou alternes. 



Mitrelle. lv. saxifragées. 253 

D. d'Amérique. C. Amerir.anu7n. Schwein. — C. opposififolmm. 
Michx. — Watkr carpet. — % Petiie plantti des sources et. fontaines, 
très tendre, à tiges de 3-10', quadrangulaires, étalées, diffuses, radi- 
cantes infericurement. Feuilles opposées, brièvement pétiulées, derai- 
orbiculaires, crénelées et sinuées. Corolle 0. Etamines 8, très courtes, 
portant des anthères jaune-orange qui sont les parties les plus appa- 
rentes de la fleur. Les fleurs terminales ont quelquefois 10 etamines. 
— Canada-Caroline. Cap Tourmente ! Niagara! Avril-Mai. 

La Dorine est sans contredit notre première fleur du printemps. 
Le 27 Mars 18G0, nous en avons trouvé dans une source de parfai- 
tement épanouies, lorsque les chatons du Coudrier et de l'Aune pa- 
raissaient encore à peine s'être mis en mouvement. 

Gen. III. MITRELLE. Mitella. T. 

(Diminutif de mitra, mitre ; allusion à la forme du fruit). 

Calice campanule, 5-lobé, adhérent à l'ovaire par sa base. 
Pétales 5, pennifides, dentés, insérés au sommet eu tube 
calicinal. Etamines 5-10, incluses, insérées avec les pé- 
tales. Ovaire 1-loculaire, à 2 placentaires pariétaux. Styles 
2, court. Capsule 1-loculaire, poljsperme, s'ouvrant eu 2 
valves. — Herbes à feuilles pétiolêes, presque toutes alternes. 

1. M. à deux feuilles. M. d,iphylla. L. — Currant Lbaf. 
BiSHOP's cap. — % Tige de 12-15', portant à son milieu une paire de 
feuilles opposées ou sub-opposées, sub-sessiles, Feuilles radicales, 
cordées, presque 3-lobées, dentées, ciliées, portées sur des pétioles 
hispides de 2-6' de long. Fleurs blanches, brièvement pédicellées. 
disposées en épis terminaux, lâches, de 6-8' de long, remarquables 
par leurs pétales frangés. Graines noires et brillantes — Canada- 
Kentucky ; bois, dans les terrains riches et humides. St. Augustin ! 
Mal baie ! Mai. 

2. M. nue. M. mtda. — Dwarf Mitrlla. — % Tige nue, de 5-6', 
grêle, émettant souvent des stolons relevés au sommet. Feuilles 
cordées-arrondies, presque réniformes, crénelées-loltées, hérissées de 
poils épais. Hampe filiforme, portant 5-10 fleurs verdâtres, très 
délicates. Calice déprimé. Pétales filiformes, pennifides ou pec- 
tines. — Baie d'Hudson-New York; bois, dans les endroits très 
humides. Escoumains ! Laval ! Juin. 

Plantes sans importance, mais fort intéressantes, la dernière surtout, 
par la singulière division de : es pétales. 

Gen. IV. TIARELLE. Tlarella. L. 

(De tiara, tiare, diadème des Perses ; allusion à la forme de la capsule). 

Calice persistant, à 5 lobes obtus. Pétales 5, entiers, on- 
guiculés, insérés au sommet du tube calicinal. EtamineslQ^ 



254 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Ilorteiisia. 

périgjnes, saillantes. Ovaire 2-loculaire. Styles 2, distincts. 
Capsule 1-loculaire, membranacée, s'ouvrant en 2 valves iné- 
gales. Graines peu uouibreuses. — Plantes herbacées, à Jleurs 
blanches. 

T. à fenilles en cœur. T. cordifoUa. L. — Mitre-wort. Gem- 
FRUiT. — % Tiire de 6-12', ordinairement dépourvue de feuilles et 
émettant des stolon.? après la floraison. Feuilles radicales, cordées, 
à, loi es aigus, bordés de dents mucronées, poilues ainsi que les pé- 
tioles. Fleurs blanches, en grappe simple, teruiinale, bractéolées. 
Calice à lobes réfléchis, ovales-obtus. Pétales longuement ongui- 
culés. — Canada-Virginie ; bois pierreux. Pointe-Lévis ! St. Régis ! 
Mai. 

Se trouve souvent associée avec la Mitrelle à deux feuilles avec 
laquelle d'ailleurs elle a beaucoup de ressemblance. 

Gen. V. HORTENSIA. Hydrangea. L. 

(De hydor, eau, aggos, vaisseau ; allusion à la forune du fruit semblable à une 
coque). 

Fleurs marginales ordinairement stériles, avec un large 
calice coloré, en roue, 4-5-lide, dépourvues de pétales, d'éta- 
mines et de styles. Fleurs fertiles, calice persistant, adhérent 
à l'ovaire, à limbe 4-5-denté. Pétales 4-5, insérés au bord 
d'un anneau epigyne, sessiles, ovales. Ela.mines 8-10, à filets 
filiformes. Ovaire infère, 2-loeulaire. Styles 2, distincts. 
C'xpside s'ouvrant par un trou entre les styles persistants. — 
Arbrisseaux à feuilles opposées, péiiolées. Fleurs en corynibes. 

1. Hi arborescent. H. arhoresccns. L. — H. vulgaris. Michx. — 
Commun ïïyurangea. — Arbrisseau de 4-5 p. Feuilles ovales, sub- 
cordées, les supérieures lancéolées, grossièrement dentées, presque 
glabres, pubérulenles inférieurement. Corynibes plans. Fleurs 
fertiles petites, blanches, passant au rose, très nombreuses. Dans la 
culture les fleurs marginales sont souvent radiées, quelquefois toutes 
les fleurs sont stériles et radiées. -Virginie. >^ 

2. H. des jardins. //. Hortensia.. D. C. {Quatre-saisoni. Rose 
du. Japon). — Chai\geablk Hyurangka. — Arbrisseau de 1-3 p. 
Feuilles grandes, ovales-aigûes. dentées, glabres ainsi que les ra- 
meaux, à nervures fortement, prononcées. Corymbes amples, ombel- 
liformes. Fleurs brillantes. d"abord vertes et passant successivement 
aux nuances roses, pourpres, blanches, bleues et rouges; les stériles 
nombreuses, a lobes caliciiiaux obovales. entiers, les fertiie.s peu nom- 



Hamam3lis. lvi. amamélidées. . 255 

breuses, au centre du corymbe, plus petites, à 2-3 styles. Fleurs 
persistant pendant plusieurs mois. — Chine. *i* 

L'Hortensia est une magnifique plante d'appartement ; on en a 
vu avec des corymbes globuliformes de plus de un pied de diamètre. 
Pour avoir de belles fleurs il faut renouveler la terre des pots tous 
les ans, et ne pas exposer la plante surtout pendant la floraison h, 
un soleil trop ardent. Se reproduit facilement de boutures. 



Fam. lvi. HAMAMELIDEES. Hamamelideœ. R. Br. 

(Du Genre Hamamelis). 

Arbres ou arhrisseauz à feuilles alternes, avec 2 stipules caduques. 

Fleurs ^ ou diclines, axillaires ou en épis terminaux. 

Calice adhérent à l'ovaire, 4-5-fide, imbriqué dans la préfloraison. 

Corolle — Pétales 4, insérés sur la gorge du calice et alternes avec ses divisions. 

Etamines 8, celles opposées aux pétales stériles, ou 00, toutes fertiles et sans 
pétales. 

Ovaire demi-infère, à 2 loges 1-ovulées. Styles 2 ; stigmates simples. 

Friiit — Capsule coriace, à 2 valves 2-fides au sommet. Graines luisantes. 

Genres 10, Espèces 15, répandues dans l'Amérique du Nord, la 
Chine, le Japon, au Cap de Bonne Espérance, etc. Le seul Genre 
qui suit se rencontre parfois dans le Haut-Canada. 

Geî7. hamamelis. Hamamelis. L. 

? (De ama, ensemble, melon, fruit ; c'est-à-dire, portant à la fois des fleurs et des 
fruits). 

Calice adhérent au bas de l'ovaire, 4-lobé, garni de 2-3 
écailles extérieures. Pétales 4, très longs, ligules. Etamines 
stériles en espèces d'écaillés opposées aux pétales et alter- 
nant avec les fertiles, à filets très courts. Anthères s'ouvrant 
par une valvule verticale. Ovaire libre au sommet, terminé 
par 2-3 styles. Capsule coriace, à 2 loges, et terminée par 2 
becs. — Arbrisseaux â feuilles presque entières, fleurs axillaires, 
agglomérées, à involucre S-foliolé. 

H. de Virginie. H. Virginica. L. — Witch Hazel. — Grand 
arbrisseau consistant en plusieurs tiges rameuses de la même racine 
aussi grosses que le bras, et de 10-12 p. de haut. Feuilles ovales, 
orénelées-sÎDuées, sub-cordées, obliques, couvertes dans le premier 



256 DICOTYLÉDONES — ^POLYPÉTALES. 

âge de poils étalés, portées sur des pétioles courts. Fleurs presque 
sessiles, en glomérules axillaires de 3-4, pourvues d'uo involucre, et 
s'épanouissant même après d'assez fortes gelées d'automne. — Canada- 
Louisiane ; bois humides. Octobre-Novembre. 

Des imposteurs se servent encore aujourd'hui des branches de cette 
plante pour faire croire qu'ils peuvent reconnaître la présence de 
métaux précieux, de sources d'eaux, etc., dans des endroits cachés. 



Fam. LVII. OMBELLIFERES. Ombelliferœ. J. 

(De umbella, parasol ; allusion à la disposition des pédoncules). 

Tige herbacée, rarement sous-frutescente, creuse ou remplie d'une moelle abon- 
dante, sillonnée ou couchée. 
Feuilles alternes, à pétiole dilaté en une base engainante, à limbe généralement 
découpé, sans stipules. 

Fleurs ^ , en ombelles et ombellules involucrées ou nues. 

Calice adhérent à l'ovaire, à limbe entier ou 5-denté, quelquefois presque nul. 

Corolle — Pétales 5, insérés en dehors d'un disque épigyne, libres, caducs, géné- 
ralement à pointe infléchie, quelquefois 2-tides, les extérieurs souvent plus 
grands et dits alors rayonnants. 

Etamines 5, in-érées comme les pétales et alternes avec eux. Anthères 2-locu- 
laires. 

Ovaire infère, 2-loculaire. Styles 2, épaissis à leur base en un stylopode cou- 
ronnant l'ovaire. 

Fruit sec. 2-loculaire, se séparant en 2 coques qui restent suspendues au sommet 
d'un prolongement filiforme de l'axe nommé cohimelle ou carpophore. 

Côtes — La surface du fruit est marquée de 10 côtes principales, nommées côtes 
primaires, alternant avec 10 autres plus petites nommées côtes secondaires. 

Vallécules, intervalles qui séparent les côtes primaires et dans lesquels se trouvent 
les côtes secondaires. 

Bandelettes, canaux résinifères ordinairement colorés, développés dans l'épaisseur 
du péricarpe, placés dans les vallécules ou à la face coramissurale des car- 
pelles. Les bandelettes manqui^nt quelquefois. 

Graine pendante, tantôt libre, tantôt adhérente au péricarpe. 
Plantute droite, très petite, entourée d'un albumen corné, très épais. 

Genres 267 et plus de 1500 Espèces, presque toutes à odeur aro- 
matique ou vireuse, du moins dans leurs fruits. Celles où le principe 
aromatique est uni à une assez forte proportion de mucilage et de 
matière sucrée, deviennent propres aux usages culinaires. D'autres 
au contraire ont un principe peu odorant, extrêmement amer, qui en 
fait des médicaments très actifs ou même de véritables poisons nar- 
cotiques. h'AssaJastida de la J^harmacie, dont nous trouvons l'odeur 
si désagréable, et que les Asiatiques emploient comme parfum et 
comme assaisonnement, est extrait d'une plante de cette Famille, la 
Férule. 



LVII. OMBELLIFÊRES. 257 



CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

I Fleurs blanches, rosées ou verdâtres 5 

I Fleurs jaunes 2 

2 Involucelles 3 

2 Involucelles présents, pluri-foliolés ou oligophylles . 4 

3 Fruit aplati, sub-orbiculaire Panais XIV. 

3 Fruit oblong, sub-cylindrique Fenouil XI. 

4 Carpelles à 5 côtes filiformes, égales, les latérales 

marginées Persil VI. 

4 Carpelles à 5 côtes filiformes, égales, les latérales non 

marginées • . Zizia IV. 

4 Carpelles à 5 côtes ailées Thapsie XVI. 

5 Feuilles décomposées ou du moins divisées 6 

5 Feuilles entières ou à peine crénelées, sub-orbiculaires- 

arrondies Hydrocotyle I. 

6 Ombelles composées et parfaites 7 

6 Ombelles et ombellules imparfaites, en têtes .... Sanicle II. 

7 Fruit hérissé de soies raides ou d'aiguillons Carotte XVIII. 

7 Fruit non hérissé 8 

8 Pétales extérieurs plus grands. Fruit globuleux. Coriandre XXIII. 
8 Pétales extérieurs plus grands. Fruit non globuleux . . Berce XV. 
8 Pétales à peu près tous égaux. Fruit non globuleux 9 

9 Involucre 0, ou à une seule foliole . . v 10 

9 Involucre composé de plusieurs folioles 17 

]0 Fruit comprimé latéralement 11 

10 Fruit comprimé par le dos •....•... 16 

10 Fruit ovale, non comprimé Boucage IX. 

II Calice A limbe foliacé, 5-denté Cicutaire III. 

il Calice à limbe oblitéré 12 

12 Fruit linéaire-oblong 13 

12 Fruit ovoïde-oblong 15 

13 Carpelles à côtes obtuses. Vallécules à 1-2 bandelettes 14 

13 Carpelles sans côtes ni bandelettes • Anthrisque XIX, 

14 Involucre à folioles peu nombreuses. Feuilles à 3 seg- 
ments ovales, grossièrement denticulées . . Cryptoténie VIII. 
14 Involucre à folioles nombreuses. Feuilles décomposées. Cerfeuil XX. 

1.5 Columelle indivise. Involucre et involucelles Ache V. 

15 Columelle 2-partite. Involucre et involucelles variables. . Carvi VII. 

16 Carpelles entrebaillés à la commissure, non ailés sur le 

dos Archaugélique XIII. 

16 Carpelles non entrebaillés, à 3 côtes ailées sur le 

dos Coniosélinum XII. 

17 Folioles de l'involucre peu nombreuses, divisées Persil VI. 

17 Folioles de l'involucre entières, ordinairement nombreuses . . . . • 18 

18 Fruit linéaire-oblong, non comprimé . . . , Osmorhize XXII. 

18 Fruit comprimé latéralement 19 

18 Fruit comprimé par le dos 20 

19 Vallécules sans bandelettes Cigûe XXI. 

19 Vallécules à une bandelette Berle^X. 

19 Vallécules à plusieurs bandelettes Lygiistique XVII. 

20 Pétales extérieurs plus grands . Berce XV. 

20 Pétales tous égaux »... Coniosélinum XII. 



258 DICOTYLEDONES — POLTPÊTALES. IlydroCOtylc. 

Tribu I. OMBELLTFÈRES RECTI-SÊMmÉES, 

Graines à face commissurale plane ou convexe. 

Gen. I. HYDROCOTYLE. Hydrocohjle T. 

(De hydor, eau, cotulê, écuelle ; allusion à la forme des feuilles). 

Calice à limbe oblitéré. Pétales ovales, entiers, aigus, à 
pointe étalée. Fruit comprimé latéralement, à commissure 
étroite. Carpelles sans bandelettes, à 5 côtes filiformes. — 
Herbes aquatiques, radicantes. Meurs blanches ou rosées, en 
verticilles solitaires. 

H. d'Amérique. H. Americanum. L. — Pennv-wort. Navel- 
■woRT. — % Petite plante délicate, glabre, de 5'-6' de long, couchée 
sur la terre humide et ombragée par d'autres plantes, d'un vert très 
clair. Feuilles de l'-2' de diamètre, portées sur des pétioles de 2-3'. 
Fleurs petites, verdâtres, disposées par 5 en ombelles capitulées, la 
supérieure sessile, les inférieures brièvement pédicellees. Fruit 
orbiculaire, très petit. — Canada-Caroline ; pâturages humides. St. 
Simon ! Waterloo (près de Kingston) ! Juin-Août. 

Plante sans intérêt. 

118 117 116 



m ^M ^A m 




120 



FiG. 115. Ombelle, feuille, et portion de tige de la Cigiie tachetée (Conium 
maculatum). 116. Une onibcUule. 117. Une fleur grossie. 118. Le fruit. 119. 
Le même coupé transversalement. J20. Section verticale de l'un des carpelles, 
laissant voir la plantulo minime prés dn sommet de l'albumen. 



Sanicle. 



LVII. OMBELLIFERES. 



259 



Gen. II. SANICLE. Sanîcula. T. 

—_j (De sanare, guérir; allusion à des propriétés médicinales). 

Calice à tube hérisson né, à limbe foliacé, 5-lobé, persistant. 
Fleurs S mêlées avec des cf clans la même ombelle. Pétales 
connivents, obovales, à pointe longue et courbée en dedans. 
Fruit sub-globuleux, hérissé d'aiguillons crochus. Carpelles 
hémisphériques, sans côtes, à bandelettes nombreuses, à colu- 
melle indivise. — Herbes à feuilles presque toutes radicales. Om- 
belles à rayons peu nombreux, à involucre pauci-foliolê ; ombel- 
lules â rayons nombreux, à involucelles pluri-foliolês. 

S. du Canada. S. Canadensis. L. — .s. Marilandica. D. C. — Sa- 
NicLR. — % Tige de 1-2 p., glabre, cannelée, à rameaux dichotomes 
supérieurement. Feuilles coriaces, les inférieures palnii-séquées, à 
pétiole de 6-12' de long, à 5 segments sessiles, dentés, atténués à la 
base, les 2 latéraux 2-partits. Fleurs blanches ou un peu jaunâtres, 
les c? longuement pédicellées, les g sessiles. Calice à segments 
entiers. — Canada-Caroline ; taillis, pentes des collines. St. François 
(Isle d'Orléans) ! Stratford ! Juin. 

Les fruits couverts d'aiguillons crochus ne contribuent pas peu avec 
l'Aigremoine et la Bardanette à gâter la laine des moutons qui paissent 
dans les endroits où ces plantes se rencontrent. 



124 



123 




FiG. 121. Osmorhize après la fleur. 122. Une fleur- 123. Le fruit, les_ car- 
pelles se séparant de la columelle 2-fide. 124. Section transversale du fruit de 
l'Archangélique dans lequel les côtes latérales s'allongent en ailes ;_ les points 
noirs indiquent les bandelettes. 125. L'un des carpelles du même, laissant voir 
la face interne de la commissure, avec 2 des bandelettes. 



260 DICOTYLÉDONES POLTPÉTALES. CiCUtaîrC. 

Gen. m. CICUTAIKE. Cicuta. L. 

(Nom donné par Pline à diverses Ombellifères). 

Chlice à limbe foliacé, 5-ficle. Pétales ob-cordés, à pointe 
infléchie. Fruit sub-globuleux, didjme. Carpelles à bords 
contigus, à 5 côtes presque planes, égales, les latérales mar- 
ginales. Yallêcules à une s'^ule bandelette ; face commissu- 
rale à 2 bandelettes. Colwnelle 2-partite. Graines cylin- 
driques. — Herbes aquatiques, viveuses, à tiges fistulcuses. Veuilles 
divisées en segments. Involucre pauvre ou nul. Involucelles 
multi-foliolés. Fleurs blanches. 

1. 0. maculée. C. maculata. L. — Cieutaria maculata. Lam. 
(^Cig^e. Carotte-à-Moreau). — Watkr Hemlock. Spotted Cow- 
BANE. MusQUASH. — % Tige de 3-6 p., rameuse supérieurement, 
glabre, striée, noueuse, glauque, niacultre de noir. Feuilles 2-terni- 
séquées, à segments lancéolés ou ovales-lancéolés, acuminés, un peu 
dentelés, à dents mucronés. Pétioles dilates à la base en stipules 
embrassantes. Ombelles axillaires et terminales, nues, ou à invo- 
lucre de 2-3 folioles seulement, de 2-4' de large. Involucelles de 5-6 
folioles courtes, étroites, aiguës. Fruit à 10 côtes, couronné de >ty- 
lopodes. — Canada-Louisiane ; lieux marécageux. Baie du Febvre ! 
Grafton ! Juillet-Août. 

La racine tubéreuse et charnue est un violent poison tant pour les 
hommes que pour les animaux. 

2. C. bulbifère. C. bulhfyhra. — Bvlbiferovs Cicuta. Narrow- 
LEAVED Hemlock. — % Tige de 3-4 p., cylindrique, striée, verte, 
creuse, rameuse. Feuilles variables, celles de la tige biternées ; seg- 
ments linéaires, à dents tendres et divergentes. Ombelles terminales 
et axillaires, nues. La tige porte à l'aisselle de ses branches des 
bulbilles qui peuvent reproduire la plante. — Canada-Pennsylvanie ; 
lieux marécageux. Québec ! Août. 

Plus rare que la précédente. On la rencontre quelquefois sans 
bulbilles. 

Gen. IV. ZIZIA. Zizia. Koch. 

(Dédié à J. B. Zizii, Botaniste Allemand). 

Calice entier ou à dents très petites. Pétales carénés, se 
prolongeant en une pointe infléchie. Fruit arrondi ou ovale, 
8ub-didyme. Carpelles à 6 côtes filiformes, égales. Vallé- 



\ 



Ache. LVII. OMBELLIFÈRES. 261 

cules à 1-3 bandelettes ; face commissurale à 2-4. Columelle 
2-partite. Graines planes-eon vexes. — Herbes à feuilles décom- 
posées, lîivolucre 0. Involucelles oligojohylles. Fleurs jaunes. 

Z. dorée. Z. aurea. Koch. — Smj/rnium. L. — Thaspium. Niitt. — 
Golden Alkxanders. — % Tijre presque simple, de 1-2 p., jrrêle, 
creuse, sillonnée-anguleuse, glabre. Feuilles hiterni-séquées, à st-g- 
nients oblongs, lancéolés, incises-dentés, alternes à la base. Invo- 
lucelles à 3 folioles 1-latérales. Ombelles d environ 2 de large, à 
10-15 rayons. Fleurs d'un jaune orange. Fruit ovale, brun, à côtes 
proéminentes. — Canada-Louisiane ; montagnes, bords des chemins. 
Lorette ! Montréal ! Juin. 

Gen. V. ACHE. Apium. Hoffm. 

(Du Celtique apon, eau ; allusion à la localité de la plante). 

Calice à limbe oblitéré. Pétales snb-orbicnlaires, entiers, 
à sommet infléchi ou enroulé. Fruit à stylopodes dPprimcs, 
presque globuleux, comprimé latéralement, didyme. Car- 
pelles à 5 côtes filiformes, égales, les latérales margiuées. 

Vallécules intérieures à une bandelette, les latérales à 2-3. 

Columelle indivise. — Tigejisiuleuse, sillonnée, rameuse. Feivlles 
penni-séquées. Ombelles sessiles. Involucre et involucelles 0. 
Fleurs blanc -verdâire. 

A. odorante. A. graveohns. L. — A. dulce. Mill. [Céleri). — Ce- 
LERY.— 2|. Tige de 2-5 p., rameuse, sillonnée. Feuilles penni-séquées, 
à segments cunéiformes, incisés, à lobes en coin, incisés au sommet. 
Ombelle à rayons inégaux, étalés. — Angleterre. Juin-Août. :|; 

Tout le monde connaît le Céleri et l'estime que l'on en fait comme 
saladef Ce sont les tiges et surtovtles pétioles que l'on a fait blanchir 
que l'on mange ainsi. Il faut semer sur couche ou en pleine terre, 
et lorsque le plant est assez fort on le repique dans des rigoles ou 
des fosses pour le faire blanchir en le buttant avec la terre que l'on 
a retirée de ces fosses, de manière à ne lui laisser paraître que l'ex- 
trémité de la tige, on augmente le buttage à mesure que la tige s'élève 
et au bout de 10-15 jours le plant est bon pour la table. On fait aussi 
blanchir le Céleri en le transplantant dans une cave, il y devient 
plus tendre mais ayant un peu moins de saveur. La culture en a 
produit plusieurs variétés, on compte les suivantes parmi les plus 
recommandables. 

Céleri creux.-- Petit Céleri ou Céleri à couper. 

Celer! plein et le Céleri turc.— Variétés trè^ grosses. 

Céleri nain frisé. — Très tendre et très cassant. 

Céleri court liatif. — A côtes pleines, blanchissant facilement. 

Céleri rave. — A racine grosse et charnue qu'on mange cuite. 



262 DICOTYLÉDONES POLYPÉTALES. CarVÎ. 

Gex. VI. PERSIL, Petroselinum. Hoffm. 

(De petra, pierre, selinon, Persil; c'est-à-dire, Persil habitant les rochers). 

Calice à limbe oblitéré. Pétales arrondis, à pointe longue 
et infléchie. Fruit ovale, comprimé latéralement, snb-didjme, 
couronné par un stylopode court. Carpelles à 5 côtes fili- 
formes, égales, les latérales marginées. Vallêcules à une 
bandelette ; face commissurale à 2. ColumcUe 2-partite. 
Graines gibbeuses-convexes, à face interne plane. — Feuilles 
décomposées. Involucre à folioles peu nombreuses, divisées. In- 
volucelles polyphylles. Fleurs blanches ou verddtres. 

P. cultivé. P. sativnm. ïïoiîm. — Apium Petroselinnm. Willd. — 
Parslev. — ® Tige de 2-4 p., rameuse, sillonnée, striée. Feuilles lui- 
santes, 2-3-penni-séquées, à segments ovales en coin, 3-fides, à lobes 
dentés ou incisés, les supérieures lancéolées, presque entières. Om- 
belles à rayons nombreux. Corolles d'un vert jaunâtre. — Des bords 
de la Méditerrannée. Juin-Juillet. $ 

a P. frisé. Apium crispum. Mil]. — Feuilles crépues et frisées. 

Racine fusiforme, blanche, à odeur faiblement aromatique. Plante 
cultivée pour ses feuilles dont on fait un grand usage comme con- 
diment dans les préparations culinaires. On les conserve pour cet 
usage en les salant ou en les séchant, ce qui vaut mieux. Les graines 
mettant de 30-40 jours à germer il vaut mieux les semer à l'automne. 
— Suc émollient et diurétique. 

Gen. VII. CARVI. Carum. Koch. 

(De Coria, pays de l'Asie Mineure d'où la plante est originaire). 

Calice à limbe oblitéré. Pétales réguliers, obovales, ecbau- 
crés, avec le sommet infléchi. Fruit ovale, comprimé laté- 
ralement, couronné par le stylopode déprimé. Carpelles à 5 
côtes filiformes, égales. Vallêcules à une bandelette ; com- 
missure à 2. Colianelle libre, 2-partite. — Herbes glabres, d ra- 
cines tubéreuses, comestibles. Involucre et involucelles variables. 
Fleurs blanches. 

C. commun. C. carvi. L. — Bunium carvi. Bréb. (Carvi. Anis 
des Vosges). — Carawav. — ® Racine fusiforme, odorante. Tige de 
2 p., rameuse, striée. Feuilles 2-penni-séquces, à segments multi- 
fides, ceux de la base des rameaux à segments déçusses. Involucre 
et involucelles 0, ou oligophylles. Ombelles longuement pédonculées. 
Fruit ovoïde. Fleurs blanches. — Europe. ^ 



J 



Boueage. lvii. ombellifères. 263 

Cultivé pour ses graines qui sont cartninatives et excitantes, et 
qu'on emploie pour aromatiser les gâteaux, les fromages, etc. La 
racine de certaines Espèces est alimentaire. 

Gen. VIII. CRYPTOTÉNIE. Cryptotœnia. D. C. 

(De cryptô, cacher, teinô, bandelette ; allusion aux bandelettes cachées dans le 
péricarpe). 

Calice à limbe oblitéré. Pétales obovales, presque entiers, 
à pointe longue et infléchie, iruit comprimé latéralement, 
oblong, linéaire, couronné par un court stylopode et 2 styles 
droits. Carpelles à 5 côtes filiformes, égales, obtuses. Ban- 
delettes dans l'épaisseur du péricarpe et invisibles extérieu- 
rement dans les vallécules. Columelle libre, 2-fide au sommet. 
— Herbes dressées, glabres. Feuilles à 3 segments ovales, gros- 
sièrement dentelés. Ombelles à ra.gons inégaux. Involucre 0. 
Involucelles oligophglles. Fleurs blanches. 

C. du Canada. C. Canadensis. D. 0. — Sif<on Canadense. L. — 
Siutn Canadense. Lam. — ChcBrophylluni Canadense. Pers. — Myr- 
rhis Canadense. Nutt. {Cerfeuil sauvage). — Ho,\e-wORT. — % Tige 
de 1-2 p., rameuse supérieurement. Feuilles glabres, membraneuses, 
à segments de 2-4' de long, rhomboïdes-ovales, distincts, entiers ou 
2-3-lobés, doublement dentés. Ombelles nombreuses, irrégulières, 
opposées aux feuilles supérieures et terminales. Fleurs petites, 
blanches. Fruit oblong, elliptique, d'un brun olivâtre. — Canada- 
Louisiane ; terrains riches et ombragés. Sherbrooke! St. Martin! 
Juin-Juillet. 

On la substitue quelquefois au Cerfeuil cultivé. 

Gen. IX. BOUCAGE. Plmpinella. L. 

(Altération de hipcnmda; allusion aux feuilles 2-penni-séquées). 

Ccdice à limbe oblitéré. Pétales ob-cordés, à pointe inflé 
cliie. Fruit ovale, couronné par le stylopode discoïde et les 
styles réfléchis. Carpelles à 5 côtes filiformes, égales, les 
latérales marginées. Vallécules à plusieurs bandelettes. 
Columelle libre, 2-fide. Graines convexes-gibbeuses, planes 
du côté de la commissure. — Ombelles et ombellules à rayons 
nombreux, sans involucre ni involucelles. Fleurs blanches. 



264 DICOTYLÉDONES POLTPETALES. Berlc. 

B. Anis. P. Anisum. L. (Anis). — Anise. — ® Feuilles radicales 
cordées-arrondies, lobées, incisées-dentées, les supérieures à 3 divi- 
sions linéaires, indivises, les intermédiaires penni-lobées, à lobes en 
coin ou lancéolés. Fruit pubescent dans le jeune âge. — Egypte. 
Juin. $ 

Les propriétés carminatives et aromatiques des graines les font 
employer dans les gâteaux, les dragées, etc. En médecine on les 
considère comme cordiales et stomachiques, on les conseille surtout 
pour réveiller les forces de l'estomac et expulser les gaz qui se déve- 
loppent dans l'intérieur du canal intestinal. On en retire aussi une 
huile volatile très excitante. 

Gen. X. BERLE Sium. Koch. 

(Du Celtique sew, eau ; allusion à la localité de la plante). 

Calice à limbe 5-(Ienté ou oblitéré. Pétales obovales, 
échancrés, avec une pointe infléchie. Fruit comprimé laté- 
ralement, presque ovale, sub-didyme, couronné par le stylo- 
pode discoïde et les styles recourbés. Carpelles à côtes fili- 
formes, égales. Valléculesk 3 bandelettes. Columelle 2-partite, 
ordinairement appliquée aux péricarpes. — Herbes aquatiques, 
à feuilles ijenni-séquées. Involucre 1-pluri-foliolé. Involucelles 
polyphylles. Fleurs blanches. 

1. B. à larges feuilles. S. latifoJium. L.~S. occidentale. Nutt. 
— Watkk-pars.\kp. — Tige de 3 p., creuse, cannelée, anguleuse, 
glabre. Feuilles à segments 'ancéolés, tinement dentées, de 4-6' de 
long, les inférieures à pétioles longs et embrassants. Calice à dents 
allongées. Ombelles larges, à rayons nombreux. Fleurs blanches, 
petites. — Canada-Pennsylvanie ; marais, vases des grèves. St. Joa- 
chim ! Cacouna ! Juillet-Août. 

2. B. à feuilles étroites. S. Uneare. Michx. — Berula nvgvMi- 
folia. Kocb. — % Tige de 2-4 p., creuse, glabre, cannelée-anguleuse, 

striée. Feuilles à 9-11 segments linéaires ou linéaires-lancéolés, 
finement dentés, de 2-3' de long, l'impair et les inférieurs pétioles, 
ceux du milieu sessiles. Calice à dents oblitérées. Involucre à 5-6 
folioles. Fruit arrondi, couronné par le stylopode large, jaunâtre. — 
Canada-Floride; marais, bords fangeux des rivières. Moins com- 
mune que la précédente. Bords du Lac St. Jean ! Juillet-Août. 

Ces plantes sont diurétiques. On cultive en France une autre 
Espèce d^" Berle (^iS. lai.cifuiiuin^ pour sa racine que l'on mange à la 
façon des Salsilis. 



Fenonil. Lvii. ombellifères. 265 

Gen. X, FENOUIL. Fœniculum. Adans. 

(Diminutif de /tEKwm, foin; allusion à la finesse des feuilles). 

Calice à limbe oblitéré. Pétales obovales, entiers, enroulés, 
à pointe presque carrée, tronquée. Fruit oblong, sub-cylin- 
drique. Carpelles à 5 côtes un peu saillantes, les latérales 
marginées, un peu plus larges. Vallêcules à une bande- 
lette ; face commissurale plane, à 2 bandelettes. Columelle 
accolée aux péricarpes. — Feuilles penni-séquées, décomposées. 
Involucre et involucelles presque nuls. Fleurs jaunes. 

F. commun. F. vulgare. Gaertn. — Anetliwn Fœniculum. L. — 
Fennel. — ® ou Q|.. Tige striée, rameuse, un peu glauque, de 3-5 p. 
Feuilles glabres, finement découpées en nombreux segments linéaires, 
les supérieures à gaines plus longues que le limbe. Ombelles à 
rayons nombreux, inégaux, étalés. Carpelles gonflés, ovales-oblongs. 
— D'Angleterre. 4^ 

Cultivé dans les jardins. Fruit stimulant, stomachique ; racine 
aromatique, nutritive. En Italie on sert souvent cette racine crue 
sur les tables qu'on mange comme les Radis. On en cultive aussi 
une autre Espèce {F. dulcé) pour ses pétioles qu'on mange en salade, 
lorsqu'on les a fait blanchir. 

Gen. XI. CONIOSÉLINUM. Conioselinum. 
Fisch et Mey. 

(De konios, poussière, et selinum, plante). 

Calice à limbe oblitéré. Pétales obovales, à sommet in- 
fléchi. Fruit comprimé sur le dos. Carpelles à 5 côtes ailées, 
les latérales plus larges. Vallêcules à 1-3 bandelettes, face 
commissurale à 4-8, inégales. Columelle 2-partite.— -jÈTerôes 
glabres^ à tiges et rameaux jistuleux. Involucre 0, ou oligophylle ; 
involucelles à 7-8 folioles linêaires-subulées, à peu près de la lon- 
gueur de Vombellule. 

0. du Canada. C. Canadense. Torr, et Gr. — Selinum. Michx. — 
C. nidium. Spr. — © Tige de 3-5 p. Feuilles 2-penni-séquées, à 
segments 2-partits, linéaires-oblongs, à pétioles très larges et gonflés. 
Involucre 0, ou à 2-3 folioles. Fruit ovale-oblong, à une bandelette 
dans les vallêcules dorsales et 2-3 dans les latérales. Pétales blancs, 
étalés. Styles grêles, divergents. — Lac Supérieur. Août-Septembre. 

Malgré son nom spécifique de Canadense, nous ne sachons pas 
qu'on ait encore rencontré cette plante en Canada. 



266 DICOTYLÉDONES — POLTPÊTALES. ArcliangcUqne. 

Gen. XIII. ARCHANGÉLIQUE. Arclmngelica. 

Hoffm. 

(De arches, chef, angelos, anges ; allusion à des propriétés merveilleuses). 

Calice à bord muni de 5 dents courtes. Pétales elliptiques, 
entiers, acuminés, à pointe infléchie. Fruit un peu com- 
primé par le dos. Carpelles à bords entre-baillés, juxta-posés 
seulement par le milieu de la face ventrale, à 5 côtes un peu 
épaisses, les 3 dorsales élevées, carénées, les 2 latérales lar- 
gement ailées. Bandelettes très nombreuses. Columelle 2- 
partite. — Involucre presque nul. Involucelles unilatéraux, poly- 
phylles. Fleurs blanches ou verdâtres. 

1. A. noire -pourprée. A. atro-purpurea. Hoffm. — Avgelica tri- 
quinafa. Michx. — Imperatoria lucida. Nutt. {Angélique.') — Ange- 
LiCA.— (Fig. 124 et suivante). — % Tige d'un pourpre foncé, de 4-6 p. 
de haut, sillonnée, creuse, glabre, un peu glauque. Feuilles 2-penni- 
séquées, à segments incisés-dentés, le terminal rhomboïdal ou 3-lobé, 
sessile, les autres décurrents. Pétioles larges, gonflés en sac, cana- 
liculés supérieurement, portant des stipules à la base. Ombelles 
presque globuleuses après la floraison, terminales, de 6-8' de diamètre, 
sans involucre. Ombelles à pédoncules anguleux, avec un involucelle 
de 8-12 folioles plus longues que les rayons. Fleurs d'un blanc ver- 
dâtre. — Canada-Pennsylvanie ; lieux bas et humides. Mai-Juin. 

Mêmes propriétés que la suivante. 

2. A. officinale. A. officinaUs. Hoffm. — Angelica. L. {Angélique). — 
Garden Angelica. — @ Tige glabre, cylindrique, striée, succulente. 
Feuilles 2-penni-sèquées, à segments sub-cordés, lobés, dentelés, le 
terminal 3-lobé. Gaîne pétiolaire renflée en sac. Involucre égalant 
l'ombelle. Pétales verdâtres. — Groenland-Labrador. Juin. $ 

Racine, excitant-sudorifique, diurétique. Fruit stimulant, stoma- 
chique. Ses pétioles blanchis se mangent en salade comme le Cé- 
leri, ou confits forment un condiment très agréable qui est de plus 
tonique et stomachique. — Semer aussitôt après la maturité, la plante 
se ressème aussi souvent d'elle-même. 

Gen. XIV. PANAIS. Pastinaca. L. 

(De pastus, nourriture ; c'est-à-dire, plante alimentaire). 

Calice à limbe oblitéré ou finement denticulé. Pétales sub- 
orbiculaires, entiers, à pointe tronquée et enroulée. F^uit 
ovale ou orbiculaire, entouré d'une bordure plane. Car- 



Berce. lvii. ombellifères. 267 

'pelles à 5 côtes filiformes. Vallêcules à une bandelette plus 
courte que les côtes. Oolumelle libre, 2-partite. Graines 
aplaties. — Racine fusif orme, charnue. Involucre et involucelles 0, 
ou oligophylles. 

P. cultivé. P. sativa. L. {Panais). — Commun Parsnep. Wild 

Parsnep. — @ Tige striée, sillonnée, anguleuse, de 3-4 p., glabre, 
rameuse. Feuilles penni-séquées, à segments sub-sessiles, ovales ou 
oblongs, 2-3-lobés, à lobes crénelés ou dentés, cotonneuses en dessous. 
Ombelles terminales, grandes, à 10-12 rayons. Fleurs jaunes.— 
Europe ; mais naturalisé sur les bords des chemins, des champs, etc. 
Château-Richer ! Juin-Juillet. $ 

A l'état sauvage le Panais a une racine dure, acre et peu déve- 
loppée, mais par la culture elle devient grosse, charnue, succulente 
et se fait estimer parmi les plantes alimentaires. Destiné aux bes- 
tiaux on peut avec avantage le laisser passer l'hiver en terre, il n'en 
souffre nullement, et on se trouve avoir au printemps un aliment sain 
et frais que presque tous les animaux mangent avec avidité, — Semer 
au printemps des graines de l'année précédente, car cette semence 
perd facilement ses propriétés germinatives. 

Gen. XV. BERCE. JSeracleum. L. 

(De Héraclès, Hercules ; plante consacrée à Hercules). 

Calice 5-denté. Pétales ob-eordés, échancrés, avec une 
pointe infléchie, les extérieurs souvent rayonnants, 2-fide8. 
Fruit ovale ou obovale, comprimé par le dos, entouré d'une 
bordure plane. Carpelles à 3 côtes. Columelle libre, 2-par- 
tite. — Involucre ordinairement oligophylle ; involucelles poly- 
phylles. 

B. laineuse. H. lanatum. L. — % Tige de 4-5 p., forte, rameuse, 
sillonnée et couverte de poils étalés. Feuilles très grandes, ternées, 
tomenteuses en dessous et portées sur des pétioles canaliculés, à 
segments pétiolulés, lobés, dentés. Ombelles au sommet de la plante, 
souvent de plus de 1 p. de diamètre. Involucelles à folioles lon- 
guement acuminées, lancéolées. Pétales profondément cordés, blancs. 
— Canada-Pennsylvanie ; lieux humides. Ste. Marie (Beauce) ! 
Kingston ! Juillet-Août. 

La Berce infeste souvent les prés dans les endroits humides et est 
pour cette raison rangée parmi les plantes nuisibles. 



268 DICOTYLÉDONES POLTPETALES. Tliapsie. 

Gen. XVI. THAPSIE. Thapda. T. 

(Nom donné par Pline à la plante trouvée d'abord dans l'île Thapsus). 

Calice à 5 dents. Pétales elliptiques, acuminés, à pointe 
infléchie ou enroulée. Fruit elliptique, comprimé par le dos. 
Carpelles convexes, à 5 côtes ailées. Vallêcides à une "ban- 
delette; commissure à 2. Columelle libre, 2-partite. — Om- 
belles sans involucre ; involucelles à 3 folioles. Feuilles penni- 
sêquêes ou décomposées, à pétioles engainants. Fleurs jaunes. 

1. Th. cordée. Th. cordata. Nutt. — Smyrniuni cordatum. Michx. 
Zizia cordata. D. 0.— Tige de 2-3 p., peu rameuse, dressée, glabre. 
Feuilles, les radicales simples, cordées, crénelées, longuement pé- 
tiolées, les caulinaires ternées, devenant seulement 3-partites supé- 
rieurement, d'un vert gai. à segments aigus, dentés. Ombelles serrées, 
terminales. Fleurs jaunes. Fruit noir, ovale, à 3 côtes plus pâles, 
ailées, proéminentes de chaque côté. — Canada-Floride ; bois et bords 
des rivières. Montagne de Montréal ! Mai-Juin, 

a A fleurs pourpre-foncé. 

2. Th. barbinoàe. Th. harbinode. Nutt. — Ligustrium. Micbx. 
— Qj. Tige de 2-3 p., anguleuse, rameuse supérieurement, pubescente 
sur les nœuds. Feuilleis glabres, les inférieures 3-penni-séquées, les 
supérieures sub-opposées, 2-penni-séquées, à segments ovales en coin, 
aigus, acuminés, irrégulièrement incisés-dentés, entiers vers la base. 
Ombelles terminales et opposées aux feuilles; rayons d'environ 2' de 
long, à ombellules de 15-20 fleurs d'un jaune foncé. Fruit elliptique, 
à côtes alternativement plus larges. — Canada-Floride ; bords des 
rivières. Rivière Chippewa ! Juin. 

Gen. XVII. LIGUSTIQUE. Ligustrium. L. 

(De Liguria, Etat de Gênes où ces plantes croissent en abondance). 

Calice minime ou oblitéré. Pétales obovales, échancrés, à 
pointe infléchie. Fruit sub-cylindrique ou un peu comprimé 
latéralement. Carpelles à 5 côtes aiglies, égales, presque 
ailées. Vallécules et commissure à bandelettes nombreuses. 
Columelle 2-partite. — Involucre variable, involucelles polyphylles. 
J^euilles ternées ou 2-S-iernées. Fleurs blanches. 

1. L. d'Ecosse. L. Sco/icum. L. — Angelica Scotica. Lam. — 
Apiutu ttntatum. Willd. — Ska Loveage. — % Racine vivace, fusi- 



Carotte. LVii. ombellifères. 269 

forme. Tige de 1-2 p., striée, presque simple. Feuilles 2-ternées, à 
segments rhomboïdes-ovales, grossièrement dentelés, entiers à la base, 
légèrement brillants. Involucre à 5-6 folioles. Calice 5-denté. Fruit 
de 4-5 lignes de long, étroitement elliptique. — Labrador-Massa- 
chussetts ; bords des marais. Juin. 

2. L. à feuilles d'Actée. L. ActœifoUum. Michx. — Ferula Ca- 
nadensis. L. — Angelicalucida Canadensis. Gronov. — Thaspium Ac- 
tfp.ifolium. Nutt. — 21. Racine grosse, charnue, à odeur d'Angélique. 
Tige de 3-6 p. Feuilles presque toutes radicales, 3-ternées, à seg- 
ments ovales de 2'-3' de Jong, le terminal souvent 3-lobé, dentés. 
Ombelles nombreuses, formant une espèce de panicule lâche, verti- 
cillée. Involucre et involucelles à 2-4 folioles subulées. Fruit ovale- 
oblong. Vallécules à 3 bandelettes ; face commissurale à 6. Calice 
à dents très courtes. Styles très courts. — Canada- Virginie ; bords 
du St. Laurent. Juin. 



Gen. XVIII. CAROTTE. Daucus. T. 

(De daucos, nom grec de la plante). 

Calice 5-deiité. Pétales obovales, échancrés, à pointe in- 
fléchie, les extérieurs souvent plus grands et 2-fides. Fruit 
ovale ou oblong, comprimé par le dos. Carj)eUes à côtes 
primaires filiformes et liérissées, à côtes secondaires plus 
saillantes, découpées en aiguillons, 1-sériés ; une bandelette 
sous chaque côte secondaire. Colmnelle libre, 2-partite. — 
Involucre à folioles pennijides, involucelles d folioles simples ou 
Sfides. Fleurs blanches ou jaunes. 

G. commune. D. Carota. L. (Caroffe). — Garrot. — ® Tige de 
2-3 p., rameuse, hispide. Feuilles inférieures oblongues, 2-penni- 
séquées, à segments ovales ou oblongs, incises-dentés. Fleurs à pé- 
tales extérieurs rayonnants ; la fleur centrale solitaire de chaque 
ombellule, stérile et colorée. Ombelles contractées et à rayons 
arqués à la maturité, Involucelles à folioles étroites, linéaires- 
acuminées, bordées de blanc, un peu ciliées. Racine devenant par 
la culture épaisse, charnue, jaune ou rougeâtre. — Europe; natu- 
ralisée sur les bords des chemins aax Etats-Unis. $ 

Cultivée pour sa racine qui sert de nourriture à l'homme et aux 
animaux. Les variétés rouges sont ordinairement préférées dans 
l'art culinaire, comme ayant un goût plus relevé. La Carotte exige 
surtout une terre profonde ; elle est toujours de meilleure qualité 
dans les terrains légers et sablonneux. Ses fleurs infusées dans 
l'alcool donnent Vlmile de Vénus, liqueur très estimée en certains 
endroits. Le suc de la racine est analeptique. La Carotte dans les 



270 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Aiithrisqne. 

terres légères ou bien égouttées passe ordinairement Thiver en pleine 
terre sans souffrir. Elle est surtout estiniéy pour la nourriture des 
chevaux. 



Tribu II. OMBELLIFERES CURVI-SEMINÉES. 

Graines à face commis sur aie canaîiculée, ou sillonnée, oxi convexe, par suite de 
Venroulemcnt de ses bords ou de Vinflexion de ses extrémités. 



Gen. XIX. ANTHRISQUE. Anthriscus. Hoffm. 

(De anthriscos, nom grec d'une Espèce de Cerfeuil sauvage). 

Calice à limbe oblitéré. Pétales obovales, tronqués ou 
échancrés, avec une pointe infléchie. Fruit ovoïde, com- 
primé latéralement, prolongé en bec pourvu de 10 côtes et 
plus court que les carpelles. Carpelles sans côtes ni bande- 
lettes. Columelle libre, 2-partite. Graines à face commis- 
surale profondément canaîiculée. — Veuilles décomposées, In- 
voliœre ; involucelles polypliylles. Fleurs blanches. 

A. Cerfeuil. A. Cerefolium. Hoffm. — Scandix Cerefolium. L. — 
ChœropliAillumsativum. Lam. — Cerefolium sativufii. Bess. {Cerfeuiï). 
— '1) Tige rameuse, striée, pubescente au-dessous des noeuds. Feuilles 
à nervures poilues, 2-penni-séquées, à segments penni-partits. Om- 
belles sessiles, opposées aux feuilles, à 3-5 rayons, pubescentes. In- 
volucelles 1-latéraux, à 0-3 folioles. Fruit oblong, linéaire, lisse, à 
bec long, cylindrique. — Europe. $ 

Le Cerfeuil a les mêmes usages que le Persil dans Tart culinaire. 
On le sème à toutes les époques pour en avoir toujours du jeune. 

Gen. XX. CERFEUIL. GhœvopliylUm. L. 

(De chœrôn, joyeux, phyllon, feuille ; allusion au vert gai des feuillages). 

Calice à limbe oblitéré. Pétales obcordés, à pointe infléchie. 
FVuit linéaire, oblong, sans bec, comprimé latéralement. Car- 
pelles à 5 côtes obtuses et égales. Vallécules à 1-2 bandelettes. 
Face commissurale profondément canaîiculée. Columelle 
2-fide. — Feuilles décomposées. Involucre 0, oîi oligopkylle. 
Fleurs blanches ou rosées. 



Cigûe. LVIl. OMBELLIFÈRES. 271 

0. bulbeux. C. hulhosum. L. — ® Eacine fusiforme. Tige fistu- 
leuse, épaissie sous les nœuds, hérissée inférieurement. Feuilles à 
nervures poilues, les radicales disparaissant de bonne heure, 2-3- 
penni-séquées, à segments lancéolés, penni-fides. Ombelles petites, 
à 15-20 rayons inégaux. Involucelles à 5-6 folioles dont l'intérieure 
courte et tronquée, les autres bordées de blanc, non ' ciliées. — 
Europe. $ 

On fait depuis quelques années des essais en Europe pour répandre 
la culture de cette plante comme racine fourragère ou même comme 
plante alimentaire. 

Gen. XXI. CIGÙE. Conium. L. 

(De kôneion, nom grec de la grande Cigûe). 

Calice à limbe oblitéré. Pétales en cœur, presque échan- 
crés, avec une pointe très courte, infléchie. Fruit ovoïde, 
comprimé latéralement. Carpelles à 5 côtes égales, saillantes, 
ondulées, les latérales marginées. Vallécules sans bandelettes. 
Columelle libre, 2-fide. Graines à face commissurale creusée 
d'un sillon profond et étroit. — Herbe vireuse, à tige maculée. 
Feuilles décomposées. Involucre et involucelles à 3-5 folioles ; 
involucelles rejetés en dehors, fleurs blanches. 

0- tachetés, C. maculatum. L. (^Carotte-à-Moreau). — Poison 
Hemlock. — (Fig. 115 et suivantes). — ® Racine charnue, fusiforme. 
Tige de 3-4 p., glauque, fistuleuse, striée, marquée inférieurement de 
taches purpurines. Feuilles, les inférieures très grandes, 2-3-4-penni- 
séquées, d'un vert brillant, portées sur de longs pétioles engainants, 
à segments ovales-oblongs, aigus, incisés. Ombelles terminales à 
12-20 rayons. Involucre à 6-8 folioles réfléchies ; involucelles à fo- 
lioles rejetées du côté externe ou manquant du côté interne. Fruit 
à côtes ondulées. — Europe ; mais naturalisée sur les bords des che- 
mins, dans les lieux incultes, etc. 

Cette plante fétide est un puissant narcotique. La ressemblance 
de sa racine avec celle de la Carotte a plus d'une fois été cause de 
méprises fatales surtout de la part des enfants. iSes feuilles rendent 
une forte odeur de souris lorsqu'elles sont froissées. Ses feuilles et 
ses fruits sont employés en cataplasmes comme maturatifs. On vante 
surtout leur effet dans les engorgements des mamelles, des articu- 
lations, etc. 

Gen. XXII. OSMORHIZE. OsmorJdm. Raf. 

(De osmê, parfum, rhiza, racine ; allusion à la racine aromatique). 

Calice à limbe oblitéré. Pétales oblougs, presque entiers, 
avec une pointe infléchie. Styles à base conique. Fruit li- 



272 . DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Coriandre. 

néaire, très long, atténué à la base. Carpelles à 5 côtes 
aigiies, poilues, égales. Vallécules sans bandelettes. Face 
commissurale creusée d'un canal profond. — Feuilles décom- 
posées. Involucre oligophyïle. Involucelles à 4-7 folioles. Fleurs 
blanches. 

1. 0. à longs styles. O. longist>/lis. D. C. — U/aspermum Claij- 
toni. Nutt.— SwEET CicELV. — (Fig. 121). — Q|. Tige de 1-3 p., 
portant des ombelles opposées aux feuilles, très peu apparentes, 
dressée, rameuse, presque glabre. Feuilles, les radicales portées sur 
des pétioles longs, grêles, les supérieures sessiles, toutes décomposées, 
à divisions souvent pennées, à segments irréguliers, divisés en lobes 
ou dents ovales, légèrement pnbescentes. Involucre à folioles linéaires, 
cuspidées, plus longues que les rayons. Styles filiformes, plus longs 
que l'ovaire. Fruit brunâtre, de 1' de long, plus aigu à la base qu'au 
sommet, couronné par les styles persistants. Racine rameuse, char- 
nue, d'un goût et d'une odeur agréable se rapprochant beaucoup de 
celle de l'Anis. — Canada-Virginie ; sols riches et humides. Loretta ! 
Cobourg ! Mai. 

2. 0. à Styles courts. O. h/evisfylis. D. 0.— TJraspermum liirsu- 
ium. Bigel. — Mi/rrhis Claytoni. Michx. — Short-styled Cicelv. — 
% Ne diffère de la précédente que par ses styles coniques à peine aussi 
longs que la largeur de l'ovaire. Sa racine a un goût désagréable, 
la plante est plus pâle et plus poilue, et ses feuilles plus divisées. 
Involucre et involucelles caducs. Ombelles à longs rayons diver- 
gents, dont un petit nombre seulement sont fertiles. Styles couronnant 
le fruit réunis au lieu d'être étalés. — Canada-Caroline ; bois humides 
et pierreux. Charlesbourg ! Mai-Juin. 

Gen. XXIII. CORIANDRE. Coriandrum. L. 

(De Icoris, punaise ; allusion à l'odeur des feuilles). 

Calice k 5 dents inégales. Pétales obcordés, avec une pointe 
infléchie, les extérieurs rayonnants, 2-fides. Fruit globuleux. 
Carpelles à 5 côtes primaires déprimées, flexueuses, à côtes 
secondaires carénées. Vallécules sans bandelettes. Face 
commissurale à 2 bandelettes. Columelle 2-fide, adnée au 
sommet et à la base. Graines à face ventrale excavée. — 
Glabre. Feuilles muUi-fides. Involucre ; involucelles à 3 fo- 
lioles 1-latérales. Fleurs blanches. 

C. cultivée. C. sativum. L. (Coriandre). — Coriander. — ® 
Plante à forte odeur de punaise. Tige de 1-2 p., lisse. Feuilles 
luisantes, les inférieures penni-séquées, à segments larges, en coin, 



Ginseng. lviii. araliacées. 273 

incisés-fîentés, les supérieures 2-3-peDni-séquées, à segments découpés 
en lanières fines, linéaires-aigiies. Ombelles à 5-10 rayons striés. — 
Europe. Juin-Octobre. $ 

Cultivée pour son fruit qui devient aromatique par dessîcation et 
qui est stimulant, stomachique. On l'emploie aussi pour aromatiser 
les gâteaux, les dragées, etc. Une fois introduite dans un jardin la 
plante se ressème d'elle-même. 



Fam. lviii. ARALIACEES. Amliaceœ. J. 

(Du Genre Aralia). 

Tige ordinairement ligneuse, quelquefois grimpante. 
Feuilles alternes, pétiolées. 

Fleurs § ou diclines, en ombelles, ou en têtes disposées en grappes. 
Calice à tube adhérent à l'ovaire, à limbe entier ou denté. 
Corolle — Pétales 5-10, alternes avec les dents du calice, caducs, quelquefois 0. 
Etamines autant que de pétales ou en nombre double, insérées sur un disque 
épigyne. Anthères 2-loculaires, peltées. 

Ovaire adhérent au calice, à 2-plusieurs loges 1-ovulées. Styles autant que de 
loges. 

Fruit — Baie pluri-loculaire, couronnée par le limbe calicinal. 

Genres 21, Espèces 160. Cette Famille a beaucoup d'analogie 
avec la précédente. Les racines ont d'ordinaire une saveur douce 
et aromatique. Ces plantes sont beaucoup plus communes en Amé- 
rique qu'en Europe. Des 3 Genres qui suivent 2 seulement sont 
indigènes en ce pays. 



CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

1 Feuilles simples. Tige grimpante Lierre III. 

1 Feuilles composées. Tige dressée 2 

2 Feuilles alternes. Styles 5 Aralie II. 

2 Feuilles verticillées. Styles 2 Ginseng I. 



Gen. 1. GINSENG. Panax L. 

(De pan, tout, akos, remède ; c'est-à-dire, remède à tous les maux). 

Fleurs polygames. Calice à limbe obscurément 5-deiité. 
Corolle à 5 pétales étales. Etamines 5, à filets courts, alter- 



274 DICOTYLÉDONES — ^POLTPETALES. Ginseilf. 

nant avec les pétales. Sli/les 2-3, divergents. JBaie à 2-3 loges 
monospermes. — Herbes ou arbrisseaux. Feuilles 3 dans les 
Espèces herbacées, composées. Fleurs en ombelle solitaire, simple. 

1. G. à trois feuilles. P. trifolium. L. — P. fusilla. Sims. — 
Aralia iriphylla. Poir. — Ground-nut. Dwarf Ginseng. — % Tige 
glabre, grêle, simple, de 5-6' de haut, très tendre. Feuilles 3, verti- 
cillées, à 3-5 folioles à peu près glabres, lancéolées, dentées, sub- 
sessiles. Styles 3. Baie à 3 graines. Fleurs cJ* et Ç sur des 
plantes différentes, ces dernières sans étamines, suivies de baies de 
couleur verte, les premières avec un seul style abortif. Racine pro- 
fondément enfoncée dans le sol, globuleuse, d'environ h' de diamètre, 
se joignant à la tige par un ligament contourne en spirale. Pédon- 
cule solitaire, sortant du centre des 3 feuilles et portant une petite 
ombelle de fleurs d'un blanc pur. — Canada-Floride ; bois, sur les 
bords humides des ruisseaux. Somerset? Belleville ! Ji.in. 

2. G. a cinq feuilles. P. qumquefoUum. L. {Ginseng. Grand 
Ginseng). — Gimseng. — % Tige cylindrique, glabre, de 12-15' de 
haut, terminée par un verticille de 3 feuilles composées et un pédon- 
cule central portant une ombelle simple. Feuilles à 5 folioles ovales- 
acurainées, dentées, pétiolulées. Pédoncule plus court que les pé- 
tioles. Fleurs petites, jaunâtres, portées sur des pédicelles courts, 
les (S" et les $ sur différents individus, ces dernières suivies de baies 
d'un rouge brillant. — Canada-Caroline ; bois, dans les terrains riches. 
Montagne de Montréal! Nicolet ! Grondines ! Juillet. 

Racine fusiforme, blanchâtre, charnue, aromatique, stimulante, 
tonique, etc. Cette plante considérée comme une panacée en Chine 
s'y vend encore aujourd'hui au poids de l'or. C'est surtout des 
Indes qu'on la tire. On en exporta autrefois du Canada en quantités 
considérables, mais sa mauvaise préparation en fit tomber le prix, et 
la fit bientôt rejeter des Chinois. Presque abandonnée dans la mé- 
decine aujourd'hui, la racine du Ginseng n'en demeure pas moins un 
tonique stimulant des plus puissants, surtout pour relever les forces 
abattues par les excès, etc. La pharmacie a cru y gagner en cherchant 
dans des combinaisons chimiques les vertus que présentent les di- 
verses plantes à 1 "état naturel, mais les cures surprenantes qu'opèrent 
si souvent des personnes soignant avec des simples, complètement 
ignares des secrets de la médecine scientifique, nous porteraient à 
croire qu'on a eu tort dans bien des cas de substituer aux végétaux 
des substances minérales à principes concentrés, dont l'action tou- 
jours violente peut devenir très nuisible ou même fatale dans une 
application incertaine ou mal dirigée. Qui sait si dans quelques 
années la science d'Esculape, après un grand détour, n'en reviendra 
pas à son point de départ, nous voulons dire à la médecine des simples, 
pour mieux atteindre son but ? Du moins c'est vers ce point que 
tendent aujourd'hui quelques esprits sérieux en Europe et en Amé- 
rique, et les heureuses combinaisons des deux systèmes de médica- 
tion employés par eux ont déjà eu les résultats les plus satisfaisants. 



J 



Âralie. lyiii. araliacées. 275 

Gen. II. ARALIE. Aralia. Don. 

(Nom Canadien sousàlequel l'Espèce fut envoyée de Québec à Fagon). 

Calice à limbe très court, 5-(lenté ou entier. Pétales 5, 
étalés. Etamines 5-10, à filets courts. Styles 6, divergents. 
Ovaire à 5-10 loges. Baie à 5 côtes. — Feuilles composées, al- 
ternes, pétiolées-engaînantes. Fleurs en ombelles ou -en panicule. 

1. A. à fleurs en grappe. A. racemosa. L. {^Anis sauvage) — 
Pettymorrel. Spikenard. — % Tige herbacée, lisse, rameuse, 
divariquée, de 3-4 p., d'un vert foncé, ou rougeâtre. Pétioles à 3 
divisions, portant 3-5 folioles ovales ou cordées, acuminées, dentelées, 
un peu glabres. Pédoncules axillaires, disposées en grappes termi- 
nales, et portant une ombelle de petites fleurs blanches-verdâtres. — 
Canada-Géorgie ; bois, dans les terrains riches. Batiscan ! Petite 
Nation ! Juillets 

La racine aussi grosse que le bras, charnue, aromatique, d'un goût 
agréable, est recherchée comme un ingrédient recommandable dans 
les petites bières. 

2. A. à tige nue. A. nudicauHs. L. {Salsepareille). — Wild 
Sarsaparilla. — % Plante à racine grosse, charnue, du sommet de 
laquelle partent le pétiole et la hampe florale, la tige n'existant pas. 
Ce pétiole souvent long de 15'-18' ne porte qu'une seule feuille 3-ternée 
ou 3-quinée, à folioles ovales-aigûes, finement dentées. Hampe plus 
courte que la feuille, partagée en 3 branches au sommet, portant cha- 
cune une ombelle de fleurs verdâtres, dépourvue d'involucre. Eta- 
mines saillantes. — Canada-Géorgie ; bois, dans les terrains riches. 
St. Pierre les Becquets ! Prescott ! Mai. 

3. A. hispide. A. Jùspida. Michx.—WiLD Elder. — % Tige de 
1-2 p., frutescente à la base et hérissée de poils raides. Feuilles 
2-penni-séquées, à segments ovales-oblongs, aigus, glabres, incises- 
dentés, à pétiole souvent hispide. Fleurs blanches, en ombelles pé- 
donculées, coryrabiformes. Pédicelles grêles. Involucre à folioles 
nombreuses, sétacées. — Baie d'Hudson- Virginie ; lieux pierreux. 
Hébertville ! Guelph ! Juin-Juillet. 

Gen. III. LIERRE. Hedera. L. 

(Du Celtique hedra, corde ; allusion à la tige saxmenteuse). 

Calice entier ou 6-denté. Pétales 5-10, libres, étalés. Fta- 
mines 5-10, à filets courts. Ovaire à 5-10 loges. Styles 5-10, 
libres ou cohérents en un seul. Baie couronnée par le calice 
persistant. Graines ruminées. — Arbrisseaux d tige sarmenieuse- 



276 DICOTYLÉDONES POLYPETALES. 

grimpante, pourvue de racines adveniives. Feuilles simples, al- 
ternes, persistantes. I leurs verdâires. 

L. grimpant. H. Hélix. L. (I/2erre).— English Ivy. — Tiges et 
rameaux longs et flexibles, s'attachant à la terre, aux arbres ou aux 
murs au moyen de crampons ou fibrilles. Feuilles pétiolées, coriaces, 
glabres, luisantes, les caulinaires cordées, à 3-5-7 lobes triangulaires, 
celles des rameaux fleuris ovales-aigûes. Fleurs d'un jaune verdàtre, 
en ombelles nombreuses, formant un corymbe ou une panicule termi- 
nale. Pétales 5. Etamines 5. Style indivis. Baie noire, à chair 
farineuse.— Europe. >{* 

Plante ornementale par sa verdure ; de serre ou d'appartement, 
ne pouvant résister à nos hivers. On emploie ses feuilles en onguent 
pour les brûlures. Fleurit rarement dans les appartements. Se 
reproduit facilement de boutures. 



Fam. LIX. CORNEES. Comeœ. D. C. 

(Du Genre Cornus). 

Arbres, arbrisseaux ou herbes vivaces. 

Feuilles simples, opposées, quelquefois sans stipules. 

Fleurs ^ , quelquefois diclines, en capitules ou en corymbes. 

Calice à tube adhérent à l'ovaire, à limbe minime, 4-5-denté on lobé. 

Corolle à 4-5 pétales alternant avec les dents du calice, à préfloraison valvaire. 

Etamines autant que de pétales et alternant avec eux. Anthères introrses, dor- 

sifixes. 
Ovaire infère, à 1-2-3 loges 1-ovulées. Style simple ; stigmate en tête. 
Fruit drupacé, couronné par le calice. 
Graine à testa coriace, à albumen charnu. 

Genres 9, Espèces 40, toutes des régions tempérées des deux con- 
tinents. Le principe amer que la plupart possèdent fait de quelques 
unes des toniques puissants. Le seul Genre Cornouiller est indigène 
en ce pays. 



CLEF ANALYTiaUE DES GENRES. 

Feuilles entières. Fleurs ^ , blanches ou jaunes. . . : Cornouiller I. 
Feuilles dentées. Fleurs dioïques, d'un pourpre vineux. . . . Aucuba II. 



Cornouiller. lix. cornées. 277 

Gen. I. CORNOUILLER. Cornus. T. 

(De cornu, corne ; allusion à la dureté du bois de quelques Espèces). 

Calice à limbe très court, 4-denté. Pétales oblongs, ses- 
siles, insérés au sommet du tube calicinal. Etamines 4. 
Ovaire 2-loculaire, à disque épigyne, 4-lobé, souvent oblitéré. 
Stigmate tronqué. Jjrwpe charnue, à 2-3 nucules, ombiliquée 
par la cicatrice du limbe calicinal. — Arbres ou arbrisseaux, 
quelquefois i:>lantes herbacées far leurs rameaux et ligneuses far 
leurs tiges souterraines. Feuilles ordinairement opposées. Fleurs 
en ombelles involucrées, ou en corgmbes, oit en panicules, blanches 
ou jaunes. 

* Fleurs en têtes ou en ombelles munies d'involucres pétaloïdes. 

1. 0. du Canada. C. Canadensls. L. {Quatre-femps). — Low 
CoRNKL ou DoG-wooD. — % Plante herbacée, à rhizome souterrain 
ligneux. Tige florifère simple, de 4'-8' de haut, portant 2 petites 
bractées au milieu, et au sommet un verticille de 6 feuilles ovales, 
veinées, aigiies, entières, dont 2 plus grandes sont placées un peu 
plus bas et opposées. Du centre de ce verticille s'élève une ombelle 
de petites fleurs blanches entourée d'un involucre composé de 4 
grandes folioles pétaloïdes, d'un blanc pur et brillant, pouvant aisé- 
ment par l'apparence faire prendre le tout pour une seule fleur. 
Fleurs d'un blanc verdâtre, suivies d'une tête de petites baies rouges, 
globuleuses, d'une saveur fade. Les tiges stériles ne portent qu'un 
verticille de 4 feuilles, — Amérique Artique-Pennsylvanie ; commun 
dans les bois éclaircis où il couvre presque complètement le sol, sur 
des espaces considérables, d'un manteau blanc par ses fleurs en Mai 
et Juin, et d'une couverture rouge par ses fruits en Août et Sep- 
tembre. 

2. C. de la Floride. C. Florlda. L. — Common Dog-wood. 
Flowering Dog-wood. — Arbre de 20-30 p., d'un bois très compact 
et dur, à écorce rude et très amère. Feuilles opposées, ovales- 
acuminées, entières, d'un vert glauque, encore très peu développées 
au temps de la floraison. Fleurs jaunâtres, très petites, eu ombelles, 
sans apparence par elles-mêmes, mais entourées d'un involucre très 
brillant composé de 4 folioles obcordées-arrondies, veinées, blanches 
ou rousseâtres, se terminant par une pointe calleuse enroulée ou 
crochue. Drupes ovales, d'un rouge brillant. — Canada-Floride; bois, 
dans les lieux bas. Avril-Mai. 

Bel arbre d'ornement, très rare en Canada si toutefois il s'y trouve. 
Ecorce astringente, succédanée du Quinquina. 



278 DICOTYLÉDONES — POLYPÉTALES. Comouiller. 

** Fleurs en cimes dépourvues d'involucre. 

3. C. blanc. C. alla. L. — C. stolonifera. Michx. {Harl-rouge). 
— White-berrieu Corn EL ou Dog-wood. — Arbrisseau de 4-6 p., 
quelquefois dressé mais le plus souvent à ti-ges couchées et radicantes. 
Êauieaux grêles, flexibles, glabres, recourbés, d'un rouge de corail 
en hiver. Feuilles larges, ovales, distinctement veinées, légèrement 
pubescentes-blancbâtres inférieurement, pétiolées, acuminées. Fleurs 
en corymbes déprimés, blanches, suivies de baies blanches à la ma- 
turité. — Canada-Missouri; bords des marais et des ruisseaux ; com- 
mun. Mai-Juin. 

Ses rameaux flexibles servent dans la confection des mannes et 
paniers. Il arrive quelquefois qu'il fleurit 2 fois dans la même saison. 

4. C. à fruits bleus. C. sericea. L'Her. — C. cœrulea. Lam. — 
C. lanvginosa. Michx. — Red Osier. — Arbrisseau de 8-10 p., à 
branches étalées, opposées, d'un pourpre sale, et à ramules d'un 
rouge brun et laineuses. Feuilles ovales-acuminées, soyeuses-ferru- 
gineuses en dessous, de 2'-4' de long, presque glabres en dessus, à 
nervures proéminentes. Pétales de ^' à 1' de long. Fleurs jaunâtres, 
en corymbes déprimés, laineux. Fruits globuleux, d'un bleu brillant, 
à noyaux comprimés. — Canada-Louisiane; bords des ruisseaux. 
Isle Verte ! Prescott ! Juin. 

5. C. à feuilles arrondies. C. circinata. L'Her. — C. tomeniulosa. 
Michx. — C. Tvgosa. Lam. {Bois de calumet). — Round-leaved 
Corinel ou Dog-wood. — Arbrisseau de 5-8 p., à tige grisâtre dressée, 
à rameaux verts, cylindriques, opposés, verruqueux. Feuilles orbi- 
culaires, un peu acuminées, rugueuses, tomenteuses-blanchâtres en 
dessous. Fleurs blanches, en corymbes déprimés. Baies globu- 
leuses, d'un bleu très tendre, molles, creuses à la base et couronnées 
par le calice persistant. — Canada-Virginie ; bois. Assez commun. 
Château-Richer ! Prescott ! Juin. 

Les tiges en se desséchant prennent une belle couleur jaune-orange, 
et comme leur moelle assez abondante disparait alors, nos Indiens 
s'en servent pour se iabriquer des manches de calumets, de là le 
nom vulgaire que porte cette Espèce dans plusieurs de nos cam- 
pagnes, 

6. C. à feuilles alternes. C. alterna. Marsh.— Petit arbre de 
15-20 p., à branches glabres, souvent étalées dès le haut de la tige et 
formant un sommet déprimé; écorce grisâtre, tachée. Feuilles lon- 
guement pétiolées, alternes, ovales-aigûes, blanchâtres en dessous. 
Fleurs blanches, en corymbes étalés. Fruits globuleux, d'un bleu 
foncé, de la grosseur d'un grain de poivre. — Canada-Caroline ; taillis 
et Ijois humides. Bécancour ! Juin. 

7. C. paniculè. C. panirulata. L'IIer. — C. racemosa. Lam. — 
C. candi dissimu. Marsh. — Wihtr ou pamcled Cornel. — Arbris- 
seau de 8-10 p., à rameaux dressés, glabres, couverts d'une écorce 
blanchâtre. Feuilles de 1-2 de long, ovales-acuminés, glabres ou 
couvertes de quelques poils appliqués et de ponctuations sur la face 



J 



Aucuba. Lix. CORNÉES. 27 9 

inférieure. Fleurs petites, blanches dans toutes leurs parties, dispo- 
sées en corymbes ou thyrses paniculés. Ovaire soyeux. Baies pe- 
tites, blanches, arrondies, charnues, aqueuses. — Canada-Caroline; 
taillis, bords des ruisseaux, etc. Prescott ! Juin. 

Gen. II. AUCUBA. Aucuha. Thunb. 

(Aucuba, nom Japonais de la plante). 

Fleurs dioïques. — c? : calice petit, 4-denté. Pétales insérés 
sous le bord d'un disque concave. Ovaire 0. — 9: calice k 
limbe très court, 4-denté. Pétales comme dans les d^. Eta- 
mines 0. Ovaire infère, 1-loculaire, à disque épigyne, charnu. 
Style court, épais, enflé à la base. Stigmate orbiculaire. Paie 
terminée par le style persistant. — Tige ligneuse. Feuilles op- 
posées. Pédoncules naissant à Vaisselle des feuilles, ramifiés en 
panicu/es courtes. Heurs d'un pourpre vineux. 

A. du Japon. A. Japonica. Thunb.— Arbrisseau toujours vert, de 
3-4 p., glabre. Feuilles à dents écartées, d'un vert luisant, marbrées 
et panachées de jaune, coriaces. Fleurs petites, brunes, disposées par 
3, les 2 latérales sessiles, l'intermédiaire pédicellée. Fruit charnu, 
monosperme, couronné par le style persistant. Japon. ^ 

L'Aucuba est plus ornemental par ses belles feuilles panachées de 
jaune que par ses fleurs. C'est en ce pays une plante de serre ou 
d'appartement et qui fleurit assez rarement. — Boutures. 



280 DICOTYLÉDONES MONOPÉTALES. 

SOIJS-CI.ASSE II. 

MONOPÉTALES. 

Enveloppes florales constituées ordinairement par un calice et une corolle, 
cette dernière formée de pétales soudés ensemble de manière à ne former 
qu'une seule pièce. 



Fam. LX. CAPRIFOLIACEES. Caprifoliaceœ. R. Br. 

(Du Genre Caprifolium). 

Arbrisseaux, rarement herbes, à feuilles opposées, sans stipules. 

Fleurs g , plus ou moins régulières, axillaires, solitaires ou géminées, le plus 

souvent en cimes. 
Calice supere, adhérent, à limbe 5-fide ou 5-denté, rarement 4-fide. 
Corolle tubuleuse ou rotacée, régulière ou irrégulière, à limbe 4-fide. 

Etamines insérées sur le tube de la corolle, en même nombre que ses divisions, 
ou une de moins et alternes avec elles. 

Ovaire infère, 2-5-loculaire. Style 1, filiforme. Stigmates 1-5. 

Fruit — Baie plus ou moins charnue, souvent à une seule loge. 

Genres 14, Espèces 220, des régions froides et tempérées des 2 
continents. Ces plantes contiennent particulièrement dans leurs 
feuilles un principe astringent, et leur écorce est d'ordinaire un pur- 
gatif assez violent ; les fleurs sont mucilagineuses. i'iusieurs Es- 
pèces font de belles fleurs d'ornement. 



CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

1 Fleurs en cimes. Stigmates S-f), sub-sessiles 2 

1 Fleurs en faux verticilles, ou solitaires, ou géminées. Stigmate 1, conique. 3 

2 Feuilles pennées ou penni-séquées Sureau VL 

2 Feuilles dentées ou lobées-dentelées Viorne VII. 

3 Tige ligneuse 4 

3 Tige herbacée 6 

4 Calice à tube oblong, rétréci en col au sommet, à limbe 

5-fide Dieiville III. 

4 Calice sub-globuleux, à limbe 4-5-dent6 5 

5 Ovaire sub-globuleux, à 2-3 loges pluri-ovulées. . . Chèvrefeuille IV. 
5 Ovaire globuleux, à 4 logos dont 2 pluri-ovulées stériles et 2 

1-ovulées fertiles Symphorine II. 

6 Feuilles persistantes. Tige rampante. Etamines 4. . . Linnée V. 
6 Feuilles caduques. Tige dressée, simple. Etamines 5. . Tiioste I. 



Trioste. LX. caprifoliacées. 281 

Gen. I. TRIOSTE. Triosteum. L. 

(De treis, trois, osteon, noyau ; allusion au fruit à 3 noyaux). 

Calice persistant, ovoïde, à limbe divisé en 5 lobes linéaires- 
lancéolés. Corolle tubuleuse, un peu plus longue que le ca- 
lice, à base gibbeuse, à limbe presque régulièrement 5-lobé. 
Mamines 5, non saillantes. Stigmate oblong, sub-3-lobé. 
Fruit drupacé, coriace, à 3 loges. Graines 3, osseuses, tri- 
quêtres. — Plantes herbacées, rarement sous-frutescentes. Feuilles 
simples. 

T. perfoiié. T.perfoUatum. L. — T. majus. Michx. — Fever-wort. 

WiLo-CoFFEE. — % Tige herbacée, simple, dressée, cylindrique, 
creuse, de 3-4 p.. pubescente. Feuilles opposées, ovales-acuminées, 
brièvement rétrécies à la base et soudées par paires, entières, presque 
glabres en dessus, pubescentes en dessous. Fleurs sessiles, axillaires, 
verticillées par 5-6. Corolle d'un pourpre foncé, viscide-pubescente, 
de près de 1' de long, à 5 lobes arrondis. Fruit mûr, drupe sèche 
d'un rouge orange, triquêtre, couronnée par les longs segments fo- 
liacés du calice et contenant 3 noyaux pierreux. — Canada-Virginie ; 
bois pierreux, bords de TOswegatchie, près Prescott ! Juin. 

La racine grosse, charnue et possédant plusieurs des propriétés de 
ITpécacuanha est employée en médecine comme vulnéraire. 

Gen. II. SYMPHORINE. Symphorkarpus. Dill. 

(De symphoreô, je ramasse, carpos, fruit ; allusion aux baies agglomérées en 
petites têtes). 

Calice à tube globuleux, à limbe 5-fide, denté, persistant. 
Corolle eu entonnoir, à 4-5 lobes presque égaux, obtus. Fia- 
mines 4-5, insérées sur la corolle. Stigmate en tète aplatie. 
Baie charnue, à 4 loges. — Arbrisseaux dressés, touffus, à feuilles 
entières et à fleurs petites, blanches ou rosées. 

1. S. à grappes. S. racemosus. Michx. — Symphoria racemosa. 
Pursh. — Snow-berrv. — Bel arbrisseaux en buisson, de 3-4 p. 
Feuilles opposées, ovales-oblongues, brièvement pétiolées, douces 
supérieurement, pâles en dessous. Fleurs en grappes lâches, termi- 
nales, interrompues. Corolle rose, de 3 ' de long, à gorge fermée par 
des poils. Baies grosses, de ^' de diamètre, rondes-ovoïdes, d'un 
blanc de neige, très apparentes à la maturité. — Haut Canada-Penn- 
sylvanie ; bords des ruisseaux, surtout sur des bancs de calcaire. 
Juillet-Août. »J« 



2S2 DICOTYLÉDONES MONOPETALES. DicrTille. 

2. S. occidentale, S. occiâcntalis. H. Br. — WoLF-BERRV.— Ar- 
hrisseau de 4-5 p. Feuilles ovales-ohtnses, pubescentes ou presque 
glabres, plus pâles en dessous. Fleurs en épis serrés, axillaires et 
terminaux, sub-sessiles, pendants. Corolle en entonnoir, densénient 
poilue à l'intérieur, plus grande et plus étalée que dans l'Espèce 
précédente, purpurine. Etamines et style barbus, saillants. — Canada- 
Territoire de la Baie d'Hudson ; bois. Prescott ! Juin-Juillet. 

Baies persistant souvent sur la plante jusqu'en hiver. 

3. S. à petites fleurs. S. vulgoris. Michx. — Lonicera Sympliori- 
-arpvs. L. (Boules de Oire). — Indian Currant. — Arbrisseau de 
2-3 p., à rameaux de couleur purpurine et souvent pubescents. Feuilles 
ovales, légèrement pubescentes. Fleurs agglomérées en petites têtes 
axillaires. Corolle carapanulée, blanche, presque glabre à l'intérieur. 
Etamines et style non saillants, pubescents. Baies rouges, de la 
grosseur d'un Pois. — Etats-Unis du Sud. Juillet-Septembre. >^ 

Cette dernière Espèce avec Ta première se rencontrent assez fré- 
quemment dans les jardins, l'élégance de leur feuillage et l'éclat de 
leurs fruits en font de belles plantes d'ornement. Elles préfèrent les 
terrains humides, [vlulti pli cation facile par boutures et par mar- 
cottes. 

Gex. III. DIERVILLE. BlerviUa. T. 

(Dédié d Dierville, voyageur Français qui observa le premier l'Espèce princi- 
pale). 

Calice oblang, 5-fi(le. Corolle infoiidibolifoirne, 5-iide, 2 
fois plus longue que le calice et presque régulière. JElainbies 
5. Ovaire h 2 loges pluri-ovulées. Stigmate pelté. Fruit 
membraueux, capsulaire. — Arbrisseaux dressés, à feuilles op- 
jposêes, simples, caduques. 

1. D. du Canada. D. Canadenais. Willd.— D. trijida. Mœnch. 
— D. lutea. Pursh. — D.liumUis. Pers. — Lonicera Diervdla. L. — 
Bush HoNEVsucKLE. — Arbrisseaux dressés, de 2 p. Tiges nom- 
breuses, à peine rameuses, un peu tétragones. Feuilles oblmgues, 
acuminées, brièvement pétiolées, dentées, glabres. Pédoncules axil- 
laires et terminaux, 1-3-flores. Corolle jaunâtre. Etamines et stylo 
sortants. Stigmate en tête. — Baie d'IIudson-Caroline ; bois pierreux. 
Commune. Trois-Pistoles ! Lancaster ! Mai-Juin. 

2. D, du Jupon. D. Japonica. R. Br. — Weigela rosca. Lindl. — 
Arbrisseau de 3-i p. Feuilles ovales, acuminées, dentées dans la 
moitié supérieure, glabres supérieurement, légèrement pubescentes 
en dessous, d'un vert gai, h, pétioles ciliés, canaliculés. Fleurs roses 
ou purpurines. Pédoncules 3-4-flores, en panicules terminales. — 
Japon. >{* 

Charmant arbrisseau d'ornement résistant ordinairement à nos 
hivers. — Boutures et marcottes. 



CJievrefeuiile, lx, càprifoliacëes. 283 

Gen. IV. CHÈVRFEUILLE. Lonîcenu Desf. 

(Dédié à Adam Louicer, de Nuremberg, Botaniste et Mathémcaticien, 1528-1586). 

Calice à tube ovoïde ou sub-globuleux, à limbe court, 
5-deuté. Corolle infoiidibuliformo ou campanulée, à limbe 
5-fide, régulier ou inégalement lobé. Eiariiincs 5, sortantes. 
Ovaire à 2-3 loges pluri-ovulées. Stigmate capité. Baie à 
2-3 loges ou à 1 seule par avortement. — Arbrisseaux dressés 
ou grimpants. Feuilles entières, souvent connêcs. Fleurs axil- 
laires, saunent odorantes. 

Section I. CAPRIFOLIUM, D, C. 

(De capra, chèvre, foliuîn, feuille ; c'est-à-dire, rameaux grimpants). 

Fleurs en têtes terminales et en faux verticilles. Tiges 
grimpantes. 

1. G. pubeSCent. L. puhescens. Sweet. — L. hirsuta, Eat. — Ca- 
prifolium pvhesccns. Goldie. — Hairy Honeysuckle. — Arbrisseaux 
à rameaux volubiles s'enroulant autour des arbres jusqu'à la hauteur 
de 15-20 p., plus ou moins pubescents. Feuilles larges, ovales, pu- 
bescentes et ciliées, glauques en dessous, les inférieures brièvement 
pétiolées, les supérieures soudées par leur base. Fleurs grandes, 
nombreuses, jaunâtres, en épis verticilles, axillaires et terminaux. 
Corolle labiée, à limbe étalé, à tube viscide-pubescent, légèrement 
gibbeux à la base. — Canada-Michigan ; bords des bois dans les sols 
humides. Bords des lacs Huron et Supérieur! Juin-Juillet. ^ 

2. G. à petites fleurs. L. j^arvijlora, Lam — Caprifolium par- 
vijlorum, Pursh. — L. dioica. L. — Small-flowered Honeysuckle. 
— Arbrisseaux de 8-10 p., à rameaux peu volubiles, glabres. Feuilles 
glabres, très glauques en dessous, toutes sessiles ou connées, les su- 
périeures connées-perfoliées. Fleurs jaunâtres, gibbeuses à la base, 
à segments enroulés, en verticilles capitules. Etamines et style sor- 
tants ; filets barbus. Baies d'un rouge orange. — Baie d'Hudson- 
Michigan ; bords des rivières. Mai-Juin. 

3. C. jaune. L.Jlava. Sims. — Caprifolium flaimm. Eli. — C, 
Fraseri. Pursh. — Yellow Honeysuckle. — Arbrisseaux très glabres, 
à rameaux peu volubiles. Feuilles ovales, à bords cartilagineux, 
glauques en dessous, les supérieures connées-perloliées. Fleurs 
jaunes, odorantes, en bouquets verticilles. Corolle presque 2-labiée, 
à tube beaucoup plus long que le limbe ; lèvre supérieure beaucoup 
plus grande que Tinférieure, à 4 segments obtus. — Etats-Unis. Juin- 
Juillet, ►fi 



284 DICOTYLÉDONES — MONOPÉTALES. Cheyrefenille. 

4. C. des jardins. L. CaprifoUum. L. — Cafrifoliwm Italicnm. R. 
et S. — Italian Honeysuckle. — Tige grimpante, de 6-8 p.. à écorce 
grisâtre, pubescente snr les jeunes rameaux. Feuilles elliptiques 
sub-orbiculaires, luisantes en dessus, glabres en dessous, les supé- 
rieures largement soudées par paires. Fleurs vertieillées en têtes 
terminales, sessiles au centre du plateau formé par les feuilles florales. 
Corolle 2-labiée, purpurine ou jaunâtre, odorante. — Europe. Juin- 
Septembre. »^ 

On rencontre encore assez souvent dans la culture ornementale les 
Espèces suivantes : 

5. C. toujours vert. L. sempervirens. Ait. — Feuilles persistantes. 
Corolles ventrues supérieurement, en forme de trompette, d'un bel 
écarlate en dehors et jaunes en dedans. Une des plus belles Es- 
pèces du Genre, mais sans odeur. — Etats-Unis. Mai-Août. >i* 

6. C. des bois. L. Periclymenum. L. — Feuilles supérieures ses- 
siles, non perfoliées. Fleurs 2-labiées, d'un jaune rougeâlre, odo- 
rantes, verticillées en têtes longuement pédonculées. — Europe. Mai- 
Juillet. ►{* 

Section II. XYLOSTEON. D. C. 

(De xylon, bois, osteon, os : allusion à la conlenr d'iv&ire du bois). 

Pédoncules axîllaires, 2-bractéoléa, 2-flores. Arbrisseaux 
dressés. 

7. C. du Canadai L. Canadensis. Roem. et Schult. — L. ciliata. 
Muhl. — Xijlosteum ciliatum. Pursh. — Fly Honeysuckle. — Arbris- 
seaux dressés, rameux, de 3-4 p. Feuilles ovales, cordées, ciliées, 
velues en dessous dans le jeune âge, ti peine aiguës. Pédoncules 
plus courts que les feuilles. Fleurs jaunâtres, par paires au sommet 
du pédoncule. Corolles renflées ou éperonnées à la base, limbe à 
lobes courts et presque égaux. Baies ovoïdes, rouges, en paires 
mais distinctes. — Canada-Ohio ; bois pierreux, penchants des col- 
lines, etc. St. Joaehim ! Assomption ! Mai-Juin. 

8. C. à fruits bleus. L. ccemha. L. — L. cœrulea Canadensis. 
Lam. — Xylosteum Solonis. Eat. — Blue-fruited Honeysuckle. — 
Arbrisseaux dressés, de 2 p. Feuilles ovales-oblongues, ciliées, ob- 
tuses, pubescentes. Pédoncules courts, réfléchis à la maturité, portant 
2 bractées subulées. Fleurs jaunes, par paires, plus longues que leur 
pédoncule. Baies globuleuses, glabres, d'un bleu foncé, marquées 
de 2 cicatrices. — Baie d'Hudson-Labrador ; montagnes. Mai-Juin. 

9. C. velu. L. villosa. Muhl. — L. ohlongifolia. Hook. — Xj/los- 
ieum ohlongifoUum. Goldie, — Arbrisseaux de 3-4 p., à ramules velues. 
Feuilles presque sessiles, oblongues ou ovales, velues en dessous. 
Pédoncules courts, munis de 2 bractées sétiformes. Corolles pubes- 
centes, jaunâtres en dehors et purpurines en dedans, à tube gibbeux 
à la base, à limbe profondément 2-labié ; lèvre inférieure presque 



linnec. l^- caprifoliacées. 285 

entière, lèvre supérieure 4-lobée, dressée. Baies pourpres, à G-8 
frraines, souciées par paires et marquées des restes des 2 calices. — 
Canada-New York ; voisinage des marais. Juin. 

Les Chèvrefeuilles, surtout ceux de la première section, sont de 
charmants arbrisseaux d'ornement, qu'on emploie dans les grands 
jardins à couvrir des berceaux, des tonnelles, etc. Ils préfèrent en 
général une terre légère et sablonneuse, on les voit rarement durer 
longtemps dans les terres fortes et argileuses. On les multiplie faci- 
lement de boutures et de marcottes. 

Gen. V. LINNÉE. Lînnœa. Gronov. 

(Dédié au grand Linnée). 

Calice ovoïde, 5-partit, à lanières lancéolées, tombantes, 
caduques, 2 bractéolées à la base. Corolle campanulée, 
5-lobée, presque régulière. Mamines4^, didjnames, incluses. 
Baies coriaces, à |3 loges, dont 2 pluri-ovulées stériles, et la 
troisième 1-ovulée fertile. Style un peu sortant. — Herbes 
rampantes, toujours vertes. 

L. boréale. L. horealis. Gronov. — Twin-flower. — % Herbe 
toujours verte, rampante, à rejetons ascendants, nus au sommet et 
2-flores. Feuilles petites, opposées, pétiolées, rondes-ovales, sub- 
dentées. Pédoncules filiformes, légèrement poilus, de 2-3' de long, 
munis de 2 petites bractées linéaires, opposées, et terminés par 
2 fleurs pendantes. Corolles d'un blanc rosé, odorantes le soir. — 
Du New Jersey au Cercle Artique. Juin. 

La Linnée, par ses tiges reposant sur le sol et radicantes, couvre 
quelquefois de grands espaces de forêt de sa verdure. On la trouve 
surtout dans les sols humides, ombragés, rocailleux et sous nos arbres 
résineux toujours verts qui composent en grande partie nos immenses 
forêts du Nord. — Tiges et feuilles amères, sudorifiques et diuré- 
tiques. 

Gen. VI. SUREAU. Sambucus. T. 

(De sambuca, instrument de musique qu'on fabriquait autrefois avec le bois du 
Sureau). 

Calice petit, 5-partit, caduc. Corolle en roue, étalée, 5-fide, 
à segments obtus. Etamines 5. Stigmates 3-6, sessiles, obtus. 
Baies sub-globuleuses, pulpeuses, à 3 graines. — Arbrisseaux 
ou herbes vivaces d feuilles pennées ou penni-sêquées. Fleurs en 
cimes. 



286 DICOTYLÉDONES MONOPETALES. Viome. 

1. S. du Canada. S. Canadensis. L. — s. hvmilis. Raf. {Sureau 
hhinc). — CoMMON Elder. — Arbrisseaux de 6-8 p., à moelle centrale 
abondante, légère et très poreuse. Feuilles pennées, à 7-9 segments 
ovales-oblongs, acuminés, |.;étiolulés, glabres, les inférieurs souvent 
3-partits. Fleurs blanches, petites, nombreuses, à odeur forte, formant 
des cimes de 6'-8' de diamètre. Baies petites, d'un pourpre foncé. — 
Canada-Etats-Unis : taillis, le long des clôtures, etc. Commun dans 
les terres fortes et riches. Juin-Juillet. 

Feuilles purgatives, aussi est-il rare que les animaux les mangent. 
Fleurs sudorifiques. La seconde écorce est vomitive, on l'emploie 
aussi pour combattre les hydropisies. 

2. S. de montagne. S.montana. Prov. — S.pubens. Michx. (Sureau 
rouge). — Panicled Elder. — Arbrisseaux de 6-8 p. Feuilles pennées, 
îi 5-7 folioles, ovales-lancéolées, dentées, pubescentes en dessous 
ainsi que le pétiole. Fleurs blanches, en thyrses ovoïdes ou pani- 
cules ovales. Baies rouges. — Baie d'Hudson-Caroline ; montagnes 
et bois pierreux, très commun. Mai. 

a arhorescens. De 12-15 p. de haut avec un diamètre de 4'-5'. 
Feuilles à 7-9 folioles, à dentelures plus étroites et plus profondes. 

Les nouveaux chemins sont à peine ouverts dans nos forêts de mon- 
ta<>nes ou de terre légère qu'ils se bordent aussitôt du Sureau de 
montagne. 

Gen. VII. VIORNE. Vihurnum. L. 

(Du latin vicre, lier ; allusion à la flexibilité des rameaux). 

Calice petit, |5-fide, persistant. Corolle rotacée, presque 
campanulée ou tubuleuse, à 5 lobes obtus. Etamines 5, égales, 
saillantes. Stigmates 3, sessiles. Drupe monosperme. — Ar- 
brisseaux à feuilles opposées^ simples, pêtiolêes. Fleurs en cimes 
quelquefois radiées. 

* Fleurs en cimes radiées. 

1. V. Obier. V. Opulus. L. — V. t.rilohum. Marsh. — V. oxycoccus 
et V. edulr. Michx. (Pirnhina. Viorne comestible). — HrcH Cran- 
BERRY. Cranberrv-bush. — Arbrisseaux de 8-12 p., à tiges nom- 
breuses de la même racine, à rameaux fragiles. Feuilles plus ou 
moins pubescentes inférieurement, à pétioles glanduleux, canaliculés, 
à limbe 8-lobé, 3-nervé, plus large que long, arrondi à la base, à lobes 
divariqués, acuminés, crénelés-dentés. Fleurs en cimes planes, les 
centrales fertiles, régulières, campannlées, jaunâtres, les périphé- 
riques stériles, très grandes, irrégulières, planes, blanches. Fruit 
d'un rouge vif, très acide, comestible, demeurant sur l'arbre jusque 
dans l'hiver.— Pennsylvanie au Cercle Artique; bords des ruisseaux. 
IVing ! Calumet ! Mai-Juin. 



Viorne. LX. caprifoliacées. 287 

a sferif/'s. {Boule-de-vcige. Rose de Gneldres). — Sxow BALL. 
GuKLDRR Rose. — Feuilles un peu plus aiguës à la hase, p'us longues 
que larges, à lobes acuminés, à dents aiguës. Fleurs d'un beau blanc, 
toutes stériles, en cimes globuleuses affectant souvent la forme de 
boules parfaites. 

Cette variété qui nous vient d'Europe se rencontre assez fréquem- 
ment dans les jardins, elle est même presque naturalisée en certains 
endroits. — Division des racines ou marcottes. 

2. V. à feuilles de Lantana. V.Lantanoides. Michx. — V. Lantana. 
d grandifolium Ait. — V. Lantana. ce Canadense. Pers. (Bois d^ Ori- 
gnal. Mancienne). — JHOBBLE BUSH. Wavfari,\g-tree. — Arbris- 
seaux à tiges coudées, souvent rampantes et radicantes, à rameaux 
pubescents-tomenteux, de couleur de rouille. Feuilles de 4'-6' de long, 
orbiculaires-cordées, brusqne'iieot acuminées, inégalement dentées, 
à pétiole et nervures pubescents-tomenteux aussi de couleur de rouille. 
Fleurs blanches, en longues cimes presque sessiles, celles de la cir- 
conférence qui forment les rayons très grandes, stériles, à 5 lobes 
arrondis, celles du centre plus petites, fertiles. Fruits ovales, co- 
mestibles, d'abord rouge puis passant au pourpre-foncé. — Canada- 
Virginie ; bois pierreux. Très commun. j\Iai. 

Fruits d'un goût agréable mais peu pulpeux et se détachant de 
l'arbre aussitôt la maturité. La Mancienne par ses fleurs brillantes 
et apparentes forme au mois de Mai un des plus beaux ornements de 
nos forêts, surtout dans les montagnes où elle est plus commune. 

** Fleurs en cimes dépoiirvncs de rayons, toutes fertiles. 

3. V. îll!.e. V. vudum. L. — V. aqvamatum. Willd. [Bourdainr. 
A/ises, dans certaines paroisses). — Withe rod. Naked-stalk Vi- 
BURNiiM. — Arbrisseaux de 8-12 p., rameux, à écorce brune. Feuilles 
ovales, entières, épaisses, un peu rudes et roulées sur leurs bords, 
faiblement crénelées, à face inférieure souvent couverte de petites 
écailles dans le jeune âge, la supérieure luisante à la fin. Fleurs 
nombreuses, blanches, en corymbes pédoncules munis de 2 bractées 
cadu(|ues. Baies d'un bleu noir, comestibles, très sucrées. — Canada- 
Floride ; marais, lieux très humides. Nicolet ! Belleville ! Juin. 

a cassinoides. Feuilles ovales ou légèrement obovales, acuminées, 
aigiies, à bords obscurément crénelés-dentes. Fruits ovoïdes-oblongs. 

Les figes flexibles de la Bourdaine fournissent dans bien des 
endroits des liens pour les moissons; elles exhalent une odeur forte 
et désagréable en séchant. 

4. V. à feuilles de Prunier. V. Prunifolium. — F. PijrifuUum. 
Pers.— Black Havv. Sloh. — Arbrisseaux de 8-20 p , à rameaux 
bruns, à branches aborfives nombreuses, formant des es[)èces d'épines. 
Feuilles ovales arrondies ou obovales, membraneuses-coriaces, glabres 
dentées, l'étiolé légèrement marginé. Fleurs en cimes sessiles do 
3' de diamètre. Fruits ovoïdes-oblongs, de près de V de long, d'un 



288 DICOTYLÉDONES MONOFÉTALES- Viomc. 

bleu noir à la maturité, à noyau très comprimé. — Canada-Louisiane ; 
bois et taillis, terrains secs. Québec! Mai. 

5. V. à manchettes. F. hntago. — Swekt Viburnum. — Arbris- 
seaux de 10-15 p. Feuilles largement ovales, acuminées, finement 
dentelées, glabres, à péfiole bordé d'ailes étroites et crépues. Fleurs 
blanches, en larges cimes étalées, suivies de baies odorantes, sucrées, 
comprimées, de J' de long, dun noir glauque. — Canada-Kentucky ; 
bois et bords des ruisseaux. Québec! Juin. 

6. V. dentée. V. dentatum. L. — Arrow-wood. — Arbrisseaux 
de 8-10 p., glabres, à écorce grisâtre, à rameaux effllés, très flexibles 
et légèrement anguleux. Feuilles pétiolées, ovales-arrondies, gros- 
sièrement dentées, plissées, à nervures pennées, épaisses. Fleurs 
blanches, en corymbes terminaux, pédoncules. Baies petites, ovoïdes, 
d'un bleu noir. — Canada-Virginie ; lieux bas et marécageux. Juin. 

7. Y. pubescente. F. puhescens. Pursh. — F. dentatnm. Ait. — 
DowiW ViBURiXCM. — Arbrisseaux de 4-5 p. Feuilles ovales-acu- 
minées, velues en dessous, à nervures épaisses, bordées de grosses 
dentelures, à pétiole muni à la base de 2 appendices subulés, stipu- 
laires. Fleurs blanches, plus giandes mais moins nombreuses que 
dans l'Espèce précédente, en cimes pédonculées. Baies petites, 
ovoïdes-comprimées. — Canada-New York ; lieux pierreux. Juin. 

8. V. à feuilles d'Erable. F. Aceri/oHum. — Maple-leaved 
ViBUHM M. DocK.MACKiE. — Arbrisscaux de 4-6 p., à écorce d'un 
vert jaunâtre. Feuilles sub-cordées, acuminées, 3-nervées, 3-lobées, 
à surface inférieure pubescente de même que les extrémités des jeunes 
rameaux, assez semblables à celles de TErable. Pétioles sans glandes, 
un peu toinenteux. Branches tendres, dressées, très flexibles, se 
terminant par une paire de feuilles et une cime de fleurs blanches 
longuement pédonculée. Etamines très saillantes. Frnits noirs, 
ovales-comprimés. — Canada-Virginie ; bois, endroits pierreux. Juin. 

9. V. pauciflore. T'. ]mvriJlonim. Pylaie. — Arbrisseaux de 
3-G p., à éccirce jaunâtre. Rameaux et pétioles presque glabres. 
Feuilles de l'-2 de diamètre, presque glabres ou plus ou moins 
pubescentes à la face inférieure et sur les nervures, arrondies, 
î<ub-cordées à la base, S-lobées (lobes quelquefois peu prononcés), 
5-nervées dès la base. Pétioles sans appendices stipulaires. Fleurs 
blanches, en cimes simples de 1' environ de diamètre, pédonculées, 
terminant de petits rameaux latéraux. Anthères ne dépassant pas 
le tube de la corolle. Fruits ovales-oblongs, d'un beau rouge, juteux, 
comestible, assez semblables à ceux du No. 1. — Canada-Terreneuve ; 
montagnes du New-Hampshire ; endroits humides et pierreux. St. 
Tite {chemin drs Caps dans les Laurentides) ! Juin. 

Il y avait déjà plus de 2 ans que nous avions remarqué cette 
plante sur le chemin des Caps, dans les Laurentides, et nous avions 
cru de suite que c'était l'Espèce Accrifoliian, lorsqu'au mois d'Oc- 
tobre dernier nous trouvant au même endroit, nous remarquâmes que 
les fruits au lieu d'être noirs étaient d'un beau rouge pourpre, assez 



XXI. RUBIACÉES. 289 

^-^Tiiblables à ceux du Plvihina, nous en goûtâmes et nous ne trou- 
Tâmes presque pas de différence avec ces derniers. L'échantillon 
desséché que nous en avions dans notre herbier ne montrant pas 
■en effet d'étarnines saillantes ni d'appences stipulaires, nous pûmes 
donc nous convaincre que c"était bien l'Espèce Paucijloruni de 
Pylaie. MM. Torrey et Gray qui la décrivent d'après des notes à 
■eux fournies par un M. McRae de Montréal et M. Tuckerman de 
Boston, disent qu'ils n'en connaissent pas les fruits, les autres Bota- 
nistes qui ont décrit la plante gardent tous le silence à cet égard, 
nous pouvons donc affirmer avec certitude que les fruits sont tels 
que nous les décrivons plus haut. Les cimes étant pauciflores, et 
quelques fleurs manquant encore par avortement, nous avons rare- 
•înent trouvé plus de 3 ou 4 fruits à chaque cime. 



Fam. LXL RUBIACEES. Buhiaceœ. J. 

(Du Genre Rubia). 

Arbres, arhrisscaux ou herhes. 

Feuilles opposées, quelquefois verticillées, simples, entières. 

Stipules tantôt libres, tantôt soudées entre elles ou avec les feuilles simulant, un 

verticille. 
Fleurs g , régulières, en cîmes ou en panicules, quelquefois en têtes. 
Calice à tube adhérent, à limbe 4-5-fide. 

Corolle régulière, insérée sur le tube du calice, a 4-5 divisions. 
Etamines insérées sur la corolle, en nombre égal à ses divisions et alternant avec 

elles. 
Ovaire infère, à 2-plusieurs loges. Styles 2, plus ou moins soudés. Stigmates 

2-pIuri-fides. 
Fruit capsulaire, bacciforme ou drupacé, à une ou plusieurs graines. 
Plantule droite, à albumen corné ou charnu, quelquefois presque nul. 

Genres 228, Espèces 2982, la plupart des régions intertropicales 
des 2 hémisphères. Un principe astringent, amer, qui prédomine 
dans l'écorce des Espèces ligneuses et dans quelques Espèces her- 
bacées les rend fébrifuges. Les racines de plusieurs possèdent une 
vertu émétique ou fournissent un principe colorant, tel que la Ga- 
rance, Ruhia tinctorum, qui fournit une belle couleur rouge. Le Cin- 
cliona et VExi>sicmi?ia, arbrisseaux du Pérou, fournissent le Quin- 
quina, regardé en médecine comme le fébrifuge par excellence. 
Q.uelques Espèces de Cej)haelis et de PsycJwfria, arbrisseaux du 
Brésil et de la Guyane, fournissent le vomitif de la pharmacie nommé 
IpécacuanJia. Les semences du Coffea Arabica, arbrisseau de 12-15 p., 
ù feuilles persistantes, natif de l'Arabie, nous fournissent le Café qui 



290 DICOTYLÉDONES MONOPÉTALES. fltiîyotîs. 

est stimulant, digestif et céphalique, et qu'on emploie aassi comme 
«.'ontre-poison des narcotiques. Le Café ne parait pas avoir été en 
usage en Europe avant le 18e siècle, et depuis ce temps la quantité 
qu'on en a bu pourrait remplir sans peine la capacité du îae Ontario,, 
dit un auteur Américain. 



CLEF AMLYTiaUE DES GENRES, 

1 Tige %Heuse • . . Cèphalanlhe HT. 

1 Tige lieibacée ...- 2 

2 Feuilles verticîlîées avec les stipules Gaillet IV. 

2 Feuilles opposées. • 3 

3 Ovaire portant 2 corolles Pei disque II. 

3 Ovaire ne portant qu'une seule corolle Hédyotia I. 



Gen. 1. HEDYOTIS. Hedyotis. L. 

(De hêdys, doux, et ous (atis)^ oreille; dite guérir de la surdité). 

Calîee ovoïde, persistant, à 4 dents dressées. Corolle 4- 
lobée. Etamines 4, insérées sur la corolle. Stigmate 2-fide 
ou 2-Iobé. Capsule ovoïde ou globuleuse, à déhiscence locu- 
licide. Graines nombreuses, à testa ponctué-réticule. — Herbes^ 
rarement arbrisseaux, à feuilles opposées, munies de stipules ad- 
nées au pétiole. 

1. H. ciliée. II. ciUolafn. Torr. — Tloustoma Canadensis. Muhl. 
— Clustered DWARF PiNK.— Q|. Petite plante herbacée, glabre, à 
tige 4-angulaire, rameuse supérieurement, de 4-6' de haut. Feuilles 
radicales nombreu.ses, ovales-obtuses, étroites à la base, à bords ciliés, 
les caulinaires ovales-spatulées, sessiles. Pédoncules trichotomes, 
portant des petites tleurs lilas ou d'un pourpre peu foncé ; pédi- 
celles en oorymbes terminaux. Calice demi-adhérent, à divisions 
linéaires-lancéolées, aussi longues que le tube de la corolle. — Canada- 
Micbigan ; bords des rivières et des lacs, particulièrement sur des 
bancs de calcaire. Niagara ! Mai-Juillet. 

2. H. bleue. H. cœruha. Hook. — Honslonia cferulea. L. — Dwarf 
PiNK. Innocence. Bluets. — ® ou @. Tiges très nombreuses, 
dichotomes, glabres, de 3-6'. Feuilles ovales-spatulées, pétiolees, 
les radicales souvent légèrement hispides, les caulinaires petites, 
ovales-lancéolées. Pédoncules filiformes, allongés, étalés, 1-2-flores. 
Corolle hypocratériforme, à tube allongé, à limbe étalé, glabre, d'un 
bleu pâle, à gorge jaunâtre. — Canada-Louisiane ; bords des rivières 



Perdi'sqiie, ixr. eubiacéïs. 291 

où elle couvre quelquefois des espaces considérables dans les ter- 
rains humides, Blanford ! Nicolet ! Août-Septembre. 

3. H. à longues feuilles. H. hngifoUa. Ilook. — Tiges nom- 
breuses, glabres, de 5'-10', à 4 angles dont 2 ordinairement sont ailés. 
Feuilles linéaires-oblongues, de 1' de long, l-nervées, à bords légè- 
rement scabres ; les radicales ovales-oblongues, atténuées en pétiole. 
Fleurs petites, blanchef? ou d'un pourpre pâle, en cimes 2-3-tîores. 
Corolle beaucoup plus longue que les lobes du calice. Capsule sub- 
globuleuse, presqu-e libre. — Canada-Caroline ; lieux ombragés. Juin- 
Juillet. 

Gen. II, PERDISQUE. Perdlcesca. Prov. 

(De perdix, perdrix, esca, nourriture ; les perdrix se nourrîssaut souvent du fruit 
de cette plante). 

Calice ovoïde-globuleux, à 4 grandes dents. Corolle iufon- 
dibuliforme, 4-lobée, hérissée de poils à l'intérieur. Ma- 
mines 4, courtes, insérées sur la corolle. Stt/le filiforme ; stig- 
mates 4. Baies à 4 noyaux cornés, monospermes. — Herbe 
glabre, rampante, d feuilles opposées, persisianies. Meurs par , 
paires, à ovaires soudés ensemble, 

P. rampante. P. repens. Prov. — Mitchella. L. — Syringa haccifera. 
Pluck. {Pain de Perdrix). — Partridge-berrv. — Qj. Tige rampante, 
de 8-12', articulée, tétragone. Feuilles petites, obtuses, entières, glabres, 
coriaces, persistantes. Fleurs blanches lavées de rouge, disposées par 
2 au sommet de pédoncules solitaires, courts, ordinairement termi- 
naux, et soudées à la base par un calice unique. Baies d'un rouge 
brillant, ovoïdes, remarquables par leur double suture, demeurant sur 
3a plante jusqu'à l'hiver, d'un goût assez agréable, mais sèches et 
remplies de noyaux pierreux. — Canada-Louisiane; bois et taillis, 
dans les lieux ombragés et humides ; commune. Juillet. (Novembre 
à Avril dans l'Ouest). Juin. 

Gen. III. CÉPHALANTHE. Cephalanthus. L. 

(De eephalê, tête, anthos, fleur ; c'est-à-dire, fleurs en têtes). 

Calice à tube anguleux, 4-denté. Corolle tubuleuse, grêle, 
à limbe 4-fide, dressé. Etamines 4. Style simple, très saillant. 
— Arbrisseaux à feuilles opposées. Heurs en têtes globuleuses. 

C. occidentale. C. occidentalis. L. {Bois-bouton). — Button-biish. 
— Bel arbrisseaux de 5-8 p., à bois léger, spongieux, à écorce lissf. 
Feuilles opposées ou par 3, ovales-acuminées, entières, glabres. 
Fleurs petites, blanchâtres, tubuleuses, insérées tout autour d'un récep- 



292 DICOTYLÉDONES MONOPÉTALES. Gaflfet, 

tacle globuleux de plus de 1' de diamètre. — Caïiada-Géov<rie ; bords 
des ruisseaux et des marais. Nicolet ! Isle St. Paul (Montréal)? 
Juin et- Août. 

Noua ne sachons pas qu'on ait jamais trouvé cette plante dans le& 
^-nvirons de Québec. 

Gen, IV. GAILLET. Galium. L. 

(De gala, lait ; allnsion à la propriété de plnsieiirs Espèces de favoriser la 
sécrétion du lait). 

Calice à tube oblong, à limbe presque ]iu], obscurément 
4-denté. Corolle en roue, étalée, 4-3-ficle. Etamines 4-3, sail- 
lantes. Styles 2, unis à la base; stigmates globuleux. Fruit 
globuleux, diclvme, sec ou un peu charnu, à 2 coques indé- 
Liscentes, monospermes. — Herbes à tiges grêles, iéiragones, 
Feuilles opjposê es, formant veriicille avec les sii-pules. 

* Fruits Iiispides. 

1. G. gratteron. G.ajmrine.lj. {Gratter on. Caille-lait. Rièhle), 
— Cleavers. Bed-straw. — ® Tiges 4-angulaires, rameuses, faibles, 
de 2-3 p., à nœuds renflés et velus, à angles armés d'aiguillons re- 
courbés. Feuilles verticillées par 6-8, linéaires-lancéolées, oblongues, 
munies d'aiguillons nombreux, ceux de la face supérieure dirigés vers 
le sommet et ceux des nervures et des bords dirigés vers le bas. Fleurs 
nombreuses, petites, à pédoncules axillaires, droits, plus longs que 
les feuilles, 1-2-flores. Fruits hérissés de poils crochus et tuber- 
culeux à la base. — Canada-Virginie ; taillis et bords des bois, lieux 
ombragés. La plante au moyen de ses aiguillons s'attache à tout ce 
qui l'avoisine ; commune. Mai-Juin. 

Les graines torréfiées sont employées comme succédanées du Café, 
La racine teint en rouge. . ; 

2. G. à trois fieurs. G. trifiomm. Michx. — Valantia trifiora. 
Lam. — Tri-flow'erii\g Galium. — ® Tiges grêles, simples, de 1-3 p., 
hérissées d'aspérités sur les angles. Feuilles verti(;illées par 8-7-6, 
linéaires-lancéolées, mucronées, rugueuses sur les bords et la nervure 
médiane. Fleurs dun blanc verdâtre, petites, à pédoncules axillaires, 
3-flores, pédiceliées. Fruits blanchâtres, à testa granuleux et cou- 
vert de poils recourbés à leur extrémité. — Canada-Louisiane; taillis 
et bois humides, commim. Juin-Juillet. 

3. G-. faUSS9-Gircés. G. Circcezans. JMichx. — Wild LiQUORiCK, 
— % Tiges dressées, glabres, de 12-15', simples ou ramifiées au 
sommet. Feuilles verticillées par 4, ovales-lancéolées, 3-nervées, 
douces, ciliées sur les bords et les nervures. . Fleurs portées sur des 
])édicelles courts, réfléchis, en petits faisceaux sur dos pédoncules 



LXII. VALÉRIANÉES. 293 

dichotomes, axillaires et terminaux. Fruits couverts de poils crochus. 
— Canada-Louisiane ; bois, terrains riches. Juillet. 

Les feuilles de cette Espèce ont un goût sucré assez agréale. 

4. G. boréal. G. loreale. D. 0. — G. Septentrionale. B\v. — 
Northern' Galium. — % Tiges de 15'-18', dressées, tétragones', 
glabres, souvent pubescentes aux nœuds. Feuilles verticillés par 4, 
linéaires-lancéolées, 3-nervées, glabres. Pédoncules axillaires, tri- 
chotomcs beaucoup plus longs que les feuilles. Fleurs petites, 
blanches, en panicules thyrsoïdes au sommet de la tige. Fruit petit, 
plus ou moins hispide. — Canada-Pennsylvanie; lieux pierreux et 
ombragés. Juillet. 

** Fruits glabres. 

5. G. trifids. G. trifiânm. L.— G. Claytnni. Michx.-DvER's 
Clravers.Goose-grass. — % Tige de 10'-12', couchée, très rameuse, 
armée d'aiguillons recourbés. Feuilles verticillées par 4-5, linéaires- 
oblongues, obtuses, à bords et nervures scabres. Pédoncules grêles, 
étalés, 3-fides, axillaires et terminaux. Fleurs petites, blanches. 
Etamines souvent 3 seulement. Fruits glabres. La plus petite de 
toutes les Espèces. — Canada-Louisiane ; marais et lieux humides. 
St. Joachim ! Juin-Juillet. 

6. G. faiîsse-Aspônile. G. Asprellum. Michx.— Rough-Clea- 
vers. — Qj. Tiges de 2-5 p., diffuses, très rameuses, grêles, s'attachant 
aux corps qui les avoisinent au moyen des aiguillons crochus qu'elles 
portent. Feuilles verticillées par 6-5-4, lancéolées, acuminées, à 
bords et nervures scabres. Fleurs blanches, petites, nombreuses, 
réunies par 2-3 sur un pédoncule court. Fruit petit, glabre, quel- 
quefois légèrement hispide dans le jeune âge. — Canada-Pennsylvanie ; 
commun dans les taillis et lieux humides. Chicoutirai ! Juillet. 



Fam. LXII. VALERIANEES. Valerlaneœ. D. C. 

(Du Genre Valcriana). 

Herbes à feuilles simples, opposées, sans stipul.js. 

Fleurs ç , en p^rappes ou en cimes terminales. 

Calice à tube adliérent, à limbe membraneux ou papillaire. 

Corolle en entonnoir, à tube rég-uUer ou éperonné, à limbe 5-4-3-lobé, souvent irré- 
guliére. 

Etamines 1-3, libres, sortantes, insérées sur le tube de la corolle. 

Ovaire infère, à 3 loges dont 1 fertile 1-ovuléo. Style simple ; stigmate indivis 
ou 2-3-fide. 

Fruit sec. indéhiscent, à une seule graine suspendue nu sommet. 



294 DICOTYLÉDONES — MONOPÊTALES. ValiriaDe. 

Cette petite Famille qui ne renferme que 12 Genres et 195 Espèces, 
a été démembrée de la suivante avec laquelle elle a beaucoup d'affi- 
nité. Ce sont en général des plantes, surtout par rapport à la racine, 
à odeur forte et désagréable, à saveur camphrée et amère, aussi sonr- 
elles employées comme excitants. Le seul Genre Valériane est indi- 
gène en ce pays. 

Gen. valériane. Yaleriana. Neck. 

(De valere, se porter bien ; allusion aux propriétés médicinales de l'Espèce prin- 
cipale). 

Calice à limbe enroulé, se déroulant ensuite en aigrettes 
plumeuses, tombantes. Corolle en entonnoir, à tube cylin- 
drique et gibbeux à la base, non éperonné, à limbe 5-fide. 
Etamines 3. Stigmate 3-fide. — Feuilles opposées, le plus souvent 
penni-séquées. Meurs en dynes. 

V. ciliée. F. ciliata. Torr. et Gr. — Qj. Tige de 1-3 p., simple, 
glabre, striée, quelquefois presque sans feuilles. Feuilles d'un vert 
foncé, les radicales de 3-8' de long, linéaires-lancéolées, quelques 
unes penni-séquées en 3-7 segments linéaires-lancéolés, aigus, atté- 
nués à la base, h bords garnis de cils denses et petits, les caulinaires 
sessiles, peu nombreuses, penni-partites, à segments linéaires. Fleurs 
blanches, en panicule composée, très étalées lorsqu'elles sont en fruit. 
Fruit à 4 côtes, couronné par le limbe du calice réduit à 10-12 la- 
nières sétacées. — Canada-Ohio ; marais et lieux humides. Somerset ! 
Stanfold ! Juin-Juillet. 

Nous avons découvert cette plante en Juin dernier, à Somerset, 
dans une savanne sur la terre de M. André Provancher, dans le lie 
rang de ce township. Nous ne sachons pas qu'on ait jamais aupa- 
ravant signalé sa présence dans le Bas-Canada. Poussant à travers 
des mousses, elle manquait presque partout de feuilles radicales. La 
racine jaunâtre, fusiforme, de 6-12' de long, est assez semblable à 
celle de la Carotte, à l'exception toutefois qu'elle n'est pas toujours 
verticale et qu'elle se ramifie vers son extrémité ; elle est mucilagi- 
neuse, aromatique et d'une saveur très amère. Si cette racine par- 
tage les propriétés de la Valériane officinale d'Europe, comme tout 
porte à le croire, elle devrait être tonique, anti-spa'smodique, anti- 
hystérique, etc. On dit que les chats ont une espèce de passion pour 
la racine de Valériane, ils se roulent dessus, la mâchent, et paraissent 
comme dans une sorte d'ivresse lorsqu'ils en rencontrent. 



Scabieuse. lxiii. dipsacées. 295 

Fam. lxiii. dipsacées. Dipsaceœ. D. C. 

(Du Genre Dipsacus). 

Herbes ou petits arbrisseaux à feuilles simples, opposées, verticillées, sans stipules. 

Fleurs ^ , régulières, réunies en capitules serrés, involucrés. 

Calice adhérent, souvent réduit à des écailles sétacées, nues, poilues ou plumeuses. 

Corolle tubuleuse, au sommet du tube du calice, 4-5-fide, souvent inégale. 

Etamines 4, alternant avec les lobes de la corolle. Anthères libres. 

Ovaire infère, à 1 loge 1-ovulée. Style et stigmate simples, filiformes. 

Fruit sec, indéhiscent, enveloppé par le limbe calicinal, monosperme 

Cette petite Famille qui ne comprend que 6 Genres et environ 
150 Espèces, à part la Cardère dont on se sert en Europe pour pei- 
gner les draps, ne renferme que des plantes de peu d'intérêt. Le 
seul Genre Scabieuse se rencontre quelquefois dans nos jardins. 

Gen. scabieuse. Scahiosa. L. 

(De scahies, lèpre ; allusion aux propriétés dépuratives de certaines Espèces.) 

Iiwolucre k foWoleti nombreuses; involncelles caliciformes, 
scarieux, à 4-8 fossettes, renfermant l'ovaire sans y adhérer. 
Calice à limbe rétréci à la base, terminé ordinairement par 5 
arêtes sétiformes, rarement réduites par avortement à 1-4. 
Etamines 4. — Herbes à fleurs réunies sur un réceptacle paléacc 
entourées par un involacre polyphylle. 

1. Se. succise. Se. sncc/.'so. L. (Mors du D'ah/e. Svrci.ie. Hvrhc 
de St. Joseph). — Devil's bit. — % Racine tronquée, noirâtre. TWa 
de 1-2 p. Feuilles inférieures ol)longues, entières, les supérieures 
lancéolées, un peu dentelées. Capitules globuleux. Involucelles à 
8 côtes, à limbe très court, divisé en 4 dents herbacées. Corolle 
violette ou rose, à 4 segments égaux. — Europe. )^ 

2. Se. des jardins. Se. atropurpurea et Se. marilima. L. (Sea- 
hieuse des veuves). — MoiJiiMNG bride. — ® Tige de 2-4 p.. rameuse. 
Feuilles inférieures oblongues-spatulées, dentées ou incisées, les cau- 
linaires penni-séquées. Capitules gros, radiés, ovoïdes en pleine 
floraison. Involucre à folioles finalement réfléchies. Involucelles à 
limbe double. Corolles 5-fides, inégales, les extérieures rayonnante.'^. 
Fleurs d'un pourpre foncé, rarement blanches ou roses. — Europe. >^ 

Les racines de la première Espèce sont astringentes. — Jolies fleurs 
d'ornement. Semis en place ; préfèrent les terres légères. 



296 DICOTYLÉDONES MONOPÉTALES. 

Fam. LXIV. composées. Composiiœ. 

(Nom foisant allusion à l'aggréc^ation des fleurs en capitule). 

Plantes g-énéralement herbacées, quelquefois arbrisseaux. 

Feuilles alternes, rarement opposées, sans stipules. 

Fleurs H , quelquefois unisexuées, réunies sur un réceptacle commun (capitule) 
entouré d'un ou de plusieurs rangs de bractées constituant un involucre. 

Réceptacle concave ou convexe, épais, quelquefois charnu, nu, alvéolé, ou pailleté. 

Calice adhérent à l'ovaire, à limbe tantôt nul, tantôt membraneux, tantôt se dé- 
veloppant t-n paillettes, dents, écailles, arêtes, poils ou soies capillaires, lisses 
ou scabres, ciliés ou plumeux. 

Corolle monopétale, tantôt régulière, tnhuUnsc, 4-5-dentée ; tantôt irrégnlière, 
vejetée latéralement en languette, ligulée. 

Etamincs 5, alternant avec les lobes de la corolle. 

Anthères cohérentes en un tube engaînaut le style, à filets généralement libres 
(Fig. VàQ et 127). 

Onaire infère, l-loculaire, 1-ovulé, couronné d'une aréole. 

Style filiforme, divisé supérieurement en C branches stigmatifères. 

Fruit — Akène articulé sur le réceptacle et souvent couronné d'une aigrette sessile 

ou stipitée. 
Plantide droite, sans albumen. 

Capitule Jlosndcux, lorsque toutes les fleurs qui le composent sont tubuleuses 

(Jleitrons), régiiVières. et ^. 
Capitule demi-flosculenx ou ligule, lorsque toutes les fleurs qui le composent sont 

à corolle irrégulére, ligulée (flerni-Jkurons), et $ . 
Capitule radié, lorsque les fleurs du centre sont tubuleuses et régulières, et celles 

de la circonférence ligulées ou neutres (rayons). 

Voici sans contredit la Famille la plus nombreuse et une des pins 
naturelles. Elle ne renferme pas moins de lUOO Genres et de UoOO E.-^- 
pèces, Ibrniant au moins la dixième partie des plantes phanérogames, 
llépandues par tout le globe, elles abondent surtout dans les régions 
tempérées, devenant plus rares à mesure que l'on s'avance vers 
l'Equateur ou en sens contraire vers les pôles. L'Amérique en con- 
tient le plus grand nombre. Ces plantes ne présentent pas moins 
d analogie dans leurs propriétés que dans leur organisation; elles 
sont toutes plus ou moins toniques ou stiumlantes; un grand nombre 
sont alimentaires, et plusieurs font de très belles plauU'S d'ornement. 



CLEF ANALYTIQUE DES GENRES. 

] Capitules flosct^l^ux, fleurs toutes tubuleuses 2 

1 Caj iiules demi fl)sculeux, flc-urs toutes déjetées en languettes .... 40 
1 Capitules vadi' s, fleurs du centre régulières, tubuleuses, les exté- 
rieures liguiées ou labiées, ou bien capitules monoïques .... 23 

CAri'l'Ul.ES FLC^CULEUX. 

•2 Fleurs jaunes, flosculeuses 3 

y Fleurs blanches, potirpres, roses, bKues, etc., mais non jaunes . . . U 



LXIV. COMPOSÉES. 297 

3 Feuilles opposéees 4 

3 Feuilles aîternes 5 

4 Akènes hérissés de poils dressés Coréopside XX. 

4 Akènes hérissés de poils renversés Bident XXII. 

5 Ecailles de l'involucre munies d'épines Cnicua XLI. 

5 iCcaîlles de l'involucre inermes 6 

6 Ecailles de l'involucre herbacées 7 

6 Ecailles do l'involucre sèches ou scarieuses 8 

7 Ecailles de l'involucre étalées, lâches Carthame XLII. 

7 Ecailles de l'involucre dressées, closes Sene<^on XXXVII. 

8 Ecailles étalées, pétaloïdes, jaunes Xéranthème XXXIX. 

8 Ecailles étalées, pétaloïdes, roses Acroclinium XXXIII. 

8 Ecailles dressées. Capitules en eorymbes .... Tanaisie XXX. 

8 Ecailles dressées. Capitules en grappes .... Armoise XXIX. 
9 Feuilles opposées, du moins les inférieures, ou toutes radicales .... 10 
9 Feuilles alternes 13 

10 Capitules à fleurs unisexuées Ambrosie XVII. 

10 Capitules à fleurs parfaites 11 

11 Akènes â aigrette composée de poils scabres Uupatoite V. 

11 Akènes à aigrette composée de paillettes ou d'arêtes 12 

12 Aigrette coroniforrae, membranacée, irrégulièrement 

dentée. . . . • Célestiue III. 

12 Aigrette à 5-10 paillettes distinctes dans presque toute 

leur longueur Agérate II. 

13 Plantes munies d'épines 14 

13 Plantes inermes 17 

14 Epines à l'involucre seulement 15 

14 Epines aux feuilles . . . • 16 

15 Fleurs toutes parfaites Bardane XLV. 

15 Fleurs de la circonférence Ç , celles du disque § . . Lampourde XVI. 

16 Ecailles de l'involucre aigiies, cuspidées. . . . Chardon XLIV. 

16 Ecailles de l'involucre bordées, mucronées . . Artichaut XLIII. 

17 Fleurs toutes parfaites . 18 

17 Non 20 

18 Ecailles de l'involucre sur un seul rang. . . . Cacalie XXXVI. 
18 Ecailles de l'involucre imbriquées sur plusieurs rangs 19 

19 Aigrette de l'akène capillaire. . . • Vemonie I. 

J9 Aigrette plumeuse Liatris IV. 

20 Ecailles de l'involucre colorées , • 21 

20 Ecailles de l'involucre vertes r . p 22 

21 Capitules à fleurs unisexuées Antennaire XXXII. 

21 Capitules à fleurs du centre ^ , celles de la circonfé- 
rence 9 ,,.... Gnaphale XXXI. 

22 Fleurs de la circonférence plus grandes, irrégulières, 

stériles . ... . ... . . . . . . Centaurée XL. 

22 Fleurs toutes semblables. Involucre caliculé. Crève-yeux XXXIV. 

CAPITUl-ES RADIÉS. 

23 Fleurs jaunes 24 

23 Fleurs blanches, roses, pourpres, bleues, etc., mais non jaunes 38 

24 Feuilles opposées, du moins les inférieures, ou toutes radicales . . 25 

24 Feuilles alternes 31 

25 Réceptacle pailleté . . • 26 

25 Réceptacle nu, alvéolé ou firabrié 3o 

M» 



298 DICOTYLÉDONES — MONOPÉTALES. 

26 Involucre imbriqué sur 3 rangs ou plus .... Hôlianthe XXI. 
26 Involucre double seulement 27 

27 Akènes hérissés de poils raides 2H 

27 Akènes glabres ou striés 29 

28 Akènes à poils dressés Coréopside XX. 

28 Akènes à poils renversés Bident XXII. 

29 Feuilles penni-partites. Involucre à 8 folioles dans chaque 

série Coréopside XX. 

29 Feuilles penni-partites. Involucre extérieur à 5 folioles, 

l'intérieur à 15-20 Dahlia XIV. 

29 Feuilles lobées ou lyrées Polymnie XV. 

30 Feuilles toutes radicales, ne paraissant qu'après la 

fleur Tusaillage VI. 

30 Feuilles caulinaires, se montrant avant les fleurs, com- 
posées Tagôte XXIII. 

30 Feuilles caulinaires, se montrant avant les fleurs, indi- 
vises • Arnica XXXV. 

31 Réceptacle pailleté 32 

31 Réceptacle nu ou alvéolé 33 

32 Réceptacle plan. Aigrette à 2 arêtes caduques . Hélianthe XXI. 
32 Réceptacle conique. Aigrette ou petite. . . Rudbeckia XIX. 

33 Réceptacle conique ou globuleux. Rayons Ç . . . Hélénie XXIV. 

33 Réceptacle plan ou convexe 34 

34 Involucre à écailles imbriquées 35 

34 Non 36 

35 Capitules petits * . Verge d'or XII. 

35 Capitules grands. Anthères pourvues de 2 queues à la 

base luule XIII. 

35 Capitules grands. Anthères arrondies à la 

base . . . . • Chrysanthème XXVIII. 

36 Ecailles extérieures de l'involucre plus courtes. Séneçon XXXVII. 

36 Ecailles toutes égales 37 

37 Ecailles sur 2 rangs, distinctes • . Souci XXXVIII. 

37 Ecailles sur un seul rang, soudées dans leur moitié. Gamolépis XXVII. 

38 Feuilles opposées ou toutes radicales 39 

38 Feuilles alternes. . • 42 

39 Feuilles toutes radicales. Hampe 1-flore Pâquerette XI. 

39 Feuilles toutes radicales. Hampe pluri-flore . . . Nardosmie VII. 
39 Feuilles caulinaires, opposées 40 

40 Feuilles penni-partites Dahlia XIV. 

40 Feuilles entières ou seulement lobées , .... 41 

41 Réceptacle conique. Pédoncule épais Brésine XVIII. 

41 Réceptacle plan. Pédoncule grêle Coiéopside XX. 

42 Réceptacle pailleté . . • 43 

42 Réceptacle nu ou alvéolé 44 

43 Fleurs du disque blanches Achillée XXVI. 

43 Fleurs du disque jaunes Camomille XXV. 

44 Réceptacle alvéolé. Akènes comprimés, sans rebords. Astère VIII. 

44 Réceptacle sub-alvôolé. Akènes à rebords calleux. . Boltonle X. 

44 Réceptacle nu ■ 45 

45 Aigrette capillaire. Involucre petit, presque simple. 

Rayons 20-200 Vergerole IX. 

45 Aigrette 0. Involucre grand, hémisphérique ou 

déprimé Chrysanthème XXVIII. 



LXIV. COMPOSÉES. 



299 



CAPITULES DEMI-FLOSCULEUX. 

46 Feuilles toutes radicales 47 

46 Feuilles caulinaires , .... 49 

47 Fleurs blanches Liondent L. 

47 Fleurs jaunes. • 48 

48 Ecailles de l'involucre 1 -sériées, égales ..... Krigia XLIX. 

48 Ecailles extérieures plus courtes. Aigrette capillaire. Pissenlit LUI. 

49 Akènes terminés par un bec filiforme 50 

49 Non 51 

M Involucre caliculé à la base Laitue LU. 

50 Involucre sans caliculé Salsifis LI. 

51 Fleurs blanchâtres. Aigrette abondante, capillaire . . Prénanthe LV. 

51 Fleurs bleues 52 

51 Fleurs jaunes 53 

52 Réceptacle chargé de longues soies Cupidone XLVI. 

52 Réceptacle glabre ou fimbrié au centee . . . Chiccrée XLVIIT. 

52 Réceptacle alvéolé Mulgédie LVII. 

•53 Feuilles épineuses. Aigrette très blanche Laitron LIV. 

53 Eeuilles inermes. Aigrette brunâtre Epeiviète LVI. 

53 Feuilles inermes. Aigrette Lampsane XLVIL 



130 131 132 




FiG. 126. Tube staminal d'une fleur de Composée. 127. Le même ouvert. 
128. Capitule de l'Hélénie (Helenium autumnale) ; le» rayons neutres n'étant 
autre chose que de simples corolles ligulées. 129. Le même privé de ses fleurs 
à l'exception d'une seule sur le disque et de 2 rayons, laissant voir son récep- 
tacle convexe-globuleux et les écailles 1-sériées, réfléchies, de son involucre. 1-3I). 
Une fleur du disque grossie, où l'on peut voir la nervure des corolles de toute la 
Famille, savoir : les veines correspondant aux sinus et envoyant une brancha 
sur la marge de chaque lobe. 131. La même privée de sa corolle, l'akèue étant 
couronné par le limbe du calice qui lui forme une espèce d'aigrette à 5 écailles. 
132. Une écaille de l'aigrette, grossie. 133. Fleur parfaite et liguiée du Pissenlit 
(Taraxacitm dens leonis) arec son aigrette chevelue ou capillaire. 



300 DICOTYLÉDONES MONOPÉTALES, Temonif, 

Sous-Famille I. COMPOSÊES-TUBULIFLORES. 

CoroHe des fleura parfaites, oa da centre, 5-fide &a 5-lobée, 



Tribu I. VERNONIACÉETS. 

Capitules floaruleux, rarement radiés. Style cylindrique, à branche» svhulées, hi»- 
■pides ; lignes stigmatiqucs se terminant au-dessous dn milieu des branches. 



Gen, I. VERNONIE. Ve7m(mia. Schreb. 

(Dédié à W. Vernon, Botaniste Angîais). 

Involucre imbriqué, plus court que les fleurs. Fleurs toutes 
semblables et régulières. Hécejytacle nu. Akènes à aréole 
terminale grande. Aigrette 2-sériée, l'intérieure de soies ca- 
pillaires, plus îongne, l'extérieure de paillettes. Corolles 
purpurines, roses, ou blanches. — Herbes à feuilles alternes. 
Inflorescence seorpioïde. 

Vt élevée. V. prœalta. D. C. — Serratula prœalta. L. — Iron- 
WEED. — % Tige dressée, de 3-6 p., striée, pubescente. Feuilles 
brièvement pétiolées, lancéolées, dentées, glabres en dessus, pubes- 
centes en dessous. Capitules à fleurs pourpres, disposées en co- 
rymbes scorpioïdes, irrégulières. Involucre ovoïde, à écailles ap- 
pliquées à la base et prolongées au sommet en une espèce de soie 
filiforme. Akènes glabres, couronnés par une aigrette h poils exté- 
rieurs paléacés, courts. — Etats-Unis. Septembre. *i* 

Jolie plante de jardin. Semis et division des touffes au printemps. 

Ttibu II. EUPATORIÉES. 

Style des fleurs parfaites cylindracé, à branches nllongées, obtuses et papiUair es 
au sommet. Lignes stigmatiqucs obscures, ne dépassant pas le milieu des branches. 

Gen. II. AGÉRATE. Ageratum. Cass. 

(De ageratos, exempt de vieillesse; c'est-à-dire, fleurs se conservant longtemps). 

^■■^Involucre à écailles linéaires-acuminées, imbriquées. Hé- 
cq)i^le nu. Corolle 5-iide. Aigrette coroniforme, membra- 
nacee, plus ou moins divisée en dents ou paillettes. — Herbes 
à feuilles opposées. Fleurs blanches ou bleues. 



Celestine. LXiv. composées. 301 

1. A. faux-Coniza. A. Con/zo'ldes. L. — A. cœndcum. Desf. — ® 
Tige de 12'-15', rameuse. Feuilles ovales-rhomboïdes, cordées, pé- 
tiolées. Fleurs bleues ou blanches. Aigrette à paillettes dentelées, 
longuement aristées, à peu près de la longueur de la corolle. — 
Géorgie. Juin-Juillet. >j< 

2. A. du Mexique. A. Mexîcanum. Bot. Mag. — Tige hérissée, 
rameuse. Feuilles ovales, un peu obtuses. Fleurs bleues. Aigrette 
à paillettes dentelées. — Mexique. ►{< 

La première est de pleine terre ; semer sur couche pour repiquer 
ensuite. La seconde est de serre ou d'appartements. 

Gen. m. CELESTINE. Cœlestlna. Cass. 

(De cœlum, ciel; allusion à la couleur bleue des corolles). 

Involucre cylindrique, hémisphérique, à folioles nombreuses, 
presque imbriquées. Réceptacle convexe, pailleté ou nu. 
Aigrette en couronne membranacée, irrégulièrement dentelée. 
— Feuilles opposées. Corolles bleues ou purpurines. 

0. Agérate. C. Ageratoides. H, B. et K. — Ageratuni CœleUinum. 
Sims. — ® Tige de 10'-l2', pubérulente-scabre. Feuilles ovales- 
oblongues, acuminées, scabres sur les 2 faces. Corolles à tube poilu 
extérieurement. Réceptacle nu. Aigrette à dents obtuses. — Mexique. 
Septembre. >i* 

Semer sur couche pour repiquer en place. — Ce Genre est confondu 
avec le précédent par plusieurs Botanistes, il faut avouer qu'il n'en 
diffère que par très peu de points. 

Gen. IV. LIATRIS. Liatris. Schreb. 

(De li, emphatique préfixe, et atrix, chauve ; allusion au réceptacle nu). 

Involucre oblong, imbriqué. Réceptacle nu. Corolles toutes 
tubuleuses, 5-lobées. Aigrette 1-3-sériée, à soies plumeuses 
ou barbelées. — • Tige simple. Racbie tubéreuse, résineuse. 
Feuilles alternes. 

1. L. raboteux. L. squarrosa. Willd. — Serratula squarrosa. L. 
— Blazing star. Button-snake-root. — % Tige de 2-3 p., pubes- 
cente,presqueentièrementcouvertedefeuilles longues, linéaires, raides, 
un peu rudes sur les bords. Capitules solitaires et axillaires, cons- 
tituant des grappes lâches au sommet des tiges, renfermant de 5-20 
fleurs d'un pourpre brillant. Involucre cylindrique, à écailles étalées, 
raides, lancéolées, foliacées au sommet. Aigrette à poils sétiformes, 
plumeux, 1-sériés.— Haut-Canada-Texas ; terrains secs et sablon- 
neux. Août. ^ 



302 DICOTYLÉDONES — MONOPÉTALES. Enpatoirc. 

2. L. cylindracé. L. cylindracea. Michx. — L. strlcta. MacNab. 

Qj. Tige de 6'-18', glabre ou légèrement velue. Feuilles linéaires, 

raides, le plus souvent 1-nervées. Capitules de 1' de long, cylin- 
driques-turbines, sessiles ou pédicellés, à 16-20 fleurs d'un pourpre 
brillant. Involucre à écailles courtes et appliquées, arrondies au 
sommet et brusquement mucronées, souvent ciliées. Akènes pu- 
bescents.— Haut-Canada-Missouri ; prairies et bois secs. Juillet- 
îïeptembre. >i* 

3. L- SCarieux. L. scariosa. Willd. — Serrafuîa. L. — Vernonia. 
Poir. — Gay keather. — Tige de 4-5 p., scabre, pubescente-blanchâtre 
à, sa partie supérieure. Feuilles lancéolées, entières, à bords scabres, 
les inférieures longuement atténuées à la base, les supérieures li- 
néaires. Capitules réunis par 5-20 en grappes simples, terminales, 
renfermant de 2040 fleurs purpurines, quelquefois blanches. Invo- 
lucre à écailles obtuses, pourpres, à bords scarieux. Aigrette à poils 
à peine pluraeux. — Haut-Canada-Texas ; terrains secs et sablonneux. 
Oshawa ! Août. ►!< 

Ces 3 Espèces peuvent toutes figurer avantageusement dans les 
jardins.— Semis et division des touffes. 

Gen. V. EUPATOIRE. Eupatorium, T. 

(Dédié à Eupator, roi du Pont, qui le premier fit usage de cette plante en mé- 
decine). 

Involucre cylindrique ou campanule, à folioles 2-3-8ériée8, 
imbriquées. Réceptacle plan, nu. Corolles tubuleuses ou 
campanulées, souvent élargies à la base. Branches stigma- 
tiques sortantes, cylindriques, obtuses. Anthères incluses. 
Aigrette simple, scabre. — Herbes à feuilles opposées ou verti- 
cillées. Meurs en corymhes, blanches, bleues^ rouges, jamais 
jaunes. 

* Feuilles verticillées. 

1. E. pourpre. E.purpureum. L. — E.verftcillatum. Willd. — % 
Tige de 5-6 p., simple, lisse, rougeâtre avec des bandes brunes à 
chaque joint, fistuleuse. Feuilles minces, molles, de 9'-12' de long, 
penni-nervées, en verticilles de 3-4-5, grossièrement dentées, ridées- 
scabres. Involucre à folioles intérieures plus longues. Capitules 
5-9-flores, en corymbes lâches. Fleurs purpurines-blanchâtres. Akènes 
pentagones, à peine pubescents. — Canada- Virginie ; bois et taillis, 
lieux humides. Commun. St. Joachim ! Août-Septembre. 

2. E. maculé. E. maculatum. L. — E. purpureum. et Darl. — 
Spotted Eupatorium. — % Tige de 4-6 p., solide, striée, pubescente, 
verdâtre, tachetée de glandes et de lignes pourpres nombreuses ; ces 
glandes au temps de la floraison laissant échapper un liquide très 



Tussilage. lxiv. composées. 303 

acre. Feuilles verticillées par 4-5, brièvement pétiolées, ovales- 
lancéolées, dentelées, sub-3-nervées, plus ou moins rugueuses-scabres. 
Fleurs rosées, réunies par 5, en capitules pédicellés, rapprochés en 
corymbes. Involucre à écailles un peu scarieuses, glabres. Akènes 
anguleux, glabres mais glanduleux. — Canada-Caroline ; lieux bas et 
humides. Malbaie ! Juillet-Septembre. 

3. E. fistuIeuXi E. fistulosum. Barratt. — E. purpureum et an- 
gustifolium. Torr. et Gr. — Trumpet-webo. — % Tige de 6-10 p., 
creuse dans toute sa longueur, glabre, striée, fistuleuse, d'un pourpre 
glauque. Feuilles de 8' de long sur 2' de large environ, en verticilles 
de 6-12, plus grandes au milieu de la tige, finement dentées, à ner- 
vures et veines pourpres. Corymbes souvent de 1 p. de diamètre, 
à pédoncules verticilles. — Canada-Lousiane ; taillis, beaucoup plus 
commun à l'Ouest. Isle Perrault ! Juillet-Septembre. 

** Feuilles opposées. 

4. E. perfolié. E. perfoUatum, L. — E. connatum. Micbx. — 
BoNSRT. Thorough-weed. — % Tige de 1-5 p., cylindrique, striée, 
poilue. Feuilles rugueuses, dentelées, à pointe lancéolée, connées- 
perfoliées, glabres en dessus, tomenteuses ou pubescentes en dessous 
et rugueuses sur les nervures. Capitules à 8-10 fleurs, réunis en co- 
rymbes composés. Involucre à 12-15 écailles pubescentes-glandu- 
leuses, imbriquées, les intérieures linéaires-lancéolées, à pointe sca- 
rieuse. Akènes glabres ou légèrement glanduleux. — Canada-Missouri ; 
terrains marécageux. Québec ! Kingston ! Août. 

La plante a un goût très amer et est souvent employée comme 
tonique et stimulant. 

5. E. Agèrate. E. Ageratoides. L. — E. urticœfolium. Rich. — 
Ageratum altissimun. L. — Nettle-leaved Eupatorium. — % Tige 
de 2-3 p., cylindrique, glabre, à rameaux légèrement pubescents. 
Feuilles longuement pétiolées, sub-cordées, ovales-acuminées, inéga- 
lement et grossièrement dentelées, glabres, 3-nervées. Folioles de 
l'involucre le plus souvent 1-sériées, égales, lancéolées, scarieuses au 
sommet, légèrement pubescentes et ciliées. Capitules nombreux, en 
petites grappes constituant des corymbes composés, contenant 10-12 
fleurs d'un blanc pur, à odeur peu agréable. Style longuement 
saillant. Akènes anguleux, glal)res. — Canada-Géorgie ; taillis, ter- 
rains riches et humides. Pied du cap Tourmente ! Août-Septembre. 

Plusieurs Eupatoires ont des fleurs assez agréables, mais la taille 
élevée, le feuillage grossier, etc., de la plupart, ne permettent guère 
de les admettre dans les jardins. 

Gen. VI. TUSSILAGE. Tussilago. L. 

(De tussis, toux ; la plante étant considérée comme un bon expectorant). 

Involucre simple. i?éceptoc?e plan, nu. Fleuis du centre 
peu nombreuses, tubuleuses, campanuléea, r>-clentées, à pistil 



304 DICOTYLÉDONES— MONOPÊTALES. Nardosmie. 

souvent abortif ; celles de la circonférence très étroitement 
ligulées, pluri-sériées, ?. Aigrette capillaire. — Feuilles toutes 
radicales, n' apimraissani qu'après les fleurs. Fleurs jaunes. 

T. pas d'Ane. T. farf ara. Jj. {Pas d'Ane. Tussilage).— Colt's 
FOOT. — % Hampe de 5-6', simple, cotonneuse, munie de bractées 
écailleuses, terminée par un capitule unique, à rayons jaunes, penché 
avant la floraison et à la maturité. Feuilles grandes, épaisses, pé- 
tiolées, vertes en:dessus, cotonneuses en dessous, cordées-orbiculaires, 
anguleuses, dentelées, de 5-6' sur 3-6'. — D'Europe, mais naturalisée 
en plusieurs endroits dans les lieux bas et humides, dans les terrains 
glaiseux, où elle est rangée parmi les plantes nuisibles. Racine 
épaisse, traçante ; est un béchique de grande popularité en certains 
endroits. 

G EN. VII. NARDOSMIE. Nardosmia. Cass. 

(De nardos, nard, osmê, odeur; c'est-à-dire, plante exhalant une odeur de Nard). 

Involucre simple. Héceptaele plan, nu. Capitules sub. 
dioïques. — Plantes stériles : demi-fleurons 1-sériés, ? ; fleu- 
rons 'i mais stériles, à corolle tubuleuse, 5-denté. — Plantes 
fertiles : demi-fleurons pluri-sériés, 9 ; fleurons tubuleux, peu 
nombreux. Aigrette capillaire. Akènes glabres, sub-cylin- 
driques. — Herbes acaulcs. Fleurs blanches ou purpurines, en 
corymbes ou en thgrses. 

1. N. des frimats. N.fngida. Hook. — N. av gui osa. Cass. — 
Tussilago frigida. L. — % Feuilles pétiolées, cordées, grossièrement 
dentées, presque lobées, glabres supérieurement, cotonneuses-blan- 
châtres iuférieurement, se montrant en même temps ou après la fleur. 
Hampe munie de bractées écailleuses. Fleurs d'un pourpre pâle. — 
Amérique Artique ; montagnes du Canada, du Vermont, etc. Mai. 

2. N. palmée. N. palnuta. Hook. — Tussilago jjalmata. Ait. — 
Feuilles de 10-12' de diamètre, réniformes-cordées, tomenteuses infé- 
rieurement, à 7-9 lobes palmés, segments grossièrement dentés, sou- 
vent incisés et presque lobés. Hampe de 6-20' tie haut, munie de 
gaines foliacées nombreuses. Capitules nombreux, en thyrses corym- 
boïdes. — Lac Supérieur ; bords marécageux des rivières et des lacs. 
Lac Huron ! Mai. 

Tribu IIL ASTÉROÏDËES. 

Style des fleurs parfaites cijlindracé, à branches linéaires, aplaties extérieurement, 
puliescentes supérieurement. Lignes stigmaliques proéminentes, ne s'étendant pas 
au-delà de la pubcsrtHce extérieure des branches. 



isîère. Lxiv. composées. 305 

Gen. VIII. ASTÈRE. Aster. L. 

(De aster, étoile ; allusion au capitule radié). 

Capitules radiés ; demi-fleurons 9, de 6-100, oblongs, 
3-dentés au sommet, réfléchis à la fin ; fleurons $, tubuleux. 
Involucre oblong, imbriqué, à folioles souvent à pointes vertes 
ou foliacées, les extérieures étalées. Réceptacle plan, alvéolé 
ou fimbrié, rarement nu. Aigrette simple, composée de nom- 
breuses soies capillaires, scabres, sou-vent inégales, sur un ou 
plusieurs rangs. — Herbes à feuilles alternes. Fleurs du disque 
jaunes, yassant au pourpre, celles dz la circonférence bleues, pour- 
pres ou blanches, jamais jaunes. 

Sous-Genre I. BIOTIA. D. C. 

Involucre ovoïde, à folioles pluri-sériées, imbriquées. Ré- 
ceptacle à alvéoles dentelées. Rayons 6-15, blancs ou à peu 
près. Feuilles radicales, grandes, pétiolées, cordées, gros- 
sièrement dentées. Capitules en corymbes lâches. 

1. A. COrymbiforme. A. corymbosus. Ait. — A. dlvarlcatus. L. 
Biotia corymbosa. D. C. — Eurybia corynibosi. Cass. — Corymbed 
AsTKR. — % Tige cylindrique, grêle, souvent flexueuse, de 2 p., glabre 
ou pubescente au sommet où elle se divise en corymbe lâche. Feuilles 
ovales-acuminées, minces, membraneuses, de 2'-5' de long, à bords 
découpés en dents aigiies et peu nombreuses, hérissées en dessous 
de poils sétiformes, toutes cordées à l'exception des supérieures. In- 
volucre oblong, à folioles obtuses, imbriquées, les extérieures ovales, 
à bords ciliés. Capitules petits, à 6-9 rayons blancs, très étroits, 
plus longs que Tinvolucre. — Canada et Etats du Nord ; bois, terrains 
riches. St. Joachim ! Août. 

2. A. à grandes feuiileS. A. macrophyllus. Ij.— Eurybia. Cass. 
Biotia. D. C. {Pétouane). — Lauge-leaved Aster. — % Tige df 
1-3 p., raide, striée-anguleuse, pubescente-scabre supérieurement et s 
partageant en corymbe étalé. Feuilles épaisses, scabres, dentée 
acuminées, les radicales de 4-10' sur 3'-6', cordée.s-arrondies < 
oblongues, les caulinaires brusquement rétrécies en un pétiole ai 
ovales ou oblongues. Involucre à folioles oblongues-lancéolées, i 
briquées. Capitules à 10-13 rayons d'un bleu pâle ou blancs. — < 
îiada et Etats du Nord ; bois. St. Joachim ! Septembre. 

Ses feuilles desséchées sont quelquefois employées en guise de 
Tabac pour fumer ; de là sans doute son nom vulgaire qu'on a dé- 
rivé diU petun. 



306 DICOTYLÉDONES MONOPÉTALES, AslCrP. 

Sous-Genre II. ASTER PKOPER. 

Involucre à folioles imbriquées à divers degrés, à pointes 
herbacées, ou les plus extérieures entièrement foliacées. 
Réceptacle à alvéoles plus ou moins dentées. Rayons nom- 
breux. Akènes comprimés, à aigrette de poils persistants, 
scabres, pluri-sériés, semblables entre eux. — Toutes fleu- 
rissent tard en automne. 

* Feuilles radicales non cordées, les caulinaires embrassantes et auriculées à 
la base. 

3. A. lisse. A. lœvis. L. — A. amplexicanlis. Michx. — % Tige de 
2-3 p., lisse, souvent glauque ou purpurine, se divisant en panioule ou 
en corymbe au sommet. Feuilles lancéolées, ovales ou oblongues, 
coriaces, très douces, scabres sur les bords, entières ou peu dentées ; 
les inférieures rétrècies à la base ou atténuées en pétiole ailé ; les 
supérieures embrassantes, sub-cordées ou auriculées à la base. In- 
volucre ovoïde, à folioles appliquées, raides, coriaces, blanches et 
ciliées sur les bords, à nervure et pointe vertes. Capitules de gros- 
seur moyenne, à rayons nombreux, d'un bleu brillant ou indigo passant 
au violet. Akènes brillants, glabres ou légèrement pubescents. — 
Canada-Géorgie; bords des bois. Août-Octobre. 

4. A. ponceaiî. A. jjaniceus. L. — A. Jiisjndus et aniœnus. Lara. — A. 
aUissimus. Mill. — Hed-stalked Aster. — Qj. Tige de 4-6 p., hispide, 
canaliculée, rouge au moins d'un côté. Feuilles oblongues-lancéolées, 
amplesicaules, à base auriculée, dentées au milieu, acuminées, ré- 
trècies en pétiole, scabres en dessus, ordinairement douces en dessous, 
excepté sur les nervures. Involucre à écailles lâches, plus longues 
que les fleurs du disque, linéaires-lancéolées, à pointe herbacée, ou 
les extérieures entièrement foliacées, 2-sériées, presque égales et plus 
ou moins étalées. Capitules gros, brillants, en panicule ; rayons de 
50-80, longs et étroits, d'un pourpre pâle. — Canada-Etats du Nord ; 
lieux bas et marécageux. Cap Tourmente ! Août-Septembre. 

** Feuilles inférieures cordées, pétiolées. Capitules en panicules. 

5. A. de la Nouvelle-Angleterre. A. novœ AngUœ. Ait.— ^. 
spurius. "VVilid. — A. amplexicaulis. Lam. — New-England Aster. — 
% Tige de 4-6 p., dressée, rougeâtre, garnie de poils visqueux, di- 
visée au sommet en rameaux rapprochés et serrés. Feuilles très 
nombreuses, linéaires-lancéolées, rétrècies à la base, amplexicaules- 
auriculées, très entières, pubescentes-scabres. Involucre à écailles 
étroites, lâches, plus longues que les fleurs du disque. Capitules 
gros, en corymbes jianicufés, à 75-100 rayons d'un violet pourpré. — 
Canada-Etats-Unis; lieux humides. 

6. A. à feuilles cordées. A. cord'ifoVina. L. — A. 2>finiculatus. 
Ait. — Heart-leavei) Aster. — % Tige de 2 p., striée, souvent 
flexueuse, glabre au bas, souvent pubescente supérieurement, pani- 



Astere. lxiv. composées. 307 

culée. Feuilles raenibraneases, glabres ou légèrement pubeseentes 
en dessous, les inférieures cordées, profuiidément dentées, acuminées. 
pétiolées. Pétioles plus ou moins ciliés. Involucre à folioles li- 
néaires-imbriquées, blancbatres sur les bords, à pointe verte. Capi- 
tules nombreux, à 10-15 rayons d'un bleu pâle variant au blanc, se 
rangeant en une belle pauicule. — Canada-Géorgie ; bois. St. Fer- 
réol ! Septembre. 

7. A. à femiles sagittées. A. sagittifoUns. Willd. — Arrow- 
LEAVED Aster. — % Tige striée, glabre, rameuse, de 2-4 p. Feuilles 
légèrement pubeseentes ou presque glabres ; les radicales ovales- 
oblongues, cordées-sagittées, inégalement dentées ; les caulinaires 
ovales-oblongues, presque linéaires, rétrécies en pétiole ailé, den- 
telées. Ecailles de l'involucre lâcbes, lancéolées, a nervures et pointe 
verte. s Capitules petits, à 10-12 rayons blancs ou légèrement lavés 
de bleu, se rangeant en une panicule composée. — Canada-Géorgie ; 
bois. Québec ! Septembre. 

*** Feuilles ni cordées, ni auriciilées, dentées sur les bords. 

8. A. érlCOïde. A. ericoides. L. — A. sparsijlonis. Michx. — A. 
glabellus. Nées. — Heath-like Aster.— Q|. Tige de 1-3 p., sous-fru- 
tescente, souvent rameuse dès la base, glabre ou légèrement poilue. 
Feuilles un peu raides. les radicales et les inférieures oblancéolées ou 
ob'ongues-spatulèes, atténuées en un pétiole court, margine, souvent 
dentées ; les autres linéaires-lancéolées, entières, atténuées à chaque 
extrémité. Involucre hémisphérique, à écailles glabres ou légèrement 
ciliées, à pointe rhomboïde ou triangulaire, plus ou moins étalée. 
Capitules à 15-25 rayons blancs ou d'un bleu pâle, rangés en grappes 
presque unilatérales sur les rameaux, étalés du sommet. — Canada- 
Caroline ; sols pauvres et arides. Août-Octobre. 

9. A. tourmentée. A. miser. Ait. — A. myrtifolius. Willd. — 
Starved Aster. — % Tige de 6'-30', très variable de forme et de 
grandeur, presque simple ou très rameuse, poilue ou pubescente. 
Feuilles sessiles, lancéolées, profondément dentelées dans le milieu, 
de 1-5' de longueur, scabres ; celles des rameaux ovales, presque 
entières, scabres en dessus. Involucre à folioles lâches, acuminées, 
imbriquées. Capitules généralement nombreux, petits, à rayons 
blancs ou pourpres, courts, en grappes simples ou formant une pani- 
cule composée. — Canada-Etats-Unis ; champs négligés ; commune. 
Août-Octobre. 

a diffusus. Branches étalées, diffuses. Feuilles à nervure médiane 
poilue en dessous. Capitules souvent sessiles, formant des épis plus 
ou moins étalés. 

p Tiirsuticaulh. Tige poilue. Feuilles longues et étroites, à ner- 
vure médiane velue. Capitules en grappes ou en épis. 

10. A. simple. A.simphx. Willd. — A SahcifoUus. Scholl.— 
WiLLOw-LEAVED AsTER.— Qi. Tige de 1-5 p., glabre. Feuilles lan- 
céolées, acuminées, entières, à bords scabres, les inférieures dentées, 



308 DICOTYLÉDONES — MONOPÉTALES. AstCff. 

^e 2-4' sur 5"-l0''. Involucre à'écailles linéaires-subulées, imbriquées. 
Capitules \ei\ nombreux, de grosseur moyeane, à rayons blancs, sur 
des rameaux courts, en grappes paniculées. — Canada-Etats-Unis ; 
bords des ruisseaux et des marais; très variable. Septembre. 

11. A. à feuilles étroites. A. tenuifoUvs. L. — A. Polyp7iyllus. 
Willd. — A. juncevs. Nées. — Narrow-lraved Astkr. — % Tige 
grêle, lisse, h, rameaux paniculés, terminés par un capitule solitaire. 
Feuilles linéaires-lancéolées, entières, longuement acuminées, à bords 
scabres, de 2-4' de long, les inférieures souvent dentelées au sommet. 
Involucre à écailles linéaires-oblongues, aigûes, imbriquées, étalées 
au sommet. Capitules petits, à 20-30 rayons d'un blanc violacé. — 
Canada-Caroline; lieux humides. Aovit-Ôctobre. 

12. A. à feuilles lâches. A. laxifolius. Nées.— Loose-leaved 
Aster.. — Qi Tige scabre. décomposée en grappes, à rameaux formant 
une sorte de corymbe au sommet. Feuilles linéaires-lancéolées, 
longues, à dents mucronulées, atténuées à chaque extrémité, embras- 
santes à la base, scabres .supérieurement. Involucre à écailles li- 
néaires, recourbées au sommet. — Canada-Illinois ; rare. Août- 
Septembre. 

13. A. boréale. A. Borealis. Prov. — A. laxifolius P horealis. Nées. 
— Qj. Tige de 1-3 p., grêle, souvent rougeâtre ou glauque. Feuilles 
linéaires-lancéolées, glabres, scabres en dessus, douces en dessous, à 
bords peu dentés, presque entiers, rétrécies en une base eml)rassante 
et presque auriculée. Capitules gros, solitaires au bout des branches 
et grêles. Involucre à écailles lâches, 1-3-sériées, presque égales, 
les intérieures à bords blancs et pointe verte, les extérieures entiè- 
rement foliacées. — Canada-Wisconsin ; terrains légers et humides ; 
rare. St. Joachim. Août-Septembre. 

14. A. acuïïlinée. A. acuminatus. Michx. — Diplosfephiuvi. D. C 
— AcuMiNATE wooD AsTER. — % Tige simple, de 1 p., scabre, à angles 
flexueux, à rameaux en panicule corymboïde. Feuilles souvent fasci- 
culées immédiatement au-<lessous du corymbe, larges, lancéolées-acu- 
minées, dentelées au sommet, rétrécies et entières à la base. Invo- 
lucre à écailles linéaires, lâches, plus courtes que les fleurs du disque. 
Capitules gros, à 12-15 rayons blancs. l'édoncules nus, plus longs 
que les feuilles. — Canada-Virginie ; bois montueux ; commune. St. 
Ferréol ! Août. 

15. A. des bois. A. ncmoralis. Ait. — A. uniflorns. Michx. — Ga- 
laiella nemoralis. Nées. — Wooi) Aster. — Tige de 1-2 p., très feuillue, 
tendre, simple on corymbiforme au sommet. Feuilles un peu raides, 
sessiles, lancéolées ou linéaires, étalées, scabres supérieurement, à 
bords enroulés, portant quelquefois 3-4 dents, atténuées à chaque 
extrémité et terminées par une pointe calleuse, celles des branches 
ou pédoncules subulées. Involucre à écailles aiguës, légèrement pu- 
bescentes, les intérieures appliquées, souvent purpurines. Capitules 
brillants, à pédoncule épaissi près de l'involucre, solitaires à Textré- 
mité de chaque branche (quelquefois la tige ne se ramifiant pas n'eu 



Astere. lxiv. composées. 309 

porte qu'un seul), à rayous linéaires tle 8"-10" de lone:, d'un pourpre 
lilacé. Fleurs du disque d*un jaune pâle. — Canada-Bo.ston ; marais 
et lieux humides. Août-Octobre. 

16. A. Manche. A. alhus. Willd. — A. Ptarmicoidcs. Torr. et 
Gr. — Heleastrum album. D. C. — Chrysopsis alha. Nutt. — DipJo- 
pappus alhus. Hook. — % Tiges nombreuses de la môme racine, de 
6'-18', raides, feuillues, scabres, divisées au sommet en corymbes 
allongés, à rameaux terminés par un seul capitule. Feuilles linéaires- 
lancéolées, aiguës, presque brillantes, à bords scabres et entiers, at- 
ténuées en pétiole plus ou moins distinct. Involucre lisse, verdâtre, 
à écailles extérieures lancéolées-subulées, les intérieures plus ou 
moins membrameuses. légèrement ciliées. Corymbe étalé. Capi- 
tules à 12-18 rayons, linéaires-oblongs, courts, d'un blanc pur. — Ca- 
rada-Wisconsin ; bords des grands lacs. Juillet-Septembre. 

Sous-Genre III. SERICOCARPUS. 

Akènes obpyramidaux, rno;ueux, couverts de poils soyeux. 
Aigrette simple, à soies raides et scabres, pauci-sériées. In- 
volucre cartilagineux. Capitules pauci-ilores. 

17. A. fauX-SoîidagO. A. SoUdaghoides. Willd.— Cow?;?rt lini- 
Jhlia. L. — Scricucarpvs Solidagine'is. Nées. — QJ. Plante d'un vert 
jaunâtre. Tige de 2 p., simple, glabre, cylindrique, relevée de ner- 
vures ou d'angles. Feuilles étroites, de l'-2' de long linéaires-lan- 
céolées, rétréeies à la base, obtuses au sommet, entières, scabres, sur 
les bords, à 3 nervures peu saillantes. Involucre olilong, à écailles 
appliquées, obtuses, presque blanches, à pointe verte. Capitules 
petits, sub-sessiles. à 5 rayons blancs plus longs que l'involucre. 
Akènes ob-coniques, soyeux, à aigrette simple, blanche.— Canada- 
Louisiane ; bois humides ; rare. Juillet-Septembre. 

Sous-Genre IV. DIPLOPAPPUS. D. C. 

Eéceptacle plan, un peu alvéolé. Akènes oblong?, com- 
primés, terminés par une aigrette double, scabre, l'extérieure 
à soies très courtes, sétacées, l'intérieure à soies aussi lon- 
gues que la corolle. 

18. A. à feuilles de Linaire. A. LinariifoUus. L. — Diplo- 

fappus LinariiJoUus. Hook. — Chry<op^is Linariifnlia. Nutt. — Di- 
plostephium. Nées.— Qj. Tige do 8'-20'. scabre, pourpre, genouillée à 
la base, simple et terminée par un seul capitule, ou divisée au sommet 
en corymbe à rameaux feuilles, à base sous-frutescente. Feuilles 
linéaires, entières, ponctuées sur les 2 faces, à bords scabres et ciliés, 
de environ 1' de long, nombreuses et le plus souvent brillantes en 
dessus, à nervure médiane proéminente en dessous. Involucre à 
écailles lancéolées, aiguës, membranacées sur les bords, 1-nerve'eset 



310 DICOTYLÉDONES MONOPÉTALES. AstCre. 

presque carénées, plus courtes que les fleurs du disque. Capitules 
solitaires, terminaux, à 8-12 rayons d'un pourpre brillant. Aigrette 
à soies 2-sériées, les extérieures abondantes. Akènes étroits, soyeux. 
— Canada-Etats-Unis ; terrains secs ; rare. Septembre-Octobre. 

19. A. à ombelles. A.vinhellatus. Ait. — Diplnpappvs nmhpllotux. 
Hoûk. — Dijjlostephivm. D. C. — Chrysopsis Aniygdulina. Nutt. — 
Ombellated Astkk. — % Tige simple, de 3-4 p., purpurine, glabre, 
canaliculée, à rameaux disposés au sommet en corymbe. Feuilles 
oblongues-lancéoléps, de 4'-G', atténuées à chaque extrémité, douces 
excejité sur les bords, pâles en dessous. Involucre à écailles lâches, 
obtuses, légèrement pubescentes et ciliées. Capitules à 12-15 rayons 
blancs. Akènes hérissés, à 3-5 côtes. Aigrette double, pâle ou rous- 
seâtre. — Canada-Etats du Nord ; taillis humides. Août-Septembre. 

Sous-Gkare. V. CALLISTEPHUS. Cass. 

Rnceptacle large, un peu convexe. Involucre entouré à la 
base de lu^actées foliacées plus courtes, hérissées. Aigrette 
double, l'extérieure très courte. 

20. A. de la Chine. A. Chinensis. L. — Callisfephus CJiinensis. 
Nées. {Reine- Marguerite). — China Aster. — ® Tige del0'-20', his- 
pide, rameuse. Feuilles ovales, grossièrement dentées, pétiolées, les 
eaulinaires sessiles. à base cunéaire. Involucre à écailles pluri-sériées, 
obtu>es, étalées, calicule de bractées foliacées. Capitules de l'-2' de 
large, plus ou moins doubles par la culture, à rayons blancs, bleus, 
pourpres, etc. Pédoncules monocéphales. — Chine. Japon. *i* 

Les Variétés presque innombral)U's de cette dernière Espèce que 
la culture a produites, peuvent se ranger en 5 sections comme suit: 

1'='. NaillCS liatiTCS. — Tiges de 6'-12'. Capitules dressés, à ligules 
planes ou tuyautées. 

2^. A. llîViiUX, Ailiuioncs, ou à plucllC. — Capitules ayant la forme 
des fleurs d'Anémone, d'une seule couleur, rarement panachés. 

3 ^ . A. ligules planes. — Capitules à fleurs extérieures ligulées, uni- 
sériées, les intérieures tubulées, ou à fleurs toutes ligulées, de couleur 
variable, souvent panachées. 

4 ^ . Pyramidales. — Tige divisée en rameaux dressés, se soutenant 
bien. Capitules de couleur variable et plus ou moins pleins. 

5^. Pyramidales à fleurs de CiirysantiiOmc. — Capitules à fleurs 
toutes ligulées, se recourbant en dessus, formant comme un globe, 
de couleurs très variées. 

Toutes les Variétés de cette dernière Espèce font de superbes 
fleurs d'ornement. Les Pyramidales surtout par leur taille élevée, 
la variéiée de leurs couleurs, leurs capitules globuleux, aussi gros 
que des Dahlias, méritent certainement la renommée qu'on leur a faite. 
Comme ce sopt des plantes à floraison tardive, il faut les semer de 
bonne heure sur couche jjour les repiquer en place plus tard, afin do 



Vergerolc. lxiv. composées. 311 

pouvoir jouir plus longtemps de leurs fleurs et de pouvoir aussi en 
recueillir des graines. On dit que pour avoir des capitules très 
doubles, il faut récolter de préférence les graines des petites têtes 
tardives qui paraissent au bas des tiges. 

Il règne une grande confusion dans la nomenclature des différentes 
Espèces de nos Astères indigènes qu'on désigne vulgairement sous 
le nom de Marguerites. Cette confusion est due en grande partie 
aux variantes considérables que présentent ces plantes dans leur 
port, la grandeur et la forme de leurs feuilles, leur degré de pubes- 
cence, etc., suivant le terrain ou l'exposition où elles poussenn : tel 
Botaniste ayant pris une semblable variante pour un caractère cons- 
tant lui a donné un nom particulier; ce qui a fait qu'aujourd'hui 
chaque Espèce a presque autant de noms qu'il y a de Botanistes dif- 
férents qui l'ont décrite. Plus d'un Botaniste aussi a décrit nos 
plantes indigènes sur des spécimens cultivés depuis longtemps dans 
des jardins, et qui par des hébrydations ou des soins de culture ont 
pu s'écarter plus ou moins du type principal, nous avons donc cru 
parer en parti à ces inconvénients par une étude attentive d'un 
grand nombre d'Espèces vivantes, choisissant parmi les différents 
noms qu'on avait donnés à chacune celui qui nous paraissait la mieux 
caractériser, et changeant ou modifiant la description suivant qu'il 
était nécessaire de le faire. Nous avouons cependant que le temps 
ne nous a pas permis de donner à cette étude toute l'attention qu'elle 
aurait nécessitée pour jeter toute la clarté désirable sur ce Genre et 
sur quelques autres aussi nombreux en Espèces. 

Comme on a aussi grandement abusé de la liberté de changer et 
de diviser les Genres, et que les noms des plantes étant arbitraires 
ne peuvent avoir d'importance que par l'application constante qu'on 
en fait à une même chose, nous avons cru ne devoir pas accepter les 
désignations nouvelles de Genres sub-divisant les Astères, nous con- 
tentant de les indiquer comme sous-Genres, avec la phrase caracté- 
ristique de chacun d'eux. Ainsi les Blofia, Sericacarpiis, DipJo- 
pappus, etc., ne seront pour l'étudiant, comme ils le sont pour tout le 
monde, que des Astères. La présente remarque aura son applica- 
tiou dans plus d'un autre endroit dans le cours de cet ouvrage. 

Gen. IX. VERGEROLE. Erigeron. L. 

(De erion, poil, geron, vieillard ; allusion à l'aigrette de soies blanehes). 

Capitules radiés ; demi-fleurous linéaires, pluri-sériés, ç ; 
fleurons S. Invotucre à écailles étroites, linéaires, imbriquées, 
pluri-sériées ou presque égales. Jf2éce/:)toc^/<' plan, nu, ponctué. 
Aigrette simple, à poils scabres. Akènes comprimés, ordinai- 
rement pubescents, à 2 nervures latérales. — Herbes â feuilles 
alternes. Capitules hémisphériques^ d disque jaune, rayons blancs^ 
bleus ou pourpres. 



312 DICOTYLÉDONES — MOXOPÉTALES. Vergerolc. 

1. V, du Canada. E. Canadense. L. — E. imsillum. Nutt. — Ca- 
NADiAN ou COMMUN Fleabane. — ® Tige variant de 1-5 p., rameuse, 
striée, articulée, à poils scabres, quelquefois presque glabre. Feuilles 
linéaires-lancéolées, presque entières, ciliées de poils raides, les radi- 
cales plus courtes, obtuses, quelquefois penni-lobées ou incisées. Ca- 
pitules petits, très nombreux, de peu d'apparence, en grappes consti- 
tuant une panicule large, oblongue. Involucre à écailles lâches. 
Hayons de 40-50, blancs, dressés, étroits, égalant Tinvolucre. Aigrette 
peu fournie. — Canada-Texas; très commune sur les bords des che- 
mins surtout dans les nouveaux défrichements. Août-Novembre. 

2. V. à feuilles de Pâquerette. E. BelUdifolium. Muhl. — E. 
2m,lcheUvm. Michx. — E. sciytntinum. Hortul. — Hobin's Plantain. 

0|. Tige de 1-2 p., dressée, simple, poilue, quelquefois stolonifère. 

Feuilles radicales sub-dentées, obovales ou spatulées, les caulinaires 
distantes, embrassantes, oblongues-lancéolées, presque entières, acu- 
minées, plus ou moins pubescentes. Capitules à 50-60 raj'ons li- 
néaires, de 2 fois la longueur de l'involucre, d'un pourpre bleuâtre, 
réunis par 3-7 en corymbes terminaux, resserrés. — Canada-Louisiane ; 
taillis et bords des bois. St. Joachim ! Mai-Juin. 

La plus hâtive de toutes les Espèces ; généralement prise par le 
peuple pour une Astère. 

3. V. de Philadelphie. E. ThUaàelpMum. L. — E. purpureum. 
Ait. — E. amph'xicaule. Torr. — Narrow-rayed Robin's Plantain. 
— % Tige tendre, pubescente, de 1-3 p., divisée au sommet en co- 
rymbe lâche. Feuilles minces, les inférieures obovales-cunéaires, 
sinuées-dentées, atténuées à la base ; les supérieures oblongues- 
lancéolées, rétrécies en une base embrassante, quelquefois auriculée. 
Capitules peu nombreux, longuement pédoncules, à 150-200 rayons 
étroits, d'un pourpre pâle, tirant au rose et non au bleu, 2 fois plus 
longs que l'involucre, et aussi tendres que des poils. Akènes glabres. 
Tiges jamais stolonifères comme dans l'Espèce précédente. — Amé- 
rique Artique-Arkansas ; bois et champs ; commune. Juin-Août. 

4. V. annuelle. E. anwium. Pers. — E. hcterophyllum. Muhl. 
Stcnactis annua. Cass. — PuUcaria annua. Gœrtn. — Common Flea- 
bane. White-wbed. — ® ou @. Tige hispide, striée, de 2-4 p., se 
terminant par un grand nombre de capitules disposées en corymbe. 
Feuilles poilues, grossièrement dentées, les inférieures ovales, con- 
tractées à la base en un pétiole ailé, les caulinaires sessiles, lan- 
céolées, dentées, aiguës. Rayons 100 ou plus, courts, étroits, blancs 
ou pourpres. Involucre hémisphérique, à écailles très étroites, un 
peu piquantes. — Canada-Kentucky ; commune dans les champs, sur 
les bords des chemins, etc. Juin-Août. 

5. V. rugueuse. E. strigosum. Muhl. — E. ambiguum. Nutt. — E. 
nervosvtyi. Pursh. — E.longifuUwni. Ilort. — Stenactis ambigua. Cass. 
— Fleabane. Daisv.— ® ou ©. Tige de 2 p., tendre, striée, hé- 
rissée de poils étalés, courts, raides. Feuilles lancéolées, rétrécies 
à chaque extrémité, dentées, hispides, un peu rugueuses. Capitules 
rassemblés en corymbes paniculés, lâches, à rayons blancs, filiformes, 



Boltonie. LXix. cOxAiposées. 313 

très nombreux. Corolle des demi-fleurons à tube poilu. Involucre 
glabre. — Canada-Louisiane ; champs et prés où on la range avec les 
2 précédentes parmi les plantes nuisibles ; commune, Juin-Octobre. 

Gen. X. BOLTONIE. BoUonia. L'Her. 

(Dédié à Bolton, Botaniste Anglais). 

Capitules radiés; demi-fleurons ç, 1-sériés ; fleurons ^. 
Involucre hémisphérique, à écailles presque 2-sériées, appli- 
quées, membraneuses sur les bords. Réceptacle hémisphé- 
rique ou conique, obscurément alvéolé. Akènes aplatis, ob- 
ovales, munis d'ailes calleuses. Aigrette composée de soies 
sétacécs, dont 2 quelquefois dépassant les autres. — Herbes 
glabres, ayant le port des Astères. Capitules petits, à rayons 
blancs ou pourpres. 

B. à feuilles de Gaude. B, GlasdfoUa. L'Her.— Qi Tige de 
3-7 p., ordinairement simple. Feuilles lancéolées, de 3'-5' de long, 
atténuées à la base, les inférieures souvent dentées, quelquefois dé- 
currentes sur la tige et auriculées de manière à paraître sagittées. 
Capitules de la grosseur de ceux des Pâquerettes, à rayons blancs 
lavés de rouge, en corymbe lâche. Akènes obovales, largement ailés, 
souvent légèrement poilus. Aigrettes à poils sétiformes, courts, 
celles du disque présentant souvent 2-3 soies plus allongées, subilées, 
épaissies. — Canada-Illinois; marais humides. Juillet-Septembre. 

Gex. XL PAQUERETTE. Bellis. L. 

(Du latin bellus, ]o\i). 

Capitules radiés ; derni-fleurons ç, fleurons 5, à limbe 5-4- 
denté. Involucre hémisphérique, à écailles obtuses, égales, 
1-2-sériées. Réceptacle conique, nu ou sub-alvéolé. Aigrette 0. 
— Herbes basses. Capitules solitaires, à disque jau7ie et rayons 
blancs ou rouges. 

P. vivace, B. perennis. L. (^Pâquerette. Marguerite) — GardeiV 
Daisv. — % Racine traçante. Hampes de 3-4', simples, 1-flores. 
Feuilles un peu épaisses, en rosette, obovales-spatulées, crénelées, 
1-nervèes. Involucre à écailles vertes, linéaires-obtuses. Capitules 
flosculeux ou demi-fîosculeux, blancs ou lavés de pourpre. — Europe. 
De Mai à Novembre. >^ 

Feuilles vulnéraires. Employée surtout dans les jardins pour les 
bordures. — Semis ou séparation des touffes. La plante se ressème 
aussi d'elle-même. 

o' 



314 DICOTYLÉDONES MOKOPETALES. Vrrgf d'or. 

Gen. XII. VERGE D'OR. Solldago. L. 

(De solidum agere, consolider; allusion à des propriétés vulnéraires). 

Capitules radiés ; demi-fleuroiis 5-15, 1-sériés, souvent écartés 
les uns des autres; fleurons §, 5-dentés. Involucre ovoïde, 
à écailles appliquées, imbriquées. Héceptacle petit, nu ou 
alvéolé. AigreUe à poils nombreux, scabres, 1-sériés. — 
Herbes très communes, à tige dressée^ rameuse supérieurement. 
Feuilles alternes. Fleurs jaunes. 

* Tige très rameuse, corymbiforme. Feuilles tontes linéaires, entières, sessiles. 

1. V. lancéolée. <S. lavccolata. Axi. ~ EutTiatnia graminifolia. 
Nutt. — Chrijsncoma. L. — Grass-lbaved Goldenrod. — % Tige de 
2-4 p., striée-anguleuse, souvent scabre-pubérulente, très rameuse, 
quelquefois dès la base. Feuilles linéaires-lancéolées, 3-)iervées, 
rudes sur les bords et sur les nervures; ces feuilles longues et très 
étroites sont distinctement S-nervées et finement ponctuées, souvent 
des bouquets de petites feuilles remplissent les aisselles. Corymbes 
terminaux formés de grappes serrées. Réceptacle fimbrillé* — Canada- 
Etats-Unis ; bords des chemins et champs pauvres, sablonneux. 
Août-Octobre. 

Espèce toujours facile à distinguer par ses corymbes parfaits. 
Toute la plante est odorante. 

** Capitules en grappes axillaires, agglomérées. 

2. V. û'or raboteuse. S. squ arrosa. Muhl. — s. macrojyJiyVa, 
Pursb. — Hagged Goldenro».— Q|- Tige de 3-5 p., épaisse, ferme, 
simple, glabre inférieurement et pubescente au sommet. Feuilles le 
plus souvent glabres, les inférieures grandes, ovales-spatulées, de 
5'-G' de long, dentées, aigiies, rudes sur les bords, les supérieures 
sessiles, lancéolées, elliptiques, entières. Capitules très gros, en 
grappes courtes, serrées, pubescentes, raides, glomérulées, formant 
un épi terminal. Involucre raboteux, à écailles à pointe verte, étalée. 
Canada-Pennsylvanie ; terrains pierreux. Août-Septembre. 

Les larges feuilles et les gros capitules de cette Espèce la font 
distinguer du premier coup d'œil. 

3. V. d'or bicolore. S. hicolor. L. — S. alba. Mill. — Aster hicolor. 
Nées. — Two-coLOUED Goldenrod. — % Tige de 1-3 p., simple, poilue. 
Feuilles plus ou moins poilues des 2 côtés ; les inférieures ovales- 
spatulées, dentelées, rétrécies eu pétiole ; les supérieures ellipîiques- 
oblongues, mucronées, entières, presque sessiles. Capitule à rayons 
blancs ou d'un jaune très tendre, en grappes dressées, courtes, nom- 
breuses, formant un long épi interrompu, terminal. — Canada-Géorgie ; 
bois et montagnes, Juillet-Août. 



Verge d'or. LXiv. composées. 315 

4. V. d'or à larges feuilles. -S. huifoUa. L. — 6'. flexicauUs, 
Pursh. — .S. macrophylla. BigeL — Q4- Tige de 1-3 p., simple, glabre, 
anguleuse, flexueuse. souvent velue au sommet. Feuilles elliptiques, 
dentelées, glabres, atténuées aux 2 extrémités, membraneuses. Ca- 
pitules à rayons oblongs, peu nombreux, en grappes axillaires beau- 
coup plus courtes que les feuilles, les supérieures rassemblées en pa- 
nicule serrée et étroite. — Canada-Kentucky ; commune dans les bois 
humides, sur les bords des ruisseaux, etc. Août*Septembre. 

5. V. d'or tleuatre. S. '•(psla. Ait. — S. axiUaris. Pursh. — S. 
l/'vida. Willd. — Blue-stem Goldenrod. — % Tige de 1-3 p., dressée, 
cylindrique, simple ou rameuse, souvent pourpre et glauque. Feuilles 
lancéolées-acuminées, de 2-4' de long, glabres, glauques en dessous, 
à bords scabres, sessiles. Capitules à rayons un peu plus longs que 
les fleurs du disque et d'un plus beau jaune, en grappes axillaires, 
nombreuses, courtes, à pédoncules pubescents, quelquefois les grappes 
inférieures s'allongent de manière à figurer une panicule. — Canada- 
Louisiane ; bois et taillis. Août-Octobre. 

"** Capitules en grappes dressées, terminales, simples ou composées, non unila- 
térales. Feuilles penni-nervées. 

6. V. d'or superbe. S. spedosa. Nutt. — 5'. petiolarîs. Muhl. — 
«S. sempervirens. Michx. — Q|. Tige de 1-3 p., simple, glabre, ordinai- 
rement pourpre, pubescente au sommet de même que sur les pédon- 
cules et les pédicelies. Feuilles un peu épaisses, douces et glabres, 
bordées de cils très courts et serrés ; les inférieures ovales, légè- 
rement dentées, rétrécies brusquement en un pétiole ailé ; les supé- 
rieures lancéolées, entières. Capitules gros, à pédicelies courts, en 
grappes nombreuses, dressées, formant une ample panicule pyrami- 
dale ou thyrsoïde. ïnvolucre à écailles oblongues, obtuses, presque 
glabres. — Canada-Louisiane ; bords des bois. Septembre. 

a angustata. Plus petite, moins pubescente au sommet. Grappes 
courtes et agglomérées en un épi composé, dense, interrompu. 
Feuilles inférieures à longs pétioles (de 1-3), ailés, presque engai- 
nants. — Nous avons trouvé cette Variété en Octobre dernier à St. 
Tite, dans les Laurentides ! — Ses rayons pâles et décolorés, surtout 
lorsqu'elle pousse a l'ombre, l'ont quelquefois fait prendre pour la S. 
hicolor, avec laquelle d'ailleurs elle a plusieurs autres points de res- 
semblance. 

7. V. d'or thyrsoïde. S. thyrsoidea. Meyer. — S. muUiradiafa. 
Nutt. — »S. virgaurea. Bigel. — Qj. Tige de 12-20', dressée ou un peu 
flexueuse, simple, très glabre, pubescente au sommet et sur les pédon- 
cules. Feuilles glabres, ovales, irrégulièrement et profondément 
dentées, aiguës ou acuminées, toutes veinées à l'exception des supé- 
rieures, rétrécies en un long pétiole. Capitules gros, en grappe 
oblongue, simple ou peu composée, à pédoncule le plus souvent sans 
bractées. ïnvolucre à écailles presque égales, lancéolées, acuminées, 
membraneuses, presque glabres. Rayons 8-10. Akènes glabres ou 



316 DICOTYLÉDONES MONOPÉTALES. YcrgC d'OF, 

légf^rement pubescents au sommet. — Labrador-Canada ; montagnes 
du New-Hampshire. Cap Tourmente ! Août-Octobre. 

•*** Capitules en grappes dressées ou étalées. Feuilles épaisses oïi charuucs, 
très glabres et entières. 

8. V. d'or toujours verte. S. scmperrirens. Jj. — S. Novihora- 
censis et S. carvosa. Mill. — % Tige glabre, dressée, de 3-8 p. Feuilles 
charnues, lancéolées, entières, aigiies, sessiles, légèrement embras- 
santes, obscurément 3-nervées, quelquefois scabres sur les bords. 
Capitules gros, en grappes paniculées, simples ou composées, plus eu 
moins étalées ou penchées d'un côté. Pédoncules pubescents ou 
plus ou moins glabres. — Golfe St. Laurent-Massachusetts ; dans des 
marais salés. Septembre-Octobre. 

*•"** Capitules ea grappes unilatérales presque scorpioïdes. Feuilles penni- 
uervées, les inférieures dentées. 

9. V. d'or étalée. S. spatula. Muhl.— iS. angulata. Schrad. — 
Spreadlxg Goldenrod. — Q|. Tige de 2-4 p., striée, anguleuse, glabre, 
ramifiée au sommet. Feuilles elliptiques, dentées, rudes en dessus, 
douces en dessous, les radicales oblongues-spatulées. Capitules 
gros, en grappes unilatérales, paniculées, étalées ou recourbées, à pé- 
doncules scabres-pubescents. — Canada-Louisiane; lieux humides et 
marécageux. Août-Septembre. 

10. V. d'or à dents rudes. S. arguta. Ait. — S. ciUaris. Mulh. 
— S. argentea. Hornem. — Sharp notched Goldenrod. — % Tige 
de 2-3 p., dressée, raide, glabre. Feuilles glabres, profondément et 
inégalement dentelées, bordées de petits cils un peu rudes, les radi- 
cales ovales-oblongues, atténuées à la base, les caulinaires elliptiques, 
aiguës. Grappes de la longueur du doigt, serrées, à la tin recourbées 
et formant une pauicule corymboïde. Pédoncules rougeâtres, brac- 
téolés. 

a juncea. Feuilles inférieures plus étroites et moins profondé- 
ment dentelées ; les supérieures entières. — Canada-Kentucky ; 
champs. Août-Septembre. 

11. V. d'or très élevée. -S. aUissima. L. — Tall Goldenrod. — 

% Tige de 3-7 p., dressée, très ramifiée au sommet, hérissée de poils 
rudes. Feuilles lancéolées-ovales, sessiles, rétrécies à chaque extré- 
mité, grossièrement et i)rofondément dentelées, rugueuses et très 
rudes, très noml)r(^iises tant sur la tige (jue sur les branches. Grappes 
unilatérales, paniculées, dressées ou recourbées. Capitules à 7-10 
ligules linéaires-ol)longues, un peu plus longues que les fleurs du 
dis(|ue. 

a Tige poilue ; feuilles minces, souvent presque glabres et douces. 
— Canada-Louisiane ; bords des champs. Espèce très variable et 
une-des plus commune. 

12. V. d'or odorante. S. odorn. Ait. — S. retrorm. Michx. — 
Sw^EBT Goldenrod. — % Tige de 2-3 p., cylindrique, dressée, pubes- 



Verge d'or. lxiv. composées. 317 

cente. Feuilles linéaires-lancéolées, entières, glabres, marquées de 
ponctuations transparentes, rudes sur les bords, portant une forte 
nervure médiane jaunâtre sans ramifications. Grappes unilatérales, 
paniculées, chacune ordinairement avec une feuille à la base et un 
simple rang de capitules au côté opposé. — Canada-Louisianej bords 
des bois, terrains secs et sablonneux. Juillet-Septembre. 

C'est la seule Espèce qui joigne l'utile à l'agréable. On en extrait 
une buile volatile très odorante. Toute la plante est aromatique et 
s'emploie souvent en tisanes pour les rhumes, les fluxions de poi- 
trine, etc. 

****** Capitules en grappes unilatérales. Feuilles 3-nervées. 

13. V. d'or du Canada. iS. Canaâensis. L. — s. nutans. Desf.-^ 
Virgaicrea angustifoUa. Pluck. — Canauian Golde.nrod.— Q|. Tige 
velue, cannelée, de 15-18'. Feuilles lancéolées, o-nervées, scabres, 
dentelées, quelquefois presque entières. Capitules très petits, à 
rayons jaunes très peu apparents, en grappes unilatérales formant 
une panicule recourbée. — Varie à feuilles presque glabres et douces 
ou oblongues-lancéolées à linéaires-lancéolées, ou presque entières à 
profondément dentées. — Canada-Louisiane ; bords des champs, etc. ; 
très commune. 

14. V. d'or des bois. S. nemoralis. Ait. — S. cinerascens. Schwen. 
— FiELD GoLDENROD. — % Plante d'un aspect grisâtre. Tige de 
1-2 p., dressée, couverte d'un duvet très court. Feuilles ovales- 
cunéaires ; les caulinaires lancéolées, entières, scabres, sessiles, por- 
tant souvent des bouquets de plus petites feuilles à leur aisselle. 
Capitules petits mais d'un jaune brillant, en grappes unilatérales 
formant une panicule ordinairement inclinée d'un côté.— Canada- 
Texas ; bords des chemins et champs stériles. Septembre. 

15. V. d'or glabre. S.serotina. KM. — s. ghibra. Desf. — SiMOOth 
GoLDENROD. — % Tige de 3-6 p., très glabre, souvent glauque, tendre, 
striée. Feuilles glabres excepté sur les bords et les nervures en 
dessous ; les inférieures lancéolées, les supérieures linéaires-lan- 
céolées, toutes acuminées, finement dentées, bordées de cils courts 
et rapprochés, à 3 nervures principales parallèles. Capitules mo3^ens, 
en grappes unilatérales, réfléchies, formant une panicule inclinée au 
sommet. — Canada-Etats-Unis ; taillis, lieux humides. Septembre. 

16. V. d'or gigantesque. S. gigantca. Ait. — Gigantic Gol- 
DFNROu. — % Tige douce, striée, verte, quelquefois purpurine, de 
4-7 p., très ramifiée au sommet. Feuilles douces et glabres, linéaires, 
dentées, 3-nervées, scabres sur les bords, atténuées aux 2 extrémités. 
Capitules à raj'ons plus apparents que dans presque toutes les autres 
Espèces, en grappes unilatérales, à pédoncules poilus, formant une 
panicule inclinée d'un côté.- Canada-Kentucky ; lieux bas mais dé- 
couverts. Août-Octobre. — Varie à feuilles plus ou moins étroites, 
plus ou moins finement dentées, quelquefois avec les nervures la- 
térales très peu apparentes, à panicule plus ou moins difi'use ou 
eerrée, etc. 



318 DICOTYLÉDONES MONOPÉTALES. Innlc. 

Les Verges d'or sont toutes des plantes très variables, ce qui est 
en grande partie la cause de la confusion qui règne dans la distinc- 
tion des différentes Espèces. Leurs panicules en pleine floraison 
fournissent une teinture jaune qu'on emploie assez fréquemment dans 
les campagnes.— On substitue souvent la Verge d'or du Canada à la 
Verge d'or odorante pour les tisanes qu'on emploie dans les rhumes, 
etc., ses propriétés cependant sont moins actives que dans cette der- 
nière. Plusieurs Espèces entrent souvent aussi dans la décoration 
des jardins, surtout en Europe. 

GEîf. XIII. INULE. Inula. L. 

(Corruption de Helenium). 

Capitules ordinairement radiés. Demi-fleurons 1-sériés, ç, 
cependant souvent stériles; fleurons 2. Involucre hémis- 
phérique, multi-sérié, imbriqué. Réceptacle nu, plan ou con- 
vexe. Anthères pourvues de 2 queues à leur base. Aigrette 
de poils scabres, 1-sériés. — Herbes à feuilles alternes, embras- 
santes. Fleurs jaunes, solitaires ou en corymbe. 

I. Aulnée. 1. Helenium. L. — Aster Helenium. Scop. — Corvisartla 
HeJenlian. D. C. (^Aulnée. Enula-C am2)anay — Elecampank. — % 
Tige robuste, de 4-6 p., sillonnée, velue ou pubescente. Feuilles 
amples, dentées, ovales, rudes-cotonneuses en dessous ; les radicales 
très grandes, dentées, les caulinaires embrassantes. Capitules volu- 
mineux, en corymbes irréguliers, d'un jaune brillant, à rayons linéaires 
2-3-dentés. — Europe, mais naturalisée dans le Haut-Canada, sur les 
bords des chemins, etc. Kingston ! Thorold ! Juillet-Septembre. 

Racine épaisse et rameuse, stomachique et vermifuge. 

Gen. XIV. DAHLIA. DaUia. Cavan. 

(Dédié à A. Dahl, démonstrateur de Botanique à Abo, Suède, 1789). 

Capitules xd.àXh'S:. Demi-fleurons ? ou neutres; fleurons ?. 
Involucre double, l'extérieur à écailles foliacées, 1-sériées, 5 
environ ; l'intérieur à 12-20 écailles longues, membranacées 
au sommet, épaisses et cohérentes à la base. Héceptacle 
plan, à paillettes membranacées. Aigrette 0. — Feuilles op- 
posées, penni-partites, à segments ovales-aigus, dentelés. Capitules 
très gros, pédoncules, solitaires. Disque jaune, rayons variés. 

1. D. écarlate. D. corcinca. Cav. — D.frustranea. Ait. — % Tige 
creuse, couverte d'une eflaorescence glauque, de 4-5 p. Racbis des 
feuilles nu. Involucre extérieur étalé et non réfléchi. Demi-fleurons 



Dahlia. lxiy. composées. 319 

neutre!?, rouges, jamais pourpres ni jaunes. Racines fasciculées, 
presque cylindriques. — Mexique. >^ 

2. D. variable. D. commun. D. variahiUs. Desf. — D. purpurea. 
Ait. — Commun Dahlia. — % Tige rameuse, verte ou purpurine, de 
3-8 p. Feuilles à rachis ailé, à segments ovales acumities, dentés, 
puhérulentes ou presque douces. — Varie presque à l'infini dans les 
jardins par la couleur et la forme de ses fleurs, souvent toutes ligulées 
ou toutes tubuleuses. Capitules très gros. — Mexique. >^ 

VRIÉTÉS JARDIA'IÈRES. 

Il règne une telle confusion dans la nomenclature des Variétés 
Jardinières qu'il est presque impossible aujourd'hui de les identifier 
par leurs noms. Telle variété portant souvent 3 ou 4 noms différents 
suivant que tels ou tels horticulteurs prétendront en avoir fait la dé- 
couverte. Nous nous contenterons d'indiquer les suivantes comme 
pouvant se ranger parmi les plus remarquables. 

BLANCS. 

Ada BjTOn. — Fleurs de couleur de crème rosée. 
Antagoniste.— Blanc pur. 
Belle de Nancy. — Blanc carné, nuancé de lilas. 
, Célestial. — Fleurs blanches bordées de violet. 
Princesse Aicxandra.— Blanc rosé. 

LlLAS. 

Athlète. — Lilas nuancé de rose. 

Beauty of StOW.— Fleurs d'un très beau lilas. 

iTSUla. — Fleurs d'un superbe lilas rosé. 

VIOLETS. 

Amaena. — Fleurs violet-pourpre, largement pointées de blanc. 
Evêque de Dijon. — Violet pointées de blanc pur. 
Pride of Surrcy. — Violet pourpré. 
Toin Pouce. — Violet pourpre. 

ROSES. 

Albert Paschal.— Fleurs rose amaranthe violacé. 
Duchesse d'Aumale. — Rose cerise saumoné. 
Uébé. — Rose tendre. 
liueeu Mary. — Couleur chair, à, centre blanc pur. 

ROUGES PLUS ou MOINS FONCÉS^^ 

Adonis. — Fleurs cramoisies, pointées de blanc. 

Colifichet. — Cramoisi velouté, à revers violacé. 

Empereur Napoléon. — Beau carmin feu, 

Murillo. — Elcarlate orange. 

Maréchal Soult. — Ecarlare ponceau ombré de noir. 

MARRONS ET BRUNS. 

Abd-el-Kader. — Fleurs marron. 

nerschell. — Marron foncé pointé de blanc. 



320 DICOTYLÉDONES MONOPÉTALES. PolymuiC. 

Raphacl. — ^larron nuancé cramoisi. 
Zccllini. — Marron pourpré à reflet jaune. 

JAUXES. 

Admiration. — Fleurs orange-écarlate. 
Arlequin. — Nankin carné, pointées jaune d'or. 
Hi^hgatc Beauty.— Jaune soufre. 
MoiiOre. — Jaune pointées de I)lanc. 
Prince Albert. — Orange glacé de rouge. 

Les tubercules des Dahlias, charnus et très aqueux, ne peuvent 
résister au climat de nos hivers en pleine terre. Il faut les enlever 
de terre vers la fin d'Octobre, les laisser sécher à l'air libre, puis les 
rentrer dans une cave pour les laisser à nu sur le sol ou les recouvrir 
de sable. De bonne heure au printemps on expose les toufi"es de 
tubercules à la chaleur d'une couche pour forcer les yeux à se déve- 
lopper plus prompternent et pour leur faire prendre de suite de 
la racine. Puis aussitôt qu'on n'a plus rien à craindre des gelées 
on les met en place, après les avoir divisés, ayant soin de con- 
server pour chaque tubercule un bon œil poussant. Si l'on veut 
avoir de belles flcHirs, il faut avoir soin de ne laisser qu'une seule 
tige à chaque pied, et même retrancher les branches latérales du 
bas aussitôt qu'elles commencent à se montrer; on forcera ainsi la 
sève à se concentrer davantage sur les fleurs du sommet. — Les 
Dahlias se multiplient par boutures, greS'es, division des touflfes 
et le semis. Les sommets des jeunes pousses prennent racine en peu 
de temps lorsqu'on les étouffe au moyen de cloches et qu'on les ex- 
pose à la chaleur d'une couche. Les Dahlias en pots du commerce 
sont presque exclusivement, propagés par ce procédé. La greffe en 
fente de sommets de jeunes pousses se pratique sur les tubercules 
vigoureux mais dont les fleurs sont peu recommandables. Dans la 
division des touftes, tous les tubercules qui ne montrent point d'yeux 
à leur collet doivent être rejetés de suite, car ils ne peuvent donner 
naissance à des tiges quelque volumineux et sains qu'ils soient d'ail- 
leurs. Enfin par le semis on obtient souvent des variétés nouvelles 
fort recommandables. Semés sur couches en Mai, les Dahlias fleu- 
rissent d'ordinaire à la fin de Septembre. 

Tribu IV. SÉNÉCIONIDÉES. 

Style cylindrique dans les fleurs S , à branches linéaires tronquées ou couronnées 
d^un pinceau au-delà duquel elles s'allongent quelquefois en appendice long ou en 
cône court. Lignes stigmatiques saillantes, se prolongeant sans se rejoindre jus- 
qu'au pinceau ou jusqu'à lu base de l'appendice. 

Gen. XV. POLYMNIE. Polymnia. L. 

(Dédié à la muse Polymnie). 

Capitules monoïques : fleurs unisexées, mais les d^ et 9 
réunies dans le môme capitule. Demi-fleurons, 1-sériés 9 ; 



Lampourde. ï^xiv. composées, 321 

fleurons 5. Invohicre double, l'extérieur à 5 grandes bractées 
foliacées, étalées, l'intérieur à 10-12 écailles plus courtes, 
mais dépassant les fleurs, appliquées et enveloppant les 
akènes. RêceiJiacle plan, chargé de paillettes scarieuses. 
Akènes glabres, épais, lisses, sans aigrette. — Herbes à feuilles 
ojjposées, quelquefois alternes. Fleurs jaunes, en corymbes pani- 
eulés. 

P. du Canada. P. Canaâensis. L. — P. variahilis. Poir. — Leaf- 
cup. — Qj- Tige de 3-5 p., cylindrique, pubescente-glanduleuse. 
Feuilles opposées ou alternes, pétiolées, ovales-triangulaires, acumi- 
nées, de 3-8' de long et presque aussi larges, les inférieures penni- 
fides, les supérieures 3-lobées ou entières, souvent auriculées à la 
base. Involucre à folioles ovales-acuminées, viscides-pubescentes. 
Hayons très petits, sub-3-lobés. Akènes obvoïdes, un peu comprimés, 
couronnés d'une aréole. Capitules de h,' de diamètre, à fleurs d'un 
jaune très pâle. — Canada-Caroline; penchants des collines, bords des 
ruisseaux, etc. Juillet-Août. 

Gen. XVI. LAMPOURDE. XantUvm. T. 

(De xanthos, jaune ; allusion à la propriété de teindre les cheveux en blond). 

Capitules dioïques, les (f à involucre presque globuleux, à 
écailles libres, 1-sériées. Réceptacle oblong ou cylindrique, 
pailleté. Anthères libres. — Capitules ç à involucre oblong, 
à 2 folioles coriaces, soudées ensemble, 2-flores, hérissées 
extérieurement d'épines crochues et surmontées de 2 becs. 
Stigmates 2, divergents. — Feuilles décomposées, alternes. Fleurs 
verdâtres, glonierulées en épis, les supérieures c?, les infé- 
rieures $. 

Li glouteroîl. X. strumariurti. L. (^Lampnurde. Qlcuteron). — 
Clot-bur. BuR-vi^EED. CocKLE-BUR. — (î) Tige inerme, rameuse, 
tachetée, de 2-3 p. Feuilles pétiolées, sub-coriaces, 3-nervées, rudes, 
prolongées en coin sur le pétiole, à 3-5 lobes incisés-dentés. Capi- 
tules sub-sessiles, en grappes axillaires ou terminales. Involucres 
fructifères terminés par 2 becs droits, couverts d'épines grêles ter- 
minées par un petit crochet. 

a Canadense. Involucres fructifères pubescents-scabres ou glabres 
à la fin, à becs droits ou recourbés. Tige ordinairement tachetée. — 
Canada-Floride ; naturalisée dans les cours des bâtiments, les 
décombres, etc. La Variété « est probablement indigène. 



322 DICOTYLÉDONES' — MONOPÉTALES. Amîirosîi?. 

Gen. XVII. AMBROSIE. Amhrosia. T. 

(De amhrosia, ambrosie ; allasion à l'odeur des feuilles). 

Capifules dioïques: fleurs unisexuéea, mais dans des capi- 
tules dijfférents quoique sur le même individu. — c^, involucre 
à écailles pluri-sériées, cohérentes en cupule, pluri-flores. 
Réceptacle nu. Filets non adnés à la corolle et anthères 
libres. — ç uniflores, aggrégés, ceints d'un involucre commun, 
entier ou 5-denté. Corolle 0. Styles 2. Etamines 0. — Herbes 
â feuilles opposées. Heurs en épis, 'peu apparentes. 

1. A. à feuilles d'Armoise. A. Arthemhicefolia. L. — E. elatior, 
Ph. — A. absinthifolia. L. {Herhe à povx). — Hog-weed,— ® Tige 
de 1-4 p., plus ou moins pubescente. Feuilles 2-pennifides, un peu 
blanchâtres en dessous, les supérieures simplement pennifides, à pé- 
tioles ciliés ou hispides. Fleurs S" petites, verdâtres, en épi terminal, 
les Ç sessiles à l'aisselle des feuilles supérieures ou agglomérées au 
bas de l'épi des fleurs c^. Epis cJ^ souvent paniculés. Akènes courts, 
gros, épineux, très durs. — Canada-Floride ; champs, bords des 
chemins, etc. St. Joachim ! Isle St. Paul (Montréal) ! Juillet- 
Août. 

Cette plante est avec raison rangée parmi les plantes nuisibles en 
agriculture. Elle nuit non seulement par ses nombreuses racines, 
ses larges feuilles, sa taille élevée, etc., mais sa graine qui est 2-3 
fois plus grosse qu'un grain de Blé gâte encore les grains avec les- 
quels elle a poussé. Le moyen le plus sûr de la détruire est de la 
faucher lorsque le grain parmi lequel elle se montre n'est encore 
qu'en herbe. Les tiges ainsi coupées ne laissent pas que de conti- 
nuer leur végétation, mais elles ne peuvent d'ordinaire mûrir leurs 
semences avant le temps de la moisson. Les magnifiques fonds de 
St. Joachim sont depuis plusieurs années infectés de cette plante, 
et malgré les sarclages qu'on en faif, tous les ans elle reparait 
toujours, bien que ce soit une plante annuelle. Les semences se 
conservent plusieurs années en terre sans perdre leur faculté germi- 
native. 

2. A. trifide. A. trîfida. L.— Great Ragwerd. — ® Tige tétra- 
gone, de 4-9 p., raide, rude et poilue. Feuilles scabres et poilues, 
profondément 3-loI)ées, les inférieures quelquefois 5-lobées ; lobes 
ovales-lancéolés, dentés, acuminés. Pétioles étroiti'ment ailés, ciliés. 
Fruit 3-4" de long, obovoïde, à 6 côtes terminées chacune par une 
dent tuberculeuse. — Canada-Géorgie; bords des ruisseaux et des 
champs. Août-Septembre. 

On trouve dans l'Ouest des individus de cette Espèce qui ont jus- 
qu'à 15-20 p. de hauteur. 



I 



Zinnia. LXiv. composées. 323 

Gen. XVIII. ZINNIA. Zinnia. L, 

(Dédié à J. G. Zinn, professeur de médecine à Gutthingue, 1727). 

CapUules radiés. Demi-fleurons ?; fleurons §. Involucre 
à écailles imbriqués, ovales, bordées de noir. Réceptacle co- 
nique ou cylindrique, à paillettes oblongues, pliées, enve- 
loppant les fleurons. Akènes du disque comprimés, terminés 
par 2 arêtes ou dents. — Feuilles opposées, entières. Fleurs so- 
litaires, brillantes, de couleurs variées. 

1. Z. éléjjante. Z. elegans. Jacq. (Brésine). — ® Tige dressée, 
hérissée. Feuilles sessiles, embrassantes, ovales-cordées, obtuses. 
Pédoncule cylindrique, plus long que la feuille. Réceptacle à pail- 
lettes aeuminées, dentelées au sommet. Fleurons d'un pourpre obs- 
cur ; demi-fleurons obovales, variant du blanc le plus pur à l'écarlate 
le plus foncé. — Mexique. Juillet-Août. Hh 

2. Z. multiflore. Z. multijiora. L. — ® Tige dressée, rameuse, 
un peu hérissée. Feuilles sub-pétiolées, ovales-lancéolées. Pédon- 
cules plus longs que les feuilles, renflés ou obconiques au sommet, 
striés, creux. Involucre campanule. Demi-fleurons obovales, obtus 
ou écbancrés, pourpres. Réceptacle à paillettes entières, obtuses. — 
Louisiane. Août-Septembre. >^ 

3. Z. verticillée. Z. verticillata. Andr. — ® Tige anguleuse, sil- 
lonnée. Feuilles tantôt irrégulièrement verticillées, tantôt en spirale. 
Involucre à écailles appliquées. Du reste semblable à l'Espèce pré- 
cédente. — Mexique. Août-Septembre. ^ 

Les Zinnias font de belles fleurs d'ornement. — Semis en place au 
printemps. 

Gen. XIX. RUDBECKIA. RudhecUa. L. 

(Dédié à Olaus Eudbeck, Botaniste Suédois, 1630-1702). 

Capitules radiés. Demi-fleurons neutres, unisériés ; fleu- 
rons ? . Involucre 2-sérié, à écailles foliacées, étalées. Ré- 
ceptacle conique, à paillettes courtes, linéaires. Akènes sans 
aigrette, à aréole terminale, étroite. — Feuilles alternes. Fleurs 
solitaires, à rayons jaunes. 

* Fleurs du disque pourpre-foncé. 

1. R. hérissé. R. Mrta. L. — R. serotina. Nutt. — (D ou Qj.. 
Tige de 1-3 p., hispide, très rude, simple ou peu ramifiée, nue au 
sommet. Feuilles, les inférieures oblongues ou ovales-spatulées, 
3-nervées, denticulées, pétiolées ; les supérieures ovalos-lancéolées, 



324 DICOTYLÉDONES MONOPÊTALES. Coréopside. 

sessiles, dentées. Involucre à écailles nombreuses, lancéolées. 
Rayons d'un jaune brillant, de 1-1 i' de long (14 environ), étalés. 
Disque très conique, à fieurs d'un pourpre sale, — Haut-Canada- 
Louisiane : terrains sec*;. Juillet-Sepfembre. ^ 

2. R. éclatant. R. faîgida. Ait. — R. spathulata. Pursb. — Chry- 
so77i1a. Michx. — % Tige hispide, rameuse, de 1-3 p., à branches 
grêles, nues supérieurement. Feuilles oblongues-lancéolées, his- 
pides ; les inférieures denticulées ; les supérieures entières, sub- 
cordées, acuminées. Involucre à écailles ovales-oblongues, étalées, 
égalant les rayons. Fleurons pourpre-foncé, demi-fleurons jaune- 
orange, 3-dentés. — Pennsylvanie. Juillet-Septembre. H[« 

3. R. élégant. R. speciosa. Schrad. — % Tige hispidule, de 2-4 p. 
Feuilles pubéruîentes ; les radicales longuement pétiolées, ovales- 
acurainées, 5-nervées, profondément dentées ; les caulinaires sessiles, 
ovales lancéolées, iacisées-dentées, 3-nervées ; les supérieures en- 
tières. Involucre à écailles linéaires-lancéolées, 2 fois plus courtes 
que les rayons oblongs, linéaires, étalés, 3-dentés au sommet, d'un 
jaune brillant. Fleurons d'un pourpre foncé. Aigrette presque nulle. 
— Illinois. Août-Octobre. Hh 

** Fleurs du disque d'un jaune verdâtre. 

4. R. lacinié. R. laciniata. L. — % Tige glabre, cylindrique, 
de 6-8 p. Feuilles inférieures penni-séquées, à segments ovales- 
aigus, 3-lobés ou grossièrement incisés, celles du sommet ovales, in- 
divises. Aigrette coroniforme, inégalement dentée. Rayons d'un 
jaune brillant, étalés ou réfléchis. — Canada-Louisiane ; lieux humides» 
Château Richer ! Août-Septembre. 

5. R, pourpre. R. purpurea. L. — Echinacea. Mœncb. — Purple- 
coNE-FOWBR. — % Tige très rude, de 4 p., rameuse, sillonnée. Feuilles, 
les inférieures ovales, denticulées, décurrentes sur le pétiole ; les 
supérieures ovales-lancéolées, acuminées, presque entières. Rayons 
12-15, ^fides, pendants. Réceptacle hérissé de paillettes brunes 
dépassant les fleurons, d'un vert obscure. — Caroline. Septembre. >{* 

Les Rudbeckias font d'assez jolies fleurs d'ornement quoique d'an 
feuillage peu élégant. — Semis, division des touffes. 

Gen. XX. CORÉOPSIDE. Goreopsis. L. 

(De koris, punaise, oipsis, figure ; allusion à la ressemblance des akènes;. 

Capitules le plus somment radiés, à rayons neutres ; fleu- 
rons ^ . Involucre double, chacun à 8-10 écailles soudées à la 
base. Réceptacle plan, pailleté. Akènes comprimés, aplatis, 
à bords ailés, munis de 2 dents ou arêtes, rarement nus. — 
Feuilles ordinairement opposées. Fleurs jaunes ou pourpres ; 
demi-jleurons ordinairement concolores^ rarement blancs, quelque- 
fois 0. 



Hélianthe. lxiv. composées. 325 

* Styles à branches hispides au sommet, terminées par un appendice conique. A!cè:ies 
à 2 dents. — '■wOieopsis. 

1. G. Imcéalée. C. lanceolafa. L. — LAXCE-LKAVKf) CouKiïi'SlS. 
— Qj. ou d). Tige striée, dressée, souvent rameuse dès hi hu-,e. 
Feuilles en coin ou oblongues-lancéolees, entières, eiliéfs a la l)asti ; 
les inférieures pétiolées. Pédoneules iimgs, simples qus. I iivoiucre 
à folioles extérieures presque égales aux intérieures. < 'ajiituW-s soli- 
taires, à rayons de 1 de long, d'un jaune brillani, 4-5-dei;tés au s(mii- 
met. — Bords des lac-s Huron et Supérieur. Juin-Anûr. ^ 

2. C. V9rti0ilié8. C. verticUlata. L.— G tenu i fol a. Elir.-Q| 
Glabre. Tige de 1-3 p., grêle, fortement striée. Fv-uiilcs s(->..-iles, 
ternées ou divisées en 3 de manière à paraître verticillées par G, à 
divisions 1-2-partites, à segments linéaires, obtus, très étroits. Fleurs 
du disque jaunes ; rayons d'un jaune brillant, de 8-12 de long, 
aigus à chaque extrémité, rarement obtus ou 2-3-deritès au sommet. — 
Lac Huron ; Sault Ste, Marie, etc. ! Juillel-Septembre. 

** Style à 2 branches tronquées, terminées par un pinceau de poils. Akènes tronqués 
au sommet. — CalUopsis. 

3. C. de Drummond. C. Dninimondn. Torr. et Gr. — GulJiopxh. 
Don. — T) Plante de 10-20' de long, plus ou moins couverte di" poils 
articulés. Feuilles quelquefois simples, souvent dixis'M-s rii 3-5-lolies 
ovales ou oblongs, entiers ou ondules sur les bords. Folioles exté- 
rieures de l'involucre lancéolées-acuminées. un peu plus eourtes (jue 
les intérieures. Hayons jaunes avec une tache pour|)ri' à hi îm-^'f, 
5-dentés, 2 fois plus longs que l'involucre. Akènes courliés, nn.i au 
sommet ou couronnés par 2 dents. — Texas. Juillei-Aoùt. >^ 

4. C. des teinturiers. C. tinrforia Nutt. — C<>Jlio]i'<i^. D. C. — 
Dyer's OÔREOPSis. — ® Tiges glabres, de 1-3 p. Feuilles, les radi- 
cales 1-2-penni-partites, à lobes entiers; les supérieures 3 parrifes, 
multifides, à lobes linéaires. Involuore extérieur à folioles aiguës. 
Rayons 3-tides au sommet, 2 fois plus longs que l'involucre. jaunes, 
colorés de pour,re à la base. Akènes oblongs, nus. — IMissouri. Toute 
l'automne. >^ 

Ces 2 dernières Espèces font de jolies fleurs d'ornement. — SeiTier 
en place au printemps. 

Gen. XXI. HÉLIANTHE. HeJlanthus. L. 

(De helios, soleil, anthos. fleur; de la ressemblance de la fleur). 

Capitules radiés. Demi-fleurons neutres; fleun/ns g. In- 
volucre à écailles imbriquées. Réceptacle plan ou convexe, à 
paillettes embrassant les akènes. Aigrette formée de 2-4-6 
arêtes écailleuses, caduques. — Hi'rbes scabres ou velues, d feuilles 
opposées ou alternes, souceni d-nervées. Jiai/ons jaunes ; jieuroiis 
bruns ou jaunes. 



326 DICOTYLÉDONES — MONOPÉTALES. Héliantlie. 

* Fcurons bruns ou d'un pourpre sale. 

1. H. annuelle. H. annuus. L. (Soleil). — Common Sunflower. 

— ® Tige presque simple, de 6-7 p., s'élevant quelquefois jusqu'à 
12-15 p. Feuilles alternes, excepté celles du bas, pétiolées, cordées, 
3-nervées, dentées. Pédoncules épais, uniflores. Capitules très 
grands (de 3'-8 ), penchés. Involucre à écailles ovales, brusquement 
acuniinées, ciliées. — Pérou. Juillet. >i* 

Une Variété a des fleurs toutes ligulées et des capitules de 10'-12' 
de diamètre. On extrait de sa graine une huile comestible. Les 
volailles sont aussi très friandes de ces graines. La plante qui se 
ressème d'elle-même est presque naturalisée dans le voisinage des 
jardins, les cours, etc. 

** Fleurs jaunes. 

2. H. gigantesque. H. giganteu.s. L. — H. altissimus. L. — H. vir- 
gatus. Lani. — % Tige de 3-10 p., rude, purpurine, se ramifiant en 
une panicule corymboïde de grandes fleurs jaunes. Feuilles alternes 
(les inférieures opposées), lancéolées, acuminées, dentées, 3-nervées, 
très rudes, atténuées et ciliées à la base, à pétiole ailé. Involucre 
à écailles linéaires-lancéolées, étalées, ciliées à la base, rudes au 
sommet, plus longues que les fleurs du disque. Akènes glabres, cou- 
ronnés par 2 écailles acuminées, frangées. — Canada-New York ; 
bords des marais, lieux humides. Août-Octobre. 

3. H. à grandes feuilles. H. macrophyllus. Willd. — H. strvmosus. 
L. — DoWiW Si;\FLO\VKR. — Qj. Tige de 3-5 p., dressée, rameuse su- 
périeurement, hérissée de poils rudes. Feuilles opposées, grandes, 
de 3-8 de long, brièvement i étiolées, ovales ou oblongues-lancéolées, 
dentées, rudes supérieurement, douces et tomenteuses en dessous, 
3-nervées. Capitules peu nombreux, en corymbe. Involucre à écailles 
linéaires, ciliées à la base, rudes au sommet. Réceptacle garni de 
paillettes 3-dentées. Rayons d'un jaune brillant, de 1' ou plus. — 
Canada-Géorgie ; bords des rivières. Juillet-Septembre. 

4. H. à dix rayons. II. decapetalvs. L. — Ten rayed Sun- 
Fi.owEij. — % Tige de 4-5 p., dressée, rude au toucher au sommet. 
Feuilles opposées, ovales, petites, acuminées, grossièrement dentées, 
3-nervées, rudes sur les 2 faces. Involucre à écailles linéaires-lan- 
céiilées, rugueuses-Iiispides, ciliées, étalées, presque égales. Capi- 
tules à 10-12 rayons d un jaune pâle. Réceptacle à paillettes 3-dentées. 
— Canada-Kentjcky ; lieux humides. St. Joachim ! Août. 

5. H. divariquée. H diraiicatvs. L. — H. truncatus. Schwein. — 
SpREADiNG Sunflower. — % Tige de 4-5 p., lisse, glabre, glauque, 
simple ou rameuse. Feuilles opposées, presque sessiles, ovales- 
lancéolées, 3-nervées, acuminées-dentées, rudes en dessus, pubes- 
centes en dessous, ciliées à la base. Capitules à 12-15 rayons très 
brillants, dispo.sées en corymbes trichotomes. Involucre à écailles 
lancéolées, ciliées, étalées. Réceptacle garni de paillettes à 2-3 
dents subulées. Akènes glabres, couronnées par 2 arêtes. — Canada- 
Floride; taillis pierreux. Juillet-Septembre. 



Bident. Lxiv. composées. 327 

6. H. splendide. H. Icetifolivs. Pers. — Splendid IScnflower. — 
Qj. Tige de 3-5 p., rude et rameuse supérieure-ment. Feuilles épaisses, 
ovales-lancéolées, acumiuées, dentées, 3-nervées. très rudes sur 
chaque face, brièvement pétiolées, les supérieures souvent alternes. 
Involucre à écailles ciliées, appliquées, un peu plus courtes que les 
fleurs du disque. Réceptacle à pailletttes entières ou 3-dentëes au 
sommet. Rayons 12-20, de près de 2' de long. — lowa. Août- 
Octobre. >i* 

7. H. tubéreuse. H. tuberosus. L. {Topinaynbour^.— S¥.^\}S,\\.^u 
Artichoque. — Qj. Rhizome rampant, tuberculeux, oblong. Tiges 
de 9-12 p., dressées, rameuses, rudes au toucher. Feuilles alternes, 
3-nervées, dentées, pétiolées, rudes ; les inférieures ovales, échancrées 
en cœur; les supérieures ovales-acuminées. Pétioles ciliés à la base. 
— Brésil. Septembre. $ 

Le Topinambour se cultive comme fourrage-racine. Sa rusticité 
lui permet de réussir dans les plus mauvais terrains, et ses tubercules 
ne souffrent en rien de la rigueur de nos hivers ; tout au contraire se 
naturalisant en peu de temps dans le voisinage des lieux où on le 
cultive il y devient bientôt une plante nuisible par la prodigieuse 
multiplication de ses tubercules qu'on ne peut presque jamais faire 
disparaître totalement du champ qu'ils ont une fois envahi. 

Gen. XXII. BIDENT. Bidens. L. 

(Du latin bidens, à 2 dents ; de la forme de son akène). '' 

Capitules flosculeux ou radiés. Eayons neutres, fleurons ?. 
Involucre 2-8érié, à écailles presque égales, les extérieures 
herbacées, les intérieures scarieuses. Réceptacle sub-convexe, 
alvéolé, à paillettes scarieuses. Akène portant au sommet 
2-4 arêtes armées d'épines inclinées. — Feuilles opposées. 
Fleurs jaunes. Rayons quelquefois 0. 

1. B. touffu. B. frnndosa. L. — Leafy Bur-Marigold. Stik- 
TiGHT. — (D Tige de 2-4 p., très rameuse, sillonnée, glabre ou légè- 
rement poilue. Feuilles, les inférieures pennées, à 3-5 divisions ; les 
supérieures ternées, folioles lancéolées, grossièrement dentées, pétio- 
lulées, quelquefois 3-lobées. Capitules flosculeux, pédicellés. Invo- 
lucre à folioles extérieures bien plus longues que les fleurs, ciliées à 
la base. Akènes à 2 cornes qui s'attachent à tout ce qui les touche. 
Fleurs d'un jaune verdâtre. — Plante nuisible, commune dans les 
champs cultivés humides, dans les cours des bâtiments de ferme, etc. 

2. B. à feuilles tripartiteS. B. tripartita. B-gel.— j5. connata. 
Muhl. (^Chanvre d^eau. Cornes. Cornailles). — ® Tige glabre, de 
1-3 p.. à rameaux opposées. Feuilles ordinairement 3-partites, à 
segments lancéolés, dentés, les latéraux coniiés à la base et décur- 
reuts sur le pétiole ; pétioles courts, ailés, légèrement conués à la base. 



328 DICOTYLÉDONES MONOPÉTALES. TagCte, 

Cafiiinles dressé', flosfiileiix, à pédoncules épaissis supérieurement. 
Iiivdlucre à é. ailles extérieures lancéolées ou obtuses, à peine ciliées. 
Akènes ordinairement à 3 cornes. — Canada-Géorgie ; bords des 
marais, lieux humides. Août. 

3. B. penché. B. cermm. L. — Watrr Bur-Marigold. — (T) 
Tijze de 1-2 p., purpurine, rameuse, cylindrique à la baî-e, striée et 
légèrement pubescente supérieurement. Feuilles indivises, lancéolées, 
irrégulièrement dentées, sub-connées. Capitules d'un vert jaunâtre, 
penchés à la fin, à 8 rayons, quelquefois flosculeux. Involucre à 
écailles extérieures assez .semblables à des feuilles, les intérieures 
membraneuses et colorées sur les boids. Akènes à 4 arêtes, à bords 
garnis d^■ cils renversés. — Canada-Pennsylvanie j fossés, marais; 
assez commune. St. Joachim ! Août-Octobre. 

4. B. faî-X Chysanthème. B. Chnjsanthemoiâes. Michx.— Co- 
reojisis Bi<h-n\ Walt. — Raimate Bur-Marigolu. Bkggar-ticks. — 
(ï) Tige (!le■•^ée, glabre, cylindrique, de 6-20. Feuilles lancéolées, 
oi)longi!es, atiénuees aux 2 extiémités, régulièrement dentées, con- 
iiées à Ui base. Capitules penchés, à rayons brillants de près de 1' 
de long. Involucre à écailles extérieures foliacées, oblongues. ciliées 
à la Itase, étalées ; les intérieures ovales, a bords membraneux. 
Akènes termines par 2 côtes et munis de dents renversées sur 
les bords. — Canada-Louisiane; fossés, lieux marécageux. Août- 
Novembre. 

Cette Espèce se confond presque avec la précédente lorsque ses 
ca])itules sont radiés. Elle s'en distingue néanmoins par ses feuilles 
jilus régulièrement déniées, plus distinctement connées, et son in- 
volucre extérieur qui ne dépasse pas les rayons ordinairement. Le 
mmibre des arêtes des akènes variant souvent avec les individus ne 
peut être considéré comme un caractère spécifique. 

Les Bidents que nos cultivateurs désignent ordinairement sous le 
nom de Cunus, sont surtout nuisibles aux moutons par leurs semences 
qui gàieut la laire en s'y attachant par les dents renversées dont 
elles sont nmnies. 

Gen. XXIII. TAGÈTE. Tagetes. T. 

(Nom mythologique d'un petit fils de Jupiter, auquel les païens avaient dédié 
la plante). 

Involucre l-sérié, à 5-6 écailles soudées en cupule campa- 
nulée ou cylindrique. Bêceplacle nu, sub-alvéolé. Capitules 
généralement radiés. Demi-fleurons ç; fleurons g. Aigrette 
de 5 paillettes aristées. — Veuilles alternes. Plantes odorantes. 

\. T. étalé. T.fcitula. L. (Petif Œillet d''Inde).—FRENCH Ma- 
,(!,;,, 1,1). — (îj 'i'ige dres.-èe, rameuse, étalée, de 15-18'. Feuilles 
penni-sé(}uées. à segments linéaires-lancéolés, munis de dents aristées. 
l^cduticulcs muuucéphules, allongés, sub-cylindriques. Involucre 



Hélenie. lxiv. composées. 329 

uni. Corolles d'un brun doré ou fauve, souvent panachées de jaune 
et de pourpre. — Mexique. Varie par ses capitules complètement 
derai-flosculeux. 

2. T. dressé. T. erccta. L. {Grand Œillet d'Inde. Rose d'Inde). 
— African Marigold. — ® Tige et rameaux dressés. Feuilles 
penni-séquées, à segments lancéolés, dentelés, à dents supérieures 
s'amincissant en arêtes. Pédoncules monocéphales, ventrus au som- 
met. Involucre sub-anguleux. Corolles d'un jaune-citron. Capi- 
tules 2 fois plus gros et ta pédoncules plus courts que dans l'Espèce 
précédente. — Mexique. Varie par ses capitules complètement demi- 
tiosculeux. ►f" 

Les Tagètes sont de jolies fleurs de jardins. Semer en place ou 
sur couche au printemps. 

Gen. XXIV. HÉLÉNIE. HeUnium. L. 

(De elenion, nom grec de l'Aunée, adopté à un autre Genre). 

Capitules radiés. Demi-fleurons neutres ou ç ; fleurons ^ , 
à 5 dents. Involucre 2-sérié, à écailles extérieures nom- 
breuses, foliacées, sub-linéaires, étalées ou réfléchies, les in- 
térieures membraneuses, acuminées. Réceptacle convexe ou 
globuleux, nu au centre et pailleté à la circonférence. Ai- 
grette de 5-6 paillettes membraneuses. — Feuilles alternes, dê- 
currentes. Fleurs jaunes. 

H. automnale. H. autnmnale. L. — H. pubescens. Ait. — Sneeze- 
WEED. — (Fig. 128 et suiv.) — % Tige de 1-3 p., dressée, rameuse, 
polycéphale. ailée par les feuilles décurrentes. Feuilles lancéolées, 
dentées, ponctuées inférieurement. Capitules gros, en corymbe, à 
rayons réfléchis, plus longs que le disque, 3-5-dentés au sommet. 
Aigrette à paillettes ciliées, terminées en arêtes, 3 fois plus courtes 
que les fleurons. Feuilles et toute la plante très amères. — Canada- 
Géorgie ; lieux humides, terrains d'alluvion. Août-Octobre. 

Gen. XXV. CAMOMILLE. Anthémis. L. 

(De anthémis, nom grec de la plante). 

Capitules radiés. Demi-fleurons neutres ou ç ; fleurons ë. 
Involucre liémispbérique, à écailles presque égales. Réceptacle 
convexe ou conique à la maturité, pailleté. Akènes obco- 
niques, à aréole terminale large, bordée. — Plantes européennes^ 
à feuilles alternes, très divisées. 



330 DICOTYLÉDONES — monopêtales. AchillCf. 

• Rayons Ç . Akènes cylindracés ou obsctirément tétragones. — Anthémis. 

1. C des champs. A. arvensis. L. {Camomille sauvage). — Corn 
Chamomile. — ® Tige dressée, velue, d'un vert blanchâtre, de 8-15' 
de haut, diffusément rameuse, sans odeur. Feuilles 2-penni-séquées, 
à segments courts, linéaires, mucronés. Involucre à écailles lar- 
gement scarieuses au sommet. Réceptacle à paillettes persistantes, 
carénées, lancéolées, plus longues que les fleurs. Capitules gros, so- 
litaires au sommet des branches cotonneuses. Fleurs jaunes, demi- 
fleurons blancs. — Europe, mais naturalisée en ce pays ; bords des 
chemins. Juillet. 

2. C. noble. A. nohilis. L. — A. adorata. Lam. {Camom,ille Ro- 
maine). — Chaimomile. — Qi Tige de 1-2 p., laineuse, rameuse dès la 
base. Feuilles 2-.penni-séquées, à segments courts, linéaires-aeuminés. 
Réceptacle à paillettes obtuses, lancéolées, à peine aussi longues que 
les fleurs. Fleurons à tube coiffant complètement le sommet de 
l'akène. Demi-fleurons blancs. Varie à capitules demi-flosculeux. — 
Europe. >i* 

Plante à odeur forte, cultivée dans les jardins comme médicinale 
et ornementale. Les têtes de la Camomille sont toniques, antispas- 
modiques et fébrifuges. — Elle ne résiste pas en pleine terre à nos 
hivers. 

** Rayons neutres. Akènes obovoïdes, anguleux. — Maïuta. 

3. C. puante. A. cotula. L. — Marutafœtida. D. C. {Camomille 
des chiens. Maroute). — Mav-weed. — % Plante presque glabre, à 
odeur forte et désagréable. Tiges de 12'-15', rameuses, diffuses. 
Feuilles 2-penni-séquées, à segments étalés, allongés, linéaires, mu- 
cronés. Réceptacle à paillettes subulées, caduques, à peine aussi 
longues que les fleurs. Involucre à écailles scarieuses sur les bords. 
Akènes à 10 côtes, à coronule sans rebord. Disque jaune, rayons 
blancs. — Europe, mais naturalisée presque partout en ce pays ; bords 
des chemins, près des maisons, etc. Ange-Gardien ! Hamilton ! 
Juillet-Octobre. 

Gen. XXVI. ACHILLÉE. Ackillea. L. 

(Nom donné à une plante médicinale dont Achilles, dit-on, découvrit les pro- 
priétés). 

Capitules radiés. Demi-fleurons 5-10, courts, ç ; fleurons 
^, à tube comprimé, ailé. Involucre ovoïde, à écailles im- 
briquées. Réceptacle pailleté, plan ou convexe. Akènes com- 
primés, oblongs, sans aigrette. — Feuilles alternes, diversement 
découpées. Capitules en corymhes. 

1. A. Millefeuille. A. Millefolium. L. (Herbe à dindes. Herbe 
Uvx eîiarj^cntiers. Herhe à mille feuilles. Millefeuille'), — MiLLFOIL. 



Gamolépis. LXiv. composées. 331 

Yarrow. — % Plante plus ou moins velue, à odeur forte et aroma- 
tique. Tige de 1-2 p., dressée, sillonnée, se ramifiant en un large 
corymbe de fleurs blanches. Feuilles 2-penni-séquées, à segments 
linéaires, dentés-mucronés. Akènes tronqués au sommet. — Amé- 
rique Artique-Mexique ; commune dans les champs, les chemins, etc. 

a à fleurs roses. Nous avons rencontré de magnifiques individus 
de cette Variétés dans les chemins avoisînant l'université de Toronto. 

2. A. Slernutatoire. A. ptarmica. L. — Ptarmica vulgaris. 
Blackw. {Herhe à éternuer). — Sneeze-wort. — Q|. Presque glabre. 
Tige de 12'-15', dressée, anguleuse, et portant un corymbe difl"us de 
fl urs blanches. Feuilles linéaires-lancéolées, acurainées, à dents 
très aiguës, appliquées. Rayons blancs 8-10, bien plus longs que le 
disque. — Canada-New-York ; lieux humides. Juillet-Septembre. 

a multiplex. (^Boutons â^argent). Fleurs toutes ou presque toutes 
ligulées, d'un beau blanc de neige, très brillantes. >^ 

Pursh donne cette plante comme étant indigène en ce pays, mais 
nous ne sachons pas qu'on pas qu'on l'ait jamais rencontrée ici à l'état 
sauvage. 

Gen. XXVII. gamolépis. Qamolepis. Less. 

(De gamos, union, lepis, écaille ; allusion aux écailles de l'involucre soudées en 
cupule). 

Capitules radiés. Demi-fleurons ç ; fleurons §, à 5 dents. 
Réceptacle nu, convexe. Involucre à une seule rangée d'écaillés, 
nombreuses, soudées dans leur moitié supérieure. Akènes 
sans aigrette, couronnés par une aréole. — Feuilles alternes^ 
variables. Rameaux nus au sommet, terminés 'par un seul capi- 
tule de fleurs jaunes. 

G. Tagète. G. Tagetes. D. Q.— Othonna Tagetes. L.— © Tige 
de 4'-12', dressée, rameuse. Feuilles penni-séquées, à 8-10 segments 
linéaires, peu dentés, Involucre à environ 12 écailles aiguës. — Eu- 
rope. >i* 

Semer en place ou sur couche pour repiquer ensuite en pleine terre. 
Peu ïemarquable. 

Gen. XXVIII. CHRYSANTHÈME. ChrysantJiemum 
auctorum. D. 

(De chrysos, or, anthema, bouquet ; c'est-à-dire, fleurs dorées). 

Capitules radiés. Demi-fleurons ç, rarement neutres ; 
fleurons § . Involucre hémisphérique, à écailles imbriquées, 



332 DICOTYLÉDONES — MONOPÉTALES. Chrysanthème. 

plus ou moins scarieuses sur les bords, Béceptacle nu, plan- 
convexe. Ahèncs sans aigrette, cylindriques ou trigones, 
munis de côtes. — Feuilles alternes^ lobées. 

" Akènes conformes , mtinis de côtes tout autour, terminés par une aréole souvent 
pourvue d'une couronne membraneuse. — Leucanthenium. 

1. G. Leucanthèîïie. C. Lencanthemum: L. — Tieucantl emum 
vulgare. Lam. (^ISIargiierile blanche. Grande Marguerite). — Whitë 
WEED. Ox-eye-Daisv. — % Raciiie noire, rampante, produisant 
outre ses tiges florifères des rosettes stériles. Tige de 2-3 p., angu- 
leuse, peu feuillée, simple ou à 2-5 rameaux monocéphales, en co- 
rj^mbe. Feuilles crénelées-dentées ou incisées ; les inférieures spa- 
tulées, rétrécies en longs pétioles ; les supérieures sessiles, demi- 
embrassantes, dentées ou pennifides. Involucre à écailles inégales, 
scarieuses sur les bords. Capitules grands, solitaires, à disque jaune 
et rayons blancs.— -Europe, mais naturalisée dans les prés et les 
champs dans presque tout le Canada. Juillet-Août. 

La Marguerite blanche est une plante très nuisible en agriculture. 
Pour peu qu'on néglige de l'arracher aussitôt qu'elle se montre dans 
les prés, surtout dans les terrains sablonneux, elle ne tarde pas à 
l'emporter sur la Phléole, le Paturin et les autres Graminées avec 
lesquelles elle se trouve. Ses tiges presque ligneuses, ses feuilles 
petites et rares, etc., la rendent nulle comme fourrage une fois des- 
séchée. Ses graines très nombreuses se répandent avec la plus 
grande facilité ; il n'est pas rare qu'elles conservent leur faculté ger- 
minative dans les fumiers, même après avoir passé par l'estomac des 
animaux ; les champs avoisinant les routes où Ton transporte des 
fourrages qui en contiennent ne tardent pas aussi à faire connaître sa 
présence. Du reste, n'était cet inconvénient, la plante a une belle 
apparence ; et nous avons vu des prairies, surtout dans la Beauce et 
à Beauport, où la Marguerite blanche mêlée à la Renoncule et aux 
Trèfles rouge et blanc, pouvaient oiïrir en profusion à l'imagination 
des poètes, l'or, les rubis, les cristaux et les autres joyaux dont ils se 
plaisent si souvent à les émailler dans leurs récits. 

** Akènes conformes, obconiques, nus ou couronnés d'un rebord membraneux. — 

Pyiethrum. 

2. C. Matricaire. C. Partkenium. Fers.— Pt/retlirum. Smith. — 
Matricaria. L. — Feverfew. — Qj. Tige dressée, rameuse, pubescente, 
sillonnée. Feuilles molles, pétiolées, penni-séquées. à segments 
pennifides. Capitules en corymbe lâche. Involucre hémisi)hérique, 
imbriqué, pubescent, à écailles munies d'une côte, dentées, les supé- 
rieures confluentes. Fleurs d'un blanc pur, conservant leur éclat 
pendant plusieurs semaines. — Europe, mais naturalisée en plusieurs 
endroits des Etats-Unis. *i* 

a Jlosculosum. A fleurs toutes tubuleuses. 

P multiplex. A fleurs toutes ligulées. 
La plante est emménagogue et vermifuge. 



Armoise. lxiv. comtosées. 333 

*** Akènes de 2 sortes : les margivaux à 3 angles ou à 3 ailes, dont 2 latérales et 
1 intérieure ; ceux du disque sub-cyliiidriques, à 1 seiile aile courte du côté 
interne. — Clu ysaufchemani. 

3. 0. couronné. C. coronarium. L. — Pinardia. Less. — (T) Tige 
de 3 p., rameuse, glabre, striée, dressée. Feuilles 2-pennifides, 
élargies au sommet, les supérieures incisés-dentés. embrassantes, au- 
riculées. Capitules terminaux, solitaires, gros, à pédoncules nus, 
Involucre à écailles inégales.' Rayons jaunes, jaunâtres, ou blan- 
châtres plus ou moins multiples. — Europe. >^ 

4. G. caréné. C . carinatum. Willd. — C.trirolor. Andr. — Three 
coLORED Chrysanthemum. — ® Glabre. Feuilles 2-penni-partites, 
charnues, douces. Capitules gros, solitaires, à pédoncules nus. In- 
volucre à écaij^lcs carénées. Disque pourpre; rayons blancs, jaunes 
à la base, quelquefois tout jaunes.— Afrique. Juillet-Octobre. ^ 

5. C. de Chine. C. Sinense. Sabine. — C. Indicicrn,. Thunb. — Py- 
rethrvm Sinense. D. C. — Chi.mekse Chrysanthemum. — Qj. Tiges 
de 3-4 p., sous-ligneuses, à^ rameaux pubescents au sommet. Feuilles 
coriaces, glauques, sinuées-pennifides, dentées. Involucre à écailles 
très obtuses, scarieuses sur les bords. Rayons dépassant de beau- 
coup l'involucre.— Chine. Octobre. >^ 

La culture en a produit des semi-doubles et des doubles de presque 
toutes les nuances de couleur. La plante se reproduit facilement de 
boutures, de drageons et par le semis. Dans nos climats c'est une 
plante de serre ou d'appartement, car quoique résistant d'ordinaire 
en pleine terre à nos hivers, il est rare qu'elle puisse fleurir avant les 
gelées de l'automne, 

Gen, XXIX, ARMOISE, Artemisia. L. 

(De Artemis, Diane: c'est-à-dire, herbe des vierges ; allusion aux propriétés 
médicinales des principales Espèces), 

Capitules flosculeux. Fleurs du centre § (quelquefois sté- 
riles par l'avortement de l'ovaire) ; celles de la circouféreuce 
ç, 1-sériés, 3-dentées, Involucre ovo'ide, à écailles sèches, 
imbriquées, coniiiventes. Réceptacle plan ou convexe, glabre 
ou velu. Akènes comprimés, sans côtes, à aréole terminale, — 
Herbes amères. Feuilles alternes. Fleurs jaunes, peu appa- 
rentes. 

* Réceptacle nu. Fleurs du disque stériles, 

1. A. du Canada. A. Canadensis. Michx. — A. ca'm,pestr{!s. Pursh. 
Sea wormwood. — % Tige de 1-3 p., très rameuse, striée, brunâtre 
ou blanche, droite ou couchée. Feuilles, les radicales et les inférieures 
2-penni-séquées, à segments linéaires, pétiolées, les supérieures ses- 
siles, à 3-5-7 divisions. Capitules petits, nombreux, en épis formant 



334 DICOTYLÉDONES — MONorÉTALES. Armoisc. 

une large panicule. Ecailles de l'involucre à bords membraneux. — 
Baie d'Hndson-Lac Supérieur ; bords des grands lacs. Pied du cap 
Tourmente ! Lac St. Jean ! Août. 

2. A. boréale. A. borealis. Pallas. — A. wormskioldii. Bess. — % 
Herbe touffue, à tiges simples, de 6'-l0 , velues-soyeuses ou glabres. 
Feuilles petites, linéaires-lancéolées, découpées en lanières linéaires, 
les florales indivises, allongées. Capitules hémisphériques, disposés 
en épis ou en grappes paniculés. Involucre à écailles elliptiques, 
colorées sur la face dorsale. — Amérique Artique-Orégon. Pointe 
Kewana sur le lac Supérieur (Dr. Hougton) ! Août. 

** Réceptacle nu, F Leur s fertiles. 

3. A. commune. A. vulgaris. L. (Herhc de St. Jran. Herbe à 
cent goûts). — MuGWORT. Common Artemisia. — Qi. Tige dressée, 
rameuse, rougeâtre, de 2-4 p. Feuilles glabres supérieurement, co- 
tonneuses en dessous, les inférieures pétiolées, à segments mucronés, 
les supérieures sessiles, auriculées. Capitules ovoïdes, sub-sessiles, 
en panicule dressée. Involucre cendré-cotonneux. Fleurs peu ap- 
parentes. — Canada-Etats-Unis ; bords des chemins ; très commune. 
Juillet-Octobre. 

Plusieurs Botanistes donnent cette plante comme native du Ca- 
nada, cependant, comme on ne la voit jamais qu'autour des habitations 
et sur les bords des chemins, nous serions porté à croire que c'est 
plutôt une plante européenne qui s'est naturalisée ici. Tandis qu'en 
Europe on donne le nom vulgaire à^ Herbe de St. Jean au Millepertuis, 
ici c'est à l'Armoise que nous le donnons. — Plante aromatique, ver- 
mifuge. 

*** Réceptacle poilu.. Fleurs toutes fertiles. 

4. A. Absinthe. A. Absinthium. L. (^Absinthe). — Common worm- 
"wooD. — % Plante odorante, pubescente-blanchâtre. Tige de 2-3 p., 
dressée, rameuse. Feuilles ponctuées, blanchâtres supérieurement, 
blanches inférieurement, pétiolées, multifides, à segments lancéolés. 
Capitules en petites grappes unilatérales, arquées, formant une pani- 
cule feuillée, étalée. Involucre hémisphérique, à écailles extérieures 
linéaires, scarieuses au sommet. — Europe, mais naturalisée aux 
Etats-Unis et en plusieurs endroits en Canada. Toute la plante est 
proverbialement amère et possède de puissantes qualités toniques et 
stomachiques. 4^ 

5. A. Pontique. A. Pontica. L. {Petite Absinthe). — Roman 
woRMW'OOD. — % Tige de 3-4 p., dressée, grêle, nue. Feuilles 2-penni- 
séquées, à segments linéaires-lancéolés, cotonneuses en dessous. 
Fleurs jaunes, capitules pendants, en panicule. Involucre sub-glo- 
buleux, cotonneux-cendré. — Autriche. Hh 

A part ces 2 dernières Espèces on rencontre rarement l'Armoise 
dans les jardins. Les Armoises ont toutes des propriétés vermifuges 
plus ou moins prononcées suivant les Espèces. 



Tauaisie. lxiy. composées. 335 

Gen. XXX. TANAISIE. Tanacetum. L. 

(Corruption de tanatos, immortel; allusion à la longtie durée des fleurs.) 

Capitules radiés. Involucre liémisphérique, à écailles très 
petites, imbriquées. Réceptacle convexe, nu. Akèius munis 
de côtes et terminés par une aréole membraneuse. — Feuilles 
alternes, très divisées. Capitules sub-globuleux, en corymbe. 
JE leurs jaunes. 

T. commune. T.vulgarc. L. — Tansby. — % Tige de 3-4 p., 
dressée, ordinairement simple. Feuilles vertes, ponctuées de fossettes, 
penni-partites, à segments linéaires-lancéolés, pennifides, dentelés. 
Capitules en corymbe dense. Involucre à écailles inégales, obtuses 
et lacérées au sommet. — Europe, mais naturalisée en Canada sur les 
bords des chemins, dans le voisinage des habitations, etc. 

La plante possède une odeur aromatique et une saveur très amère. 
Feuilles et fleurs toniques et vermifuges. On retire aussi de ses 
feuilles une couleur verte d'un bon ton. 

Gen. XXXI. GNAPHALE. Gnaphalium. L. 

(De gnaphalon, coton ou laine ; allusion à la surface cotonneuse de ces plantes) 

Capitules ilosculeux. Fleurs § au centre, celles de la cir- 
conférence ç . Involucre à écailles pluri-sériées, imbriquées, 
plus ou moins scarieuses. Réceptacle plan, nu. Aigrette de 
poils 1-sériés. — Capitules en corymbe ou en panicule. Fleurs 
jaunes. 

1. Gn. à fenilles décurrenîes. Gn. decurrens. Ives. — % Tige 

de 2 p., forte, rameuse au sommet, pubescente-visqueuse. Feuilles 
linéaires-lancéolées, sub-embrassantes, décurrentes, mucronées, vis- 
cides-granuleuses et légèrement scabres en dessus, toraenteuses- 
blanchâtres en dessous. Capitules sub-sessiles sur des branches 
courtes, feuillées, réunies en corymbe. Involucre ovoïde ou aigu, à 
écailles scarieuses, blanches-jaunâtres. Akènes légèrement scabres. 
— Canada-Vermont ; champs, montagnes. Août-Septembre. 

2. Gn. poly'céphale. Gn. polycephalum. Michx.— Gra, ohtusifo- 
liuTïi. L. — Gn. conoideum. Lam. (^liiunorteUe). — Fragrant Life- 
EVERLASTiNG. — Q|. Odorante. Tige de 1-2 p., herbacée, dressée, 
tomenteuse, paniculée, à rameaux supérieurs disposés en corymbe. 
Feuilles sessiles, rétrécies à la base, aiguës, linéaires-lancéolées, 
glabres en dessus, tomenteuses-pubescentes en dessous. Involucre 
à écailles oblongues, lancéolées-aigûes, scarieuses-blanches. — Canada- 
Texas ; très commune dans les champs et surtout les terrains légers 
et sablonneux qu'on néglige. Août-Septembre. 



356 DICOTYLÉDONES — MONOPÉTALES. Anteiiiiaire. 

Quelques essais depuis peu d'années avaient, fait croire qu'on pou- 
vait fort avantageusement utiliser cette plante en ce qu'elle pouvait 
fournir une matière pour la fabrication du papier. j\[ais on est con- 
vaincu aujourd'hui que le papier fal)riqué avec cette matière, quoique 
d'un iH'au grain et probablement aussi d'une grande durabilité, restera 
toujor.rs trop cassant pour pouvoir être substitué dans les usages or- 
dinaires à celui des guenilles de fil et de coton. 

3. Gn. des vases. Gn. uUginosvm. L. — Mud Liff-rverlasting. 
Marsh Cuuwked.- 94- Tige de 4-10', à rameaux étalés dès la base, 
flexueux, feuilles jusqu'au sommet. Feuilles nombreuses, cotonneuses 
sur les 2 .'aces, linéaires-allongées, rétrécies h la base. Involucre à 
écailles inégales, glabres, jaunâtres. Capitules rapprochées en glo- 
mérules compactes et feuilles. Akènes glabres ou finement hérissés. 
— Canada-Etats du Nord ; lieux bas et humides ; commune. Juillet- 
Septembre. 

Gen. XXXII. ANTENNAIRE. Aniennaria. G£ertn. 

(Allusion aux soies composant les aigrettes des akènes qui ressemblent aux an- 
tennes des insectes). 

Capitules dioïques ou presque dioïques. Corolles tontes 
tubuleuses. Anthères à peine saillantes, munies de 2 soies à 
la base. JRêctj)tacle convexe, alvéolé, Involucre à écailles 
imbriquées, colorées ou scarieuses au sommet. Akènes cy- 
lindriques, à aigrette 1-sériée. — Herbes à feuilles alternes^ to- 
menteuses en dessous. Cajntales en corymhe. 

1. A. des jardins. A. Margaritacea . Br. — Gnaplialiûm Marga- 
ritacrum. L. {Immortelle hiancle). — Eveklasting. — QJ. Tige de 
1-2 p., herbacée, dressée, tomenreuse, terminée par un corymbe 
rameux. Feuilles linéaires-lancéolées, aiguës, 3-nervées, sessiles, 
cotonneuses en dessous. Involucre à écailles obtuses, blanches. 
Fleurs jaunes, dioïques ou presque dioïques. — Canada-Caroline ; bois, 
dans les terrains secs. Les individus à fleurs c? presque inconnus en 
Europe sont aussi nombreux en Canada que ceux a fleurs Ç . Août- 
Octobre. 

2. A. à feuilles de Plantain. A. PlantaginifoUa. Hook. — A. 

Plantaginca. D. C — GnaphaHum plantagineum. Murr. — Plantain 
LEAVKD Cuu-WKKD. — Q|. Tigcs de 5-8, les stériles stolonifères, les 
fertiles simples et pres(|ue réduites à des hampes, ne portant souvent 
qu'un seul capitule. FtHiilles velues-soj'cuses dans le jeune âge. glabres 
à l'état adulte ; les radicales pétiolées, ovales, 3-nervées ; les cauli- 
naires linéaires, petites, simulant des bractées. Capitules cJ' sessiles, 
les Ç pédoncules. Fleurs d'un blanc lavé de pourpre. — Baie d'Hud- 
soD-Floride ; bords des bois. Cap Tourmente ! Mai-Août. 



Acroclininm. LXiv. composées. 337 

Les Espèces AJpina, Geertn. à involucre laineux à la base et à 
écailles intérieures livides et denticulées, et Dioica, Gœrtn. à écailles 
de l'involucre blanches, roses ou purpurines, obtuses, denticulées, etc., 
se rencontrent au Labrador et à Terreneuve. 

Suivant Pursh l'Espèce Carpatkica, R. Br. se trouverait à Anti- 
ticosti. 

Gen. XXXIIÏ. ACROCLINIUM. Acrœlinium. Hook. 

(De flcros, sommet, cZin*, lit ; allusion aux capitules terminaux). 

Capitules flosculeux. Involucre à écailles pluri-sériées, sca- 
rieu&es, colorées. Réceptacle plan, nu. — Fleurs jaunes. 

A. rose. A. roseum. Hook. — O Tige de 10'-12', ramifiée dès la 
base, droite. Feuilles étroites, linéaires, entières, obtuses ou aigiies, 
glabres. Capitules gros, à folioles scarieuses, aiguës, imbriquées et 
étalées, d'un rose plus ou moins foncé. Fleurs du disque jaunes. — 
Nouvelle-Hollande; découverte en 1853. Juilkt. >^ 

l'rès jolie plante de pleine terre, à capitules plus brillants par les 
écailles de l'involucre que par les fleurs mêmes, — Semis, 

Gen. XXXrV. CEÈVE-YEUX. Eriaphnmlmia. Prov. 

(De erion, laine, ophthalmos, œil ; allusion aux poils des aigrettes dont on a 
peine à se défendre les yeux dans les champs où se trouve la plante). 

Capitules flosculeux. Fleurs de la circonférence ?, celles 
du centre S. Réceptacle nu, un peu papilleux. Involucre 
cylindracé, à écailles linéaires-aigiies, 1 -sériées, portant quel- 
quefois quelques bractées en forme de calicule à la base. 
Akènes oblongs, striés. Aigrette à soies capillaires, à peine 
rugueuses, disposées sur plusieurs rangs. — Herbes â feuilles 
simples, alternes. Fleurs en corymhe, blanchâtres. 

C. à feuilles d'Epervière. E. HieracifoUa. Prov. — Senecio 
Hieracifolius. L. — Erechtites Hlcracifolius. Raf. — FlRE-wooi). — ® 
Tige de 2-4 p., herbacée, dressée, simple, glabre ou poilue. Feuilles 
oblongues, amplexicaules, aiguës, inégalement et profondément den- 
telées, d'uQ vert tendre, glabres en dessus, rugueuses en dessous. Ci - 
pitules 12-15 en corymbes composés, terminaux. Involucre cj'lin- 
drique, gonflé à la base et muni de bractées onguiculées, liuéaires- 
subulées, rugueuses. — Canada-Etats-Unis ; surtout dans les champs 
qu'on livre pour la première fois à la culture. Bécancour ! Isle Per- 
rault ! Août-Septembre. 

Le Crève-yeux qu'on voit surtout dans les terres neuves est avec 
raison rangé parmi les plantes nuisibles en agriculture, non seulement 



338 DICOTYLÉDONES — MONOPÊTALES. AmiCS. 

par ce qu'avec bien d'autres plantes il vient disputer le terrain au bon 
grain, mais encore en raison des soies de ses aigrettes dont les culti- 
vateurs dans le battage des grains qui en contiennent ne peuvent s® 
de'fendre les yeux. 

Gen. XXXV. ARNICA. Arnica. L. 

(Altération de ptarmicos, qui fait ét3inuer ; allusion aux propriétés médicinales 
de la racine de îa plante). 

Cajniules clemi-lBoscnleux. Fleurs dn centre 'i, tubuîeuseSy 
à 5 dents, celles de la circonférence ?, ligulées, 1-sériées. 
Involucre campanule, à écailles linéaires-lancéolées, égales, sur 
2 rangs. Réceptacle -^oWn-îroxigé. Coro//e à tube poilu. Styles 
à branches longues, pubescentes, tronquées ou terminées par 
un appendice conique. Akènes presque cylindriques, atté- 
nués aux 2 bouts, poilus, sillonnés. Aigrette à poils l-sériés, 
raides, garnis de petites barbes. — Feuilles opposées, entières. 
Capitules grands, jaunes, solitaires au sommet des tiges ou des 
rameaux. 

A. douce. A. mollis. Hook. — % Tige couverte de poils doux, de 
1-2 p., ne portant que 3-5 capitules. Feuilles minces, veinées, den- 
telées, douces avec l'âge ; les supérieures ovales-lancéolées, sessiles ; 
les inférieures plus étroites, atténuées en un pétiole ailé. Involucre 
à écailles sub-mucronées. Aigrette le plus souvent plumeuse.— Ca- 
nada-New-York; montagnes, près des ruisseaux; rare. St. Joachim! 
Juillet. 

Nous avons rencontré cette plante sur les bords de la rivière Ste. 
Anne, près des chutes ; nous ne sachons pas qu'on ait déjà aupa- 
ravant signalé sa présence en ce pays. 

Ge.^. XXXVI. CACALIE. Cacalia. L. 

(Nom grec donné par Dioscoride à certaines plantes). 

Capitules flosculeux, à fleurs toutes g . Involucre cylindrique, 
à H écailles ou plus, caliculé de quelques bractéoles. JRéccp- 
taele nu. Aigrette à soies raides, un peu scabres, l-sériées. — 
Herbes à feuilles alternes. Meurs roses ou blanches. 

1. C. à feuilles d'ArrOChe. C.AtripUcifo^ia.lj. — C. Virginiana. 
Michx. — L\uiA>i Plantain. — % Tige de 3-G p., cylindrique, glauque. 
Feuilles pétiolées, très glauques en dessous, palmi-nervées, angu- 
leuses ou lobées, à dents mucronulées ; les inférieures deltoïdes- 
cordées ou sub-réniformes ; les supérieures rhomboïdes. Capitules 



Séntçou. LXix. COMPOSÉES. 839 

en corymbe composé, lâche. Ecailles de l'involucre oblongues-lan- 
céolées. Réceptacle souvent prolongé au centre en un appendice 
paléiforme, 2-3-fide au sommet, beaucoup plus gros que les akènes et 
souvent aussi plus long. — Haut-Canada-Géorgie ; bois humides, 
Juillet-Septembre. 

2, C. odorante. C. suaveolens. L. — Senerio suaveolens. Eli. — Wild 
Caraw^ay. — % Glabre. Tige de 4-5 p., striée, anguleuse. Feuilles 
triangulaires-lancéolées, vertes des 2 côtés, décurrentes sur le pé- 
tiole, sagittées, dentelées. Capitulss à 25-30 fleurs blanches ou 
bleuâtres, en corymbes dressés, serrés. Involucre cylindrique, à 
feuilles aigiies, 'caliculé de 7-9 bractéoles linéaires-sétacées. — Vir- 
ginie. Août. >i* 

3. C. rouge. C. coccinea. Curt. — Emilia sagittata. D. C. — Scarlet 
Cacalia- Tassel flower. — (T) Tige de 1 p. ou plus. Feuilles 
radicales ovales-spatulées ; les caulinaires araplexicaules, crénelées. 
Involucre ovoïde-cylindrique, à écailles linéaires, à la fin réfléchies. 
Akènes ciliés. Aigrette pluri-sériée. — Indes Orientales. Juin-Sep- 
tembre. *i* 

Les fleurs d'un écarlate brillant, en forme de pinceau délicatement 
dessiné, sont d'un très bel effet dans les jardins. — Semis en place. 

Gen. XXXVII. SÉNEÇON. Senecio. Less. 

(De senecio, vieillard endormi ; allusion aux aigrettes blanclies qui couronnent 
les tiges). 

Capitules flosculeux ou radiés. Involucre cylindrique ou 
campanule, à écailles 1-sériées, cohérentes à leur base, ordi- 
nairement caliculé de courtes bractéoles. Eêcepiade nu ou 
alvéolé. Aigrette de poils pluri-sériés, très fins, un peu sca- 
bres. — Herbes ou arbrisseaux à feuilles alternes. Fleurs le plus 
souvent jaunes. Capitules solitaires ou en corymbes. 

1. S. commun. S. vulgaris. L. — CoMMON Groundsel. — ® Tige 
rameuse, de 4-12', molle, anguleuse. Feuilles alternes, planes, un 
peu épaisses, glabres en dessus, sinuées-penni-lobées, dentées, les 
supérieures embrassantes. Capitules flosculeux, penchés, épars ou en 
grappes corymboïdes. Involucre à écailles glabres, 4 fois plus lon- 
gues que le calice ; calicules à 8-10 bractéoles appliquées, noires su- 
périeurement. Fleurs jaunes. — Baie d'ïïudson-Louisiane ; décombres, 
champs ; commune. Tout l'été. 

La plante est émolliente à l'extérieur. 

2. S. doré. S. aureus. L. — Golden Senecio. — % Tige herbacée, 
dressée, simple, striée, laineuse ou glabre, se terminant par une espèce 
d'ombelle simple ou de corymbe composé. Feuilles radicales ovales- 



340 DICOTYLÉDONES MONOPÊTALES. Son?!. 

cordées, crénelées, dentées, pétiolées ; les caulinaireslyiées on pennî- 
lobées, lancéolées, dentelées, duvetenses en dessus, cotonneuses en 
dessous. Pédoncules garnis de petites bractées. Involucre laineux, 
à écailles linéaires-aigûes, purpurines au sommet, portant 12-13 
rayons d'un jaune doré. — Amérique Artique-Louisiane ; lieux hu- 
mides. Plante très variable dans ses feuilles et ses fleurs. Mai- 
Aoûr. 

3. S. Jacobée. S. Jacohcpa. L. — Jacohœa rulgaris. Gœrtn. (Jiz- 
cobée. Herbe de St. Jacques). — PuRPLE Jacob^a. — ® Tige striée, 
rameuse dès le milieu, à rameaux dressés. Feuilles vertes, molles ; 
les inférieures pétiolées, oblongues, lyrées-pennifides ; les supérieures 
sessiles, embrassantes, auriculées, penni-partites, à segments li- 
néaires. Involucre hémisphérique, à écailles pubeseentes, maculées 
au sommet. Calicule d'écaillés foliacées. Corolles d'un jaune vif, 
les extérieures ligulées, étalées. — Cap de Bonne Espérance. Juin- 
Août. ^ 

Plusieurs autres Espèces connues généralement sous le nom de 
Cinéraires sont encore cultivées pour l'ornement. 



Tribu V. CINAREES. 

Style des fleurs § renflé supérieurement en un nœud presque toujours garni d'urt 
pinceau de poils. Lignes stigmatiques atteignant h sommet du stigmate et s'y 
réunissant. 

Gen. XXXVIII. SOUCI. Cahndula. Neck. 

(De katendœ, calendes ; c'est-à-dire, plante fleurissant tons les mois). 

Capitules radiés. Fleurs extérieures ligulées, 2-3-sériées, 9 ; 
celles du centre ^ . Involucre pauci-iiore, à écailles nom- 
breuses, libres, égales, 2-sériées. Réceptacle plan, nu. Akènes 
du disque courbés en dedans, dilatés latéralement en mem- 
branes. Aigrette 0. Capitules terminaux, solitaires. — Herbes 
couvertes d'un duvet glanduleux. Fleurs jaunes. 

S. officinal. iS. officinalis. L. (^Souci des jardins). — Pot-Mari- 
GOLD. — ® Tige rameuse, droite, épaisse, de 6-12'. Feuilles alternes, 
les inférieures oblongues, sessiles, mucronées. Capitules très grands, 
d'un jaune doré, à odeur forte. Akènes carénés, courbés en dedans, 
les extérieurs très gros. Fleurs d'un jaune orange, brillant — Orient. 
Juin-Octobre. *i* 

Les Variétés doubles sont d'un bel effet dans les jardins. — Feuilles 
et fleurs sudorifiques et résolutives. — La plante se ressème ordinai- 
rement d'elle-même. 



Xcrantheme. LXiv. composées. 341 

Gen. XXXIX. XÉRANTHÈME. Xeranthemum. T. 

(De zéros, sec, anthos, fleur ; allusion aux écailles scarieuses de l'involucre). 

Involucre hémisphérique, à écailles imbriquées, scarieuses, 
colorées. Bécepiacle à paillettes scarieuses, 3-partites. Ai- 
grette persistante, à paillettes 1-sériées, lancéolées, terminées 
par une soie pointue, rude, denticulée. Anthères munies à 
leur base de 2 queues ciliées. — Herbes à feuilles linéaires, en- 
tières, roulées sur les bords. Involucre et corolles blancs ou rou- 
geâtres. 

X. annuel. X annuum. L. — X. mdiatum,. Lam. — Etrrnal 
FLOWER. — ® Tige rameuse, droite, de 2-3 p. Feuilles alfernes, 
oblongues, lancéolées, entières. Involucre hémisphérique, à folioles 
glabres, les extérieures ovales, obtuses, mucronées, les intérieures 
beaucoup plus grandes, 2 fois plus longues que le disque, d'une belle 
couleur jaune ou pourpre et retenant cette couleur même après la 
floraison. Capitules terminaux, solitaires. — Europe Méridionale. 
Août, y^t 

Très jolie plante d'ornement. Les écailles scarieuses et colorées 
de l'involucre ayant l'aspect d'une fleur desséchée la feraient prendre 
à première vue pour une fleur articielle. Semer en place au prin- 
temps, ou mieux sur couche. 

Gen. XL. CENTAURÉE. Ctntaïuea. L. 

(Le centaure Chiron est dit s'être guéri avec cette herbe de la blessure qu'Her- 
cule lui avait faite au pied). 

Involucre imbriqué. Réceptacle à soies paléacées. Fleurs 
de la circonférence ordinairement plus grandes, stériles, 
rayonnantes. Aigrette à soies paléacées, scabres, pluri-sériées. 
— Herbes à feuilles alternes. Capitules solitaires. 

1. C. d'Amérique. C. Amcricana. Nutt. — C. NuttalUi. Spreng. — 
C. Mexicana. D. C. — ® Tige de 2-4 p., sillonnée, à pédoncules 
épaissis au sommet. Feuilles sessiles, glabres ; les inférieures oblon- 
gues-ovales, sinuées-dentées ; les supérieures lancéolées, aigiies. Ca- 
pitules peu nombreux, solitaires, très gros. Involucre à folioles 
extérieures prolongées en longs appendices pectines, réfléchis. Fleurs 
pourpre pâle, celles des rayons beaucoup plus longues que celles du 
disque. Aigrette à soies scabres, sub-1 -sériées. — Louisiane. .Juillet. *i* 

2. G. bleue. C. cyanus. L. (Barbeair. Bhiet. Cassc-limeilé). — 
Elue bottle. — ® Tige dressée, rameuse, striée, cotonneuse, de 
1-2 p. Feuilles sessiles, linéaires, finement mucronées; les inférieures 



342 DICOTYLÉDONES MONOPÉTALES. CfliCUS. 

penni-partites. Involucre ovoïde, à écailles pubescentes abords sca- 
rieux munis de cils argentés, fléchis en dessous. Capitules solitaires, 
terminaux. Fleurs extérieures grandes, bleues, blanches ou roses, 
celles du disque purpurines. Akènes à aigrette fauve égalant presque 
la graine. — Europe. Juillet-Septembre. >i* 

Quoique se ressemant d'elle-même dans les jardins, on ne peut pas 
dire que la plante soit naturalisée en Canada comme elle l'est dans 
plusieurs endroits des Etats-Unis. 

3. C. musquée. C. moscliata. L. — Amherhoa moschata. Willd. 
(^Barbeau viusqvé). — Sweet-stiltan. — ® Feuilles lyrées-dentelées. 
Involucre à écailles sans appendices ou à appendices non ciliés. Co- 
rolles marginales presque égales à celles du disque. Aigrette 0. 
Fleurs blanches ou violettes, à odeur de musc. — Perse. Juillet- 
Octobre. *i* 

4. C. odorante. C. amherhoa. Lam. — Amherhoa odorata. D. C. 
{Amhrette jaune. Sultan jaune'). — Ykllow Sweet-SULTAN. — ® 
Feuilles à peine pennitides, les inférieures sub-spatulées, dentées. 
Corolles d'un beau jaune, odorantes, les extérieures dépassant le 
disque. Aigrette paleacée, un peu plus courte que l'akène. — Orient. 
Août-Septembre. ^ 

Les Centaurées sont de jolies fleurs d'ornement, et la plupart, une 
fois introduites dans les jardins, s'y ressèment d'elles-mêmes. 

Gex. XLI. CNICUS. Cnicus. Vaill. 

(De knizô, je pique ; allusion aux épines de la plante). 

Involucre ovoïde, à écailles appliquées, coriaces, 2-sériées, 
se prolongeant en un long appendice dur, penné, épineux. 
Corolles de la circonférence presque égales à celles du centre, 
stériles. Réceptacle très poilu. Aigrette {y\^\q 'y l'extérieure 
sous forme d'un bord conné ; celle du milieu composée de 
10 soies longues et rudes ; l'extérieure composée de soies 
courtes; toutes alternant entre elles. — Herbes légèrement lai- 
neuses, à jleurs jaunes. 

C. bénit. C. heriedicius. L. — Ccntauiea henedlcta. L. (^Chardon 
hénit). — 1ÎLE.«SED Thistle. — ® Tige rameuse, laineuse, de 2 p. 
Feuilles ovales-oblongues, amplexicaules, demi-décurrentes, sub- 
pennifides, laineuses des 2 côtés. Capitules gros, terminaux; fleurs 
jaunes. Involucre laineux, bractéolé, épineux. — Perse. ^ 

La plante doit son nom spécifique à de prétendues vertus mé- 
dicinales qu'on a fort prônées autrefois, et qu'on réduit aujourd'hui à 
des propriétés sudorifiques et dépuratives seulement. 



1 



Carthame. LXiv. composées. 343 

Gen. XLII. carthame. CartJiamus. L. 

(De l'arabe quortham, peindre; allusion aux propriétés colorantes de la plante). 

Capitules flosculeux. Involucre imbriqué, à écailles exté- 
rieures foliacées. Béceptacle à soies paléacées. Corolles 5- 
fides, courbées en dehors. Aigrette 0. Akènes tétragones, à 
insertion oblique. — Herbes d feuilles dentées- épineuses, glabres. 
Fleurs jaune-safran. 

C. des teinturiers. C. tinr.iorius. L. {Safran bâtard). — ® Tige 
de 1-3 p., glabre, striée. Feuilles sessiles, ovales, obscurément 
dentées, presque épineuses, douces, luisantes. Capitules gros, portant 
de nombreuses fleurs jaunes, longues et tendres. — Egypte. Août- 
Septembre. >^ 

Le Carthame se cultive pour Tornement et aussi pour la couleur 
rouge-orange qu'on retire de ses fleurs. 5emé au commencement de 
Mai il fleurit à la fin de Septembre, de sorte que rien ne s'opposerait 
à ce qu'on pratiquât cette culture en Canada. La cueillette des 
fleurs pour la matière colorante commence aussitôt qu'on peut raison- 
nablement juger que la fécondation est opérée. Chaque matin, quand 
il fait sec, on enlève les corolles épanouies sans couper les capitules, 
de cette façon on ne nuit point à la graine qui peut parvenir tout de 
même à maturité ; car ces graines produisent une excellente huile tant 
pour la table que pour brûler. On extrait des fleurs deux matières 
colorantes, l'une rouge, de nature résineuse ; l'autre jaune, de nature 
gommeuse. Voici comment on procède à la préparation : lorsque les 
fleurs ont été parfaitement desséchées sur des claies, on les humecte 
d'eau saturée de sel puis on les broie entre deux pierres, en ayant 
exprimé le suc avec la main on les humecte de nouveau d'eau salée 
ei on les broie une seconde fois. Puis on étend le résidu sur des 
planches à l'ombre et lorsqu'il est desséché il est prêt à être livré 
au commerce. Le rouge qu'on obtient du Carthame est très brillant, 
et quoiqu'il ne puisse supporter le débouilli au savon ni une exposi- 
tion trop prolongée au soleil sans altération, c'est encore aujourd'hui 
le rouge de toilette le plus communément employé, — Ses graines 
sont purgatives. 

Gen. XLIII. artichaut. Cynara. Vaill. 

(De Kinara, nom grec de l'Artichaut). 

Capitules flosculeux. Involucre ovoïde, à écailles imbriquées, 
coriaces, mucronées-épiueuses. Réceptacle très charnu, à soies 
paléacées. Aigrette plumeuse. Akènes sans bec. — Herbes 
épineuses, à feuilles souvent penni-lobées. Fleurs bleues ou pour- 
prées. 



344 DICOTYLÉDONES — MONOPÉTALES. Chardon. 

1. A. commun. C. Scolymvs. L. — Garden Artichoke. — Ql. Tige 
robuste, de 4-6 p. Feuilles peuni-partites, blanchâtres inférieurement ; 
les s'ipérieures pennifides, ou sinuées ou indivises. Involucre à 
écailles extérieures ovales, échancrées-mucronées au sommet, char- 
nues à la base. — Europe Méridionale. $ 

L'Artichaut se cultive dans les jardins comme plante alimentaire ; 
les parties comestibles sont le réceptacle avec les écailles charnues 
qui le recouvrent qu'on désigne généralement sous le nom àejond 
iVArtichcmt. Comme la plante est très sensible au froid, on ne pour- 
rait la cultiver en Canada qu'en en plantant les ( ieds dans une cave 
l'automne pour les remettre en pleine terre au printemps, comme cela 
se pratique avec succès dans le Nord de l'Europe. — Se multiplie par 
l'éclat des œilletons ou par le semis en pots ou sur couche. 

2. Al Cardon. C. Cardoncellus. L. {Carde, Cardon. Cardon- 
nette). — Cakdoon. — % Tige de 3-4 p. Feuilles toutes penni-partites, 
épineuses, tomenteuses en dessous. Involucre à écailles atténuées en 
épines. Fleurs bleues ou purpurines. — Europe Méridionale. $ 

Le Cardon se cultive aussi comme plante alimentaire. Ses feuilles 
blanchies à la manière du Céleri se mangent en salade con)me cette 
plante. Semé en pots ou sur couches pour être repiqué en pleine 
terre, aussitôt que le plant est assez fort on enveloppe chaque pied 
de paille et on le butte soigneusement, au bout de 15 jours ou 3 se- 
maines, les feuilles sont devenues d'un beau blanc, et ont perdu avec 
leur couleur verte lâcreté qui les distinguait. On rentre en cave 
l'hiver les pieds qu'on veut réserver pour porter graine l'année sui- 
vante. 

Gen. XLIV. chardon. Circium. T. 

(De kirsos, grosse veine ; allusion aux fortes nervures des feuilles). 

Capitules flosculeux. Involucre imbriqué, à écailles épi- 
neuses, pluri-sériées. Réceptacle chargé de fiinbrilles ou soies 
paléacées. Style renflé en nœud au sommet, à peine divisé. 
Aigrette caduque, à poils plumeux, pluri-sériés, soudés en 
anneau à leur base. Akènes glabres, oblongs, comprimés. — 
Ilcrhes à feuilles sessiles ou décurrenies, ordinairement épineuses. 
Fleurs purpurines, blanches ou jaunâtres. 

1. Ch. lancéolé, C. lanceolatmn. Scop. — Carduus. L. — Cnicufi. 
■Willd. — Co!\i!\io.\ Thistle. — ® Tige de 3-4 p., plus ou moins ra- 
meuse, aranéeuse supérieurement, garnie d'ailes épineuses. Feuilles 
hérissées de petites épines en dessus, cotonneuses blanchâtres en 
dessous, penni-partites, à segments inégalement lobés, munis de fortes 
épines à chaque pointe. Capitules solitaires au sommet des rameaux. 
Involucre ovoïde, un peu aranéeux, à écailles renflées, étalées dans 



1 



Bardane. LXiy. composées. 345 

îe haut, subulées, rétrécies en épines. — Europe ; naturalisée sur les 
bords des chemins et des champs. Juin-Septembre. 

2. Ch. discolor. C. discohi-, Spreng. — Cnicus Muhl. — Tall 
Thistle. — (D Tige tendre, de 3-5 p., très rameuse, portant des ca- 
pitules de 1' de diamètre. Feuilles sessiles, pennifides, hérissées de 
poils raides, cotonneuses-blanchâtaes ou bleuâtres en dessous, à seg- 
ments 2-lobés, divariqués, épineux. Involucre globuleux, à écailles 
ovales, appliquées, à épines étalées au sommet. — Canada-Etats du 
Nord ; champs et taillis. Juillet-Septembre. 

3. Oh. mutique. C.muticum, Michx. — Cnicus glutinosus. B\ge\. 
— Glutinous Thîstle, — 2J. ou @. Tige rameuse, de 3-7 p. Feuilles 
pennifides, à segments divariqués. Involucre ovoïde, à écailles sans 
épines, renflées et glutineuses à la base. Capitules de f de diamètre, 
à fleurs d'un pourpre foncé. Feuilles armées d'un épine à chaque 
dent. — Canada-Louisiane ; terrains humides. St. Tite des Caps ! 
Juillet-Septembre. 

4. Ch. des champs. C arvense. Scop. — Cnicus arvensis. Pursh. — 
Canada Thistle. Cursed Thistle. — % Tige de 2-3 p., sillonnée, 
très rameuse supérieurement. Feuilles vertes supérieurement, coton- 
neuses en dessous, penni-partites, pennifides ou sinuées, épineuses. 
Involucre ovoïde, à écailles appliquées, aranéeuses aux bords. Ca- 
pitules agglomérés au sommet des rameaux et formant une panicule. 
Fleurs pourpres ou blanches. — Canada-Virginie; champs cultivés; 
probablement indigène. Juillet-Août. 

Racine rampante et très vivace. Le Chardon est une plante très 
nuisible en agriculture. Les cultivateurs intelligents ne manquent 
jamais d'en sarcler leurs grains encore en herbe et de le faucher dans 
les pâturages avant qu'il soit en fleurs pour en arrêter la dissémina- 
tion. 

Gen. XLV. BARDANE. Lappa. T. 

(De /amJaKCïn, prendre; allusion à l'involucre hérissé de pointes accrochantes). 

Capilules flosculeux. Involucre à écailles imbriquées, ré- 
trécies en une longue pointe recourbée en crochet au som- 
met. Réceptacle à paillettes sétacées, raides, subulées. Ai- 
grette caduque à poils denticulés, pluri-sériés, scabres. — 
Herbes à feuilles alternes, très grandes. 

B. commune. L. communis. Coss-Germ. — Lappa major. Gœrtn. 
— Ar'-.tium happa. L. (^Rapace. Ghuteron). — Burdock. — % Tige ro- 
buste, de 1-2 p., sillonnée, rameuse, pubescente. Feuilles cotonneuses 
en dessous; les radicales cordées, ovales ; les supérieures ovales-lan- 
céolées, atténuées à la base. Capitules sub-globuleux, à fleurs pur- 
purines. Corolles 5-fides, à tube muni de 10 nervures. — Introduite 
d'Europe, mais naturalisée dans tout le Canada sur les bords des 

si 



346 DICOTYLÉDONES MONOPÉTALES. Copidone, 

chemins, les cours des bâtiments, etc. Les crochet» des écailles de 
l'involucre sont assez forts pour s'attacher à tout ce qu'ils rencontrent, 
aussi les hommes et les animaux ne peuvent-ils venir impunément en 
contact avec cette plante après sa floraison. — Racine et feuilles sudo- 
rifiques, dépuratives. 



Tribu VI. CHICORACÉES. 

Capitules demi-flosculeux, c'est-à-dire àjleurs toutes ligulées et 5- Lignes sli^- 
matiques séparées et n'atteignant pas le milieu de la longueur des branches du style. 
—Plantes laiteuses. 

Gen. XLVI. CUPIDONE. CatanancJie, V. 

(De catanankê, contrainte fatale ; c'est-à-dîre herbe qui force à aimer, et que le» 
anciens employaient dans leurs âltres amoureux). 

Involucre à écailles nombreuses, lâchement imbriquées, 
multi-sériées, scarieuses-argentées. Réceptacle hérissé de 
longues soies. Aigrette à 5-7 paillettes acuminées, égales, 
denticulées. Akènes amincis à la base, tronqués au sommet. 
— Herbes à tiges allongées, fresques nues. Feuilles alternes. 

C. bleue. C. cœrulea. L. — Qj. Tige de 2-3 p., nue supérieurement, 
hérissée ainsi que les feuilles de poils longs. Feuilles linéaires- 
lancéolées, très longues, souvent à 2-4 segments. Capitules solitaires, 
grands, sur de longs pédoncules munis de bractées scarieuses. Fleurs 
bleues. Involucre à écailles ovales, mucronées par le prolongement 
de leur nervure. Akènes couverts de poils brunâtres. — Europe. 
Juillet-Septembre. >f« 

Très jolie plante d'ornement, mais ne résistant pas toujours à nos 
hivers dans le Bas-Canada. 

Gen. XLVII. LAMPSANE. Lampsana. T. 

(De lapazô, je purge ; des propriétés attribuées à cette plante). 

Involucre cylindrique-campanule, à 8 côtes, à écailles 
dressées, l-sériées, muni à la base de 2-3 petites bractéoles 
onguiculées. Jîéceptacle petit, nu. Akènes oblongs, glabres, 
caducs, sans aigrette. — Herbes rameuses. Fleurs jaunes. 

L. commune. L. communis. L, — ® Tige de 1-2 p., grêle, ramifiée 
en panicule lâche au sommet, glabre. Feuilles, les inférieures angu- 
leuses-dentées, presque lyrées, pétiolées. Involucre très glabre, 
égalant à peu près la hauteur des corolles. Calicule très petit. — 
Probablement introduite d'Europe ; champs cultivés. St. Joachim ! 
Juillet-Août. 



Chieorée. Lxiv. composées. 347 

Gen. XLVIII. chicorée. Cichorium. T. 

(De Kichora, nom grec de la Chicorée). 

Involucre double, l'intérieur à 8 écailles soudées à la base, 
l'extérieur à 5 écailles plus courtes. Réceptacle fimbrié au 
centre. Akènes tronqués au sommet. Aigrette écailleuse. 
Capitules axillaires, agglomérés. — Herbes à jleurs d'un bleu 
brillant. 

1. Ch. sauvage. G. intibus. L. — Wild Succory.— Q). Tige de 
2-3 p., rude, peu rameuse. Feuilles par paires, sessiles ; les infé- 
rieures roncinées-lyrées ; les supérieures petites, lancéolées, demi- 
embrassantes. Capitules sessiles, rassemblés par 2-3 sur des branches 
nues. Fleurs brillantes, d'un beau bleu. Corolles planes, 5-dentées. — 
Europe, mais naturalicée presque partout en Canada ; bords des 
chemins. Ste. Croix ! Château-Richer ! Juillet-Septembre. 

Les feuilles de la Chicorée se mangent cuites à la manière des 
Epinards, ou bien crues en salade comme le Céleri, lorsqu'on les a 
fait blanchir. La racine torréfiée est un succédané du Café. La 
Chicorée entre aussi dans les tisanes dépuratives. 

2. Ch. endive. G. Endivia. Willd. {Endive. Scarole). — ® Tige 
douce et poilue, de 12'-15'. Feuilles obovales, oblongues, succulentes, 
sinuées-dentées. Pédoncules axillaires, par paires, dont l'un plus 
long ne porte qu'un capitule, l'autre plus court portant ordinairement 
4 capitules. — Indes Orientales. 

Les Endives se mangent en salade à l'état naturel ou blanchies. 
On en distingue plusieurs variétées entre autres les trois suivantes : 
ChicorCe frisée. {Endivia crispa). Feuilles découpées et crépues. 

Petite Endive. {Endivia angustifoUa). Feuilles étroites et al- 
longées. 

Escarole ou Scarole, {Endivia latifoUd). Feuilles larges et peu 
dentées. 

Gen. XLIX. KRIGIA. Krigia. Schreb. 

(Dédié à David Krieg, Botaniste Allemand). 

Involucre à 8-12 écailles 1-sériées. Réceptacle nu. Aigrette 
composée de 5 paillettes larges, membraneuses, un peu sou- 
dées à leur base, entourées d'autres plus longues, plus fines 
et prenant naissance au-dessus des akènes. — Fiantes acaules. 
Capitules solitaires, composées de 20-SO Jleurs jaunes. 

K. de Virginie. K. Virginica. V^iWà.—Hyoseris. L. — Cynthia. 
Beck. — DwARF Dandelion. — % Hampes 1-flores, tendres, douces, 



348 DICOTYLÉDONES — MONOPÉTALES. Liondeïït. 

de l'-8'. Feuilles primordiales arrondies, entières, les autres lyrées, 
glabres de même que l'involucre. Fleurs d'un jaune foncé. Akènes 
turbines, légèrement scabres sur les bords, d'un rouge brun. — Canada- 
Louisiane ; bords des chemins dans les terrains secs et sablonneux. 
Plante sans importance ; rare dans le Bas-Canada. 

Gen. L. LIONDENT. Leontodon. L. 

(De îeôn, lion, odous, dent ; allusion aux pointes des feuilles). 

Involucre pluri-sérié, imbriqué, à écailles extérieures très 
courtes. Réceptacle nu. Akènes, plus ou moins atténués en 
bec. Aigrette plumeuse. — Feuilles toutes radicales. Capitules 
solitaires. Fleurs jaunes. 

L. autOîIinal. L. autumnàle, L. — Oporlnia. Don. — Apargia. 
Willd. — AuTUMNAL Hawkweed. — % Hampes glabres, à 2-3 ra- 
meaux. Feuilles glabres, penni-partites ou pennifides, ou incisées- 
dentées. Pédoncules bractéolés. Corolles d'un jaune blanc, striées 
de pourpre à l'extérieur. Aigrette à soies 1-sériées. Capitules de 
1' de diamètre et ressemblant assez à ceux du Pissenlit. — De l'Eu- 
rope, mais naturalisée sur les bords des chemins et dans les prés. 

Gen. LI. SALSIFIS. Tragopogon. T. 

(De tragos. bouc, pogôn, barbe; allusion à la forme des aigrettes). 

Involucre composé de 8-16 écailles égales, 1-sériées et sou- 
dées à leur base. Bêceptacle nu, ponctué. Aigrette à plusieurs 
rangées de soies plumeuses. Akènes striés longitudiualement, 
un peu rudes, prolongés en un long bec. — Herbes à feuilles 
longues^ linêaireSy à nervures parallèles. Heurs bleues ou pur- 
purines. 

S. à feuilles de Poireau. T. PorrifoHus. L. — Salsify. Vegetable 
Oyster. — ® Tige de 3-4 p., robuste, à suc laiteux. Feuilles lon- 
gues, linéaires, droites, entières. Capitules très plans à leur épanouis- 
sement. Involucre à 8-12 écailles plus longues que les fleurs. Co- 
rolles d'un bleu pourpre. — France Méridionale. Juillet. $ 

Le Salsifis se cultive pour sa racine qui est longue, tubéreuse et 
nourrissante. Le goût de cette racine lorsqu'elle est convenablement 
préparée se rapproche assez de celui des huitres, de là son nom 
anglais de Vegetable Oyster. Le Salsifis est très rustique et passe 
l'hiver en place sans souffrir. 



Laitue. lxiv. composées. 349 

Geîj. lu. laitue. Laciuca. L. 

(Du latiu lac, lait : allusion au suc blanc de la plante). 

Capitules à fleurs peu nombreuses. Involucre cylindrique, 
caliculé, imbriqué de 2-4 rangs d'écaillés dont l'extérieur 
plus court. Rêce-placle nu. Akènes rétrécis au sommet en 
un bec filiforme. — Herbes annuelles ou vivaces. Capitules en 
panicule. 

1. L. sauvage. L. elongata. Muhl. — WiLD Lettuce. Trumpet 
MiLKWEED. — % Tige creuse, de 3-6 p., souvent pourprée, portant 
une panicule de nombreux capitules. Feuilles glabres, pâles ea 
dessous; les inférieures roncinées, aniplexicaules, de G-12 de long ; 
les supérieures lancéolées, entières, sessiles, souvent variables. Ca- 
pitules en grappes paniculées. Fleurs d'un jaune tendre variant au 
pourpre. 

a integrifolia. Feuilles presque toutes entières, lancéolées, ses- 
siles ; les inférieures souvent sagittées. 

Canada-Louisiane ; bords des bois dans les terrains riches. Juillet- 
Août. 

2. L. des jardins. L. saliva. L. — Gardem Lettice. — ^ Tio-e 
de 1-3 p., rameuse, pleine. Feuilles ordinairement obovales, dentées, 
molles, vertes, glabres, rarement aiguillontiées sur la nervure mé- 
diane, entières ou roncinées, les caulinaires cordées-amplexicaiiles. 
Capitules nombreux, en grappes formant un large corymbe muni de 
feuilles et de bractées embrassantes. Fleurs jaunes. — Europe. ^ 

a capitata. Donnant des tètes souvent aussi grosse? que celles 
du Chou. 

La culture jardinière distingue un grand nombre de Variétés de 
Laitues. — Semer sur couches ou en place en différents temps de l'été 
pour en avoir toujours de la jeune qui est bien plus tendre. 

Gen. lui. pissenlit. Taraxacu7n. Juss. 

(De taraxô, futur du verbe taras s ô,j'émQUs ; allusion à la propriété laxative de 
la plante). 

Involucre oblong, sub-comprimé, multi-foliolé, pluri-sérié, 
caliculé. Réceptacle nu. Fleurs nombreuses, pluri-sériées. 
Akènes sub-comprimés, surmontés d'un long bec couronné 
par une aigrette blanche, à poils ca[>illaires. — % Feuilles toutes 
radicales. Hamyes jistuleuses, 1-Jlores. Fleurs jaunes. (Fig. 
133). 



350 DICOTYLÉDONES MONOPÉTALES. LaitrOD. 

P. Dent-de-Lion. T.dens-leonis. Desf. — Leontodun Taraxacum. 
L.— Dandklion. — Feuilles étalées en rosette, roncinées, à lobes lan- 
céolés, triangulaires. Involucre à folioles extérieures lancéolées, 
réfléchies. Hampe creuse, cylindrique, portant après la fleur ses 
graines munies de longues aigrettes blanches rangées de manière à 
présenter une boule parfaite. — Toute l'Amérique du Nord. Avril- 
Novembre. 

Les feuilles au printemps se mangent en salade. — Diurétique et 
laxative. 

Gen. LIV. LAITRON. Smichus. L. 

(Du grec sogchos, nom du Laitron). 

Involucre imbriqué, pluri-sérié. Bécepiacle nu. Akènes 
comprimés, non munis de becs. Aigrette sessile, à poils sim- 
ples, pluri-sériés, argentés. — Herbes d tiges creuses, très laiteuses. 
Feuilles pennijides, le plus souvent épineuses. Meurs jaunes. 

1. L. lisse. S. oleraceus. L. — iS. ciliatus. Lam. — Sow-Thistle. 

— ® Tige fistuleuse, anguleuse, fragile, de 2-3 p. Feuilles molles, 
oblongues, roncinées-lyrées, ou sinuées-dentées, à dents épineuses ; 
les caulinaires embrassantes, à oreillettes acuminées. Akènes munis 
de 3 côtes longitudinales, ridés transversalement. Fleurs d'un jaune 
pâle. — Europe ; naturalisé en Canada et dans les Etats du Nord ; 
décombres, voisinage des jardins. Août-Septembre. 

2. L. âpre. <S. asjier. Vill. — <S. spinuhsiis. Bigel. — RouGH Sow- 
Thistle. — ® Tige de 1-2 p., glabre, excepté au sommet des branches 
où elle est couverte de poils glanduleux. Feuilles épaisses, fermes, 
indivises ou faiblement dentées, ou roncinées-dentées, à dents épi- 
neuses ; les caulinaires à oreillettes arrondies. Pédoncules presque en 
ombelle. Involucre à écailles glabres ou légèrement poilues. Fleurs 
d'un jaune pâle. Akènes marginés, 3-nervés de chaque côté. — 
Canada-Etats-Unis ; décombres. Août-Septembre. 

3. L. des champs. S. arvensis. L. — S. pahistrif. Muhl. — CoRN 
Sow-Thistle. — % Racine rampante. Tige raide, glabre, anguleuse, 
de 2 p. Feuilles roncinées, à dents épineuses, embrassantes, à oreil- 
lettes obtuses. Pédoncules et involucres hérissés de poils glanduleux. 
Akènes bruns, à faces munies de 4-5 stries ridées. Capitules gros, 
d'un jaune brillant. — Europe; naturalisée en Canada ; lieux cultivés. 
Ange-Gardien ! Août-Septembre. 

Les Laitrons sont tous rangés parmi les plantes nuisibles ou du 
moins eans importance. 



Prenanthe. LXiv. composées. 351 

Gen. LV. prenanthe. Prenanthes. Gœrtn. 

(De prênês, incliné, anthos, fleur ; c'est-à-dire, capitules penchés en avant). 

Involucre cylindrique, à 6-8 écailles imbriquées, caliculé de 
quelques bractées à la base. Bêceptacle nu. Akènes {Yox\(\wê^ 
au sommet. Aigrette pluri-sériée, sessile, à poils raides, — 
Herbes élevées, à racines tubéreuses, amères. Capitules de 5-18 
Jîeurs, jamais jaunes quoique souvent couleur de paille. 

Sous-Genre NABALUS. 
Aigrette a poils scabres, fragiles, colorés. 

1. F. blanche. P.alba. L. — P. suavis. Salisb. — Nahalus àlha. 
Hook. — "White Lbttuce. Lion's foot. Rattlesnake-root. — 
% Tige de 2-4 p., pourprée souvent par taches, glabre, douce, un pen 
glauque, rameuse. Feuilles très variables ; les radicales anguleuses, 
sub-hastées, souvent plus ou moins profondément lobées; les cauli- 
neires rondes-ovales, dentées, pétiolées, à lobes obtus. Capitules de 
9-10 fleurs blanchâtres, pendants, Involucre à écailles purpurines. — 
Canada- Virginie ; bords des bois. Petit-Cap ! Août. 

2. P. très élevée. P. altlssîma. L. — NabaJus altissimus. Hook. 
— Chondrilla altissima. Lara. — Harpalya altissima. Beck. — Tige 
de 3-5 p., dressée, tendre, lisse, rameuse, glabre. Feuilles pétiolées, 
3-5-lobées, anguleuses, dentées, à bords rugueux. Involucre cylin- 
drique, à 5 écailles, portant 5-8 fleurs jaunâtre, ou d'un vert blan- 
châtre. Capitules réfléchis, en grappes axillaires, formant une pani- 
cule lâche. — Canada-Kentucky ; bois. Août-Septembre. 

a ovata. Feuilles caulinaires presque toutes ovales, brusquement 
rétrécies en pétioles ailés. 

P cordata. Feuilles cordées, à pétioles grêles. 

7 deltoidea. Feuilles deltoïdes, acuminées, denticulées. 

3. P. à fleurs en grappes. P. racemosa. Michx. — Nabalus race- 
mosus. Hook. — % Tige de 2-4 p., grêle, simple, glabre. Feuilles 
simples ; les inférieures ovales-lancéolées, grossièrement denticulées, 
pétiolées ; les supérieures sous-embrassantes, entières. Capitules en 
grappes courtes ou fascicules à peine étalés, formant une longue pani- 
cule spiciforme, interrompue. Involucre à 10-12 fleurs d'un pourpre 
pâle, à pédoncules courts et très poilus. Aigrette couleur de paille. 
— Canada-Michigan ; bords des champs. Août. 

Les Prenanthes sont comme les Laitrons des plantes sans intérêt, 
rangées parmi les plantes nuisibles. 



352 DICOTYLÉDONES — MONOPÉTALES. Epcrvlere. 

Gen. LVI. EPERVIÈRE. Hieracium. L. 

(De hierax, épervier ; on a cru que les oiseaux de proie se servaient du suc de 
cette plante pour se fortifier la vue). 

Involucre ovoïde, 1-pluri-sérié. Rêceptade creusé d'alvéoles 
à bords glabres ou poilus. Akènes tronqués au sommet, à 
aigrette 1-sériée, blanchâtre ou roussâtre. — Herbes 2J-, à feuilles 
alternes, entières ou délitées. 

* Involucre imbriqué, sans calicule. 

1. E. du Canada. H. Canadense. Michx. — H- Knlmii. Spreng. 
— Canauiax Hawkwekd. — Tige de 1-2 p., dressée, sub-pubescente. 
Feuilles sessiles, lancéolées, aiguës, finement dentées ; les supérieures 
amplexicaules, légèrement pubescentes ou poilues. Pédoncules co- 
tonneux, en panicules axill aires et terminales. Capitules gros et 
brillants. Fleurs jaunes. Involucre portant quelquefois des poils 
glanduleux. — Canada-Massachussetts ; bois et lieux secs. Août. 

Très variable dans sa pubescence et la forme de ses feuilles. 

** Involucre calicule, à écailles intérieures unisériées. 

2. E. rude. H. scahum. Micbx. — H. Marianmii. Willd. — Rough 
Hawkweed. — Tige de 1-3 p., cylindrique, striée, scabre-hispide. 
Feuilles ovales, entières, sessiles, les inférieures souvent pétiolées et 
quelquefois dentées, hérissées de poils, souvent purpurines ainsi que 
la tige. Pédoncules hispides-glanduleux, ainsi que la base de Tinvo- 
lucre. Capitules gros, à 40-50 fleurs jaunes. — Canada-Géorgie ; bords 
des bois. Août-Septembre. 

3. E, de Groîiovi. H. GronovU. L.— Tigede2 p., dressée, feuillée 
h, la base, paniculée et dépourvue de feuilles au sommet. Feuilles 
obovales-obtuses, entières, hérissées sur les bords et sur les nervures. 
Pédoncules et base de l'involucre glanduleux-hispides ; pédicelles 
grêles, filiformes. Fleurs jaunes. — Canada-Arkansas ; bois secs. 
Août-Septembre. 

4. E, veinée. H. venosum. L. — Vkiny-lravrd Hawkweed. — 
Hampe ou tige nue ou à une seule feuille, grêle, glabre, de 1-2 p., se 
ramifiant en corymbe. Feuilles radicales oblongues-spatulées ou ob- 
ovales, un peu aiguës, entières, légèrement velues en dessus, presque 
glabres en dessous, ciliées sur les hords et à veines colorées. Invo- 
lucre glabre ou portant quelques poils glanduleux. Capitules petits, 
à 15-20 fleurs d'un jaune brillant, portés sur des pédicelles grêles. 
— Canada-Géorgie; bois secs. Juillet-Août. 

5. E. paniculée. II. pankulatwm. L. — Splendid Haw^kweed. 
— Tige de 1-3 p., grêle, glabre, feuillée, plusieurs fois dichotome, to- 
nienteuse blanchâtre en bas. Feuilles minces, lancéolées, glabres, 
niembranenses, aiguës, do 2'-4'. Pédoncules grêles, filiformes, en 
panicule difi'use. Capitules nombreux, petits, à 10-20 fleurs jaunes. — 
Canada-Géorgie ; bois liumidcs. Août-Septembre. 



1 



Mulgsdie. Lxv. lobéliacées. 353 

6. E. Orangée. H. aurantiacum. L. — % Tige simple, feuillée, 
hi pide. Feuilles hispides, entières, presque mucronées, oblongues- 
lancéolées. Capitules en corymbe lâche. Involucre à écailles lan- 
céolées-linéaires, noires, hérissées de poils glanduleux. Fleurs pour- 
pres ou d'un jaune doré. — Ecosse. Juillet-Août. >i< 

Semer en place au printemps. 

Gen. LVII. MULGÉDIE. Mulgedium. Cass. 

(De mulgcfj, traire le lait ; alla«ion au suc laiteux de la plante). 

Involucre imbriqué. Réceptacle nu alvéolé. Akènes glabres, 

comprimés, rétrécis au sommet en un bec court, épais, dilaté 

en un disque cupuliforme, cilié. Aigrette composée d'une ou 

de plusieurs rangées de soies raides, rugueuses, blanchâtres 

ou hlnuches.— Herbes d feuilles pennées ou indivises, fleurs 

bleues ou blanchâtres. 

Jiï.. en épi. M. leucophœuTn. D. C. — Sonchus Canadensis. L. — 
Lactvca < anadensis. T. — © Glabre ou à peu près. Tige de 3-12 p., 
très feuillée, paniculée au sommet. Feuilles, les inférieures souvent 
de 1 p. de long, roncinées ou irrégulièrement penni-partites, grossiè- 
rement et inégalement dentelées, souvent ciliées inférieurement sur 
les veines ; les supérieures ordinairement indivises, lancéolées-acu- 
minées. Capitules petits, en une ample panicule composée. Pédon- 
cules en grappes, munis de bractées lancéolées-subulées. Involucre 
glabre, muni d'un calicule imbriqué. Fleurs blanchâtres, tournant 
au bleu pâle. Aigrette d'un blanc sale ou jaunâtre. — Canada-Mas- 
sachusetts ; lieuz bas. Août-Septembre. 



Fam. lxv. LOBELIACEES. Lohelîaceœ. J. 

(Du Genre Lobelia). 

Herbes ou arbrisseaux. 

Feuilles alternes, simples, sans stipules. 

Fletirs g , irrégulières, axillaires et terminales, en grappes ou en épis, quelque- 
fois en corymbe ou en panicule, ou solitaires. 

Calice soudé à l'ovaire, à limbe 5-fide, sub-régulier ou irrégulier. 

Corolle insérée au sommet du tube calicinal, 5-lobée, irrégulière 1-2-labiée. 

Etamincs 5, alternes avec les lobes de la corolle ; filets ordinairement libres à 
leur base et cohérents au sommet. Anthères cohérentes en cylindre. 

Ovaire adhérent. Style simple ; stigmate 2-lobé, entouré d'un anneau de poils. 

Fruit — Capsule à 2-3 loges pluri-ovulées. 

Flantule droite, à albumen charnu. 



354 DICOTYLÉDONES MONOPÉTALES. LobéllC. 

Plus abondantes sous les tropiques, aux Indes Occidentales, au 
Brésil, aux Isles Sandwich, etc., quoiqu'on en rencontre aussi plu- 
sieurs Genres sous les climats tempérés. Le suc acre que contien- 
nent ces plantes fait de quelques unes des poisons très vifs. 



CLEF ANALYTIQUE DE& GENRES. 

Corolle à tube fendu près de la base, du côté supérieur Lobélie î. 

Corolle à tube court, entier, à limbe 2-labié Clintouie II- 



Gen. I. LOBELIE. Lohelia. L. 

(Dédié à Matbias Lobel, Botaniste Flammand, 1538-1 Cl 6;. 

Corolle fendue en long supérieurement, à tube droit, à 
limbe 2-labié ; lèvre supérieure plus petite, dressée, l'infé- 
rieure étalée, 3-fide ou 3-dentée. Eiamines 5, réunies avec 
les anthères en un tube recourbé, ces dernières barbues aa 
sommet. Capsule à 2-3 valves s'ouvrant au sommet. Graines 
minimes, pointillées. — Fiantes herbacées. Fleurs ordinairement 
en grappes sjnciformes. 

1. L. cardinale. L. carJinalis. L, — Cardinal-flower. — % 
Tige dressée, simple, de 24 p., ordinairement glabre. Feuilles 
oblongues-lancéolées, aigiies aux 2 bouts, sessiles, irrégulièrement 
dentées. Fleurs d'un bel écarlate, brillantes, en grappe allongée, 
presque unilatérale, à bractées lancéolées, dentées-glanduleuses, plus 
courtes que les fleurs. Calice à tube hémisphérique, court, à lobes 
linéaires-lancéolés, acuminés, égalant presque le tube de la corolle. 
Anthères sortantes, les inférieures barbues. — Canada-Caroline ; prés 
humides, bords des ruisseaux. Bécancour ! Nicolet (Isie Moras) ! 
Juillet-Août. >i* 

Une de nos plus belles fleurs indigènes. Elle ne se rencontre pas 
croyons-nous plus au Nord que Québec, il arrive même souvent que 
dans les jardins, dans les environs de cette ville, elle ne résiste pas 
toujours aux froids de l'hiver. — Racines vermifuges. 

2. L. gonflée. L. inflata. L. — Indian Tobacco. — (Fig. 134 et 
suiv. — ® Tige de 12-15', dressée, ramifiée au sommet, anguleuse, 
scabre. Feuilles ovales-lancéolées, poilues, sessiles, dentelées. Fleurs 
petites, d'un bleu pâle, disposées e